Version classiqueVersion mobile

Identifier et catégoriser les langues minoritaires en Europe

 | 
Joan Busquets
, 
Sébastien Platon
, 
Alain Viaut

Avant-propos

Joan Busquets, Sébastien Platon et Alain Viaut

Texte intégral

1Identifier et catégoriser les langues minoritaires en Europe occidentale s’inscrit comme l’un des résultats de la réalisation entre 2009 et 2013 du projet Langues minoritaires et marges linguistiques en Europe (Conseil régional d’Aquitaine). Cette recherche, coordonnée par Alain Viaut (IKER), a été menée dans le cadre de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine et de deux entités de recherche (FRE 3392 EEE / CNRS - Université Bordeaux Montaigne, relayée par UMR 5478 IKER / CNRS - Université Bordeaux Montaigne/UPPA ; et EA 4193 CRDEI Centre de recherche et de documentation européenne et internationale / Université de Bordeaux - Faculté de Droit et Science politique).

  • 1 Nous mentionnerons les publications suivantes : Luxardo Giancarlo, Rollan Françoise, Viaut Alain ( (...)
  • 2 La base est consultable gratuitement sur le site de la MSHA :
    http://www.msha.fr/baseclme/

2La partie la plus importante en volume et la plus novatrice de cette recherche pluridisciplinaire, associant principalement linguistes et juristes, a porté sur la catégorisation des langues minoritaires ou en situation minoritaire, au sens large, en Europe et en s’étendant à la Russie. Parmi les productions générées par ce volet de la recherche1 figurent en particulier deux ouvrages de synthèse – le présent, et un autre sur la Russie – qui examinent les notions désignant les diverses catégories des langues ainsi identifiées dans les pays constitutifs de ce vaste ensemble géographique. Enfin, ce projet nous aura permis de mettre au point la base de données textuelle publique « Catégorisation des langues minoritaires en Europe - CLME »2, très utile à notre recherche et offrant ainsi une assise documentaire interactive continue aux études menées à Bordeaux sur la catégorisation des langues minoritaires.

Quelles langues minoritaires dans quelle Europe ?

3Le présent ouvrage concerne des langues qui se trouvent en situation de minoration, pour des raisons historiques ou autres, dans les États dans lesquels elles sont présentes. Les qualifications données à ces langues sont aussi protéiformes que la façon dont elles se manifestent et sont appréhendées dans les pays concernés : langue régionale, langue propre, langue co-officielle, langue des migrants, etc. Néanmoins, nous avons choisi d’utiliser comme notion globalisante celle de « langue minoritaire ». Bien que cette étiquette puisse paraître réductrice, elle peut embrasser un large spectre de configurations ayant cependant un trait distinctif essentiel, à savoir qu’il s’agit de langues en situation minoritaire. Même si, dans certains cas, ces langues sont loin d’être marginales, il n’en reste pas moins qu’elles ne sont pratiquées que par un « groupe numériquement inférieur au reste de la population de l’État ». Cette dernière formulation est tirée de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (article 1, alinéa i.), texte majeur et désormais incontournable pour la protection des langues minoritaires en Europe, à tel point que même la France, longtemps réticente à ratifier cette Charte pour des raisons liées à sa conception traditionnelle de l’unité républicaine, envisage désormais de réviser sa Constitution pour pouvoir la ratifier. Toutefois, dans le contexte de la présente étude, nous aurons recours à une définition plus large que celle de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (ou Charte des langues) incluant, en particulier, les langues des migrants. Comme dans la Charte des langues, seront également abordées les langues co-officielles peu répandues (par exemple, le gaélique) ainsi que les langues sans territoire (par exemple, le rom).

4Concernant le cadre géographique de ce livre, il est limité à celui de l’Europe occidentale, entendue de façon plus large que la seule adjonction de l’Union européenne (UE) et de l’Association européenne de libre-échange (AELE). S’il est vrai que sera retenue ici une définition de l’Europe occidentale qui sera plus spatiale qu’institutionnelle, il conviendra cependant de garder à l’esprit que cet ensemble spatial est « coiffé » par deux organisations internationales, l’Union européenne (28 pays membres) et le Conseil de l’Europe (47 pays membres dont la Fédération de Russie).

5Sera en revanche écarté, pour le présent ouvrage, le cas de la Russie. Ce pays, très étendu, le plus grand du monde, justifie à lui seul une étude particulière. Tenant de l’Europe sur les plans géographique, culturel et historique, il constitue en même temps une entité spécifique de par des caractéristiques propres dont l’une des plus notables est de s’étendre à l’est de l’Oural sur la très vaste, quoique très peu peuplée, partie Nord de l’Asie. Dans le domaine linguistique, pour une soixantaine de langues qualifiées de « régionales ou minoritaires » dans le cadre de l’Union européenne, la Fédération de Russie en compterait de 79 à 110 en fonction des organismes qui s’emploient à les dénombrer. Elle a développé en outre, au cours du XXe siècle, une terminologie propre, de nature à justifier une étude spécifique. Cette terminologie, non étanche, a également été de plus en plus confrontée à celle qui s’est développée à l’Ouest de l’Europe. Pour ces différentes raisons, la catégorisation des langues minoritaires en russe fait l’objet d’un ouvrage à part, publié en même temps que celui-ci, ces deux études se complétant ainsi.

  • 3 « Les Parties prendront, si nécessaire, des mesures dans le domaine de l’éducation et de la recher (...)

