Version classiqueVersion mobile

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre V - Comportements et mentalités nobiliaires

La noblesse polonaise face à la corruption, la trahison et l’amour de la patrie d’après les mémoires du xviie et du xviiie siècle

Hanna Dziechcińska

Texte intégral

1Corruption, trahison, amour de la patrie : ces notions, qui sont également des attitudes psycho-sociales, sont des sujets de réflexion pour les moralistes et les philosophes de l’Europe entière depuis des siècles. Tel est le cas en Pologne, où existe une riche littérature sur ce thème, une littérature qui établit les normes de comportement et qui dresse un bilan contrasté. Comme son titre l’indique, notre communication se limite à examiner l’attitude des nobles polonais face à ces phénomènes, au miroir des mémoires qu’ils ont écrits.

2Ce qui est ici le plus important, c’est le fait que l’auteur des mémoires « parle de lui-même », qu’il fait un authentique aveu, souvent sans la moindre gêne. Le phénomène est surtout présent à l’époque des rois « saxons » (1697-1763), période où la corruption s’étala souvent sans vergogne. Elle fut alors courante à tous les niveaux de l’échelle sociale, avec des conséquences politiques graves. La situation politico-économique du pays créait alors des conditions favorables. Un moraliste du XVIIe siècle Andrzej Maksymilian Fredro, élargit le cadre de réflexion, en définissant fort justement la corruption comme une espèce de délit qui, « par une forme plaisante de liant, s’offre facilement à l’esprit humain... il suffit de l’effleurer pour qu’il colle ».

3L’état de la question à l’époque a été décrit de manière exhaustive et pertinente par Antoni Mączak. Nos sources sont souvent explicites, comme les mémoires de Marcin Matuszewitcz (1714-1773), évoqués plus loin. On ne saurait douter de la franchise et de la sincérité des aveux du mémorialiste qui ne voit nullement dans la corruption un fait blâmable, pourtant condamné avec force un siècle plus tôt par le moraliste Fredro.

4La franchise des aveux que nous y trouvons mérite d’être soulignée ; elle apparaît à nos yeux comme un phénomène nouveau, qui implique à la fois l’homme et le citoyen confronté à la pratique morale, dans la situation politique et sociale de son temps. Les mémoires de Marcin Matuszewicz sont une source historique précieuse ; ils ont été écrits à l’époque d’Auguste III de Saxe (1733-1763) par un petit noble qui, de par la diversité de ses compétences, accéda aux fonctions de sénateur. Certes, il devise des choses publiques, sessions de la Diète, diétines et finances, mais il ne cache pas pour autant sa propre personnalité : il parle de lui-même à maintes occasions, notant ses opinions, exprimant son contentement, ses regrets ou parfois sa tristesse.

5Donnons-lui la parole :

  • 1 M. Matuszewicz, Diariusz życia mego, tomes I-II, texte établi et présenté par B. Królikowski et Z. (...)

J’ai toujours eu dans ma pensée de ménager Fleming (qui, dans la colère, pouvait même payer de grosses sommes). J’ai aussi donné 25 zlotys en or à Ignacy Paszkowski, le plus disposé à la révolte dans le parti du prince chancelier, pour qu’il fût non seulement notre ami secret mais qu’il nous informât des projets du parti adverse1.

6Dans une autre page, Marcin Matuszewicz avoue :

Twardowski, voïvode de Kalisz, me proposa de la part de l’échanson de Lithuanie 10 000 zlotys pour cette assistance.

7Ou encore :

Durand, le ministre français, [...] déclara à Saul, le second ministre saxon qui savait obtenir beaucoup du roi, qu’il lui promettait 500 zlotys en or afin que le bénéfice pour ma mère ad cedendum de la starostie Stoklice ne fût attribué à personne d’autre. Durand parla avec Saul et, contre la promesse de cinq cents zlotys en or reçut de lui une assurance. Je n’ai eu aucun autre intérêt à rester à Varsovie.

8Nous pourrions citer d’autres exemples de corruption qui ne suscitent pas la réprobation de Matuszewicz ; ce qui n’est pas le cas pour l’ensemble de la noblesse. La situation est complexe, d’autant que la portée sémantique du mot « corruption » évolue. La corruption est jugée comme phénomène condamnable, lorsqu’on prend l’argent des deux côtés, lorsqu’on se lie avec deux partis opposés. Comme notait Matuszewicz : « ... tous les deux, ils ont pris l’argent à deux partis opposés ». Quand lui-même avait reçu une telle proposition, il avait répondu : « ... je ne peux pas le faire et je ne veux pas être acheté ainsi ».

  • 2 Y. Durand, « Clientèles et fidélités dans le temps et dans l’espace », dans Hommage à Roland Mousn (...)

