Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre V - Comportements et mentalités nobiliaires

L’éducation des filles de la noblesse française aux xviie et xviiie siècles

Dominique Picco

Texte intégral

  • 1 S. Beauvalet-Boutouyrie, Les femmes à l’époque moderne, Paris, 2003.
  • 2 D. Godineau, Les femmes dans la société française (16e-18e siècles), Paris, 2003.

1Deux ouvrages parus en 2003 offrent une synthèse des travaux récents sur l’histoire des femmes françaises à l’époque moderne. Prenant leurs distances avec le féminisme militant qui anima longtemps cette branche de la discipline historique, Scarlett Beauvalet-Boutouyrie1 et Dominique Godineau2 passent en revue de multiples aspects de la vie des femmes d’Ancien Régime, y compris leur formation. La place faite à l’éducation des filles de la noblesse y est restreinte, reflet de la faiblesse numérique de ce groupe d’élèves, du caractère réduit et éparpillé des sources mais aussi du maigre intérêt que porte une historiographie nobiliaire, encore trop souvent monopolisée par les hommes, à l’instruction de celles qui sont pourtant destinées à devenir épouses et mères de leurs homologues masculins. Preuve que ces champs d’investigation restent en grande partie vierges mais pour peu de temps car le défrichement a commencé.

2Si les réformateurs protestants et catholiques découvraient au cours du XVIe siècle les vertus de l’éducation des petites filles pour en faire de parfaites chrétiennes, de bonnes épouses et des mères de famille modèles, les humanistes avaient déjà affirmé, depuis plusieurs décennies, la nécessité d’instruire les femmes de la bonne société noble et bourgeoise. Si tous les pédagogues des XVIIe et XVIIIe siècles sont d’accord quant à la nécessité de distinguer la formation des filles de celle des garçons, ils divergent au moins sur deux points. Que convient-il d’apprendre aux femmes du fait de leur nature, de leur subordination aux hommes mais aussi de la position sociale de leur famille ? Dans quel cadre cette instruction doit-elle se faire ? L’éducation des filles des élites de la société française se veut donc, dès le XVIe siècle, sexuellement et socialement distinctive. Par-delà cette position de principe qui perdure tout au long de la période, la confrontation avec la réalité des pratiques conduit à s’interroger sur l’existence d’un modèle éducatif propre aux fillettes nées dans le second ordre.

3L’examen, à partir de sources normatives, des finalités et des contenus théoriques de l’instruction des filles de la bonne société du XVIe au XVIIIe siècle révèle la difficulté pour l’historien de différencier les nobles des bourgeoises, en dehors du cas spécifique de Saint-Cyr, fondation royale réservée aux seules fillettes issues de la vieille noblesse.

4Dans la pratique, les familles nobles ont à choisir entre couvent et demeure familiale comme cadre de l’éducation de leur fille. À partir de règlements assez succincts et peu modifiés en trois siècles, le voile du fonctionnement des institutions religieuses peut être en partie levé : d’antichambre de la vie monastique, l’instruction y évolue vers la préparation au retour dans le siècle. En matière d’organisation et de contenu pédagogique Saint-Cyr fait souvent figure de modèle.

5Certains parents choisissent, tout au long de l’Ancien Régime, d’instruire leurs filles au château. Pour quelles raisons et avec quels objectifs ? Nombre de femmes ont témoigné de cette forme d’éducation dans leurs mémoires ou leurs correspondances. Ces écrits du for privé sauvent de l’oubli une forme d’éducation dont le poids numérique fut considérable.

THÉORIES DE L’ÉDUCATION FÉMININE

6La nécessité d’instruire les filles s’impose petit à petit en France à partir du XVIe siècle en même temps que s’affine la différence entre éducation des filles de la bonne société et instruction des filles du peuple.

HUMANISTES ET RÉFORMATEURS

  • 3 Cité dans L.-H. Parias, (ed.), Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, to (...)

7Les réformateurs protestants et catholiques voient en la femme un des moyens d’enraciner la foi chrétienne dans les familles. Les fillettes de tous milieux sociaux, futures épouses et mères, doivent être instruites afin d’élever chrétiennement leurs propres enfants : « la femme doit être enseignée parce qu’elle est enseignante », pour reprendre la belle formule de Dominique Julia. Selon Pierre Fourier, fondateur en 1598 de la congrégation Notre-Dame, il faut apprendre aux « filles à lire et écrire, à besogner de l’aiguille et l’instruction chrétienne [...] le catéchisme en les initiant à la piété et dévotion »3.

8Dès 1523, l’humaniste Juan Luis Vivès, dans L’instruction de la femme chrétienne, partant du principe que seule la connaissance permet d’accéder à la vertu et peut donc protéger la femme tant du vice que de ses faiblesses naturelles, déclarait indispensable son éducation. Les hommes de son temps – Castiglione, Rabelais, Érasme ou encore Agrippa d’Aubigné – l’estiment également nécessaire à l’harmonie sociale et conjugale à condition que filles et garçons soient élevés séparément et différemment. Toutefois, ces humanistes ne s’intéressent qu’aux filles issues de la noblesse et de la bourgeoise auxquelles, au-delà des savoirs domestiques, il faut apprendre à lire, à écrire et inculquer quelques rudiments de philosophie ou de latin mais point de logique, de rhétorique ou de théologie. Le niveau des connaissances est toujours proportionnel à la place occupée dans la société et aux besoins induits, plus élevés pour une dame vivant à la cour que pour une demoiselle de moyenne condition. En raison de l’infériorité de leur nature, de leur subordination aux hommes, mais aussi de la position sociale de leur famille, l’éducation des femmes, conçue par les humanistes, est soigneusement délimitée.

UN SUJET À LA MODE AU XVIIe SIÈCLE

  • 4 Voir L. Timmermans, L’accès des femmes à la culture (1598-1715), Paris, 1993, p. 352 et suivantes.
  • 5 C. Fleury, Traité du choix et de la méthode des études, Paris, 1686, chapitre 36 : « Études des fe (...)
  • 6 Fénelon, Traité de l’éducation des filles, Paris, 1687. Réédition, Paris, 1994, p. 89-94.
  • 7 F. Poullain de la Barre, De l’éducation des Dames pour la conduite de l’esprit dans les sciences e (...)

9L’instruction des femmes est un sujet à la mode dans les milieux intellectuels au XVIIe siècle : les salons débattent à l’infini de l’accès de ces êtres inférieurs à la culture. Les publications abondent : traités d’éducation, de conduite ou de morale à l’usage des filles, romans et pièces de théâtre, telles Les femmes savantes et l’École des femmes4. Ces écrits s’attachent aux femmes des catégories aisées, sans distinguer les nobles des bourgeoises, et proposent une formation peu détaillée dans son organisation pratique les préparant à leur future vie domestique. Seuls quelques pédagogues du Grand siècle sont plus prolixes en termes de contenus disciplinaires. Dans son Traité du choix et de la méthode des études, l’abbé Claude Fleury précise : « il faut donc se contenter de leur apprendre les dogmes communs sans entrer dans la théologie […] La grammaire ne consiste pour elles qu’à lire et à écrire […] Elles peuvent se passer de tout le reste des études, du latin et des autres langues, de l’histoire, des mathématiques, de la poésie et de toutes les autres curiosités »5. Composé pour le duc et de la duchesse de Beauvilliers, parents de six filles, le Traité de l’éducation des filles de Fénelon est un projet éducatif global, plus ambitieux que celui de Fleury, à l’intention des filles de la noblesse. L’auteur élargit les savoirs indispensables – lecture, écriture, prononciation – aux rudiments de la grammaire française, aux « quatre règles de l’arithmétique » et « principales règles de la justice ». Ces femmes ont, dit-il, « besoin d’être instruites des devoirs des seigneurs dans leur terre ». S’il juge dangereux l’apprentissage de l’espagnol ou de l’italien : « langues [qui] ne servent guère qu’à lire des livres dangereux et capables d’augmenter le défaut des femmes », elles peuvent être initiées à l’histoire grecque et romaine, à l’histoire de France et même au latin. Point n’est besoin d’en faire plus, le « reste des études » est inutile, compte tenu de leur infériorité intellectuelle et de la place de la femme dans la société du temps6. Les femmes savantes, comme celles de Molière, sont toujours ridicules aux yeux des hommes car elles s’égarent en dehors du rôle dévolu à leur sexe. Seule exception, Poullain de la Barre dans De l’éducation des Dames souhaite, au nom du principe que l’esprit n’a point de sexe, voir les femmes de toutes conditions accéder à tous les savoirs7.

  • 8 Entretiens avec les religieuses chargées d’instruire les demoiselles. Instructions adressées direc (...)
  • 9 Entretiens, 1699. Cité dans J. Prévot, La première institutrice de France. Madame de Maintenon, Pa (...)
  • 10 Entretien avec Mme de Berval, 1699. Voir J. Prévot, ouvrage cité, p. 146.
  • 11 Avis aux Dames, 1686. Voir J. Prévot, ouvrage cité, p. 80.
  • 12 Lettre à Mme de La Viefville, 1715. Voir J. Prévot, ouvrage cité, p. 212.
  • 13 Instruction, 1696. Voir J. Prévot, ouvrage cité, p. 135.
  • 14 Lettre à Mme de La Viefville, 1715. Voir J. Prévot, ouvrage cité, p. 212.
  • 15 Entretien avec les Dames, 1699. Voir J. Prévot, ouvrage cité, p. 145.

