Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Conclusion : Bilan du colloque

Noblesse et rapports sociaux

Michel Figeac

Texte intégral

1Au cours de nos travaux, quelques préoccupations sont apparues prioritaires pour les chercheurs français et polonais. Le problème de la quantification, du recensement du nombre de nobles a retenu l’attention de part et d’autre y compris dans sa dimension régionale, car les densités nobiliaires sont très variables, comme le montrent les belles cartes de Michel Nassiet. Certes, la noblesse polonaise était beaucoup plus abondante que la noblesse française (entre 8 et 10 % de la population, contre 1,5 %) mais la chute numérique est symétrique dans les deux pays. Les causes démographiques sont évidentes avec une restriction du nombre des naissances, mais il faut aussi évoquer un appauvrissement, véritable plaie sociale en Pologne ou dans certaines régions françaises comme les Landes ou le Périgord. La qualité nobiliaire peut en effet se perdre quand on n’est plus en mesure de maintenir son statut social. La même évolution dans deux pays aussi éloignés confirmée par les travaux de Gérard Delille dans le sud de l’Italie ou de Jean-Pierre Dedieu pour l’Espagne, prouve que nous avons bien affaire à un phénomène européen sur lequel il sera indispensable de se pencher globalement, comme cela sera le cas dans le cadre d’une table ronde organisée par le Centre Aquitain d’Histoire Moderne et Contemporaine : « Noblesses en échec ? Les aristocraties françaises et européennes et leurs comportements démographiques du XVIIIe siècle au milieu du XIXe siècle ».

2L’hémorragie entraînée par l’extinction des lignages avait toujours été une caractéristique nobiliaire en raison de la mortalité aux armées et de la stérilisation des branches cadettes dirigées vers la vocation religieuse, mais elle devint grave quand ces raisons traditionnelles se cumulèrent avec une stratégie démographique volontariste. Le problème de l’encadrement social déficient se posa alors rapidement dans les campagnes d’autant plus que, comme l’a bien montré Josette Pontet, les nobles étaient de plus en plus attirés vers la ville et ses nouvelles formes de consommation. Est-ce vraiment le hasard si les révoltes rurales de 1789-1790, éclatèrent plutôt dans les zones où la propriété de la grande noblesse de cour absentéiste était très importante ?

3Cette question de la volatilité du second ordre s’ajoute à un problème d’identification, de définition de la noblesse au moins sur ses périphéries comme en attestent les difficultés rencontrées par Laurent Coste pour cerner la catégorie très spécifique de la noblesse de cloche. Une œuvre de longue haleine serait de concevoir un dictionnaire qui deviendrait la base de toutes les études nobiliaires pour le futur, ainsi que l’a proposé Michel Nassiet.

4Un deuxième axe a porté sur la notion d’encadrement social. L’analyse de ce concept passe d’abord par une relance des travaux sur la seigneurie qui a été un champ laissé en jachère pendant de très nombreuses années et qu’il faut travailler à nouveau comme l’indiquent les interventions d’Annie Antoine et Stanisław Salmonowicz. Ainsi que l’a parfaitement démontré Annie Antoine, la seigneurie est tout d’abord un pouvoir local (règlements de police, organisation des foires et marchés, contrôle des activités rurales), mais c’est aussi un cadre judiciaire et là encore, nous avons beaucoup à apprendre des justices seigneuriales. C’est enfin une unité économique dont on connaît la plus ou moins grande présence en particulier au travers de droits seigneuriaux d’une grande variabilité selon les régions. Reconsidérer ces questions en recherchant une vision plus nuancée de l’institution seigneuriale – qui n’est pas toujours synonyme d’oppression – est un chantier d’avenir. Manifestement, on ne rencontrait pas qu’un Saulx-Tavannes que Robert Foster nous avait décrit naguère comme attaché à extirper le moindre denier de la poche de ses paysans puisqu’on découvre aussi avec Michel Combet des agronomes avides de nouveautés et de physiocratie. Au XVIIIe siècle, la situation polonaise présente à l’évidence les mêmes contrastes.

5L’encadrement social s’exerçait aussi, bien sûr, dans l’espace urbain, comme l’a établi Josette Pontet avec son étude des quartiers nobles de Bordeaux, Toulouse, Bayonne ou Aix-en-Provence. Il passait par les institutions charitables ou hospitalières qu’administraient les élites nobiliaires, mais aussi dans le cadre paroissial des fabriques et des associations caritatives. En effet, depuis que la noblesse était devenue la grande propagatrice de la réforme tridentine, il existait un lien consubstantiel entre noblesse et religion. Ainsi que le décrit Philippe Loupès, cette conversion fut d’autant plus remarquable qu’elle imposa une renonciation complète à certaines valeurs nobles comme la gloire, le duel et les avantages induits par la vie facile. C’est cette conquête de la réforme tridentine qui explique la disparition des nobles violents que relate, avec sa verve habituelle, Véronique Larcade, ces comportements aberrants ne se retrouvant plus qu’à la marge chez quelques nobles pauvres. La force de ce lien entre noblesse et religion pose d’ailleurs le problème de sa pérennité au XVIIIe siècle sur lequel il reste encore à travailler, car il est impossible d’en rester aux seuls testaments qui masquent sans doute de nouvelles sensibilités religieuses. Pourquoi y aurait-il d’ailleurs forcément incompatibilité entre les Lumières et le catholicisme comme le prouve le concept de « lumière dévote » avancé par Olivier Chaline pour Godart de Belbeuf. Ce qui est certain, c’est que de nouvelles formes de sociabilités culturelles se développent comme la franc-maçonnerie, qu’elles recouvrent l’Europe de Varsovie à Paris et que les nobles en constituent les vecteurs, ainsi que le souligne la très belle étude de Pierre-Yves Beaurepaire.

6Cet encadrement social a évolué avec le temps, en traversant la Révolution française. Eric Mension-Rigau a ainsi évoqué les adaptions du château au XIXe et XXe siècle et Thomas de Rosset a mis en évidence de nouvelles fraternités nobiliaires autour de l’art, que cela soit dans les conceptions picturales ou dans l’architecture néo-gothique.

7Participants polonais et français ont enfin invité les chercheurs à travailler sur les comportements nobiliaires en exploitant de nouvelles sources et en les mettant en parallèle. À ce niveau, l’étude que nous avons conduite symétriquement à celle de Jarosław Dumanowski à partir des inventaires après décès est particulièrement signifiante, car cette source fait apparaître dans les deux pays des dénivellations socio-culturelles, des strates qui font éclater la prétendue homogénéité de l’ordre. Dans les deux pays, les méthodes d’exploitation de la source sont identiques et seuls les indicateurs sont différents puisque la noblesse polonaise valorisait les armes ou les vêtements tandis qu’en Guyenne, l’acajou, les indiennes ou les baignoires étaient des signes de distinction sociale. De nouveaux champs d’investigation peuvent être ouverts de la même manière en exploitant les écrits du for privé, les livres de raison et autres correspondances (Stanisław Roszak et Caroline Le Mao). Leur étude systématique permettra une meilleure connaissance de la vie privée, de l’histoire de l’alimentation, de la vie familiale, de la médecine, des sensibilités… De même, l’intervention de Wojcieck Olzewski a confirmé la nécessité d’un champ interdisciplinaire avec le recours à l’anthropologie, à la sociologie ou à la littérature.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540