Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre VI - Les adaptations de la noblesse au mondecontemporain

Mise en valeur et stratégies de reconversion des châteaux privés dans l’Europe contemporaine : l’exemple de l’aristocratie française au xxe siècle

Éric Mension-Rigau

Texte intégral

1L’aristocratie française (actuellement 3 500 familles dont un peu plus de 400 ont été anoblies au XIXe siècle) est encore propriétaire de châteaux qui représentent un patrimoine historique exceptionnel. Ces châteaux ont été au cœur des bouleversements qui ont marqué le monde rural français au cours du XXe siècle. Ils ont perdu leur fonction économique, en raison de la réduction de la superficie des exploitations agricoles ou forestières au centre desquelles ils se trouvaient autrefois, de la baisse de la rente foncière et d’une législation qui, depuis 1946, a modifié le statut du fermage et du métayage en renforçant la position de l’exploitant aux dépens du propriétaire. Le statut du château a changé aussi à mesure que s’est transformé le mode de vie des élites traditionnelles, placées dans l’obligation de trouver d’autres sources de revenus que celles de la terre par la diversification de leur capital et surtout par une activité professionnelle, en général urbaine. Dans le même temps, elles ont vu s’affaiblir leur rôle social, conséquence des bouleversements de la vie quotidienne des campagnes, liés notamment à la rurbanisation ou au contraire à l’exode rural.

  • 1 Selon l’arrêté du 1er mars 1966, est considéré comme ouvert au public tout immeuble que le public (...)
  • 2 Ce chiffre m’a été communiqué par la Demeure historique en juillet 2001. Sur ces 1 561 propriétés, (...)

2L’entretien du château est devenu plus difficile. Aussi, afin de pouvoir garder leur château et ainsi ne pas rompre avec leurs valeurs familiales fondées sur le principe de la continuité, de nombreux châtelains français, dans le sillage de quelques pionniers qui accueillaient déjà des visiteurs dans l’entre-deux-guerres, ouvrent leur demeure au public, selon des modalités variables1. C’est ce qu’ont entrepris, depuis les années 1950, un nombre croissant de propriétaires : en 1921, Philippe, comte, puis marquis de Vibraye (1891-1976) ouvre le château de Cheverny (Loir-et-Cher). Trois ans plus tard, en 1924, Joachim Carvallo (1869-1936), propriétaire de Villandry depuis 1906, fonde avec Boni, marquis de Castellane (1867-1932), la première association regroupant des propriétaires privés, la Demeure historique. Le château d’Anjony (Cantal) s’ouvre en 1935, celui d’Effiat (Puy-de-Dôme) en 1936. À cette date, plus de cent cinquante propriétés reçoivent des visiteurs. La vague importante d’ouverture au public a eu lieu durant la décennie 1960 : Hautefort (Dordogne) en 1965, Breteuil (Yvelines) en 1969... Aujourd’hui 1 561 propriétés privées sont ouvertes au public2.

  • 3 À titre de point de repères, signalons que sur 2 295 membres de la Demeure historique, 982, soit e (...)

3Précisons que les monuments auxquels nous nous intéressons ici sont des monuments privés appartenant à des châtelains « héritiers », qu’il convient de distinguer des « néochâtelains » qui méritent une étude spécifique pour les raisons suivantes : ils sont aujourd’hui en nombre croissant ; ils acquièrent des monuments vides et souvent très dégradés ; leur décision d’achat relève d’un choix individuel et n’est pas dictée par une fidélité à un héritage familial ; l’acquisition, enfin, ne semble pas être accomplie a priori dans une perspective de transmission lignagère. Au contraire, pour les familles étudiées3, le château est le symbole de l’identité familiale et l’objet par excellence de la transmission lignagère.

4Après avoir présenté la situation du parc castral en France, nous exposerons les atouts et les difficultés des châteaux français, avant de proposer quelques éléments de comparaison avec les autres aristocraties européennes.

LA SITUATION DU PARC CASTRAL EN FRANCE

5Rappelons quatre caractères spécifiques du parc castral français privé :

  • Son ampleur d’abord. Sur les quelque 40 000 monuments protégés (35 % classés, 65 % inscrits) que compte la France, 49,6 % appartiennent à des propriétaires privés et les châteaux et manoirs représentent 14 %4.
  • Les châteaux français – à la différence des châteaux anglais – sont majoritairement de dimension moyenne ou petite, avec pour points communs une surface habitable assez vaste, un parc ou un beau terrain5, une architecture de caractère, un passé historique.
  • Les châteaux bénéficient de l’« originalité française »6 que constitue la place considérable donnée à la culture « dans le débat public et dans l’imaginaire national » et par la capacité du patrimoine, aujourd’hui doté d’une très bonne image, à mobiliser l’opinion publique7. Ses défenseurs, en effet, ne cessent de se multiplier : aux fonctionnaires des services spécialisés de l’État et des collectivités locales s’ajoutent les bénévoles des « six mille associations de défense qui prolifèrent, tel un antidote, contre le vandalisme contemporain » et traduisent « une sorte de panique patrimoniale »8 en réponse à trop de dévastations commises. On pourrait évoquer aussi, pour témoigner de l’attachement populaire au patrimoine, le succès éclatant des Journées du Patrimoine qui, depuis 1984, ont lieu chaque année, le troisième week-end de septembre9, ou encore la manie commémorative, le goût pour la généalogie, les foires à la brocante, les spectacles historiques, autre grande spécificité française10.
  • Enfin, en raison précisément de leur abondance, de leurs qualités et de leur place dans notre histoire et notre culture, les châteaux représentent une part importante du potentiel touristique de la France, première destination touristique mondiale, avec plus de soixante-treize millions de visiteurs en 199911, et « un chiffre d’affaires de près de sept cents milliards de francs »12. Parmi les neuf catégories de sites à caractère culturel déterminés par l’Observatoire national du Tourisme13, les « châteaux et architectures civiles remarquables » occupent en effet la première place en totalisant 29,6 millions de visites annuelles, devant les musées des Beaux-Arts (19,4 millions) et les musées thématiques (11,3 millions)14. En outre, l’ouverture au public des châteaux peut représenter un élément de revitalisation dans certaines régions rurales dépeuplées ou en situation économique difficile : elle contribue à l’animation rurale, encourage l’esprit d’initiative locale, peut être une source d’emplois.

