Version classiqueVersion mobile

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre V - Comportements et mentalités nobiliaires

La crise des familles nobles dans la littérature polonaise du siècle des Lumières

Paweł Kaczyński

Texte intégral

  • 1 Voir M. Baranski, « Rodzina od czasów najdawniejszych do konca XVIII wieku », dans Przemiany rodzi (...)

1La crise politique, économique et sociale, qui touche la Pologne au XVIIIe siècle affecte également la vie privée de la noblesse. L’ancien modèle de vie familiale, fondé sur les valeurs traditionnelles sarmates, fonctionne de plus en plus mal ; certains de ses traits subissent une dénaturation complète ou sont perçus comme surannés. Si ce type de rapports familiaux se maintient assez longtemps dans la petite noblesse1, dans les plus hautes couches de la société de nouveaux modèles se répandent, s’appuyant souvent sur des modes ponctuelles et superficielles. Bien que brisant le système traditionnel, ils ne participent pas à la construction d’un nouveau modèle familial, cohérent et fonctionnel. De cet enchevêtrement de traditions et de nouveautés résulte ce qu’il paraît pertinent d’appeler « la crise de la famille noble polonaise du XVIIIe siècle ».

2Une grande partie de la littérature de la période des Lumières a pour objectif de contribuer à l’amélioration de la situation politique et sociale. Les différents auteurs se rendaient bien compte que le succès de la réforme de l’état passait par un changement de mentalité au sein de la noblesse – seule couche de la société active politiquement. L’assainissement des mœurs nobiliaires devait donc précéder tout autre action. Articles de revues et œuvres littéraires regorgent de critiques quant aux défauts les plus visibles de la noblesse. Ces observations concernent aussi bien la sphère publique que privée, y compris celle de la vie familiale. Même les ouvrages se rattachant au courant Rococo de la littérature polonaise des Lumières, bien éloignés de toute démarche didactique, formulent souvent des diagnostics très fins sur ces diverses dérives.

  • 2 Ibidem.

3L’un des traits caractéristiques de la vieille famille noble était son caractère patriarcal. Le père avait toujours le dernier mot sur les questions économiques (gestion du ménage), mais il dirigeait également la vie personnelle de tous les membres de la famille2. La littérature de l’époque des Lumières révèle les pièges et les dérapages qu’engendrait souvent ce type de rapports.

4Les comédies polonaises du dix-huitième siècle se servent souvent du thème du mariage forcé pour présenter les rapports familiaux. De jeunes gens, avec l’aide de serviteurs malins ou de parents bienveillants, contrecarrent les plans de parents sévères, la pièce aboutissant donc à une fin heureuse et à un mariage d’amour. Ce motif, déjà présent dans la comédie antique, est utilisé ici d’une manière très conventionnelle pour mettre l’accent sur les rapports régnant dans les familles de la noblesse polonaise.

  • 3 F. Bohomolec, « Małżeństwo z kalendarza », dans Komedie, tome 1 : Komedie na teatrum, (ed.) J. Kot (...)

5Dans la comédie de Franciszek Bohomolec, Małżeństwo z kalendarza (Le mariage selon le calendrier), un noble traditionaliste – au nom évocateur de Staruszkiewicz (M. Suranné) – veut forcer sa fille, Eliza, à épouser un certain Marnotrawski (M. Dissipateur). Or, elle aime le colonel Ernest, un homme que son père refuse de lui donner en mariage sous prétexte qu’il est étranger. Il est en effet convaincu que seul un Polonais peut être un véritable noble. Il croit, de plus, aux présages et aux superstitions : sa certitude de faire le bonheur de sa fille, en la mariant avec Marnotrawski, est fondée sur un rêve prémonitoire. Seules les exigences impératives de Marnotrawski quant au paiement de la dot le font revenir sur sa décision. En utilisant la formule à la Molière, « sans dot », l’étranger l’emporte aux yeux de Staruszkiewicz. Expliquant à sa fille son revirement, ce dernier affirme hypocritement qu’il ne voulait pas s’opposer à ses sentiments3.