10La fondation, en 1686, de la maison royale de Saint-Cyr par Louis XIV, s’inscrit au croisement des préoccupations éducatives et religieuses de Mme de Maintenon et des choix politiques du monarque. Déçue par sa propre éducation, Françoise d’Aubigné connaît bien Fénelon et a déjà une expérience personnelle de l’éducation des enfants. Mais à Saint-Cyr, l’expérience est d’une tout autre envergure : Louis XIV destine l’établissement aux filles d’une noblesse désargentée capable de faire remonter son appartenance au second ordre à quatre degrés. Deux cent cinquante fillettes, admises entre sept et douze ans, y sont élevées gratuitement jusqu’à vingt ans, âge auquel elles reçoivent une dot. Les principes éducatifs, en vigueur jusqu’à la Révolution, ont été posés par Mme de Maintenon dans de multiples écrits pédagogiques8 et dans son abondante correspondance. Les dames de Saint-Louis doivent enseigner aux demoiselles les valeurs « convenables à leur sexe »9 : piété, vertu, et modestie, mais aussi soumission. Elles sont femmes et devront plier toute leur vie, devant leur père ou leur mari si elles retournent dans le monde, devant leur supérieure si elles prennent le voile ; subordination aussi à la modestie de leur noblesse : « elles sont pauvres et apparemment le seront toujours »10. Si les enseignantes doivent « moins songer à orner leur esprit qu’à former leur raison »11, les contenus intellectuels restent assez vagues. Parler un « bon français »12 – c’est-à-dire apprendre à bien le prononcer –, lire, écrire, compter bien sûr, mais Mme de Maintenon craint les mauvaises lectures : « apprenez à vos demoiselles à être extrêmement sobres sur la lecture, à lui préférer toujours l’ouvrage des mains, les soins du ménage, les devoirs de leur état, et si enfin elles veulent lire, que ce ne soit que des livres bien choisis, propres à nourrir leur piété, à former leur jugement et à régler leurs mœurs »13. Et s’il faut « que l’instruction soit plus étendue pour une demoiselle que pour une fille de vigneron »14, cela doit être sans excès car, « on n’est point obligé de tout savoir […] il vaut mieux paraître ignorante que de faire l’habile »15. La fondatrice craint les femmes savantes…

LES LUMIÈRES, UN RENDEZ-VOUS MANQUÉ ?16

  • 16 M. Sonnet, L’éducation des filles au temps des Lumières, Paris, 1987, p. 287.
  • 17 Abbé Castel de Saint-Pierre, Ouvrages de politique et de morale, Rotterdam, 1738-1740, p. 270. Cit (...)
  • 18 P. Riballier, De l’éducation physique et morale des femmes, Bruxelles et Paris, 1779, p. 52. Cité (...)
  • 19 Madame de Miremont, Traité de l’éducation des femmes et cours complet d’instruction, Paris, 1779-1 (...)
  • 20 J.-J. Rousseau, Émile ou de l’éducation, Paris, 1966, p. 475.
  • 21 « Lorsque vous portez vos soins à cultiver votre raison, dit-elle à Émilie, à l’orner de connaissa (...)

11L’éducation féminine fit encore couler beaucoup d’encre au siècle des Lumières, au sein d’une réflexion d’ensemble sur la place de la femme dans la société future rêvée par les intellectuels du temps. L’éducation des filles au couvent est accablée de tous les maux. Pour l’abbé Castel de Saint-Pierre, en sortant, « les jeunes filles sont ignorantes des choses les plus communes et les plus importantes », elles ont « peu d’usage de raisonner […] peu d’habitude à la politesse, à la douceur, à l’indulgence, à la patience, à la discrétion et aux manières vraies, gracieuses et prévenantes »17 : en résumé elles n’ont rien appris. Rien d’étonnant à cela, car leurs éducatrices, « religieuses qui prétendent ne devoir s’occuper jour et nuit, que d’exercices de piété, qui ont renoncé au monde, qui ignorent les usages, et par conséquent les devoirs de la société civile, [ne] peuvent [...] donner à une jeunesse destinée à vivre dans le monde, l’éducation qui lui convient »18. Si les condamnations sont unanimes, rares sont les propositions concrètes de réforme. Le Projet pour perfectionner l’éducation de Castel de Saint-Pierre paru à Paris en 1728, prévoit une scolarité féminine publique de 5 à 18 ans incluant les matières traditionnelles mais aussi les sciences et les arts. Cinquante ans plus tard, Mme de Miremont envisage, dans son Traité de l’éducation des femmes19, la création d’une instruction publique ouverte aux filles de 7 à 18 ans composée de lecture, écriture, calcul, religion, mais aussi langues vivantes, orthographe, grammaire, histoire et géographie. En attendant une réforme d’envergure, dont l’ambition dépasserait largement les rangs de la seule noblesse, les élites plébiscitent, sur le modèle de l’Émile, l’éducation des enfants sous les yeux de leur mère. Encore faut-il distinguer le cas de Sophie de celui d’Émile : à lui, liberté, raisonnement, philosophie, abstraction ; à elle, soumission, esprit pratique, docilité et obéissance. Car « toute l’éducation des femmes doit être relative aux hommes. Leur plaire, leur être utile, se faire aimer et honorer d’eux, les élever jeunes, les soigner grands, les conseiller, les consoler, leur rendre la vie agréable et douce, voilà les devoirs des femmes dans tous les temps, et ce qu’on doit leur apprendre dès le plus jeune âge »20. L’ample polémique que déclenche cette conception rousseauiste s’accompagne d’une floraison de publications. Les femmes de la noblesse nourrissent abondamment le débat par des romans, tel Adèle et Théodore (1782) de Mme de Genlis, ou des traités pédagogiques. Mme d’Épinay, dans Les Conversations d’Émilie (1774) affirme que l’éducation d’une fille de la bonne société doit, certes, la préparer à être bonne épouse et bonne mère, mais doit lui permettre aussi, au même titre que celle des hommes, d’accéder à la connaissance. Seul ce savoir peut apporter le bonheur à la femme, car il lui permet d’être libre de toute dépendance vis-à-vis des hommes21.

12Au-delà de l’ample réflexion théorique constante pendant tout l’Ancien Régime, placer sa fille au couvent ou l’éduquer dans le château familial demeure l’unique alternative offerte aux lignages nobles.

ÉDUCATION CONVENTUELLE

13Depuis le Moyen Age, bien des ordres religieux féminins accueillent derrière la clôture ces petites filles de la haute société. Cet usage maintenu à l’époque moderne, évolue dans ses objectifs et ses pratiques.

QUELLES CONGRÉGATIONS POUR QUELLES ÉLÈVES ?

  • 22 Voir E. Becchi, D. Julia, (dir.), Histoire de l’enfance en Occident, Paris, 1998, tome I, p. 341 e (...)

14En plaçant, dès le plus jeune âge, ses filles au couvent pour en faire des religieuses, la noblesse répond à deux impératifs : établir au plus vite des filles en surnombre et impossibles à doter décemment, faute de revenus suffisants, ou occuper au plus tôt une place dans un monastère prestigieux. Mère Angélique, réformatrice de Port-Royal, incarne ces deux stratégies : née en 1591 dans une famille de noblesse récente, Jacqueline Arnault est la seconde des six filles (sur dix enfants survivants) d’un avocat au parlement de Paris. Coadjutrice de l’abbesse de Port-Royal à sept ans, devenue religieuse à neuf, elle prend possession de son abbaye avant même de faire sa première communion. Entre les offices, la petite abbesse joue et lit, en guise de formation, des romans et de l’histoire romaine22.

  • 23 Selon Pierre Fourier. Cité dans R. Duchêne, Être femme…, ouvrage cité, p. 91.
  • 24 Voir M. Sonnet, L’éducation des filles…, ouvrage cité, p. 240-251.
  • 25 Les visitandines cherchent, par exemple, à tirer profit d’une activité lucrative. Voir M. A. Duvig (...)
  • 26 C’est le cas à Paris à l’Abbaye-au-bois, au Penthémont et à Port-Royal.
  • 27 10,2 % entre 1763 et 1792 chez les ursulines de la rue Sainte Avoye à Paris. Selon M. Sonnet, « l’ (...)
  • 28 Le plus souvent entre 6 et 15 ans, comme chez les ursulines.
  • 29 Voir M. A. Jégou, Les ursulines du Faubourg Saint-Jacques à Paris (1607-1662), Paris, 1981, p. 151

15L’optique des séjours en institution se modifie au XVIIe siècle avec la création, dans le cadre de la Réforme catholique, d’ordres dont la vocation première est l’éducation des filles. La plupart – filles de la Croix, sœurs de Saint Charles ou dames de Saint Maur – se consacrent aux milieux populaires urbains, offrant une instruction gratuite limitée où lecture, écriture, calcul et ouvrages servent à attirer « les petites à nos écoles et les amener à la doctrine chrétienne et piété »23. Ces institutions charitables, étudiées pour le cas parisien dans le beau livre de Martine Sonnet24, révèlent le savoir minimum requis pour les femmes du temps. À côté de ces pauvres écolières externes, certains établissements comme ceux des ursulines, des filles de Notre-Dame ou encore de la congrégation Notre-Dame accueillent totalement à part des pensionnaires payantes issues de milieux plus aisés. D’autres, soit parce que la dimension éducative n’est pas prioritaire25, soit par souci d’écrémage social, ne reçoivent que des internes26. Les seuls établissements strictement réservés à la noblesse sont Saint-Cyr et la Maison royale de l’Enfant Jésus, sise rue de Sèvres à Paris et fondée en 1732 par Languet de Gercy, curé de Saint-Sulpice, sur le modèle saint-cyrien. Ailleurs, la proportion de nobles est très inégale ; à Paris, elle peut varier de 10 % à plus de 50 %27. Le plus souvent, ces petites côtoient donc, sur les bancs du pensionnat, les filles de la bonne bourgeoisie, la sélection se fondant sur les revenus des familles et sur un examen des candidatures qui prend en compte l’âge de l’enfant28, ses dispositions, mais aussi sa réputation ainsi que celle de son lignage. En 1632, les ursulines de la rue Saint-Jacques à Paris, refusent ainsi d’admettre Jeanne du Doibt qui a quitté la maison familiale depuis quinze jours et risque de « porter préjudice [aux] autres pensionnaires pour les mauvaises impressions que l’on [a] mise dans son esprit »29.

