Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre V - Comportements et mentalités nobiliaires

La crise de la noblesse moyenne en Pologne aux xviie et xviiie siècles. Genèse, déroulement et conséquences pour la société et le système politique

Krzysztof Mikulski

Texto completo

  • 1 I. Gieysztorowa, Ludność (Population), dans Encyklopedia historii gospodarczej Polski do 1945 r. ((...)

1Du XIVe au XVIe siècle, la Pologne compta parmi les pays à forte expansion démographique. Pendant la deuxième moitié du XVIe siècle, l’État Jagellon était peuplé d’environ 7 millions d’habitants (dont 5 dans la Couronne et 2 dans le Grand Duché de Lituanie). La population des trois principales entités de la Couronne (la Grande Pologne, la Petite Pologne et la Mazovie) s’accrut entre 1340 et 1580 d’environ 1,3 million à 3,1 millions d’habitants et la densité de population y augmenta de 9 à 21 personnes au km2. L’accroissement de la population fut accompagné par un déplacement de la colonisation des terres vers l’Est. Au XIVe siècle, la Grande Pologne se caractérisait par la plus grande densité de population (y vivaient à l’époque 45 % de population des trois entités, pour 35 % en Petite Pologne), déjà pendant la deuxième moitié du XVIe siècle les deux quartiers furent habités par 40 % de population chacun. Le reste (dans les deux analyses 20 %) était constitué des habitants de la Mazovie1.

  • 2 K. Mikulski, « Struktura etniczna mieszkańców i status społeczny ludności pochodzenia polskiego w (...)

2On ne peut pas oublier que justement à cette époque-là eut lieu une grande expansion politique de l’État polonais vers l’est accompagnée d’une expansion démographique. La noblesse mazovienne colonisa du XIVe au XVIe siècles les forêts prussiennes et la Podlachie. Après 1466, l’élément polonais acquit une importance considérable en Prusse Royale. Les hameaux et les villages détruits pendant la guerre de Treize ans se sont repeuplés en masse de nouveaux venus de terres polonaises avoisinantes : la Mazovie et la Cujavie. Il s’ensuivit la polonisation des plus grandes villes de cette région – au milieu du XVIe siècle elle fut manifeste à Toruń dont 50 % des habitants étaient d’origine polonaise2. La population polonaise de la Mazovie et de la Petite Pologne prit part au processus de colonisation de la région frontalière polono-russe (les alentours de Zamość, Chełm, Przemyśl) et lituano-russe (bande de forêts qui s’étend de Grodno au nord-est jusqu’à la rivière Dźwina aux alentours de Brasław) qui s’intensifia aux XVe et XVIe siècles.

  • 3 S. Alexandrowicz, « Powstanie sieci miejskiej Podlasia na tle wczesnych procesów urbanizacyjnych w (...)

3À partir du début du XVIe siècle, la population des rives du Dniepr augmenta. Les princes russes (kniaz), qui possédaient leurs domaines en Volhynie, jouaient un rôle particulier dans la colonisation de ces terrains. Ils transplantaient la population ruthène de Halicz et Volhynie dans leurs biens abandonnés et domaines royaux pris à ferme en Ukraine. Les débuts de la nation ukrainienne moderne remontent aux processus migratoires de cette époque-là. L’expansion démographique en Lituanie et sur les terres biélorusses continua. Au XVIe siècle, les fondations de villes furent très fréquentes sur ces terrains, elles constituaient la base de l’expansion des marchés locaux et de la colonisation des villages. Avant 1500, dans le Grand Duché de Lituanie (dans les frontières d’après 1569), 76 villes fonctionnaient et jusqu’à la fin du XVIe siècle 593 nouveaux centres furent construits3. La mesure des terres rurales réalisée en Grand Duché de Lituanie dans la seconde moitié du XVIe siècle assimila les structures de colonisation de cette région à celles de la Couronne et encouragea l’expansion économique et démographique de ces régions.

4Les habitants de l’État Jagellon appartenaient aux différents groupes ethniques et professaient différentes religions. À côté des Polonais, qui constituaient dans la seconde moitié du XVIe siècle environ la moitié de la population de la République de Pologne, les Ruthènes habitaient ces terres (on désignait sous ce nom à l’époque les futurs Ukrainiens et Biélorusses), les Lituaniens, les Lettons et les Estoniens (en Livonie) ainsi que les Allemands (en Grande Pologne, en Prusse Royale et en Livonie). Les Juifs (surtout dans des villes) et les Arméniens ou les Tatars étaient dispersés en République de Pologne.

5Dans le domaine religieux, les catholiques dominaient (les Polonais et les Lituaniens, une partie des Allemands et des Lettons), les orthodoxes jouaient un rôle important (la population russe et les Arméniens). Des religions protestantes s’enracinèrent en Pologne : le luthéranisme (surtout dans les villes où l’élément allemand fut important), le calvinisme (populaire parmi la noblesse moyenne polonaise et lituanienne), le mouvement des Frères Tchèques (les Moraves) et l’arianisme (une fraction extrémiste de la Réforme polonaise). Dans la deuxième moitié du XVIe siècle, les adeptes d’une autre branche radicale du protestantisme – les mennonites – arrivèrent en Pologne, ils s’installèrent en Zulawy et dans la Vallée de la basse Vistule. La République de Pologne comptait également des communautés de judaïsants (les Juifs, les Karaïms) et musulmane (principalement les Tatars).

  • 4 W. Nekanda Trepka, Liber generationis pleneanorum (« Liber chamorum »), 2ème édition, sous la dire (...)

6La République de Pologne fut contrôlée par la noblesse. Celle-ci constituait environ 10 % de la population de l’État polono-lituanien, ce qui fut un événement à l’échelle de tout le continent. Au XVIe siècle, l’accès libre à cet état devint considérablement plus difficile. En 1578, la noblesse stipula que le roi ne pouvait procéder à des anoblissements que pendant les sessions de la Diète. La pratique fut néanmoins différente – encore dans les années 1630, un noble appauvri de la Petite Pologne Walerian Nekanda Trepka démasqua des milliers de fils plébéiens et bourgeois, qui, illégalement, se faisaient passer pour nobles4.

7La noblesse n’était pas homogène. Les nobles qui ne possédaient pas de terres et qui étaient privés de la majorité de droits (gołota) constituaient la couche la plus basse (les non possesseurs étaient privés d’accession aux hautes charges de l’État, ils ne pouvaient pas devenir députés). De nombreux représentants de la petite noblesse qui possédaient des domaines dont l’étendue était comparable à la superficie des terres cultivées dans des exploitations paysannes vivaient en Cachoubie, en Terre de Chełmno, en Mazovie du nord et en Podlachie, dans certaines régions de la Samogitie. La noblesse dite « moyenne », c’est-à-dire les propriétaires d’un ou de plusieurs villages constituait le groupe le plus nombreux. C’est justement de ce groupe que sont issus les militants les plus actifs pendant les diétines ; la noblesse moyenne profita le plus des réformes politiques de la seconde moitié du XVIe siècle. Les magnats se situaient au sommet de cette échelle sociale – groupe relativement peu nombreux des familles nobles les plus riches et les plus titrées. Les représentants de cette couche monopolisaient l’accès aux hautes charges régionales donnant le droit de siéger au sénat, ils recevaient en fief des domaines du roi. Les plus riches disposaient de fortunes comparables à celles de certains États allemands – à titre d’exemple, Konstanty Ostrogski fut propriétaire d’une centaine de villes et de 1 300 villages. Au XVIe siècle, l’aristocratie polonaise traversa une certaine crise. Certaines familles perdirent de leur influence suite à la perte d’une partie des domaines royaux et à des saisies de biens ; d’autres s’éteignirent (Tęczyńscy, Tarnowscy, Kmitowie en Petite Pologne, Górkowie en Grande Pologne, Bażyńscy en Prusse Royale). De nouvelles familles prirent leur place, soit celles qui acquirent des domaines sur les terres ukrainiennes (Potoccy, Koniecpolscy), soit celles qui descendaient des chefs de la Réforme les plus actifs (Zamoyscy, Leszczyńscy, Opalińscy).

8Malgré leur statut matériel différent, les nobles de l’État Jagellon jouissaient de droits égaux. Ils constituaient la seule classe dans l’État qui pouvait participer aux décisions concernant le sort du pays (par les diétines et les diètes) et ils avaient une garantie d’immunité personnelle – le noble ne pouvait être arrêté que par un jugement du tribunal. Seuls les nobles pouvaient acheter des propriétés foncières, les marchandises qu’ils faisaient transiter n’étaient pas taxées, ils pouvaient acheter du sel à des prix favorables et extraire des minerais des terres leur appartenant. Dans aucun autre pays européen les nobles n’acquirent une aussi grande prédominance politique au détriment des autres classes, ni une influence aussi vaste sur la conduite de l’État.

9Pendant la seconde moitié du XVe siècle, le commerce polonais avec le Levant déclina. Cela résultait de la prise des ports de la Mer Noire par les Turcs (Kaffa, aujourd’hui Théodosia, tomba en 1475), et de l’apparition d’autres voies (par l’océan) par lesquelles des marchandises orientales recherchées commencèrent à arriver en Europe Occidentale. L’exportation de cuivre (importé de Slovaquie), de matières premières ainsi que de semi-produits forestiers (le bois, le carbonate de potassium, le goudron, la cire, le miel) par les ports de la Baltique fut également en baisse.

10Ces tendances défavorables pour l’exportation polonaise provoquèrent une longue crise économique qui se manifesta au XVe siècle avant tout par un défaut d’argent en circulation, une régression de l’économie censitaire (la redevance devait être payée en argent, or il manquait), les départs des paysans pour les villes et sur les terrains nouvellement colonisés. Les terres du centre du pays tombèrent en friche. La crise économique toucha également les grandes villes commerçantes, et surtout leurs habitants les plus riches, les marchands, perdant leurs bénéfices du commerce de transit.

11Pour soutenir le développement économique de la Pologne, il était donc nécessaire de changer l’orientation de la production destinée à l’exportation. Cela fut possible grâce à l’accroissement de la demande de blé et de bovins en Europe occidentale, une vente élevée étant indispensable pour répondre aux besoins alimentaires de la population des villes constamment en hausse. Il faut remarquer que quelques grandes villes consommant la surproduction agricole, non seulement des villages voisins, se développèrent en Pologne au XVe siècle.

