Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre VI - Les adaptations de la noblesse au mondecontemporain

Les représentants de la noblesse dans la diplomatie polonaise dans les années 1918-1939

Mariusz Wołos

Texte intégral

LA DÉFINITION, LE NOMBRE ET LA NATIONALITÉ DE LA « NOBLESSE »

  • 1 W. Roszkowski, Gospodarcza rola większej prywatnej własności ziemskiej w Polsce 1918-1939 (Le rôle (...)
  • 2 K. Jasiewicz, ouvrage cité, p. 100.

1Dans le sens utilisé en Pologne avant la Deuxième Guerre mondiale par les propriétaires de biens fonciers de père en fils, le terme « noblesse » possédait un sens plutôt socioculturel. Il recouvrait « l’ensemble des grands propriétaires de biens fonciers d’origine nobiliaire ou bien de familles qui, par alliances et relations de société, étaient parvenues à s’assimiler à ce groupe, mais également, dans une certaine mesure, les fermiers d’origine nobiliaire ou encore, les anciens propriétaires de biens fonciers expropriés à la suite de circonstances diverses » (comme les guerres, révolutions, changements politiques et économiques ou répressions après des insurrections au XIXe siècle)1. D’après Krzysztof Jasiewicz : « c’est avant tout le blason, la tradition historique et ancienneté de la famille, les titres aristocratiques, le style de vie, le système de valeurs, le type de résidence, etc., qui décidaient de l’appartenance à cette classe. Le nombre d’hectares et les autres questions économiques ne venaient qu’en second lieu »2.

  • 3 Ibidem, W. Roszkowski, ouvrage cité, p. 21-28.

2Mais dans la littérature scientifique polonaise on peut trouver l’autre définition des propriétaires fonciers en Pologne dans l’entre-deux-guerres. Il s’agit donc du titre de propriété correspondant à la surface du domaine (50 ha de superficie totale au moins) et du type d’exploitation : le nombre d’ouvriers agricoles employés, la répartition des tâches, la présence d’un administrateur qualifié, l’utilisation ou la possibilité d’utiliser les nouvelles techniques et enfin la priorité donnée au critère du profit3.

  • 4 W. Roszkowski, ouvrage cité, p. 57.
  • 5 J. E. Zamojski, Uwagi wstępne i wprowadzenie (Renseignements et préface), [dans] A. Mühlstein, Dzi (...)
  • 6 Słownik historyków polskich (Dictionnaire biographique des historiens polonais), Warszawa, 1994, p (...)

3Dans les années 1918-1939 le nombre des propriétaires de biens fonciers s’élevait à environ 80 000 d’après la première définition, et environ 100 000 (c’est-à-dire 0,3 % de toute la population) d’après la deuxième interprétation. La plupart des représentants de ce groupe étaient les Polonais (80 % environ), en second lieu les Allemands (10 % environ) et enfin des Biélorusses, Lithuaniens, Arméniens, Russes, Tartares, Ukrainiens et Juifs4. Je ne connais pourtant pas un seul exemple de diplomate polonais d’origine nobiliaire qui n’était pas de nationalité polonaise. À cette époque parmi les fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères de la République Polonaise il y avait quelques Polonais d’origine juive, mais ils venaient de la bourgeoisie (comme Anatole Mühlstein qui fut secrétaire, puis conseiller à la Légation de Bruxelles, puis de 1930 à 1936 conseiller à Paris avec le titre de ministre plénipotentiaire5) ou de l’intelligentsia universitaire (par exemple l’historien Szymon Askenazy, un des meilleurs spécialistes de l’époque napoléonienne, qui occupa au début des années 1920 le poste de délégué polonais à la Société des Nations6)

LA CONDITION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DES BIENS FONCIERS EN POLOGNE DANS L’ENTRE-DEUX-GUERRES

4Les problèmes d’unification de toutes les régions de la Pologne ressuscitée, l’inflation, la faiblesse de l’économie polonaise, la mauvaise situation internationale et les changements politiques ont compliqué considérablement la condition économique et financière des biens fonciers.

  • 7 W. Roszkowski (A. Albert), Historia Polski 1914-1990 (Histoire de Pologne 1914-1990), Warszawa, 19 (...)