ORGANISATION ET CONTENU DES ÉTUDES

  • 30 Dix-sept en 1727. Voir P. Loupès, L’apogée du catholicisme bordelais, 1600-1789, Bordeaux, 2001, p (...)
  • 31 Les rouges ont de 7 à 10 ans, les vertes de 11 à 14 ans, les jaunes de 15 à 16 ans et les bleues d (...)
  • 32 M. Sonnet estime que les 56 internats fréquentés par les élites parisiennes représentaient 22 % de (...)

16À quelques exceptions près, ces pensionnats sont de taille modeste avec souvent, comme chez les visitandines de Bordeaux, une classe unique d’une dizaine d’élèves30. Mais il peut aussi y avoir une centaine d’élèves, répartie en classes d’une quinzaine : les petites, plus nombreuses, sont alors séparées des moyennes et des grandes par la première communion. Saint-Cyr fait figure d’exception avec ses 250 demoiselles, réparties en quatre niveaux31. Par le nombre de places disponibles, les couvents pèsent finalement fort peu dans la scolarisation des filles nobles32.

  • 33 Voir C. A. Sarre, Vivre sa soumission. L’exemple des ursulines provençales et comtadines, 1592-179 (...)
  • 34 En particulier chez les ursulines. Voir M. A. Jégou, ouvrage cité, p. 149 et H. Lassalas, « Chez l (...)

17Au couvent, le temps scolaire allie souplesse et rigidité. Souplesse des arrivées et des départs qui, à la différence des collèges de garçons, ont lieu à tout moment. Souplesse de la durée des séjours qui, de plusieurs années au XVIIe siècle se réduisent au siècle suivant aux quelques semaines précédant la première communion : sur les treize pensionnaires des ursulines d’Arles, en 1776-1777, sept restent moins de six mois33. Rigidité par contre, de l’emploi du temps rythmé par la participation aux offices : lever entre 4 et 7 heures, prières, messe, petit-déjeuner, classe, prières, repas avec lecture pieuse, prières, récréation, classe, vêpres, collation, catéchisme, prières, dîner avec lecture pieuse, récréation, examen de conscience, prières, coucher vers vingt heures. À chaque instant, les enfants sont occupées et placées sous la surveillance étroite de maîtresses se relayant nuit et jour. La monotonie des semaines est rompue par des « jours de récréation » : fêtes liturgiques, vêtures, entrevue avec les parents au parloir ou encore, parfois autorisés, sorties et dîners en famille34. À Saint-Cyr, point de cela : la clôture est complète, quatre visites par an au parloir, pas de vacances, soit une coupure quasi totale du milieu familial d’environ dix années.

  • 35 F. Bourgoing, Règles et constitutions pour les Ursulines de la Présentation Notre-Dame, Ordre de S (...)
  • 36 Sans doute s’agit-il ici de l’étude de la langue et de la littérature antiques. La permission est (...)
  • 37 Voir D. Picco, « Géographie à l’usage des demoiselles », Hommage à Philippe Loupès, à paraître en  (...)
  • 38 Voir M.A. Jégou, ouvrage cité, p. 156.
  • 39 Voir A. Piéjus, « La musique des demoiselles », Les Demoiselles de Saint-Cyr, Maison royale d’éduc (...)

18En termes de contenus éducatifs, les règlements vont rarement au-delà des recommandations du père Bourgoing aux ursulines provençales : « leur enseigner les mystères de la foi, les instruire à recevoir les Sacrements, les faire prier au temps qu’il faudra, les reprendre de leurs fautes, leur enseigner de lire, d’écrire, de coudre et faire toute sorte d’ouvrage et fonctions honnêtes qu’on jugera utile à leur condition »35. Peu de différences avec l’enseignement minimal des écoles charitables : même si une ouverture est possible vers d’autres savoirs, ces pensionnats ne sont pas des collèges au féminin. Parmi les autres disciplines, la place du latin est discutée : partout, sauf à Port-Royal, les premières lectures se font en latin et pourtant, en 1665, les ursulines de la rue Saint-Jacques interdisent à une nouvelle de continuer à « apprendre de latin »36. À Saint-Cyr, peu de latin, mais des sciences naturelles, de l’histoire religieuse et profane et de la géographie37. Les arts d’agréments, musique, danse et dessin, sont diversement appréciés ; enseignés souvent au parloir par des maîtres très surveillés par les religieuses, certains instruments peuvent être prohibés, tel le luth jugé trop profane38. À Saint-Cyr, ni danse, ni dessin, mais de la musique dès le plus jeune âge39. Partout les fillettes sont prêtes à devenir de parfaites maîtresses de maison : couture, broderie, canevas, tapisserie et pliage du linge n’ont aucun secret pour elles.

  • 40 M. Sonnet, L’éducation des filles, ouvrage cité, p. 114.
  • 41 Voir É. Broglin, De l’Académie royale à l’institution : le collège de Juilly, 1745-1828, thèse de (...)
  • 42 13,5 % chez les ursulines de Rouen entre 1619 et 1787. Voir R. Chartier, M. M. Compère, D. Julia, (...)
  • 43 Voir C. A. Sarre, ouvrage cité, p. 155.
  • 44 Voir H. Lassalas, ouvrage cité, p. 143.
  • 45 Ibidem, p. 144.
  • 46 Ibidem, p. 139.
  • 47 Voir C. A. Sarre, ouvrage cité, p. 303.
  • 48 Ibidem, p. 301.

19Ces enseignements sont assurés par des religieuses d’âge canonique : dans le Paris du XVIII e siècle, elles ont en moyenne 43 ans40 contre 25 ans pour les régents de Juilly41. Elles sont d’origine noble, mais dans une proportion variable, de moins de 15 %42 à plus de 70 % chez les ursulines provençales43 ; par contre à Saint-Cyr, les trente-six dames sont toutes nobles et presque toutes anciennes élèves. Sans formation spécifique, ces institutrices utilisent des méthodes parfois fort modernes. Les apprentissages sont progressifs, lecture, puis écriture en tenant « la plume de bonne grâce », enfin orthographe44. Compter est abordé par « le jet », c’est-à-dire en manipulant des jetons, puis viennent opérations, conversions des livres tournois et problèmes45. Les éducatrices interrogent beaucoup pour vérifier que les élèves mémorisent « le connu avant de passer à l’inconnu, car il vaut mieux qu’elles en sachent moins, mais qu’elles le sachent parfaitement »46. Pour « éviter le bruit et la confusion »47, le silence est obligatoire en dehors des récréations où certains jeux – dames, échecs, jonchets, volants, balles, osselets, jeux de l’oie – sont autorisés. Ces institutrices doivent en toute situation savoir user de persuasion et ne pas « se laisser emporter par la colère […] frapper, ni injurier »48. Sauf faute gravissime, les châtiments corporels sont proscrits, partout le travail est stimulé par des félicitations, des images ou des récompenses.

  • 49 Cité dans M. Sonnet, L’éducation des filles..., ouvrage cité, p. 258.
  • 50 F. Lebrun, M. Venard, J. Quéniart, Histoire générale…, ouvrage cité, p. 382.
  • 51 Par exemple, la géographie figure parfois parmi les enseignements communs, comme à Paris chez les (...)
  • 52 Voir H. Lassalas, ouvrage cité, p. 144.

20Au XVIIIe siècle, si les textes normatifs demeurent inchangés, les sources prouvent que certaines maisons font preuve d’une réelle volonté d’adaptation, telles ces dames du Calvaire : « nous nous sommes laissées persuader que les jeunes filles qu’on nous confiait étaient nées pour le monde et nous nous occupons à leur inculquer les devoirs qu’elles doivent remplir dans la société et à leur procurer les connaissances et les agréments qui peuvent les y faire distinguer »49. De fait, dans les couvents les plus huppés, les jeunes filles bénéficient au siècle des Lumières d’une culture plus étendue englobant littérature, langues étrangères, histoire et géographie. Comment les religieuses ont-elles transmis ces savoirs nouveaux ? Ont-elles été capables d’« enseigner ce qu’elles ignorent elles-mêmes »50 ou ont-elles fait appel à des maîtres extérieurs51 ? Les bibliothèques des communautés témoignent de la curiosité de ces institutrices pour des domaines autres que la piété et l’instruction religieuse. Même si aucune n’atteint les deux mille volumes présents à Saint-Cyr, L’histoire ecclésiastique de Fleury, Les éléments de l’histoire de France de l’abbé Millot ou encore la Géographie abrégée de l’abbé Langlet de Fresnay trouvent leur place sur les rayonnages de maisons provinciales comme la Visitation de Montferrand52.

LE POINT DE VUE DES UTILISATEURS

  • 53 Cité dans C. A. Sarre, ouvrage cité, p. 300.
  • 54 Lettre de 1688. Citée dans R. Duchène, Être femme…, ouvrage cité, p. 99.
  • 55 Lettre du 24 janvier 1689. Madame de Sévigné, Correspondance, Paris, 1978, tome 3, p. 482.
  • 56 Louise Tardieu d’Esclavelles (1726-1783).
  • 57 Madame d’Épinay, Pseudo-mémoires, Paris, 1951 et É. Badinter, ouvrage cité, p. 73
  • 58 Première femme de chambre de Marie-Antoinette.
  • 59 Ce « bel établissement de Mme de Maintenon » lui servit de modèle pour la maison de la Légion d’ho (...)
  • 60 Mme Campan, De l’éducation, Paris, 1824.
  • 61 Henriette de Monbielle d’Hus (1748-1837).
  • 62 Marquise de Ferrières, Mémoires, Bonnes, 1998, p. 3-7.