  • 5 S. Mielczarski, Rynek zbożowy na ziemiach polskich w drugiej połowie XVI i pierwszej połowie XVII (...)

12Au début du XVe siècle, l’exportation de blé polonais continua à s’accroître. Après le rattachement de la Prusse Royale à l’État Jagellon, elle put se développer sans obstacles importants à caractère juridique. Le monopole de courtage de Toruń pour le commerce entre les terres polonaises et Gdańsk fut systématiquement réduit, jusqu’à ce qu’en 1537 le roi annule le droit de dépôt de graines dont jouissait Toruń. Déjà, à la fin du XVe siècle l’exportation de blé par Gdańsk dépassait 20 000 lastes (1 laste = environ 3 600 livres). La Prusse Royale qui se reconstruisait après des destructions de guerre, ainsi que la Cujavie et la Mazovie, participaient à ce commerce lucratif. À la fin du XVe siècle, le blé affluait à Gdańsk et par les ports sur la Vistule en Petite Pologne. À l’époque, c’était Kazimierz Dolny qui était au premier plan. Ainsi se créa le marché régional du pays de la Vistule très lié à l’économie européenne5.

13L’accroissement de l’exportation polonaise au XVIe siècle provoqua des changements dans le bilan du commerce extérieur qui jusqu’à présent était négatif. On admet qu’au XVIe siècle la Pologne atteignit un bilan commercial très positif dans ses échanges avec l’Europe occidentale. En échange de blé et de bovins, des tissus hollandais et anglais de haute qualité, des vin français et du Rhin, des poissons, de l’acier de qualité, des condiments exotiques de continents lointains affluaient en Pologne.

14L’exportation de blé des territoires polonais favorisa le développement d’un nouveau type de ferme dont la production était destinée à la vente. Les premières fermes apparurent sur les terres polonaises au XIIIe siècle – elles avaient été fondées par des institutions de l’Église dans leurs propriétés, – leur exemple fut suivi par les rois dans leurs domaines et par les magnats. Les fermes assuraient les besoins de la table du souverain, mais leurs produits étaient également destinés à la vente sur des marchés des villes voisines. Elles employaient avant tout des travailleurs salariés, mais on connaît des cas, au moins à partir du XIVe siècle, où on avait recours à la corvée. Les serfs, incapables de payer la redevance par manque de revenus ou à cause du manque d’argent sur le marché, proposaient, souvent de leur propre gré, aux propriétaires d’échanger la rente foncière contre le travail gratuit dans leurs fermes. Dans ces cas-là, le paysan devait entretenir un valet supplémentaire et un attelage (bœufs ou chevaux et machines agricoles), à l’aide desquels il s’acquittait de la corvée dans les champs du seigneur.

15Au XVe siècle, les paysans s’évadaient de plus en plus souvent des domaines de la noblesse moyenne, car ils étaient dans l’impossibilité de faire face à leurs échéances. Ils migraient sur les terrains colonisés, surtout dans des domaines de magnats, où ils profitaient d’une longue période d’exonération totale après laquelle ils réglaient leurs redevances par le travail « gratuit » dans les fermes de nobles (corvée), ce qui vu le manque de revenus fixes en argent était pour eux une solution plus favorable. Pour remédier aux départs des paysans, la noblesse moyenne recourut aux arguments juridiques : le décret de 1496 autorisait le départ d’une seule personne par an, puis les constitutions de 1520 et de 1521 introduisirent pour les paysans, l’obligation d’un jour de travail gratuit par semaine au maximum. Cela devait remédier aux départs des paysans des domaines de la noblesse moyenne où pourtant la corvée fut moins contraignante que sur les domaines de magnats. Finalement, d’après la loi, les paysans ne pouvaient pas quitter leurs fermes sans l’autorisation du propriétaire des terres. Néanmoins, c’étaient des interdictions massivement violées par les habitants des villages. Sans les évasions paysannes, la colonisation des terrains vierges de la Mazurie aux XVe et XVIe siècles, celle de la région frontalière polono-russe, de la Volhynie et de la zone frontière lituano-russe à cette époque-là n’aurait pas été possible.

16Portée par une conjoncture favorable pour le blé, la noblesse moyenne se mit à fonder des fermes en suivant l’exemple des magnats. Elles furent créées sur des terres cultivées autrefois, mais abandonnées par les paysans lors de la crise au XVe siècle. La noblesse s’empara également des grandes fermes appartenant aux maires de villages et même aux paysans (« les expulsions paysannes »), quoique cela ne fût pas une habitude aussi répandue que le suggèrent d’anciens travaux des historiens. En tout cas, au cours du XVIe siècle, sur tout le territoire jouissant de la haute conjoncture du blé (le marché de la Vistule), la création des fermes fut accompagnée de l’accroissement continu de la superficie des terres cultivées en possession des paysans. C’était la preuve de l’existence de grandes réserves de terres cultivables et de la participation des paysans aux profits de la vente de blé. La rentabilité du commerce du blé ne fut pas la même dans les différentes régions du pays. Les producteurs habitant dans les environs de Gdańsk tiraient les plus grands profits de son transport vers ce port. S’ensuivit un enrichissement des paysans de Zulawy dont les fermes étaient souvent comparables à celles de la noblesse en Petite Pologne. Dans ces fermes, comme dans les fermes appartenant aux nobles en Poméranie Orientale (Poméranie de Gdańsk), on engageait des travailleurs salariés pour cultiver la terre – en été pendant la période des travaux des champs – des journaliers de la pauvre Mazovie arrivaient en Zulawy et en Poméranie. Le travail gratuit des paysans chez les seigneurs ne fut pas répandu dans ces régions. Il en fut autrement à l’intérieur du pays. Plus on s’éloignait de Gdańsk, plus les coûts de transport de blé jusqu’aux lieux de vente augmentaient et les prix du blé, dictés par les marchands de Gdańsk diminuaient. La rentabilité de la production de blé fut donc en baisse. La noblesse essaya d’y remédier en se déchargeant d’une partie des coûts sur ses sujets. C’est pourquoi plus la ferme était éloignée de Gdańsk, plus le rôle de la corvée dans sa gestion augmentait.

  • 6 Idées sur la genèse de la ferme et sur son développement au XVIe siècle, voir K. Mikulski, J. Wron (...)

17Au milieu du XVIe siècle de nouveaux types de fermes qui payaient uniquement la redevance en argent apparurent. Le taux de celle-ci fut beaucoup plus élevé que dans le cas des fermes chargées de corvée. Mais dans ces dernières, avec le taux de redevance fixe en argent, avec l’accroissement de la production de marchandises de fermes paysannes la corvée augmenta – de un à trois ou quatre jours en semaine par 30 arpents6.

LES DÉBUTS DE LA CRISE

  • 7 J. Topolski, Gospodarka polska a europejska w XVI-XVIII wieku (Économie polonaise et européenne au (...)
  • 8 W. Kula, Teoria ekonomiczna ustroju feudalnego. próba modelu (Théorie économique du système féodal (...)

18La conjoncture économique favorable au XVIe siècle portait déjà les prémices de la future crise structurelle économique et sociale. Le conservatisme de la noblesse gouvernant la République de Pologne fut lié au bien-être durable et se manifesta, en particulier, quand ses couches moyennes réalisèrent leurs volontés dans le domaine des impôts et de la loi (création d’une Cour d’Appel qui fut un tribunal pratiquement indépendant de la volonté du monarque dans les années 1578-1581). Dès le début du XVIIe siècle, cela entraîna pourtant une stagnation du système politique de l’État. Le manque de réformes visant la monarchie absolue ou la république marchande (ensuite monarchie constitutionnelle), qui se montra très efficace plus tard, fut causé d’un côté par la position trop faible du monarque et, de l’autre, par la position économique en déclin de la majorité des villes polonaises, à part Gdańsk. Cette dernière, ayant acquis une domination économique totale sur la vaste zone de son influence (le marché de la Vistule), ne voyait aucun intérêt dans les transformations du système de gouvernement de l’État. Son attitude envers des tentatives de réformes fut donc conservatrice, voire hostile. Les causes d’origine politique se confondaient également avec des facteurs économiques. Jerzy Topolski voyait l’origine de la régression de l’économie fondée sur les fermes et la corvée dans l’épuisement des possibilités agrotechniques du sol par suite de la monoculture du blé et de la baisse de récolte qui s’ensuivit. Cela provoquait d’un côté une chute de l’exportation de blé et, de l’autre, l’accroissement des charges seigneuriales (la corvée)7. Il paraît aussi que pour les régions directement liées au marché de Gdańsk, on ne peut pas éliminer le modèle proposé par W. Kula, qui de son côté liait la crise économique du XVIIe siècle sur le territoire polonais et l’évolution défavorable du bilan commercial, aux effets négatifs de la révolution des prix et à la baisse de la rentabilité de l’exportation de blé8. Il est frappant que les deux modèles se limitent à un seul domaine pour découvrir les causes de la crise, qu’ils cherchent une sorte de première cause principale. J’y reviendrai dans la suite de l’article.

  • 9 K. Mikulski, Osadnictwo wiejskie województwa pomorskiego od połowy XVI do końca XVII w., (Le peupl (...)
  • 10 Ibidem, p. 149 (tableau 38).