  • 4 F. Bohomolec, Pijacy, dans Komedie, tome 1 : Komedie na teatrum, ouvrage cité.
  • 5 M. D. Krajewski, Wojciech Zdarzyński, życie i przypadki swoje opisujący, Cracovie, 2002, p. 19.

6Dans une autre pièce du même auteur, Pijacy (Les buveurs), le noble Pijakiewicz (M. Poivrot) veut donner sa nièce en mariage à un certain Iwronski (M. Ivrogne), car celui-ci est son compagnon de beuveries. Face à lui, l’amoureux de Teresa, Sobrecki (M. Abstinent), n’a aucune chance. C’est seulement grâce à un heureux concours de circonstances – une querelle sous l’emprise de l’alcool entre l’oncle de Teresa et Iwronski – qu’un mariage précipité de la jeune fille avec l’élu de son cœur est arrangé. Lorsque Pijakiewicz dessoûle, il est déjà trop tard pour dénoncer l’accord conclu en état d’ivresse, mais il gagne au change ! En effet, Sobrecki n’exige pas qu’il rende compte de la gestion des biens de Teresa, or il avait bien su profiter de sa position4. Cet autre thème, du tuteur dépouillant un orphelin de ses biens, est fréquent dans la littérature. Wojciech Zdarzynski, personnage principal du roman de Michal Dymitr Krajewski, affirme ainsi : « Être tuteur d’orphelins qui ont une petite fortune est une qualité que de nombreuses personnes recherchent [...] En s’occupant de leurs pupilles, ils ne se contentent pas de dix pour cent, que le droit leur a accordés »5.

  • 6 F. Zabłocki, Sarmatyzm, dans Teatr Franciszka Zabłockiego, tome 3, (ed.) J. Pawłowiczowa, Wrocław, (...)

7Enfin, dans la comédie de Franciszek Zabłocki, Sarmatyzm, une querelle entre deux familles de la noblesse provinciale, fondée sur la supériorité imaginaire de l’une des deux, rend, pour les pères, toute union impossible entre leurs enfants6.

8Dans toutes ces œuvres, le motif du mariage forcé sert de prétexte pour mettre en évidence rapports familiaux et traits de caractère des Sarmates, tels que les voyaient les contemporains du siècle des Lumières. La primauté du patriarcat est, suivant les régles de la comédie, vaincue. En laissant de côté les exigences de la convention littéraire (c’est-à-dire l’obligation d’une fin heureuse), l’image de la vie familiale de la noblesse de province, présentée dans ces œuvres, est effroyable. Les parents ou tuteurs disposent librement, non seulement des biens, mais également des sentiments de leurs protégés ; les enfants tout en conservant les apparences du respect de l’autorité paternelle, manigancent en secret des intrigues, s’allient avec les serviteurs contre les parents et profitent des points faibles de « l’adversaire », afin d’atteindre un but noble : le mariage d’amour. De telles situations illustrent la déchéance de l’autorité parentale réelle. Il existe cependant dans la littérature polonaise du XVIIIe siècle des exemples de bon fonctionnement : l’influence des parents repose alors sur la transmission à leurs enfants de modèles comportementaux et consiste à leur greffer des valeurs qu’ils sont à même d’apprécier. Ce ne sont pas cependant des modèles et des valeurs reconnues à l’époque des Lumières.

  • 7 I. Krasicki, « Mikołaja Doświadczyńskiego przypadki », dans Dzieła wybrane, (ed.) Z. Goliński, tom (...)
  • 8 Ibidem, p. 234.