21Éducateurs, parents et élèves livrent à travers leurs écrits des points de vue divergents sur l’éducation conventuelle. Commençons par ses détracteurs. La correspondance de Mme de Maintenon fourmille de critiques à l’égard des couvents de sa jeunesse, tel celui des ursulines, rue Saint-Jacques : « Ah ! Madame », écrit-elle à sa tante, « vous n’imaginez l’enfer que m’est cette maison soi-disant de Dieu. La vie m’est pire que la mort »53. Vingt ans après avoir placé sa fille, la future Mme de Grignan, chez les visitandines, et convaincue que cette décision fut « une bonne conduite et une chose nécessaire à son éducation »54, Mme de Sévigné s’indigne néanmoins que sa petite-fille, Pauline aille de couvent en couvent : « ah ! ma fille, gardez-la auprès de vous ; ne croyez point qu’un couvent puisse redresser une éducation ni sur le sujet de la religion, que nos sœurs ne savent guère, ni sur les autres choses. […] Vous ferez bien mieux à Grignan […] Vous causerez avec elle [...] je suis persuadée que cela vaut mieux qu’un couvent »55. Au XVIIIe siècle, les critiques se multiplient quant au niveau d’instruction : après deux ans au pensionnat, à treize ans passés, la future Mme d’Épinay56, ne réclame-t-elle pas à sa mère un maître d’écriture57 ? Mme Campan58, consternée par l’éducation reçue par les filles de Louis XV à Fontevraud, affirme, généralisant à toutes les institutions, excepté Saint-Cyr qu’elle a visité59, que les jeunes filles « sortaient sans écrire deux mots de français »60. Quant à la marquise de Ferrières61, elle raconte ainsi son éducation provinciale, chez les ursulines de Thouars : « ma mère voulut essayer une méthode qui s’accordait bien à son goût de l’économie. Il y avait près de nous des religieuses qui montraient à lire aux filles du peuple ; il fut décidé que j’irais chaque jour ; je me trouvais donc confondue avec la canaille de la ville, et, si je devins plus habile pour la lecture, je devins un vrai polisson, mentant, parlant, en mauvais termes : il fallut m’en retirer ». Elle se montre également très critique à l’égard de Fontevraud, où elle fut placée à l’âge de dix ans. Ce couvent « avait beaucoup de réputation, mesdames de France y avaient passé plusieurs années, et, d’après cela on croyait que l’éducation y était plus soignée [...]. On me donna un maître de musique, et le reste de mon instruction fut confié comme les autres pensionnaires à des religieuses. [mais] arrivée à la maison paternelle, on trouva que mes progrès n’avaient pas répondu à la grande réputation de ce couvent, qui, dans le vrai, ne valait pas mieux qu’un autre »62.

  • 63 H. Wunderlich, Studienjahre des Grafen Salm-Refferscheidt (1780-1791). Ein Beitrag zur Adelserzieh (...)
  • 64 M. Sonnet, L’éducation des filles, ouvrage cité, p. 124.
  • 65 Voir M. A. Duvignacq-Glessen, ouvrage cité, p. 242.
  • 66 Mme Roland, Mémoires, Paris, 1961, p. 187.
  • 67 L. Perey, Histoire d’une grande dame au XVIIIe siècle : la princesse Hélène de Ligne, Paris, 1887, (...)
  • 68 Ibidem, p. 66.
  • 69 Ibidem.

22Contrairement aux parents d’Henriette, d’autres éducateurs furent satisfaits de leur choix. L’abbé Jacob, précepteur des deux frères de la comtesse de Walburge a sélectionné pour cette petite Allemande le Calvaire situé « dans le meilleur de Paris », rue de Vaugirard, maison sans « bigotisme » où « les personnes de distinction les plus soigneuses de donner une excellente éducation à leurs filles ont coutume de les placer »63. Il a tout lieu d’être content, d’abord de l’encadrement, assuré par quatre maîtresses dont Mme de Saint Julie qui, « donne des instructions communes sur la religion, la géographie et l’histoire », mais aussi d’un environnement enrichi par « la conversation, la société des demoiselles les plus estimées du couvent, de quelques dames de distinction veuves qui s’y sont retirées »64. Le couvent a laissé des souvenirs nostalgiques à certaines anciennes élèves. Au XVIIe siècle, Mlle d’Aumale, petite fille d’Henri IV, devenue reine du Portugal, se remémore avec émotion les visitandines de la rue Saint-Antoine : « jamais les filles de Sainte-Marie ne sortiront de mon cœur ni de mon souvenir »65. Au siècle suivant, l’une des plus enthousiastes à l’issue d’une année à la congrégation Notre-Dame, « temps de calme et de ravissement », est Manon Phlipon, une roturière, future Mme Roland66. Hélène Massalka, future princesse de Ligne, arrivée de Pologne en 1771 à l’âge de neuf ans, est placée au couvent par son oncle le prince Massalski, évêque de Wilna : « je suis entrée à l’Abbaye-aux-Bois [...] Mme Geoffrin, l’amie de mon oncle, m’a menée d’abord au parloir de l’abbesse, qui est bien beau. On a eu la bonté de dire que j’avais une jolie physionomie et une jolie taille, et de beaux cheveux ; je ne répondis rien, parce que j’avais oublié le français en chemin [...] je comprenais pourtant tout ce que l’on disait [...] on m’a passé l’habit ; mais quand j’ai vu qu’il était noir, je me suis mis si fort à pleurer que c’était pitié de voir ; mais quand on m’a mis les rubans bleus, cela m’a un peu consolé, et puis la régente a apporté des confitures que j’ai mangées, et on a dit que tous les jours on en mangeait comme cela »67. La vie fut belle pour cette petite espiègle dans cette vaste maisonnée où, parmi une centaine de pensionnaires, se côtoient des noms prestigieux, Choiseul, Montmorency, Rochechouart. Hélène privilégie dans ses Mémoires, sans doute fort romancées, les moments heureux : visites, bals, représentations théâtrales, et surtout, deux fois l’an, le jour des Saints Innocents et à la Sainte Catherine, une fête d’inversion où élèves et religieuses échangeaient habits et rôles. Quelques mauvais moments resurgissent cependant au fil des pages. Souvenir des punitions humiliantes avec « cornes d’ânes […] à genoux au milieu du chœur […] on nous privait de dessert, on nous faisait manger du pain sec à déjeuner et à goûter, ou l’on nous faisait copier »68. Tristesse face au départ de sa bonne amie, Mlle de Choiseul, mariée à quatorze ans. Écœurement du spectacle d’une prise de voile forcée, digne de La religieuse de Diderot. Ses maîtresses lui enseignèrent catéchisme, lecture, écriture, calcul, histoire et géographie ; elle étudia aussi la musique et la danse grâce à des danseurs de l’Opéra, dont Dauberval. À dix ans, selon ses dires, son éducation était déjà très complète : « je savais mon histoire ancienne, l’histoire de France, et la mythologie très bien : je savais par cœur tout le poème de la religion, les fables de La Fontaine, deux chants de la Henriade et toute la tragédie d’Athalie [...] je dansais très bien, je savais solfier, je jouais un peu de clavecin et un peu de harpe ; quant au dessin, c’est ce qui allait moins bien »69.

  • 70 R. Duchène, Être femme…, ouvrage cité, p. 100.

23« Éducation pour une élite assurée par une élite »70, le couvent, privilège urbain, ne saurait être assimilé à un collège au féminin. Longtemps considéré comme prélude au noviciat, il n’eut jamais pour objectif, en dépit de notables évolutions, d’apporter aux femmes des savoirs équivalents à ceux des garçons du même âge, mais d’en faire de bonnes chrétiennes, des épouses et mères de familles accomplies, tout en leur donnant un vernis culturel susceptible d’attirer un parti convenable et de mener, dans le monde, une vie correspondant à leur milieu social. Peu de places offertes, peu d’utilisateurs satisfaits : toutes les petites filles de la noblesse, loin s’en faut, ne vont pas au couvent, la majeure partie d’entre elles est éduquée au château.

ÉDUCATION DOMESTIQUE

24L’éducation des filles dans le cadre de l’intimité familiale laisse peu de traces par rapport aux institutions religieuses riches en archives ; restent donc les écrits du for privé pour tenter de l’appréhender.

LE CHOIX D’ÉLEVER SA FILLE À LA MAISON

  • 71 Voir M. Sonnet, L’éducation des filles, ouvrage cité, p. 44-48 et figure 7, p. 329.
  • 72 150 livres au XVIIe siècle chez les ursulines de Niort, voir R. Chartier, M. M. Compère, D. Julia,(...)
  • 73 P. Loupès, ouvrage cité, p. 97.
  • 74 G. Reynes, ouvrage cité, p. 265.
  • 75 M. Sonnet, L’éducation des filles, ouvrage cité, p. 96.
  • 76 Ibidem, p. 97-98.