6Plusieurs raisons motivent la décision d’ouverture. En général, elle est légitimée par la qualité artistique et esthétique du monument. Offrant le spectacle de la beauté, dans une étonnante diversité, les châteaux sont la vitrine brillante de l’habitat français. Certains ont été conçus par les plus grands architectes : Philibert Delorme (Anet, Eure-et-Loir ou Thoiry, Yvelines), Claude Perrault (Guermantes, Seine-et-Marne), Le Muet (Tanlay, Yonne), Hardouin-Mansart (Dampierre, Yvelines), Le Vau (Vaux-le-Vicomte, Seine-et-Marne ou Lignières, Cher), Boffrand (Haroué, Meurthe-et-Moselle), Blondel (Vendeuvre, Calvados)... Ces exemples signalent l’influence décisive de certains modèles, en particulier de ceux du Val de Loire ou de l’Île-de-France, et proposent souvent d’élégantes synthèses nées de l’adaptation de ces modèles à des matériaux régionaux. Quant aux objets, en même temps qu’ils transportent à la campagne le luxe des intérieurs urbains et illustrent l’appartenance historique de l’aristocratie à des réseaux familiaux et sociaux de dimension nationale, voire internationale, ils témoignent aussi de savoir-faire exceptionnels.

  • 15 « Le concept de château renvoie à deux images littéraires qui ont fait florès, celle du château fé (...)

7Par ailleurs, le château permet une promenade dans la mémoire régionale ou nationale. Matérialisant la relation entre un lieu et une organisation sociale – du refuge militaire, symbolisé par le donjon ou les courtines, à la demeure de plaisance15 – le château est le point d’intersection entre l’histoire d’une famille et l’histoire collective, régionale, nationale, voire européenne. Il a souvent une signification et un rayonnement qui dépassent largement le cadre local : son histoire interfère avec des événements historiques importants et croise des personnages célèbres. En outre, elle s’enrichit parfois de réminiscences littéraires.

8Enfin, lorsque le château est le point d’ancrage d’une famille depuis de nombreuses générations, il apparaît comme le cadre privilégié de la perpétuation de la mémoire : il témoigne d’une capacité de résistance aux mouvements de l’histoire et semble un conservatoire de traditions culturelles, de savoir-faire dont la transmission est indispensable à la restauration des monuments, d’un art de vivre aristocratique qui se manifeste dans le mobilier, les objets de décoration, les arts de la table... L’ouverture au public exploite parfois la curiosité que suscite la survivance de l’identité nobiliaire. Cela se traduit par la présence, dans les pièces visitées, d’une multitude de détails destinés, non seulement à suggérer la vie dans les lieux à leur époque glorieuse, mais aussi à rendre tangible une présence familiale continue et à mettre en spectacle une intimité contemporaine.

  • 16 Un inventaire en est dressé dans Comment développer l’ouverture des sites culturels aux publics to (...)

9L’accueil du public marque, à l’évidence, une rupture radicale avec la traditionnelle « vie de château ». Il implique, pour les propriétaires, des choix astreignants16, un travail persévérant et des contraintes : l’aménagement d’un parcours de visite entraîne la privation de la jouissance quotidienne d’une partie de l’espace privé ; l’ouverture au public, soumise à une logique de rentabilité, doit être accompagnée de mesures destinées à faire connaître le monument et à attirer les visiteurs. Elle exige plus largement l’élaboration d’une véritable pédagogie du patrimoine permettant la compréhension du site et soulignant sa valeur historique, artistique, esthétique ou morale. Elle oblige ainsi le châtelain à modifier ses manières de vivre : il tend à devenir le conservateur d’un monument de prestige et d’exception.

ATOUTS ET DIFFICULTÉS DES CHÂTEAUX FRANÇAIS

  • 17 Des voix s’élèvent pour regretter la réduction actuelle de la part accordée au patrimoine dans le (...)

10Les châteaux français bénéficient de plusieurs atouts importants. Le premier est une législation convenablement protectrice concernant le bâti, fondée sur plusieurs lois importantes. La première est celle du 31 décembre 1913 sur les monuments historiques qui a instauré le classement des immeubles ou parties d’immeubles dont la conservation présente un intérêt artistique ou historique. D’autres lois ont accru la protection des monuments. Celle du 23 juillet 1927 a créé l’inscription sur un Inventaire supplémentaire des immeubles ou parties d’immeubles publics ou privés qui, sans justifier une demande de classement immédiat, présentent un intérêt historique ou artistique suffisant pour en rendre désirable la préservation. La loi du 25 février 1943 impose la protection des immeubles nus ou bâtis situés dans le champ de visibilité – c’est-à-dire dans un périmètre de cinq cents mètres – d’un immeuble classé. La loi du 30 décembre 1966 oblige le propriétaire d’un monument classé à faire les travaux indispensables à son entretien. Par ailleurs, les travaux d’entretien et de restauration peuvent bénéficier d’une participation financière de l’État17.

11Enfin, les propriétaires de monuments protégés bénéficient d’avantages fiscaux considérables, mis en place par deux lois. La première est celle du 23 décembre 1964, inspirée par le duc de Luynes, alors président de la Demeure historique, qui prévoit la déductibilité des dépenses d’entretien et de restauration pour les monuments historiques. Une deuxième loi, celle du 5 janvier 1988, a instauré l’exonération conditionnelle des droits de succession en contrepartie d’un engagement d’ouverture au public et de l’interdiction de vendre les meubles présents sur le parcours de visite.

  • 18 Le propriétaire d’un monument classé ou inscrit peut déduire de ses revenus à 100 % tous les trava (...)

12Précisons que le classement d’un édifice ou son inscription à l’Inventaire supplémentaire n’entraîne nullement pour son propriétaire l’obligation d’ouverture à la visite et que les subventions ne sont pas soumises non plus à l’ouverture au public. Seuls les avantages fiscaux diffèrent selon que le monument est accessible ou non au public18.

  • 19 L’Observatoire national du Tourisme considère qu’en deçà de 20 000 visiteurs annuels « on ne peut (...)
  • 20 « Le triomphe du mot “patrimoine” » comporte le risque d’entraîner « l’affadissement du concept », (...)
  • 21 « En moins de trente ans, un millier de petits musées, attachés au patrimoine naturel et humain du (...)
  • 22 Les Sites touristiques..., ouvrage cité, p. 25 et p. 47.
  • 23 Outre les très nombreux musées d’histoire locale, se sont multipliés à travers la France, des musé (...)
  • 24 Les Sites touristiques..., ouvrage cité, p. 31.
  • 25 Les sites à caractère non culturel sont divisés en sept catégories : « festivals et manifestations (...)
  • 26 Les Sites touristiques..., ouvrage cité, p. 53.
  • 27 Ibidem, p. 63.
  • 28 Ibidem, p. 9.
  • 29 Fréquentation touristique : les principaux sites de 15 pays étrangers, ouvrage cité, p. 53.
  • 30 Disneyland Paris (Marne-la-Vallée) a atteint, en 1999, avec 12,5 millions de visiteurs, un chiffre (...)
  • 31 Fréquentation touristique : les principaux sites de 15 pays étrangers, ouvrage cité, p. 53.
  • 32 Ibidem, p. 53.
  • 33 Certains ont même rêvé de transformer Chambord en parc de loisirs. « En 1991, pour répondre à une (...)
  • 34 Le Parc Mini-Châteaux d’Amboise (Indre-et-Loire), qui se définit, selon une notice publicitaire, c (...)
  • 35 M. de Saint Pulgent, Le Gouvernement de la culture, ouvrage cité, p. 221.