9Dans le premier roman moderne polonais, Mikołaja Doświadczyńskiego przypadki (Les aventures de Nicolas Doswiadczynski), Ignacy Krasicki raconte l’histoire de la vie du héros. La situation familiale de Nicolas est présentée comme typique de son milieu d’origine, la noblesse de province. Le père du personnage principal, qui est aussi le narrateur, incarne le type du noble sarmate qui considère, par exemple, l’hospitalité envers un ami si importante que les libations offertes vont jusqu’à mettre en péril sa fortune et sa santé. Ce livre démontre que, seuls l’obscurantisme et le conservatisme de l’entourage, alliés à la force de la tradition, peuvent maintenir cette forme d’autorité paternelle. Le vieux Doswiadczynski jouit en effet du respect de ses voisins et de sa propre famille, même si sa sagesse ne repose que sur la répétition de ce qu’il tient de son propre père. Nicolas l’exprime en ces termes : « chez nous, pas seulement le village, mais aussi les façons de parler et de penser étaient héréditaires »7. Rien de surprenant à ce que le héros du roman, après la mort du père, reproduise aussi son comportement ; ainsi, il commence sa vie adulte à l’âge de seize ans en s’armant de « munitions de bière, d’hydromel, de vin et d’eau-de-vie »8 afin de conquérir les cœurs des voisins et de pérenniser ainsi la gloire de la maison des Doswiadczynski.

  • 9 I. Krasicki, ouvrage cité, p. 230 ; MD. Krajewski, ouvrage cité, p. 11.

10Le modèle de comportement transmis par la mère n’est pas plus brillant. L’enfant noble, dans ses premières années, reste aux soins des femmes, des nourrices, des gouvernantes et de sa propre mère. Les femmes dans le milieu de la noblesse provinciale avaient un niveau intellectuel encore plus faible que les hommes. Dans ce milieu féminin, les enfants acquièrent, notamment, le goût de la médisance et apprennent à croire aux sortilèges, aux esprits et aux rêves ; finalement à avoir peur de ce que craignent les femmes de leur entourage (grenouilles, chouettes, araignées). Wojciech Zdarzynski, personnage du roman de Krajewski, et Nicolas, héros de l’œuvre de Krasicki, ont en ce domaine des expériences similaires et tous deux voient en de tels comportements la source des phobies qu’ils possèdent toujours à l’âge adulte9.

  • 10 M. D. Krajewski, ouvrage cité, p. 9.
  • 11 Ibidem, p. 10.
  • 12 I. Krasicki, ouvrage cité, p. 230.

11Le modèle d’éducation décrit dans les romans de Krasicki et de Krajewski paraît bien pitoyable Il est difficile d’y discerner une méthode quelconque, c’est plutôt un entrelacs de comportements divers bien souvent contradictoires. Refusant « l’habitude des femmes du peuple qui suivent aveuglément la voix de la nature en nourrissant de leurs propres seins l’enfant qu’elle leur a offert »10, ces mères confient leurs nourrissons à des nourrices, tout en présentant très souvent des comportements ultra-protecteurs (le petit Zdarzynski est porté dans les bras jusqu’à l’âge de trois ans). L’enfant ne doit pas être contrarié, il obtient tout ce qu’il réclame ; les bonnes d’enfant sont battues par la mère si elles ne savent pas distraire le petit tyran11. Le babillage de l’enfant est interprété comme la preuve de grandes qualités et permet, pour la mère, de se vanter en présence d’invités12. De tels signes de développement intellectuel suffisent aux bonnes d’enfant et à la mère, c’est pourquoi elles s’insurgent lorsqu’arrive le moment d’envoyer l’enfant à l’école.

  • 13 Ibidem, p. 233.

12L’éducation n’était pas une valeur appréciée dans la famille sarmate. Le héros de Sarmatyzm de Zablocki utilise l’expression « écolier » et « étudiant » comme insultes. C’est un oncle qui a dû rappeler aux parents de Nicolas Doswiadczynski la nécessité d’envoyer leur fils unique à l’école. Le père Zdarzynski, quant à lui l’exige il est vrai de lui-même, mais son imaginaire de l’enseignement est très archaïque. En effet, il considère la grammaire latine comme la matière la plus importante. Dans les deux familles, les mères s’opposent à l’apprentissage des enfants, s’inquiétant pour leur santé. Les parents n’ont ni conception ni modèle de formation pour leurs fils, en réalité ils ne savent même pas à quoi pourra leur servir une quelconque instruction. En conséquence, ils ne sont pas en mesure de contrôler le processus d’éducation et confient leur progéniture à des enseignants ou à des répétiteurs pédants, qui eux-mêmes ne savent pas grand-chose. L’unique recommandation du père au tuteur qui devait accompagner Nicolas à l’école tient en ces quelques mots : « mais bats-le, car je paye pour cela ! »13. De telles paroles jointes aux pleurs des mères font que Nicolas considère l’éducation comme une sorte de punition, et ce d’autant plus que l’exemple de ses parents le conforte dans l’idée qu’il est possible de vivre sans éducation.

