Version classiqueVersion mobile

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre VI - Les adaptations de la noblesse au mondecontemporain

Michel Poniatowski, un prince d’origine polonaise au service de la république française

Bernard Lachaise

Texte intégral

  • 1 P. Viansson-Ponté, « Lettre ouverte à Michel Poniatowski » dans Lettre ouverte aux hommes politiqu (...)

Il y avait longtemps, un siècle et demi peut-être, que l’on n’avait pas vu au sein du pouvoir en France un grand seigneur libéral… La politique, c’était devenu l’affaire des propriétaires, des avocats, des professeurs, des notables et de quelques nobliaux campagnards. On n’y rencontrait plus les princes qui se détournaient, narines pincées, de cette peu ragoûtante cuisine. Voici que reparaît avec vous la plus ancienne des internationales, celle du Gotha. Ce n’est pas seulement un symbole, c’est un signe1.

1Ces propos qui datent de 1976 sont ceux du journaliste français Pierre Viansson-Ponté, excellent connaisseur de la vie politique, volontiers polémiste, comme le montre ici le raccourci un peu simpliste de sa formule, contestable pour les historiens. Ces propos concernent le prince Michel Casimir Poniatowski, fils du prince Charles-Casimir Poniatowski et de la princesse née Anne de Caraman-Chimay. Michel Poniatowski occupe alors la fonction de ministre de l’Intérieur, seul ministre d’État – et officieusement vice-premier ministre – dans le premier gouvernement de la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, dirigé par Jacques Chirac.

2Michel Poniatowski (1922-2002) ou « Ponia » comme tous le désignent est alors, à cinquante-quatre ans, à l’apogée de sa carrière et de sa gloire. Son entrée dans l’Histoire est tardive et sa marque est brève : l’essentiel se joue au cours d’une décennie, entre le milieu des années 1960 et celui des années 1970. La Cinquième République, sous un régime souvent qualifié de « monarchie républicaine » est à un premier tournant de cette République, le passage de la « monarchie gaullienne » à la « monarchie giscardienne », autour de 1969-1974. Son rôle est alors non négligeable, même s’il s’effectue plus dans l’ombre qu’aux responsabilités.

  • 2 Pour cette communication, les sources utilisées sont essentiellement constituées des écrits ou par (...)

3Dans le cadre d’un colloque sur la noblesse, nous verrons d’abord l’entrée du prince Poniatowski au service de l’État comme haut fonctionnaire puis dans la politique au Parlement et au gouvernement. Ensuite, nous expliquerons les motivations de cet engagement en présentant les fortes convictions politiques de Michel Poniatowski avant de montrer que ce prince est surtout entré en politique au service d’un homme en pleine ascension dans les années 1960, Valéry Giscard d’Estaing2.

AU SERVICE DE L’ÉTAT : UN PRINCE ÉNARQUE ENTRÉ EN POLITIQUE

  • 3 Voir le tableau généalogique ci-après. Merci à Andrzej Nieuwazny, professeur à l’Université Nicola (...)

4Le service de l’État est, pour Michel Poniatowski, un héritage familial3. Comment le prince Poniatowski ressent-il son appartenance à une illustre famille qui a servi la Pologne et la France ?

  • 4 M. Poniatowski, Cartes sur table. Entretien avec Alain Duhamel, Paris, Fayard, 1972, p. 9.
  • 5 M. Poniatowski, ouvrage cité, p. 30.

Il y a deux sortes de snobisme, déclare-t-il ; l’un consiste à se draper avec vanité dans un passé dont la gloire ne vous revient pas et l’autre à traiter ce passé avec indifférence et commisération. Les deux sont également naïfs4. Un vieux nom c’est l’œuvre de beaucoup de générations, c’est comme une ancienne et belle maison bâtie pierre à pierre. Le hasard vous en fait cadeau. Il faut y faire honneur, par politesse pour ceux qui vous ont précédé et par égard pour ceux qui vous suivent5.

  • 6 F. Lancel, Valéry Giscard d’Estaing. De Chamalières à l’Elysée, Paris, Belfond, 1974, p. 115.

5Dans la longue histoire de la famille, un nom domine, parmi tous ceux qui ont servi la Pologne : Stanislas Auguste, bien sûr, celui qui est devenu roi de Pologne à la fin du XVIIIe siècle et a transformé les comtes Poniatowski en princes. Des ancêtres qui se sont mis au service de la Pologne et de la France, le plus bel exemple c’est Joseph Antoine, généralissime des armées polonaises, au service de Napoléon, maréchal de France, mort à la bataille de Leipzig, ce qui vaudra plus tard cette réplique du gaulliste Alexandre Sanguinetti à Poniatowski accusant une fantomatique « Union corse » d’être pourvoyeuse de drogue : « M. Michel Poniatowski devrait se souvenir que s’il est le descendant d’un maréchal de France, c’est grâce à un Corse !… »6. Dès lors, les Poniatowski servent la France comme l’a fait, avant Michel, son trisaïeul, Joseph Michel, ami de Louis Napoléon Bonaparte qui le naturalise en 1854 et le nomme sénateur en 1855. L’ancienneté de l’engagement familial au service de l’État en France explique combien il a été dur à Michel Poniatowski de se voir soupçonné d’être étranger lorsqu’il était à l’ENA :

  • 7 M. Poniatowski, Mémoires, Paris, Plon-Le Rocher, 1997, p. 230.

en 1948, le secrétaire général de l’ENA me convoqua : « Poniatowski, nous avons étudié votre dossier à fond à la demande d’un de vos camarades syndiqué qui conteste la légalité de votre présence à l’École » ; la question posée est brutale mais simple : « êtes-vous français ? ». J’étais stupéfait… Je m’en fus en rageant… place Vendôme chercher une copie des lettres de grande naturalisation française de mon trisaïeul, le prince Joseph Poniatowski7.

