Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre IV - La noblesse dans la sphère privée

La vie matérielle de la noblesse entre le « Grand Siècle » et le siècle des Lumières : Une lecture des différenciations sociales au sein du second ordre

Michel Figeac

Texte intégral

  • 1 J.-F. de Bastide, La petite maison, Gallimard, 1993, p. 39-41. Le Promeneur.

Cette nouvelle pièce est un appartement de bains. Le marbre, les porcelaines, les mousselines, rien n’y a été épargné ; les lambris sont chargés d’arabesques exécutées par Perot sur les dessins de Gilot, et contenus dans des compartiments distribués avec beaucoup de goût. Des plantes maritimes montées en bronze par Cafieri, des pagodes, des cristaux et des coquillages, entremêlés avec intelligence, décorent cette salle, dans laquelle sont placées deux niches, dont l’une est occupée par une baignoire, l’autre par un lit de mousseline des Indes brodée et ornée de glands en chaînettes. À côté est un cabinet de toilette dont les lambris ont été peints par Huet, qui y a représenté des fruits, des fleurs et des oiseaux étrangers, entremêlés de guirlandes et de médaillons dans lesquels Boucher a peint en camaïeux de petits sujets galants, ainsi que dans les dessus-de-porte1.

  • 2 E. Bouvet-Bensimon, « L’ascension sociale d’un marchand de bois du XVIIIe siècle », Revue d’Histoi (...)
  • 3 P. Perrot, Le luxe : une richesse entre faste et confort, XVIIIe-XIXe siècles, Paris, Seuil, 1995, (...)
  • 4 Sénac de Meilhan, Considérations sur les richesses et le luxe, Amsterdam et Paris, 1787, p. 88.

1Superbe description, trop précise pour avoir jailli sous la plume toujours très sèche d’un tabellion royal ou d’un expert en œuvres d’art, superbe description née dans l’imagination d’un romancier libertin, Jean-François de Bastide, et qui devrait, pour une fois, lever les doutes des esprits les plus méfiants à l’égard de la source littéraire. Dans un souci de détail bien rare au XVIIIe siècle, ne précise-t-il pas jusqu’aux noms des artistes qui travaillèrent à la décoration de cette folie. Cet extrait prouve en tout cas que le romancier peut donner vie à des objets que le notaire se contenterait de décrire sans jamais chercher à les incarner. Il confirme le nécessaire croisement des sources, car si l’inventaire est la source sérielle incontournable, il est également indispensable de le confronter aux factures et aux livres de raison qui permettent de saisir les habitudes de consommation journalière, de travailler sur l’obsolescence des objets, comme a pu le faire Evelyne Bouvet-Bensimon quand elle a reconstitué les dépenses du marchand de bois parisien Joseph Gandolphe2. De même, les journaux ou les annonces publicitaires saisissent la réalité de la consommation dans l’instantané. La description de Bastide contribue à cette meilleure compréhension de la vie matérielle des élites, d’autant plus qu’elle donne un coup de projecteur sur l’un des lieux emblématiques de la douceur des Lumières. Cet appartement de bains témoigne en effet d’une conception du luxe qui s’est profondément transformée depuis le début de l’époque moderne. D’une recherche du faste qui cherchait avant tout à afficher les supériorités sociales, d’une « invitation à l’éblouissement », comme l’écrit Philippe Perrot3, on est passé à un goût du confort à usage privé qui se dérobe à la vue puisqu’il se déroule dans l’un de ces petits lieux où triomphe l’intimité. Travailler sur la culture matérielle des élites au XVIIIe siècle, c’est donc d’abord mesurer cette mutation avant d’en apprécier toutes les conséquences sociales et politiques, car, comme l’écrit Sénac de Meilhan, « [le faste] annonce la supériorité du rang ; il se manifeste par la pompe, l’éclat, la décoration […]. Le luxe est plus particulièrement l’attribut des riches »4. Cette profonde mutation des consommations somptuaires n’était-elle pas sans conséquences majeures du point de vue de la hiérarchisation des rangs et des solidarités internes au second ordre ?

LE SIÈCLE DES LUMIÈRES OU LES CONQUÊTES D’UN LUXE SYNONYME DE DOUCEUR DE VIVRE

DE L’ÂGE DES MAGNIFICENCES À L’ÂGE DU SOURIRE

  • 5 M. Cubells, La Provence des Lumières : les parlementaires d’Aix au XVIIIe siècle, Paris, Maloine, (...)

2En 1693, les meubles du président du Parlement d’Aix, Pierre de Coriolis-Espinouze, étaient ornés de franges et de clous, ils présentaient des pieds torsadés, les murs étaient tendus de ces lourdes tapisseries à la valeur calorifique autant que décorative5. Un siècle plus tard, l’intérieur du descendant, Charles-François-Xavier, s’était fait aimable, il s’était ouvert aux commodes en marqueterie, aux petites tables en marbre et autres chiffonnières, les tapisseries avaient vécu, le décor était fait de matières soyeuses, douces, car la grandiloquence du siècle de Louis XIV avait cédé la place au plaisir des yeux. Sa résidence était d’ailleurs d’une valeur exceptionnelle, car, dans un hôtel estimé 120 000 livres, les biens meubles étaient évalués à 42 580 livres dont 12 297 pour les meubles proprement dits, et 19 597 livres pour la vaisselle d’argent et les bijoux. Les tapisseries, qui ne représentaient plus que 273 livres, avaient été remplacées par des glaces, des tableaux et des estampes. Une nouvelle civilisation matérielle symbolisée par la prolifération des objets et par leur diffusion à toutes les couches des élites, s’était véritablement imposée.

  • 6 M. Favreau, La curiosité et le mécénat à Bordeaux au Grand siècle (1598-1715), thèse dactylographi (...)
  • 7 Pour plus de précisions, voir M. Figeac, La douceur des Lumières, Bordeaux, Mollat, 2001, p. 41.

3Au XVIIe siècle, plusieurs grandes familles de l’aristocratie connaissaient l’opulence, mais elles étaient beaucoup moins nombreuses et le faste s’exprimait avant tout par une magnificence ostentatoire. Pour rester dans le milieu des élites judiciaires, c’est au niveau des Présidents de Cour que s’observait un train de vie supérieur et c’est ainsi qu’à Bordeaux Marc Favreau, dans son étude sur le mécénat bordelais, s’est aperçu que « les présidents de cours souveraines possédaient à eux seuls trois cents pièces de tapisseries »6. Cette haute société urbaine se tournait vers les belles tapisseries d’Aubusson, mais aussi vers la production des Flandres qui parvenait facilement dans la région bordelaise, et le summum provenait, bien sûr, des Gobelins créés en 1667. Dans son hôtel de la Maison Daurade, véritable palais urbain couvert de coupoles, le Premier Président de Pontac disposait d’une véritable galerie de tableaux, signalée par tous les voyageurs7. Au sommet de l’État, la puissance s’affichait avec le maximum d’ostentation : les deux galeries de l’hôtel de Séguier étaient par exemple ornées de suites de tableaux qui exaltaient les mérites du chancelier. Les Titans défaits évoquaient la victoire remportée par ce ministre contre les grands seigneurs révoltés ; Apollon, victorieux du serpent Python symbolisait l’hérésie domptée par la prise de La Rochelle. Sur les façades de l’hôtel que le maréchal de Villars fit construire rue de Grenelle par Germain Boffrand, des inscriptions monumentales rappelaient que le maréchal avait vengé par les armes les défaites de la France. À l’intérieur, le salon du fond était une sorte de galerie qui présentait une décoration consacrée aux attributs de la guerre et de la paix. Dans chacun des quatre panneaux principaux, le registre supérieur offrait une couronne de laurier et d’olivier entourant des bâtons de maréchal entrecroisés. Notre propos s’est focalisé sur des éléments de décoration particulièrement prestigieux, mais on aurait pu mener la même analyse sur le mobilier. En effet, à une époque où ce dernier restait encore peu diversifié, le luxe se concentrait sur quelques meubles d’une magnificence exceptionnelle, comme ces grands cabinets en ébène, en marqueterie incrustée de pierres en provenance des Flandres qui restaient l’apanage des grandes maisons. Les diverses manifestations du faste devaient bien être de brillants signes de la grandeur sociale, visibles par tous.