  • 14 Ibidem, p. 242.
  • 15 M. D. Krajewski, ouvrage cité, p. 19.

13Les relations parents-enfants, dans les familles traditionalistes de la noblesse, vues au travers des ouvrages d’écrivains polonais des Lumières, ont donc un caractère que, dans les termes de la psychologie contemporaine, on qualifierait de « toxique ». D’un côté, un père exigeant dont l’autorité est basée uniquement sur la tradition et n’arrivant pas à établir un contact réel avec ses propres enfants ni au niveau intellectuel, ni au niveau des sentiments. De l’autre, une mère trop protectrice qui ne désire qu’une seule chose : prolonger indéfiniment l’enfance de son fils ou de sa fille. Cependant ce qui frappe le plus, c’est l’absence de cohérence dans la conduite par rapport aux enfants. Les pères, malgré leur fidélité déclarée aux règles, s’en éloignent par profit ou pour avoir la paix. Ils reviennent sur des décisions prises en état d’ébriété dès qu’ils dégrisent et inversement. Les mères, si sensibles en apparence aux besoins des enfants et pardonnant même les tours les plus pendables, ne prennent pas en compte leurs sentiments, telle la mère de Doswiadczynski qui envoie au couvent une pauvre cousine, dont son fils est tombé amoureux14. Cette même mère, qui pleurait lorsqu’il fallait envoyer Nicolas à l’école, ne s’inquiète pas de confier son éducation à un vagabond suspect qui se fait passer pour un marquis français et entraîne le garçon sur la mauvaise pente. La mère de Zdarzynski, quant à elle, se querellant sans cesse avec ses enfants devenus grands, se marie une seconde fois, par pure méchanceté à leur égard, avec un homme beaucoup plus jeune et lui lègue toute sa fortune15.

  • 16 Ibidem, p. 247.
  • 17 F. Bohomolec, ouvrage cité, p. 133.

14En somme, les relations entre parents et enfants telles qu’elles sont présentées dans de nombreux ouvrages de la littérature polonaise du dix-huitième siècle ont un caractère purement formel. Nicolas Doswiadczynski peut compter sur sa mère pour payer ses dettes16, mais pas pour avoir une discussion sincère avec elle. Bohomolec présente une situation du même type dans sa comédie Pijacy. Teresa, pupille des Pijakiewicz veut discuter avec sa tante, or elle apprend de la servante que Madame Pijakiewicz ne peut la recevoir parce que, dans la quiétude de son appartement, elle goûte aux joies de l’alcool en compagnie de ses amies. Esseulée, la jeune fille résume sa plainte en cette formule : « je n’ai même personne pour me distraire dans mon tourment »17.

  • 18 J. U. Niemcewicz, Powrót posła, (ed.) Z. Skwarczyński, Wrocław, 1970.

15Les rapports entre époux décrits par certaines de ces œuvres ne sont guère plus satisfaisants. Les mariages conclus suivant la volonté des parents, même sans contrainte excessive, étaient considérés comme un simple contrat commercial et ne pouvaient que très rarement bien se terminer. Le héros négatif de Powrot posla (Le Retour du nonce) de Julian Ursyn Niemcewicz, Gadulski (M. Babillard), incarnation du Sarmate arriéré, a épousé par intérêt une femme plus jeune que lui. Or, celle-ci est le stéréotype de la coquette aux comportements et aux goûts fantaisistes. Dans aucun domaine, il ne trouve avec elle de langage commun car, en bon gestionnaire, nombre de ses idées lui semblent folles. Elle souhaite, par exemple, faire démolir une auberge qui lui gâche la vue depuis sa tonnelle alors que cet établissement rapporte de l’argent à son époux. La seule menace de divorce suffit néanmoins pour que Gadulski cède sur tout, les biens de sa femme lui étant indispensables. Madame Gadulska quant à elle, ne trouvant pas en son mari de quoi satisfaire son goût pour les idylles romantiques se console en compagnie du petit maître Szarmantcki (M. Charmant) qui sait la flatter18. Le thème du mariage mal assorti entre un petit noble provincial et une femme à la mode se retrouve aussi dans l’une des satires de Krasicki, Zona modna (La femme à la mode).

