Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Conclusion : Bilan du colloque

La famille, le lignage, la parenté questions autour de la noblesse

Jarosław Dumanowski

Texte intégral

1La notion même de la noblesse et de l’aristocratie rappelle avant tout les liens du sang, c’est-à-dire un cercle de personnes qui se distinguent des autres par la haute extraction, par le sang bleu, par le souci de bien cultiver le savoir, ainsi que la mémoire, afin de se distinguer. Ainsi, nous avons abordé le problème de la définition du second ordre. Et nous recourons à un élément fondamental, celui de l’identité nobiliaire, tout comme au rôle de la mémoire nobiliaire, et celle de la noblesse. De cette façon, en partant de la notion même de la famille, nous arrivons au sujet de notre rencontre : les réflexions sur la noblesse française et la noblesse polonaise : mémoire, identité et culture.

2La notion de la famille nobiliaire apparaît dans des contextes différents, dans une série de débats. Dans les communications de Michel Nassiet et de Stéphane Minvielle, elle est considérée dans une perspective démographique. Ces deux auteurs s’intéressent au nombre de nobles et à ses variations, aux mariages contractés, aux races éteintes et à l’attitude démographique des membres du second ordre. La famille ou bien la race noble sont des mots clés présents dans le discours d’Igor Kraszewski. Selon lui, les mariages franco-polonais, contractés dans la plupart des cas entre les jeunes filles de la cour de la reine Louise-Marie de Gonzague et les magnats polonais, sont présentés de manière à faire ressortir les recherches des critères de l’égalité sociale dans deux systèmes différents de la hiérarchie nobiliaire. La politique matrimoniale des nobles est comprise, d’une part, comme une politique elle-même. Il est question, dans ce cas, de manœuvres de la cour franco-polonaise des Vasa, visant à gagner à leur cause des partisans parmi les magnats polonais pour les engager dans leurs projets politiques et dynastiques. D’autre part, cette politique est un pas en avant ayant pour but de renforcer la position de la famille ou plutôt de la race, grâce à de nouvelles connexions. Les questions de grandeur de la race, du passé glorieux digne d’être cultivé et des efforts afin de garantir les liens entre les générations futures sont abordées par Michel Figeac et Jarosław Dumanowski dans leurs articles consacrés aux conditions matérielles de vie, ainsi qu’aux attitudes consommatrices des nobles.

3Caroline le Mao et Stanisław Roszak se servent, quant à eux, de la notion de race dans un autre contexte, en évoquant les écrits du for privé. La famille et sa grandeur, remontant aux temps très éloignés sont non seulement des thèmes principaux décrits dans les manuscrits, créés à la fois dans les palais aristocratiques et à la cour. Elles constituent également une raison essentielle, à l’origine de ce type d’œuvres. Paweł Kaczyiński a présenté le profil de la famille nobiliaire polonaise du XVIIIe en l’envisageant à travers la littérature de 1’époque. Les images littéraires de la crise de la famille noble ainsi que la façon de présenter les symptômes de cette crise constituent ici une manière frappante de percevoir et de parler des phénomènes démographiques, sociaux et des mentalités. Le choix du caractère de l’éducation des enfants de naissance noble semble être un problème familial très important, évoqué par Dominique Picco au cours de son exposé sur l’éducation des filles issues de la noblesse française des XVIIe et XVIIIe siècles.

4La famille et la race, en tant que valeur nobiliaire et base des rapports sociaux et politiques, apparaissent dans de nombreuses présentations. Les origines nobles, donc l’appartenance à un milieu familial concret, peuvent définir le type des affinités politiques, ou tout du moins, les façons de juger les hommes politiques provenant de l’aristocratie au XXe siècle. Dans l’exposé de Bernard Lachaise, consacré à Michel Poniatowski, et dans celui de Mariusz Wołos, au sujet des descendants des familles de la noblesse polonaise ayant une activité diplomatique avant la Deuxième Guerre mondiale, nous constatons le rôle des origines et des relations familiales dans le milieu de la noblesse. Nous retrouvons de même, dans l’exposé intéressant de Tomasz de Rosset consacré à l’image de l’histoire de la Pologne lors des expositions artistiques en France au XIXe siècle, un certain patrimoine de la politique de la noblesse, saluant la gloire, une longue histoire évoquée par la galerie des ancêtres, ainsi que la collection d’œuvres d’art, de bijoux et de curiosités.