13Cependant, les châteaux privés français sont aujourd’hui confrontés à plusieurs problèmes. Deux seront ici évoqués. Le premier concerne les monuments ouverts au public – qui, pour beaucoup d’entre eux, ont un nombre de visiteurs annuel inférieur à 20 00019 tandis que près de 50 % des châteaux reçoivent moins de 40 000 visiteurs – aujourd’hui fragilisés par la concurrence d’autres types de sites. Celle des sites culturels d’abord, qui bénéficient de la vogue patrimoniale actuelle20 : écomusées21, musées de société et musées thématiques – qui subissent pourtant aussi une chute sensible de leur nombre de visiteurs depuis 199122, peut-être en raison d’une multiplication des thèmes23 –, lieux de mémoire et musées historiques dont la fréquentation est assez stable depuis 199124. Plus redoutable sans doute pour les châteaux est la concurrence des sites non culturels25, en particulier des parcs récréatifs, des parcs thématiques et des bases de loisirs qui, avec 32,7 millions de visites, « se positionnent loin devant les autres catégories non culturelles »26. De 1992 à 1997, la croissance des sites non culturels, en particulier celle des parcs récréatifs qui « suivait depuis 1993 une croissance annuelle de plus de 5 % »27, s’est faite au détriment des sites à vocation culturelle28. Le développement des parcs récréatifs est un phénomène international actuellement en pleine expansion, qui bénéficie du rôle très fort que la société de consommation donne à l’enfant en matière de loisirs29. Ils se divisent en deux grandes catégories. La première regroupe les parcs conçus autour d’un thème, d’un personnage, d’une marque : les parcs Disney en sont la meilleure expression30. La seconde catégorie est celle des parcs animaliers. La multiplication de l’offre dans ce domaine conduit à une diversification des sites : parcs en semi-liberté à l’image de Thoiry (Yvelines), ouvert en 1968, qui fut l’un des précurseurs, aquariums, marine land, réserves ornithologiques, animaux de ferme31. Ces sites bénéficient de l’émergence d’une conscience écologique auprès des populations : ils y répondent par un discours ouvertement dédié à la préservation des écosystèmes et des espèces32. Enfin, par souci de combiner distraction et éducation, certains de ces parcs thématiques n’hésitent pas à puiser leur thème dans l’histoire33 et à construire leur identité sur des « simulacres » – c’est-à-dire la copie, voire la caricature, du vrai patrimoine –, qui ont l’avantage d’être « souvent plus commodément placés et immédiatement attrayants que les sites authentiques ». En France, les exemples les plus spectaculaires sont les parcs de monuments miniatures qui, comme celui d’Amboise34, « proposent au touriste pressé de faire le tour en deux heures de ses reproductions des châteaux de la Loire et de passer le reste de la journée dans un parc animalier judicieusement jumelé avec le premier »35.

  • 36 « À l’évidence, le « produit château » seul se vend mal. Les visiteurs sont de plus en plus sollic (...)

14D’une manière générale, un château ouvert au public gagne en notoriété et en fréquentation quand il parvient à créer un centre d’intérêt qui le différencie fortement et sert à promouvoir son image : un personnage (Chateaubriand à Combourg, Ille-et-Vilaine), un thème (les contes de Perrault à Breteuil, Yvelines et à Ussé, Indre-et-Loire, ou le cheval et la vénerie à Montpoupon, Indre-et-Loire...), une collection exceptionnelle (le mobilier miniature à Vendeuvre, Calvados)... Mais, comme tous les sites touristiques, les châteaux, s’ils veulent augmenter ou seulement conserver leur niveau de fréquentation en incitant le visiteur à revenir, doivent être attentifs à maintenir, voire à accroître, leur attractivité non seulement par une offre constante de qualité, mais aussi par la diversification du circuit de visite – notamment par l’ouverture des jardins qui bénéficient aujourd’hui d’aides publiques croissantes, relayées par des crédits européens – par le renouvellement des animations et par la création d’événements36 : exposition, spectacle, concert, journée des plantes, visite aux chandelles, marché de Noël... À l’évidence cette politique impose aux propriétaires un effort d’imagination et un coût financier.

  • 37 « En 1998, 1 266 châteaux et demeures de caractère auront été victimes de vols de biens culturels, (...)
  • 38 L’une des dispersions les plus importantes a été, en 1987, celle du contenu du château de La Roche (...)

15Le second problème concerne tous les châteaux privés français, ouverts ou pas au public : outre le fait que l’entretien des châteaux représente une charge de plus en plus difficilement compatible avec les revenus et les modes de vie des familles – en raison notamment des problèmes d’entretien et de gardiennage, des cambriolages qui sont en augmentation37 et ont un effet très démoralisateur... –, les successions sont aujourd’hui de plus en plus difficiles. Deux raisons principales laissent pressentir l’accélération rapide, dans les prochaines décennies, d’un processus, déjà bien en marche38, de dispersion définitive des meubles et des objets accumulés dans les châteaux par de nombreuses générations.

  • 39 M. de Saint Pulgent, Le Gouvernement de la culture, ouvrage cité, p. 216. L’auteur ajoute : « mais (...)

16La première est la faible protection des objets mobiliers qui se trouvent encore entre les mains des particuliers ; très peu d’objets appartenant à des personnes privées sont classés et l’inscription à l’Inventaire supplémentaire n’est possible que pour les objets appartenant à des personnes publiques. En outre, le classement des objets privés interdit leur exportation, mais pas leur vente. Il reste à « inventer au profit [des] œuvres d’art d’intérêt national » des mesures incitant les collectionneurs « à conserver [leurs] œuvres ou à ne les vendre qu’en France », avec notamment « un régime d’aide comparable à celui des monuments qui, en contrepartie des contraintes du classement, bénéficient de subventions et de déductions fiscales »39.

  • 40 Bruno de Saint-Victor, « Les ensembles immobiliers : une protection impossible ? », dans Patrimoin (...)
  • 41 M. de Saint Pulgent, Le Gouvernement de la culture, ouvrage cité, p. 218.
  • 42 Demeure historique, 132, 1999, p. 11-12.