  • 8 A. Croix, « Le livre, le café et la baignoire. Les décalages sociaux, culturels et spatiaux dans l (...)
  • 9 Anonyme, Discours sur le luxe et sur l’hospitalité, considérés sous leurs rapports avec les mœurs (...)

4La transformation des intérieurs, la diffusion d’un luxe privilégiant le confort, l’apparition de nouvelles formes et de nouveaux matériaux peuvent être facilement datés en dépouillant les inventaires après décès avec lesquels « on va chercher à savoir comment a circulé l’invisible »8. En reprenant l’indicateur très précieux des revêtements muraux, cette mutation et cette diffusion du luxe se mesurent très nettement. Au XVIIe siècle, les tapisseries de haute lisse étaient un véritable marqueur des sommets de la hiérarchie sociale. Progressivement, la tapisserie industrielle fabriquée à Elbeuf ou à Rouen, et connue sous le nom générique de Bergame, prend de plus en plus de place avant d’être relayée par les toiles peintes, les indiennes, ou par le papier peint, collé sur un support ou à même le mur, ce qui le fait disparaître des inventaires. Ces nouvelles modes beaucoup plus largement diffusées ne signifiaient pas forcément une baisse des coûts, à en croire un pamphlet de 1791 contre le luxe : « J’ai vu à la manufacture de M. Réveillon un papier pour lequel il avait fallu quatre-vingts planches, aussi coûtait-il aussi cher qu’une tenture des Gobelins. Voilà bien véritablement un luxe extravagant et ruineux »9. L’innovation suscitait en effet sans cesse de nouvelles dépenses or, dans les années 1780, elle provenait en particulier de l’emploi d’une peinture à la détrempe, opaque et permettant le recours à des couleurs vives et chatoyantes, capables de satisfaire les goûts des contemporains. Ces nouvelles modes correspondaient également au bouleversement des intérieurs, car le recul rapide des grandes pièces avait forcément entraîné celui des tapisseries, très visible dans les inventaires après décès.

DU SALON À LA SALLE DE BAINS : LA MÉTAMORPHOSE DES LIEUX

  • 10 Baron de Frénilly, Souvenirs, Paris, 1908, p. 182-184.
  • 11 J.-F. Blondel, Maisons de plaisance, Paris, 1737, tome I, p. 31.
  • 12 A. Pardailhé-Galabrun, La naissance de l’intime, 3 000 foyers parisiens, XVIIe-XVIIIe siècles, Par (...)
  • 13 Rapporté par A. Pardailhé-Galabrun, ouvrage cité, p. 358.
  • 14 C. Desplats, « L’hiver des gentilshommes : le château et son décor en 1793 (Béarn et Pays Basque)  (...)

5Quand le baron de Frénilly parle de Madame Dupin qui, âgée de quatre-vingt-quatorze ans, adopte toujours le mode de vie du Grand Siècle, il fait part de sa surprise face à l’archaïsme de cette femme qui vit encore comme au XVIIe siècle : « Salon, salle à manger tout se faisait dans l’immense chambre à coucher de Madame Dupin […] »10. Le jugement de ce mémorialiste montre à quel point les mentalités avaient pu évoluer, car à la fin du XVIIIe siècle un tel mode de vie dénué de rupture entre public et privé semblait quelque peu incongru. Dans ce contexte de spécialisation, le salon, apparu dans les plus grands châteaux dès le milieu du XVIIe siècle, devint le pivot de la vie nobiliaire, le cœur de la vie sociale. C’est, comme l’explique Briseux dans son traité, « la principale pièce et la plus occupée » puisque dans Les maisons de plaisance, Blondel affirme que « l’on peut y manger, quand il s’agit d’un repas de conséquence, y donner bal, y faire des concerts, et s’y venir délasser au retour de la chasse »11. « Point milliaire d’où tout part », comme l’écrira plus tard Balzac, le salon semblait bien avoir détrôné la salle à manger puisque les nobles y passaient désormais davantage de temps. À l’opposé, la salle de bains, si bien décrite par Bastide, apparaît comme le symbole par excellence du repli sur l’intime mais sa possession reste encore socialement très discriminante. L’architecte Jacques François Blondel recensait, en 1750, cinq cabinets de bains pour soixante-treize hôtels particuliers de la capitale, alors qu’une enquête de 1801 sur soixante-six hôtels construits depuis 1770, en mentionnait vingt, ce qui confirme une sensible progression12. En s’en tenant à la seule baignoire, celle-ci ne concernait que 4 % des inventaires nantais en 1766-1770, mais déjà 23 % en 1791-1795. Dans la plupart des cas, il s’agissait de modèles simples, à remplir manuellement, car l’adduction d’eau, très coûteuse à installer, était le privilège des plus riches, comme le marquis de Marigny, qui fit implanter à Ménars une machine hydraulique. Tel était également le cabinet de bains de l’hôtel de Vergès, en 1782 à Paris où « l’eau était amenée à la baignoire par deux forts robinets de cuivre, un pour l’eau froide, un pour l’eau chaude »13. Avec ses carreaux noirs et blancs, sa baie de croisée garnie de verre de Bohême et ses peintures à fresque représentant des nymphes, le lieu devenait le symbole de la douceur des Lumières. La salle de bains était bien le comble de la modernité, même si la multiplication des boudoirs, des cabinets, des antichambres et de toutes les petites pièces, correspond aussi à une volonté de cloisonner les différentes occupations de la journée. Il faudrait cependant se garder de généraliser cette évolution à l’ensemble de l’habitat nobiliaire car, à la campagne, seule une élite y participait et c’est ainsi que les travaux de Christian Desplats sur le lointain Béarn ont permis de remarquer que les salons étaient encore rares et que la polyvalence des pièces restait monnaie courante14. La maîtrise des nouveaux objets se devait d’être encore plus sélective.

LA PROFUSION DES OBJETS

  • 15 N. Coquery, L’hôtel aristocratique. Le marché du luxe à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Publication (...)