  • 19 F. Bohomolec, ouvrage cité, p. 143-146.
  • 20 F. Zabłocki, ouvrage cité, p. 278-286.

16Paradoxalement, même des centres d’intérêts communs peuvent être source de conflits entre époux. Dans la comédie de Bohomolec déjà citée, les épouses des alcooliques se plaignent de l’ivrognerie de leurs maris tout en ayant elles-mêmes cette mauvaise habitude. Elles boivent en cachette, mais à la moindre réflexion sur leur état, elles réagissent avec véhémence et, avec cet entêtement typique des alcooliques, exigent des excuses au nom des égards dûs aux dames. L’une des héroïnes fait irruption, en état d’ivresse, dans un groupe d’hommes et reproche à son mari son ivrognerie ; la dispute entre époux se termine par une correction infligée au mari par sa femme aussi ivre que lui19. De même, l’épouse de l’un des héros de la comédie de Zablocki, Sarmatyzm, sombre dans d’alcool en cachette, bien que ce soit un secret de polichinelle. Si cette situation rend difficile toute prévision de ses réactions, elle permet néanmoins de l’abuser aisément en lui cachant les relations entre sa fille et le fils d’une famille ennemie20.

  • 21 F. Zabłocki, « Fircyk w zalotach », dans Teatr Franciszka Zabłockiego, ouvrage cité, p. 222-223.

17Les écrivains polonais des Lumières, tout en critiquant les rapports au sein des familles sarmates traditionnelles, ne ferment pas les yeux sur l’influence néfaste des mœurs nouvelles. Dans les milieux aristocratiques puis dans les couches inférieures la noblesse commence à se répandre le modèle « du couple moderne », où les deux parties se laissent réciproquement une grande liberté. Une présentation modèle de ce type d’union est donnée par le héros de la comédie de Franciszek Zablocki, Fircyk w zalotach (Petit maître amoureux), inspiré de l’œuvre éponyme de Romagnesi. Un jeune célibataire, roi des salons de la capitale, en se mariant avec une jeune veuve fortunée, dicte au notaire un contrat de mariage où il garantit, entre autres, à sa future femme le droit de posséder deux amants – un pour le plaisir et un autre pour l’argent. Il se réserve, bien sûr, la même liberté. Néanmoins, les époux se devant un minimum de décence, la partie adverse ne doit pas être informée officiellement de la tromperie de l’autre, quand bien même tout le monde serait au courant21.

  • 22 G. Broniszewski, « Wet za wet », dans Komedia obyczajowa warszawska, (ed.) Z. Wołoszyńska, Varsovi (...)
  • 23 Ibidem, p. 242.

18Une vie semblable est menée par les héros de la comédie de Grzegorz Broniszewski Wet za wet (Œil pour œil). Ici, cependant, l’infidélité autorisée est remplacée par une sorte de jeu, suggérée de manière lapidaire par le titre. Chambellan, un jeune marié, a une aventure avec la femme d’un lieutenant. Son épouse, Chambellanne, sûre de son infidélité, mais ignorant l’identité de sa rivale, décide de lui rendre la monnaie de la pièce et s’engage dans une liaison avec... justement ce lieutenant. Au final, chaque partie de ce quatuor, à la fois trompée et trompeur, concentre tous ses efforts pour faire croire à son partenaire que la faute lui incombe entièrement. La servante Anusia suggère que de telles mœurs ne sont en rien inhabituelles dans ce milieu tout en soulignant leur différence par rapport au modèle traditionnel : « en voulant regagner la confiance perdue du mari, il faudrait suivre la voie des anciennes épouses : ramper, pleurer, demander pardon, se culpabiliser, remarquant mille infidélités du mari, toutes les supporter humblement et accepter comme punition […] ce qu’aujourd’hui aucune femme – même s’il y allait de sa tête –, je suis certaine, ne ferait »22. Des valeurs comme la fidélité et la confiance mutuelles ne font assurément pas partie des caractères propres aux couples à la mode. Chambellan et sa Chambellanne se pardonnent finalement leurs infidélités, mais le message réel de la comédie se trouve dans la phrase cynique prononcée par le valet : « en vain vous vous laissez tenter de trahir vos épouses, maris, car elles sont tellement zélées à vous rendre la pareille que seule la fidélité, elles ne vous la rendent pas œil pour œil »23.