6La tradition de l’engagement au service de l’État ne s’arrête pas avec Michel Poniatowski dont deux fils, Ladislas et Axel, sont devenus parlementaires, l’un en 1986, l’autre en 2002. L’aîné, Ladislas, a voulu très tôt s’inscrire dans cette lignée en se présentant pour la première fois à des élections législatives en 1973 alors qu’il n’avait que vingt-sept ans.

7Mais chez Michel Poniatowski, la volonté de servir l’État n’a pas conduit immédiatement à la politique mais à la haute administration et le prince Poniatowski est d’abord devenu un haut fonctionnaire de la République, vite appelé dans des cabinets ministériels dont il est membre durant presque une décennie entre le milieu des années 1950 et celui des années 1960. Serviteur de l’ombre, c’est un parcours type dans la France politique d’après-guerre qui conduit de brillants jeunes gens de l’ENA aux cabinets ministériels, étapes quasi obligées avant l’entrée en politique, en particulier la conquête d’un mandat.

8La carrière de Michel Poniatowski dans la haute fonction publique est liée à son succès à l’École Nationale d’Administration. Le futur ministre appartient aux premières promotions d’énarques (1947-1948). Comme pour d’autres futurs élus de la même génération – Valéry Giscard d’Estaing ou Yves Guéna par exemple – l’ENA constitue la voie royale : après avoir servi comme combattant durant la guerre, ces jeunes gens entrent logiquement, à leurs yeux, au service de l’État. Mais Michel Poniatowski ne devient pas seulement un haut fonctionnaire. Il est assez vite introduit dans le monde politique en devenant membre de plusieurs cabinets ministériels. Du parcours de Poniatowski comme homme de cabinet, la seconde phase est plus connue que la première. C’est pourtant sous la Quatrième République, en 1955 puis en 1957-1958, que Poniatowski entre dans un cabinet, comme collaborateur de Pierre Pflimlin, conseiller technique (1955) au ministère des Finances puis directeur-adjoint de cabinet rue de Rivoli (1957) et à Matignon en 1958. Sous la Cinquième République entre 1959 et 1966, il est directeur de cabinet du ministre des Finances Valéry Giscard d’Estaing jusqu’en 1963 puis chargé de mission.

  • 8 C. Nick, Résurrection. Naissance de la Ve République. Un coup d’État démocratique, Paris, Fayard, (...)
  • 9 M. Poniatowski, Cartes…, ouvrage cité, p. 109.
  • 10 Fondation Charles de Gaulle, ouvrage cité, p. 61. En 1972, Poniatowski avait, il est vrai, plus en (...)

9Les années 1950 sont importantes car Poniatowski a joué un rôle non négligeable lors des « ides de mai » 1958, révélé quarante ans après, dans ses Mémoires surtout et dans des témoignages apportés aux historiens8. Par ses fonctions, Poniatowski est au cœur des événements, grâce aux écoutes téléphoniques et au cœur d’un processus qui permet d’éviter un coup d’état militaire mais qui va dans le sens de ce que veulent les comploteurs soit l’appel à de Gaulle au nom du maintien de l’Algérie française. À la question : « de Gaulle revient-il au pouvoir sous la forme d’un coup d’état ? », Poniatowski, bien informé, bon observateur et même un peu acteur, a répondu « oui » parfois, en 19729 par exemple, mais « non » dans d’autres occasions, notamment en 199810.

  • 11 M. Poniatowski, Cartes…, ouvrage cité, p. 147.

10Proche de l’action politique en 1958, c’est sous la Cinquième République que Poniatowski franchit le pas et devient un serviteur dans la lumière, dans un parti, au Parlement et au gouvernement. Son rôle politique consiste d’abord à organiser une famille politique, les républicains indépendants (RI), avec les clubs Perspectives et Réalités (1963) et la Fédération nationale des républicains indépendants. C’est en 1966 que « Ponia » sort complètement de l’ombre quand il devient secrétaire général du parti. Valéry Giscard d’Estaing étant président du parti, Poniatowski effectue « le travail d’organisation, de mise en œuvre et d’administration du parti » et « peu à peu a été conduit à prendre des positions politiques publiques »11. À partir de 1969, Valéry Giscard d’Estaing étant revenu au gouvernement, Poniatowski a, selon ses dires, « la charge d’animer le parti largement sous sa responsabilité ». La réussite est là, comme l’illustre le poids des députés RI : 31 en 1962, 43 en 1967, 61 en 1968… En 1967, ils sont indispensables aux gaullistes pour conserver la majorité à l’Assemblée.

11La seconde étape de la carrière politique, c’est l’élection de Poniatowski comme député. La première tentative, personnelle, c’est-à-dire en dehors d’un parti, à Paris, en 1962, avait été un échec. En 1967, le succès est là : Poniatowski est élu député du Val d’Oise puis réélu en 1968 et en 1973. En plus de l’onction démocratique donnée par le suffrage universel (Poniatowski est le premier membre de sa famille à la recevoir), l’entrée au Palais-Bourbon lui donne une tribune pour diffuser les idées des RI, faire entendre leur différence au sein de la majorité et promouvoir leur chef, Valéry Giscard d’Estaing.

  • 12 V. Giscard d’Estaing, Le pouvoir et la vie, tome 2, Paris, Cie 12, 1991, p. 75.