6En prenant cinq exemples dans la haute noblesse parisienne, la maison de La Tremoille, les Fitz-James, les Fleury, les Coigny et la princesse Kinsky, Natacha Coquery a mis en évidence cette quête permanente de ce qui distingue, ce goût pour le confort, pour les meubles luxueux pour les modes, de l’orientalisme à l’anglomanie en passant par le retour à l’anti que15. Sans se perdre dans les données chiffrées, une analyse rapide laisse apparaître une très profonde transformation des intérieurs qui ne sont plus du tout ceux du début du XVIIIe siècle avec une véritable explosion du nombre d’objets. L’évolution est surtout spectaculaire à travers l’examen des plus belles pièces qui ornaient salons, salles à manger et chambres d’apparat. Alors que l’on dénombrait quinze fauteuils en moyenne au début du siècle, on passe à vingt-quatre à la fin, en Agenais, Périgord et dans les Landes, pour atteindre trente-cinq en Bordelais. Tous les grands salons ont leurs commodes, leurs sofas et leurs bergères en plus ou moins grand nombre alors que les canapés, confidents ou ottomanes sont déjà la particularité des plus fortunés. Les premières traces du nouveau mobilier en bois exotique, connu sous le nom de « mobilier de port », peuvent être relevées dans les années 1700, mais c’est après la régence, dans les années 1720-1730, qu’il triomphe à Bordeaux, porté par la prospérité.

7À la fin du siècle, des couches de plus en plus larges des élites étaient concernées, comme en témoigne le dépouillement systématique des journaux d’annonces. Au fil de la lecture du Journal de Guyenne, de ses avis et annonces, couvrant les activités commerciales bordelaises dans les années 1770-1790, surgissent des dizaines de marchands venus dans la ville proposer leurs produits à une clientèle à haut pouvoir d’achat. L’accent est volontairement mis par les vendeurs sur la rareté, l’exclusivité, la notoriété, la nouveauté, mais surtout le renouvellement et l’avantage d’être au courant des dernières modes parisiennes et de les faire venir à Bordeaux :

  • 16 Archives départementales de la Gironde, Recueil des Annonces, Affiches et avis divers pour la vill (...)

Les sieurs Martin et Pierre David, nouvellement établis rue des Argentiers, près la place du Palais ont un très bel assortiment en étoffes de soie et dorures de toutes qualités, à l’usage des dames ; ils reçoivent dans l’origine ce qui se fait de plus nouveau et du dernier goût, et sont à même de fournir aussitôt qu’à la capitale, par la facilité que leur donne une maison qu’ils y tiennent ; avantage qui a jusqu’à présent manqué aux Provinces, et les a privées d’avoir d’abord les étoffes nouvelles. Ils renouvelleront sans cesse leurs assortiments sans se prévaloir sur les prix, et se flattent par ce moyen de mériter la préférence16.

8Les mécanismes du commerce de luxe et de l’obsolescence des modes sont superbement décrits dans ce texte selon un processus similaire à celui mis en évidence à Paris par Natacha Coquery. Les innovations permanentes, se succédant à une vitesse folle, révèlent que c’est la mode ultra éphémère et, derrière elle, le fonctionnement de la société de cour, qui dicte les lois de l’offre et de la demande. À côté de l’influence parisienne, les magasins anglais témoignant de la légendaire anglomanie bordelaise, proliféraient également dans la ville. Le fabricant de papiers peints bordelais Duras, originaire de Dublin, fait par exemple paraître une annonce, en 1772, dans laquelle il déclare n’avoir « négligé ni peine ni soins pour se procurer de Londres et d’ailleurs les dessins du meilleur et du dernier goût » et Madame Howison annonce en 1787 qu’elle vend « des cabarets peints par MM. West et Gainsborough, artistes célèbres de Londres ». En bout de chaîne, meubles d’art, orfèvrerie et tentures d’indiennes se retrouvaient dans les intérieurs des gens de justice, des négociants et de franges de plus en plus larges des élites, ce qui est la caractéristique même du marché du luxe, mais qui n’est pas sans poser un problème identitaire au second ordre.

CONQUÊTE DU LUXE ET CRISE NOBILIAIRE

APPARENCE ET HIÉRARCHIE DES RANGS

9L’exploitation statistique et qualitative des inventaires après décès permet de dégager des strates, des types nobiliaires, car, comme l’avait mis en évidence Norbert Elias, un code somptuaire précis régissait les pratiques sociales, si bien que les différences entre les groupes sont essentielles à percevoir :

  • 17 N. Elias, La société de cour, Paris, Flammarion, 1985, p. 43.

Dans une société où chaque attitude d’un individu a valeur de représentation, des couches supérieures sont une nécessité à laquelle on ne peut se soustraire. Elles sont un instrument indispensable d’auto affirmation sociale […] Quand un duc se propose de faire construire une maison, celle-ci doit bien être la maison d’un duc et non celle d’un comte17.

  • 18 Cité dans Histoire d’Aix-en-Provence, Aix-en-Provence, Edisud, 1981.

10Cet ensemble de codes avait été parfaitement intégré par les contemporains, à en croire les traités d’architecture comme La manière de bien bastir pour toutes sortes de personnes parue en 1623 sous la signature de Pierre Le Muet. Ce livre devint rapidement un véritable manuel pour la construction parisienne, car il fournissait des modèles pour toute la gamme des catégories sociales. Le noble souhaitait, pour sa part, exprimer par la construction sa position, son rang, comme l’énonçait clairement le président de Grimaldi-Régusse à Aix-en-Provence : « [Les bâtiments] sont une honnête et nécessaire suite de la charge aussi bien que le train et les ameublements auxquels la vanité et la pompe de la ville nous obligent »18. La fin de la phrase est essentielle, car elle suggère qu’en ville, où la noblesse était de plus en plus tentée de vivre, les nécessités de l’auto affirmation sociale étaient beaucoup plus vives, ce qui l’entraînait dans des dépenses excessives pour la maîtrise des signes de domination.

  • 19 M. Figeac, La douceur …, ouvrage cité, p. 103.
  • 20 Dufort de Cheverny, Mémoires, Paris, Plon, 1909, p. 417.

11Que cette compétition pour le contrôle du luxe ait eu une signification aussi bien sociale que politique, il y a peu de doute et il suffit pour s’en convaincre de suivre le duc d’Aiguillon, exilé sur sa terre de la vallée de la Garonne en 1775, où il se constitua une petite cour calquée sur les cours princières de la vallée rhénane. Sa volonté de transférer dans cette lointaine province le monde où il avait vécu jusque-là était visible dans le château ducal au travers du triomphe de l’intimité, d’une profusion du mobilier de luxe, d’une symphonie de couleurs et de lumière et d’un véritable culte voué aux arts du théâtre19. Frappé de disgrâce après s’être brouillé avec Madame du Barry, Choiseul adopta exactement la même stratégie à Chanteloup en 1770. Il y vécut quatre ans, réunissant autour de lui une véritable cour qui évoluait dans l’opulence. Quand le duc d’Aiguillon lui fit perdre sa charge de colonel général des Suisses qui lui rapportait 100 000 livres, il se retrouva dans la gêne au point de vendre sa galerie de tableaux, une partie de son argenterie et les diamants de sa femme pour dégager des liquidités. Ces difficultés ne l’empêchèrent pourtant pas de poursuivre sa vie dispendieuse et même de faire édifier la célèbre pagode, dans laquelle il fit installer des plaques de marbre portant le nom de tous ceux qui lui avaient rendu visite. « En arrivant la nuit, on aurait cru entrer à Versailles, par la magnificence de l’éclairage en dedans et en dehors dans une suite prodigieuse de bâtiments », confiait Dufort de Cheverny dans ses Mémoires20. Cette dépense que le mémorialiste estima à 40 000 écus était à la fois un acte esthétique et politique, illustrant parfaitement le lien indissoluble qui s’était mis en place entre prodigalité et endettement.