5Pour les propriétaires, le plus grand danger venait de l’idée de la réforme agraire proposée et appuyée par les partis populaires et les partis de gauche. La loi votée par la Diète polonaise en décembre 1925 prévoyait une réforme agraire, mais sans morceler les grands domaines, particulièrement nombreux dans la partie orientale du pays. La nouvelle loi prévoyait le lotissement de domaines fonciers dont la superficie dépassait 180 ha. Mais pour les biens situés dans les confins orientaux, ce maximum était porté à 300 ha : la justification en était le fait que la grande propriété y constituait un bastion du polonisme et du catholicisme7. Motivées par la politique, les autorités polonaises morcelaient en premier lieu les domaines des minorités nationales, surtout les domaines des Allemands en Poméranie, en Grande Pologne et en Haute Silésie, c’est-à-dire à l’ouest de la Pologne.

6Pendant la grande crise économique de la première moitié des années 1930, les prix du blé, des pommes de terre, des betteraves à sucre et des autres produits agricoles baissèrent bien plus vite que les prix des marchandises industrielles. À la suite de cette crise, la majorité des domaines étaient endettés et beaucoup de biens fonciers ruinés. Finalement, cette mauvaise situation économique des domaines n’a pas changé jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale.

LA PARTICIPATION À LA VIE POLITIQUE DE LA DEUXIÈME RÉPUBLIQUE POLONAISE

  • 8 W. Władyka, Działalność polityczna polskich stronnictw konserwatywnych w latach 1926-1935 (L’activ (...)
  • 9 A. Garlicki, Józef Piłsudski 1867-1935, Warszawa, 1988, p. 410-412 ; W. Suleja, Józef Piłsudski, W (...)
  • 10 Kto był kim w Drugiej Rzeczypospolitej (Qui était qui dans la Deuxième République polonaise), sous (...)

7À l’époque de l’entre-deux-guerres, les nobles étaient perçus par leurs compatriotes comme les représentants d’une élite. Le plus grand nombre des propriétaires appartenait ou sympathisait avec des partis politiques modernes conservateurs ou le parti national démocrate. Ils étaient majoritairement adversaires de la réforme agraire, mais on peut dire que cette réforme était également la meilleure inspiration de l’activité politique des nobles. Parmi les ministres et les vice-ministres de différents cabinets, parmi les députés et les sénateurs il y avait beaucoup de propriétaires terriens. De nombreux représentants du monde de l’économie et des collectivités locales étaient d’origine nobiliaire. Après l’arrivée au pouvoir du maréchal Pilsudski en mai 1926, presque toutes les organisations politiques, économiques et sociales des propriétaires fonciers de nationalité polonaise appuyèrent le nouveau cabinet8. La visite de Pilsudski et de son entourage en octobre 1926 à Nieswiez dans le domaine de la famille aristocrate Radziwill était symbolique de cet appui de la part des propriétaires. De l’autre côté, c’était la preuve d’une attitude favorable à l’État polonais symbolisé par un gouvernement9. Après le coup d’État du maréchal Pilsudski, le prince Janusz Radziwill a été choisi à la présidence de la Commission des Affaires étrangères de la Diète10.

LES REPRÉSENTANTS DE LA NOBLESSE DANS LA DIPLOMATIE

  • 11 P. Wandycz, MSZ w okresie międzywojennym : odpowiedź na ankietę (Ministère des Affaires étrangères (...)

8Parmi les facteurs conduisant les représentants de la noblesse vers la diplomatie il faut souligner l’éducation et la vie quotidienne des familles nobles. Après les partages de la Pologne, les nobles participèrent à la vie politique et économique de la Russie, de l’Allemagne et de l’Autriche, puis de l’Autriche-Hongrie. Les familles nobles étaient souvent éparpillées entre ces trois États et étroitement liées à l’Europe occidentale. Alors, les propriétaires des biens fonciers possédaient à la fois la connaissance des langues étrangères et la culture cosmopolite qui leur permettait, sans une nouvelle formation, de suivre aisément la politique internationale et les problèmes économiques du monde11.

  • 12 P. Wandycz, Z Piłsudskim i Sikorskim. August Zaleski minister spraw zagranicznych w latach 1926-19 (...)
  • 13 Kto był kim, ouvrage cité, p. 110 ; Polski Słownik Biograficzny (Dictionnaire Polonais des Biograp (...)
  • 14 Kto był kim, ouvrage cité, p. 114.
  • 15 Polski Słownik Biograficzny, tome XXXIV, Wrocław-Warszawa-Kraków, 1992, p. 598-602.
  • 16 D. Chłapowski, Potworowscy. Kronika rodzinna (Chronique de la famille Potworowski), Warszawa, 2002 (...)
  • 17 M. Wołos, Alfred Chłapowski (1874-1940). Biografia ambasadora Polski we Francji (Alfred Chłapowski (...)