25Trois raisons principales conduisent nombre de familles nobles à ne pas envoyer leurs filles au couvent. Premièrement, celui-ci n’est pas à la portée de toutes les bourses, seuls les plus fortunés peuvent se le permettre. Au milieu du XVIIIe siècle, il faut compter entre 100 et 1 000 livres de pension annuelle dans un établissement parisien71, moins en province, où les prix oscillent entre 100 et 250 livres72. Ainsi dans le Bordeaux des Lumières, Philippe Loupès estime à 250 livres la pension annuelle chez les visitandines pour 180 livres chez les ursulines73. Les tarifs varient en fonction de la taille de la ville, de la concurrence, de la réputation de l’établissement ; ils augmentent tout au long du XVIIIe siècle au gré de la hausse des prix, en particulier alimentaires. En sus de la pension, peuvent s’ajouter nombre de prestations : frais de blanchisserie, bois et chandelles, vin, régime alimentaire spécifique, chambre ou même appartement particulier. Au très chic Penthémont, rue de Grenelle à Paris, fréquenté selon Mme de Polignac par « tout ce que l’on connaît »74, il en coûte 200 livres de plus par an pour dîner chaque jour à la table de l’abbesse. Les plus riches s’offrent les services d’une domestique, ainsi chez les dames du Calvaire, pension, appartement et femme de chambre reviennent à 1 200 livres annuelles75. Pour faire des économies d’échelle, certains parents inscrivent plusieurs filles en même temps dans le même pensionnat : au Penthémont, dans la décennie 1780, plus du tiers des élèves est composé de sœurs76.

26Outre les fillettes issues de familles aux revenus trop modestes, ne vont pas au couvent celles dont les parents optent, par détermination « idéologique », pour l’éducation domestique. Au XVIIe siècle, les femmes de lettres telles Mlle de Scudéry ou Mme de Lafayette ont bénéficié d’un tel choix parental. L’avalanche de critiques des Lumières s’abattant sur l’éducation conventuelle donne à la demeure familiale une place de premier plan parmi les alternatives éducatives, en particulier dans les milieux éclairés, comme ceux où grandirent Mme du Châtelet et Mme de Chastenay.

  • 77 Comtesse de Boigne, Mémoires, Paris, 1999, p. 81.
  • 78 Ibidem, p. 99.
  • 79 Cité dans R. Duchêne, Mme de Sévigné ou la chance d’être femme, Paris, 2002, p. 66.
  • 80 Ibidem, Cantaline est le surnom de Marie. Lettre du 27 février 1638.

27Des circonstances particulières, familiales ou historiques, expliquent enfin que certaines fillettes restèrent à la maison. Ainsi, Mme de Boigne, née Adèle d’Osmond, « littéralement élevée sur les genoux de la famille royale »77, en raison de la position des siens à la cour, fut-elle instruite en Angleterre, pendant l’émigration : « mon père, dans le temps de cette retraite, s’était exclusivement occupé de mon éducation »78. Le cas de Mme de Sévigné est plus inattendu. Marie de Rabutin Chantal, orpheline à onze ans, en 1633, unique héritière de son père, se voit attribuer par le conseil de famille 1 200 livres pour le « paiement de maîtres ». Ladite somme serait suffisante pour la placer quelques années au couvent, d’autant que l’une des maisons de la Visitation, ordre fondé par sa propre grand-mère, Jeanne de Chantal, est située non loin du domicile familial, rue Saint-Antoine, à Paris. Or, elle demeure chez ses grands parents maternels, élevée « dans l’innocence et la pureté », au sein d’une famille nombreuse, mais surveillée de loin par son illustre aïeule. « L’on m’écrit » s’étonne cette dernière « qu’on laisse toute liberté à la petite de Chantal de faire tout ce qu’elle veut et qu’en rien on ne veut la fâcher ; cela lui serait à grand préjudice et bien éloigné de ce que j’espère de son éducation au lieu où elle est »79. Jeanne charge alors la supérieure du couvent voisin d’enquêter sur un tel relâchement et obtient une réponse fort satisfaisante : « je bénis Dieu du contentement que vous avez reçu de la petite Cantaline ; il est fort certain qu’elle ne pouvait pas être mieux élevée qu’elle est, grâce à Dieu »80.

MAÎTRES ET MATIÈRES

  • 81 Comtesse de Boigne, ouvrage cité, p. 133.
  • 82 Marie Louise Victoire de Donnissan (1772-1857).
  • 83 Marquise de la Rochejacquelein, Mémoires, Paris, 1984, p. 57.
  • 84 Mme de Chastenay, Mémoires (1771-1815), Paris, 1987, p. 22.
  • 85 Marquise de la Tour du Pin, Mémoires ou Journal d’une femme de cinquante ans, Paris, 2002, p. 46.
  • 86 Ibidem, p. 63.
  • 87 Mme de Sévigné, Lettre à Mme de Grignan, 21 juin 1671, Correspondance, ouvrage cité, tome I, 1972, (...)

28Aucune règle ne régit ce type d’éducation ; tout y est placé sous la responsabilité directe des parents qui instruisent eux-mêmes leur fillette ou font appel à des maîtres rémunérés placés sous leur propre autorité ou sous celle d’un percepteur. Le père, souvent très présent, surveille tout, y compris les lectures de métaphysique pour le marquis d’Osmond qui, écrit la comtesse de Boigne, « ne me les laissait pas lire seule, mais il me les permettait sous ses yeux. Il aurait craint de voir germer des idées fausses dans ma jeune cervelle si ses sages réflexions ne les avaient pas arrêtées [il] ajoutait à mes études quelques livres sur l’économie politique qui m’amusaient beaucoup »81. Celui de Mme du Châtelet, née Le Tonnelier de Breteuil, l’autorise, à moins de dix ans, à demeurer au salon alors que ses parents reçoivent Rousseau, Fontenelle ou Voltaire ; elle est même invitée à se mêler à la conversation. Inversement, les parents de la marquise de La Rochejaquelein82 n’interviennent guère : si sa mère lui « prodiguait des soins », elle se déchargeait complètement de son éducation sur une « gouvernante de beaucoup d’esprit »83. Institutrices et maîtres ont marqué la mémoire de toutes ces petites. Mme de Chastenay eut « dès l’âge de 5 ou 6 ans une bonne institutrice […] qui venait à titre de maître d’histoire [lui] donner des leçons au cachet »84. Le premier maître de la marquise de la Tour du Pin, « était organiste de Béziers, nommé Combes […] avait fait de bonnes études ; il les continua et m’a avoué depuis qu’il avait souvent retardé les miennes à dessein, de crainte que je ne le dépassasse dans celles qu’il faisait lui-même »85. Son départ, en 1784, lui causa même « un vif chagrin »86. Si Mme de Sévigné évoque à plusieurs reprises dans sa correspondance « ses bons maîtres »87, elle n’en dit pas plus.

  • 88 Marquise de la Rochejacquelein, ouvrage cité, p. 57.
  • 89 Comtesse de Boigne, ouvrage cité, p. 99.
  • 90 Mme de Chastenay, ouvrage cité, p. 22.
  • 91 Marquise de la Tour du Pin, ouvrage cité, p. 38 et 50.
  • 92 Marquise de la Rochejacquelein, ouvrage cité, p. 57.
  • 93 Marquise de Ferrières, ouvrage cité, p. 5.
  • 94 Marquise de la Tour du Pin, ouvrage cité, p. 47.

29Ne pas aller au couvent n’est pas synonyme d’absence de contraintes. « Jamais on n’a été aussi surveillé que moi » écrit la marquise de La Rochejaquelein, « jusqu’à mon mariage, à l’âge de dix-neuf ans, je n’ai jamais dit une parole qui n’ait été entendue, écouté un mot qui ne m’ait été dit tout haut, lu une ligne qui n’ait été vue »88. Quant à la comtesse de Boigne, elle travaillait « régulièrement huit heures par jour aux choses les plus graves »89. L’instruction religieuse participe inégalement de ce type d’éducation. Si Mme de Chastenay avait à « chaque leçon une répétition de catéchisme »90, la marquise de la Tour du Pin se plaint de n’avoir « reçu aucune instruction morale ou religieuse » alors qu’elle a grandi dans la maison de l’archevêque de Narbonne, son grand oncle, Richard Dillon, « où toutes les règles de la religion étaient journellement violées […] où l’on ne m’apprenait les dogmes et les doctrines que comme l’on m’enseignait l’histoire ou la géographie », ajoutant même « [qu’] il n’y avait pas de chapelain dans cette maison »91. La formation du caractère n’est pas négligée. « Dans mon enfance », se souvient Mme de La Rochejaquelein, « j’avais envie de tout ce que je voyais ; on me laissait acheter tous les joujoux que je voulais [...] l’instant d’après par un caprice naturel à l’enfance, je me dégoûtais de ce que j’avais acheté ; alors on faisait paraître devant moi des pauvres vieillards, des enfants tout estropiés ; je voulais leur donner, on me disait que je n’avais plus d’argent [...] je pleurais [...] de là on me faisait voir sans effort combien il était absurde de dépenser pour des bagatelles ». Et la mémorialiste de conclure : « cette manière a bien réussi, car je puis dire avec vérité que personne n’a eu, depuis son enfance, moins de fantaisie que moi, et au milieu du Palais Royal je n’aurais rien envie d’acheter »92. D’après ces écrits féminins, les châtiments corporels auraient été plus usités à la maison qu’au couvent : Mme de Ferrières se plaint d’avoir été fouettée aux orties par sa mère93 et la marquise de la Tour du Pin d’avoir été « battue, enfermée, en pénitence pour des riens »94.

  • 95 Mme de Chastenay, ouvrage cité, p. 22.
  • 96 Comtesse de Boigne, ouvrage cité, p. 66.
  • 97 Cité dans E. Badinter, ouvrage cité, p. 68-69.
  • 98 Marquise de la Rochejacquelein, ouvrage cité, p. 57.
  • 99 Marquise de la Tour du Pin, ouvrage cité, p. 22.
  • 100 Mme de Chastenay, ouvrage cité, p. 23.
  • 101 Comtesse de Boigne, ouvrage cité, p. 112.
  • 102 R. Duchesne, Madame de Sévigné…, ouvrage cité, p. 112.
  • 103 Ibidem, p. 62-63.
  • 104 Comtesse de Boigne, ouvrage cité, p. 69 et 74.
  • 105 Marquise de la Tour du Pin, ouvrage cité, p. 47-49.