  • 24 D. Bończa Tomaszewski, « Małżeństwo w rozwodzie », dans Komedia obyczajowa warszawska..., ouvrage (...)
  • 25 Ibidem, p. 123.

19Une atmosphère moins douce règne dans la comédie de Dyzma Boncza Tomaszewski Malzenstwo w rozwodzie (Mariage au cours du divorce). Son héroïne principale, Czesnikowa (Mme L’échanson), jeune épouse et jeune mère, fatiguée de la vie en province aux côtés d’un mari honnête devient victime de ses propres caprices et de la mode. Elle tombe sous le charme d’un prince et, sous l’influence de la mondaine Mme Friponne et de Chambellan, serviteur du prince, engage une procédure de divorce. Dans les conversations des héros, le divorce est présenté comme « le moyen le plus à la mode, dans les grandes villes, d’utilisation de la liberté si douce donnée par la nature »24. Dans le récit de Chambellan, Varsovie est vue comme une ville pleine d’attraits, et « particulièrement de divorces »25. La facilité de changement de partenaire et l’absence de scrupules en ce domaine, voilà la ligne directrice de la comédie. Les couples se font et se défont par caprice ou par appât du gain, l’amour ici n’a aucune place. En ce domaine, Czesnikowa est plutôt naïve. Amoureuse du prince, rêvant de briller dans les salons à ses côtés, elle renonce, au profit de son mari et de sa fille, à toute sa fortune afin ne serait-ce que d’accélérer le divorce. Lorsqu’il est enfin prononcé, le prince choisit d’épouser une châtelaine laide, vieille mais riche, abandonnant Czesnikowa sans fortune et sans famille. Cette fin, très amère pour une comédie, souligne l’ampleur réelle du problème, traité bien plus légèrement dans les précédentes répliques des héros. Du chaos moral régnant dans les hautes sphères de la société et de l’atrophie très prononcée des unions, témoigne encore cette proposition de Chambellan : que Czesnikowa reste donc la maîtresse du prince et qu’elle profite avec lui de l’argent de sa femme !

20Les dimensions de cette communication permettent seulement de présenter quelques aspects de l’image littéraire de la crise de la famille noble dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, à travers quelques ouvrages abordant cette problématique. Ce n’est qu’un aspect d’une étude beaucoup plus large ayant pour objectif de retrouver l’image de la famille dans la littérature, les mémoires et les pensées de la société polonaise du temps des Lumières. À ce stade des recherches, il est encore difficile de tirer des conclusions définitives ; néanmoins même avec un matériel limité, quelques remarques sont possibles, à condition de bien prendre en compte certains préalables.

21Avant toute chose, il faut signaler que la plupart des ouvrages abordant la crise de la famille ont un caractère satirique. Or, un des droits inaliénables de la satire est de sélectionner ses centres d’intérêts en se limitant aux exemples négatifs. Une erreur serait donc de croire que les œuvres citées présentent une image complète et universelle de la famille noble polonaise de cette époque. Il existe, en effet, d’autres textes qui ne brossent pas un tableau aux teintes aussi sombres. Cependant, en admettant que de nombreux écrits littéraires des Lumières polonaises avaient pour objectif de contribuer au débat sur les changements indispensables – y compris dans le domaine des mœurs – alors il est impossible de ne pas y reconnaître une problématique un minimum en rapport avec la réalité. Au final, reste non résolue la question du degré de diffusion, de l’occurrence des phénomènes négatifs décrits dans ces ouvrages et non de leur présence dans la société nobiliaire du temps.

  • 26 Voir par exemple : A. K. Czartoryski, Przedmowa do « Panny na wydaniu », dans Oświeceni o literatu (...)

