Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre V - Comportements et mentalités nobiliaires

Gentilshommes brigands, fils indignes et cadets dévoyés : la délinquance nobiliaire en Gascogne, xvie-xviie siècles

Véronique Larcade

Texte intégral

1Le gentilhomme hors la loi est une figure de l’imaginaire autant que de la réalité sociale de la première modernité, dans le Sud-Ouest de la France tout particulièrement. C’est le cas de Gabriel Foucault, seigneur de Saint-Germain-Beaupré, vicomte du Daugnon, gouverneur de la Marche, fameux pour ses méfaits :

  • 1 Henri de Saint-Germain-Beaupré qui lui succéda comme gouverneur de la Marche ne fut « guère moins (...)

ça esté un fort grand tyran en toutes choses : quand un paysan ou un bourgeois avoit du bien, il le forçoit à donner sa fille à quelqu’un de ses gens, et c’estoit ainsy qu’il récompensoit ses domestiques. Grand voleur, grand emprunteur à ne jamais rendre et grand distributeur de coups de bâton. Quelquefois, il luy est arrivé de faire assassiner des gens. Enfin Mme de Rambouillet, eu esgard au pays où il estoit, et à sa manière de vie, disoit que c’estoit un autre Vieil de la Montagne1.

2Le Roman Comique de Scarron (publié entre 1651 et 1657) en atteste aussi par le truchement de l’un de ses personnages :

  • 2 Scarron, Le Roman Comique, édition A. Adam, partie II, chapitre III, p. 680. Théophile Gautier s’e (...)

gentilhomme [qui] estoit fort riche, plus craint qu’aimé dans tout le pays, violent dans toutes ses actions comme un gouverneur de place frontière et qui avoit la réputation d’estre vaillant autant qu’on pouvoit l’estre. Il s’appeloit le baron de Sigognac, au temps où nous sommes il seroit pour le moins marquis, en ce temps-là il estoit un vrai tyran de Périgord […] Il avoit la réputation dans le pays d’estre le plus grand tyran qui se soit jamais fait craindre dans un pays où la plupart des gentilshommes se mêlent de l’estre…2.

  • 3 B. Geremek, Les fils de Caïn, l’image des pauvres et des vagabonds dans la littérature européenne (...)

3L’analyse comparée des textes littéraires fait ainsi ressortir que ce baron de Sigognac n’est qu’un exemple supplémentaire de la fascination qu’exercent marginaux et dévoyés durant cette époque de crise et de mutation à l’échelle de l’Europe et que traduit tout spécialement, bien sûr, le genre picaresque3. Or le cas des gentilshommes hors-la-loi, brassé d’assez longue date par les historiens, n’est pas sans soulever des problèmes de méthode et de réflexion renouvelés dernièrement dans leur formulation et leurs enjeux.

  • 4 B. Garnot (dir.), Ordre moral et délinquance de l’Antiquité au XXe siècle, Dijon, 1994, 522 p.
  • 5 Robert Muchembled parle ainsi du « bricolage culturel » de la noblesse face aux pressions qu’elle (...)

4Les nobles délinquants sont-ils des exceptions, des contre-modèles ou bien agissent-ils, de façon outrée et scandaleuse certes, comme le fait – ou souhaiterait le faire – le plus grand nombre ? En d’autres termes, a-t-on affaire à des individus qui déparent au sein d’une élite nobiliaire, défendant et illustrant dans son ensemble l’ordre établi4 ou bien la noblesse est-elle, dans le fond, irrésistiblement portée à abuser de sa position de force dans la société de l’ancienne France5 ?

  • 6 N. Elias, La civilisation des mœurs, Paris, 1973, particulièrement le chapitre 7 « Les modificatio (...)
  • 7 Y.-M. Bercé, « De la criminalité aux troubles sociaux : la noblesse rurale du Sud-Ouest de la Fran (...)

5Deux idées combinées pèsent particulièrement dans ce débat. D’une part, le processus de civilisation des mœurs qui, en commandant l’intériorisation des pulsions, aurait gagné lentement du terrain dans la société française entre le XVIe et le XVIIIe siècle, à partir d’un modèle initial promu par la cour royale6 ; d’autre part, la montée en puissance de l’ordre monarchique absolutiste et fiscalement contraignant, certes génératrice de récriminations et même de révoltes ouvertes auxquelles participe la noblesse, mais somme toute irrésistible7.

6Or l’utilisation des sources judiciaires dont l’intérêt s’impose dans ce domaine, n’est pas sans soulever des difficultés ; il n’est pas facile non plus d’établir les caractéristiques d’une criminalité – et donc de criminels – spécifiques à la noblesse ; les motifs, la constance ou l’évolution de cette délinquance restant eux-mêmes, par ailleurs, à clarifier.

DE LA FACULTÉ DE JUGER

  • 8 Y.-M. Bercé, « Aspects de la criminalité au XVIIe siècle », Revue historique, 1968, p. 33-42 ; R. (...)

7L’intérêt historiographique des archives de la justice criminelle a déjà été très éloquemment mis en évidence et, plus récemment, les précautions qu’exige leur maniement8. Elles tiennent à leur nature aussi bien qu’à leur substance.

  • 9 P. Tierny, Lectoure, siège de la sénéchaussée d’Armagnac, Auch, 1893, p. 7-9 ; C. Blanquie, Justic (...)
  • 10 P. Tierny, La justice au XVIe siècle dans la sénéchaussée d’Armagnac, Auch, 1894 ; B. Barbiche, Le (...)
  • 11 P. Tierny, La justice au XVIe siècle dans la sénéchaussée d’Armagnac, Auch, 1894, p. 5-6 ; P. Tier (...)

8Ainsi, en dépit de la masse des jugements interlocutoires et définitifs prononcés par les nombreux tribunaux royaux, une analyse statistique est pratiquement dénuée de sens, en raison de la confusion créée par des verdicts contradictoires émanant de différentes instances. Par exemple, dans le cadre gascon, les registres de la sénéchaussée d’Armagnac offrent, en apparence, généreusement matière à l’investigation quant à la délinquance nobiliaire. Cette cour, grossie d’un présidial depuis 1552, siège à Lectoure depuis sa création (ou presque) en 1473. Sa juridiction s’étend jusqu’aux Pyrénées au sud, puisqu’elle inclut le Magnoac et la vallée d’Aure ; à l’ouest, elle a pour bornes les villes de Barcelonne et de La Bastide qui confinent aux Landes ; au nord et à l’est, le Brulhois et les vicomtés d’Auvillar et de Lomagne, à la limite du ressort du Parlement de Bordeaux, relèvent encore de son autorité9. C’est un espace où la gentilhommerie est notoirement populeuse. Par ailleurs, en première instance, outre l’exercice de la juridiction gracieuse, la sénéchaussée connaît toutes les causes concernant les nobles et, d’une façon générale, les causes personnelles privilégiées10. Mais ce serait oublier que si, en principe, le sénéchal d’Armagnac recevant lui-même l’appel des instances de justices inférieures, voyait ses propres jugements susceptibles d’appel au Parlement de Toulouse, il en allait tout autrement dans la pratique. Les juges de Lectoure entendaient, en effet, défendre leur avantage : ils arguaient du fait que le Languedoc était depuis longtemps réuni à la couronne de France, mais que l’Armagnac, par contre, restait une province distincte qui ne devait obéissance qu’à ses comtes, et en l’occurrence au XVIe siècle, à leurs successeurs, les souverains de Navarre. Le sénéchal pouvait, dès lors, bel et bien, revendiquer le statut de cour suprême. On imagine sans peine les atermoiements et les blocages de procédure qui s’ensuivaient entre Lectoure et Toulouse et la zizanie qui immanquablement croissait entre les deux juridictions11.

  • 12 Arch. nat., X 1 a 9205 et 9 209, X 1 b 9 710, 9 711, X 2 a 251.
  • 13 H. Imbert, Les Grands-Jours du Poitou, dans Mém. de la Soc. de stat., sciences, lettres et arts du (...)