12Enfin, une troisième étape est franchie par l’entrée dans un gouvernement. En avril 1973, Poniatowski est nommé ministre de la Santé et de la Sécurité sociale dans le gouvernement Messmer remanié. L’accès à un ministère est cependant tardif. Il n’intervient qu’après les élections de 1973. Plusieurs raisons y contribuent : Poniatowski indispose trop les gaullistes et les RI ne sont pas encore assez forts. Pourquoi cette nomination intervient-elle en 1973 ? Pierre Messmer a besoin des RI et Valéry Giscard d’Estaing, dans le contexte d’une course à l’Élysée entamée depuis longtemps mais accélérée par la maladie de Pompidou, a besoin d’un poids lourd à ses côtés. Le couronnement de l’action politique de Poniatowski est sa nomination à un ministère clé, l’Intérieur, avec le titre de ministre d’État – le seul dans le gouvernement – durant les trois premières années de la présidence Giscard d’Estaing, dans les gouvernements Chirac (1974-1976) puis dans le premier gouvernement Barre (août 1976-mars 1977). Le ministère de l’Intérieur, Poniatowski y aspirait, semble-t-il ardemment depuis longtemps, selon Valéry Giscard d’Estaing, peut-être en souvenir de son aïeul Morny, qui avait occupé brillamment le poste12.

13D’un bout à l’autre de sa carrière politique, Poniatowski conserve de fortes convictions pour lesquelles il se bat durant toute sa vie.

AU SERVICE DE FORTES CONVICTIONS : UN PRINCE LIBÉRAL « SABREUR » DU COMMUNISME ET DU GAULLISME

  • 13 M. Poniatowski, Cartes…, ouvrage cité, p. 44.
  • 14 L’expression est de D. Baudoin et elle est citée par Michel Bassi, Valéry Giscard d’Estaing, Paris (...)
  • 15 M. Bassi, ouvrage cité, p. 24.
  • 16 A. Duhamel, Derrière le miroir. Les hommes politiques à la télévision, Paris, Plon, 2000, p. 146.
  • 17 L’expression est de François Mauriac et elle est citée par Françoise Giroud dans La comédie du pou (...)

14Comment Poniatowski s’est-il forgé ses convictions politiques ? Des idées politiques de sa famille, on ne sait pas grand chose : un engagement bonapartiste, aux côtés de Napoléon Ier comme de Napoléon III ; un grand-père nationaliste dans l’opposition à la République ; une famille qui est plus sensible à Pétain et à Giraud qu’à de Gaulle pendant la Seconde Guerre mondiale, même si Poniatowski dit : « la plupart d’entre nous n’étions pas très sensibles à l’idéologie de Vichy »13. Avant de voir ce que signifie son engagement en tant que « républicain indépendant », il faut expliquer les deux combats que Poniatowski a menés tout au long de sa vie, contre le communisme mais aussi contre le gaullisme. Si le terme de combat est utilisé, c’est sciemment car il correspond au tempérament de Poniatowski, à sa façon d’être et d’agir en politique. Tous les témoignages le confirment comme l’illustrent les mots qui ont servi à décrire le prince Poniatowski : « sabreur »14, « bulldozer », « charrue qui déblaie le terrain »15, « chasseur », « commando »16, « un éléphant dans un magasin de porcelaine choisissant ce qu’il casse »17

  • 18 A. Duhamel, ouvrage cité, p. 149.
  • 19 M. Poniatowski, Mémoires…, ouvrage cité, p. 218.
  • 20 Ibidem, p. 264.
  • 21 F. Giroud, ouvrage cité, p. 162.

15L’aversion anticommuniste de Poniatowski est ancienne, héritée de sa famille et renforcée par les événements de l’après-guerre, la division de l’Europe qui touche la Pologne. Comme l’a écrit Alain Duhamel en qualifiant Michel Poniatowski de « violemment antisoviétique », « en tant qu’aristocrate d’origine polonaise, il avait deux bonnes raisons de l’être »18. Les communistes de 1945-1946, Poniatowski les désigne dans ses Mémoires comme « le parti des soviets » et il dénonce « le caractère stipendié des principaux dirigeants au service de l’Union soviétique »19. Quand en 1955, on lui demande s’il a des exclusives en politique, Poniatowski répond : « en dehors des communistes, aucune »20. L’anticommunisme de Poniatowski est typique d’un anticommunisme de guerre froide, renforcé par le poids que représente encore le PCF dans la vie politique française au temps de l’apogée de Michel Poniatowski, soit environ 20 % des suffrages aux législatives entre 1967 et 1978, soit la première force de gauche jusqu’en 1978 et même 21 % pour Duclos en 1969, à l’élection présidentielle. Le paroxysme de cet anticommunisme est atteint en 1981 quand Poniatowski agite la menace des chars russes place de la Concorde, après la victoire de la gauche ! Mais même Valéry Giscard d’Estaing ne pouvait tempérer son ami : « dix fois, raconte Françoise Giroud, Valéry Giscard d’Estaing a demandé que cessent les proclamations incendiaires contre les communistes, qui ont retenti jusque sur les relations diplomatiques entre la France et l’URSS, mais autant empêcher un chien de garde d’aboyer quand il entend des pas dans l’escalier »21.

  • 22 M. Poniatowski, Mémoires…, ouvrage cité, p. 142.
  • 23 Ibidem, p. 155.

16Le combat de « Ponia » contre le gaullisme est plus surprenant pour un homme qui anime un parti allié privilégié des gaullistes entre 1962 et 1974. Et pourtant… Il mérite de s’y attacher plus longuement. Poniatowski n’a jamais été gaulliste, ni durant la guerre, ni au temps du gaullisme politique sous la IVe République ni sous la Ve République. Au sein des RI, des « giscardiens », il est le moins gaulliste. Son rejet du gaullisme a plusieurs origines. Il est dû d’abord aux contradictions et aux risques qui caractérisent la politique extérieure gaulliste aux yeux de Poniatowski. La diplomatie du général de Gaulle n’est pas assez soucieuse, selon lui, du sentiment national, quand, par exemple, elle abandonne l’Algérie. Mais Poniatowski l’accuse aussi d’un excès de nationalisme, notamment dans sa politique européenne : « d’après l’UDR, le fait européen est exclusivement de l’indépendance nationale. Nous estimons au contraire, écrit-il, que la construction européenne est la seule manière de nous préserver des menaces contre l’indépendance, qu’elles viennent de la Russie ou des États-Unis »22. Enfin, Poniatowski regrette aussi une politique étrangère jugée trop favorable au camp soviétique. Mais l’anti-gaullisme s’explique aussi par des divergences institutionnelles : Poniatowski estime que les institutions sont trop peu respectées dans la pratique : « ce mouvement – UDR – se situe à notre droite car, nous qui acceptons pleinement les institutions de la Ve République, nous voulons qu’elles soient respectées »23. Aux yeux de Poniatowski, le gaullisme constitue une culture politique de droite :

  • 24 Ibidem, p. 169.

lorsque j’évoque la définition traditionnelle de la droite pour l’appliquer à l’UDR, je pense à cette mentalité bonapartiste et monarchiste vis-à-vis de l’État qui est celle de nombre de ses membres. Dans notre pays, la droite est charismatique, autoritaire, antiparlementaire, ennemie des partis. Certains UDR en sont l’expression type24.