  • 21 L’expression est de Fernand Braudel à propos de la mode dans Civilisation matérielle et capitalism (...)

« La recherche d’un nouveau langage pour déclasser l’ancien »21

  • 22 D. Roche, La culture des apparences, une histoire du vêtement, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Fayard (...)

12L’exemple de Choiseul l’illustre à merveille : les modes nouvelles qui se succédaient à un rythme de plus en plus effréné partaient de la Cour, de la noblesse parisienne, ce « noyau ploutocratique » dont on connaît bien les formes de consommation depuis l’étude de Natacha Coquery. La vitesse de changement des habits qui est la meilleure expression de cette fièvre de consommation s’avère exceptionnelle : la duchesse de Fitz-James achète une cinquantaine de paires de souliers en 1781, 1782 et 1783 ; une quarantaine de robes et six habits en 1776. Même dans une famille provinciale comme les Raymond en Agenais un rythme de consommation inhabituel semble souffler particulièrement en 1776, date du mariage de Jean Florimond, car 62 % du budget de la maison passent en notes de tailleurs et de modistes, à Agen comme à Paris22. Pour rester dans ce secteur symbolique des hiérarchies, on ne peut que constater la place prise par la mode dans toute l’aristocratie européenne, puisque le récit de l’abbé Kitowicz évoquant les préoccupations du palatin de Smolensk est très proche des réactions d’un aristocrate français :

  • 23 Abbé Kitowicz, Description des coutumes du règne d’Auguste III. Tous nos remerciements à notre col (...)

Les grands seigneurs ne savaient pas déjà comment peuvent-ils se distinguer du reste de la noblesse. Quand ils inventent une nouvelle mode, ils la voient aussitôt utilisée par les hobereaux. Piotr Sapieha, le palatin de Smolensk, profondément touché par cette imitation, délibérait longtemps comment s’habiller pour que personne ne puisse l’imiter23.

  • 24 Lottin, Discours contre le luxe, p. 9.

13Comme l’a souligné Daniel Roche dans Le monde des apparences, la dépense luxueuse, en particulier vestimentaire, se devait de proposer une lisibilité immédiate de la hiérarchie des conditions à laquelle elle donnait un sens et validait en retour la légitimité. Le problème provenait désormais du fait que dans tous les pays européens, le progrès économique et les transformations de la vie matérielle élargissaient l’accès aux consommations de luxe et modifiaient les représentations et les jugements portés sur lui. Dans ces conditions, le monopole du luxe nobiliaire se trouvait menacé, comme le déplore Lottin en 1783 : « Autrefois, à leur habillement, à leur simple contenance, on distinguait le Magistrat du Militaire, et l’Artisan du Négociant ; aujourd’hui, il n’est plus de rangs, plus d’états »24. Pour les auteurs stigmatisant le luxe, cette compétition pour la maîtrise des signes de distinction était source de confusion sociale et cause d’une profonde crise nobiliaire.

LA NOBLESSE VICTIME DU LUXE ?

  • 25 Nous suivons sur les usages du luxe, les analyses très fines d’Audrey Provost, Formes et enjeux de (...)

14Sénac de Meilhan fournit sur ce thème l’un des raisonnements les plus élaborés25. Noblesse, faste et luxe avaient été pendant plusieurs siècles indissociables, mais la possession exclusive des richesses par les nobles a été remise en cause par l’élan commercial et par la diversification des sources de fortune :

  • 26 Sénac de Meilhan, ouvrage cité, p. 96-97.

Lorsque le nombre des riches s’est multiplié, lorsque l’opulence de plusieurs a surpassé toutes les proportions connues, ils ont été humiliés des distinctions qui mettaient un intervalle entre leur état et celui des grands. Il semble que, ne pouvant s’élever jusqu’à eux, ils aient fait leurs efforts pour les rabaisser à leur niveau en leur inspirant le goût du luxe, sûrs de les surpasser dans ce genre. Par ce moyen, ils les ont fait habilement renoncer au faste, qui caractérisait leur supériorité réelle ; les grands, réduits par l’attrait du luxe, ont abandonné tout ce qui tient à la représentation extérieure ; ils n’ont plus paru précédés de gentilshommes : ils ont cessé d’avoir des pages. L’élégance a succédé à la magnificence ; le luxe a remplacé le faste. La noblesse est descendue de son rang pour combattre de richesses à richesses avec des hommes obscurs, dont l’argent seul formait l’existence ; elle a éprouvé dans cette lutte le désavantage le plus marqué26.

  • 27 A. Smith, Richesses des nations, Garnier Flammarion, tome I, p. 502 et suivantes.
  • 28 Lottin, ouvrage cité, p. 55.

15L’auteur montre ainsi comment on est passé de la coïncidence entre faste et luxe qui est celle d’un temps d’équivalence entre richesse et noblesse à une confusion sociale, signe d’une époque où il n’y a plus que du luxe. En ne trouvant pas d’autre réponse au luxe que de l’adopter, la noblesse s’est fourvoyée, car elle a mis ses fortunes foncières en péril tout en perdant son identité. Pour preuve de cette perte des valeurs traditionnelles, Sénac de Meilhan évoque cette tradition qui permettait aux Grands de répandre leurs libéralités sur leur entourage, leurs clients choisis dans une noblesse moins argentée. La fin de cette pratique est le symbole de la disparition des solidarités à l’intérieur du second ordre qu’Adam Smith analyse avec justesse dans Richesses des nations comme une des conséquences du passage à des sociétés commerçantes27. Partant de cette interprétation, il ne faut plus s’étonner de la dénonciation vigoureuse du luxe présente chez les défenseurs de la gentilhommerie pauvre de province comme le chevalier d’Arcq. Stigmatisant l’attitude de cette noblesse urbaine à l’affût de toutes les nouveautés, de la baignoire aux boissons exotiques, il s’exclamait : « Quittez ce luxe qui vous dégrade ! ». Dans La noblesse militaire, cet auteur offrait une mystique bien éloignée de l’esprit des Lumières, recommandant de cultiver la grandeur dans la vie simple et de haïr l’argent. Tous les pamphlets anti-nobiliaires qui fleurirent à la fin de l’Ancien Régime associaient d’ailleurs souvent la critique du second ordre à la dénonciation des effets débilitants du luxe. Lottin se montrait ainsi très alarmiste dans son Discours contre le luxe : « Les délices et les voluptés qui toujours accompagnent l’opulence amollissent et énervent les corps : ils deviennent bientôt faibles et efféminés […] l’espèce dégénère enfin »28.

  • 29 J.-P. Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, Sedes, 1 (...)
  • 30 Anonyme, Ouvrage d’un citoyen, gentilhomme et militaire, ou lettres sur la noblesse, Londres, 1787 (...)
  • 31 Ibidem, p. 161.
  • 32 Madame de Genlis, Veillées du château, tome I, p. 155.