9La facilité avec laquelle on ignorait ou on contournait ces multiples sentences ajoute encore à la confusion. Les registres de la Cour des Grands-jours, tenus à Poitiers d’août à décembre 1634 et conservés dans le fonds du Parlement de Paris en fournissent un bon exemple12. Ces Grands-jours furent un fiasco : ils n’évoquèrent qu’un nombre relativement restreint d’affaires et, par ailleurs, dépourvus de forces de police, ils ne purent faire exécuter leurs décisions. Ainsi sur deux cents condamnations criminelles effectivement rendues, un quart d’entre elles concernaient des coupables nobles mais elles furent prononcées par défaut13.

  • 14 C’est tout le problème de la distorsion entre la criminalité réelle et la criminalité enregistrée, (...)

10En fait, quelle que soit la rigueur scientifique dont puisse se barder l’historien, il ne fait que reproduire les opérations de filtrage – de fait, l’incrimination et le jugement sont, en pratique, presque exclusivement étudiés – opérés par les institutions répressives de l’époque qu’il étudie. Par conséquent, le tableau criminel dont il dispose n’est, à coup sûr, qu’un reflet partiel, sinon déformé, de la réalité délictueuse qui, en bonne part, sinon en majeure partie, échappe à la justice14.

  • 15 G. D. Guyon, « Recherches sur la méthode jurisprudentielle criminelle du parlement de Bordeaux au (...)

11Cependant ce qui émane effectivement des tribunaux est aussi susceptible d’induire en erreur, soit par défaut, soit par excès. Dans le premier cas, il faut citer, par exemple, l’état des archives du Parlement de Bordeaux. Conservées seulement après 1480, elles rendent malaisée l’étude de la jurisprudence parce que, pour le XVIe siècle, il ne reste, la plupart du temps, que la copie assez sèche de minute de l’arrêt, le procès n’étant pas conservé dans son détail15.

  • 16 Comme tous les crimes n’étaient pas rémissibles et notamment le meurtre avec préméditation, les co (...)
  • 17 A. Soman, « Criminal Jurisprudence in Ancien Regime France : the Parlement de Paris in the XVIth a (...)

12Mais l’abondance informative n’est pas pour autant de bon aloi. On pense, bien sûr, aux textes justificatifs qui accompagnent l’octroi de la grâce royale dans le cas de lettres de rémission ou d’abolition et qui traitent de façon assez détaillée mais pas absolument sincère, des méfaits, des crimes et des mobiles de ceux qui les requièrent16. Il en va de même des « informations », c’est-à-dire des dépositions des témoins et des victimes éventuellement à la suite d’une plainte ou « dénonciation » selon le vocabulaire des instances de justice de l’ancienne France et, surtout dans le cas d’un procès extraordinaire, des compte-rendus d’enquête qui constituent les « faits justificatifs » précédant l’énoncé de la sentence17.

  • 18 M. Greenshields, An Economy of Violence in Early Modern France. Crime and Justice in the Haute Auv (...)
  • 19 Ainsi les fous, les voleurs, même les meurtriers, s’ils sont natifs du lieu et bien insérés par le (...)
  • 20 Pour les homicides, par exemple, les communautés ne portent en justice ni ceux qui n’ont pas été p (...)
  • 21 B. Garnot, ouvr. cité, p. 71-72.

13Pour autant la première modernité s’avère moins une époque de non-droit, qu’une période où coexistent plusieurs modalités, formelles et informelles, de sanction et d’arbitrage des délits et des conflits. La population semble bien effectuer, ainsi, une sorte de tri entre ce qui reste confiné et réglé (voire étouffé) à l’intérieur de la communauté et ce qui est porté en justice, à la connaissance des tribunaux18. D’abord compte la marginalité du coupable présumé. Cela ne relève pas exactement de la nature du délit mais plutôt de celle du délinquant19. En fait, l’appel à la justice n’est systématique que pour ceux qui sont perçus comme étrangers à la communauté. Il semble même qu’ils fournissent aisément, à l’occasion, des coupables de substitution, à la place de tel ou tel individu intégré dans la communauté. Ensuite importe la façon dont la faute a été commise, c’est-à-dire le fait de respecter ou de bafouer les règles de comportement, en particulier celles qui relèvent de l’honneur20. En dernier lieu, il faut prendre en compte ce que l’on pourrait appeler un « seuil de tolérance », c’est-à-dire le danger excessif qu’un (ou des) individu(s) paraît (ou paraissent) faire courir à l’ensemble de la communauté. De la sorte, si les auteurs de crimes et de larcins bénéficient d’une complaisance certaine, c’est toutefois à condition de ne pas exagérer, donc de ne pas se montrer coupables d’exactions multipliées, quelles qu’elles soient, qui finissent par les rendre insupportables. Les victimes font ainsi, plus d’une fois, preuve d’une remarquable patience et même de résignation jusqu’à ce qu’une infraction de trop, fasse franchir le seuil du recours à la justice ; d’où l’ouverture de l’enquête, au cours de laquelle les langues se délient peu à peu et qui révèle, alors, une multitude d’infractions antérieures. Mais ce dernier recours n’intervient, à dire vrai, que de guerre lasse, après que toutes les solutions de médiation aient échoué21.

LA FABRICATION DU CHENAPAN

  • 22 M. Nassiet, Parenté, noblesse et États dynastiques, XVe-XVIe siècles, Paris, 2000, p. 245.

14Une certaine frange inférieure de la gentilhommerie semble bel et bien produire de tels profils de délinquants : il s’agit de pauvres, de bâtards et de cadets que leur statut matériel, généalogique et ou illégitime marginalise de fait22. Ainsi les jugements rendus par le sénéchal d’Armagnac dressent-ils le tableau d’un milieu de malfaiteurs et de hors-la-loi que ni le droit, ni la morale, ni même les murs d’une prison ne peuvent contenir.

  • 23 Arch. dép. du Gers, B 5, fol. 268 v°.

15Le 4 mars 1554, par exemple, est évoqué le cas de trois détenus : Estienne Grauffelly, Bernard (ou Bertrand) de Lyer dit « Bernadot de Trendon » et Amanieu de Monlezun dit « Lo capdet do Busca », ils sont décrits comme « gens quy ont mal vescu tout le temps de leur vie charges davoir faict meurtres volleries baptemens et plusieurs autres exces »23. Et ce qui est pire, ils « ont plusieurs complisses gens mal vivans et des amys quy journellement travailhent et cherchent tous les moyens pour les faire esvader desd. carces quy ne sont guieres asseurées ». Il faut dire qu’il y a quelques raisons de s’inquiéter : on a pu constater dernièrement que les cellules de la prison de Lectoure étaient :

encomancées de rompre et ung grand quarreau de lad. murailhe presque hosté que n’avoyt esté faict sans grand intelligence de quelques ungz estans dehors lesd. prisons. [Il est d’autant plus urgent d’agir qu’il a] esté mandé venir ung nomé Guillaume Malhac, bailhe de La Plume, acompaigné de deux soldatz pour garder et prendre en charge lesd. de Lyer, Montlezun et Grauffelly ; ce que ne veult faire comme il dict hier aud. du Verdier [un des magistrats du tribunal] que ne luy fust permis de leur mectre les fers et la nuyt les mectre aux trasses pour ce que lesd. prisonniers s’estoient jactés que si led. Malhac entroict dans lesd. prisons l’estrangleroient. [Le risque est donc sérieux que les prisonniers] n’esvadent desd. carces sans estre pugnis de tant de maulx que ont faict, car il est avéré que y a plusieurs gentilzhomes et aultres que ont intelligence pour faire esvader lesd. prisonniers.

16Il y a unanimité parmi les juges pour que des mesures énergiques soient prises à l’encontre du cadet du Busca et de ses compagnons, « gens mal famés ». Déjà de Lyer est aux fers, le même traitement doit être appliqué désormais à Grauffelly et à Monlezun.

… et la nuyt tous les troys [seront mis] aux sepz et trasses puisqu’ils pourraient fort bien tuer les gardes quant leur pourteroient a manger ou bien rompre lesd. carces antendeu que y a plusieurs parens, alyés et complisses desd. prisonniers que y tiennent la main.

  • 24 P. Tierny, Lectoure, siège de la sénéchaussée…, p. 9-14.