19Au début de ces recherches analytiques la question suivante se pose : comment situer la noblesse moyenne sur le fond de la régression économique décrite ci-dessus ? Essayons de suivre ce phénomène par l’exemple de la noblesse moyenne de la Prusse Royale. Pendant la seconde moitié du XVIe siècle, la noblesse de cette province excellait dans le processus de réorganisation économique et de l’adaptation de ses biens aux exigences de la demande de blé en hausse. Je l’ai mentionné dans mon travail consacré à la colonisation9. Sur les terrains liés directement au marché de Gdańsk se développa (à la différence des autres territoires polonais) un autre type de grande propriété foncière : une ferme fondée sur le travail salarié et, marginalement, la corvée. Les exploitations de ces derniers furent traitées comme concurrentielles dans le commerce de surplus de blé, on les liquidait et on les rattachait à la ferme. La ferme fonctionnait grâce à ses propres gens de service, aux journaliers qui affluaient de la Mazovie surtout pendant les travaux des champs, et aux closiers, qui, en échange de petites fermes closeries prises à bail, devaient la corvée à leur propriétaire. La noblesse prussienne compensait les coûts plus élevés de la production par des prix de vente du blé plus élevés par rapport à la noblesse des territoires plus éloignés de Gdańsk. Le fonctionnement des fermes appartenant à la noblesse moyenne ne fut possible que pendant la période de la conjoncture favorable et des grands bénéfices tirés de la vente du blé. La chute de cette conjoncture, au XVIIe siècle, la rentabilité de l’exportation en baisse et les coûts de la production de blé s’accroissant, aboutirent à une profonde crise économique de la noblesse moyenne. Elle toucha particulièrement la noblesse de la Prusse Royale. Tandis que, dans d’autres régions de la République de Pologne, la noblesse se déchargeait des conséquences de cette crise sur les paysans en augmentant la corvée et en diminuant ainsi les coûts de la production de blé, en Prusse Royale ce type de démarches fut impossible. Car, dans les biens de la noblesse moyenne il n’y avait presque plus de paysans. En plus, ce processus continua au cours du XVIIe siècle Les changements dans la structure économique des biens appartenant à la noblesse dans la voïvodie de Poméranie de 1570 à 1700 y sont très significatifs. La part de villages avec des fermes baissa à cette époque-là de 26,5 % à 9,1 %, et la part des fermes augmenta de 29,5 à 46,6 %10. Les centres industriels (moulins, auberges) et les biens abandonnés ainsi que les villages appartenant à la petite noblesse et aux paysans constituaient le reste.

  • 11 Ibidem, p. 49 (tableau 7).

20Cette crise de la noblesse moyenne est manifeste dans les changements de la structure de la propriété foncière. Encore en 1570, 30 % des propriétés, dans la voïvodie de Poméranie, se trouvaient entre les mains de la petite noblesse (possédant 1 village), mais en 1700 il n’y en avait que 23 %. Une chute encore plus importante eut lieu dans le groupe qui constitue notre centre d’intérêt – les biens de la noblesse moyenne (1-2 villages) – passèrent de 36 à 25 % du total des biens de la noblesse en Poméranie Orientale. À l’époque concernée, la part des biens de la noblesse riche diminua extrêmement peu (biens à 3-5 villages) de 18 à 16 %. Cependant, la part des biens des plus riches (au-dessus de 5 villages) augmenta considérablement, au détriment de tous les groupes mentionnés, de 15 à 37 %11.

  • 12 E.L. Petersen, « Kryzys szlachty duńskiej 1580-1660 » (« La crise de la noblesse danoise 1580-1660 (...)
  • 13 Ibidem, p. 156.

21Il vaut mieux chercher des références dans d’autres pays européens pour illustrer ces remarques sur les transformations socio-économiques dans la République de Pologne (et en Prusse royale en particulier). L’exemple du Danemark, qui, comme la Pologne, fut un pays agricole, peut s’avérer particulièrement utile dans ce cas-là. La crise de la noblesse danoise au XVIIsiècle fut analysée par Erling Ladewig Petersen12. Déjà, dans l’introduction, l’auteur désigne les éléments principaux de cette crise, à savoir, le processus intensif de concentration de la propriété foncière. « En 1625 presque un tiers des cinq cents propriétaires fonciers fut en possession de 75 % de tout le territoire, et les deux autres tiers n’en avaient qu’environ 22 %. Une partie de ces derniers, qui était égale à la moitié de la noblesse, ne possédait que 10 % »13.

  • 14 Ibidem, p. 158.

22La paupérisation d’une bonne majorité de la noblesse fut accompagnée par la montée des idées conservatrices qui se manifestaient dans la défense ferme des privilèges qu’elle avait acquis. Ils protégeaient la noblesse contre la perte de propriétés au profit du patriciat bourgeois, ils lui assuraient l’accession aux plus importantes charges et domaines de la Couronne (les starosties - starostwo). Des transformations très caractéristiques au sein de la noblesse eurent lieu au cours du XVIIe siècle. Si en 1625 environ 5 % des nobles faisaient leur service militaire et 84 % cultivaient la terre, en 1700 dans le groupe de l’« ancienne » noblesse 6 % devinrent fonctionnaires, 35 % faisaient leur service militaire, et seulement 54 % restaient des propriétaires fonciers. Parmi la « nouvelle » noblesse – née des réformes absolutistes après 1660 – il y eut respectivement 75 % de propriétaires fonciers, 8 % de fonctionnaires et 17 % d’officiers14.

  • 15 Ibidem, p. 177.

23En ce qui concerne la situation économique au XVIe siècle et dans la première moitié du XVIIe siècle, le Danemark différait beaucoup des autres pays de l’Europe centrale et orientale. Avant tout, le Gutswirtschaft (à savoir, l’économie fondée sur les fermes et la corvée) n’y remporta pas de succès. L’auteur n’explique pas ce phénomène mais on peut supposer qu’il résultait justement de l’exportation concurrentielle de blé et de bovins de la Pologne et de la Prusse. Le blé du Danemark constituait, à titre d’exemple environ 10 % de l’exportation de cette marchandise de la région de la Mer Baltique à l’Ouest. Paradoxalement, on peut conclure que c’était justement la participation faible du Danemark aux exportations de produits agricoles qui sauva ce pays d’une crise économique plus profonde et lui permit de mener des réformes du système socio-économique pendant la seconde moitié du XVIIe siècle. Néanmoins, avant ces transformations, la crise de l’économie danoise se déroulait de la même façon qu’à l’Est de l’Europe, et en plus, elle fut directement liée à la « crise de l’Europe centrale ». Car le Danemark profita dans les années 1620 des difficultés économiques de la Pologne et de la Prusse qui étaient liées aux guerres avec la Suède et ensuite à la guerre de Trente Ans, en augmentant considérablement son exportation de blé et de bœufs. Il ressentit d’autant plus les suites de la fin de cette conjoncture dans toute l’Europe après la fin de la guerre de Trente Ans. Dans les années 1650, l’exportation de blé danois diminua de 40 %, et ses prix tombèrent à environ 80 % de leur niveau des années 1611-1615. On observa également une baisse de l’exportation de bovins. C’est la noblesse riche (les magnats) qui perdit le plus dans cette conjoncture défavorable car elle tirait la majorité des profits de la prospérité de la première moitié du XVII e siècle15.

  • 16 T. Winkelbauer, Kriese der Aristokratie ? Zum Strukturwandel des Adels in den böhmischen und niede (...)

24Les résultats des recherches sur les changements de la structure sociale de la noblesse en Bohème et en Moravie au cours du XVIIe siècle faites par Winkelbauer présentent également un grand intérêt pour nos investigations. En 1603, la haute noblesse constituait 45,3 % du total de ce groupe en Bohème et la noblesse moyenne 35,4 %, mais déjà, en 1684, elles constituaient respectivement 62,8 % et 8,1 %. De même en Moravie, la part de la haute noblesse augmenta dans les années 1619-1675 de 55,9 % à 74 %, et la part de la noblesse moyenne baissa à cette époque-là de 19,7 % à 3,7 %16.

25Dans les trois pays, le processus de transformation de la noblesse fut identique : la propriété fut concentrée entre les mains des plus riches représentants de cette classe (en Bohème et en Moravie – la haute noblesse, en Pologne – les magnats). Ce n’est qu’au Danemark que les élites changèrent au cours du XVIIe siècle, les propriétés foncières furent accaparées par la noblesse dite « nouvelle ».

LE DÉROULEMENT DE LA CRISE

26La lecture de ces articles oblige l’historien polonais à chercher des analogies et des différences dans l’histoire de la République de Pologne de cette époque-là. D’ores et déjà une des conclusions se laisse deviner. Les exportations polonaises en pleine expansion durèrent suffisamment longtemps pour aboutir à des transformations sociales et économiques très profondes : l’accroissement de la superficie des fermes, l’élimination des paysans et de la bourgeoisie de petites et moyennes villes du marché du blé. Cela distinguait la Pologne du Danemark où cette prospérité fut trop courte pour laisser une empreinte durable sur la société. Il y a aussi des analogies dans l’histoire sociale de ces deux pays (observées également en Bohème et en Moravie) : ce sera avant tout la crise de la noblesse moyenne et le processus de concentration de la propriété entre les mains de la couche la plus riche de cet état, les magnats. En plus, on peut déterminer la date du début de cette crise et de la concentration de la propriété en République de Pologne aux années 1580, comme l’avait fait Petersen pour le Danemark, bien que cela reste une question discutable. La noblesse moyenne polonaise ne profita pas longtemps de la conjoncture économique favorable, mais elle utilisa efficacement cette période pour mener à bien les réformes de l’État.

27Une conjoncture modérée pour l’exportation de blé survint à vrai dire dans la seconde moitié du XVe siècle, mais la noblesse ne commença à en tirer des profits importants que dans les années 1520-1530. Cela affermit sa position politique dans le pays à tel point que, dans les années 1560, elle aboutit à la création du système politique appelé « démocratie nobiliaire ». L’établissement d’une Cour d’Appel-Tribunal en 1578 constitua le couronnement de presque vingt ans de réformes du système.

  • 17 L’établissement du Majorat de Zamojski (Ordynacja Zamojska) constitue l’exemple le plus caractéris (...)
  • 18 Voir K. Mikulski, « Szlachta powiatu świeckiego w województwie pomorskim w XVI-XVIII wieku (zmiany (...)
  • 19 J. Dumanowski analyse ce problème, en prenant en considération le rôle des fonctionnaires municipa (...)

