Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Conclusion : Bilan du colloque

La noblesse et l’état

Olivier Chaline

Texte intégral

1Examinant simultanément une république nobiliaire avec monarque électif et une monarchie héréditaire qui entend bien mettre ses nobles au service, notre colloque a permis de formuler plusieurs comparaisons fructueuses.

2Se trouve d’abord posée la délicate question du droit, et donc des privilèges à la fois personnels et collectifs. Sommes-nous en présence d’une noblesse, ou bien de noblesses ? Dans la République polono-lituanienne, il y a, d’une part, les magnats siégeant au sénat, et l’abondante moyenne et petite noblesse qui envoie ses représentants à la Chambre des députés. Néanmoins, il est clair que les nobles forment la nation et que le mythe sarmate exprime cette conscience. Leur programme politique a été expliqué par Andrezj Wyczański. La situation française s’avère plus complexe. Si l’unité juridique de la noblesse ne fait pas de doute, la diversité sociale, économique ou culturelle est telle qu’elle s’impose à l’historien dès qu’il dépasse les traités théoriques, tel celui présenté par François-Joseph Ruggiu, tâchant de définir ce qu’est le deuxième ordre du royaume, dont Michel Nassiet montre le déclin numérique. Envisager le droit, c’est aussi s’interroger sur la forme de l’État et la participation des nobles aux affaires politiques. En Pologne, les nobles entendent gouverner leur manoir autant que l’État, ainsi que nous l’a rappelé Stanisław Salmonowicz. Le droit doit protéger la propriété foncière, garantir l’inviolabilité du domicile, fonder les libertés politiques évoquées par Anna Grześkowiak-Krwawicz. Inversement, en France, la notion de lèse-majesté donne au roi une marge de manœuvre importante en même temps qu’une arme contre les aspirations nobiliaires à une monarchie contrôlée.

3Réformer l’État est une aspiration maintes fois exprimée, tant en France qu’en Pologne. Le bien commun et la prééminence de la noblesse semblent alors aller de pair. Cette revendication peut conduire à prendre en charge l’État. La monarchie française a connu bien des « conspirateurs » et autres mécontents, parfois dotés d’un programme politique plus consistant qu’on ne l’a longtemps cru. La comparaison avec une République nobiliaire peut être pour nous un encouragement à regarder dans la durée, les continuités et les résurgences françaises des idées de monarchie contrôlée, par les états généraux ou provinciaux, comme par la haute noblesse et des conseillers « nés ». Il y a souvent la conviction d’une dégénérescence de l’État, par rapport à un passé jugé supérieur et perdu. Les textes législatifs peuvent devenir une arme. La Pologne a connu un « mouvement pour l’exécution des lois ». Son évolution politique pose la question : la République nobiliaire est-elle nécessairement l’anarchie ? Mais au-delà d’un lieu commun complaisamment répété dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, il faut aller voir comment les nobles ont pu limiter le champ d’action de l’autorité royale, lorsque devenait évident le conflit entre intérêts dynastiques (des Vasa puis des Wettin) et les aspirations du corps politique nobiliaire.

4La guerre et le patriotisme sont des données majeures de cette histoire. Doit-on ne conserver qu’une posture défensive, en bloquant les ambitions extérieures de la famille régnante ? Les nobles polonais ont tâché de le faire, avec plus ou moins de succès, comme nous l’a montré Maciej Serwański. Pourtant, pour des nobles, la guerre n’est pas dépourvue d’avantages sociaux et financiers : places, commandements, richesses… en plus de la gloire. L’armée et la marine de Louis XIV offrent tout cela, à qui ne rencontre pas un boulet, un sabre ou une balle. La question des levées de troupes est un enjeu politique d’importance : le roi obtient-il un quasi-monopole en ce domaine ? Peut-on parler d’une armée permanente ? Si tel est le cas, il y a un service dans la durée et la fidélité au roi prend des formes nouvelles. Le rapport noblesses et patriotisme se décline de manière différente sur les bords de la Vistule et sur ceux de la Seine, même si l’une n’est pas insensible à l’autre, ainsi que nous l’ont rappelé chacune à leur manière Agnieszka Jakuboszczak et Hanna Dziechcińska. Faire la guerre au roi et en appeler à l’étranger sont des comportements qui disparaissent de France après le Prince Eugène de Savoie. En revanche, la République polono-lituanienne connaît bien des contre-diètes et des confédérations. Il y a aussi bien la prise d’armes avec appui étranger, russe notamment au XVIIIe siècle, que le recours à des plumes prestigieuses et extérieures pour doter le pays d’une constitution, comme ce fut le cas avec Rousseau dont Maciej Forycki a étudié l’écho des conceptions sociales. Lorsqu’est venu le temps de l’échec et de l’exil, il reste le rêve d’une Pologne indépendante et du rôle qu’y jouerait à nouveau la noblesse comme l’insertion dans la nouvelle patrie et sa propre vie politique. L’exemple de Michel Poniatowski développé par Bernard Lachaise est, à cet égard, éclairant.

5On pourrait enfin évoquer le contrôle que pouvait ou non exercer le roi sur ses nobles. Là encore, les évolutions divergent et accroissent les différences. La mainmise royale française sur la définition même et sur les délimitations de la noblesse, si affirmée à partir des enquêtes colbertiennes, reste sans équivalent en Pologne-Lituanie.

6Ce fut donc une des manifestations de la fécondité de cette rencontre que d’avoir permis d’esquisser des comparaisons comme d’examiner de plus près les points d’irréductibles différences et on ne peut qu’en remercier chaleureusement les organisateurs, en souhaitant que d’autres occasions permettent de poursuivre ces réflexions.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540