17La seconde raison est une législation redoutablement efficace dans la dislocation des intérieurs « par le double jeu des droits de succession et du principe de l’égalité successorale des héritiers directs, à peine tempérée par la quotité disponible »40. En effet, par rapport aux générations précédentes, est survenue une modification radicale : la complète remise en cause d’une loi de succession, tacite mais fondamentale, qui jusque vers la fin des années 1950 a consisté, dans les familles nobles, à avantager considérablement l’aîné, héritier du nom et du titre, en contournant la loi qui, depuis le Code civil de 1804, impose l’égalité des enfants devant l’héritage. L’urgence de la situation a incité le législateur à réagir. Une première mesure est la loi du 5 janvier 1988, qui exonère de droits de succession les legs de monuments classés ouverts au public « afin d’éviter les ventes motivées par la nécessité de payer le fisc »41, en contrepartie d’un engagement d’ouverture au public et de l’interdiction de vendre les meubles conventionnés. Elle favorise ainsi le maintien du patrimoine au sein de la lignée et donne la priorité à la pérennité des ensembles historiques. Afin de faire face au dépeçage de châteaux, est actuellement à l’étude un projet de loi destiné à renforcer la protection des immeubles par destination (cheminées, boiseries, miroirs, trumeaux, peintures intégrées au décor) et à rendre possible l’inscription à l’Inventaire supplémentaire des objets mobiliers appartenant à des propriétaires privés42, assortie de dispositions fiscales.

QUELQUES ÉLÉMENTS DE COMPARAISONS AVEC LES AUTRES ARISTOCRATIES EUROPÉENNES

18Aujourd’hui, toutes les aristocraties européennes rencontrent des difficultés à entretenir leur patrimoine historique, même si dans d’autres pays que la France la situation est plus favorable pour trois raisons : une tradition de gestion des sites plus autonome par rapport à l’administration ; une législation qui facilite la transmission intégrale d’un bien historique à un seul des enfants ; la possibilité de créer des fondations, ce qui est très difficile en France.

  • 43 La vente a été organisée par l’étude Beaussant Lefèvre, commissaires-priseurs à Drouot-Paris, en c (...)

19Néanmoins, on observe, à l’échelle européenne, l’accélération du phénomène de dispersion d’ensembles historiques exceptionnels. Ainsi, en Allemagne, des ventes spectaculaires ont eu lieu durant ces dernières années. En 1993, pendant neuf jours, du 12 au 21 octobre, les princes de Thurn und Taxis vendent une partie du contenu de Schloss Saint Emmeran, à Ratisbonne, en Bavière. 3 500 lots sont dispersés : mobilier, orfévrerie, bijoux et objets de vitrines, céramiques et verres, tableaux et gravures... En 1995, pendant trois semaines, du 5 au 21 octobre, le margrave de Bade disperse les collections rassemblées dans le Neues Schloss de Baden-Baden. Vingt-cinq mille objets sont divisés en six mille lots ; le catalogue édité par Sotheby’s comporte sept volumes. C’est la plus grande vente aux enchères jamais organisée. Autre exemple, en Italie : en 1997, du 11 au 14 juin, le prince della Torre e Tasso, duc de Castel Duino, disperse les collections du château de Duino, au cours de quatre jours de vacation sur place43 ; outre un ensemble de dessins et de tableaux, la vente comportait une bibliothèque, une étonnante collection de photographies et un important mobilier des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles conforme au contenu habituel des grandes demeures des princes de la Mitteleuropa.

20Confrontées à des difficultés similaires, les aristocraties européennes sont-elles capables de solidariser leurs efforts pour aider à la sauvegarde de leur patrimoine historique ? Des raisons fortes devraient les y inciter. Les différentes aristocraties nationales sont, en effet, unies par un sentiment d’appartenance à une même société par-delà les frontières. Ce sentiment est constitutif de leur identité ; il repose sur un code particulier d’usages, un cosmopolitisme des pratiques, née au siècle des Lumières et renforcé au XIXe siècle. La persistance d’un cosmopolitisme aristocratique, fondé sur des liens de parenté et des valeurs partagées, se manifeste dans l’existence non seulement d’associations de noblesses nationales mais aussi d’associations de propriétaires de demeures historiques qui tentent de fédérer leurs efforts à l’échelle européenne.

21On peut dès lors se demander si, aujourd’hui, dans un contexte à la fois de post-communisme, de construction européenne, de réveil de la fierté nationale dans les pays de l’ex-Europe de l’Est, et plus largement d’un regain d’intérêt en Europe pour le patrimoine historique et spirituel des nations, ces noblesses se montrent capables d’initiatives aidant à la conservation et à la transmission des « demeures familiales » qui conservent la mémoire des familles, le passé historique d’une région et un patrimoine de culture et de savoir-faire. Deux structures, à caractère supranational, dans lesquelles sont bien représentées les noblesses occidentales, sont nées :

  • L’association « Europa Nostra », fédération pan-européenne du Patrimoine, créée en 1963 et qui a fusionné en 1991 avec l’Institut international des châteaux historiques, fondé en 1949. C’est, en Europe, la principale organisation non gouvernementale de défense du patrimoine bâti et de son environnement. Elle exerce une action de « lobbying » encourageant la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine architectural et naturel. Elle regroupe plus de deux cents organisations non gouvernementales ainsi que des membres individuels, répartis dans plus de trente-cinq pays.
  • L’Union européenne des associations de demeures historiques (Union of European Historic Houses Associations)44, fondation de droit néerlandais existant depuis 1980, regroupant seize associations nationales de propriétaires privés du type de La Demeure historique, installées dans treize pays d’Europe occidentale. Cette fondation rassemble des associations qui défendent les monuments qui constituent le fleuron du patrimoine privé européen. Elle est un centre d’informations et d’échanges ; elle s’efforce de favoriser les financements des restaurations par le mécénat ou en faisant du lobbying auprès des instances européennes ; elle met en place des groupes de travaux et de réflexion ; elle rédige des rapports permettant une évaluation comparée des situations nationales sur des questions auxquelles sont confrontés partout les propriétaires : la fiscalité, les assurances, la protection du mobilier, l’ouverture au public, le développement des jardins, la création de fondations...

22Pour l’instant, les résultats sont très modestes. On constate surtout des attitudes individuelles communes plus qu’un véritable rapprochement. Elles sont ainsi résumées par Philipp Herzog von Württemberg, Geschäftsführer Sotheby’s Deutschland, dans la préface au catalogue édité par Sotheby’s en octobre 2000, à l’occasion d’un gigantesque « vide-grenier », organisé au château de Monrepos (Wurtemberg), comportant plus de 4 000 objets provenant de dix-huit familles de la haute aristocratie allemande :

  • 45 Aus deutschen Schlössern. Ancestral Attics, Hausauktion im Schloss Monrepos, 9. bis 14. Oktober 20 (...)