22Il est indispensable de prendre en considération la part de la convention littéraire. Il est évident, par exemple, que ces comédies présentent les affaires familiales en se servant de motifs utilisés dès l’Antiquité. Est-ce que cela signifie pour autant que l’image qu’elles délivrent n’a rien à voir avec la réalité ? Il semble plutôt que la vitalité de ces motifs éternels témoigne de la longévité de telles situations. De plus, l’une des règles de la comédie polonaise d’alors était son rapport à la vie : le spectateur devait reconnaître dans les scènes proposées des situations vécues dans le quotidien26.

  • 27 Voir par exemple J. Kitowicz, Opis obyczajów za panowania Augusta III, (ed.) Z. Goliński, Varsovie (...)

23Bien des réflexions, nées de l’étude d’ouvrages littéraires, peuvent être confirmées par le contenu de mémoires et de bien d’autres documents. Du croisement de ces deux types de source découle un certain nombre de constats : l’autorité des parents sur les enfants était très forte – en particulier sur la question du mariage –, l’alcool constituait une réelle menace pour le fonctionnement correct des familles, les femmes des familles nobles traditionnelles avaient tendance à surprotéger leurs enfants et, enfin, les divorces étaient devenus une pratique presque courante dans les plus hautes strates de la société polonaise dans la seconde moitié du XVIIIe siècle27.

24Les remarques qui précédent ne se justifient que si la littérature est envisagée comme source sur la vie sociale. Car on peut aussi abandonner toute recherche de référence au réel dans la littérature et considérer qu’il s’agit là uniquement de la création d’une « famille » comme thème littéraire. Dans le cas particulier de la littérature polonaise des Lumières, jouant si souvent un rôle didactique et cherchant à influencer la conscience de la société, adopter un tel point de vue serait réducteur. D’un autre côté, il ne faut absolument pas oublier la dimension purement littéraire des ouvrages utilisés. C’est à cette sphère de la création, et non pas à une réalité vérifiée empiriquement qu’appartiennent, par exemple, les propositions faites par certains écrivains d’une nouvelle organisation des rapports familiaux.

25L’influence d’un idéal de vie familiale inspirée des principes de la philosophie de J. -J. Rousseau est visible dans la littérature sentimentale. Aussi bien l’idylle – qui aborde souvent cette thématique familiale – que le roman, et encore plus le drame sentimental présentent une vision des rapports familiaux s’appuyant sur la sincérité des sentiments.

26Par ailleurs, certains auteurs cités ici ne se sont pas limités aux critiques de la situation établie, mais ont essayé de proposer une alternative. La découverte de celle-ci devient pour les héros l’occasion d’une complète rééducation. Nicolas Doswiadczynski et Wojciech Zdarzynski se retrouvent par hasard dans des pays utopiques, où la vie est organisée selon l’ordre naturel. Après son retour en Pologne, Nicolas se convainc dans la douleur que l’utopie est irréalisable à grande échelle. Il se limite donc à son « propre jardin » : avec son entourage, dans sa vie de famille, il essaie d’introduire des règles qu’il a rapportées de la société de l’île fantastique de Nipu. Une autre œuvre de Krasicki, Pan Podstoli (Monsieur le Sous Écuyer de Bouche) propose une sorte de suite et de développement à ce projet. Un propriétaire noble, plein de l’esprit citoyen, s’efforce de mettre en pratique l’idéal d’une heureuse simplicité dans le cadre d’une exploitation idéalement gérée. Krasicki tend ici à l’équilibre en critiquant à la fois les dérives du sarmatisme et la fascination superficielle pour les modes occidentales. Le modèle de vie heureuse découle du mythe « des ancêtres vertueux » pratiquant quotidiennement de simples vertus.

