Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre IV - La noblesse dans la sphère privée

Mise en scène sociale, identité et représentation : la culture matérielle de la noblesse de Grande Pologne au xviiie siècle

Jarosław Dumanowski

Texte intégral

1Les inventaires de mobilier retrouvés dans les registres des tribunaux nobiliaires de Grande Pologne au XVIIIe siècle constituent la principale source de notre communication sur la culture matérielle de la noblesse polonaise de cette région. Les données rassemblées, suite à leur analyse minutieuse, éclairent sur de nombreux aspects. L’abondance de détails, de mentions et de notes anecdotiques permet d’envisager une étude sociale approfondie ; cependant, les registres de mobilier, parfois incomplets, ne reflètent pas toujours avec exactitude le visage de la société nobiliaire. Afin de limiter les risques éventuels, il était donc nécessaire de choisir des inventaires complets. Parmi quelque 1 500 registres de la noblesse de Grande Pologne à cette époque, j’ai tenté d’en examiner 300, répartis également sur trois grandes périodes du siècle – début, moitié et fin –, afin de mettre en valeur les changements de tendance.

  • 1 Voir les remarques de E. Markkannen au sujet du manque de critique de la source dans la première é (...)
  • 2 W. Łoziński, Życie polskie w dawnych wiekach (La vie polonaise dans les siècles anciens), Kraków, (...)
  • 3 A. Pośpiech, Pułapka oczywistości. Pośmiertne spisy ruchomości szlachty wielkopolskiej z XVII wiek (...)
  • 4 A.H. Jones, « Wealth and Growth of the Thirteen Colonies : Some Implications », The Journal of Eco (...)
  • 5 P. Lindert, « An Algorithm of Probate Sampling », The Journal of Interdisciplinary History, volume (...)
  • 6 C. Cailly, « Structure sociale et patrimoine du monde proto-industriel rural textile au XVIIIe siè (...)

2Mon principal objectif est de présenter les possibilités de recherches offertes par une source très peu exploitée jusqu’alors en Pologne : les inventaires après décès du mobilier nobiliaire. Quoiqu’ils soient pris en considération dans les recherches des historiens polonais depuis quelques dizaines d’années, leur utilisation n’épuise pas les possibilités énormes offertes par ce type de source. Dans les travaux concernant la vie quotidienne, nous utilisions surtout les inventaires de mobilier en nous référant aux informations qui y étaient comprises pour illustrer les conclusions à partir de sources descriptives1. L’exemple de Władysław Łoziński2, qui est à l’origine de l’utilisation de cette source, a été suivi par des historiens de l’art, de l’économie, du costume, des armes, etc. Cette vague de recherches a abouti à un perfectionnement des méthodes de recherches et à un élargissement considérable de la base de la réflexion. Une autre utilisation de cette source a été proposée en Pologne par Andrzej Pośpiech dans son œuvre intitulée Piège de l’évidence. Registres après décès du mobilier de la noblesse de Grande Pologne du XVIIe siècle3. Dans la conception de l’auteur, qui profitait des expériences de l’historiographie américaine et européenne, l’inventaire du mobilier est devenu l’objet principal de la réflexion. Un regard global sur cette forme d’inventaire de biens a ouvert pour les chercheurs la possibilité de montrer les problèmes de la pauvreté et de la richesse, du standard et du mode de vie. Ils peuvent également révéler les aspirations financières, sociales et culturelles des propriétaires du mobilier, suivre l’apparition et la diffusion des innovations et de la mode. Andrzej Pośpiech a non seulement montré les énormes possibilités qui se trouvent dans les inventaires, mais aussi présenté leurs faiblesses qui résultent de la représentativité limitée, de l’imperfection des registres, et du contexte judiciaire et financier qui accompagnait leur établissement. Cette critique universelle, placée sur un large fond comparatif, a donné, entre autres, le titre original et astucieux de ce travail sur les inventaires de la noblesse de Grande Pologne : ce Piège de l’évidence est un avertissement spécifique quant à un excès de confiance dans les sources... En se référant à des inventaires de mobilier du XVIIe siècle, nous pourrions constater, par exemple, que la majorité de la noblesse de Grande Pologne, aussi bien pauvre que riche, ne possédait pas de chaussures. Des manques évidents dans les inventaires américains du XVIIIe siècle n’ont pas empêché les historiens des États-Unis de tirer des conclusions concernant la problématique de la richesse privée et nationale, la consommation et le mode de vie4. En mettant en évidence le caractère sélectif des inventaires qui souvent ne mentionnaient aucune pièce de vêtements, Paul Lindert suppose que « perhaps this lack of clothing helps to explain why mortality (and fertility ?) was so high in those days5 ». Ce caractère incomplet si lapidairement décrit, ne le disqualifie pas comme base irremplaçable des recherches sur la richesse et le mode de vie aux XVIIe et XVIIIe siècles. De plus, une critique de ce type de source permet d’obtenir des réponses vraies aux questions qu’on lui pose6.