17Il faut dire que la prison de la sénéchaussée est notoirement délabrée, tant et si bien qu’une partie du montant des amendes est, à plusieurs reprises, affectée à des travaux de réparation des bâtiments24.

  • 25 Arch. dép. du Gers, B 5, fol. 280-282.

18Quoiqu’il en soit les divers dispositifs qui entravent le cadet du Busca et ses compagnons n’ont pas entièrement l’effet dissuasif attendu. Le 18 mars 1554 comparaît le gardien de la prison, Guillaume Labernède : « … par plusieurs foys [lui] a esté enjoinct estre asseuré de bien garder de Lyer dict Bernadot du Trendon, prisonier es lesd. carces a peyne de la vye… ». Ce dernier pourtant s’est échappé. Et Labernède, pour le moins, s’est montré négligent. Il prétend qu’« environ le temps des vendanges dernières…[il a commis] la charge de la jaule… [à un certain de Labau dit « Talebart »]. Il soutient qu’il en a informé la cour. Personne n’est, en fait, en mesure de le confirmer. Par contre il s’avère que Talebart « alloyt parler aud. de Lyer en secret et a chevilhé qu’est un grand presumption quil a eu inteligence a l’esvatzion dud. de Lyer ». Sans tenir compte de ses arguments, le juge mage condamne La Bernède « a estre mys a la jeyne et tourture afin que par sa bouche propre la verité du cas et cause a luy impestré soyt sceue… »25.

  • 26 Arch. dép. du Gers, B 5, fol. 289.

19Amanieu de Monlezun, quant à lui, est encore incarcéré à la date du 25 mars. Le verdict porte ce jour-là qu’il « demeure en negature et s’est porté pour appellant et fait inhiber la present cour », mais en raison de la lourdeur des charges portées contre lui il « sera procedé extraordinairement par accusations et confrontement de tesmoings lesquels led. procureur fera venir dans huictaine26 ». Le 17 mai suivant, le cadet du Busca proteste toujours :

  • 27 Arch. dép. du Gers, B 5, fol. 335.

… led. de Montlezun dict tous les officiers luy estre suspectz pour ce que luy avoient faict mectre les trasses. [Or cette mesure est amplement justifiée précise la cour] …pour estre asseuré dud. de Montlezun quy auparavant estoyt esvadé des carces et fust reprins hors la ville dud. Leitoure par qouy lesd. recusations sont a declarer frivolles et les accusations seront continuées27 […].

  • 28 Arch. dép. du Gers, E 143 (16 juillet 1591).
  • 29 J. d’Antras, Mémoires, édition J. de Carsalade du Pont ; P. Tamizey de Larroque, Sauveterre-de-Guy (...)

20Certes, dans le cas de Bernard (ou Bertrand) de Lyer dit Bernadot de Trendon, le personnage est un peu louche et sa noblesse, en tout état de cause, est douteuse. Près de quarante ans plus tard, resurgit la trace de Jean-François de Lier fils de Bertrand Trendon, natif de Marsolan. Il se fait appeler « le capitaine Trendon »… « estant en volonté de s’en aller porter les armes pour le service du Roy en France ou ailheurs », il veut être enseveli au cimetière « où ceulx de la religion reformée sont ensepvelis ». Surtout il compte, à son tour, son testament en témoigne, prendre rang avec la noblesse28. Sans doute le terme de « cadet » est-il quelque peu équivoque ou du moins renvoie-t-il plus à une position sociale qu’à une réelle situation familiale. Ainsi, le comparse de Trendon, Amanieu de Monlezun, est de fort bon lignage. Certes, l’épithète de « cadet » accolée à son nom pourrait indiquer un certain statut désavantageux. Mais il ne s’est pas mésallié. Il a épousé, en 1538, Anne de Béon d’Armentieu et il est le père de Bertrand « bon et intime amy » de Jean d’Antras (1548-entre 1623 et 1627), le « capdet sans reproche », comme il se présente lui-même et dont les mémoires ont été partiellement conservés. La branche de la grande famille Monlezun à laquelle appartient Amanieu est celle des Monlezun-Las, seigneurs de Las et Marceillan en Pardiac, issue, semble-t-il, au début du XVe siècle, d’un cadet de la branche des Monlezun-Saint-Lary29.

  • 30 Bl. de Monluc, ouvr. cité, p. 600 ; Bl. de Monluc, Commentaires, (ed.) de Ruble, tome V, p. 108 ; (...)
  • 31 Arch. dép. du Gers, B 8, fol. 294 v° (a. st.).

21Cadet, tel est aussi, apparemment, le lot de Charles de Bézins (ou « Vézins » à la française), éclipsé par la gloire de Jean de Vézins. En 1567, sur l’ordre de Monluc, ce dernier assura le gouvernement militaire de Lectoure et conserva cette place de première importance au parti catholique, avant de se distinguer, en 1573, au siège de La Rochelle, où il périt probablement aux côtés de Bertrand de Lary30. La sentence du 4 mars 1558 fait état d’une coupable conduite de la part de Charles de Bezin « escuyer », sieur du Frandat à l’encontre de Louis Soubsol, de la juridiction d’Auvillar. Des « inquisitions [résultent] de grandz blasphemes, portz darmes, menasses, injures et d’avoir mis la main a l’espée et led. de Bezin nye la plus grand partie ». Despès, rapporteur de l’affaire, préconise le versement d’une caution de 500 livres avant un complément d’enquête sous trois semaines. En fin de compte, le juge-mage décide d’accélérer la procédure qui aura lieu, prescrit-il, « dans quatorze jours » et Bezin en sera quitte, sans présumer de la sentence, pour régler les frais de l’enquête et du procès31.

  • 32 A. Jouanna, L’idée de race en France, Paris, 1968, p. 621.
  • 33 Certes les chancelleries royales accordent encore aux humbles le droit de défendre leur honneur. M (...)
  • 34 I. Paresys, ouvr. cité, p. 105.
  • 35 Idem, p. 108.
  • 36 Arch. dép. Gers, B5, f° 143.

22Au XVIe siècle, les gentilshommes ont commencé à affirmer leur différence en monopolisant le sens de l’honneur au détriment des humbles. L’honneur n’était plus, dès lors, « l’apanage de tous les estats » mais un « instinct » spécifique et inné dont les gentilshommes auraient désormais l’exclusivité. L’honneur se greffe ainsi sur l’idée de race qui accorde une supériorité naturelle et héréditaire à la noblesse32. Si les pauvres, les cadets et les bâtards de la gentilhommerie sont particulièrement portés à la délinquance, c’est que la part de l’honneur, comme mobile des délits et surtout des homicides, déjà supérieure à la moyenne chez les autres membres de la noblesse, est véritablement essentielle pour eux. De ce fait, la moquerie proférée par un roturier à leur égard peut être d’autant plus vivement ressentie qu’elle s’adresse à des personnages à la respectabilité fragile et donc, dotés d’une susceptibilité exacerbée, puisque les gentilshommes (ou ceux qui entendent l’être), moqués et plaisantés, y voient un mépris et une non-reconnaissance de leur statut social. L’épée n’en est que plus facilement dégainée et le pistolet déchargé33. Voir son état ou sa naissance ravalés par un roturier qui le prend sur un pied d’égalité en lançant un démenti à un nobliau, est perçu comme un insupportable mépris par ce prétendu gentilhomme34. Or, c’est précisément en refusant de se battre avec un roturier qu’un noble marque a priori sa supériorité comme sa plus haute respectabilité35. D’où la fureur qui a saisi Barthélemy de Borrolhan, sieur du même lieu, comme le rapporte le procès intenté par Guillaume de Cros, marchand de Toulouse, le 30 octobre 1554, devant le sénéchal d’Armagnac. Le gentilhomme « confesse avoir tiré la dague… touteffoys dict que led. de Cros l’avoyt desmanti »36.