9Nombre de représentants de la noblesse étaient formés dans les écoles secondaires et supérieures à l’étranger. Par exemple August Zaleski, futur ministre des Affaires étrangères, et Edward Raczyński, futur ambassadeur en Grande-Bretagne, étudièrent à la London School of Economics and Political Science12 ; Roger Raczyński, le frère d’Edward et futur ambassadeur de Pologne en Roumanie étudia à Leipzig et à Munich, et pendant la Première Guerre mondiale il travailla à Moscou13 ; Adam Tarnowski fut formé à l’École Libre des Sciences Politiques à Paris14 ; Eustachy Sapieha, le futur ministre à Londres et le ministre des Affaires étrangères, termina ses études techniques à Zurich15 ; Gustaw Potworowski, futur ministre de Pologne en Suède, étudia à Lausanne, Paris, Leipzig et Berlin16 ; Alfred Chłapowski, ambassadeur polonais en France dans les années 1924-1936, fit ses études à Berlin, Halle, Munich et Paris17. Bien évidemment on peut multiplier les exemples.

  • 18 B. Michel, ouvrage cité, p. 407 ; J. Łaptos, ouvrage cité, p. 11 ; W. Michowicz, ouvrage cité, p.  (...)
  • 19 J. Pajewski, Maurycy Zamoyski (19 I 1924-27 VII 1924), [dans] Ministrowie spraw zagranicznych, p.  (...)

10Un comité établi au Ministère des Affaires étrangères à Varsovie en novembre 1918 pour sélectionner les candidats à la diplomatie exigeait une bonne connaissance d’au moins deux langues étrangères et le diplôme d’une école supérieure, de préférence en droit ou en économie. En effet, l’éducation, les séjours à l’étranger, la connaissance du monde, les contacts de famille constituaient une préparation naturelle aux fonctions diplomatiques pour les nobles. Grâce à cette culture cosmopolite et à la longue tradition historique de famille, les diplomates polonais d’origine nobiliaire étaient dénués de servilité et de complexe d’infériorité dans leurs relations avec les diplomates étrangers18. En voici un exemple : pendant ses visites officielles à Paris, le comte Maurycy Zamoyski, ministre de Pologne en France dans les années 1919-1924 et puis ministre des Affaires étrangères, parlait seulement avec quatre personnes : le président de la République, le président du cabinet, le ministre français des Affaires étrangères et le maréchal Foch, qui était son ami. Pour lui le secrétaire général du Quai d’Orsay n’était pas un partenaire suffisamment digne19.

  • 20 M. Wołos, ouvrage cité, p. 32-45.
  • 21 M. Nowak-Kiełbikowa, Konstanty Skirmunt. Polityk i dyplomata (Konstanty Skirmunt. L’homme politiqu (...)
  • 22 Kto był kim, ouvrage cité, p. 104 ; Polski Słownik Biograficzny, tome XIX, Wrocław-Warszawa-Kraków (...)

11Avant et pendant la Première Guerre mondiale, les futurs diplomates polonais participèrent activement à la vie politique des puissances européennes. En 1904 Alfred Chłapowski a été élu député au Reichstag à Berlin où il représentait le mouvement national polonais de Grande Pologne20. Dans les années 1909-1917 Konstanty Skirmunt, futur ministre des Affaires étrangères et ambassadeur à Londres, représentait la noblesse de région de Grodno au Conseil d’État à Petersbourg21. Jerzy Wiktor Madeyski, le Premier ministre de Pologne en Allemagne, était conseiller au Ministère des Confessions et de l’Éducation publique à Vienne22.

12L’autre facteur était la possession d’une fortune solide qui constituait un sérieux avantage pour les diplomates d’origine nobiliaire.

  • 23 J. Zamoyski, Powrót na mapę. Polski Komitet Narodowy w Paryżu 1914-1919 (Le retour sur carte. Comi (...)
  • 24 M. Wołos, ouvrage cité, p. 211-212.

13L’indépendance matérielle était très importante car les traitements des fonctionnaires du service diplomatique polonais n’étaient jamais très élevés. Cette indépendance facilitait le travail diplomatique à l’étranger. Le comte Zamoyski, un des plus grands propriétaires de biens fonciers en Europe (au début des années 1920, son domaine comptait 190 000 ha environ !), a mis à la disposition de l’État polonais son immense fortune foncière pour garantir les opérations financières avec la France. Pendant la Première Guerre mondiale, il finança aussi l’activité du Comité National Polonais à Paris, un gouvernement polonais quasi officiel en exil23. Son successeur en France Alfred Chłapowski, propriétaire de Grande Pologne, payait partiellement de sa poche son séjour en tant qu’ambassadeur à Paris24.

  • 25 P. Łossowski, Dyplomacja Drugiej Rzeczypospolitej. Z dziejów polskiej służby zagranicznej (La dipl (...)