17Enfin – et c’est certainement la critique la plus grave –, Poniatowski voit dans le gaullisme un mouvement du passé mais non d’avenir :

  • 25 Ibidem, p. 90.

le mal des gaullistes, et ce sera de plus en plus évident, c’est de vivre sur le passé, sur des traditions, sur des dogmes. Or la vie politique, et surtout la vie politique actuelle, est une espèce de transformation permanente, une création permanente, une invention permanente. Les données changent sans arrêt. Il faut de l’imagination, se projeter en avant. Ce qui restera du gaullisme, c’est peut-être une méthode d’approche, une technique politique, une volonté d’indépendance nationale. Mais les dogmes qui ont été valables au temps de De Gaulle sont déjà dépassés. Nous sommes tous devant des données nouvelles. Il faut inventer l’avenir25.

  • 26 Ibidem, p. 170.

18Il ajoute pour expliciter davantage et abattre l’adversaire « aujourd’hui, nous sommes engagés dans l’après gaullisme… »26.

19Les manifestations de l’anti-gaullisme de Poniatowski sont nombreuses et les énumérer toutes n’aurait aucun intérêt mais trois exemples, parmi les plus significatifs, peuvent être cités.

  • 27 J. Garrigues, Les scandales de la République, Paris, Robert Laffont, 2004, p. 234-235.
  • 28 A. Duhamel, ouvrage cité, p. 148.
  • 29 P. et Ph. Chastenet, Chaban, Paris, Seuil, 1991, p. 449.
  • 30 V. Giscard d’Estaing, ouvrage cité, p. 75.
  • 31 Jacques Chirac n’est plus Premier ministre et il vient de fonder le RPR dont il a pris la tête.
  • 32 S. Berstein, R. Rémond, J.-F. Sirinelli (dir.), Les années Giscard. Institutions et pratiques poli (...)

20En mai 1972, dans le magazine L’Économie, Poniatowski reproche à ses alliés gaullistes d’avoir temporisé dans les affaires Dechartre et Rives-Henrys comme si on voulait dissimuler la vérité aux Français. Estimant que « la liste des affaires devient vraiment trop longue », il demande au gouvernement de purger « certaines allées politiques » de ce lien entre « les copains et les coquins ». Cette formule… crée, selon l’historien Jean Garrigues, « une brèche à jamais ouverte entre les gaullistes et les libéraux »27. Mais elle n’est pourtant qu’un des aspects de la lutte acharnée de Michel Poniatowski pour affaiblir – c’est un euphémisme – le Premier ministre gaulliste Chaban-Delmas, grand rival du leader des RI, Valéry Giscard d’Estaing, dans la course à l’Élysée. Comme l’a écrit Alain Duhamel : « l’élégant Jacques Chaban-Delmas a reçu, venant de ce côté-là, quelques bordées très au-dessous de la ligne de flottaison »28. Poniatowski se vante d’avoir « tiré Chaban comme un lapin », ce qui fait dire à Patrick et Philippe Chastenet que « Poniatowski est un giscardien qui n’aime les gaullistes que morts »29. Poniatowski a été le collaborateur de Valéry Giscard d’Estaing le plus réticent à l’éventualité de nommer Chirac Premier ministre en 1974 car « il faisait peu confiance à Jacques Chirac »30. Enfin, Poniatowski a été l’animateur d’une épreuve de force avec les chiraquiens à partir de la fin de l’année 1976, en commençant par les élections municipales de 197731. « Ponia » aurait en privé considéré que cette campagne électorale était un moyen de « dératiser » l’hôtel de ville de Paris32.

  • 33 V. Giscard d’Estaing, ouvrage cité, p. 75.
  • 34 A. Griotteray, Mémoires, Paris, Éditions du Rocher, 2004, p. 181. Alain Griotteray a commencé sa c (...)

21Si Valéry Giscard d’Estaing regrette publiquement, sur le moment ou plus tard, l’anti-gaullisme de Poniatowski (« la dégradation de ses relations avec le groupe UDR contre laquelle je l’avais souvent mis en garde sans succès car il m’écoutait sans m’entendre »33), un autre complice des RI, Alain Griotteray l’évoque, dans ses Mémoires, « l’anti-gaullisme presque viscéral » de Poniatowski qu’il ne partageait pas34.

22En réalité, les racines de cet anti-gaullisme sont profondes, familiales mais aussi liées aux expériences personnelles de Poniatowski comme Alger pendant la guerre ou la crise de 1958. La perte de l’Algérie en 1962 aggrave définitivement cette hostilité au gaullisme. Deux propos cités par Michel Poniatowski dans ses Mémoires, montrent l’influence de la guerre et de l’année 1943 en Algérie – au cours de laquelle le jeune Poniatowski a rejoint l’Afrique du Nord – sur la perception qu’a « Ponia » du gaullisme.