MALFAITEURS ET AGITATEURS

23Mais le penchant à des conduites violentes et homicides et plus largement criminelles, dépasse largement, dans le Sud-Ouest les seules franges et marges calamiteuses de la gentilhommerie. Ainsi une ordonnance, en date du 8 mars 1634, adressée au duc de Ventadour, gouverneur du Limousin, prohibe – sans démentir vraiment le caractère minoritaire des faits toutefois – les armes à feu dont

  • 37 Archives de la Guerre, A1 21, no 33.

plusieurs gentilshommes […] et autres mauvais garnements se servent […] pour voler sur les grands chemins, assassiner les passants et entreprendre tant à la campagne que dans les villes diverses violences au préjudice du repos public et de l’autorité de la justice37.

24La généralisation du phénomène est confirmée par Bernard de La Valette, second duc d’Epernon (1592-1661), gouverneur de Guyenne, qui annonçant son départ pour l’Armagnac, le Quercy et le Périgord, le 13 février 1644, écrit à Mazarin :

  • 38 Archives Historiques de la Gironde, tome 2, p. 15.

Je crois que ma présence ne sera pas inutile, puisque ce sont des lieux qui sont d’ordinaire desobéïssans et que les hommes de ce pays cognoissent moins la raison que la force38.

25Quelques jours plus tard, le 14 avril 1644, le maréchal de Saint-Luc réclamait de pouvoir disposer d’une garde rapprochée parce que :

  • 39 Archives Historiques de la Gironde, tome 2, p. 17.

Les humeurs de ce païs sont assez sujettes aux désordres et séditions, lesquelles se peuvent à leurs commencements réprimer par cette petite force ; la noblesse y est fort brouillonne et désobéissante, qui ne peut recevoir de nos ordres que par nos gardes39.

  • 40 F. Loirette, « Un intendant de Guyenne avant la Fronde : Jean de Lauson », Bulletin du Comité des (...)

26Il ne faisait là que confirmer les propos de l’intendant Jean de Lauson, quant au caractère « libertin » de la province et à son « esprit bouillant »40. Le 4 mai 1645, ce même intendant affirmait dans une lettre au chancelier Séguier :

  • 41 BNF, Fr 17384, f° 20.

La noblesse du Périgord a [besoin] d’estre réprimée dans les entreprises journalières qu’elle fait de se rendre justice à elle-même et à sa mode41.

  • 42 Ce fonds, conservé aux Archives départementales de la Gironde, présente quelques lacunes dues aux (...)
  • 43 Arch. dép. Gironde, C. 40 19, septembre 1623 cité par Y.-M. Bercé, « De la criminalité aux trouble (...)
  • 44 P. Tierny, « Révoltes en Gascogne contre les partisans et les intendants (1639-1648), Revue de Gas (...)

27Le fonds de la Cour des Aides de Guyenne, instituée en novembre 1629, permet quant à lui d’établir que sur un total de 1 142 arrêts rendus entre 1630 et 164642 sur le fait des tailles, 507 portent sur des violences à l’endroit des agents du fisc et à des cassations de cotisations et 183 sur des problèmes de prélèvements liés à des nobles. Il y a donc, à l’évidence, alors une poussée criminelle nobiliaire. En témoigne notamment l’affaire du chevalier de la Hitte qui, en septembre 1623, vole 28 000 livres des tailles sur le grand chemin de Condom à Bordeaux43. D’une hostilité plus ou moins déclarée aux gens des finances royales, on passe, en fait, pour certains au moins, à la révolte ouverte. Ainsi, à l’automne 1644, une brigade de partisans forte de 18 hommes fut entièrement massacrée par les habitants d’Estampes, en Pardiac, dirigés par le seigneur du lieu en personne44.

  • 45 Arch. Guerre, A 1 22, no 390, 24 août 1634 ; A 1 24, no 5, 8 janvier 1635.
  • 46 Arch. Guerre, A 1 39, no 279, 29 octobre 1637, « ordre pour conformer l’ordonnance de M. de Brassa (...)
  • 47 Ce personnage est le petit-fils de Jean-Paul d’Esparbès de Lussan, célèbre pour avoir tenu, en tou (...)
  • 48 Y.-M. Bercé, « De la criminalité aux troubles sociaux… », ouvrage cité, p. 46.

28Dès lors, les nobles aventureux que l’on trouve à la tête des troupes de Croquants révoltés ne pourraient être, au fond, que l’aboutissement extrême d’un état d’esprit répandu dans tout leur groupe social, comme le prouve le cas de Pierre Bouchard d’Esparbès, marquis d’Aubeterre, fils de François d’Esparbès de Lussan, maréchal de France et d’Hippolyte Bouchard, vicomtesse d’Aubeterre. Il s’était signalé, dès l’été 1634, dans des groupes de nobles mécontents tenant des « assemblées ». Le comte de Jonzac, lieutenant-général en Saintonge et Angoumois, beau-frère du trublion était chargé d’en assurer la surveillance45. Un ordre royal du 29 octobre 1637 mande à tous les prévôts et vice-sénéchaux de lui courir sus, « pour s’être rendu chef d’un soulèvement naguère arrivé en la province de Périgord ». Il se cache, puis se réfugie en Allemagne. Plus tard, durant la Fronde, il guerroie dans le Nord du Périgord pour l’armée des Princes46. Dans son cas, des contingences personnelles ont pu le pousser à un certain extrémisme : brouillé avec sa mère et ses frères, déshérité, de tels mobiles familiaux ont pu conduire le marquis d’Aubeterre à la révolte47. Il est probable qu’il a été aussi porté par un climat général de violence et d’opposition instinctive à l’emprise trop directe du pouvoir central48.

  • 49 A. Krispin, « Lou gascoun de Guilhem Ader », dans Guilhem Ader (1567 ?-1638), Actes du colloque de (...)

29L’apparition d’instances répressives nouvelles, comme la cour des Aides évoquée précédemment, fausse peut-être l’analyse en ce domaine, exagérant circonstanciellement un phénomène inscrit dans la longue durée. Il est certain que, bien avant le temps de l’offensive absolutiste, sous Richelieu et Mazarin, on agitait l’idée d’une incompatibilité quasi structurelle, des gentilshommes gascons avec l’appareil judiciaire officiel. Un stéréotype est bien fixé, en tout cas, au début du XVIIe siècle : Guillaume Ader (1567 ?-1638) le formule parfaitement dans Lo Gentilome gascoun, publié en 1610. Ce poème est une savoureuse épopée de la jeunesse d’Henri IV. Elle est dédiée au premier duc d’Epernon, Jean-Louis Nogaret de La Valette (1554-1642). Grande figure de la cour, né au château de Caumont, en Savès (près de Samatan) ce dernier est présenté comme la gloire, bien sûr, mais aussi comme le parangon de la gentilhommerie à la gasconne49 :

Qu’et haïs coum la mort notaris et sargans.
Om nou sabere hé, per forse ni per finte,
Qu’et pourtesse un pauquet l’escrotori en la sinte ;
Dab boun dagot s’ac age, ou quauque puignalet
And’ets hé ganida, s’ets arrape au coulet,
Quan bous lou gourmandats, quan om lou mastressege,
Si, coum auset de bosc, quan bo, n’alabatege.

  • 50 Poésies de Guillaume Ader, (ed.) A. Jeanroy, Toulouse, 1965, p. 12 (traduction A. Jeanroy).

[…] il hait comme la mort notaires et sergents. Ni par force, ni par ruse on ne lui fera jamais porter le moins du monde l’écritoire à la ceinture. Il préfère une bonne petite dague ou quelque petit poignard pour les porter à la gorge en vous saisissant le cou, quand vous le gourmandez ou qu’on le maîtrise, ou si on l’empêche, quand il veut, de s’envoler comme un oiseau sauvage50.

  • 51 G. de Chevalier, Discours des querelles et de l’honneur, Paris, Matthieu Guillemot, 1598, p. 9 ; N (...)

30À la fin du XVIe siècle, assurément, le Gascon et a fortiori le gentilhomme gascon était bel et bien devenu une référence en matière de conduite brutale et répréhensible, sinon tout à fait sauvage. Guillaume de Chevalier, théoricien du duel, dénonce ainsi la « nouvelleté » particulièrement « pernicieuse », qui consiste en ce que les seconds « doivent accompagner en tous evenemens la fortune de leur amy » sous peine d’être accusés de manquer de courage. Or il pense trouver l’origine de ce fourvoiement dans « la mode des anciens Gascons »51.