14Dans la diplomatie polonaise de l’entre-deux-guerres, on peut distinguer encore un autre groupe de fonctionnaires d’origine nobiliaire : les diplomates de carrière de l’école autrichienne. Les Polonais du service consulaire et diplomatique de l’Autriche-Hongrie furent acceptés volontiers par les fondateurs du ministère des Affaires étrangères à Varsovie, parce qu’ils avaient d’une expérience diplomatique. Ils constituaient un noyau solide de ce Ministère au début des années 1920 et étaient les véritables organisateurs du service diplomatique polonais25.

  • 26 Kdo był kdo v našich dĕjinách ve 20. století (Qui était qui dans notre histoire au XXe siècle), to (...)
  • 27 B. Michel, ouvrage cité, p. 403.
  • 28 Ibidem, p. 414 ; J. Łaptos, ouvrage cité, p. 16 ; Kto był kim, p. 90 ; P. Wandycz, MSZ w okresie m (...)
  • 29 Polski Słownik Biograficzny, tome XXXVIII, Warszawa-Kraków, 1997-1998, p. 453-460.
  • 30 Ibidem, p. 469-472.
  • 31 M. Patelski, Generał broni Tadeusz Jordan Rozwadowski. Żołnierz i dyplomata (Général Tadeusz Jorda (...)

15La situation à Varsovie était pareille à celle de Budapest où les anciens diplomates de l’Autriche-Hongrie de Ballplatz jouaient un rôle de premier plan dans l’organisation du ministère des Affaires étrangères. Au contraire, à Prague, Edvard Beneš et Tomáš Garrigue Masaryk cherchaient les candidats à la diplomatie parmi les représentants de l’intelligentsia tchèque et partiellement slovaque (comme Štefan Osuský, ministre à Paris26) pour constituer un corps diplomatique efficace, souvent lié à ses chefs par des liens de fidélité personnelle27. Les propriétaires fonciers en Tchécoslovaquie étaient en majorité de nationalité allemande (dans la région des Sudètes et en Bohême) ou hongroise (en Slovaquie). Leur attitude était donc souvent peu favorable à l’État indépendant tchécoslovaque. À Varsovie, c’était à Karol Bertoni, ancien consul général autrichien, de jouer, en tant que directeur du Département administratif, un rôle exceptionnel dans l’organisation du Ministère. Il cherchait les candidats et proposait un emploi dans la diplomatie polonaise aux anciens fonctionnaires autrichiens qui étaient en majorité d’origine nobiliaire28. Par exemple, le comte Aleksander Skrzyński, ancien secrétaire de l’ambassade d’Autriche-Hongrie auprès du Saint-Siège, fut ministre des Affaires étrangères de Pologne en 1922-1923 et en 1924-1926, puis président du conseil des ministres dans les années 1925-192629. Son cousin Władysław Skrzyński, ancien conseiller à l’ambassade d’Autriche-Hongrie à Paris, occupa un poste d’ambassadeur de Pologne au Vatican durant seize ans (1921-1937)30. Le général Tadeusz Jordan-Rozwadowski, ancien attaché militaire d’Autriche-Hongrie en Roumanie, commandait la Mission Militaire Polonaise à Paris31.

LA PARTICIPATION À LA DIPLOMATIE POLONAISE ET L’ACTIVITÉ DES GENS D’ORIGINE NOBILIAIRE

  • 32 J. Zamoyski, ouvage cité, p. 60-72.

16La date du 15 août 1917, c’est-à-dire la création du Comité National Polonais à Lausanne, installé ensuite à Paris, marque le début du service diplomatique polonais après l’interruption des partages. Le Comité avait ses représentants auprès des Alliés. La majorité des envoyés diplomatiques du Comité étaient d’origine nobiliaire : le comte Władysław Sobański à Londres, puis à Bruxelles ; Konstanty Skirmunt à Rome, et le grand pianiste de la famille noble de Podolie, Ignacy Jan Paderewski, futur ministre des Affaires étrangères, aux États-Unis32.

  • 33 Polski Słownik Biograficzny, tome VIII, Wrocław-Kraków-Warszawa, 1959-1960, p. 102-105.

17Peu après cette date, en octobre 1917, un Conseil de Régence a été fondé à Varsovie sous le patronage de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie. Le Département d’État de ce Conseil préparait les fondations du service diplomatique polonais. Le 26 octobre 1918, sans consulter les autorités allemandes, le Conseil de Régence créa le Ministère des Affaires extérieures avec Stanisław Głąbiński à sa tête33. Il faut souligner que les représentants de la noblesse participaient parallèlement à la création d’un noyau du service diplomatique auprès des Alliés et des puissances centrales.