28Dans le contexte social, ces réformes aboutirent avant tout à la chute des anciens magnats dont la puissance s’appuyait sur la prise à ferme héréditaire des domaines du roi, accaparés principalement pour des prêts donnés au roi. Le succès de la noblesse moyenne dans sa lutte avec les magnats s’avéra très illusoire. Car les anciens magnats furent immédiatement remplacés par des nouveaux issus – ce qui est le plus caractéristique – des chefs politiques de la noblesse moyenne (Zamoyscy, Leszczyńscy), à qui se joignit un groupe important de grands propriétaires fonciers d’Ukraine et de Lituanie, qui, suite à l’Union de Lublin, acquirent une position égale à celle des magnats de la Couronne. Les nouveaux magnats profitèrent de la confiscation des biens, car c’est à eux que l’on confiait les domaines du roi saisis en raison de la « mauvaise loi ». La prise à ferme de ces biens dans la période de la plus grande rentabilité de l’exportation de blé et de bétail entraîna un enrichissement très rapide des nouveaux magnats. Tirant les leçons des expériences de leurs prédécesseurs, ils investirent les surplus dans l’achat de biens allodiaux, les plus riches tâchant de protéger la totalité des biens acquis par l’établissement de majorats17. On peut constater que, dès le début du règne de Sigismond III Vasa, les nouveaux magnats avaient une supériorité matérielle importante sur le reste de la noblesse. En plus, la noblesse moyenne fut touchée, à cette époque-là, par une crise aussi destructive que la chute de la conjoncture du blé – à savoir, la paupérisation résultant de la procréation excessive. Ce problème concernait avant tout la noblesse de la Prusse Royale, où conformément à la loi de Chełmno, les biens étaient divisés entre tous les enfants (des deux sexes). La veuve avait aussi le droit à la moitié de l’héritage et elle pouvait apporter sa partie en dot au second mariage. Il est vrai que, ce qu’on appelle la « correction prussienne » de 1598 qui assimilait la loi foncière prussienne à la loi polonaise, arrêta l’émiettement des propriétés nobles, mais n’arrêta pas paupérisation et endettement. La propriété pouvait rester entre les mains d’un fils mais il était obligé de rembourser ses frères et sœurs, ce qui entraînait l’accroissement de l’endettement et, à la fin, la faillite de la propriété18. Le processus fut caractéristique pour d’autres territoires polonais pendant tout le XVIIe siècle – les propriétaires en faillite furent remplacés par leurs successeurs dont ces faillites faisaient la fortune, mais leurs descendants à leur tour perdaient les biens à cause de la procréation excessive et les procès de succession19. Le service à la cour d’un magnat ou l’exercice des fonctions dans les tribunaux (surtout municipaux) qui apportaient d’importants revenus, légaux et illégaux, provenant justement de nombreux procès de succession devenait la seule possibilité de stabilisation de la position matérielle de la noblesse moyenne au XVIIe siècle

  • 20 W. Kula, Rozwój gospodarczy Polski XVI-XVIII w. (« Développement économique de la Pologne du XVIe (...)
  • 21 E. Cieślak, Konflikty polityczne i społeczne w Gdańsku w połowie XVIII wieku. Sojusz pospólstwa z (...)

29Jusqu’à la seconde moitié du XVIIIe siècle, les propriétés des magnats se développèrent aux dépens des biens appartenant à la noblesse moyenne et pauvre. Mais, à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, elles étaient aussi très endettées. Les représentants de la noblesse plaçaient de l’argent liquide chez les magnats en se contentant des intérêts annuels20. La majeure partie des revenus de magnats fut absorbée par les frais de représentation, d’entretien d’une cour et d’armées privées, et par l’activité politique. C’était surtout l’achat de marchandises importées, face à une moindre rentabilité des exportations de blé (dans lesquelles le blé produit par les magnats domina pendant la seconde moitié du XVIIe siècle), qui entraîna une fuite de l’argent du marché polonais, y compris pendant les périodes de paix. Si, dans toute l’Europe la bourgeoisie profitait de la crise de la noblesse, en Pologne les bénéfices en revenaient aux marchands étrangers. À une exception près – jusqu’aux années 1620, Gdańsk – l’unique intermédiaire entre la République de Pologne et le monde s’épanouissait grâce à l’exportation du blé polonais. Si, au XVIe siècle, encore, les marchands de cette ville faisaient preuve d’une grande activité en s’efforçant de transporter le blé à l’Ouest de l’Europe par leurs propres bateaux, déjà au XVIIe siècle, ils se limitèrent à jouer les intermédiaires entre la noblesse polonaise et des marchands hollandais et anglais. L’élite qui administrait la ville abandonna le commerce avec le temps en se consacrant principalement à l’éducation de ses enfants et à leur assurer la succession des fonctions acquises et des biens propres ou pris à ferme de la ville. Ainsi, l’élite des marchands se transforma en oligarchie patricienne conservatrice, appelée souvent « les hommes de lettres » en raison de leur instruction, un des éléments les plus importants de leur prestige21. Le sort du patriciat de Gdańsk apporte la preuve d’un processus de « reféodalisation » de la bourgeoisie polonaise qui, à ce qu’il paraît, est jusqu’à présent mal éclaircie dans l’historiographie polonaise. Il ne concernait que Gdańsk, peut-être aussi Elbląg, car les autres villes polonaises profitèrent des « miettes de la table seigneuriale » dans la seconde moitié du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle mais d’une façon très limitée.

30La Pologne manqua d’une monarchie absolue qui, pourtant, aurait pu permettre de prolonger de quelques siècles l’agonie de cette couche privilégiée, et avant tout offrir à la noblesse (ancienne et nouvelle) des postes très attrayants – dans une armée renforcée, dans l’administration centrale et les tribunaux. La crise de la noblesse moyenne polonaise, que nous analysons, entraîna la paupérisation continue de ce groupe et le creusement du décalage économique entre celui-ci et le groupe peu nombreux des magnats. Dans la vie politique, la supériorité des magnats devint très nette. La noblesse moyenne ne fut pas à même de défendre sa position politique indépendante, son programme se limitait donc, de plus en plus souvent, à une résistance passive à toutes les réformes de l’État qui auraient dû aboutir à l’accroissement des charges fiscales. Cette résistance se manifesta dans le liberum veto.

LA NOUVELLE ÉLITE DE LA NOBLESSE MOYENNE

  • 22 A. Manikowski, « Zmiany czy stagnacja ? Z problematyki handlu polskiego w drugiej połowie XVII w.  (...)

31Cet état de choses commença à changer un peu dans le dernier quart du XVIIe siècle L’histoire sociale et économique de cette période reste totalement inconnue. Nous ne savons pratiquement rien sur l’état de l’économie polonaise à cette époque-là. Dans les années 1680, une conjoncture favorable pour l’exportation de blé par Gdańsk commença et elle se maintint pendant longtemps. Pour la première fois depuis quelques décennies, la moyenne annuelle des exportations dépassa 40 000 lastes. Dans la même période, l’importation en Pologne de tissus et de produits coloniaux augmenta, ce qui pourrait être la preuve d’un plus fort pouvoir d’achat des consommateurs polonais – y compris, peut-être, la noblesse. Le bilan du commerce maritime de Gdańsk fut à cette époque-là nettement positif, en 1665 il atteignit 260 000 thalers, en 1675 270 000 thalers, en 1685 520 000 thalers, en 1695 430 000 thalers22. Cela signifiait donc que davantage d’argent arrivait entre les mains de la noblesse moyenne – avant tout celle qui vivait en Prusse Royale, à proximité du marché de vente. Ce processus devait donc stimuler d’une certaine façon l’économie et la société. Certains symptômes de la reprise du peuplement en Poméranie Orientale furent perceptibles, déjà, à la fin du XVIIe siècle. Si, à l’époque, le peuplement s’était étendu sur de nouveaux terrains, il aurait dû se renforcer dans des villages déjà existants, il devait y exister des surplus de population et des fonds nécessaires.

  • 23 K. Mikulski, Szlachta powiatu świeckiego (La noblesse du district de Świecko), p. 56 (tableau 5).
  • 24 J. Dygdała, K. Mikulski, « Zmiany w elicie władzy Prus Królewskich w XV-XVIII wieku (Czynniki awan (...)
  • 25 K. Chłapowski, S. Ciara, Ł. Kądziela, T. Nowakowski, E. Opaliński, G. Rutkowska, T. Zielińska, « U (...)
  • 26 K. Mikulski, « Urzędnicy Prus Królewskich XV-XVIII wieku. Spisy » (« Fonctionnaires de la Prusse R (...)
  • 27 Urzędnicy centralni i nadworni (Les hauts fonctionnaires et les fonctionnaires de la cour) (Dulski (...)

32Au cours de mes recherches sur le groupe peu nombreux de la noblesse du district de Świecko du XVIe au XVIIIe siècle, j’ai découvert des transformations très significatives dans la structure des propriétés de cette noblesse entre la fin du XVIIe siècle et le début du XVIIIe siècle. Le processus d’accroissement de grandes propriétés foncières fut arrêté, et ce sont les propriétés de la noblesse riche et assez riche (possédant 2-3 villages) qui commencèrent à s’épanouir, au dépens des biens de la noblesse petite et moyenne23. Une « élite de la noblesse moyenne » commença à se cristalliser. Quelques familles de cette élite brisèrent très rapidement les barrières entre « classes » et acquirent le statut de magnats – il suffit de citer l’exemple de la famille Czapski et Przebendowski, qui en une génération parvint à sortir de la noblesse moyenne et à entrer dans l’élite politique de la province et même de l’État24. Ce n’est pas par accident que deux représentants de cette élite exercèrent dans la première moitié du XVIIIe siècle la fonction de trésorier de la Couronne, comme Jan Jerzy Przebendowski (1703-1729) et Jan Ansgary Czapski (1738-1742)25. C’est par des fonctions en Prusse que la famille Bieliński commença sa grande carrière de magnats26. La participation de la noblesse prussienne à l’exercice des hautes fonctions ne débuta que dans la seconde moitié du XVIe siècle – Jan Dulski fut trésorier de la Couronne dans les années 1581-1590, les Żaliński, Działyński, Kostka, etc., exerçaient de hautes fonctions27. À cette époque-là, l’exercice des hautes fonctions de l’État par la noblesse prussienne fut le résultat d’une promotion matérielle rapide de ce groupe, faisant l’écho à la conjoncture de blé qui s’étendait auparavant sur la Prusse Royale. Il paraît que, plus tard, des impulsions semblables, quoique moins fortes que celles du XVIe siècle, ont pu occasionner l’entrée plus massive des Prussiens aux fonctions centrales.