16Cette dénonciation trouvait par exemple un terrain particulièrement propice quand on constatait avec la « chute des berceaux », bien mise en évidence par J.-P. Bardet ou plus récemment par Stéphane Minvielle29, l’extinction accélérée de très nombreux lignages. Dans un pamphlet de 1787, L’ouvrage d’un citoyen, gentilhomme, militaire, ou lettres sur la noblesse, l’auteur évoquait ces luttes implacables entre nobles pour le contrôle des signes extérieurs de distinction et en livrait le ressort profond : « on aura plus d’argent pour soutenir un luxe extravagant »30. Pour contrer la perversion des mécanismes de distinction due à l’étalage du luxe bourgeois, il souhaitait rétablir une lisibilité claire des hiérarchies sociales : « Accoutumez, s’il se peut, les yeux et les têtes à quelqu’autre signe et moyen ; le luxe perdant son prix et n’ayant plus son effet, bientôt tombera de lui-même »31. De là naquit tout un courant de réforme de la noblesse qui souhaitait qu’elle se distingue désormais par les vertus afin de retrouver la vraie supériorité sociale et morale. C’est cette noblesse soucieuse d’un retour aux vraies valeurs que Madame de Genlis mettait, par exemple, en scène dans ses ouvrages des années 1780 : « Voilà le funeste effet du luxe, c’est-à-dire de la plus méprisable vanité, celle de vouloir briller par une folle magnificence, au lieu de chercher à se distinguer par la vertu »32. Le noble, modèle de ses romans, était le gentilhomme de province qui résidait sur ses terres, exerçait la bienfaisance locale et participait au progrès agricole.

  • 33 A. Prouvost, ouvrage cité, p. 404.
  • 34 M. Figeac, ouvrage cité.

17Cette dénonciation de la passion de la noblesse pour un luxe stérile propose en définitive une lecture très cohérente du malaise nobiliaire à la fin de l’Ancien Régime. Ainsi Sénac de Meilhan relie « les différents fils de l’évolution économique, morale, sociale et politique de l’histoire commune des progrès du luxe et de l’abaissement de la noblesse », comme l’a fort bien mis en évidence Audrey Prouvost33. La perte d’identité de la noblesse est allée de pair avec l’accroissement excessif de la puissance souveraine, avec une disparition des corps intermédiaires, transformant ainsi la monarchie en despotisme. Pourtant, malgré le caractère très séduisant de la démonstration, on ne peut que regretter que pamphlets, traités et ouvrages théoriques n’aient pu être confrontés à l’évolution sociale sur le terrain, un peu comme ces historiens qui font l’histoire de l’alimentation uniquement à partir des traités de cuisine. Relier les deux bouts de la chaîne est la démarche qui sous-tend La douceur des Lumières34.

TRIOMPHE DU LUXE ET DIFFÉRENCIATION NOBILIAIRE : VERS UNE DISSOLUTION DU SECOND ORDRE ?

LE LUXE, POMME DE DISCORDE AU SEIN DU SECOND ORDRE

18Que l’enrichissement accéléré d’une frange de plus en plus large des élites ait brouillé les hiérarchies sociales traditionnelles, cela fait peu de doute et il suffit pour s’en convaincre définitivement de considérer l’ambiguïté qui entourait le statut des financiers et autres fermiers généraux. Si ces derniers avaient vaincu bien des réticences, au point même de se faire admettre dans les cercles de la Cour, c’est bien parce qu’ils partageaient un même cadre de vie et qu’ils s’étaient engagés dans des dépenses identiques, comme le souligne le chevalier de Jaucourt dans l’Encyclopédie :

  • 35 Diderot et d’Alembert, Encyclopédie, article Peuple.

Les financiers ont pris un vol si élevé qu’ils se trouvent côte à côte des grands du royaume. Rien n’échappe à ces hommes riches et curieux, ni les fleurs d’Italie […] ni les magots de Chine, ni les porcelaines de Saxe, de Sèvres et du Japon. Voyez leurs palais à la ville et à la campagne, leurs habits de goût, leurs meubles élégants, leurs équipages lestes, tout cela sent-il le peuple ?35

  • 36 Cardinal de Bernis, Mémoires, Paris, Masson, 1878, p. 114.

19Pourtant, bien des nobles se refusaient à les considérer comme des semblables, mais comme des maltôtiers qui avaient acheté leur noblesse grâce à de vulgaires savonnettes à vilain, à l’image du cardinal de Bernis pour qui « rien n’est plus ignoble et peut-être plus injuste que d’obtenir le prix de la vertu avec de l’argent qui est souvent le prix du vice »36. En réalité, ce ressentiment à l’égard des enrichis n’était pas réellement un fait nouveau : il était courant d’observer la même animosité à l’égard des prêteurs du Roi et de bien des officiers, ces « champignons d’une nuit », comme les qualifiaient les députés du second ordre lors des États Généraux de 1588. La différence majeure résidait certainement dans le caractère plus massif du phénomène et dans le coût de plus en plus exorbitant des pratiques ostentatoires.

  • 37 M. Figeac, L’automne des gentilshommes. Noblesse d’Aquitaine, noblesse française au siècle des Lum (...)
  • 38 Archives privées, Château de Marcellus, Correspondance entre M. de Marcellus et Madame de Piis. Qu (...)

20L’importance de ce thème du luxe et du superflu est fort bien connue au travers des positions du chevalier d’Arcq qui, dans La noblesse militaire, pourfendait ces pratiques et offrait une mystique bien éloignée de la pensée des Lumières, recommandant de cultiver la grandeur dans la vie simple, de proscrire le luxe, de haïr l’argent. La popularité de ses idées au sein d’une certaine gentilhommerie de province est une réalité aisément mesurable, car exprimée lors de la rédaction des cahiers de doléances de 178937. Cependant, pour mieux apprécier à quel point ce débat put diviser l’ordre, il est judicieux d’exploiter les écrits du for privé, et plus particulièrement les correspondances, où l’épistolier se révèle sans fard. Un étonnant reflet de cette controverse transparaît au sein d’une même famille, entre les époux Marcellus, dans les années 176038 : M. de Marcellus, âgé de vingt et un an, attiré par les plaisirs de la ville et les idées nouvelles, avait épousé une jeune veuve, Madame de Piis en 1766, qui se plaisait à vanter des valeurs terriennes d’économie, de sagesse et de parcimonie. C’est avec ces principes qu’elle géra la propriété familiale pendant que son volage époux profitait de la vie parisienne ; or, plusieurs lettres échangées en cette occasion révèlent deux conceptions de la vie noble :

Le château que j’habiterai, je veux qu’il soit dans l’intérieur magnifique et j’espère que vous voudrez bien le faire tel, les nombreux domestiques richement tenus flattent ma vanité, une très bonne table est selon mon goût, une voiture et des chevaux dans la maison pour ma commodité, un postillon et sa parure pour la satisfaction de mon amour-propre et quelquefois mon avantage particulier. Ayant nombre de chevaux dans ma maison, je ne monterai jamais en voiture que conduit par mon postillon bien paré et suivi toujours de deux laquais bien mis et haut montés ; c’est là, ce me semble, le bon goût et celui qui est ici aux grands seigneurs. Que le serais-je pas, comme ceux d’ici, dans notre pays. Pour la magnificence de la maison et des meubles, c’est par vanité que je les aime, je veux être et dois être le mieux chez moi. D’ailleurs, il est raisonnable qu’on tienne sur le plus grand pied une maison où l’on tient un bel état. Je ne dois pas même que je ne chasse point, que je me prenne chez moi une meute de quinze à vingt chiens : ils ne me serviraient guère mais ça ne ruine point et cela fait honneur.