18Cette dualité entre le Comité National Polonais et le centre politique en Pologne exista jusqu’en janvier 1919. Le gouvernement Paderewski réalisa la fusion des autorités de Paris et de Varsovie. Toutes les missions diplomatiques ont été subordonnées au ministère des Affaires étrangères dont le siège se trouvait désormais dans la capitale polonaise.

  • 34 Sur la base voir Kto był kim, p. 79-118.

19Citons quelques chiffres. Dans les années 1918-1939, il y eut en Pologne dix-sept ministres des Affaires étrangères ou chefs du ministère. Parmi eux trois appartenaient à l’aristocratie (prince Eustachy Sapieha, comte Aleksander Skrzyński et comte Maurycy Zamoyski), huit représentaient la noblesse ou l’intelligentsia polonaise d’origine nobiliaire (Władysław Wróblewski, Leon Wasilewski, Ignacy Jan Paderewski, Konstanty Skirmunt, Gabriel Narutowicz, Roman Dmowski, Kajetan Dzierżykraj-Morawski, August Zaleski). Parmi les 140 chefs des postes diplomatiques (ambassadeurs, ministres et chargés d’affaires) le nombre d’aristocrates, de nobles et de représentants de l’intelligentsia d’origine nobiliaire s’élève à 85 (c’est-à-dire 61 %). La plupart des représentants de ce groupe sont des gens nés dans la zone russe ou en Russie (59 %). Le pourcentage des originaires de Galicie (qui appartenait avant la Première Guerre mondiale à l’Autriche-Hongrie) s’élève à 32 %. Les anciens sujets de Guillaume II – nés en Grande Pologne ou en Allemagne – constituent un petit groupe (7 %). Le plus petit nombre de chefs des postes diplomatiques polonais d’origine nobiliaire sont les gens nés en Europe occidentale (2 %)34. Ces chiffres dessinent bien l’image du haut personnel diplomatique polonais de l’entre-deux-guerres.

  • 35 B. Michel, ouvrage cité, p. 420.
  • 36 M. Wołos, ouvrage cité, p. 277-283.
  • 37 Kto był kim, p. 94.
  • 38 Ibidem, p. 97.
  • 39 Ibidem, p. 98.
  • 40 Ibidem, p. 104.
  • 41 Polski Słownik Biograficzny, tome XX, Wrocław-Warszawa-Kraków-Gdańsk, 1975, p. 663-664.
  • 42 Polski Słownik Biograficzny, tome XXV, Wrocław-Warszawa-Kraków-Gdańsk, 1980, p. 631-632.
  • 43 Kto był kim, p. 110-111.
  • 44 Polski Słownik Biograficzny, tome XXXII, Wrocław-Warszawa-Kraków-Gdańsk-Łódź, 1989, p. 417-418.

20Après le coup d’état de Piłsudski, les représentants de la noblesse dans la diplomatie gardèrent leurs postes et furent tolérés par le nouveau ministre des Affaires étrangères, August Zaleski, lui-même d’origine nobiliaire. Mais au début des années 1930 la situation a commencé à changer. L’arrivée au ministère des Affaires étrangères du colonel Joseph Beck nommé sous-secrétaire d’État, puis chef de la diplomatie polonaise, marque un changement fondamental dans le choix des cadres. Dès 1931 le directeur du personnel, le capitaine Wiktor Tomir Drymmer, épurait les services diplomatiques, en éliminant tous ceux qui étaient considérés comme dépendants des « centres de décisions extérieurs », c’est-à-dire les diplomates d’origine juive et les francs-maçons, mais aussi ceux qu’on soupçonnait d’hostilité à la personne, à la politique et aux méthodes du colonel Beck. Parmi ces derniers il y avait beaucoup de représentants de la noblesse qui n’étaient que des piłsudskistes (c’est-à-dire des partisans du maréchal Piłsudski). À cette époque, on les surnommait à Varsovie « drymmérisés » (en polonais « drymnięci »)35. Par exemple le francophile parfait Alfred Chłapowski, ambassadeur en France, a été rappelé en juin 193636. Les victimes de ces changements furent assez nombreuses : chargé d’affaires au Caire, le comte Juliusz Dzieduszycki37, le ministre à Bruxelles Tadeusz Jackowski38, le consul général à Munich Konstanty Jeleński39, le ministre à Oslo Leszek Malczewski40, le ministre à Copenhague Jan Zygmunt Michałowski41, le ministre à Madrid Jan Perłowski42, le consul général à Trieste Eugeniusz Jordan-Rozwadowski43 et son frère le ministre à Stockholm Konstanty Jordan-Rozwadowski44, etc.