  • 7 Voir M. Figeac et ses remarques sur les difficultés dans la découverte des inventaires nobiliaires (...)
  • 8 J.A. Johnston, Introduction : Probate Inventories of Lincoln Citizens 1661-1714, J.A. Johnston (ed (...)
  • 9 A. Pośpiech, ouvrage cité, p. 31.

3L’utilisation d’inventaires de mobilier dans les recherches sur l’histoire de la culture noble donne des espérances, surtout dans le cas polonais. Les rôles économiques et culturels joués par la noblesse de l’ancienne République de Pologne font que la problématique du mode de vie devient le centre de recherches principal. À la différence des relations françaises7, les registres du mobilier nobiliaire en Pologne, sont facilement accessibles aux chercheurs, même si, à l’instar d’autres pays, ils sont éparpillés sur de nombreuses pages de livres de notaires. Grâce à l’existence de tribunaux nobiliaires distincts, qui étaient liés étroitement au notariat nobiliaire séparé, l’accès aux sources ne pose pas de problèmes. En Angleterre, où les affaires de succession ont été menées par les pouvoirs ecclésiastiques, les inventaires de la noblesse pouvaient se trouver dans les archives des institutions ecclésiastiques de différents rangs, mêlés aux actes concernant la succession des personnes ne faisant pas partie de l’ordre nobiliaire8. Dans la République de Pologne, les inventaires d’après décès étaient enregistrés dans les livres des tribunaux nobiliaires locaux (acta castrensia). Mais faire un inventaire n’était pas commun. La Constitution de la Diète de 1565 ordonnait l’établissement d’un registre des biens dans le cas de la tutelle d’héritiers mineurs du décédé9. Dans la pratique des tribunaux des XVIIe et XVIIIe siècles, les inventaires du mobilier ont été faits à la suite de conflits, ou par crainte que l’on ne questionne la succession des biens. À mesure que le temps s’écoule, nous pouvons observer une régularité intéressante, c’est-à-dire une croissance systématique du nombre d’inventaires établis et enregistrés dans les livres des tribunaux nobiliaires locaux. Autant au XVIe siècle ils constituaient une rareté, autant au siècle suivant leur nombre augmenta dynamiquement. Andrzej Pośpiech a fondé ses recherches sur les inventaires des biens de la noblesse de Grande Pologne en étudiant 300 registres du mobilier, dont 200 plus particulièrement, car plus complets et dignes de foi. Il est important de remarquer qu’environ 40 % d’entre eux provenaient de la dernière décennie du siècle. Et dans la recherche qui concerne les années 1700-1764, et que je viens d’entamer, je suis arrivé à retrouver environ 320 inventaires enregistrés dans les actes d’un tribunal seulement, mais sans doute le plus important de Grande Pologne, celui de Poznań. Ce nombre montre non seulement les perspectives de recherches, mais aussi les dimensions du problème auquel se heurterait l’auteur d’un ouvrage sur les inventaires du XVIIIe siècle.

LA GUERRE ENTRE MOUSTACHE ET PERRUQUE

4Aucun auteur n’a encore véritablement écrit sur la culture des apparences en Pologne. Malgré plusieurs études remarquables sur l’histoire du vêtement, rares sont les historiens polonais qui se sont intéressés aux aspects sociaux et culturels du phénomène. Des tendances générales, comme par exemple l’expansion de la culture italienne au XVIè siècle ou, plus tard, l’influence grandissante de la France, apparaissent dans certains travaux. On y perçoit également l’association de la permanence du costume national, basé sur les modèles orientaux, à la polonisation et à la catholicisation de la noblesse de l’État polono-lituanien. Les sentiments croissants de xénophobie, de mégalomanie et de prodigalité nobiliaires y sont aussi considérés comme un trait particulier des gentilshommes polonais.

  • 10 Les inventaires du mobilier de Franciszka Bielawska de 1729, Archiwum Państwowe w Poznaniu (Archiv (...)
  • 11 Les inventaires du mobilier de Stefan Potocki de 1722, acta castrensia de Poznań 896, volume 113 ; (...)