L’ÉVICTION MANQUÉE DE LA DÉLINQUANCE NOBILIAIRE

  • 52 G. Hanlon, ouvrage cité, p. 247.
  • 53 Dans les rues, l’air d’importance sied mieux que la froideur sévère que l’on accuse de « lancer de (...)
  • 54 G. Hanlon, ouvrage cité, p. 244-246.

31Pour les seuls mois de septembre et octobre 1551, les arrêts du Parlement de Bordeaux font, à plusieurs reprises état des « violences et excès » de François de Piis, seigneur de Bisqueyton, mais aussi de Jean d’Asnières, écuyer, seigneur de la Chapelle, et encore de Bernard Roche dit « le page », écuyer, et encore de Gaston de Casaus, écuyer. Même s’il faut avancer, cette conclusion avec prudence, il apparaît que les actes délictueux ne peuvent être systématiquement imputés à des marginaux et à des exclus. Dans une certaine mesure, la criminalité est même une affaire de notables. On a pu mettre en évidence, ainsi, qu’en pays de moyenne Garonne, à Agen et à Clairac, durant la deuxième moitié du XVIIe siècle, les familles aisées fournissaient au moins la moitié des agresseurs présentés devant les magistrats locaux52. De la sorte, si les petits ou les douteux parmi les gentilshommes sont particulièrement susceptibles quant à leur honneur, les plus en vue des nobles le sont encore davantage. Sur ce point pourraient jouer certaines caractéristiques propres à la sociabilité méridionale de la première modernité, à savoir l’extériorité des rapports et la théâtralisation des comportements. Il faut tenir la tête haute et prodiguer des bravades, afin de prouver que l’on n’est pas sans importance53. De la sorte, existe une société articulée par la différenciation des rangs et farouchement compétitive, en conséquence, à chaque niveau. Elle incite à l’agressivité et à la provocation systématique pour obtenir le maximum de prestige au détriment de l’autre : cette âpre et constante concurrence encourageant et expliquant, en partie au moins, le caractère violent, dès lors, des mœurs à cette époque54.

  • 55 S. Caroll, « The Peace in the Feud in 16th and 17th c. France », Past and Present, no 178, 2003, p (...)
  • 56 Arch. Guerre, A1 45, no 352, 30 avril 1638.
  • 57 Arch. Guerre, A 1 81, no 346 ; Y.-M. Bercé, ouvrage cité, p. 55-56.

32Dans cette perspective, Il s’agit moins d’une situation de confrontation entre la justice du roi et des gentilshommes récalcitrants qu’une sorte d’instrumentalisation de la première par les seconds. Derrière les arrêts de 1551, mentionnés plus haut, se profilent plutôt des règlements de compte entre des clans nobiliaires qu’une action répressive concertée de la part de la couronne55. Si les juges se font ainsi les complices, voire les artisans de vendettas familiales, de la même façon, le comte de Parabère, lieutenant-général en Bas-Poitou, en querelle avec son beau-frère, le sieur de Neuillan envoie des gens de guerre loger chez lui56. Loin de contrer cet état de chose, l’État royal y participait largement. Ainsi François d’Esparbès, le meneur de Croquants, n’est ni durablement, ni pleinement proscrit et réprouvé. Capitaine de cent hommes d’armes des ordonnances du roi, il se distingue, en août 1644, à la bataille de Fribourg et ses agissements ne l’empêchent pas d’exercer les fonctions de sénéchal et gouverneur d’Agenais et Condomois57.

  • 58 Il s’inscrit dans une lignée marquée par des comportements pour le moins violents : son père Gabri (...)
  • 59 Arch. dép. Dordogne, B 1 153, Présidial de Sarlat, 4 septembre 1632.
  • 60 Ces habitudes violentes se retrouvent à la génération suivante : l’un des fils de Charles et de sa (...)
  • 61 Arch. Guerre, A 1 56, no 219, s.d., 1638.
  • 62 L’une des sœurs de Charles d’Abzac, Jeanne, avait épousé le chef des Croquants, Antoine du Puy, si (...)
  • 63 G. Lavergne, Bull. de la Soc. hist. Arch. Périgord, tome 58, 1931, p. 206-210.

33Le sort de Gabriel III d’Abzac de la Douze58 est, à coup sûr, représentatif de l’impunité qui accompagne largement la délinquance nobiliaire. Marquis de Vergnolles, baron de La Rue, il fut déshérité pour avoir épousé, en 1591, contre la volonté de sa famille, Esther de Larmandie, fille du baron de Longa. Son cadet, héritier du nom Charles d’Abzac de la Douze fit l’objet en 1632 d’un arrêt du Parlement de Bordeaux pour avoir occupé en force avec un groupe d’amis, la maison de Signac appartenant au dit baron de Longa59. Là-dessus, au retour d’un voyage à Paris, entre Orléans et Romorantin, Gabriel fut assassiné ; Esther, sa veuve, accusa Charles et obtint contre lui sentence de mort par contumace60. Il y échappa en allant servir en Italie puis en obtenant sa grâce lors de la naissance du Dauphin61. Il favorisa, en outre, la révolte des Croquants. En tout cas, les Croquants de la bande de Grellety, capturés en 1639, avouèrent avoir bénéficié dans leurs entreprises de la complicité plus ou moins active de nombreux seigneurs voisins, dont notamment Charles d’Abzac de la Douze, baron de Vergt62. Le motif prêté au marquis de la Douze pour cette coupable conduite est la haine qu’il nourrissait à l’encontre de la riche famille Alesme, pourvue d’offices à L’Élection et surtout au Présidial de Périgueux, engagée à fond dans la répression des révoltes. Pourtant, un demi-siècle plus tard, en 1699, le petit-neveu de Charles, Jean d’Abzac, épouse Isabelle d’Alesme, fille d’un lieutenant-criminel au présidial de Périgueux63.

34Indéniablement la pacification des mœurs et un certain état de droit se sont mis en place. Cependant ils n’ont été aucunement imposés d’en haut et de manière coercitive. Ce sont apparemment les gentilshommes eux-mêmes qui en sont venus à solliciter – et à accepter, par conséquent – l’arbitrage royal dans leurs conflits. Le cahier de doléances de la noblesse de la sénéchaussée de Guyenne aux États généraux de 1614 en témoigne. Il y est question en effet

  • 64 Remonstrances de la noblesse de la grande sénéchaussée de Guyenne remises au sieur de Castelbayard (...)

du desordre des duelz et querelles particulieres », [cause de] « beaucoup de malheurs et de pertes, du triage et de la plus genereuse noblesse, à faute de quelqu’un présant ou proche qui aye le pouvoir de Sa Majesté de leur faire et reyterer ses deffances expresses, de les empecher et acorder sous sadicte autorité…64.

  • 65 Hélène Germa-Romann, Du bel mourir… le sentiment de la mort chez les gentilshommes français 1515-1 (...)
  • 66 L. Bourquin, La noblesse seconde en Champagne, Paris, 1994, p. 87 ; M. Greenshields, ouvrage cité,(...)

35Cette attitude semble guidée par une transformation profonde, de l’intérieur, des valeurs de la noblesse, à laquelle la Contre-Réforme catholique n’est sans doute pas étrangère65. Elle participe certainement aussi d’un changement dans la manière dont la noblesse est perçue par le reste de la société et plus précisément d’une certaine déconsidération dont les marques sont sensibles dès les guerres de religion et qui permet, plus tard, aux Grands Jours d’Auvergne en 1664 de faire sensation aussi bien par les mesures répressives prises sur le moment que par ce qu’ils révélèrent de tensions internes au monde rural qui allèrent en s’accusant par la suite66.

  • 67 Ce livre, dédicacé à Lucien Febvre, portait une citation de ce dernier en exergue qui soutenait qu (...)
  • 68 G. Rowlands, « Louis XIV, Aristocratic Power and the Elite Units of the French Army », French Hist (...)
  • 69 C. Haroche, A. Montoia, « Saint-Simon et la dimension politique de l’espace dans la société d’Anci (...)
  • 70 Voir ce point la synthèse et les références bibliographiques données par S. Caroll, ouvrage cité, (...)