  • 45 Polski Słownik Biograficzny, tome XXVIII, Wrocław-Warszawa-Kraków-Gdańsk-Łódź, 1984, p. 47-49.
  • 46 J. Łaptos, ouvage cité, p. 252 ; Kto był kim, p. 109-110.
  • 47 Polski Słownik Biograficzny, tome XXIX, Wrocław-Warszawa-Kraków-Gdańsk-Łódź, 1986, p. 661-664.
  • 48 J. M. Majchrowski, Ulubieniec Cezara. Bolesław Wieniawa-Długoszowski : zarys biografii (Le favori (...)
  • 49 J. Łaptos, ouvage cité, p. 219 ; Kto był kim, p. 113-114.
  • 50 Polski Słownik Biograficzny, tome XVIII, Wrocław-Warszawa-Kraków-Gdańsk, 1973, p. 494-495 ; Czy wi (...)
  • 51 P. Wandycz, MSZ w okresie międzywojennym, p. 155 ; B. Michel, ouvrage cité, p. 417 ; Czy wiesz kto (...)

21Ils étaient remplacés par les diplomates dont toute la carrière commença après 1918 et qui étaient formés au ministère des Affaires étrangères à Varsovie – très souvent les piłsudskistes fervents de la génération du colonel Beck. Parmi ces diplomates il y avait beaucoup de représentants de l’aristocratie, de la noblesse ou de l’intelligentsia d’origine nobiliaire (comme le comte Jerzy Potocki, ancien aide de camp du maréchal Piłsudski, nommé ambassadeur en Italie, puis en Turquie, et ensuite aux États-Unis45 ; le comte Edward Raczyński qui fut nommé ambassadeur à Londres46 ; son frère Roger Raczyński nommé ambassadeur à Bucarest47 ; l’ambassadeur polonais à Rome, le général Bolesław Wieniawa-Długoszowski qui était un de plus proches collaborateurs du maréchal Piłsudski et l’ami personel du colonel Beck48) Les aristocrates et les nobles travaillèrent aussi avec le colonel Beck à Varsovie jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale. Le comte Jan Szembek occupa le poste de vice-ministre49, le comte Michał Łubieński fut directeur du cabinet de ministre50 et son cousin Aleksander fut nommé directeur adjoint du Protocole diplomatique51.

22Pour conclure, je voudrais souligner que la formation du ministère des Affaires étrangères à Varsovie et du corps diplomatique polonais après la Première Guerre mondiale n’était pas possible sans la participation des nobles et de l’intelligentsia d’origine nobiliaire. Ils étaient à la fois fondateurs, organisateurs et fonctionnaires des services diplomatiques polonais et occupaient la majorité des postes diplomatiques dans les années 1918-1939. Il faut également souligner que les changements réalisés dans les années 1930 ne touchaient pas les représentants de la noblesse dans la diplomatie polonaise en tant que personnes d’origine noble mais parce qu’ils étaient soupçonnés d’être hostiles à la politique et à la personnalité du colonel Beck. La majorité de leurs successeurs – diplomates de carrière et piłsudskistes fervents – étaient eux aussi d’origine nobiliaire.

Notes

1 W. Roszkowski, Gospodarcza rola większej prywatnej własności ziemskiej w Polsce 1918-1939 (Le rôle économique de la grande propriété privée foncière en Pologne dans les années 1918-1939), Warszawa, 1986, p. 18-28 ; K. Jasiewicz, Lista strat ziemiaństwa polskiego 1939-1956. Uzupełnienia (Liste des pertes humaines chez les propriétaires terriens en Pologne entre 1939 et 1956. Les additions), Warszawa, 1995, p. 100.

2 K. Jasiewicz, ouvrage cité, p. 100.

3 Ibidem, W. Roszkowski, ouvrage cité, p. 21-28.

4 W. Roszkowski, ouvrage cité, p. 57.

5 J. E. Zamojski, Uwagi wstępne i wprowadzenie (Renseignements et préface), [dans] A. Mühlstein, Dziennik wrzesień 1939-listopad 1940 (Le journal septembre 1939-novembre 1940), Warszawa, 1999, p. 6-21 ; R. Jarocki, Żyd Piłsudskiego (Le Juif du maréchal Piłsudski), Warszawa, 1997, p. 39-69 ; J. Łaptos, Dyplomaci II RP w świetle raportów Quai d’Orsay (Les diplomates de la Deuxième République polonaise à la lumière des rapports du Quai d’Orsay), Warszawa, 1993, p. 53-54, 93, 134, 199-200 et 255.