30Les contenus intellectuels de cette éducation domestique, à la discrétion des éducateurs, sont variables. De la lecture, Mme de Chastenay brosse un tableau à la Chardin : « je ne me souviens nullement d’avoir appris à lire mais l’un de mes plus anciens souvenirs me représente moi même lisant, gracieuse et sérieuse »95. Adèle de Boigne privilégie le caractère exceptionnel de son apprentissage : « j’avais appris à lire avec une si grande facilité qu’à trois ans, je lisais et débitais pour mon plaisir et même, dit-on, pour celui des autres, les tragédies de Racine »96, d’où sa réputation, à la cour, de petit prodige. Voltaire, dans l’Éloge historique de la Marquise du Châtelet, s’attarde sur l’éducation étonnante reçue par son amie. Capable de traduire l’Énéide, de lire Virgile, Milton et Locke dans le texte à dix-sept ans, elle sait aussi l’italien et l’espagnol, mais a surtout « un goût dominant pour les mathématiques et la métaphysique »97, domaines où elle surpassa rapidement ses maîtres pour entreprendre la traduction du Principa de Newton. Toutes ne bénéficièrent pas de leçons aussi diverses et poussées ; l’instruction du plus grand nombre s’apparente davantage à celle, plus modeste, de la marquise de La Rochejaquelein : « j’avais beaucoup de facilité, j’appris la musique, la danse, le dessin, l’italien, l’anglais, l’algèbre, l’astronomie »98. L’ordre de cette énumération est révélateur, les arts d’agréments passant avant langues étrangères et mathématiques. Savoir danser assure un bon maintien, un joli port de tête, mais permet aussi de participer, à un âge encore enfantin, à des bals, telle la marquise de la Tour du Pin, « espèce de phénomène » qui, à douze ans, sait la gavotte et le menuet99. L’apprentissage de la musique est lui aussi fort précoce. « À l’âge de six ou sept ans », écrit Mme de Chastenay, « je savais fort bien la musique et j’ai solfié jusqu’à douze ou treize ans, mais je ne fis en commençant aucun progrès sur l’instrument »100. La future comtesse de Boigne excelle dans l’art musical : son maître londonien Sappio lui trouve « du talent »101 et Cimarosa la fait chanter à Naples. Les langues étrangères ont leur place dans l’éducation domestique féminine et, en particulier dès le XVIIe siècle, l’italien. « Faites-lui apprendre l’italien », martèle Mme de Sévigné à sa fille, à propos de Pauline, avant de se réjouir, plus tard, d’avoir été écoutée102. Mme de Sévigné savait, en effet, cette langue, mais fort peu le latin ; elle lisait Virgile dans sa traduction italienne, et pouvait avoir ainsi des échanges avec les hommes cultivés103. Au latin, langue savante et masculine, s’oppose donc l’italien, langue féminine par excellence. L’anglais apparaît parmi les apprentissages féminins au XVIIIe siècle et prend rapidement place dans nombre de familles, sans pour autant être enseigné par un maître. La comtesse de Boigne fut initiée par « une bonne anglaise qui parlait mal français » et selon elle, à son arrivée en Angleterre en 1789, elle parlait « très bien anglais »104. C’est le jardinier qui « apprend à lire l’anglais » à la marquise de La Tour du Pin avant qu’à onze ans sa mère lui donne « une femme de chambre élégante que l’on fit venir exprès d’Angleterre »105 : elle en sait assez pour converser avec son oncle, l’archevêque, à l’abri de toute oreille indiscrète.

  • 106 Baron de Frénilly, Souvenirs (1768-1828), Paris, 1908, p. 12 et 13.
  • 107 Ibidem, p. 25.
  • 108 H. Druon, Histoire de l’éducation des princes de la Maison des Bourbons de France, Paris, 1897, to (...)

31Certaines fillettes ont reçu une éducation plus poussée que d’autres : les filles uniques – la marquise de la Tour du Pin –, les seules filles d’une fratrie – Mme de Chastenay – ou encore celles dont le père, âgé ou peu actif professionnellement, est disponible pour donner des leçons. Mme du Châtelet bénéficia de la combinaison de deux de ces facteurs : à sa naissance, en 1706, son père a 58 ans et, sur trois enfants survivants, elle est la seule fille. Mlle Necker, future Mme de Staël, partage avec François Auguste de Frénilly, sa sœur et deux cousines, cours, jeux et représentations théâtrales. Jusqu’à ses quinze ans, le baron et sa sœur reçoivent ensemble des leçons de latin et de style épistolaire, alors que le grec lui est réservé. Sans faire de distinction entre filles et garçon, leur famille encourage l’émulation : « mes parents avaient formé, sans sortir de la famille, une petite Académie [...] dont ils étaient juges, et nous enfants, les candidats. Chaque dimanche, dès le matin, elle s’assemblait chez mon père [...] on venait recevoir un texte d’histoire qu’on devait développer avec pleine liberté d’y être Tite-Live, Salluste ou Tacite [...]. Quand chacun avait fini son ouvrage, pendant que nous allions courir, l’aréopage prononçait son jugement écrit et motivé pour l’instruction des futurs historiens »106. Le duc de Chartres, futur duc d’Orléans, fit de Mme de Genlis le « gouverneur »107 de ses fils et filles. « Rude précepteur », selon les mots de Louis-Philippe, elle mêla toujours, pour les deux sexes, culture savante, activités physiques et manuelles108.

  • 109 Avant et après son bref séjour au couvent, Manon Phlipon reçut chez elle des leçons d’arithmétique (...)
  • 110 Marquise de la Tour du Pin, ouvrage cité, p. 43.
  • 111 Madame de La Guette, Mémoires, Paris, 1982, p. 42.

32Les similitudes de contenus entre cette éducation et celle reçue par les filles de bonne bourgeoisie, telle Manon Phlipon, future Mme Roland109, sont grandes. Il n’est guère que l’équitation – pratiquée dès l’âge de sept ans par la marquise de la Tour du Pin110 – certainement assez répandue dans les rangs des filles de la noblesse, et le maniement des armes, plus rare mais véritable passion pour Mme de La Guette qui avoue : « je n’avais point plus de satisfaction que lorsque je tenais un fleuret en main »111, pour distinguer ces deux catégories sociales.

LE POINT DE VUE DES UTILISATRICES

  • 112 Cité dans R. Duchesne, Madame de Sévigné…, ouvrage cité, p. 111.

33Pour Mme de Sévigné, la meilleure éducation possible a pour cadre la maison familiale, mais l’improvisation y est trop souvent fréquente. Afin de lutter contre ce travers, elle élabore au fil de sa correspondance avec sa fille, dans les années 1688-89, un véritable plan d’éducation pour Pauline. Priorité aux méthodes : persuasion par la douceur et l’amour, primauté du dialogue et de la conversation avec l’enfant. À partir d’une relation fondée sur la confiance, elle pourra accéder à toutes les lectures. « Vous lui ferez lire de bons livres »112, écrit Mme de Sévigné, et par là, elle entend des livres sérieux, de théologie comme Pierre Nicole, des auteurs antiques comme Ovide, mais aussi des livres de son temps, romans, pièces de Corneille. Le savoir de l’élève ne doit pas être coupé de son époque.

  • 113 Mme de Chastenay, ouvrage cité, p. 22.
  • 114 Comtesse de Boigne, ouvrage cité, p. 102.
  • 115 Marquise de la Tour du Pin, ouvrage cité, p. 66.
  • 116 Ibidem, p. 40-49.

34Mme de Chastenay partage, au XVIIIe siècle, l’enthousiasme de Mme de Sévigné. Au tout début de ses Mémoires, elle brosse le tableau d’une « instruction […] qui n’avait rien de routinier »113, éprouvant plaisir et nostalgie à s’en remémorer les différents moments. D’autres, comme la comtesse de Boigne, sont plus nuancées : « plus sérieusement et plus solidement instruite que la plupart des jeunes personnes de mon âge, avec un goût assez fin des connaissances variées de trois langues que je parlais avec égale facilité, j’avais la plus profonde ignorance de ce que l’on appelle le monde où je me sentais au supplice »114. Même balancement chez la marquise de la Tour du Pin : « mon éducation avait commencé de si bonne heure, que j’étais à seize ans comme d’autres à vingt-cinq »115. Elle avait « lu énormément » mais « sans choix » et ses critiques ne s’arrêtent pas là : « je n’ai pas eu d’enfance. Je n’ai pas joui de ce grand bonheur sans mélange, de cet état d’imprévoyance si doux que j’ai vu depuis dans les enfants ». Elle se plaint aussi de la mauvaise influence de sa bonne anglaise : « elle était protestante, avait une conduite plus que légère et n’avait jamais lu que des romans. Elle me fit beaucoup de mal […] elle ne m’entretenait jamais que de frivolités, de toilettes, de succès. Elle me parlait de conquêtes qu’elle avait faites et de celles que je pourrais faire, dans quelques années »116.

  • 117 Marquise de Ferrières, ouvrage cité, p. 8.
  • 118 Ibidem, p. 20-25.
  • 119 Marquise de la Tour du Pin, ouvrage cité, p. 82.