Il n’est pas rare qu’en raison de la perte des terres à l’ouest, de la réforme foncière ou de la baisse des rentes provenant des sources de revenus traditionnelles comme la terre, la forêt ou la brasserie, les héritages autrefois importants se soient réduits. Aujourd’hui l’attitude de la noblesse consiste généralement à se concentrer sur son fief principal qu’il s’agit de conserver et qui doit être rendu compatible avec les impératifs du présent. Dans de nombreux cas l’ouverture au public offre la possibilité de visiter des musées installés dans des châteaux, de consulter des archives et d’avoir le plaisir de retrouver l’éclat et le charme du passé en suivant des visites ou en écoutant des concerts dans des demeures historiques. Afin de pouvoir trouver les moyens financiers qui sont nécessaires à l’entrée dans le millénaire, et pour l’avenir, afin de pouvoir entretenir et mettre en valeur comme des musées les collections, les bibliothèques, les archives des familles et des domaines qui existent depuis des générations, de nombreuses familles nobles ont décidé de répondre à la proposition de notre maison de sortir de leurs greniers et de leurs garde-meubles du mobilier, des objets décoratifs, des pendules, des peintures, des porcelaines, de la cristallerie, des tapisseries. Cette vente est motivée avant tout par une volonté de conservation ainsi que par un souci de sauvegarde des monuments. Les familles accomplissent ainsi, conformément à leur tradition et à leur responsabilité, une contribution à la préservation de leur héritage45.

23Restructuration des collections dans le but de sauver l’essentiel et ouverture au public, telle est la stratégie qui se généralise aujourd’hui et que recommande ce texte paradoxal appelant à un éparpillement salvateur. Nous avons vu comme elle se met en œuvre en France. On l’observe aussi en Autriche ou en Italie, moins pour les châteaux que pour les palais : les princes Doria Pamphili, à Rome et à Gênes, après avoir réorganisé leurs collections, ouvrent leurs palais au public. L’Angleterre, qui a été pionnière, conserve une longueur d’avance.

24Pour assurer le maintien et la transmission de son patrimoine historique, la noblesse française est dans une situation qui peut paraître enviable pour deux raisons : la législation française a mis en place progressivement au cours du XXe siècle une protection efficace du patrimoine bâti ; elle autorise des déductions fiscales très importantes qui permettent, lorsque le propriétaire est un gros contribuable, d’avoir lui-même la maîtrise de ses propres impôts et d’en faire profiter le patrimoine historique national.

  • 46 E. Mension-Rigau, La Vie des châteaux. Mise en valeur et exploitation des châteaux privés dans la (...)

25Pour autant, la noblesse française est confrontée aujourd’hui à l’aggravation des conséquences entraînées par l’établissement de l’égalité successorale. Dès le XIXe siècle, de nombreuses voix s’élevaient en France pour prédire que cette législation serait plus efficace que l’échafaud pour tuer l’aristocratie. Les effets du Code civil ont été retardés jusqu’au milieu du XXe siècle, notamment pour la transmission du bien le plus symbolique, le château46. Aujourd’hui, face à l’accélération du phénomène de dispersion des ensembles historiques, on observe en France un très fort sentiment d’urgence, dont témoigne la multiplication des initiatives individuelles. On peut, certes, considérer que, depuis longtemps, les décors et le mobilier des châteaux ont subi des transformations plus grandes que l’architecture. Les ventes, les dispersions après décès, l’apport d’autres héritages, le souci de reconstitution historique se sont alliés, au cours des siècles, pour changer le contenu des châteaux. Mais le phénomène a pris une autre dimension. S’il n’est pas instauré rapidement une protection des ensembles mobiliers, tout laisse présager que ce phénomène s’accentuera avec, pour les châteaux, le risque de perdre ce qui représente à la fois leur décor, leur animation et leur âme, bref le complément indispensable à leur histoire. La noblesse française n’a pas aujourd’hui l’exclusivité des difficultés. La question est de savoir si, confrontées à un même problème d’entretien et de transmission de leur patrimoine historique, les noblesses européennes sauront élaborer des stratégies communes. Pour l’instant, force est de constater que les réalisations concrètes sont rares. La diversité des situations dans lesquelles se trouvent les familles, à l’échelle nationale ou internationale, et surtout la variété des contextes législatifs, politiques et culturels ne rendent pas la tâche aisée.

Notes

1 Selon l’arrêté du 1er mars 1966, est considéré comme ouvert au public tout immeuble que le public est admis à visiter au minimum quarante jours du 1er juillet au 30 septembre, qu’ils soient ou non fériés, ou cinquante jours par an, dont vingt-cinq jours fériés ou dimanches, du 1er avril au 30 septembre. L’administration fiscale considère qu’une journée doit comporter au minimum six heures d’ouverture effective. Une ouverture limitée à l’extérieur est suffisante pour que le propriétaire bénéficie des avantages qui y sont liés.

2 Ce chiffre m’a été communiqué par la Demeure historique en juillet 2001. Sur ces 1 561 propriétés, 1 388 sont ouvertes à l’extérieur et à l’intérieur, 166 seulement à l’extérieur, 7 seulement à l’intérieur. Les autres châteaux ouverts appartiennent à l’État ou aux collectivités locales. Parmi les 115 monuments et sites dont a la charge le Centre des monuments nationaux (qui a succédé, le 21 avril 2000, à la Caisse nationale des monuments historiques et des sites créée le 10 juillet 1914) figurent 30 châteaux.

3 À titre de point de repères, signalons que sur 2 295 membres de la Demeure historique, 982, soit environ 43 %, portent un nom d’apparence noble.

4 V. Patin, Tourisme et Patrimoine en France et en Europe, La Documentation française, 1997, p. 32 ; et La Fréquentation des lieux culturels et non culturels en France métropolitaine en 1991 et en 1996, Observatoire national du Tourisme, 1998, p. 11 ; J. Cardona et C. Lacroix, Chiffres clés 2000. Statistiques de la culture, Documentation française, 2001, p. 17.

