Version classiqueVersion mobile

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Conclusion : Bilan du colloque

Les échanges

Maciej Serwański

Texte intégral

1La question des échanges franco-polonais a été au cœur de nos débats. Ils furent analysés non seulement en eux-mêmes, mais aussi dans leurs conséquences. En la matière, trois niveaux d’appréhension peuvent être distingués. En premier lieu, l’échange se limite à la simple connaissance de l’autre : bonne ou mauvaise, profonde ou superficielle. Puis vient l’évaluation de l’autre, l’examen de son comportement, de son attitude, de la culture et de la civilisation qu’il représente. Le résultat peut être positif, approbateur ou négatif voire indifférent, neutre, et même ne provoquer aucune émotion. Enfin le troisième niveau est celui de la réception des idéaux de l’autre, de ses opinions, de sa culture, de sa civilisation, sa mode, ses mœurs, etc. L’analyse des cas concrets d’échanges présentés dans différentes interventions de ce colloque révèle des similitudes et des contrastes lors de la confrontation, entre ce qui est propre à chaque pays et ce qui lui est étranger. Cette confrontation se remarque dans quatre champs de la connaissance historique – économie, société, politique et culture – et ce tout au long des trois siècles de l’histoire moderne, du XVIe jusqu’au XVIIIe.

2Commençons, au risque d’être soupçonné d’une analyse dérivée de l’approche marxiste, par le domaine économique. Il est ici évidemment impossible de faire des comparaisons. La Pologne se trouvait alors à l’Est de la frontière dite de l’Elbe – une évidence d’ailleurs dernièrement remise en question – sur des terres touchées par la « reféodalisation », tandis qu’à l’Ouest s’amorçait le processus d’accumulation des richesses caractérisant les relations économiques de type capitaliste. La marque symbolique de l’activité de la noblesse polonaise, en ce domaine, était la réserve à corvée. C’est dans ce contexte que Stanisław Salmonowicz parle du « pouvoir absolu du noble polonais dans son manoir » aux XVIe-XVIIIe siècles. Le parallèle avec la France souligne sur ce point un contraste évident.

3Au contraire, dans le domaine social, on peut constater des similitudes entre les deux pays. Igor Kraszewski démontre, à partir de l’exemple des mariages franco-polonais dans l’aristocratie et la noblesse au XVIIe siècle, qu’il existait de part et d’autre, un principe d’« égalité sociale ». L’attitude pacifique de la noblesse polonaise, que j’ai eu l’occasion de présenter, n’était pas, elle aussi, étrangère à la noblesse française, comme a pu le faire remarquer Olivier Chaline au cours de la discussion.

4En revanche, dans le champ politique, les contrastes sont bien visibles. Dans la première moitié du XVIe siècle déjà, les conceptions politiques du gentilhomme polonais, décrites par Andrzej Wyczański, tenaient compte de la spécificité de l’État des Jagellon et contrastaient avec les attitudes politiques des nobles de la monarchie des Valois. Ces différences apparurent avec éclat à l’occasion de l’élection d’Henri d’Anjou, et de son court règne sur le trône de Cracovie. Anne-Marie Cocula a montré comment le camp français essaya de regrouper autour de ce prince un ensemble de personnes susceptibles de rendre la moins choquante possible la rencontre de deux traditions politiques, culturelles et de mœurs différentes. C’est justement l’existence de ces contrastes qui inspira Anna Grześkowiak-Krwawicz dans son analyse de la spécificité de la « liberté dorée », chère à la noblesse polonaise dans le contexte des idées universelles de liberté propres aux Temps modernes. Elle a démontré que ces dernières appartenaient en réalité à l’idéologie nobiliaire et qu’il était donc indispensable d’atténuer l’idée d’une différence notable entre noblesse française et noblesse polonaise. La question posée par Olivier Chaline – les États de Bretagne étaient-ils une sorte de Diète, sur le modèle de la Pologne ? – n’appartient pas vraiment à la problématique des échanges examinés ici, il s’agit plutôt d’un essai de comparaison et, de fait, il s’avère difficile, dans ce cas précis, de donner une réponse positive à la question posée. Du côté polonais, il s’agit, une fois de plus, d’un contraste lié à un phénomène propre à une région éloignée de l’Europe. En revanche, l’émigration politique et militaire – appelons-la ainsi – des Hongrois et des Polonais en France au XVIIIe siècle, traitée par Ferenc Tóth, est assurément un autre exemple des échanges entre ces pays. Il est cependant difficile de penser leur insertion sociale et leur solidarité en terre étrangère en termes de similitude ou de contraste. À cette problématique politique se rattache également l’intervention de Maciej Forycki, qui montre la fascination de Jean-Jacques Rousseau pour le système institutionnel de la République nobiliaire polonaise, tout en la replaçant dans le contexte des échanges intellectuels franco-polonais à l’époque des Lumières. En réalité, le modèle institutionnel polonais était irréalisable en France, ce qui donne un nouvel exemple du contraste entre les deux pays.