  • 28 Voir J.K. Dachnowski, Herbarz szlachty Prus Królewskich z XVII wieku (Armorial de la noblesse de l (...)

33La promotion des nouveaux magnats prussiens eut aussi sa suite dans l’établissement d’une nouvelle élite de la noblesse moyenne, de plus en plus nombreuse. « Nouvelle » ne veut pas dire qu’il y eut des familles jusqu’alors inconnues, venues de l’extérieur. Kawieczyński, Piwnicki, Lewald-Jezierski, Pawłowski, Grabowski, Kitnowski, Radowicki, Leski, Trzciński, Kalkstein, Niewieściński, Grąbczewski, Kruszyński, Kczewski sont des familles de la noblesse moyenne qui, au moins à partir de la seconde moitié du XVe siècle (et souvent plus tôt), vivaient sur le territoire de la Prusse Royale. Les nouveaux venus de la Terre de Dobrzyń voisine ou des régions plus éloignées, Zboiński, Pląskowski, s’ajoutèrent à ce groupe28. « Nouveau » fut le statut social et matériel de ce groupe qui à la différence de ses aïeux possédait des propriétés plus importantes (de quelques villages) qui lui assuraient une indépendance économique plus large et une position dominante dans l’accession aux basses fonctions foncières surtout à celles de la juridiction nobiliaire.

  • 29 K. Mikulski, Urzędnicy Prus Królewskich (Fonctionnaires de la Prusse Royale), p. 30, 69, 75, 85, 1 (...)
  • 30 Les tribunaux fonciers en Pologne examinaient toutes les affaires civiles et pénales de petite imp (...)
  • 31 Les tribunaux municipaux provenaient du tribunal royal. Les causes relevant de leurs compétences é (...)
  • 32 K. Mikulski, Urzędnicy Prus Królewskich (Fonctionnaires de la Prusse Royale), no 439, Wrocław, Zah (...)
  • 33 Ibidem, no 648, 649, 838, 22.
  • 34 Ibidem, no 1555, 1435.
  • 35 Ibidem, no 1465, 1390, 1392, 1436.
  • 36 Ibidem, p. 185-186.
  • 37 Ibidem, no 69.
  • 38 Ibidem, no 613.
  • 39 Ibidem, no 232, 233.
  • 40 Ibidem, no 1557.
  • 41 Ibidem, no 1464, 1521, 330, 373, 67.
  • 42 Voir J. Dygdała, Adam Stanisław Grabowski (1698-1766), biskup, polityk, mecenas (Adam Stanisław Gr (...)

34Les débuts de l’établissement de cette nouvelle élite eurent lieu pendant le règne de Jean III Sobieski. En travaillant sur la rédaction des registres des fonctionnaires de la Prusse Royale, j’ai remarqué de longues vacances de fonctions judiciaires en Prusse dans les années 1685-1710. La fonction de greffier à Chełmno fut vacante dans les années 1679-1710 ; celle de juge à Chełmno dans les années 1675-1689, 1690-1710, 1716-1725, 1728-1738 ; de juge à Człuchów dans les années 1700-1710 ; de greffier à Malbork dans les années 1690-1711 ; de juge à Malbork dans les années 1685-1711 ; de juge à Michałów dans les années 1685-1718, 1732-1738 ; de juge à Mirachowo dans les années 1697-1710 ; de greffier en Poméranie dans les années 1689-1716 ; de juge à Świecko dans les années 1685-1701, 1734-1744 ; de juge à Tczew dans les années 1688-1710 ; de juge à Tuchola dans les années 1690-95-171029. En pratique, le fonctionnement de tous les tribunaux fonciers fut suspendu30. J’étais persuadé que c’était un symptôme du déclin de cette juridiction, de son anachronisme, de son remplacement par les tribunaux municipaux31. Ce n’est vrai qu’en partie : les tribunaux municipaux profitèrent réellement de la crise de leurs homologues fonciers. Mais, est-ce que l’on peut parler de déclin d’une l’institution dans laquelle plusieurs candidats veulent en même temps exercer des fonctions, à tel point que, craignant l’échec, ils préfèrent supprimer l’élection qu’aboutir à la victoire d’un des concurrents ? La crise (et non la chute) éclata tout à coup ; il est vrai qu’auparavant il y avait eu des vacances de quelques années dans les fonctions judiciaires, mais jamais ce ne fut un phénomène aussi massif et répandu. On ne peut expliquer cet état de choses qu’en admettant que l’exercice d’une fonction dans le tribunal foncier commençait à être lucratif et que, pour la noblesse moyenne, il devenait une des rares sources de revenus. D’où la conclusion suivante que l’argent dut apparaître et que la noblesse s’activa devant les tribunaux – le prix de la terre dut augmenter et, ce qui s’ensuit, les conflits de frontière se répandirent. Ces suppositions semblent être confirmées par des promotions très rapides de fonctionnaires municipaux à cette époque-là, profitant de toute évidence de la paralysie des tribunaux fonciers. Dans la ville de Chełmno, dans les années 1685-1740 la fonction du vice-voïvode fut exercée par les représentants de la famille Trzciński (1), Piwnicki (3), Kruszyński, Dobrski, Radowicki. Tous les vice-voïvodes furent promus : Walerian Kruszyński mourut châtelain de Gdańsk32, les Piwnicki cumulaient des fonctions dans le tribunal foncier et dans le tribunal municipal, ce qui soulevait même des protestations de la noblesse de Chełmno. Dobrski et Radowicki obtinrent les fonctions de porte-drapeau33. Quelques fonctionnaires cités ci-dessus exercèrent des fonctions municipales tour à tour dans différentes voïvodies. Jan Kazimierz Dobrski, avant de devenir voïvode de Chełmno, exerça une fonction analogue dans la voïvodie de Poméranie34. Świętosław Radowicki fut, tour à tour, greffier municipal à Malbork et Chełmno, et ensuite vice-voïvode à Chełmno35. À la même époque Kitnowski, Kalkstein (2), Szeliski, Grąbczewski, Bagniewski, Pawłowski furent vice-voïvodes dans la voïvodie de Malbork36. Pour certains d’entre eux l’exercice de la fonction de voïvode fut le préalable à une série de promotions dans la hiérarchie des fonctionnaires. Tomasz Grąbczewski mourut châtelain de Chełmno37, Adrian Kitnowski juge foncier de Malbork38. Il en fut de même dans la voïvodie de Poméranie, Marcin Jan Chełstowski et Olbrycht Kawieczyński arrivèrent finalement à la fonction de chambellan de Chełmno39. Seul, Jan Antoni Bystram se contenta longtemps de la fonction du vice-voïvode40. L’exercice de la fonction suivante dans la hiérarchie des fonctions municipales, celle de greffier, fut aussi lucratif. Andrzej Teodor Grabowski commença sa carrière en tant que greffier foncier, il fut d’abord greffier foncier de Malbork, ensuite de Poméranie, enfin juge foncier de Chełmno et, à la fin de sa vie, châtelain de Chełmno41. Aux revenus des fonctions judiciaires, il ajoutait les recettes de l’administration de la starostie de Człuchów, où il fut subrogé de la famille de Radziwiłł. Grabowski transmit la fonction de greffier foncier de Poméranie à son fils le plus doué, Adam Stanisław, mais celui-ci, après l’avoir exercée pendant une très courte période, choisit une autre voie qui le conduisit finalement au siège de l’évêque en Warmie42.

  • 43 Ibidem, p. 11.

35Dans tous les cas, l’exercice des fonctions municipales entraînait une promotion matérielle. Dans ce domaine le record est détenu de nouveau par Andrzej Teodor Grabowski. Au début, il fut propriétaire de trois parcelles dans le district de Człuchów et à la fin de sa vie ses biens comprenaient 26 villages. Sa fortune passa d’environ 10-15 000 zlotys polonais à plus de 600 000 zlotys polonais43. Les autres promotions n’étaient peut-être pas aussi spectaculaires mais, néanmoins, elles restaient significatives.

36Tous ces exemples montrent clairement que la Prusse Royale connut une forte promotion sociale à la fin du XVIIe siècle, reflet sans doute d’une relance économique. Elle aboutit à la fin de la stagnation de la noblesse moyenne et entraîna des promotions rapides dans la structure matérielle et sociale d’un groupe de familles liées à l’exercice des fonctions judiciaires. On peut considérer ce groupe comme un homologue de la nouvelle noblesse qui s’épanouissait à l’époque en Europe. Sa promotion reposait sur des relations de clientèle avec les magnats aux côtés desquels il recueillait des revenus tirés de fonctions judiciaires qui devenaient de plus en plus lucratives. Cela finit par donner aux familles citées ci-dessus un statut social plus élevé et une indépendance politique considérable. En dépit de la conjoncture défavorable dans le commerce de Gdańsk qui se produisit en première moitié du XVIIIe siècle, ce groupe affermit sa position en province et monopolisa l’accession aux fonctions foncières.

  • 44 A. Bieniaszewski, « Urzędnicy wielkopolscy XVI-XVIII wieku. Spisy » (« Fonctionnaires en Grande Po (...)
  • 45 K. Mikulski, W. Stanek en collaboration avec Z. Górski, R. Kabaciński, « Urzędnicy kujawscy i dobr (...)
  • 46 E. Opaliński, H. Żerek-Kleszcz, « Urzędnicy województw łęczyckiego i sieradzkiego XVI-XVIII wieku. (...)
  • 47 K. Chłapowski, A. Falniowska-Gradowska, « Urzędnicy województwa sandomierskiego XVI-XVIII wieku. S (...)
  • 48 K. Chłapowski, A. Falniowska-Gradowska, ouvrage cité, volume IV, Małopolska, cahier 2, Kórnik, 199 (...)
  • 49 K. Chłapowski, A. Falniowska-Gradowska, ouvrage cité, volume IV, Małopolska, cahier 4, Kórnik, 199 (...)
  • 50 K. Przyboś, « Urzędnicy województwa ruskiego XIV-XVIII wieku. Spisy » (« Fonctionnaires de la voïv (...)
  • 51 E. Dubas-Urwanowicz, W. Jarmolik, M. Kulecki, J. Urwanowicz, « Urzędnicy podlascy XIV-XVIII wieku. (...)
  • 52 « Urzędnicy Wielkiego Księstwa Litewskiego. Spisy » (« Fonctionnaires au Grand Duché de Lituanie. (...)
  • 53 K. Mikulski, A. Rachuba, « Urzędnicy inflanccy XVI-XVIII wieku. Spisy » (« Fonctionnaires en Livon (...)