5 L’ampleur du parc est importante pour la qualité esthétique du site et sa valeur vénale. « Les vieilles pierres ne peuvent se vendre que dans la mesure où elles sont porteuses de beauté, d’authenticité, d’émotion. C’est le charme d’une propriété qui fait sa valeur vénale, c’est-à-dire sa capacité à envoûter, à exprimer du mystère, à enflammer l’imaginaire. Le marché des monuments historiques relève davantage du « haut de charme » que du « haut de gamme » [...] Le propriétaire doit donc être très attentif à la préservation du site dans lequel s’inscrit le château, car c’est un élément de valorisation majeur. Le « haut de charme » ne souffre aucune nuisance. Sinon le bien sera fortement décoté. Tout joyau architectural doit prendre place dans un écrin de verdure qui le met en valeur » (N. Mouré, ouvrage cité, p. 43-44).

6 M. de Saint Pulgent, Le Gouvernement de la culture, Gallimard, 1999, p. 26.

7 « L’extension du patrimoine [...] peut être datée de 1980, décrétée “Année du Patrimoine” par le gouvernement de Raymond Barre [...]. La notion explose alors littéralement, elle envahit des domaines d’une diversité inouïe, elle se ramifie, elle déborde le cadre rassurant des monuments historiques » (J.-Y. Andrieux, Patrimoine et Histoire, Belin, 1997, p. 16).

8 M. de Saint Pulgent, Le Gouvernement de la culture, ouvrage cité, p. 208.

9 En 2000, ces journées ont concerné 11,5 millions de visites, 14 186 sites participants, 17 269 manifestations. Les propriétaires privés n’ont aucune obligation d’ouvrir. La Demeure historique leur recommande cependant de le faire.

10 L’Officiel des fêtes et spectacles historiques de l’année 2001, publié par la Fédération française des Fêtes et Spectacles Historiques, fondée en 1985, recense 88 spectacles.

11 Fréquentation touristique : les principaux sites de 15 pays étrangers, Observatoire national du Tourisme, juin 2001, p. 19.

12 M. de Saint Pulgent, Le Gouvernement de la culture, ouvrage cité, p. 219. L’auteur précise : « on peut raisonnablement admettre que l’attrait [du] patrimoine explique 10 % de ce surcroît de richesse nationale, essentiellement fourni par des touristes étrangers qui, sans ce “produit d’appel”, iraient dépenser leur argent dans un autre pays. On sait que 50 % de cette richesse se retrouvent dans les caisses publiques ou sociales. Le patrimoine rapporte donc chaque année quelque trente-cinq milliards de francs à l’État, aux collectivités locales et au budget social, alors que le total des investissements publics dans ce domaine est inférieur à dix milliards ».

13 Ces neuf catégories sont : « sites et musées archéologiques », « châteaux et architectures civiles remarquables », « écomusées et musées de société », « forteresses, citadelles et architectures militaires remarquables », « lieux et musées historiques », « musées des beaux-arts », « muséums et musées des sciences naturelles », « édifices religieux », « musées thématiques » (Les Sites touristiques en France métropolitaine. Fréquentations 1996-1998, Observatoire national du Tourisme, 1999).

14 Les Sites touristiques..., ouvrage cité, p. 13.

15 « Le concept de château renvoie à deux images littéraires qui ont fait florès, celle du château féodal en ruine et celle du château de plaisance ou château de résidence, dont l’aménagement intérieur raconte, mieux que l’architecture, l’histoire, le goût et la vie quotidienne des générations précédentes » écrit Françoise Bercé (Des monuments historiques au patrimoine du XVIIIe siècle à nos jours ou « Les égarements du cœur et de l’esprit », Flammarion, 2000, p. 95).

16 Un inventaire en est dressé dans Comment développer l’ouverture des sites culturels aux publics touristiques, AFIT, 2000. Voir aussi : Demeure historique, Les Comptes-rendus de DH Formation. 2e session : « Ouverture au public. Formalités, avantages et contraintes », 19 octobre 1996, Château de La Ferté Saint-Aubin.

17 Des voix s’élèvent pour regretter la réduction actuelle de la part accordée au patrimoine dans le budget du ministère de la Culture : de 1960 à 2000, elle a chuté « de 53 % à 12 % » (M. de Saint Pulgent, « Le patrimoine au risque de l’instant », Les Cahiers de médiologie, 11, Gallimard, 2001, p. 305). En outre, la politique actuelle tend à ne plus considérer comme prioritaire la protection des grands sites historiques pour deux raisons. La première est la diversification croissante des critères de protection, marquée notamment par l’intérêt pour les « nouveaux patrimoines », en particulier le patrimoine industriel et l’architecture du XXe siècle, et par l’émergence d’un patrimoine « de moins en moins historique et de plus en plus mémoriel », dont la conservation est avant tout fondée sur le « devoir de mémoire ». La seconde raison est la volonté de mener « une politique ostentatoire de “modernisation” du patrimoine par la création » qui conduit « à camper l’art contemporain au cœur du patrimoine » en utilisant « pour ce faire, des crédits destinés à la restauration » (M. de Saint Pulgent, Le patrimoine au risque de l’instant, ouvrage cité, p. 306-307). En témoigne l’actuelle politique du Centre des monuments nationaux qui a pour objectif affirmé d’ouvrir le patrimoine « sur la création artistique », de « faire entrer les artistes dans les monuments » et de « transformer ceux-ci en pôles d’action culturelle, en faisant appel à toutes les disciplines : musique, arts plastiques, théâtre et art de la scène, spectacle vivant, cinéma, vidéo, photo, littérature... » (Centre des monuments nationaux, dossier de presse 2001).

18 Le propriétaire d’un monument classé ou inscrit peut déduire de ses revenus à 100 % tous les travaux qu’ils soient subventionnés (déduction faite de la subvention) ou non. Quant aux charges foncières (frais de gérance et de gardiennage, intérêts d’emprunts liés au bâtiment, taxes foncières, dépenses d’entretien, de réparation, d’amélioration concernant le chauffage, la plomberie, le raccordement au réseau d’assainissement, la pose et l’entretien d’une alarme...), elles sont déductibles à 50 % si le monument n’est pas ouvert à la visite. Si la visite est gratuite, elles sont déductibles à 100 %. Dans le cas, qui est le plus fréquent, d’une visite payante, elles sont déductibles pour partie du revenu global et pour partie du revenu foncier que constituent les recettes de visite (l’ouverture au public n’étant pas considérée comme une activité commerciale, le produit des droits d’entrée n’est pas assujetti à la T.V.A. et doit être déclaré comme revenu foncier personnel). Le fisc considère qu’un immeuble occupé par son propriétaire et produisant des recettes de visite est ouvert pour les trois quarts et réservé à l’usage de son propriétaire pour un quart. De ce fait les dépenses sont déductibles pour 75 % des revenus fonciers et pour les 25 % restants du revenu global. Chaque année, le propriétaire effectue le solde de ses opérations foncières : recettes moins 75 % des dépenses. Si le résultat est négatif (ce qui est presque toujours le cas), le déficit foncier est imputable sur les autres catégories de revenu, ce qui constitue un avantage considérable. Un monument qui n’est ni classé ni inscrit, mais qui présente un intérêt historique, touristique ou artistique et qui est ouvert à la visite selon l’arrêté du 1er mars 1966, peut bénéficier de l’agrément fiscal, délivré par la Direction régionale des impôts pour une durée de cinq ans renouvelable. Dans ce cas, le régime fiscal est du même type que celui applicable aux monuments inscrits ou classés, mais ne donne pas droit au versement de subventions. Les monuments classés, inscrits ou agréés, même ouverts au public, ne bénéficient d’aucune exonération à l’impôt de solidarité sur la fortune, mais bénéficient de modalités particulières pour leur évaluation.