6Dans un cas comme dans l’autre, notre objectif ici n’est pas d’être exhaustifs mais de mettre en lumière un certain nombre de cas qui sont, sinon paradigmatiques, au moins exemplaires. De ce point de vue, si les Balkans ou les pays scandinaves ne sont pas directement approchés dans le présent ouvrage, d’autres études les concernant pourront montrer en quoi ils se rattachent à l’une ou l’autre des grandes tendances en matière de catégorisation du type de langues abordé ici. Ils sont de cette façon traversés par des habitudes acquises de catégorisation associant ces langues au concept de minorité nationale ou ethnique dans une vaste aire qui va de l’Europe centrale à la Russie incluse. En revanche, de même que pour tous les autres pays, d’ouest en est de l’Europe, ils connaissent et utilisent aussi, conjointement, des catégorisations faisant apparaître le seul objet langue. Cette tendance est également influencée par la terminologie diffusée par la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires à laquelle 25 de ces pays adhèrent. Or un lien existe entre ce texte et la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales (également du Conseil de l’Europe), ratifiée par 39 pays, et dont l’objet, plus large, est exprimé à travers le concept de minorité. Pour autant, dans les articles 10-12 et 14 qui se rapportent aux langues propres à ces groupes, l’objet « langue » est chaque fois nommé « langue minoritaire » ou « langue » sauf dans l’article 12.13 où il est effectivement associé à « minorité nationale ».

Une approche pluridisciplinaire

7L’objet « langue minoritaire », tel que nous l’entendons par conséquent ici de façon large, peut et doit être saisi depuis plusieurs angles disciplinaires. À ce stade de nos travaux, juristes et linguistes se sont associés pour compléter et confronter leurs approches. Les sciences du langage sont d’emblée convoquées à travers, d’abord, la sociolinguistique sous son angle macro, essentiellement présent au sein des contributions qui suivent, les phénomènes conditionnant le caractère minoritaire d’une langue étant d’ordre sociétal et communicationnel. Les contextes de nature diglossique étant divers et pas forcément conflictuels, les choix dénominatifs aboutissant à catégoriser de fait ces langues selon les exo et endo-représentations dont elles font l’objet, justifient également des analyses de type sémantique moins présentes ici mais dont on ne saura faire l’abstraction en vue des développements vers lesquels est supposé ouvrir ce premier ensemble de textes.

8Le point de départ proposé plus avant compte aussi, dans son fondement pluridisciplinaire constitutif obligé, l’approche juridique, très présente car tout aussi évidente dans l’étude de notre objet que la linguistique, ne serait-ce qu’à cause du caractère foncièrement sociétal et politique de celui-ci. Le droit, en tant qu’outil de « biopolitique sociale », n’est pas seulement utile à l’étude tant qu’il offre une palette d’instruments de protection des langues minoritaires, laquelle pourrait faire l’objet d’une sorte d’étude comparative d’efficacité. Il est surtout intéressant en ce qu’il reflète en profondeur les modes de représentation des langues minoritaires existant dans un ensemble social donné, fruit de l’histoire et d’une certaine conception du corps politique, du territoire et de la citoyenneté.

9Précisément, la tâche assignée à ce groupe de chercheurs et praticiens était plus particulièrement de commencer à éclaircir le flottement sémantique associé à la notion de langue minoritaire tant du point de vue linguistique, de façon large, que juridique. En effet, les notions désignant ces langues varient, en intension et en extension, d’un État à l’autre. Certains sèmes, qui peuvent se retrouver en commun dans certaines locutions différentes par la forme pour désigner telle ou telle catégorie de langue mais non par le contenu vont en côtoyer d’autres qui rendront compte de leurs contextes (nationaux, régionaux, idéologiques...) particuliers d’apparition.

10À cette fin, les contributions au présent ouvrage sont rassemblées autour de deux axes ou parties. La première de ces parties a comme objectif de dégager des tendances dont pourrait émerger un standard européen de la notion de « langue minoritaire », tant du point de vue linguistique que juridique. Dans la deuxième partie, les analyses portent plus précisément sur l’identification et la catégorisation des langues minoritaires dans des contextes spécifiques.

Notes

1 Nous mentionnerons les publications suivantes : Luxardo Giancarlo, Rollan Françoise, Viaut Alain (2012), « Approche textométrique de la catégorisation des langues minoritaires », in : Dister A., Longrée D. et Purnelle G. (éds). JADT 2012, 11èmes Journées d’analyse statistique des données textuelles (13-15/06/2012), Liège : LASLA - SIESLA, Université, pp. 631-643 ; Viaut Alain (2009), « Francuzskoe vospriâtie svâzej meždu oficial’nym i minoritarnymi âzykami » [La perception française du rapport entre langue officielle et langues minoritaires], in : Actes du colloque Russkij âzyk v mnogopolârnom mire : novye lingvističeskie paradigmy dialoga kulʹtur. Meždunarodnoj naučnoj konferencii, posvâŝennoj 50-letiû obrazovaniâ RUDN (Moskva, 22-24 oktâbrâ 2009). Moskva : Rossijskij universitet družby narodov (RUDN), pp. 361-364 ; Bassac Christian, Busquets Joan, Versel Martine (2009), « Analyse statistique des données textuelles à partir de publications de Calvet concernant les langues minoritaires », Lengas, revue de sociolinguistique, no 66, pp. 57-78 ; Viaut Alain (2009), « Regional’nyj âzyk, govor i dialekt vo Francii : tri svâzannyh ponâtiâ » [langue régionale, patois et dialecte en France : trois notions liées], Psihologiceskie issledovaniâ, no 6 (8) eng, 7 p. http://psystudy.ru/index.php/num/2009n6-8/247-viaut8.html

2 La base est consultable gratuitement sur le site de la MSHA :
http://www.msha.fr/baseclme/

3 « Les Parties prendront, si nécessaire, des mesures dans le domaine de l’éducation et de la recherche pour promouvoir la connaissance de la culture, de l’histoire, de la langue et de la religion de leurs minorités nationales aussi bien que de la majorité ».

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search