23L’un est celui d’Antoine de Saint-Exupéry qui lui dit :

ici, à Alger, c’est la putréfaction, parce que j’ai prêché la réconciliation entre les Français et l’unité des Résistants, je suis en butte à la hargne du Parti gaulliste… sors d’ici, engage-toi… on peut être bon Français, anti-allemand, antinazi et ne pas plébisciter le Parti gaulliste… leurs phrases m’emmerdent, leur pompiérisme m’emmerde, leurs polémiques m’emmerdent et je ne comprends rien à leur vertu…

  • 35 M. Poniatowski, Mémoires…, ouvrage cité, p. 122 et 216.
  • 36 J. Foccart, Journal de l’Élysée, tome 2, p. 187 et 194. Poniatowski est alors le seul RI à se voir (...)

24L’autre est celui qu’il tient à sa future femme, Gilberte de Chavagnac qui lui déclare lors de leur rencontre en 1945 : « mais alors vous êtes gaulliste ! » et à laquelle il répond : « C’est un peu simpliste ! Pour l’armée d’Afrique, pour les Français d’Afrique du Nord, de Gaulle est un chef politique qui s’est imposé par des intrigues et des artifices diplomatiques. Ils l’acceptent, ils ne l’aiment pas… »35. L’anti-gaullisme de Poniatowski a très tôt fait de lui la « bête noire » des gaullistes, y compris du général de Gaulle lui-même qui s’acharne, comme en témoigne le Journal de l’Élysée de Foccart, à placer un candidat face à Poniatowski aux élections législatives de 1967 et 196836.

25Mais au fond, nous le verrons, les relations difficiles entre Poniatowski et les gaullistes s’expliquent fondamentalement par l’engagement total de Poniatowski au service de Valéry Giscard d’Estaing, ce que les gaullistes ont très tôt compris.

26L’anticommunisme et l’anti-gaullisme de Poniatowski ne le positionnent-ils pas au centre dans une logique « troisième force » comme on aurait dit sous la Quatrième République ? Ses collaborations des années 1950, notamment celle avec Pflimlin, vont dans ce sens. Quand Poniatowski définit sa famille politique, il la définit comme « libérale », « héritière de cette grande famille des indépendants », comme attachée au « courant parlementaire, libéral, ouvert et évolutif » c’est-à-dire la droite libérale, dans le prolongement des orléanistes, pour reprendre René Rémond. Mais Michel Poniatowski refuse en même temps les concepts droite/gauche :

  • 37 M. Poniatowski, Cartes…, ouvrage cité, p. 203.

ils font partie, déclare-t-il à Alain Duhamel en 1972, d’un rituel de pensée passéiste dont le dogmatisme est incompatible avec les notions de bonne gestion, c’est-à-dire avec la recherche d’une croissance économique dont dépend une amélioration sociale constante37.

27Aux yeux de Poniatowski, « dans notre pays, la droite est charismatique, autoritaire, antiparlementaire, ennemie des partis ». Il l’assimile à une grande partie des gaullistes ce qui lui permet de se positionner au centre sans le dire aussi clairement que Valéry Giscard d’Estaing.

  • 38 M. Poniatowski, Conduire le changement. Essai sur le pouvoir, Paris, Fayard, 1975.

28Avec le centrisme, Poniatowski partage l’attachement au parlementarisme, au libéralisme politique, à l’Europe. Son combat contre « l’État-UDR » et son anticommunisme, renforcé par l’union de la gauche, lui permettent d’œuvrer pour positionner les RI et leur leader au centre. Il contribue à l’élargissement de la majorité vers le centre en 1974 puis au rassemblement des giscardiens et des centristes dans un mouvement giscardien en 1978, l’UDF, dont il est un des fondateurs, se situant entre la gauche unie et le RPR « néo-gaulliste ». Il s’applique à mettre en place un « giscardisme » qu’il qualifie de « changement sans la révolution »38.

  • 39 M. Bernard, Approches de l’histoire politique de la France contemporaine. « Libéraux » et « Nation (...)
  • 40 J. Julliard, M. Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels français, Paris, Seuil, 1996, articl (...)

29Dans la pratique pourtant, le positionnement de Poniatowski à droite, du côté de ce que l’historien Mathias Bernard appelle les « nationaux » face aux « libéraux » est incontestable et ancien39. Il remonte au moins à la défense de l’Algérie française. Il est prouvé par ses sympathies pour le GRECE (Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne) et la Nouvelle Droite dans les années 197040, enfin par son attitude envers le FN dans les années 1990. Poniatowski est un des deux piliers de l’UDF qui démissionnent en 1998 pour protester contre l’exclusion des trois présidents de région élus avec les voix FN (Charles Baur, Jacques Blanc et Charles Millon). Son discours s’éloigne de celui de la droite parlementaire et se rapproche de plus en plus de celui de l’extrême-droite : il rejoint le mouvement « La Droite » fondé par Charles Millon en 1998.

30Pourquoi alors cet homme n’est-il pas plutôt resté chez les indépendants « nationaux » en 1962 ? Une raison fondamentale intervient alors, véritable moteur de toute la carrière politique de Poniatowski : ses liens avec Valéry Giscard d’Estaing. Une formule de Poniatowski l’illustre parfaitement : « mon ambition est pour lui, non pour moi ».

AU SERVICE D’UN HOMME, V. GISCARD D’ESTAING : UN PRINCE, « BARON » DU GISCARDISME

31Michel Poniatowski s’est tenu éloigné de tout engagement politique jusqu’au début de la Cinquième République et jusqu’en 1962, date de sa première candidature. Il a alors quarante ans et cela suffit pour convaincre qu’il n’est pas tenté par une carrière. Le modèle familial ne pouvait pas l’inciter à l’inverse : le seul « politique » remontait au milieu du XIXe.

32L’entrée en politique s’effectue au service d’un homme d’abord – ce qui d’ailleurs rappelle bon nombre d’engagements gaullistes ! – :

je suis venu à la politique par Giscard et en grande partie pour Giscard. J’y suis venu quand il s’est agi – en 1967 – de l’aider à créer véritablement un parti… Quand j’ai franchi le pas, c’était donc d’abord pour épauler Valéry. Il y avait d’autres motifs, bien sûr, mais celui-ci était le plus important.