6 Słownik historyków polskich (Dictionnaire biographique des historiens polonais), Warszawa, 1994, p. 23-24.

7 W. Roszkowski (A. Albert), Historia Polski 1914-1990 (Histoire de Pologne 1914-1990), Warszawa, 1992, p. 46.

8 W. Władyka, Działalność polityczna polskich stronnictw konserwatywnych w latach 1926-1935 (L’activité politique des partis conservateurs polonais dans les années 1926-1935), Wrocław-Warszawa-Kraków-Gdańsk, 1977, p. 27-28.

9 A. Garlicki, Józef Piłsudski 1867-1935, Warszawa, 1988, p. 410-412 ; W. Suleja, Józef Piłsudski, Wrocław-Warszawa-Kraków, 1995, p. 319-320 ; W. Jedrzejewicz, J. Cisek, Kalendarium życia Józefa Piłsudskiego 1867-1935 (Calendarium de la vie de Joseph Piłsudski 1867-1935), tome III : 1926-1935, Warszawa, 1998, p. 60-61.

10 Kto był kim w Drugiej Rzeczypospolitej (Qui était qui dans la Deuxième République polonaise), sous la direction de Jacek M. Majchrowski avec la collaboration de Grzegorz Mazur et Kamil Stepan, Warszawa, 1994, p. 542 ; A. Ajnenkiel, Historia sejmu polskiego (Histoire de la diète polonaise), tome II, volume 2 : II Rzeczpospolita (Deuxième République polonaise), Warszawa, 1989, p. 138.

11 P. Wandycz, MSZ w okresie międzywojennym : odpowiedź na ankietę (Ministère des Affaires étrangères de Pologne dans l’entre-deux-guerres : la réponse à l’enquête), Zeszyty Historyczne, Paris, 1976, n ° 38, p. 130-131 ; B. Michel, La formation du ministère des Affaires étrangères et le personnel diplomatique en Pologne de 1918 à 1939, [dans] Ostmitteleuropa. Berichte und Forschungen, herausgegeben von Ulrich von Haustein, Georg W. Strobel und Gerhard Wagner, Stuttgart, 1981, p. 409 ; J. Pajewski, Z dziejów dyplomacji polskiej (De l’histoire de la diplomatie polonaise), [dans] Ministrowie spraw zagranicznych II Rzeczypospolitej (Les ministres des Affaires étrangères de la Deuxième République polonaise), sous la direction de Janusz Pajewski, Szczecin, 1992, p. 5-15 ; W. Michowicz, Organizacja polskiego aparatu dyplomatycznego w latach 1918-1939 (L’organisation de l’appareil diplomatique polonais dans les années 1918-1939), [dans] Historia dyplomacji polskiej (Histoire de la diplomatie polonaise), tome IV : 1918-1939, sous la direction de Piotr Łossowski, Warszawa, 1995, p. 12.

12 P. Wandycz, Z Piłsudskim i Sikorskim. August Zaleski minister spraw zagranicznych w latach 1926-1932 i 1939-1941 (Avec Piłsudski et Sikorski. August Zaleski ministre des Affaires étrangères dans les années 1926-1932 et 1939-1941), Warszawa, 1999, p. 12 ; Kto był kim, ouvrage cité, p. 109-110.

13 Kto był kim, ouvrage cité, p. 110 ; Polski Słownik Biograficzny (Dictionnaire Polonais des Biographies), tome XXIX, Wrocław-Warszawa-Kraków-Gdańsk-Łódź, 1986, p. 661-664.

14 Kto był kim, ouvrage cité, p. 114.

15 Polski Słownik Biograficzny, tome XXXIV, Wrocław-Warszawa-Kraków, 1992, p. 598-602.

16 D. Chłapowski, Potworowscy. Kronika rodzinna (Chronique de la famille Potworowski), Warszawa, 2002, p. 41-42.

17 M. Wołos, Alfred Chłapowski (1874-1940). Biografia ambasadora Polski we Francji (Alfred Chłapowski 1874-1940. Biographie de l’ambassadeur de Pologne en France), Toruń, 1999, p. 24-28.

18 B. Michel, ouvrage cité, p. 407 ; J. Łaptos, ouvrage cité, p. 11 ; W. Michowicz, ouvrage cité, p. 12-15.

19 J. Pajewski, Maurycy Zamoyski (19 I 1924-27 VII 1924), [dans] Ministrowie spraw zagranicznych, p. 125.

20 M. Wołos, ouvrage cité, p. 32-45.

21 M. Nowak-Kiełbikowa, Konstanty Skirmunt. Polityk i dyplomata (Konstanty Skirmunt. L’homme politique et diplomate), Warszawa, 1998, p. 32-45.