36En somme, l’étude de la délinquance nobiliaire passe effectivement par celle d’une certaine psychologie historique, selon l’idée que défendait Robert Mandrou dans son Introduction à la France moderne, essai de psychologie historique 1500-1640, prolongeant les perspectives ouvertes par le Rabelais de Lucien Febvre qui consistaient à faire ressortir conjointement l’effet de la pression des nécessités sociales et l’action profonde du facteur psychique, l’emboîtement, en somme des besoins et des idées67. Pourtant s’il y a bien une historicité profonde des dispositions psychologiques, et si celles-ci peuvent, dès lors, être inscrites dans des relations d’interdépendance, variables selon les systèmes politiques, elles ne sauraient être envisagées exclusivement sous cet angle. Aussi la tendance historiographique se détourne-t-elle dans les travaux récents, de l’historicité trop étroite et trop systématique du processus de civilisation des mœurs. D’une part, parce que sa chronologie est à réviser, à nuancer et à allonger. Ainsi la compétition entre les nobles est-elle loin d’avoir cessé de s’intensifier après 1661, et Louis XIV, loin de la contrer, sut, au contraire, la prendre pleinement en compte dans le cadre de l’armée tout particulièrement. Comme le corps des officiers devenait ainsi plus hiérarchisé et professionnel, les conflits eurent plutôt désormais pour enjeu la faveur auprès de patrons aristocratiques – dès lors, ces tensions et ces rivalités s’inscrivaient et se déroulaient dans le cadre des institutions, à la cour et sur le front des trou pes68 – ; d’autre part, parce que la systématisation du procès de civilisation manque à saisir la présence d’éléments permanents. En d’autres termes la dimension anthropologique qui intéresse désormais les historiens lui échappe69. Les ressorts mêmes de la délinquance nobiliaire sont, de ce fait, appelés à passer au premier plan des enquêtes. Il en va ainsi des outrages en matière d’honneur comme de la rétorsion qui s’impose de tels cas, indissociables d’une certaine gestuelle. Pareillement, autant que les coups de force, les défaillances de la justice établie retiennent l’attention, comprises dans une entreprise globale de saisie de la logique de la « vendetta » et finalement moins de la civilisation que de la conciliation et de la réconciliation70.

Notes

1 Henri de Saint-Germain-Beaupré qui lui succéda comme gouverneur de la Marche ne fut « guère moins pillard que son père ». Voir G. Tallemant des Réaux, Historiettes, (ed.) A. Adam, tome I, p. 394-395.

2 Scarron, Le Roman Comique, édition A. Adam, partie II, chapitre III, p. 680. Théophile Gautier s’en inspira, bien sûr, pour le Capitaine Fracasse.

3 B. Geremek, Les fils de Caïn, l’image des pauvres et des vagabonds dans la littérature européenne du XVe au XVIIe siècle, Paris, 1991, p. 249 et p. 297 notamment. La présente communication et son auteur doivent beaucoup à ce livre aussi large dans ses vues que profond historiographiquement.

4 B. Garnot (dir.), Ordre moral et délinquance de l’Antiquité au XXe siècle, Dijon, 1994, 522 p.

5 Robert Muchembled parle ainsi du « bricolage culturel » de la noblesse face aux pressions qu’elle subit. Il cite dans cette perspective, l’analyse de la pratique du duel et de l’éthique nobiliaire qui la sous-tend menée par François Billacois : « loin d’être un phénomène marginal, une mode futile et sanglante, ce dernier révèle en fait une stratégie symbolique d’adaptation à une situation nouvelle. Son apogée se situe à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, période de mutation, s’il en est ». Voir R. Muchembled, L’invention de l’homme moderne, Paris, 1988, p. 142.

6 N. Elias, La civilisation des mœurs, Paris, 1973, particulièrement le chapitre 7 « Les modifications de l’agressivité », p. 279-297.

7 Y.-M. Bercé, « De la criminalité aux troubles sociaux : la noblesse rurale du Sud-Ouest de la France sous Louis XIII », Annales du Midi, janvier 1964, tome 76, no 66, p. 41-59.

8 Y.-M. Bercé, « Aspects de la criminalité au XVIIe siècle », Revue historique, 1968, p. 33-42 ; R. Muchembled, ouvr. cité, p. 136 ; B. Garnot (dir.), Histoire et criminalité de l’Antiquité au XXe siècle. Nouvelles approches, Dijon, 1992, Série du Centre d’études historiques-1.

9 P. Tierny, Lectoure, siège de la sénéchaussée d’Armagnac, Auch, 1893, p. 7-9 ; C. Blanquie, Justice et finance sous l’Ancien Régime : la vénalité présidiale, Paris, 2001, 334 p.

10 P. Tierny, La justice au XVIe siècle dans la sénéchaussée d’Armagnac, Auch, 1894 ; B. Barbiche, Les institutions de la monarchie française à l’époque moderne, Paris, 1999, p. 349-350.

11 P. Tierny, La justice au XVIe siècle dans la sénéchaussée d’Armagnac, Auch, 1894, p. 5-6 ; P. Tierny et R. Pagel, Inventaire sommaire des Archives départementales du Gers antérieures à 1790, archives civiles série A-B, 1ère partie, sénéchaussée d’Armagnac, Auch, 1909, p. 1 ; P. Tierny, Lectoure, siège de la sénéchaussée d’Armagnac, Auch, 1893, p. 7-9, p. XII.

12 Arch. nat., X 1 a 9205 et 9 209, X 1 b 9 710, 9 711, X 2 a 251.

13 H. Imbert, Les Grands-Jours du Poitou, dans Mém. de la Soc. de stat., sciences, lettres et arts du département des Deux-Sèvres, Niort, 1878, publication des registres criminels de 1634 notamment ; G. d’Avenel, Gentilshommes campagnards de l’ancienne France, 1903, p. 344-45.

14 C’est tout le problème de la distorsion entre la criminalité réelle et la criminalité enregistrée, le célèbre « chiffre noir » de l’impunité, qui interdit de considérer comme fiables les taux de criminalité qui peuvent être présentés ça et là : B. Garnot, « Une illusion historiographique : justice et criminalité au XVIIIe siècle », Revue historique, 1989, no 570, p. 361-379 ; B. Garnot, « Pour une histoire nouvelle de la criminalité au XVIIIe siècle », Revue historique, 1992, no 584, p. 289-303 ; A. Soman, « Justice et infrajustice en France (XVIe-XVIIIe siècles) » dans B. Garnot (dir.), L’infrajudiciaire du Moyen Age à l’époque contemporaine, Actes du colloque de Dijon, 5-6 octobre 1995, Dijon, 1996, p. 82.

15 G. D. Guyon, « Recherches sur la méthode jurisprudentielle criminelle du parlement de Bordeaux au XVIe siècle » dans J. Poumarède et J. Thomas, Les Parlements de Province, pouvoir, justice et société du XVe au XVIIIe siècle, 1997, p. 288-289 ; B. Schnapper, La repression pénale au XVIe siècle. L’exemple du Parlement de Bordeaux (1510-1565), 1971, p. 59 ; C. Chêne, « L’arrestographie, science fort douteuse », Rec. Mém. et Trav. Soc. Hist. Droit, 1985, no 3 (13), p. 179-187 ; G. D. Guyon, « Un arrêtiste bordelais : Nicolas Boerius – Nicolas Bohier – (1469-1539), Annales de la Faculté de Droit, Centre d’études et de recherches d’histoire institutionnelle et régionale, Université de Bordeaux 1, no 1, 1976, p. 17-44.

16 Comme tous les crimes n’étaient pas rémissibles et notamment le meurtre avec préméditation, les coupables devaient formuler une supplique qui présente les faits en donnant à penser qu’ils n’avaient pas agi intentionnellement, mais que leur homicide s’était produit de manière inopinée, du fait d’un malheureux enchaînement de circonstances, sous l’emprise de la boisson ou à la tombée de la nuit notamment. Une lecture rapide de ce type de texte peut effectivement conduire à avaliser une telle version des choses, mais une analyse plus serrée amène souvent, à l’inverse, à déceler dans l’affaire en question le règlement de vieux comptes et l’aboutissement d’un conflit antérieur plus ou moins long. Les lettres de rémission ne rapportent, en fait, que le dernier épisode de l’histoire du crime, c’est-à-dire ce qui intervient juste avant le drame et le geste fatal dont le motif, pour cette raison, peut paraître, de façon trompeuse, futile. Voir N. Z. Davis, Fiction in the Archives : Pardon Tales and their Tellers in Sixteenth Century France, Cambridge, 1988.