21Château, domestiques, magnificence des intérieurs et de la table, équipages et chasse que notre jeune noble adopta uniquement comme signe extérieur du paraître noble et non par goût, il s’agit là d’une énumération étonnante de tout ce qui faisait le noble dans les mentalités de l’époque. Pourtant, la réponse de l’épouse se situa dans un tout autre système de valeurs, celui de l’antiquité du lignage, du prestige du sang qui n’a pas besoin des fastes du superflu :

Je crois donc, mon cher et tendre ami, que la magnificence et la somptuosité sont faites pour les financiers et pour des personnes à qui la fortune tient lieu de noblesse, ces gens-là sont dans la nécessité de ressortir par quelque endroit. Vous n’êtes pas dans ce cas-là et en donnant dans les mêmes maximes, vous pourriez sans le vouloir donner dans des ridicules qu’il ne serait plus temps d’effacer. Mon avis serait de ranger et de meubler Tartifume avec noblesse, goût et propreté : une simplicité élégante serait de mon goût […] La table doit être bonne, délicate, sans profusion, le domestique ni trop nombreux, ni trop peu, leur parure noble et décente. Ils doivent porter la livrée de leur maître telle qu’elle est. L’ancienne noblesse tient à cette antiquité.

22Avec cette sagesse qui l’avait poussée à refuser de venir vivre en ville, Madame de Marcellus avait bien compris que l’enjeu était la sauvegarde du patrimoine des ancêtres dont elle s’estimait la dépositaire et que l’endettement pouvait mettre en péril.

L’ENDETTEMENT UN RISQUE POUR LA SURVIE DE LA NOBLESSE ?

  • 39 H. Carré, La noblesse de France et l’opinion publique au XVIIIe siècle, Genève, Slatkine Reprints, (...)
  • 40 F. Bluche, Les magistrats du Parlement de Paris au XVIIIe siècle, Paris, Economica, 1986, p. 177-1 (...)

23Dans ce contexte de fièvre de la consommation, le lien avec d’incessantes difficultés financières paraît logique et nombreux sont les historiens du XIXe siècle qui ne se sont pas privés de le faire. En 1920, dans La noblesse de France et l’opinion publique au XVIIIe siècle, H. Carré intitulait l’un de ses chapitres « Train de vie, ruines et mendicité chez les Grands » et y accumulait les exemples de fils de famille dévoyés consumant leur fortune en repas prestigieux, danseuses exigeantes et équipages éclatants39. L’endettement qui grevait souvent les fortunes pouvait, s’il atteignait certaines proportions, être un facteur d’instabilité sociale. On pense, par exemple, au cas du flamboyant Joseph Ignace de Villeneuve, comte de Martignan qui, pour concrétiser ses premiers succès sur la scène avignonnaise, décida de faire reconstruire son hôtel particulier de la rue des Masses. S’adressant au plus renommé des architectes avignonnais, Jean-Baptiste Franque, il dota la ville d’un de ses plus gracieux joyaux. Les bâtiments aux façades couronnées de balustres, groupés autour d’une cour d’entrée et d’un jardin, présentaient aux visiteurs une ordonnance sereine et majestueuse, chef-d’œuvre de l’art classique méridional. Ajouté à un luxe quotidien tapageur, cette construction l’avait ruiné, à tel point qu’il fut obligé de louer son bel immeuble pour survivre. On pourrait facilement multiplier les études de cas, car chaque monographie régionale rapporte des exemples de ces nobles dont les dépenses déraisonnables conduisirent leur famille au bord de l’abîme financier. À Paris, dans le milieu pourtant plus prudent des parlementaires, François Bluche a montré que les nouvelles générations étaient nettement plus dépensières, à tel point que les renonciations à succession devinrent plus fréquentes au fil du siècle40. L’endettement était structurel dans de nombreuses familles dont les dettes chez les fournisseurs de biens de consommation s’étalaient sur plusieurs années, à l’image du Premier Président Le Peletier de Rosambo qui, en 1743, passait pour devoir trois ou quatre cent mille livres. Pour prendre la mesure du problème, rouvrons la correspondance de Madame de Marcellus intarissable, parce que choquée, par tant d’exemples de décadence socio-économique :

Vos projets ressemblent parfaitement à ceux qu’exécute tous les jours un homme dont je vais vous citer l’exemple. C’est monsieur de Ségur le bossu, il ne fait pas d’autres dépenses que celles que vous voulez faire, il a même la table de moins ne donnant jamais à manger et son ordinaire étant très frugal. Cependant, depuis deux ans qu’il jouit de son bien, quatre-vingt mille livres de rente chaque année ne lui ont pas suffi, il a déjà emprunté dix mille écus. Il ne faut pas penser que le séjour de la ville lui coûte, celui de la campagne entraînerait pour lui plus de dépenses parce qu’il serait forcé d’y donner à manger. Il ne joue point et n’a point de maîtresse mais les nombreux domestiques et la manière dont il les tient le ruine, c’est ce qui a ruiné son père, tout le monde en convient et le fils aime mieux satisfaire ses goûts que payer des créanciers que son père a mis à l’aumône. Je pourrais ajouter mille exemples à celui-ci mais cela n’est pas nécessaire, celui de monsieur de Ségur est trop frappant pour ne pas vous arrêter. […] Croyez qu’une femme que vous appelez rustique est plus sensée et raisonnable que les trois quarts des élégantes que vous admirez.

  • 41 N. Coquery, ouvrage cité, p. 154.

24Il ne faudrait pas néanmoins systématiser des exemples forcément spectaculaires de débâcles financières, quantitativement très minoritaires. Les nobles qui menaient un train de vie fastueux en sachant faire prospérer leur fortune, à l’instar du comte de Choiseul-Gouffier, n’étaient pas rares et, comme l’a très bien montré Natacha Coquery41, l’endettement remédiait à l’absence de liquidités, autorisant la consommation sans pour autant avoir des conséquences dramatiques quand il variait entre 5 et 15 % de la fortune. La vente d’une terre ou d’un immeuble suffisait alors à rétablir l’équilibre. Même si l’analyse des méthodes de gestion de la noblesse reste encore largement à mener malgré des avancées notables mais ponctuelles, il ne faudrait pas déduire hâtivement de quelques conduites individuelles les signes d’une crise du groupe quand il existe autant d’exemples du con

L’AGGRAVATION DES DÉNIVELLATIONS SOCIO-ÉCONOMIQUES ENTRE GENTILHOMMERIE RURALE ET NOBLESSE URBAINE ?