27Au crépuscule de l’époque des Lumières apparaît dans la littérature polonaise un nouveau type de héros, le Sarmate éclairé. Il allie en lui les vertus traditionnelles à la sensibilité moderne. La vie de famille d’un tel héros (par exemple la famille de Podkomorzy du Powrot posla de Niemcewicz et Pan Podstoli de Krasicki) matérialise cette fusion. Le caractère patriarcal sarmate est contrebalancé par le respect de l’autonomie de chacun : les relations entre individus s’équilibrent harmonieusement grâce à l’empathie et au sentiment de responsabilité collective de tous les membres de la famille face au bien commun. Des parents, dépourvus des défauts sarmates et offrant une calme certitude en des règles reconnues, constituent des modèles réels pour les enfants.

28La littérature polonaise des Lumières en partant de la critique de rapports familiaux existants aboutit finalement à la création d’un modèle idéal, sorte d’utopie littéraire de la vie familiale.

Notes

1 Voir M. Baranski, « Rodzina od czasów najdawniejszych do konca XVIII wieku », dans Przemiany rodziny polskiej sous la direction de J. Komorowska, Varsovie, 1982, p. 47.

2 Ibidem.

3 F. Bohomolec, « Małżeństwo z kalendarza », dans Komedie, tome 1 : Komedie na teatrum, (ed.) J. Kott, Varsovie, 1960.

4 F. Bohomolec, Pijacy, dans Komedie, tome 1 : Komedie na teatrum, ouvrage cité.

5 M. D. Krajewski, Wojciech Zdarzyński, życie i przypadki swoje opisujący, Cracovie, 2002, p. 19.

6 F. Zabłocki, Sarmatyzm, dans Teatr Franciszka Zabłockiego, tome 3, (ed.) J. Pawłowiczowa, Wrocław, 1995.

7 I. Krasicki, « Mikołaja Doświadczyńskiego przypadki », dans Dzieła wybrane, (ed.) Z. Goliński, tome 2, Varsovie, 1989, p. 229.

8 Ibidem, p. 234.

9 I. Krasicki, ouvrage cité, p. 230 ; MD. Krajewski, ouvrage cité, p. 11.

10 M. D. Krajewski, ouvrage cité, p. 9.

11 Ibidem, p. 10.

12 I. Krasicki, ouvrage cité, p. 230.

13 Ibidem, p. 233.

14 Ibidem, p. 242.

15 M. D. Krajewski, ouvrage cité, p. 19.

16 Ibidem, p. 247.

17 F. Bohomolec, ouvrage cité, p. 133.

18 J. U. Niemcewicz, Powrót posła, (ed.) Z. Skwarczyński, Wrocław, 1970.

19 F. Bohomolec, ouvrage cité, p. 143-146.

20 F. Zabłocki, ouvrage cité, p. 278-286.

21 F. Zabłocki, « Fircyk w zalotach », dans Teatr Franciszka Zabłockiego, ouvrage cité, p. 222-223.

22 G. Broniszewski, « Wet za wet », dans Komedia obyczajowa warszawska, (ed.) Z. Wołoszyńska, Varsovie, 1960, tome 2, p. 223.

23 Ibidem, p. 242.

24 D. Bończa Tomaszewski, « Małżeństwo w rozwodzie », dans Komedia obyczajowa warszawska..., ouvrage cité, p. 120.

25 Ibidem, p. 123.

26 Voir par exemple : A. K. Czartoryski, Przedmowa do « Panny na wydaniu », dans Oświeceni o literaturze, partie 1. Wypowiedzi pisarzy polskich 1740-1800, (eds.) T. Kostkiewiczowa et Z. Goliński, Varsovie, 1993.

27 Voir par exemple J. Kitowicz, Opis obyczajów za panowania Augusta III, (ed.) Z. Goliński, Varsovie, 1999 ; Polska stanisławowska w oczach cudzoziemców, tomes 1-2, (ed.) W. Zawadzki, Varsovie, 1963 ; K. Wróbel-Lipowa, « Relacje rodzice-dzieci w polskiej rodzinie ziemiańskiej w XVIII wieku », dans Dziecko w rodzinie i społeczeństwie ; Dzieje nowożytne, tome 2, direction K. Jakubiak, W. Jamrożek, Bydgoszcz, 2002 ; B. Popiołek, Kobiecy świat w czasach Augusta II. Studia nad mentalnością kobiet z kręgów szlacheckich, Cracovie, 2003.

Auteur

Université de Wrocław

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search