37Pour conclure, il est à noter, que dans la première moitié du XVIIIe siècle, on observe une « crise » similaire de la juridiction foncière dans d’autres provinces de la République de Pologne. Il semble qu’elle soit le symptôme de l’établissement de la « nouvelle » élite de la noblesse moyenne. La chronologie de ces « crises » est très caractéristique : en Grande Pologne la fonction de greffier à Kalisz fut vacante dans les années 1704-1722 et 1728-1738 ; celle de vice-juge à Kalisz dans les années 1696-1720 et 1728-1738, dans cette dernière période également celle de juge ; celle de vice-juge à Kalisz dans les années 1697-1708, 1724-1735. Au tribunal de Poznań la fonction de greffier fut vacante dans les années 1701-1719 et 1740-1748 ; celle de juge dans les années 1704-1724 et 1747-1750 ; celle de chambellan dans les années 1688-171944. En Cujavie la fonction de greffier à Inowrocław fut vacante dans les années 1695-1710 ; celle de juge à Dobrzyń dans les années 1710-1724 ; celle de greffier à Dobrzyń dans les années 1716-1727 ; celle de chambellan à Dobrzyń dans les années 1703-1713 ; celle de vice-juge à Brześć dans les années 1694-1712 ; celle de chambellan à Brześć dans les années 1695-1701 et 1715-1726 ; celle de greffier à Brześć dans les années 1732-1763 ; celle de juge à Brześć dans les années 1741-176345. la voïvodie de Łęczyca la fonction de greffier fut vacante dans les années 1696-1710, 1728-1736 ; celle de chambellan dans les années 1619-1701, 1749-1757 ; celle de vice-juge dans les années 1676-1681, 1683-715, 1730-1739 ; celle de juge dans les années 1687-1696, 1704-1711. Dans la voïvodie voisine de Sieradz la fonction de greffier fut inoccupée dans les années 1678-1685, 1695-1745 ; celle de chambellan dans les années 1737-1744 ; celle de vice-juge dans les années 1692-1699, 1728-1745 ; celle de juge dans les années 1701-1745. En Terre de Wieluń la fonction de greffier fut vacante dans les années 1718-1724, 1759-1765 ; celle de chambellan 1702-1718, 1730-1750 ; celle de vice-juge 1700-1740 ; celle de juge 1693-1721, 1726-1740, 1751-1755, 1757-176546. Dans la voïvodie de Sandomierz, la fonction de greffier fut disponible dans les années 1696-1765 ; celle de chambellan dans les années 1690-1692, 1694-1699, 1726-1753 ; celle de vice-juge dans les années 1693-1765 ; celle de juge dans les années 1703-176547. Dans le tribunal de Cracovie il n’y eut pas de greffier dans les années 1689-1734, 1734-1765 ; de chambellan dans les années 1680-1698, 1715-1720, 1748-1759 ; de vice-juge dans les années 1686-1734, 1736-1765 ; de juge dans les années 1685-1734, 1746-1765. En Terre de Oświęcim-Zator le greffier manqua dans les années 1706-1765 ; le vice-juge dans les années 1686-1765 ; le juge dans les années 1692-176548. Dans la voïvodie de Lublin la fonction de chambellan fut vacante dans les années 1695-1744 ; celle de vice-juge dans les années 1695-1718, 1735-44, 1754-6549. Il en fut de même en Ruthénie50, en Podlachie51, en Grand Duché de Lituanie52 et en Livonie53. Donc, la crise de la juridiction foncière et plus généralement des nominations aux fonctions électives, s’étendit sur toute la République de Pologne. La Prusse Royale, la Cujavie et la Grande Pologne s’en sortirent relativement vite – ce qui prouve que dans ces provinces la nouvelle élite de la noblesse moyenne se créa le plus promptement. Cette crise fut beaucoup plus longue en Petite Pologne, en Lituanie et en Livonie. L’influence de nouveaux courants économiques dans ces régions fut beaucoup plus faible et le processus de la création de nouvelles élites plus lent. Ainsi les magnats furent beaucoup plus forts dans ces provinces. Ce n’est qu’une nouvelle et plus longue relance économique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle qui entraîna une stabilisation progressive des nouvelles élites et la fin de la crise de la juridiction.

  • 54 Voir J. Topolski, Gospodarka polska a europejska w XVI-XVIII wieku (Économie polonaise et européen (...)

38Ces recherches ne touchent que superficiellement les problèmes complexes des transformations sociales de l’état nobiliaire aux XVIIe et XVIIIe siècles. Elles reflètent, en un sens, l’état de notre savoir car nous pouvons déjà replacer la crise de la noblesse moyenne au XVIIe siècle dans un contexte plus large de transformations européennes, mais la suite des transformations à « l’époque ténébreuse des rois de Saxe » reste totalement inconnue. Cependant il paraît que l’émancipation de la « nouvelle » noblesse moyenne, qui eut lieu à cette époque-là, donna naissance à des processus sociaux qui aboutirent, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, à une participation indépendante mais non durable de ce groupe dans la vie politique de la République de Pologne. Elle se manifestait déjà dans la Confédération de Bar et pendant la Grande Diète. Néanmoins, il convient de souligner que cette modification sociale de la noblesse moyenne polonaise, en l’absence de réformes de la part de l’État, dépendait d’autant plus de la conjoncture économique et du cours naturel des processus économiques. À ce qu’il paraît, ce ne fut que la reprise des échanges économiques avec la Silésie et la Saxe, ainsi que de nouvelles voies d’afflux de technologies et d’argent qui accélèrent le processus de la transformation sociale de la noblesse. Ce fut la Grande Pologne, qui au XVIIIe siècle, atteint la position de « leader » des transformations économiques, dépassant la Prusse Royale liée à Gdańsk et à l’exportation maritime54.

39Les recherches actuelles ne montrent que le cours du processus étudié, mais elles ne répondent pas aux questions concernant ses causes. À cette étape de mes recherches, je ne suis pas à même de donner une réponse précise. Cependant il semble que dans de futures recherches sur la question de la crise ou de la régression économique en Pologne au XVIIe siècle et la transformation sociale qui s’ensuivit, il faudra réviser les modèles homogènes expliquant le cours de ces processus qui fonctionnent jusqu’à présent. D’un côté, on ne peut pas séparer la dépendance du progrès économique de la Pologne des tendances européennes générales (ce qui impose une nouvelle étude des suggestions de W. Kula et de « la théorie coloniale »), de l’autre côté il est nécessaire de réfléchir sur le modèle proposé par J. Topolski. En effet, il est difficile de soutenir la thèse de l’épuisement des capacités agrotechniques du sol et de la pénurie des récoltes qui s’ensuivit. La crise s’étend aussi à des régions où, au XVIIe siècle beaucoup de champs sont en jachère même seulement durant quelques décennies et où rien ne fait obstacle au transfert des cultures. Et ce ne fut pas le cas. Dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, nous observons la disparition de nouvelles initiatives de peuplement. La régression, dans ce domaine persiste sauf en un court intervalle à la fin du XVIIe siècle, jusqu’aux années 1720. Il en résulte la nécessité de chercher d’autres causes « naturelles » à la crise en Pologne, car il convient de faire crédit à J. Topolski qui estime impossible de se limiter au « modèle colonial » en voulant répondre aux questions concernant le déclin de la ferme et généralement de l’économie polonaise au XVIIe siècle.

  • 55 La réduction partielle de l’activité du soleil qui entraîna le refroidissement du climat survint a (...)

40Il semble que dans le cadre de recherches dans ce domaine, il serait beaucoup plus intéressant d’analyser l’influence du refroidissement du climat. « Le mini-âge glaciaire », qui va de la seconde moitié du XVIe siècle à la seconde moitié du XVIIIe siècle et dont l’apogée se situe justement sur la période des années 1620 jusqu’au début du XVIIIe siècle, correspond d’une manière frappante aux crises économiques55. En outre, les refroidissements précédents, ayant eu lieu dans la première moitié du XIVe siècle et au XVe siècle correspondent bien aux fléchissements de la conjoncture dans l’économie européenne et à leurs suites négatives (multiplication de fléaux naturels de grande intensité, recul du peuplement et abandon des biens)

41 Je présente l’influence supposée du refroidissement du climat sur les processus démographiques dans mon article : K. Mikulski, « Kondycja demograficzna rodziny mieszczańskiej w Toruniu w XVI-XVIII w. (w świetle genealogii Neisserów ») (« Condition démographique de la famille bourgeoise à Toruń du XVIe au XVIIIe siècle à la lumière de la généalogie de Neisser »), dans Kobieta i rodzina w Polsce w średniowieczu i u progu czasów nowożytnych (La femme et la famille en Pologne au Moyen Âge et au seuil de l’époque moderne), sous la direction de Z.H. Nowak et A. Radzimiński, Toruń, 1998, p. 115-142.

ee

Notas

1 I. Gieysztorowa, Ludność (Population), dans Encyklopedia historii gospodarczej Polski do 1945 r. (Encyclopédie d’histoire du commerce de la Pologne jusqu’en 1945), volume 1, A-N, Warszawa 1981, p. 431.

2 K. Mikulski, « Struktura etniczna mieszkańców i status społeczny ludności pochodzenia polskiego w Toruniu od końca XIV do połowy XVII wieku » (« La structure ethnique de la population et le statut social des habitants d’origine polonaise à Toruń de la fin du XIVe à la moitié du XVIIe siècle »), Roczniki Historyczne, R. 63, 1997, p. 111-129.

3 S. Alexandrowicz, « Powstanie sieci miejskiej Podlasia na tle wczesnych procesów urbanizacyjnych w Wielkim Księstwie Litewskim » (« Création du réseau urbain de la Podlachie à base des premiers processus d’urbanisation en Grand Duché de Lituanie »), Kwartalnik Historii Kultury Materialnej, R. 28, 1980, no 3, p. 417.