  • 41 M. Poniatowski, Cartes…, ouvrage cité, p. 86-87 et 134.

33Et Poniatowski ajoute que s’il se sent en accord avec les options politiques de Valéry Giscard d’Estaing présenté comme « fondamentalement un libéral de progrès », dès 1955, il se sent « très proche aussi de lui sur le plan personnel, sur le plan de l’amitié et même de l’affection. Mon ambition est pour lui et non pour moi, ce qui me donne d’ailleurs beaucoup d’indépendance d’esprit »41.

34Poniatowski rappelle que Valéry Giscard d’Estaing lui avait demandé de lui apporter son concours pour l’organisation du parti et explique pourquoi il franchit le pas :

  • 42 Ibidem, p. 134.

s’il ne me l’avait pas demandé avec insistance, je ne sais pas, si, en définitive, je serais venu à la politique. Je l’ai fait – déclare-t-il en 1972 – pour son avenir et parce que je suis convaincu qu’il est un des hommes d’État dont la France aura un jour besoin42.

  • 43 Ibidem, p. 142.

35Il considère aussi – et là aussi est-il si différent des gaullistes ? – qu’« un parti doit se structurer avec un homme. Je ne dis pas autour d’un homme, mais avec un homme. Les RI sont fondamentalement giscardiens »43.

36Le lien entre Valéry Giscard d’Estaing et Michel Poniatowski est ancien. Il remonte au début des années 1950 à titre privé avant de devenir professionnel en 1954-55 lorsque Valéry Giscard d’Estaing travaille au cabinet d’Edgar Faure, ministre des Finances puis chef du gouvernement. Les deux hommes, presque de la même génération – quatre ans seulement les sépare – parents par Anne-Aymone de Brantes-Giscard d’Estaing, deviennent très vite amis.

37Entre 1955 et 1981, leur collaboration a été extrêmement étroite et Michel Poniatowski a participé à toutes les phases de l’ascension de celui qui va devenir « VGE », député (1956), ministre (1959) puis Président (1974). Comment expliquer ce lien que Valéry Giscard d’Estaing lui-même qualifie de « fraternel » ?

38Qu’apporte Poniatowski au chef des républicains indépendants ?

  • 44 M. Bassi, ouvrage cité, p. 24.
  • 45 Selon Valéry Giscard d’Estaing dans S. Berstein, R. Rémond, J.-F. Sirinelli (dir.), ouvrage cité, (...)
  • 46 V. Giscard d’Estaing, ouvrage cité, p. 75.
  • 47 A. Duhamel, ouvrage cité, p. 146 et 148.
  • 48 M. Bassi, ouvrage cité, p. 24.
  • 49 A.-P. Lentin, « Valéry Giscard d’Estaing » dans Les héritiers du Général, Paris, Denoël, 1969, p.  (...)
  • 50 F. Giroud, ouvrage cité, p. 162.

39La sécurité et la solidité : un « socle sur lequel Valéry Giscard d’Estaing édifie sa vie »44, un « travailleur infatigable »45 ; « ses grandes capacités », « délicat, courageux, passionné, obstiné »46. Un prince qui le fascine comme « rejeton d’une des plus illustres familles européennes… figurant en bonne place dans le Gotha… ce qui l’émerveille », « un chef d’état-major, un agent secret, un commando », « un éclaireur, balisant la route, détruisant les obstacles sans état d’âme »47. Mais aussi un ami totalement dévoué et fidèle. « l’ami, le père Joseph »48. Albert-Paul Lentin le décrit, en 1969, comme : « le fidèle des fidèles. Poniatowski, c’est pour Giscard, le directeur de cabinet, l’ami de toujours, le confident, l’adjoint préféré »49 et Françoise Giroud, huit ans plus tard, après les avoir vu fonctionner, en conclut ceci : « la seule certitude qu’il offre, c’est l’amour qu’il porte à “Valéry” ». Assuré de savoir mieux que personne et que l’intéressé lui-même de ce qui est bon et ce qui est mauvais pour « Valéry ». Sa conduite – ou du moins ce qu’il en paraît – évoque celle de ces nounous terribles, qui feraient boire du lait de poule à un hépatique en se disant : « ça lui fera du bien puisque c’est moi qui l’ai préparé… Les médecins sont parfois des ânes ». N’étaient, parfois, les conséquences, il en serait émouvant50.

  • 51 F. Giroud, ouvrage cité, p. 162.
  • 52 P. et Ph. Chastenet, ouvrage cité, p. 417.
  • 53 A.-P. Lentin, ouvrage cité, p. 153.
  • 54 A. Duhamel, ouvrage cité, p. 148.

40Les mêmes observateurs de la vie politique décrivent aussi Poniatowski comme « l’exécuteur des hautes et basses œuvres » 51 ; « le lanceur de grenades » selon sa propre expression52 ; « à l’occasion l’homme des coups audacieux »53 ; « à l’occasion tueur du roi »54.

  • 55 M. Poniatowski, Cartes...., ouvrage cité, p. 92.

41Pourquoi un tel attachement à Valéry Giscard d’Estaing chez Poniatowski ? D’abord, une très grande proximité à la fois politique et personnelle, sur le plan de l’amitié et même de l’affection » : « nous nous connaissons si bien… que chacun de nous connaît presque instinctivement le sentiment de l’autre sur les grands sujets… et aussi les petits »55. Ensuite, la conviction, chez Poniatowski, d’aider et d’accompagner, de servir un homme d’avenir, exceptionnel. Comme il l’écrit à la fin de ses Mémoires en évoquant la deuxième phase de sa vie qui commence en 1959 quand Valéry Giscard d’Estaing fait appel à lui pour diriger son cabinet :

  • 56 M. Poniatowski, Mémoires…, ouvrage cité, p. 363.

la perspective de travailler avec cet homme jeune et l’un des plus talentueux de sa génération pour le redressement économique et financier du pays ne pouvait que me séduire56.