5Les problèmes du fonctionnement de la cellule familiale et la structure démographique de la noblesse ont été le centre d’intérêt de Michel Nassiet et de Stéphane Minvielle. Dans les deux communications, la richesse des données utilisées, le nombre de sources étudiées, le caractère compliqué des recherches dont le but est d’établir des faits démographiques, ainsi que la méthodologie qui les accompagne retiennent notre attention. Un historien polonais très attentif en devient jaloux et admiratif, du fait de la richesse des sources conservées et utilisées et de la méthodologie rigoureuse employée pour l’élaboration de données précises. En même temps, il remarque la présence de nombreuses analogies, de points convergents, relatifs non seulement aux types mais aussi au nombre de sources utilisées et des problèmes méthodologiques qui en résultent. Les traces de nombreux phénomènes, tendances et comportements présentés dans les deux exposés se retrouvent aussi en Pologne. À titre d’exemple, Michel Nassiet présente les tendances à l’accroissement du nombre des nobles en France au XVIe siècle, et une grande diminution des membres du second ordre au XVIIe siècle. Et c’est ce que nous retrouvons à la même époque en Pologne. Le XVIe siècle passe en Pologne pour une période faste, durant laquelle la noblesse a connu son plus fort taux démographique.

6L’observation que l’on peut faire des analyses des registres d’un impôt foncier du XVIe siècle ne peut en aucun cas être confrontée avec des estimations effectuées pour l’époque contemporaine. Les données puisées dans les sources fiscales parues plus tard, comme les registres de la capitation et du fouage, indiquent d’une manière équivalente une diminution constante et systématique du nombre des nobles aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les comportements démographiques de la noblesse, présentés aussi par Stéphane Minvielle, trouvent leurs équivalents parmi les comportements des représentants polonais venant de la classe noble privilégiée. Bien que les tentatives de limitation du nombre des naissances dans le milieu de la noblesse et de l’aristocratie polonaises ne soient pas encore l’objet de recherches scientifiques approfondies, les sources littéraires, de publicistes et satiriques de l’époque, semblent indiquer la présence de ce phénomène. Igor Kraszewski, dans son exposé, a donné un point de vue intéressant sur les problèmes de la hiérarchie des nobles polonais et français. La question présentée à travers les relations familiales entre les nobles des deux pays donne l’occasion de montrer avec une grande précision le problème de l’égalité sociale entre époux issus de deux systèmes différents de hiérarchie, ceux de la noblesse et de l’aristocratie. Néanmoins, malgré les différences légales et sociales entre les deux pays, il était facile de trouver un accord pour régler les modalités du contrat de mariage. Mise à part la divergence d’opinions sur la hiérarchie, sur la dignité, ou sur l’égalité des membres de l’ordre nobiliaire les notions utilisées en France et en Pologne se montraient en pratique analogues. Les interventions de Michel Figeac et de Jarosław Dumanowski ont touché de manière différente les problèmes de la famille nobiliaire, de l’importance de la race et de son décor. Les résidences de la noblesse, leur agencement en fonction du statut social occupé, une garde-robe de luxe et le décor matériel, marque du style de vie digne de la noblesse, manifestent non seulement la supériorité et la richesse de cette classe, mais témoignent aussi de la grandeur des ancêtres, et la possession des qualités requises pour faire face aux exigences résultant de la haute position occupée par la noblesse. L’aspect extérieur de la résidence et des objets recueillis sont le résultat d’un jeu subtil entre les défis lancés par les nouveautés et la mode et les tendances à cultiver la mémoire des ancêtres, ainsi que la tradition familiale confirmées par la présence des objets soigneusement gardés et transmis de génération en génération.

7D’après ce que nous ont présenté Caroline Le Mao et Stanisław Roszak, les manuscrits domestiques, écrits en France et en Pologne abondaient de détails concernant la vie familiale. Enregistrant les dates et les circonstances des naissances des enfants, des mariages, des décès et des funérailles, ils constituaient pour les lecteurs, et même pour ceux qui héritaient de ces manuscrits et qui les continuaient, un recueil d’informations sur le passé et sur la gloire de la famille. La grandeur de celle-ci résultait directement du passé. Une longue liste d’ancêtres, et le savoir même sur les générations antérieures, présentaient les garanties non seulement de la noblesse, mais aussi du statut social qui était reconnu légitime en tout point à condition que son ancienneté soit indiscutable. La confrontation des résultats des recherches nous permet d’observer toute une série de ressemblances quant aux problèmes méthodologiques, aux sources, et aux interprétations qui en résultent, malgré la présence de nombreuses et importantes différences entre la vie sociale en France à l’époque de l’Ancien Régime et celle de la Pologne pendant la République nobiliaire.