22 Kto był kim, ouvrage cité, p. 104 ; Polski Słownik Biograficzny, tome XIX, Wrocław-Warszawa-Kraków-Gdańsk, 1974, p. 121-122.

23 J. Zamoyski, Powrót na mapę. Polski Komitet Narodowy w Paryżu 1914-1919 (Le retour sur carte. Comité National Polonais à Paris 1914-1919), Warszawa, 1991, p. 73-76 ; W. Roszkowski, Gospodarcza rola, p. 357 ; J. Janicka, Maurycy hrabia Zamoyski (Le comte Maurycy Zamoyski), Lublin, 2000, p. 132-153.

24 M. Wołos, ouvrage cité, p. 211-212.

25 P. Łossowski, Dyplomacja Drugiej Rzeczypospolitej. Z dziejów polskiej służby zagranicznej (La diplomatie de la Deuxième République polonaise. De l’histoire du service diplomatique polonais), Warszawa, 1992, p. 20-21 ; P. Wandycz, MSZ w okresie międzywojennym, p. 132-134.

26 Kdo był kdo v našich dĕjinách ve 20. století (Qui était qui dans notre histoire au XXe siècle), tome II, sous la direction de Milan Churaň, Praha, 1998, p. 44-45.

27 B. Michel, ouvrage cité, p. 403.

28 Ibidem, p. 414 ; J. Łaptos, ouvrage cité, p. 16 ; Kto był kim, p. 90 ; P. Wandycz, MSZ w okresie międzywojennym, p. 132-134.

29 Polski Słownik Biograficzny, tome XXXVIII, Warszawa-Kraków, 1997-1998, p. 453-460.

30 Ibidem, p. 469-472.

31 M. Patelski, Generał broni Tadeusz Jordan Rozwadowski. Żołnierz i dyplomata (Général Tadeusz Jordan Rozwadowski. Soldat et diplomate), Warszawa, 2002, p. 39-49 et 174-202.

32 J. Zamoyski, ouvage cité, p. 60-72.

33 Polski Słownik Biograficzny, tome VIII, Wrocław-Kraków-Warszawa, 1959-1960, p. 102-105.

34 Sur la base voir Kto był kim, p. 79-118.

35 B. Michel, ouvrage cité, p. 420.

36 M. Wołos, ouvrage cité, p. 277-283.

37 Kto był kim, p. 94.

38 Ibidem, p. 97.

39 Ibidem, p. 98.

40 Ibidem, p. 104.

41 Polski Słownik Biograficzny, tome XX, Wrocław-Warszawa-Kraków-Gdańsk, 1975, p. 663-664.

42 Polski Słownik Biograficzny, tome XXV, Wrocław-Warszawa-Kraków-Gdańsk, 1980, p. 631-632.

43 Kto był kim, p. 110-111.

44 Polski Słownik Biograficzny, tome XXXII, Wrocław-Warszawa-Kraków-Gdańsk-Łódź, 1989, p. 417-418.

45 Polski Słownik Biograficzny, tome XXVIII, Wrocław-Warszawa-Kraków-Gdańsk-Łódź, 1984, p. 47-49.

46 J. Łaptos, ouvage cité, p. 252 ; Kto był kim, p. 109-110.

47 Polski Słownik Biograficzny, tome XXIX, Wrocław-Warszawa-Kraków-Gdańsk-Łódź, 1986, p. 661-664.

48 J. M. Majchrowski, Ulubieniec Cezara. Bolesław Wieniawa-Długoszowski : zarys biografii (Le favori de César. Bolesław Wieniawa-Długoszowski : esquisse biographique), Wrocław-Warszawa-Kraków, 1990, p. 199-222 ; W. Dworzyński, Wieniawa. Poeta, żołnierz, dyplomata (Wieniawa. Poète, soldat, diplomate), Warszawa, 1993, p. 253-296.

49 J. Łaptos, ouvage cité, p. 219 ; Kto był kim, p. 113-114.

50 Polski Słownik Biograficzny, tome XVIII, Wrocław-Warszawa-Kraków-Gdańsk, 1973, p. 494-495 ; Czy wiesz kto to jest ? (Est-ce que tu sais qui est qui ?), sous la direction de Stanisław Łoza, Warszawa, 1938, p. 445.

51 P. Wandycz, MSZ w okresie międzywojennym, p. 155 ; B. Michel, ouvrage cité, p. 417 ; Czy wiesz kto to jest ?, p. 445.

Auteur

Université Nicolas Copernic de Toruń

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540