17 A. Soman, « Criminal Jurisprudence in Ancien Regime France : the Parlement de Paris in the XVIth and XVIIth century », dans L. A. Knafla (dir.), Crime and Criminal Justice in Europe and Canada, Waterloo, Ontario, 1979, p. 43-76 ; P. Liset, Practique judiciaire pour l’instruction et décison des causes criminelles et civiles, Paris, 1603, livre 1, f° 2.

18 M. Greenshields, An Economy of Violence in Early Modern France. Crime and Justice in the Haute Auvergne, 1587-1664, University Park, Pennsylvania, 1994, p. 124-139.

19 Ainsi les fous, les voleurs, même les meurtriers, s’ils sont natifs du lieu et bien insérés par les habitants, ne sont pas considérés comme des marginaux et, de ce fait, ne sont que rarement livrés à la justice. Voir B. Garnot, « L’ampleur et les limites de l’infrajudiciaire dans la France d’Ancien Régime (XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles) » dans B. Garnot, L’infrajudiciaire du Moyen Age à l’époque contemporaine, Actes du colloque de Dijon, 5-6 octobre 1995, 1996, p. 71-72.

20 Pour les homicides, par exemple, les communautés ne portent en justice ni ceux qui n’ont pas été prémédités, en particulier lorsqu’ils sont la conséquence d’un coup mal contrôlé lors d’une rixe (une maladresse en quelque sorte), ni ceux dont les motifs apparaissent comme honorables, surtout quand il s’agissait pour le coupable de défendre son honneur bafoué par la victime (dans ce cas, l’exercice de la violence, homicide ou tentative d’homicide compris, est considéré par la population non seulement comme parfaitement légitime, mais comme nécessaire, et bénéficie d’un évident soutien moral), affaires d’intérêts aussi, à condition d’être dans son droit, réactions à des injustices… Par contre, les communautés n’admettent pas, donc portent en justice, les homicides prémédités et déloyaux (les guets-apens, les meurtres par tueurs à gages, etc.), qui leur paraissent transgresser les règles de la loyauté et de l’honneur, d’après lesquelles chacun doit avoir sa chance dans un combat. Voir G. Hanlon, « Les rituels de l’agression en Aquitaine au XVIIe siècle », Annales ESC, mars-avril 1985, no 2, p. 258.

21 B. Garnot, ouvr. cité, p. 71-72.

22 M. Nassiet, Parenté, noblesse et États dynastiques, XVe-XVIe siècles, Paris, 2000, p. 245.

23 Arch. dép. du Gers, B 5, fol. 268 v°.

24 P. Tierny, Lectoure, siège de la sénéchaussée…, p. 9-14.

25 Arch. dép. du Gers, B 5, fol. 280-282.

26 Arch. dép. du Gers, B 5, fol. 289.

27 Arch. dép. du Gers, B 5, fol. 335.

28 Arch. dép. du Gers, E 143 (16 juillet 1591).

29 J. d’Antras, Mémoires, édition J. de Carsalade du Pont ; P. Tamizey de Larroque, Sauveterre-de-Guyenne, 1880, p. 155. Sans doute convient-il d’évoquer le cousinage d’Amanieu de Monlezun avec Jean de Monlezun, seigneur de Baratnau et de Montestruc, frère d’armes de Monluc. Ce dernier est mieux connu sous le nom de « capitaine Baratnau ». En 1570, il est sénéchal d’Armagnac. Trois ans plus tard, il enlève, à main armée, et laissant trois cadavres derrière lui, sa future femme Françoise de Bezolles, veuve de Bernard de Lary, son voisin en pays de Gaure et son malheureux compagnon au siège de La Rochelle. Cf. Bl. de Monluc, Commentaires, édition P. Courteault, p. 547 et p. 1232 ; Vicomte de Lary de Latour, « Latour et le Baratnau. Rivalité de deux maisons de Gascogne aux XVIe et XVIIe siècles », dans Bulletin de la Société archéologique du Gers, 1912, p. 205.

30 Bl. de Monluc, ouvr. cité, p. 600 ; Bl. de Monluc, Commentaires, (ed.) de Ruble, tome V, p. 108 ; Brantôme, Œuvres, (ed.) Lalanne, tome IV, p. 383 ; J. d’Antras, ouvrage cité, p. 152.

31 Arch. dép. du Gers, B 8, fol. 294 v° (a. st.).

32 A. Jouanna, L’idée de race en France, Paris, 1968, p. 621.

33 Certes les chancelleries royales accordent encore aux humbles le droit de défendre leur honneur. Mais, au même moment, le roi garantit l’impunité d’un nouveau code de comportement nobiliaire, celui du « point d’honneur », en donnant implicitement, par ses lettres de grâce, son approbation au duel entre ses gentilshommes qui marquent ainsi de plus en plus la nature différente de leur honneur. Les atteintes à l’honneur sont particulièrement inacceptables dans une société où la renommée, issue du regard des autres, fait partie intégrante de l’honneur. Voir F. Billacois, Le duel, 1986, p. 14 ; I. Paresys, Aux marges du royaume : violence, justice et société en Picardie sous François 1er, Paris, 1998, p. 105.

34 I. Paresys, ouvr. cité, p. 105.

35 Idem, p. 108.

36 Arch. dép. Gers, B5, f° 143.

37 Archives de la Guerre, A1 21, no 33.

38 Archives Historiques de la Gironde, tome 2, p. 15.

39 Archives Historiques de la Gironde, tome 2, p. 17.

40 F. Loirette, « Un intendant de Guyenne avant la Fronde : Jean de Lauson », Bulletin du Comité des Travaux Historiques, 1957, p. 434.

41 BNF, Fr 17384, f° 20.

42 Ce fonds, conservé aux Archives départementales de la Gironde, présente quelques lacunes dues aux fréquents déplacements de ce tribunal, ainsi les liasses des années 1632, 1642, 1643, 1645 et 1647 manquent-elles.

43 Arch. dép. Gironde, C. 40 19, septembre 1623 cité par Y.-M. Bercé, « De la criminalité aux troubles sociaux… », ouvrage cité, p. 44.

44 P. Tierny, « Révoltes en Gascogne contre les partisans et les intendants (1639-1648), Revue de Gascogne, tome 37, 1896, p. 317-324.

45 Arch. Guerre, A 1 22, no 390, 24 août 1634 ; A 1 24, no 5, 8 janvier 1635.

46 Arch. Guerre, A 1 39, no 279, 29 octobre 1637, « ordre pour conformer l’ordonnance de M. de Brassac à l’encontre du marquis d’Aubeterre et ses adhérans » ; A 1 81, no 346, 13 février 1644.

47 Ce personnage est le petit-fils de Jean-Paul d’Esparbès de Lussan, célèbre pour avoir tenu, en toute illégalité, pour son propre compte et celui de la Ligue éventuellement, la place de Blaye, plusieurs années durant, à la fin des guerres de religion. Voir E. Forestie, Un gascon du XVIe siècle : Jean-Paul d’Esparbès de Lussan (1554-1616), Auch, 1910.

48 Y.-M. Bercé, « De la criminalité aux troubles sociaux… », ouvrage cité, p. 46.

49 A. Krispin, « Lou gascoun de Guilhem Ader », dans Guilhem Ader (1567 ?-1638), Actes du colloque de Lombez (21-22 septembre 1991), réunis par Philippe Gardy, Béziers, 1992, p. 155-190. Sans doute peut-on remarquer que Florimond de Raymond avait fait de ce même duc d’Épernon le dédicataire de l’épître « A la noblesse de Gascougne » qu’il plaça en tête des Commentaires de Monluc.