35Après l’expérience décevante de deux couvents, les parents de la future marquise de Ferrières optèrent pour des « maîtres de danses, d’écriture, et de viole » à domicile. Avec le recul du temps, le jugement de la mémorialiste est sévère : « on me formait pour les talents, mais mon esprit restait sans aucune culture : jamais de lecture d’histoire ni de littérature quelconques ; on ne cherchait point à former mon jugement par des raisonnements, ni de me porter à la vertu par de bons principes appuyés sur la morale et la religion »117. Sans connaissance livresque, sans formation du jugement et sans les bases d’une solide piété, son éducation lui paraît un fiasco total, en tout cas jusqu’à son mariage. Son époux ne tarde pas à mesurer l’étendue de ses lacunes : « il vit bien que, devant passer nos jours ensemble, il fallait qu’il s’occupât à former mon esprit, à me donner des principes, enfin, faire mon éducation morale ». Quelques mois plus tard, c’est un véritable plan d’éducation que lui propose son époux : « il faut s’occuper à vous former l’esprit et n’être pas seulement une jolie femme dont la tête est vide d’idées et de connaissances ; commençons ensemble un cours de lecture, lisons d’abord l’histoire ancienne, ensuite la romaine, et nous finirons par l’histoire de France. Nous varierons nos lectures pour vous délasser et vous me direz franchement quand cela vous ennuiera »118. La marquise a enfin trouvé son maître ! Cet exemple d’un jeune marié achevant l’éducation de son épouse n’est pas un cas isolé. Ainsi le marquis de la Tour du Pin offre-t-il à sa femme, en guise de cadeau de mariage, « une bibliothèque garnie de livres anglais, […] et des livres italiens »119. L’époux n’est pas le seul à jouer ce rôle, en particulier au XVIIe siècle, où bien des femmes ont enrichi leur culture à l’âge adulte sur les conseils d’un précepteur, d’un directeur de conscience ou même d’un amant, favorables à la promotion intellectuelle des femmes.

36Dans la France des deux derniers siècles de l’Ancien Régime, l’éducation des jeunes filles nobles françaises n’a non seulement jamais répondu aux mêmes objectifs que celle des garçons du même groupe social, mais a aussi toujours cherché à les distinguer des autres femmes de la société, en leur donnant le goût de la vie religieuse ou en faisant des femmes bien élevées sans pour autant être savantes.

  • 120 Les ursulines sont installées dans 300 villes pour 350 maisons et 9 000 religieuses. Voir D. Julia (...)
  • 121 Jusqu’à 42 % chez les visitandines de Bordeaux. Voir P. Loupès, ouvrage cité, p. 95.
  • 122 Voir M. Sonnet, « Une fille à éduquer », ouvrage cité, p. 149-151 et M. Lardy, L’éducation des fil (...)

37Au milieu du XVIIe siècle, la nouveauté des couvents à vocation enseignante et le souci d’apporter à leur fille la meilleure éducation possible conduisent nombre de familles de la noblesse, en particulier urbaine, mais aussi de la bourgeoisie, à opter pour ces institutions, notamment celles tenues par les ursulines. Ainsi la définition « pensionnaire » du dictionnaire de Trévoux – « On met la plupart des filles-pensionnaires chez les Ursulines »120 – correspond-t-elle bien à la réalité des pratiques nobiliaires, en dehors de quelques maisons parisiennes et de Saint-Cyr. Au XVIIIe siècle, la demande sociale a changé, les couvents ne peuvent plus se contenter d’être des viviers pour futures religieuses au risque de voir baisser leur fréquentation, avec tous les risques financiers prévisibles, les pensions des internes représentant en moyenne 25 % de leurs ressources121. Le pensionnat religieux essaye, avec plus ou moins de succès, de s’adapter aux temps nouveaux, en copiant Saint-Cyr ou en prenant en compte quelques-unes des critiques des Lumières, face à la concurrence née de l’apparition de pensionnats privés, sur le modèle anglais122.

38L’éducation domestique, où règne la diversité des choix individuels, est à la mode au XVIIIe siècle. Elle ne concerne pas que les filles de la noblesse, mais aussi celles de la bourgeoisie, sans différences notables quant aux contenus. Les témoignages des écrits du for privé permettant d’observer ces manières d’instruire à travers le prisme des utilisatrices, livrent des points de vue fort variables. Il n’y a donc pas, dans les deux derniers siècles de l’Ancien Régime français, de modèle éducatif unique pour ces filles de la noblesse mais un modèle conventuel et un modèle domestique juxtaposés, diversement déclinés par les élites de la société du temps. Il paraît donc plus probant, au terme de cette étude, de raisonner à l’avenir moins en termes d’éducation des filles de la noblesse – sauf pour Saint-Cyr à l’accès exclusivement réservé au second ordre – qu’en envisageant l’éducation des filles de l’ensemble des élites françaises d’Ancien Régime.

Notes

1 S. Beauvalet-Boutouyrie, Les femmes à l’époque moderne, Paris, 2003.

2 D. Godineau, Les femmes dans la société française (16e-18e siècles), Paris, 2003.

3 Cité dans L.-H. Parias, (ed.), Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, tome II, F. Lebrun, M. Venard, J. Quéniart, « De Gutenberg aux Lumières », Paris, 1981, p. 378.

4 Voir L. Timmermans, L’accès des femmes à la culture (1598-1715), Paris, 1993, p. 352 et suivantes.

5 C. Fleury, Traité du choix et de la méthode des études, Paris, 1686, chapitre 36 : « Études des femmes », p. 270.

6 Fénelon, Traité de l’éducation des filles, Paris, 1687. Réédition, Paris, 1994, p. 89-94.

7 F. Poullain de la Barre, De l’éducation des Dames pour la conduite de l’esprit dans les sciences et dans les mœurs, Paris, 1674 et ibidem, De l’Égalité des deux sexes, Paris, 1673.

8 Entretiens avec les religieuses chargées d’instruire les demoiselles. Instructions adressées directement aux demoiselles. Conversations, impromptus moraux pour cinq à six fillettes et Proverbes, sorte de jeu.

9 Entretiens, 1699. Cité dans J. Prévot, La première institutrice de France. Madame de Maintenon, Paris, 1981, p. 150.

10 Entretien avec Mme de Berval, 1699. Voir J. Prévot, ouvrage cité, p. 146.

11 Avis aux Dames, 1686. Voir J. Prévot, ouvrage cité, p. 80.

12 Lettre à Mme de La Viefville, 1715. Voir J. Prévot, ouvrage cité, p. 212.

13 Instruction, 1696. Voir J. Prévot, ouvrage cité, p. 135.

14 Lettre à Mme de La Viefville, 1715. Voir J. Prévot, ouvrage cité, p. 212.

15 Entretien avec les Dames, 1699. Voir J. Prévot, ouvrage cité, p. 145.

16 M. Sonnet, L’éducation des filles au temps des Lumières, Paris, 1987, p. 287.

17 Abbé Castel de Saint-Pierre, Ouvrages de politique et de morale, Rotterdam, 1738-1740, p. 270. Cité dans G. Reynes, Couvents de femmes, Paris, 1987, p. 257.

18 P. Riballier, De l’éducation physique et morale des femmes, Bruxelles et Paris, 1779, p. 52. Cité dans G. Reynes, ouvrage cité, p. 256.

19 Madame de Miremont, Traité de l’éducation des femmes et cours complet d’instruction, Paris, 1779-1789.

20 J.-J. Rousseau, Émile ou de l’éducation, Paris, 1966, p. 475.

21 « Lorsque vous portez vos soins à cultiver votre raison, dit-elle à Émilie, à l’orner de connaissances utiles et solides, vous vous ouvrez autant de sources nouvelles de plaisir et de satisfaction, vous vous préparez à embellir votre vie, autant de ressources contre l’ennui, autant de consolations dans l’adversité, que vous acquérez de talents et de connaissances. Ce sont des biens que personne ne peut vous enlever, qui vous affranchissent de la dépendance des autres [...] qui mettent au contraire les autres dans votre dépendance ; car plus on a de talents et de lumière, plus on devient utile et nécessaire à la société [...] voilà du profit tout clair : liberté et force ». Cité dans É. Badinter, Émilie, Émilie. L’ambition féminine au XVIIIe siècle, Paris, 1983, p. 404.

22 Voir E. Becchi, D. Julia, (dir.), Histoire de l’enfance en Occident, Paris, 1998, tome I, p. 341 et R. Duchêne, Être femme au temps de Louis XIV, Paris, 2004, p. 70.

23 Selon Pierre Fourier. Cité dans R. Duchêne, Être femme…, ouvrage cité, p. 91.

24 Voir M. Sonnet, L’éducation des filles…, ouvrage cité, p. 240-251.

25 Les visitandines cherchent, par exemple, à tirer profit d’une activité lucrative. Voir M. A. Duvignacq-Glessen, L’ordre de la Visitation à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1994, p. 240.

26 C’est le cas à Paris à l’Abbaye-au-bois, au Penthémont et à Port-Royal.

27 10,2 % entre 1763 et 1792 chez les ursulines de la rue Sainte Avoye à Paris. Selon M. Sonnet, « l’aristocratie occupe massivement les internats quand ils franchissent le prix moyen de 450 livres et, au-delà évince tout public ». Voir L’éducation des filles, ouvrage cité, p. 92.

28 Le plus souvent entre 6 et 15 ans, comme chez les ursulines.

29 Voir M. A. Jégou, Les ursulines du Faubourg Saint-Jacques à Paris (1607-1662), Paris, 1981, p. 151.

30 Dix-sept en 1727. Voir P. Loupès, L’apogée du catholicisme bordelais, 1600-1789, Bordeaux, 2001, p. 95.

31 Les rouges ont de 7 à 10 ans, les vertes de 11 à 14 ans, les jaunes de 15 à 16 ans et les bleues de 17 à 20 ans.

32 M. Sonnet estime que les 56 internats fréquentés par les élites parisiennes représentaient 22 % des établissements mais n’accueillaient que 13 % de la population scolaire. Voir « Une fille à éduquer » dans G. Duby, M. Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident, tome III, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, 2002, p. 146.