8La mémoire contemporaine de la noblesse, semblable à un ancien sentiment d’identité, apparaît souvent comme la mémoire des familles, des races nobles, et des ancêtres. Présentées par Tomasz de Rosset, les images de l’histoire de la Pologne pouvaient être vues lors des expositions artistiques en France au XIXe siècle, grâce à la partie du patrimoine familial gardée par les familles des Czartoryski, Mniszech, ou Potocki. Une partie importante de la collection de la famille des Czartoryski importée en Pologne est à l’origine de la création du Musée des Czartoryski à Cracovie. La revue des noms des propriétaires des collections et des organisateurs des expositions nous mène à la constatation que nous avons affaire aux premières races de la république polono-lituanienne. De plus, pour les représentants de ce groupe, le fait de cultiver la tradition et de conserver au moins une partie du patrimoine familial a permis de garder les souvenirs de leur histoire. Dominique Picco, dans son exposé, a attiré notre attention sur un aspect important relatif au problème de l’éducation des jeunes filles issues des familles nobiliaires. Leur formation avait lieu le plus souvent dans des couvents ou dans les maisons de nobles. Indépendamment de la forme d’éducation choisie, un des buts les plus importants était, dans ce cas, d’inculquer aux jeunes filles de bons principes concernant la vie familiale, pour qu’elles deviennent de vraies femmes d’intérieur, des mères modèles qui veillent à la stabilité du mariage et du foyer, et enfin, qui sachent transmettre les mêmes valeurs aux générations suivantes. Ce problème paraît intéressant d’autant qu’il concerne les mécanismes fondamentaux de fonctionnement de la famille. Bien que le rôle social et culturel joué par les femmes des familles nobiliaires dirigeant leurs intérêts et leurs activités vers le quotidien familial soit très important, on ne lui a pas prêté une attention suffisante. Il mérite donc des recherches sur un plan beaucoup plus large. Il faut constater que le thème de réflexion sur la notion de famille nobiliaire, dans une conception élargie, et sur le rôle des liens du sang dans ce milieu appartient à un groupe de questions fondamentales en ce qui concerne l’histoire de la noblesse et de l’aristocratie. La naissance et la provenance sont des mots clés utilisés dans la définition même de l’état de la noblesse et évoqués dans les constructions diverses faisant partie de l’identité des nobles.

9La notion du lignage ou de la maison, comprise comme une communauté idéale et matérielle des générations présentes et futures, imposait le sentiment de la solidarité aux héritiers vivants et expliquait l’importance des liens du sang dans la vie de la noblesse. La question de l’âge tardif au mariage, et du nombre limité des naissances, appartient au domaine des comportements démographiques de la noblesse, ou plutôt d’un petit cercle aristocratique, dont le rôle semble en être le précurseur, et peut servir d’exemple pour les groupes sociaux inférieurs.

10Le caractère cosmopolite propre à l’élite des nobles se remarque aussi dans les relations familiales. D’après les exemples d’Igor Kraszewski, les mariages franco-polonais, peu nombreux, et se limitant à un cercle de personnes de la cour royale polonaise et au milieu de hauts fonctionnaires d’État, faisaient partie d’une politique de rapprochement entre les deux pays, et même d’union culturelle, qui se resserraient grâce à ces mariages.

11Les analogies très claires entre la problématique, les sources utilisées, et les problèmes méthodologiques que les auteurs français et polonais ont signalés au cours de leurs exposés, donnent l’espoir de mener des études comparatives et suggèrent la nécessité de prendre l’initiative de faire des investigations communes. Beaucoup de choses séparaient ces deux sociétés nobiliaires si éloignées. Malgré ces différences, d’ailleurs d’une nature plutôt politique, chaque sujet abordé dans les communications 1ors de notre rencontre, comportait les idées semblables concernant le rôle et l’essence même du sang bleu. Nous avons pu observer la ressemblance entre les actions des représentants de la noblesse, entreprises dans des champs d’activité différents. De même, nous avons eu l’occasion de connaître les phénomènes démographiques et sociaux mis sous la loupe en France mais encore très peu connus dans les champs d’investigations polonais. Très souvent, les historiens français soulignaient le manque ou une insuffisance importante de sources au sujet de l’histoire de la noblesse. Pour l’historien polonais, ces manques constituent une grande richesse, que l’on pourrait qualifier d’incommensurable. Les recherches fondées sur la documentation française relative à la vie de la noblesse sont pour les historiens polonais très instructives, lorsqu’on sait le mauvais état des documents polonais conservés.

12Tout cela nous permet d’avoir l’espoir que la rencontre des historiens polonais et français à Toruń a été fructueuse. En espérant de tout cœur que cette collaboration « historique » ne s’arrête pas en si bon chemin.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540