  • 42 Mme de Genlis, Adèle et Théodore ou Lettres sur l’éducation, Paris, 1782, tome I, p. 15.
  • 43 C. Dousset, « Entre tradition et modernité : les intérieurs toulousains au XVIIIe siècle », Annale (...)
  • 44 C. Desplats, ouvrage cité, p. 111-122.
  • 45 O. Chaline, Godart de Belbeuf, Le Parlement, le Roi et les Normands, Luneray, Batout, 1996, p. 126 (...)

25Les consommations de prestige aisément repérables par le dépouillement des inventaires après décès étaient plutôt l’apanage des sociétés urbaines à tel point que de nombreux pamphlets contre le luxe associaient naturellement les dépenses effrénées et la ville, gouffre de l’humanité. « Voulant donner à nos enfants le goût des plaisirs simples, voulant les éloigner de tout ce qui peut leur inspirer celui du faste et de la magnificence, irons-nous habiter une terre qui n’est qu’à six lieues de Paris » s’interrogeait Madame de Genlis dans Adèle et Théodore42. Ce sont bien les grandes villes et leurs élites qui attiraient ces marchands de modes faisant passer leurs avis dans les feuilles d’annonces comme le Journal de Guyenne, où l’on pouvait lire le 28 septembre 1787 que « M. Dawson, fabricant de Birmingham, mettra en vente un gros assortiment de marchandises anglaises en quincaillerie, bijouterie ; son magasin est rue Royale chez M. Williams de Londres qui vend en gros des basins, velours, gaze, jusqu’à la fin de la foire ». À Bordeaux, comme à Aix-en-Provence ou à Toulouse, le milieu des parlementaires fournissait en effet des acheteurs potentiels et, à la fin de l’Ancien Régime, la vie matérielle des membres de la haute robe est d’une homogénéité incontestable. En émigrant sous la Révolution, le président au Parlement de Toulouse, Desinocens de Maurens abandonna son vaste hôtel, rue des Pénitents Blancs43. Parmi de nombreuses pièces, le scribe révolutionnaire découvrit une salle à manger, un salon de compagnie d’hiver et un cabinet de bains doté d’une baignoire. Un lustre à six bougies permettait d’éclairer une vaste pièce de réception. Vingt-deux tapisseries étaient rangées dans les armoires avec 162 nappes, 130 douzaines de serviettes, 1 526 assiettes tandis que la cave renfermait 812 bouteilles de Bourgogne, de Madère ou de Sauternes, ce qui confirme la densité de la vie sociale du Président. Avec ses 2 182 volumes, sa bibliothèque attestait de l’éclectisme de sa culture. Si ce type de magistrat éclairé se retrouve à l’identique dans les autres villes de Parlement, il ne faut pas non plus schématiser à outrance, car le facteur personnel ne pourra jamais être pris en compte dans une typologie aussi souple soit-elle. Président à mortier, riche d’un demi-million de livres, Montesquieu, par ailleurs dénonciateur des effets du luxe, vivait à La Brède dans une austérité spartiate. Les membres d’un petit Parlement, comme celui de Pau, disposaient d’un confort plus proche de celui des hobereaux du Béarn que de leurs voisins du Parlement de Bordeaux44. Enfin, à Rouen comme à Rennes, Olivier Chaline et Gauthier Aubert ont montré que le château seigneurial restait privilégié dans le système de représentations des parlementaires locaux45. La demeure rurale recevait ici tout le soin des propriétaires, échappant par là même aux démonstrations sur la ville, lieu de dépenses somptuaires.

  • 46 M. Figeac, La douceur des Lumières, ouvrage cité, voir en particulier les tableaux p. 285 et suiva (...)
  • 47 M. Nassiet, Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne, XVe-XVIIIe siècles, Société d’Hi (...)

26On ne peut donc pas écrire qu’à la campagne le mode de vie était systématiquement moins sophistiqué qu’en ville, dans la mesure où la fortune du propriétaire, voire la place qu’il accordait à sa demeure semblent des facteurs déterminants. Tout dépendait aussi de la proximité d’une grande ville : ainsi en Bordelais ou en Lauraguais, certains châteaux accueillaient une vie mondaine importante, particulièrement au moment des vendanges ou des moissons. L’analyse statistique sur la vie matérielle dans les châteaux de Guyenne a montré que plus on s’éloignait de la métropole et moins l’intérieur était sophistiqué. Les fauteuils, les bergères, sans parler des sofas, y étaient incontestablement moins fréquents (23,5 % contre 34 %), car dans les pièces secondaires on utilisait la plupart du temps de simples chaises paillées46. Ces résultats ne sont que des valeurs moyennes, or il est bien certain qu’à côté des grands châteaux de la noblesse de cour existaient des dizaines de gentilhommières rurales où le cadre de vie pouvait être proche de celui du laboureur. Dans son étude sur la noblesse pauvre de Bretagne, Michel Nassiet a parfaitement montré l’existence d’une noblesse indigente47. La valeur des objets de consommation durable variait de plusieurs milliers de livres jusqu’à une centaine chez les nobles pauvres qui s’avèrent parfois plus pauvres que des paysans aisés. Dans ces maisons où la famille vivait souvent dans une seule pièce, la juxtaposition des meubles composait un décor assez proche des intérieurs des laboureurs. Ces nobles avaient donc perdu toute marque honorifique exprimant leur noblesse et l’on comprend mieux pourquoi, dans tous les cahiers de doléances ruraux, un article, au minimum, était consacré à la noblesse indigente. Pour ces laissés-pour-compte du second ordre, les consommations somptuaires ne pouvaient qu’aviver un profond sentiment de déchéance sociale que n’aurait pu apaiser la fierté d’avoir du sang noble. Choiseul et les hobereaux contemporains du père de Chateaubriand n’avaient jamais vécu dans des mondes aussi éloignés.

  • 48 Abbé Coyer, Bagatelles morales et dissertations, Londres, Francfort, 1755, p. 26-27.

27« Pour avoir une grande maison, il ne faut que trente mille livres de rente ; mais pour en avoir une petite, il en faut cent mille »48. Cette réflexion de l’abbé Coyer résume à elle seule la profonde mutation des habitudes de consommation entre le règne de Louis XIV et celui de Louis XV. Comme l’observait avec acuité Sénac de Meilhan, le faste s’était éclipsé au profit d’un luxe qui, partant de la cour, s’était diffusé dans toutes les élites de la société. Étudier ce bouleversement des consommations d’abord pour Paris avec Natacha Coquery, puis en province comme nous l’avons tenté, offre une grille de lecture pour analyser le malaise social prérévolutionnaire et permet de mieux comprendre les intérêts divergents perceptibles lors des assemblées de la noblesse du printemps 1789. Quand les hobereaux du Périgord réclamaient la restauration de leurs privilèges comme une garantie identitaire, leurs cousins du Bordelais affichaient leur singularité dans un élitisme de la consommation. L’objet était devenu symbole de pouvoir, car, comme l’écrit Michel Delon, « le luxe constituait l’image même de la consommation, l’équivalence de l’être et de l’avoir, la continuité du corps au décor ». Est-ce vraiment le hasard si Trémicour fait visiter La petite maison à Mélite afin de mieux la faire succomber, car il sait bien qu’un boudoir ou une salle de bains deviennent acteurs de l’intrigue, qu’un sofa prend la parole chez Crébillon à tel point que le luxe glisse parfois dans la luxure.