9Comment expliquer cette double attitude à l’égard de la corruption, dans la conscience de la noblesse polonaise à l’époque des rois saxons ? À notre avis, l’appréciation critique de la corruption a deux points de référence profondément enracinés dans la mentalité des gens de cette époque-là. Il s’agit en toute conscience, d’une part, de ne pas remplir l’engagement promis et payé et, d’autre part, de trahir son patron. Ainsi, la trahison devient d’autant plus condamnable. Remarquons que ce deuxième type de comportement de traîtrise renvoie d’une manière évidente au problème de fidélité. Cette notion fut polyvalente à l’époque, comme l’explique Yves Durand : « on peut définir le sentiment de fidélité comme un lien très fort entre deux individus, pouvant aller jusqu’au dévouement absolu, jusqu’à la mort du fidèle pour son maître, de la créature pour son protecteur, du fidèle pour son patron. Il faut naturellement distinguer ce sentiment de fidélité des clientèles. Les clientèles ont existé à toutes les époques, mais elles ne correspondent pas toujours à l’existence de véritables fidélités, c’est-à-dire qu’elles peuvent unir des intérêts sans qu’il s’agisse réellement du dévouement total d’un groupe d’hommes pour un autre »2.

  • 3 A. Mączak, Klientela, Warszawa, Wydawnictwo Semper, 1994.

10Dans son analyse du phénomène clientéliste, terrain majeur de l’ambiguïté, Antoni Mączak évoque aussi les implications sur le terrain de la corruption3. Dans notre analyse, nous nous référons uniquement à la notion de « service », service à un patron, un noble puissant, considéré à l’époque comme une valeur. Ce rapport de clientèle, utile pour les deux protagoniste, est fondé sur la fidélité. Ainsi, la notion de trahison dans le champ sémantique de la corruption : le client trahit son patron lorsqu’il accepte l’argent de son ennemi.

  • 4 J. Snopek, Ten zdradziecki Trembecki. Analiza stereotypu dans Bo insza rzecz jest zdradzić, insza (...)

11La trahison n’a malheureusement pas eu la chance d’être l’objet de réflexion des philosophes. Comme le note Jerzy Snopek : « jamais elle ne fut posée comme problème de la philosophie de l’homme. Ni les philosophes anciens, ni les philosophes classiques de la pensée moderne ne s’en sont occupés. Une analyse phénoménologique de la trahison n’est pas non plus connue, bien qu’il existe une telle analyse des catégories voisines, telles qu’amour, haine, tolérance, espoir, sympathie, liberté, etc.4 ».

12Jerzy Snopek souligne que le traître, c’est l’homme. C’est le cas, mentionné plus haut, d’un client trahissant son patron lorsqu’il accepte l’argent du parti opposé. « Par contre, l’objet de la trahison, c’est aussi bien l’individu que la communauté, la patrie que les idéaux ». Si des notions telles que corruption, noblesse, orgueil, honneur, amour de la patrie avaient un sens abstrait et plus ou moins général, en revanche le mot trahison avait dans le polonais de l’époque une connotation plus concrète, se référant à un lieu et à un temps définis. En même temps, ce terme avait toujours un sens péjoratif.

  • 5 Voir M. Korolko, Topos zdrady ojczyzny w literaturze polskiej lat 1655-1668, dans Literatura i kul (...)

13La période historique où apparaît la trahison de la patrie, définie soit par des euphémismes, soit par des mots précis, c’est l’époque des guerres suédoises (1655-1668)5. La littérature de circonstance fit naître le topos de la trahison de la patrie qui subit une évolution significative. Certains auteurs parlent directement des traîtres de la patrie, les définissant comme criminels ; d’autres, en revanche, relativisent la notion de « trahison ». Un témoin oculaire des événements de 1655, Wespazjan Kochowski, l’exprime ainsi :

la peur poussa tout le monde à la conciliation et l’on accepta à l’unanimité la protection suédoise. [...] Afin de ne pas utiliser le mot désobligeant, on parla de consensus, car ainsi va le monde : les hommes ont l’habitude de cacher les actions ignobles sous des noms prestigieux.

14Il nous semble que cette observation particulièrement fine contient une indication capitale pour expliquer les raisons principales de manipulation du vocabulaire, afin de ne pas appeler les choses par leur nom. Le fait que les participants à la capitulation devant les Suédois utilisaient le mot « consensus » à la place de « trahison » témoigne du relativisme éthique de la société nobiliaire qui, jusqu’alors, se cachait derrière la phraséologie des idéaux démocratiques. Les actes compromettants que l’on ne pouvait plus cacher devaient être définis... d’une manière quelconque, surtout que la loi de l’époque ne connaissait pas la notion de responsabilité collective, ni celle de « trahison collective ».

  • 6 Voir A. Sityński, Zdrada kraju w polskim prawie karnym końca XVIII w., dans Bo insza jest rzecz zd (...)
  • 7 J. Tazbir, Mieszczański pitawal polskiej reformacji, dans Reformacja w Polsce, Warszawa, 1993, p.  (...)