33 Voir C. A. Sarre, Vivre sa soumission. L’exemple des ursulines provençales et comtadines, 1592-1792, Paris, 1997, p. 306. À la fin du XVIIIe siècle, les garçons restent entre quatre et sept ans au collège ; par contre 35 % des filles ne restent qu’un an au couvent et 25 % deux ans. Voir E. Becchi, D. Julia, ouvrage cité, p. 83.

34 En particulier chez les ursulines. Voir M. A. Jégou, ouvrage cité, p. 149 et H. Lassalas, « Chez les ursulines de Montferrand. Le monastère et le pensionnat », « Vocation d’Ancien Régime. Les gens d’église en Auvergne aux XVIIe et XVIIe siècles », Revue d’Auvergne, 1997, no 544-545, p. 142.

35 F. Bourgoing, Règles et constitutions pour les Ursulines de la Présentation Notre-Dame, Ordre de Saint-Augustin, Lyon, 1643. Cité dans C. A. Sarre, ouvrage cité, p. 301.

36 Sans doute s’agit-il ici de l’étude de la langue et de la littérature antiques. La permission est accordée quelques années plus tard à une parente de Colbert, tel un privilège dû à sa position sociale. Voir M. A. Jégou, ouvrage cité, p. 155-156.

37 Voir D. Picco, « Géographie à l’usage des demoiselles », Hommage à Philippe Loupès, à paraître en 2005.

38 Voir M.A. Jégou, ouvrage cité, p. 156.

39 Voir A. Piéjus, « La musique des demoiselles », Les Demoiselles de Saint-Cyr, Maison royale d’éducation (1686-1793), Catalogue de l’exposition Saint-Cyr, maison royale (Versailles-Grande Écurie, février-mai 1999), Paris, 1999, p. 174.

40 M. Sonnet, L’éducation des filles, ouvrage cité, p. 114.

41 Voir É. Broglin, De l’Académie royale à l’institution : le collège de Juilly, 1745-1828, thèse de IIIe cycle, Université de Paris I, 1978, p. 114, non publiée.

42 13,5 % chez les ursulines de Rouen entre 1619 et 1787. Voir R. Chartier, M. M. Compère, D. Julia, L’éducation en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, 1976, p. 235.

43 Voir C. A. Sarre, ouvrage cité, p. 155.

44 Voir H. Lassalas, ouvrage cité, p. 143.

45 Ibidem, p. 144.

46 Ibidem, p. 139.

47 Voir C. A. Sarre, ouvrage cité, p. 303.

48 Ibidem, p. 301.

49 Cité dans M. Sonnet, L’éducation des filles..., ouvrage cité, p. 258.

50 F. Lebrun, M. Venard, J. Quéniart, Histoire générale…, ouvrage cité, p. 382.

51 Par exemple, la géographie figure parfois parmi les enseignements communs, comme à Paris chez les dames du Calvaire, à l’Abbaye-aux-Bois, ou encore à la congrégation Notre-Dame du faubourg Saint-Antoine. Elle peut aussi être enseignée par des maîtres de géographie : voir le compte de pension de Port-Royal cité par M. Sonnet, L’éducation des filles, ouvrage cité, p. 46. Voir D. Picco, « Géographie à l’usage des demoiselles », ouvrage cité.

52 Voir H. Lassalas, ouvrage cité, p. 144.

53 Cité dans C. A. Sarre, ouvrage cité, p. 300.

54 Lettre de 1688. Citée dans R. Duchène, Être femme…, ouvrage cité, p. 99.

55 Lettre du 24 janvier 1689. Madame de Sévigné, Correspondance, Paris, 1978, tome 3, p. 482.

56 Louise Tardieu d’Esclavelles (1726-1783).

57 Madame d’Épinay, Pseudo-mémoires, Paris, 1951 et É. Badinter, ouvrage cité, p. 73

58 Première femme de chambre de Marie-Antoinette.

59 Ce « bel établissement de Mme de Maintenon » lui servit de modèle pour la maison de la Légion d’honneur. Voir Mme Campan, Mémoires, Paris, 1988 p. 26.

60 Mme Campan, De l’éducation, Paris, 1824.

61 Henriette de Monbielle d’Hus (1748-1837).

62 Marquise de Ferrières, Mémoires, Bonnes, 1998, p. 3-7.

63 H. Wunderlich, Studienjahre des Grafen Salm-Refferscheidt (1780-1791). Ein Beitrag zur Adelserziehung am Ende des Ancien Régime, Heidelberg, 1984.

64 M. Sonnet, L’éducation des filles, ouvrage cité, p. 124.

65 Voir M. A. Duvignacq-Glessen, ouvrage cité, p. 242.

66 Mme Roland, Mémoires, Paris, 1961, p. 187.

67 L. Perey, Histoire d’une grande dame au XVIIIe siècle : la princesse Hélène de Ligne, Paris, 1887, p. 18-19.

68 Ibidem, p. 66.

69 Ibidem.

70 R. Duchène, Être femme…, ouvrage cité, p. 100.

71 Voir M. Sonnet, L’éducation des filles, ouvrage cité, p. 44-48 et figure 7, p. 329.

72 150 livres au XVIIe siècle chez les ursulines de Niort, voir R. Chartier, M. M. Compère, D. Julia, ouvrage cité, p. 236 ; 100 à 120 livres au XVIIIe siècle chez les visitandines d’Aurillac, voir H. Lassalas, ouvrage cité, p. 166. Dans les couvents des ursulines de Provence et du Comtat, la fourchette est comprise entre 100 et 250 livres, entre la fin du XVIe siècle et 1792, voir C. A. Sarre, ouvrage cité, p. 303-305.

73 P. Loupès, ouvrage cité, p. 97.

74 G. Reynes, ouvrage cité, p. 265.

75 M. Sonnet, L’éducation des filles, ouvrage cité, p. 96.

76 Ibidem, p. 97-98.

77 Comtesse de Boigne, Mémoires, Paris, 1999, p. 81.

78 Ibidem, p. 99.

79 Cité dans R. Duchêne, Mme de Sévigné ou la chance d’être femme, Paris, 2002, p. 66.

80 Ibidem, Cantaline est le surnom de Marie. Lettre du 27 février 1638.

81 Comtesse de Boigne, ouvrage cité, p. 133.

82 Marie Louise Victoire de Donnissan (1772-1857).

83 Marquise de la Rochejacquelein, Mémoires, Paris, 1984, p. 57.

84 Mme de Chastenay, Mémoires (1771-1815), Paris, 1987, p. 22.

85 Marquise de la Tour du Pin, Mémoires ou Journal d’une femme de cinquante ans, Paris, 2002, p. 46.

86 Ibidem, p. 63.

87 Mme de Sévigné, Lettre à Mme de Grignan, 21 juin 1671, Correspondance, ouvrage cité, tome I, 1972, p. 276.

88 Marquise de la Rochejacquelein, ouvrage cité, p. 57.

89 Comtesse de Boigne, ouvrage cité, p. 99.

90 Mme de Chastenay, ouvrage cité, p. 22.

91 Marquise de la Tour du Pin, ouvrage cité, p. 38 et 50.

92 Marquise de la Rochejacquelein, ouvrage cité, p. 57.

93 Marquise de Ferrières, ouvrage cité, p. 5.

94 Marquise de la Tour du Pin, ouvrage cité, p. 47.

95 Mme de Chastenay, ouvrage cité, p. 22.

96 Comtesse de Boigne, ouvrage cité, p. 66.

97 Cité dans E. Badinter, ouvrage cité, p. 68-69.

98 Marquise de la Rochejacquelein, ouvrage cité, p. 57.

99 Marquise de la Tour du Pin, ouvrage cité, p. 22.

100 Mme de Chastenay, ouvrage cité, p. 23.

101 Comtesse de Boigne, ouvrage cité, p. 112.

102 R. Duchesne, Madame de Sévigné…, ouvrage cité, p. 112.

103 Ibidem, p. 62-63.

104 Comtesse de Boigne, ouvrage cité, p. 69 et 74.

105 Marquise de la Tour du Pin, ouvrage cité, p. 47-49.

106 Baron de Frénilly, Souvenirs (1768-1828), Paris, 1908, p. 12 et 13.

107 Ibidem, p. 25.

108 H. Druon, Histoire de l’éducation des princes de la Maison des Bourbons de France, Paris, 1897, tome II, p. 439-449.

109 Avant et après son bref séjour au couvent, Manon Phlipon reçut chez elle des leçons d’arithmétique, d’écriture, d’histoire et de géographie. Voir Mme Roland, ouvrage cité, p. 201-251.

110 Marquise de la Tour du Pin, ouvrage cité, p. 43.

111 Madame de La Guette, Mémoires, Paris, 1982, p. 42.

112 Cité dans R. Duchesne, Madame de Sévigné…, ouvrage cité, p. 111.

113 Mme de Chastenay, ouvrage cité, p. 22.

114 Comtesse de Boigne, ouvrage cité, p. 102.

115 Marquise de la Tour du Pin, ouvrage cité, p. 66.

116 Ibidem, p. 40-49.

117 Marquise de Ferrières, ouvrage cité, p. 8.

118 Ibidem, p. 20-25.

119 Marquise de la Tour du Pin, ouvrage cité, p. 82.

120 Les ursulines sont installées dans 300 villes pour 350 maisons et 9 000 religieuses. Voir D. Julia (dir.), Atlas de la Révolution française. Tome 2 : L’enseignement 1760-1805, Paris, 1987, p. 19 et R. Duchesne, Être femme…, ouvrage cité, p. 93.

121 Jusqu’à 42 % chez les visitandines de Bordeaux. Voir P. Loupès, ouvrage cité, p. 95.

122 Voir M. Sonnet, « Une fille à éduquer », ouvrage cité, p. 149-151 et M. Lardy, L’éducation des filles de la noblesse et de la gentry en Angleterre au XVIIe siècle, Berne, 1994.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540