  • 57 P. Viansson-Ponté, ouvrage cité, p. 101.

42Faut-il aller jusqu’à conclure que les deux hommes se sont entendus « comme les deux doigts d’une main » selon l’expression utilisée par Michel Poniatowski et Valéry Giscard d’Estaing pour définir leur entente57 ?

  • 58 F. Giroud, ouvrage cité, p. 162.
  • 59 V. Giscard d’Estaing, Le pouvoir et la vie…, tome 2, ouvrage cité, p. 105.

43L’entente semble effectivement totale. Les divergences concernent les méthodes, les pratiques plus que le fond des choses. Valéry Giscard d’Estaing semble ne partager ni l’anticommunisme parfois primaire, ni l’anti-gaullisme parfois brutal de son lieutenant car il regrette – comme d’autres RI – les dégâts causés. Il peut regretter l’obstination de Poniatowski : « il n’en fait qu’à sa tête. Tous ceux qui ont été, de près ou de loin, mêlés à des opérations collectives, peuvent citer un cas où il a mangé la consigne »58 ou V. Giscard d’Estaing : « il poursuit avec une ténacité souterraine des objectifs dont il pense qu’on ne les voit pas, mais que j’aperçois à la surface comme les écailles triangulaires du monstre du Loch Ness affleurant à la surface de l’eau »59.

44En fait, Poniatowski a incarné par tempérament, par conviction et par fidélité le côté le plus combatif, le plus militant et le plus extrême des giscardiens, laissant à son ami et à son maître un rôle plus modéré, plus rassembleur. C’est pourquoi il a assumé sans rechigner – car cette fonction lui convenait – tout ce qui pouvait permettre à « VGE » d’accéder au pouvoir.

  • 60 J. Garrigues, ouvrage cité.

45Sans réduire son action, sa marque à l’exécution des basses œuvres, il est indéniable qu’il les a accomplies et sans lui le destin du député du Puy-de-Dôme n’aurait pas été ce qu’il était. Pourtant, à partir de 1977, Poniatowski est en retrait et son rôle historique est achevé. Deux éléments majeurs expliquent vraisemblablement la disgrâce : l’assassinat en décembre 1976 d’un autre prince, issu de la même famille politique, le prince Jean de Broglie qui débouche sur un scandale dont Poniatowski ne sort innocenté qu’en janvier 1981, échappant alors à la Haute Cour60 et l’échec de la majorité et surtout des giscardiens à Paris lors des municipales de 1977, ce qui permet à Jacques Chirac d’obtenir le départ de Poniatowski du gouvernement.

46Le plus proche collaborateur du Président n’y revint plus jamais et perdit son siège de député à l’Assemblée en 1978. Certes, il ne disparaît pas complètement de la vie politique mais ne compte plus vraiment.

  • 61 A. Duhamel, ouvrage cité, p. 149.

47La chute de Poniatowski précède donc largement celle de Giscard. Le prince Michel Poniatowski a servi Giscard comme ses ancêtres Joseph-Antoine et Joseph-Michel avaient servi Napoléon Ier et Napoléon III mais, à la différence de son lointain oncle et de son trisaïeul, il a surtout œuvré pour permettre à Giscard de conquérir le pouvoir, d’accéder à 48 ans – comme Louis Napoléon Bonaparte – à l’Elysée par la voie légale, celle du suffrage universel, comme le neveu de Napoléon Ier. L’altruisme de la démarche de Poniatowski est assez exceptionnel dans la France contemporaine. Comme l’a écrit Alain Duhamel : « personne n’a consacré autant d’énergie au service d’un autre en politique, fût-ce au détriment de son propre destin ». Mais l’analyse d’Alain Duhamel sur le relâchement ultérieur des liens entre Poniatowski et Valéry Giscard d’Estaing apparaît non moins pertinente : « il lui fallait sans doute admirer totalement et se mettre au service d’un souverain régnant, pas d’un monarque en exil » 61

Tableau généalogique simplifié de la famille Poniatowski

Tableau généalogique simplifié de la famille Poniatowski

Sources
Stanislaw Alexander Bolescic-Kozlowski, Jozef Ksiaze Poniatowski I Rod Jego. Studjum
Historyczne, Poznań, Wielkopolska Ksiergarnia Nakladowa Karola Rzepeckiego, 1923
Collection des Who’s Who in France.

Notes

1 P. Viansson-Ponté, « Lettre ouverte à Michel Poniatowski » dans Lettre ouverte aux hommes politiques, Paris, Albin Michel, 1976, p. 103.

2 Pour cette communication, les sources utilisées sont essentiellement constituées des écrits ou paroles de Michel Poniatowski ou d’hommes politiques contemporains tels Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Foccart ou Alain Griotteray ou de journalistes comme Pierre Viansson-Ponté, Michel Bassi ou Alain Duhamel. Pour une étude approfondie de la carrière et surtout de l’action au gouvernement de Poniatowski – non étudiée ici –, il faudrait consulter les papiers Poniatowski déposés aux Archives nationales. Leur inventaire figure dans le remarquable guide Les sources de l’histoire de la Pologne et des Polonais dans les archives françaises, établi par Ghislain Brunel, Direction des Archives de France, 2003.

3 Voir le tableau généalogique ci-après. Merci à Andrzej Nieuwazny, professeur à l’Université Nicolas Copernic de Toruń qui nous a fourni une généalogie publiée en Pologne en 1923.