15L’attitude de relativisme et d’ambiguïté face à la trahison paraît être liée au fait qu’au milieu du XVIIe siècle la notion de trahison de la patrie n’est pas encore pleinement formée. Cette notion a pris son plein sens seulement à l’époque des Lumières, dans le dernier quart du XVIIIe siècle6. Ajoutons que dans l’ancienne Pologne il y a eu peu de personnes exécutées pour des crimes politiques, donc pour la trahison de la patrie. Durant trois cents ans, on coupa la tête seulement à une quinzaine d’officiers, pour avoir rendu une forteresse à l’ennemi. Ce comportement résulte de la faiblesse du roi de Pologne, comparé aux autres souverains européens. Le roi ne pouvait pas punir trop sévèrement même les traîtres déclarés, car les aristocrates et les nobles qui le soutenaient, pouvaient lui retirer leur appui7.

16Puisque la notion de trahison de la patrie ne s’est formée qu’à la fin de l’époque des Lumières, nous sommes amené à poser le problème suivant : comment le sentiment de l’amour de la patrie, le dernier des termes posés dans le titre de notre communication, existait-il dans la mentalité des nobles de l’époque ?

17La réponse paraît claire : l’amour de la patrie signifie la volonté de défendre ses frontières, d’être prêt à le faire, de lutter contre l’ennemi. Pour terminer, nous citerons le témoignage de deux mémorialistes qui illustrent cette attitude. En 1606, dans son testament, Stanisław Żółkiewski, l’hetman de la Couronne, exprimait son désir de mourir sur un champ de bataille :

  • 8 S. Żółkiewski, Początek i progres wojny moskiewskiej, introduction et établissement du texte par J (...)

Si je trouve la mort pendant le service, je demande que l’on couvre mon cercueil non pas du velours noir qui signifie le deuil, mais du velours rouge, pour dire que j’ai versé mon sang pour la République Nobiliaire, et cela non pas pour chercher à vanter ma gloire, mais pour la mémoire et pour engager les autres à respecter la vertu, à ne pas ménager leur vie pour la patrie8.

18Et dans la lettre d’adieu à son épouse, il précisait :

Skinderbasza et Gałga ne veulent plus traiter et se préparent à livrer une bataille définitive. Ne vous inquiétez pas, ma Chère, Dieu veillera sur nous, et même si je trouve la mort, je suis bien trop vieux et peu capable de servir la République Nobiliaire.

19Plus de cent ans plus tard, vers 1758, Marcin Matuszewicz notait son entretien avec le prince Radziwiłł, grand porte-drapeau de Lituanie : « il commença à parler de la guerre contre la Prusse et d’une révolution possible en Pologne et dit que, in hoc casu, la tsarine de Moscou lui ayant assuré le gouvernement de Smolensk, il allait résider à Smolensk durant la révolution en Pologne. Je lui répondis : vous, Monsieur le Prince, Seigneur si puissant, si vaillant, possédant une si grande armée, vous pensez abandonner la patrie dans le malheur ? Ma réflexion ne plut guère au prince. Puis, nous avons parlé des choses courantes et comme je ne contrariai plus le prince, j’ai retrouvé sa grâce ».

Notes

1 M. Matuszewicz, Diariusz życia mego, tomes I-II, texte établi et présenté par B. Królikowski et Z. Zielińska, Warszawa, 1986, tome II, p. 7.

2 Y. Durand, « Clientèles et fidélités dans le temps et dans l’espace », dans Hommage à Roland Mousnier. Clientèles et fidélités en Europe à l’époque moderne, Paris, PUF, 1991.

3 A. Mączak, Klientela, Warszawa, Wydawnictwo Semper, 1994.

4 J. Snopek, Ten zdradziecki Trembecki. Analiza stereotypu dans Bo insza rzecz jest zdradzić, insza dać się złudzić. Problem zdrady w Polsce przełomu XVIII i XIX w., sous la direction d’A. Grześkowiak-Krwawicz, Warszawa, 1995, p. 187.

5 Voir M. Korolko, Topos zdrady ojczyzny w literaturze polskiej lat 1655-1668, dans Literatura i kultura polska”, sous la direction de B. Otwinowska et J. Pelc, Wrocław, 1992, p. 57.

6 Voir A. Sityński, Zdrada kraju w polskim prawie karnym końca XVIII w., dans Bo insza jest rzecz zdradzić..., ouvrage cité.

7 J. Tazbir, Mieszczański pitawal polskiej reformacji, dans Reformacja w Polsce, Warszawa, 1993, p. 88-89.

8 S. Żółkiewski, Początek i progres wojny moskiewskiej, introduction et établissement du texte par Jarema Maciszewski, Warszawa, 1966, p. 64-65.

Auteur

Académie Polonaise des Sciences

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search