5La problématique des échanges dans le domaine culturel fut la plus représentée parmi les communications de ce colloque. L’une des questions abordées souvent dans différents exposés fut le « sarmatisme », si typique de la Pologne nobiliaire. On insista sur le fait que c’était pour les Français un phénomène fascinant extérieurement par son exotisme, mais aussi pour la chronologie de son développement au sein de la République : phase préliminaire – jusqu’au milieu du XVIIe siècle –, période classique – dans la seconde moitié du XVIIe et au début du XVIIIe siècle, et enfin la troisième – celle du sarmatisme éclairé tout au long du XVIIIe siècle. Teresa Kostkiewiczowa s’intéresse justement à cette dernière période ; elle trouve, au sein du sarmatisme, des preuves de la réception de la culture française et en conclut que ce phénomène était, dans la Pologne ancienne, ouvert à la culture universelle tout en gardant son caractère propre. Malgré ces affinités, on peut cependant parler d’un contraste visible entre les deux cultures. Les Polonais étaient curieux de la France, tout en la regardant de leur propre point de vue, dans une perspective critique. C’est ainsi que l’auteur du récit de voyage présenté par Izabella Zatorska envisageait l’histoire, l’économie et la culture matérielle de la France. Néanmoins, au XVIIIe siècle, la Pologne faisait partie des pays où pouvait s’observer l’épanouissement des différentes formes de la culture française, son influence sur le mode de vie, la mode, les mœurs. Jarosław Dumanowski exposa ce processus à partir de l’exemple de la culture matérielle en Posnanie, en soulignant à la fois les similitudes de telles influences avec la Grande Pologne et son lien avec les tendances européennes propres à l’histoire culturelle. Des conclusions analogues ont été tirées par Agnieszka Jakuboszczak au cours de son analyse des influences françaises sur l’activité des salons en Pologne dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. C’est dans cette catégorie des « échanges » qu’il faut classer aussi les relations qu’entretinrent, pendant plusieurs années, le dernier monarque polonais, Stanislas-Auguste Poniatowski, et Madame Marie-Thérèse Geoffrin, patronne du célèbre salon parisien. Leurs relations commencèrent pendant la jeunesse du futur roi et aboutirent à la visite de cette célèbre Française à Varsovie en 1766. Les mêmes similitudes se retrouvent dans les relations maçonniques franco-polonaises, présentées dans le texte de Pierre-Yves Beaurepaire.

6En prenant du recul par rapport aux communications présentées au cours de ce colloque mais en s’interrogeant toujours sur « les échanges », les résultats sont très différents selon les trois niveaux déterminés au départ. Force est de constater que, du côté français, seules les deux premières catégories de cette classification apparaissent : depuis la seconde moitié du XVIe siècle, la Pologne est de plus en plus connue des Français, même si cette connaissance reste toujours assez superficielle. Le regard porté sur l’État des seigneurs polonais était plutôt favorable, avec des pointes de curiosité et d’étonnement envers l’exotisme des Sarmates ; il est cependant fondé sur des stéréotypes bien établis. Il n’y eut pratiquement pas de réception en France de « ce qui est polonais ». En revanche, du côté polonais, ces trois formes d’échanges existent. Tout d’abord, comme pour les Français envers la Pologne – mais dans une plus grande mesure –, la connaissance de la monarchie des Valois et des Bourbon se développa et, en particulier, l’intérêt pour différents aspects de son fonctionnement et de son activité. Deuxièmement, les attitudes envers la France étaient bien claires ; son évaluation résultait en grande partie des idéaux politiques et des horizons culturels des différents milieux nobiliaires. Dans le cas du sarmatisme, généralement à tendance xénophobe, l’intensité de l’antipathie envers les Français dépendit des périodes – classique, conservatrice ou éclairée. La Pologne ne manquait cependant pas de francophiles qui, à l’instar des cosmopolites de toute l’Europe, diffusaient une image positive de la France. Quant au troisième niveau, la réception de plusieurs éléments de la culture, de la langue et de la civilisation française commença dans la République nobiliaire à partir du milieu du XVIIe siècle. Ce processus s’intensifia au XVIIIe siècle au point que la culture française domina finalement toutes les autres influences étrangères en Pologne. Les échanges étaient donc très intensifs.

7Au cours de ce colloque, les participants des deux pays ont réussi à traiter, souvent de façon pionnière, plusieurs thèmes tirés de la si riche histoire des relations franco-polonaises mais sont parvenus aussi à aborder des aspects moins connus des relations entre les deux pays. C’est l’une des réussites incontestables de cette rencontre scientifique. Une seconde grande réussite découle de la prise de conscience de l’existence, au sein des problématiques de l’histoire nobiliaire, de nouveaux champs d’études à explorer. Il s’avère donc indispensable d’organiser à l’avenir de nouvelles rencontres de ce type.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search