4 M. Poniatowski, Cartes sur table. Entretien avec Alain Duhamel, Paris, Fayard, 1972, p. 9.

5 M. Poniatowski, ouvrage cité, p. 30.

6 F. Lancel, Valéry Giscard d’Estaing. De Chamalières à l’Elysée, Paris, Belfond, 1974, p. 115.

7 M. Poniatowski, Mémoires, Paris, Plon-Le Rocher, 1997, p. 230.

8 C. Nick, Résurrection. Naissance de la Ve République. Un coup d’État démocratique, Paris, Fayard, 1998 et Fondation Charles de Gaulle, L’avènement de la Ve République, Paris, A. Colin, 1999 (actes du colloque de Reims, 1998).

9 M. Poniatowski, Cartes…, ouvrage cité, p. 109.

10 Fondation Charles de Gaulle, ouvrage cité, p. 61. En 1972, Poniatowski avait, il est vrai, plus envie de déplaire aux gaullistes en soutenant la thèse du coup d’état qu’en 1998.

11 M. Poniatowski, Cartes…, ouvrage cité, p. 147.

12 V. Giscard d’Estaing, Le pouvoir et la vie, tome 2, Paris, Cie 12, 1991, p. 75.

13 M. Poniatowski, Cartes…, ouvrage cité, p. 44.

14 L’expression est de D. Baudoin et elle est citée par Michel Bassi, Valéry Giscard d’Estaing, Paris, Grasset, 1968, p. 24.

15 M. Bassi, ouvrage cité, p. 24.

16 A. Duhamel, Derrière le miroir. Les hommes politiques à la télévision, Paris, Plon, 2000, p. 146.

17 L’expression est de François Mauriac et elle est citée par Françoise Giroud dans La comédie du pouvoir, Paris, Fayard, 1977, p. 162.

18 A. Duhamel, ouvrage cité, p. 149.

19 M. Poniatowski, Mémoires…, ouvrage cité, p. 218.

20 Ibidem, p. 264.

21 F. Giroud, ouvrage cité, p. 162.

22 M. Poniatowski, Mémoires…, ouvrage cité, p. 142.

23 Ibidem, p. 155.

24 Ibidem, p. 169.

25 Ibidem, p. 90.

26 Ibidem, p. 170.

27 J. Garrigues, Les scandales de la République, Paris, Robert Laffont, 2004, p. 234-235.

28 A. Duhamel, ouvrage cité, p. 148.

29 P. et Ph. Chastenet, Chaban, Paris, Seuil, 1991, p. 449.

30 V. Giscard d’Estaing, ouvrage cité, p. 75.

31 Jacques Chirac n’est plus Premier ministre et il vient de fonder le RPR dont il a pris la tête.

32 S. Berstein, R. Rémond, J.-F. Sirinelli (dir.), Les années Giscard. Institutions et pratiques politiques 1974-1978, Paris, Fayard, 2004, p. 199.

33 V. Giscard d’Estaing, ouvrage cité, p. 75.

34 A. Griotteray, Mémoires, Paris, Éditions du Rocher, 2004, p. 181. Alain Griotteray a commencé sa carrière politique dans les rangs gaullistes, en étant, par exemple, tête de liste du RPF en Dordogne en 1951.

35 M. Poniatowski, Mémoires…, ouvrage cité, p. 122 et 216.

36 J. Foccart, Journal de l’Élysée, tome 2, p. 187 et 194. Poniatowski est alors le seul RI à se voir opposer un UDR.

37 M. Poniatowski, Cartes…, ouvrage cité, p. 203.

38 M. Poniatowski, Conduire le changement. Essai sur le pouvoir, Paris, Fayard, 1975.

39 M. Bernard, Approches de l’histoire politique de la France contemporaine. « Libéraux » et « Nationaux » de l’affaire Dreyfus à nos jours, Habilitation à diriger des recherches (inédite), sous la direction de J.-M. Mayeur, Paris IV, 2003.

40 J. Julliard, M. Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels français, Paris, Seuil, 1996, article « GRECE », p. 563 et P. Milza, Fascisme français. Passé et présent, Paris, Flammarion, 1987, p. 375 et 394. C’est perceptible y compris dans son entourage dans les ministères dans lequel figure, par exemple, Yvan Blot, fondateur du club de l’Horloge.

41 M. Poniatowski, Cartes…, ouvrage cité, p. 86-87 et 134.

42 Ibidem, p. 134.

43 Ibidem, p. 142.

44 M. Bassi, ouvrage cité, p. 24.

45 Selon Valéry Giscard d’Estaing dans S. Berstein, R. Rémond, J.-F. Sirinelli (dir.), ouvrage cité, p. 108.

46 V. Giscard d’Estaing, ouvrage cité, p. 75.

47 A. Duhamel, ouvrage cité, p. 146 et 148.

48 M. Bassi, ouvrage cité, p. 24.

49 A.-P. Lentin, « Valéry Giscard d’Estaing » dans Les héritiers du Général, Paris, Denoël, 1969, p. 153-154.

50 F. Giroud, ouvrage cité, p. 162.

51 F. Giroud, ouvrage cité, p. 162.

52 P. et Ph. Chastenet, ouvrage cité, p. 417.

53 A.-P. Lentin, ouvrage cité, p. 153.

54 A. Duhamel, ouvrage cité, p. 148.

55 M. Poniatowski, Cartes...., ouvrage cité, p. 92.

56 M. Poniatowski, Mémoires…, ouvrage cité, p. 363.

57 P. Viansson-Ponté, ouvrage cité, p. 101.

58 F. Giroud, ouvrage cité, p. 162.

59 V. Giscard d’Estaing, Le pouvoir et la vie…, tome 2, ouvrage cité, p. 105.

60 J. Garrigues, ouvrage cité.

61 A. Duhamel, ouvrage cité, p. 149.

Table des illustrations

Titre Tableau généalogique simplifié de la famille Poniatowski
Légende SourcesStanislaw Alexander Bolescic-Kozlowski, Jozef Ksiaze Poniatowski I Rod Jego. StudjumHistoryczne, Poznań, Wielkopolska Ksiergarnia Nakladowa Karola Rzepeckiego, 1923Collection des Who’s Who in France.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17872/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search