4 W. Nekanda Trepka, Liber generationis pleneanorum (« Liber chamorum »), 2ème édition, sous la direction de R. Leszczyński, Wrocław-Warszawa-Kraków, 1995.

5 S. Mielczarski, Rynek zbożowy na ziemiach polskich w drugiej połowie XVI i pierwszej połowie XVII wieku. Próba rejonizacji (Le marché du blé sur le territoire de la Pologne dans la seconde moitié du XVIe siècle et dans la première moitié du XVIIe siècle. Essai de sectorisation), Gdańsk, 1962.

6 Idées sur la genèse de la ferme et sur son développement au XVIe siècle, voir K. Mikulski, J. Wroniszewski, « Folwark i zmiany koniunktury gospodarczej w Polsce XIV-XVII wieku » (« La ferme et les fluctuations de la conjoncture économique en Pologne du XIVe au XVIIe siècle »), Klio. Czasopismo poświęcone dziejom Polski i powszechnym, 4/2003, p. 25-40.

7 J. Topolski, Gospodarka polska a europejska w XVI-XVIII wieku (Économie polonaise et européenne aux XVIe-XVIIIe siècles), Poznań, 1977.

8 W. Kula, Teoria ekonomiczna ustroju feudalnego. próba modelu (Théorie économique du système féodal. Essai d’un modèle), Warszawa, 1962.

9 K. Mikulski, Osadnictwo wiejskie województwa pomorskiego od połowy XVI do końca XVII w., (Le peuplement agricole de la voïvodie de Poméranie de la seconde moitié du XVIe siècle à la fin du XVIIe siècle), Toruń, 1992.

10 Ibidem, p. 149 (tableau 38).

11 Ibidem, p. 49 (tableau 7).

12 E.L. Petersen, « Kryzys szlachty duńskiej 1580-1660 » (« La crise de la noblesse danoise 1580-1660 »), dans Europa i świat w początkach epoki nowożytnej, część 1, społeczeństwo, kultura, ekspansja (L’Europe et le monde au début de l’époque moderne, partie 1 : société, culture, expansion), sous la direction de A. Mączak, Warszawa, 1991, p. 155-177.

13 Ibidem, p. 156.

14 Ibidem, p. 158.

15 Ibidem, p. 177.

16 T. Winkelbauer, Kriese der Aristokratie ? Zum Strukturwandel des Adels in den böhmischen und niederösterreichischen Ländern im 16. und 17. Jahrhundert, dans Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung 100 (1992), p. 352. Une sorte d ‘ essai de comparaison des transformations de la plus haute couche de la noblesse (les magnats) en Pologne, en Bohème et en Moravie est réalisé par H. J. Bömelburg, « Die Magnaten : Avangarde der Ständeverfassung oder oligarchische Clique ? », dans Ständefreiheit und Staatsgestaltung in Ostmitteleuropa. Űbernationale gemeinsamkeiten in der politischen Kultur vom 16.- 18. Jahrhundert, hrsg., von J. Bahlcke, H.J. Bömelburg, N. Karsten, Leipzig, 1996, p. 119-133.

17 L’établissement du Majorat de Zamojski (Ordynacja Zamojska) constitue l’exemple le plus caractéristique de ce type de démarches.

18 Voir K. Mikulski, « Szlachta powiatu świeckiego w województwie pomorskim w XVI-XVIII wieku (zmiany struktury majątkowej) » (« La noblesse du district de Świecko dans la voïvodie de Poméranie aux XVIe-XVIIIe siècles (transformations de la structure matérielle) », Acta Universitatis Nicolai Copernici. Historia, 28, 1993, p. 47 et 54-55.

19 J. Dumanowski analyse ce problème, en prenant en considération le rôle des fonctionnaires municipaux à l’exemple de la Cujavie dans son article, « Mechanizmy szlacheckiego obrotu ziemią na Kujawach w drugiej połowie XVI wieku w świetle ksiąg grodzkich brzesko-kujawskich « (« Les mécanismes des opérations foncières de la noblesse en Cujavie dans la seconde moitié du XVIe siècle à la lumière des registres municipaux de Brześć Kujawski »), Zapiski Kujawsko-Dobrzyńskie, vol. 9, 1995, p. 55-65.

20 W. Kula, Rozwój gospodarczy Polski XVI-XVIII w. (« Développement économique de la Pologne du XVIe au XVIIIe siècle »), Warszawa, 1993, p. 50 et suivantes.

21 E. Cieślak, Konflikty polityczne i społeczne w Gdańsku w połowie XVIII wieku. Sojusz pospólstwa z dworem królewskim (« Les conflits politiques et sociaux à Gdańsk dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. L’alliance du bas peuple et de la cour royale »), Wrocław, 1972, p. 20-27. J’analyse le problème de la chute du patriciat héréditaire dans mon article : K. Mikulski, « Szlachta i patrycjat w Prusach Królewskich w XV-XVIII wieku - próba określenia wzajemnych relacji » (« La noblesse et le patriciat en Prusse Royale aux XVIe-XVIIIe siècles – essai d’une définition de relations réciproques »), dans Prusy Książęce i Prusy Królewskie w XVI-XVIII wieku, (La Prusse Ducale et la Prusse Royale aux XVIe-XVIIIe siècles), sous la direction de J. Wijaczek, Kielce 1997, p. 97-109.

22 A. Manikowski, « Zmiany czy stagnacja ? Z problematyki handlu polskiego w drugiej połowie XVII w. » (« Transformations ou stagnation ? Les problèmes du commerce polonais dans la seconde moitié du XVIIe siècle »), Przegląd Historyczny, vol. 64, 1973, cahier 4, p. 782.

23 K. Mikulski, Szlachta powiatu świeckiego (La noblesse du district de Świecko), p. 56 (tableau 5).

24 J. Dygdała, K. Mikulski, « Zmiany w elicie władzy Prus Królewskich w XV-XVIII wieku (Czynniki awansu, trwania i upadku) », (« Transformations de l’élite du pouvoir en Prusse Royale du XVe au XVIIIe siècle – Facteurs de la promotion, de la durée et du déclin »), dans Szlachta i ziemiaństwo na Pomorzu w dobie nowożytnej XVI-XX wieku (Przemiany struktur wewnętrznych) (« Noblesse et propriétaires fonciers en Poméranie à l’époque moderne XVIe-XXe siècles – Transformations des structures intérieures »), sous la direction de J. Dygdała, Toruń, 1993, p. 7-29.

25 K. Chłapowski, S. Ciara, Ł. Kądziela, T. Nowakowski, E. Opaliński, G. Rutkowska, T. Zielińska, « Urzędnicy centralni i nadworni Polski XIV-XVIII wieku. Spisy » (« Les hauts fonctionnaires et les fonctionnaires de la cour en Pologne aux XIVe-XVIIIe siècles. Registres »), dans Urzędnicy dawnej Rzeczypospolitej XII-XVIII w. (« Fonctionnaires en ancienne République de Pologne du XIIe au XVIIIe siècle »), sous la direction de A. Gąsiorowski, vol. X, Kórnik 1992, nos 765, 768.

26 K. Mikulski, « Urzędnicy Prus Królewskich XV-XVIII wieku. Spisy » (« Fonctionnaires de la Prusse Royale du XVe au XVIIIe siècle. Registres »), ouvrage cité, vol. V : Pomorze - Prusy Królewskie, cahier 2, Wrocław 1990, nos 639, 294, 296, 999, 1000. Franciszek Jan fut voïvode de Malbork 1681-85, son fils Franciszek voïvode de Chełmno (1725-32) et trésorier de la Prusse (1714-38), les deux fonctions dont hérita Michał – voïvode de Chełmno (1738-46) et trésorier de la Prusse (1738-1746).

27 Urzędnicy centralni i nadworni (Les hauts fonctionnaires et les fonctionnaires de la cour) (Dulski). Maciej Żaliński fut chambellan de la couronne (1563-74) (ibidem, no 702) ; Jan Żelisławski écuyer de bouche de la couronne (1570) (ibidem, no 816) ; Łukasz Działyński sous-échanson de la couronne (1582-83) (ibidem, no 73) ; Jan Kostka exerça une très haute fonction foncière : voïvode de Sandomierz (1574-81).

28 Voir J.K. Dachnowski, Herbarz szlachty Prus Królewskich z XVII wieku (Armorial de la noblesse de la Prusse Royale au XVIIe siècle), sous la direction de Z. Pentek, Kórnik 1995.

29 K. Mikulski, Urzędnicy Prus Królewskich (Fonctionnaires de la Prusse Royale), p. 30, 69, 75, 85, 103, 108, 119, 125, 129, 157, 167-168, 173.

30 Les tribunaux fonciers en Pologne examinaient toutes les affaires civiles et pénales de petite importance concernant la noblesse possédant la terre. Les non-possesseurs (gołota) étaient soumis au tribunal du voïvode.

31 Les tribunaux municipaux provenaient du tribunal royal. Les causes relevant de leurs compétences étaient le meurtre, l’incendie criminel, l’agression sur la route, le viol (4 articles municipaux). Les starostes avaient également les prérogatives de l’exécution des jugements des tribunaux nobiliaires. Au fur et à mesure de l’accroissement de la crise des tribunaux fonciers à la fin du XVIIe siècle, les tribunaux municipaux s’attribuèrent leurs compétences en examen des affaires civiles de la noblesse possédant la terre.

32 K. Mikulski, Urzędnicy Prus Królewskich (Fonctionnaires de la Prusse Royale), no 439, Wrocław, Zahład Narodwy im-Ossolińkich, 1990.

33 Ibidem, no 648, 649, 838, 22.

34 Ibidem, no 1555, 1435.

35 Ibidem, no 1465, 1390, 1392, 1436.

36 Ibidem, p. 185-186.

37 Ibidem, no 69.

38 Ibidem, no 613.

39 Ibidem, no 232, 233.

40 Ibidem, no 1557.

41 Ibidem, no 1464, 1521, 330, 373, 67.

42 Voir J. Dygdała, Adam Stanisław Grabowski (1698-1766), biskup, polityk, mecenas (Adam Stanisław Grabowski (1698-1766), évêque, homme politique, mécène), Olsztyn, 1994, p. 16 et suivantes.