50 Poésies de Guillaume Ader, (ed.) A. Jeanroy, Toulouse, 1965, p. 12 (traduction A. Jeanroy).

51 G. de Chevalier, Discours des querelles et de l’honneur, Paris, Matthieu Guillemot, 1598, p. 9 ; N. Le Roux, « Le point d’honneur, la faveur et le sacrifice : recherches sur le duel des Mignons d’Henri III », H. E. S., 1997, no 4, p. 585.

52 G. Hanlon, ouvrage cité, p. 247.

53 Dans les rues, l’air d’importance sied mieux que la froideur sévère que l’on accuse de « lancer de toutes parts des regards irrités », décourageant le salut chez ceux-là mêmes qui le doivent. Un port de tête majestueux, une démarche libre et fière s’accordent avec une bonhomie distante qui rayonne de bienveillance tout en écartant les importunités, mais pour soutenir ce personnage un peu théâtral, il faut que la profession, la richesse, la bonne réputation entretiennent le respect. Si la prétention est disproportionnée ou si l’on a un caractère qui suscite la querelle, on court au-devant de l’affront et celui-ci est d’autant plus probable que l’on parade en milieu de connaissances. D’ailleurs l’air d’importance n’est pas seulement précaution et prétention, il peut répondre au besoin d’autrui qui est aussi de sécurité et de respect. Voir Y. Castan, Honnêteté et relations sociales en Languedoc 1715-1780, Paris, 1972, p. 284-286.

54 G. Hanlon, ouvrage cité, p. 244-246.

55 S. Caroll, « The Peace in the Feud in 16th and 17th c. France », Past and Present, no 178, 2003, p. 81.

56 Arch. Guerre, A1 45, no 352, 30 avril 1638.

57 Arch. Guerre, A 1 81, no 346 ; Y.-M. Bercé, ouvrage cité, p. 55-56.

58 Il s’inscrit dans une lignée marquée par des comportements pour le moins violents : son père Gabriel II d’Abzac de la Douze, gentilhomme de la Chambre, avait épousé en 1591, Jeanne de Lastours, personne assez fantasque qui réglait ses différends au pistolet. Sa sœur, Mme de Chasteaugay préférait l’épée et fut, ainsi, tuée lors d’une rencontre par ses ennemis et voisins. Devenue veuve, Jeanne de Lastours se remaria avec Henry de Bonneval, dit « le Grand Fourbe », gentilhomme limousin et redoutable tyran de son canton. Voir G. Tallemant des Réaux, Historiettes, Paris, édition A. Adam, tome II, p. 595-596.

59 Arch. dép. Dordogne, B 1 153, Présidial de Sarlat, 4 septembre 1632.

60 Ces habitudes violentes se retrouvent à la génération suivante : l’un des fils de Charles et de sa deuxième épouse Charlotte Thinon, c’est-à-dire Pierre II d’Abzac de la Douze est convaincu d’avoir empoisonné sa première femme, Madeleine de Clermont La Batut, pour épouser Finette Pichon, fille d’un président à mortier du parlement de Bordeaux. Malgré ses protestations d’innocence, il fut décapité à Toulouse en 1667 : Aubert de la Chesnaye des Bois, Dictionnaire de la noblesse, Paris, 1786, notice Abzac.

61 Arch. Guerre, A 1 56, no 219, s.d., 1638.

62 L’une des sœurs de Charles d’Abzac, Jeanne, avait épousé le chef des Croquants, Antoine du Puy, sieur de la Motte de la Forest : Livre-Journal de Pierre Bessot, édition P. Tamizey de Laroque et alii, p. 16. Le maître des requêtes Amelot de Beaulieu, chargé en avril 1639 par Richelieu d’aller faire le procès des révoltés qu’on avait pu prendre, écrit à l’intention du cardinal-ministre : « Je me contenteray de luy mander le zèle qu’a M. le marquis de La Douze de la [c’est-à-dire Sa Majesté] servir. Il offre de faire deux compagnies de chevau-légers de cinquante maistres chacune à ses despens, s’il plaisoit au Roy par votre intercession de luy donner son abolition, il peut fournir en quinze jours 300 gentilshommes, il est vaillant comme un lion, fort estimé dans la province ». Arch. nat., KK 1215, f° 418 ; Y.-M. Bercé, ibidem, p. 56.

63 G. Lavergne, Bull. de la Soc. hist. Arch. Périgord, tome 58, 1931, p. 206-210.

64 Remonstrances de la noblesse de la grande sénéchaussée de Guyenne remises au sieur de Castelbayard, son depute aux États-Generaux de 1614, Archives Historiques de la Gironde, tome X, p. 482.

65 Hélène Germa-Romann, Du bel mourir… le sentiment de la mort chez les gentilshommes français 1515-1613, Genève, 2001, p. 217-312 ; J. M. Smith, The Culture of Merit, Nobility, Royal Service, and the Making of Absolute Monarchy in France 1600-1789, The University of Michigan Press, 1996, p. 89.

66 L. Bourquin, La noblesse seconde en Champagne, Paris, 1994, p. 87 ; M. Greenshields, ouvrage cité, p. 124-139 ; M. Greenshields, ouvr. cité, p. 238.

67 Ce livre, dédicacé à Lucien Febvre, portait une citation de ce dernier en exergue qui soutenait que la psychologie historique… « est à la base même de tout travail d’historien valable ». Voir R. Mandrou, Introduction à la France moderne, essai de psychologie historique 1500-1640, Paris, 1961, collection Évolution de l’Humanité. Il s’agissait d’un extrait d’une communication à la Xe Semaine de Synthèse sur le thème : la sensibilité dans l’homme et dans la nature (Semaine ayant eu lieu en juin 1938). Henri Berr, le fondateur de la collection l’« Évolution de l’Humanité » avait alors remercié Lucien Febvre en ces termes : « c’est presque un manifeste d’histoire telle que nous l’entendons dans cette maison. Tous nos amis savent bien que le Centre International de Synthèse et « l’Évolution de l’Humanité » ont été à l’origine de ce mouvement en faveur d’une conception nouvelle de l’Histoire d’une histoire qui non seulement sait mais comprend et qui, en comprenant, explique (il est parfois utile de répéter de telles banalités) » : Xe Semaine de Synthèse, Paris, PUF, 1943, p. 100. Il ne faisait que reprendre là ce qu’il avait défendu dans sa thèse, en 1899 : « L’esprit est le produit de l’histoire ; l’histoire est la « concrétion » de la pensée. Psychologie de l’Humanité, psychologie des peuples, psychologie biographique, des essais divers se multiplient. Et toutes ces conceptions aspirent à se fondre en absorbant l’érudition. Il y a une « psychologie historique » qui s’élabore, sans avoir trouvé sa forme définitive ». H. Berr, L’avenir de la philosophie, Paris, Hachette, 1899, p. 423.

68 G. Rowlands, « Louis XIV, Aristocratic Power and the Elite Units of the French Army », French History, XIII, 1999, p. 304.

69 C. Haroche, A. Montoia, « Saint-Simon et la dimension politique de l’espace dans la société d’Ancien Régime » dans A. Montandon (dir.), Les espaces de la civilité, Montde-Marsan, 1995, p. 22. On pourrait ainsi envisager de s’intéresser aux ressorts mêmes de la délinquance nobiliaire. En effet, l’outrage comme la défense de l’honneur passe par une certaine gestuelle : Y. Castan, Honnêteté et relations sociales en Languedoc 1715-1780, Plon, 1972, p. 127-128. Le vocabulaire émotif était, en tout cas, d’un emploi assez conventionnel et spécifique pour avoir la consistance d’un langage authentique. De ce fait l’insulte qui s’exprimait aussi par le geste était particulièrement mal ressentie : I. Paresys, ouvrage cité, p. 94, indique que ce type d’insulte dans les lettres de rémission picardes ne représente qu’1 % de la première agression, mais avec une portée aussi forte que la parole. Le geste est d’abord ressenti comme une atteinte au corps. La tête, et particulièrement le visage, sont un des sièges de l’honneur.

70 Voir ce point la synthèse et les références bibliographiques données par S. Caroll, ouvrage cité, p. 74-115.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540