19 L’Observatoire national du Tourisme considère qu’en deçà de 20 000 visiteurs annuels « on ne peut guère parler de fréquentation touristique », ce chiffre correspondant « en gros à la contenance d’un autocar par jour pendant 300 jours ouvrables » (Les Sites touristiques, ouvrage cité, p. 9). Précisons qu’à la différence des monuments appartenant à l’État pour lesquels nous disposons d’un recensement périodique de la fréquentation, les informations concernant les monuments privés sont parcellaires en raison « des réticences des gestionnaires à communiquer les informations qu’ils détiennent le plus souvent » (ibidem, p. 19-20).

20 « Le triomphe du mot “patrimoine” » comporte le risque d’entraîner « l’affadissement du concept », voire « son évanouissement. Comme dirait Régis Debray, le patrimoine prolifère aujourd’hui, mais “à en mourir” [...] La demande de patrimoine faite aujourd’hui à l’État est de gérer la croyance naïve, mais puissante, selon laquelle tout l’héritage humain, maisons, meubles, objets, papiers et même métiers, commerces et industries en déclin, peut et doit être conservé dans la grande arche de la mémoire et mis physiquement à l’abri des destructions diluviennes de l’époque moderne. Ce qu’il s’agit désormais de transmettre intacts, aux frais du contribuable ou, à défaut, de restituer par des artefacts type Puy-du-Fou, ce sont des parfums des goûts, des sons, des gestes, des rites et des images disparus ou menacés de l’être », écrit M. de Saint Pulgent (Le patrimoine au risque de l’instant, ouvrage cité, p. 306).

21 « En moins de trente ans, un millier de petits musées, attachés au patrimoine naturel et humain du monde rural, ont été créés. Écomusées, maisons à thème ou encore maisons de parc, ils contribuent à l’enrichissement de l’offre touristique de nos campagnes » (Les Musées du patrimoine rural, AFIT, 1996, p. 3).

22 Les Sites touristiques..., ouvrage cité, p. 25 et p. 47.

23 Outre les très nombreux musées d’histoire locale, se sont multipliés à travers la France, des musées de l’artisanat, des traditions populaires ou de la vie quotidienne d’antan. La liste des thèmes semble infinie. En voici un inventaire non exhaustif : musée de la coiffe, de la broderie, du peigne, de la chemise, du lin, du chanvre, de la soie, du safran, des plantes tinctoriales, de la filature, de l’étain, du fer blanc, de la céramique, de la porcelaine, de l’apiculture, de la pomme et du cidre, du vin et de la tonnellerie, de la distillerie, du champignon, de la mytiliculture, de l’art du sucre, de la vannerie, du savon, de la lavande, des arômes et des parfums, du cuir et de la tannerie, de la corderie, de l’ardoise, du sabot, de la chaussure, de la cloche, du papier, de la plume et de l’encrier, du santon, de l’outil et des vieux métiers, de la meunerie, du pain, du bois, de la mine, du facteur rural, des commerces traditionnels, de la maison d’autrefois, de l’élevage d’antan, du mariage ancien, de l’archerie, du compagnonnage, du braconnage, des mariniers, du cheval de trait et de l’âne, des attelages, des dirigeables, de l’automobile, du cirque, de la bande dessinée, du dessin animé, du jouet, de l’automate, de la poupée, de la figurine ancienne, de la médecine, de la sorcellerie, des instruments de torture, de la foudre, de la communication...

24 Les Sites touristiques..., ouvrage cité, p. 31.

25 Les sites à caractère non culturel sont divisés en sept catégories : « festivals et manifestations diverses », « grottes, gouffres, avens et grottes préhistoriques », « jardins et parcs », « parcs thématiques et bases de loisirs », « sites naturels, villages, petits trains, téléphériques, etc. », « tourisme industriel », « parcs animaliers et aquariums » (Les Sites touristiques..., ouvrage cité).

26 Les Sites touristiques..., ouvrage cité, p. 53.

27 Ibidem, p. 63.

28 Ibidem, p. 9.

29 Fréquentation touristique : les principaux sites de 15 pays étrangers, ouvrage cité, p. 53.

30 Disneyland Paris (Marne-la-Vallée) a atteint, en 1999, avec 12,5 millions de visiteurs, un chiffre comparable à ceux des deux parcs américains d’Orlando (15,2 millions de visiteurs) et d’Anaheim (13,4 millions). Ces trois sites sont actuellement les plus visités du monde (Fréquentation touristique : les principaux sites de 15 pays étrangers, ouvrage cité, p. 51).

31 Fréquentation touristique : les principaux sites de 15 pays étrangers, ouvrage cité, p. 53.

32 Ibidem, p. 53.

33 Certains ont même rêvé de transformer Chambord en parc de loisirs. « En 1991, pour répondre à une baisse de la fréquentation des châteaux de la Loire, un projet d’aménagement aux abords du château de Chambord d’un centre de la Renaissance « attractif », autrement dit centre de loisirs, fut promu par la Caisse nationale des monuments historiques et des sites, le conseil général et le département, jusqu’à ce qu’éclate une polémique dévoilant l’aberration d’un complexe touristique dont l’architecture devait s’imposer, face à la magnificence de Chambord, comme un chef-d’œuvre de l’éclectisme architectural : tour Eiffel, statue de la Liberté, musée Guggenheim... In fine, le ministère de la Culture se retira ; les 5 500 hectares de terrain furent classés en 1996 » (Anne Bonnin, « parcs de loisirs » dans Emmanuel de Waresquiel direction, Dictionnaire des politiques culturelles de la France depuis 1959, Larousse-CNRS, 2001, p. 475). À ce projet de « Chamborland » succéda, en 1995, celui d’un « Vincirama », un spectacle de « cinégraphie » comportant la projection, sur de multiples écrans géants, d’un montage de films de fiction, appuyé d’effets spéciaux, de jeux de lumières et de mouvements de foule. Il fut, lui aussi, abandonné (voir Le Monde, 5-6.2.1995, L’Express, 23.2.1995, Point de Vue, 4.8.1992).