43 Ibidem, p. 11.

44 A. Bieniaszewski, « Urzędnicy wielkopolscy XVI-XVIII wieku. Spisy » (« Fonctionnaires en Grande Pologne du XVIe au XVIIIe siècle. Registres »), dans Urzędnicy dawnej Rzeczypospolitej XII-XVIII wieku. Spisy (Fonctionnaires de l’ancienne République de Pologne du XIIe au XVIIIe siècle. Registres), sous la direction d’A. Gąsiorowski, volume I, Wielkopolska, cahier 2, Wrocław 1987, p. 63, 68, 71, 75-76, 125, 131, 138-139, 174-175 (greffier de Wschowa dans les années 1694-1710, 1718-25, 1733-42), 177 (chambellan de Wschowa 1688-1707), 184 (juge de Wschowa 1738-42).

45 K. Mikulski, W. Stanek en collaboration avec Z. Górski, R. Kabaciński, « Urzędnicy kujawscy i dobrzyńscy XVI-XVIII wieku. Spisy » (« Fonctionnaires en Cujavie et en Terre de Dobrzyń »), ouvrage cité, volume VI, Kujawy i ziemia dobrzyńska, cahier 2, Kórnik, 1990, p. 13, 42, 47, 49, 95-96, 182, 188, 194.

46 E. Opaliński, H. Żerek-Kleszcz, « Urzędnicy województw łęczyckiego i sieradzkiego XVI-XVIII wieku. Spisy » (« Fonctionnaires de la voïvodie de Łęczyca et de la voïvodie de Sieradz du XVIe au XVIIIe siècle. Registres »), ouvrage cité, volume II, Ziemie łęczycka, sieradzka i wieluńska, cahier 2, Kórnik, 1993, p. 75-76, 81, 83, 87-88, 154-155, 159-160, 162, 166, 219, 223, 225-226, 229-230.

47 K. Chłapowski, A. Falniowska-Gradowska, « Urzędnicy województwa sandomierskiego XVI-XVIII wieku. Spisy ») (« Fonctionnaires de la voïvodie de Sandomierz du XVIe au XVIIIe siècle. Registres »), ouvrage cité, volume IV, Małopolska, cahier 3, Kórnik, 1993, p. 100, 106, 108, 114, 137 (greffier de Stężyca 1720-65), 139 (vice-juge de Stężyca 1674-1720, 1730-65), 141 (juge de Stężyca 1702-20, 1720-65).

48 K. Chłapowski, A. Falniowska-Gradowska, ouvrage cité, volume IV, Małopolska, cahier 2, Kórnik, 1990, p. 74, 82, 87, 94-95 (voïvodie de Cracovie), 147, 150, 154 (Terre de Oświęcim-Zator).

49 K. Chłapowski, A. Falniowska-Gradowska, ouvrage cité, volume IV, Małopolska, cahier 4, Kórnik, 1991, p. 39, 41, 72 (greffier de Łuków 1705-a. 1754), 76-77 (vice-juge de Łuków après 1713-54), 80 (juge de Łuków après 1719-54).

50 K. Przyboś, « Urzędnicy województwa ruskiego XIV-XVIII wieku. Spisy » (« Fonctionnaires de la voïvodie de Ruthénie du XIVe au XVIIIe siècle. Registres »), ouvrage cité, volume III, Ziemie ruskie, cahier 1, Wrocław, 1987, p. 52 (greffier de Halicz jusqu’à 1765), 60 (vice-juge de Halicz 1695-1765), 64 (juge – la durée de la vacance est incertaine, à coup sûr jusqu’à 1765), 127 (greffier de Lvov 1710-33, 1755-65), 145 (juge de Lvov 1698-1714, 1714-33, 1733-44, 1749-65), 216 (greffier de Przemyśl 1693-1720, 1726-48), 227 (vice-juge de Przemyśl 1689-1720, 1735-48), 233 (juge de Przemyśl 1696-1720, 1739-49), 272 (greffier de Sanok 1690-1765), 279 (chambellan de Sanok 1712-24, 1733-65), 282 (vice-juge de Sanok 1693-1765) ; E. Janas, W. Kłaczewski, J. Kurtyka, A. Sochacka, Urzędnicy podolscy XV-XVIII wieku. Spisy (Fonctionnaires de Podolie aux XVe-XVIIIe siècle. Registres), Kórnik, 1998, p. 86 (greffier 1686/98-1705, après 1711-21, 1744-48), 96-7 (chambellan 1705-13, 1737-44), 101 (vice-juge 1672-88, après 1736-48), 110 (juge 1683-1686, 1713-21) ; H. Gmiterek, R. Szczygieł, Urzędnicy województwa bełskiego i ziemi chełmskiej XIV-XVIII wieku. Spisy (Fonctionnaires de la voïvodie de Bełżec et de la Terre de Chełm), dans Urzędnicy dawnej Rzeczypospolitej XII-XVIII wieku. Spisy (Fonctionnaires de l’ancienne République de Pologne du XIIe au XVIIIe siècle. Registres), sous la direction d’A. Gąsiorowski, volume III, Ziemie ruskie, cahier 2, Kórnik, 1992, p. 44 (greffier de Bełżec 1696/1712-1730), 48 (chambellan de Bełżec 1687-1712, 1713-45), 53 (vice-juge de Bełżec 1695-1712-1730, 1745-61), 58 (juge de Bełżec 1738-59), 165 (greffier de Chełm 1723-38, 1755-65), 172-173 (chambellan de Chełm 1757-65), 177 (juge de Chełm 1703-19, 1724-38).

51 E. Dubas-Urwanowicz, W. Jarmolik, M. Kulecki, J. Urwanowicz, « Urzędnicy podlascy XIV-XVIII wieku. Spisy » (« Fonctionnaires en Podlachie du XIVe au XVIIIe siècle. Registres »), ouvrage cité, volumeVIII, Podlasie, Kórnik, 1994, p. 49 (chambellan de Biała Podlaska 1696-1712), 51 (vice-juge de Biała Podlaska po 1704 - a. 1736), 56 (juge de Biała Podlaska 1708-51), 76-77 (greffier de Drohiczyn 1698-1765), 80-81 (chambellan de Drohiczyn 1679-98, 1730-65), 83 (vice-juge de Drohiczyn 1690-1765), 87 (juge de Drohiczyn 1705-13, 1727-65), 110 (greffier de Mielnik 1687-1722, 1738-65), 115 (chambellan de Mielnik 1688-1765), 116 (vice-juge de Mielnik 1703-65), 120 (juge de Mielnik 1696-1765).

52 « Urzędnicy Wielkiego Księstwa Litewskiego. Spisy » (« Fonctionnaires au Grand Duché de Lituanie. Registres »), sous la direction d’A. Rachuba, volume I, Województwo wileńskie XIV-XVIII w., opr. H. Lulewicz, A. Rachuba, P.P. Romaniuk, Warszawa 2004, p. 140-141 (greffier foncier de Vilnius dans les années 1685-88, 1709-13, 1731-47, 1757-65), 150 (chambellan de Vilnius dans les années 1700-24, 1734-47), 154 (vice-juge de Vilnius dans les années 1692-1700, po 1707-26/7), 173-174 (juge de Vilnius dans les années 1685-88, 1690-92, après 1709-28, après 1733-47) ; 255-256 (greffier foncier de Oszmiana dans les années 1705-13, 1730-44, 1756-65), 264-65 (chambellan de Oszmiana dans les années 1701-13, 1728-44, 1752-65), 266-67 (vice-juge de Oszmiana dans les années 1700-13, 7155-65), 282 (juge de Oszmiana dans les années 1701-13, 1751-65) ; 350-51 (greffier de Lida dans les années 1703-52), 359 (chambellan de Lida dans les années 1690-94, po 1706 – 14, 1721-52), 361 (vice-juge de Lida dans les années 1684-87, 1696-99, 1727-52), 373 (juge de Lida dans les années 1708-52) ; 447 (greffier de Wiłkomierz dans les années 1702-12, 1740-65), 458-59 (chambellan de Wiłkomierz dans les années 1690-1701, 1703-15, 1717-19, 1723-31, 1735-42, 1762-65), 462 (vice-juge de Wiłkomierz dans les années 1716-23, 1737-42), 477 (juge de Wiłkomierz dans les années 1735-42) ; 550 (greffier de Brasław dans les années 1718-24, 1756-65), 560 (chambellan de Brasław dans les années 1713-18, 1750-65), 562 (vice-juge de Brasław dans les années 1696-1724, 1729-65), 578 (juge de Brasław dans les années 1697-1718, après 1731-65). En Lituanie les fonctions du porte-drapeau et du maréchal de district furent souvent vacantes. Les candidats à ces charges étaient élus par la noblesse pendant les diètines d’élection.

53 K. Mikulski, A. Rachuba, « Urzędnicy inflanccy XVI-XVIII wieku. Spisy » (« Fonctionnaires en Livonie aux XVIe et XVIIIe siècles. Registres »), ouvrage cité, volume IX, Inflanty, Kórnik 1994, p. 139 (greffier dans les années 1708-65), 146-147 (chambellan dans les années 1705-13, 1731-44), 148 (vice-juge de 1708-15 et il n’y eut plus jamais de nomination), 154 (juge 1707-15, 1722-65).

54 Voir J. Topolski, Gospodarka polska a europejska w XVI-XVIII wieku (Économie polonaise et européenne aux XVIe-XVIIIe siècles), Poznań, 1977.

55 La réduction partielle de l’activité du soleil qui entraîna le refroidissement du climat survint au XVIIe siècle. Auparavant un phénomène similaire avait eu lieu dans la première moitié du XIVe siècle et au XVe siècle. Voir J.A. Eddy, « Variability of the Present and Ancient Sun : a Test of Solar Umformitarianism », dans Secular Solar and Geomagnetic Variations in the Last 10,000 Years, (ed.) v. F.R. Stephenson, A.W. Wolfendale, Kluver Academic Publishen, Dordrecht, Boston, London, 1988, 1-23. Un refroidissement identique dans l’hémisphère nord fut décrit dans des travaux russes – voir V.V. Klimenko, Hol’odnyj kl’imat rannej subatlantičeskoj epohi v severnom polušarii, Moskva, 2004.

Autor

Université Nicolas Copernic de Toruń

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540