  • 49 Sade, Histoire de Juliette, Œuvres, tome III, p. 591.

La luxure, fille de l’opulence et de la supériorité, ne peut être traitée que par des gens d’une certaine trempe […] que par des individus, enfin, qui, caressés d’abord par la nature, le soient assez bien ensuite par la fortune pour avoir eux-mêmes essayé ce que nous tracent leurs pinceaux luxurieux49.

28Ce n’est pas moi qui l’écrit, c’est une experte, c’est la Juliette de Sade qui parle. Le luxe, comme fuite en avant, il y avait bien quelque chose de malade au sein du second ordre en 1789.

Notes

1 J.-F. de Bastide, La petite maison, Gallimard, 1993, p. 39-41. Le Promeneur.

2 E. Bouvet-Bensimon, « L’ascension sociale d’un marchand de bois du XVIIIe siècle », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, avril-juin 1987, p. 282-304.

3 P. Perrot, Le luxe : une richesse entre faste et confort, XVIIIe-XIXe siècles, Paris, Seuil, 1995, p. 45.

4 Sénac de Meilhan, Considérations sur les richesses et le luxe, Amsterdam et Paris, 1787, p. 88.

5 M. Cubells, La Provence des Lumières : les parlementaires d’Aix au XVIIIe siècle, Paris, Maloine, 1984, p. 313.

6 M. Favreau, La curiosité et le mécénat à Bordeaux au Grand siècle (1598-1715), thèse dactylographiée, Université Paris I-Panthéon Sorbonne, 1994, 2 vol., tome I, p. 164.

7 Pour plus de précisions, voir M. Figeac, La douceur des Lumières, Bordeaux, Mollat, 2001, p. 41.

8 A. Croix, « Le livre, le café et la baignoire. Les décalages sociaux, culturels et spatiaux dans le domaine de la culture de l’habitat », dans Nouvelles approches concernant la culture de l’habitat, Bruxelles, Brépols, 1989, p. 187.

9 Anonyme, Discours sur le luxe et sur l’hospitalité, considérés sous leurs rapports avec les mœurs et l’éducation nationale, 1791, s.l., p. 7.

10 Baron de Frénilly, Souvenirs, Paris, 1908, p. 182-184.

11 J.-F. Blondel, Maisons de plaisance, Paris, 1737, tome I, p. 31.

12 A. Pardailhé-Galabrun, La naissance de l’intime, 3 000 foyers parisiens, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, PUF, 1998, p. 357.

13 Rapporté par A. Pardailhé-Galabrun, ouvrage cité, p. 358.

14 C. Desplats, « L’hiver des gentilshommes : le château et son décor en 1793 (Béarn et Pays Basque) », Châteaux et Révolution, Actes du quatrième colloque de castellologie, Flaran, 1991.

15 N. Coquery, L’hôtel aristocratique. Le marché du luxe à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1988.

16 Archives départementales de la Gironde, Recueil des Annonces, Affiches et avis divers pour la ville de Bordeaux, jeudi 17 janvier 1774, no 4.

17 N. Elias, La société de cour, Paris, Flammarion, 1985, p. 43.

18 Cité dans Histoire d’Aix-en-Provence, Aix-en-Provence, Edisud, 1981.

19 M. Figeac, La douceur …, ouvrage cité, p. 103.

20 Dufort de Cheverny, Mémoires, Paris, Plon, 1909, p. 417.

21 L’expression est de Fernand Braudel à propos de la mode dans Civilisation matérielle et capitalisme, tome I, Les structures du quotidien, Paris, A. Colin, 1979, p. 283.

22 D. Roche, La culture des apparences, une histoire du vêtement, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Fayard, 1989, p. 204.

23 Abbé Kitowicz, Description des coutumes du règne d’Auguste III. Tous nos remerciements à notre collègue de l’université Copernic de Toruń, Jaroslaw Dumanowski, pour nous avoir traduit et communiqué ce texte.

24 Lottin, Discours contre le luxe, p. 9.

25 Nous suivons sur les usages du luxe, les analyses très fines d’Audrey Provost, Formes et enjeux des publications sur le luxe en France dans la seconde moitié du dix-huitième siècle (vers 1760-1789), thèse dactylographiée, Université Paris IV-Sorbonne, 2002. Qu’elle trouve ici tous nos remerciements pour nous avoir communiqué les résultats de ses investigations avant la publication de sa thèse.

26 Sénac de Meilhan, ouvrage cité, p. 96-97.

27 A. Smith, Richesses des nations, Garnier Flammarion, tome I, p. 502 et suivantes.

28 Lottin, ouvrage cité, p. 55.

29 J.-P. Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, Sedes, 1983 et S. Minvielle, Les comportements démographiques des élites bordelaises au XVIIIe siècle, thèse dactylographiée, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, 2003.

30 Anonyme, Ouvrage d’un citoyen, gentilhomme et militaire, ou lettres sur la noblesse, Londres, 1787, p. 129.

31 Ibidem, p. 161.

32 Madame de Genlis, Veillées du château, tome I, p. 155.

33 A. Prouvost, ouvrage cité, p. 404.

34 M. Figeac, ouvrage cité.

35 Diderot et d’Alembert, Encyclopédie, article Peuple.

36 Cardinal de Bernis, Mémoires, Paris, Masson, 1878, p. 114.

37 M. Figeac, L’automne des gentilshommes. Noblesse d’Aquitaine, noblesse française au siècle des Lumières, Paris, Champion, 2002, p. 290-292.

38 Archives privées, Château de Marcellus, Correspondance entre M. de Marcellus et Madame de Piis. Que la Comtesse de Montbron qui nous a permis de photocopier un certain nombre de lettres soit ici vivement remerciée. Par ailleurs, nous sommes très reconnaissant à Marie-Annick Pontacq d’en avoir assuré la transcription avec talent.

39 H. Carré, La noblesse de France et l’opinion publique au XVIIIe siècle, Genève, Slatkine Reprints, 1977, p. 56.

40 F. Bluche, Les magistrats du Parlement de Paris au XVIIIe siècle, Paris, Economica, 1986, p. 177-181.

41 N. Coquery, ouvrage cité, p. 154.

42 Mme de Genlis, Adèle et Théodore ou Lettres sur l’éducation, Paris, 1782, tome I, p. 15.

43 C. Dousset, « Entre tradition et modernité : les intérieurs toulousains au XVIIIe siècle », Annales du Midi, tome 115, no 241, janvier-octobre 2003, p. 31.

44 C. Desplats, ouvrage cité, p. 111-122.

45 O. Chaline, Godart de Belbeuf, Le Parlement, le Roi et les Normands, Luneray, Batout, 1996, p. 126 et suivantes ; G. Aubert, « La noblesse et la ville au XVIIIe siècle », Histoire urbaine, no 4, décembre 2001, p. 127-150.

46 M. Figeac, La douceur des Lumières, ouvrage cité, voir en particulier les tableaux p. 285 et suivantes.

47 M. Nassiet, Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne, XVe-XVIIIe siècles, Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, Bannalec, 2003, p. 218-227.

48 Abbé Coyer, Bagatelles morales et dissertations, Londres, Francfort, 1755, p. 26-27.

49 Sade, Histoire de Juliette, Œuvres, tome III, p. 591.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540