34 Le Parc Mini-Châteaux d’Amboise (Indre-et-Loire), qui se définit, selon une notice publicitaire, comme « un site touristique et culturel, image du célèbre Jardin de la France », est ouvert depuis 1996. Il présente, sur deux hectares, quarante-trois maquettes, à l’échelle 1/25e, de châteaux de la vallée de la Loire, avec, depuis l’année 2000, un audioguidage en cinq langues. Le groupe auquel il appartient possède aussi, à Amboise, deux autres parcs attractifs, l’Aquarium de Touraine et le Parc Le Fou de l’Ane où l’on voit une cinquantaine d’ânes de races françaises et étrangères. Le nombre de visiteurs du Parc Mini-Châteaux est important : plus de 500 000 chaque saison selon le guide de visite vendu sur le site (Durand Allizé, Parc Mini-Châteaux Amboise. Le Guide de visite, s. d., p. 1), de 350 000 à 375 800 (entre 1996 et 1998) selon les indications fournies dans Les Sites touristiques..., ouvrage cité, p. 64. Cependant le groupe, qui a adopté pour tous ses sites la marque Planète Aquarium car il est le leader en France des aquariums géants et dont le président est Fabrice Durand Allizé, rencontre actuellement des difficultés. Introduit sur le Nouveau Marché en mai 1998, il n’a pas tenu ses promesses face aux investisseurs, a supporté depuis 1999 de lourdes pertes et a vu son cours chuter en Bourse. Le 26 octobre 2000, il a déposé au greffe du tribunal de commerce de Paris une déclaration de cessation de paiement, à la suite de laquelle ce tribunal a ordonné, le 31 octobre 2000, l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire (voir Figaro, 4.2.2000, 1-2.4.2000 ; Le Journal des Finances, 29.7.2000, 28.10.2000, 4.11.2000). France Miniature, à Élancourt (Yvelines) est un autre parc du même type : il présente, dans un parc de cinq hectares, plus de cent soixante monuments reproduits à l’échelle 1/30e. Entre 1996 et 1998, le nombre de ses visiteurs est passé de 299 800 à 266 000 (Les Sites touristiques..., ouvrage cité, p. 64).

35 M. de Saint Pulgent, Le Gouvernement de la culture, ouvrage cité, p. 221.

36 « À l’évidence, le « produit château » seul se vend mal. Les visiteurs sont de plus en plus sollicités et ont des exigences précises. La baisse de fréquentation des monuments historiques semble être le mouvement naturel. Sommés de s’adapter, de nombreux propriétaires rivalisent d’imagination pour infléchir cette tendance qui compromet l’équilibre financier : montgolfière au château de Cheverny (Loir-et-Cher), spectacle son et lumière au château de La Ferté-Saint-Aubin (Loiret), serre aux papillons au château de Goulaine (Loire-Atlantique)... L’ère de l’animation touristique dans le cadre des monuments historiques est ouverte et soulève bien des questions » écrit N. Mouré (ouvrage cité, p. 122.)

37 « En 1998, 1 266 châteaux et demeures de caractère auront été victimes de vols de biens culturels, à l’exclusion des objets de brocante. Il y en avait eu 501 en 1997 », Le Pillage des demeures. Conseils pour lutter contre le fléau des cambriolages, Vieilles Maisons Françaises, hors série, 1999, p. 4. Voir aussi La Mémoire collective en danger, actes du colloque organisé par Gras Savoye, 12 avril 1999.

38 L’une des dispersions les plus importantes a été, en 1987, celle du contenu du château de La Roche-Guyon (Val-d’Oise), en particulier d’une bibliothèque d’ouvrages rares et d’un mobilier exceptionnel comportant notamment un salon rose réalisé chez Heurtaut pour la duchesse d’Enville. Parmi les ventes les plus récentes et les plus spectaculaires concernant des monuments ouverts au public, citons celle du château de Picomtal (Hautes-Alpes) en février 1998 et celle du château de Châteauneuf-sur-Cher (Cher) les 12-14 juin 2001. On pourrait évoquer aussi les ventes Orléans.

39 M. de Saint Pulgent, Le Gouvernement de la culture, ouvrage cité, p. 216. L’auteur ajoute : « mais le ministère des Finances a une sainte horreur des déductions fiscales »...

40 Bruno de Saint-Victor, « Les ensembles immobiliers : une protection impossible ? », dans Patrimoine, temps, espace. Patrimoine en place, patrimoine déplacé. Entretiens du patrimoine, Théâtre de Chaillot, 22-24 janvier 1996, Fayard, 1997, p. 223.

41 M. de Saint Pulgent, Le Gouvernement de la culture, ouvrage cité, p. 218.

42 Demeure historique, 132, 1999, p. 11-12.

43 La vente a été organisée par l’étude Beaussant Lefèvre, commissaires-priseurs à Drouot-Paris, en collaboration avec Stadion, maison de vente à Trieste. Elle comportait plus de 1 500 lots, soit près de 3 000 objets. La vente a rapporté 9,9 milliards de lires (33 millions de francs), soit le double des estimations. 98,6 % des lots présentés ont trouvé preneurs (Le Monde, 23.10.1997). royale des demeures historiques de Belgique (Belgique,) Sveriges Jordägareförbund (Suède).

44 L’UEHHA regroupe actuellement seize associations d’Europe occidentale : Historic Houses Association (Grande-Bretagne), La Demeure historique, Vieilles maisons françaises, Parcs et jardins de France (France), Associaçao portuguesa das casas anticas (Portugal), Domus antiqua helvetica (Suisse), Österreichischer Burgenverein (Autriche), Bygnings Frednings Foreningen (Danemark), Casas Historicas y Singulares (Espagne), Associazione dimore storiche Italiane (Italie), Particuliere historische Buitenplaatsen (Pays-Bas), Associaçio de Propietaris de castelis i edificis catalogats de Catalunya (Catalogne), Arbeitskreis für Denkmalpflege in der Arbeitsgemeinschaft der Grundbesitzerverbände (Allemagne), Irish Heritage Properties (Irlande), Association

45 Aus deutschen Schlössern. Ancestral Attics, Hausauktion im Schloss Monrepos, 9. bis 14. Oktober 2000, Sotheby‘ s, p. 17.

46 E. Mension-Rigau, La Vie des châteaux. Mise en valeur et exploitation des châteaux privés dans la France contemporaine, stratégies d’adaptation et de reconversion, Perrin, 1999, p. 311-326.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540