5Les vêtements ne figurent que dans quelques registres seulement. On peut aisément expliquer leur caractère incomplet car ils ne contiennent que les objets gardés par les concurrents à l’héritage après le décès : c’est donc une catégorie spécifique. Au début du XVIIIe siècle, parmi les vêtements d’homme, c’est le costume national qui règne pleinement : les manteaux à la polonaise, les vestes à la polonaise, les chapeaux bordés de fourrure et les ceintures de soie richement ornées. Les vêtements féminins étaient sous l’influence de la mode française. Dans la période étudiée, ce n’était pas une situation exceptionnelle, et dans le cas de ces vêtements, il est difficile de parler d’un costume polonais différent10. Les armes qui apparaissent souvent dans les registres, et qu’il faut considérer comme un élément du costume, étaient avant tout des sabres, constituant une partie inséparable du costume polonais, ainsi que le symbole de la noblesse de leurs propriétaires. Ils étaient richement ornés, sertis d’or, d’argent et de pierres précieuses. D’ailleurs, les personnes qui établissaient les inventaires, les inscrivaient plutôt dans les rubriques « argenterie » ou « objets précieux », que dans la catégorie « armes »11.

6Les données rassemblées suite à l’analyse de quelque 300 inventaires après décès du début, de la moitié et de la fin du XVIIIe siècle sont d’une triple utilité : elles permettent de dresser la chronologie de la substitution progressive au costume national du vêtement occidental, de mettre en valeur les moyens de diffusion de la mode de l’Ouest et d’identifier les groupes particulièrement sensibles aux influences étrangères.

Tableau 1 - Les éléments du costume national et occidental dans un éventail de 300 inventaires après décès de la noblesse de Grande Pologne au XVIIIe siècle

Années

Nombre d’inventaires

Costume national

Costume occidental

1699-1719

100

95

1

1740-1760

100

87

16

1779-1793

100

78

39

Total

300

260

56

  • 12 Inventaire après décès de Bernard Zygmunt Konarski, acta castrensia de Poznań, 856, p. 108. La des (...)

7Au début du XVIIIe, le costume occidental était encore pratiquement absent du second ordre de Grande Pologne. Sur cent documents analysés, un inventaire seulement mentionne des pièces de vêtement d’un style clairement occidental. Le cas reste atypique pour la province nobiliaire. Il concerne un registre du mobilier de Bernard Zygmunt Konarski, protestant et major de l’armée saxonne, dans lequel nous retrouvons chapeaux, perruques, épées et costumes trois-pièces à la française12.

8Pour la seconde période étudiée (années 1740-1760), des éléments de vêtement étranger apparaissent dans seize inventaires. La plupart des nobles restaient donc toujours attachés à la mode nationale. Mais un groupe d’adeptes de la mode occidentale, encore quasiment absent quelques décennies auparavant, s’identifie clairement vers la moitié du siècle. En outre, contrairement au début du siècle, cet ensemble n’est plus marginalisé, ni idéologiquement, ni géographiquement. Parmi ces seize propriétaires de tenues étrangères, on compte jusqu’à cinq sénateurs (membres de la chambre haute de la Diète). Dans la plupart de ces inventaires, la garde-robe ne se compose que des seuls justaucorps, culottes et gilets : la mode occidentale, bien que clairement visible, reste toujours un monde à part.

  • 13 Kalisz gr. 392, p. 1002-1009.

9La diffusion du costume étranger et, particulièrement, la composition différente du groupe de ses partisans, suggèrent une évolution fondamentale des significations de la mode occidentale. Elle n’est plus le signe de l’étranger ou d’une profession particulière mais devient l’expression de la supériorité sociale et du raffinement qui distinguait un élégant habillé à la française du large groupe des hobereaux. L’inventaire du mobilier de Ignacy Koźmiński, staroste (capitaneus) de Wschowa de 1758, dévoile une certaine ségrégation sociale concrétisée par l’habillement13. Koźmiński ne possédait que des costumes trois-pièces à la française, richement ornés. Dans ce cas, les habits étrangers expriment avant tout la qualité de grand seigneur. Les habits à la polonaise mentionnés par l’inventaire sont, quant à eux, ceux des serviteurs.

  • 14 A. Urbaniak, Ubiory szlachty polskiej w czasach stanisławowskich w opinii współczesnych (Les costu (...)

10Vers la fin du XVIIIe siècle, on retrouve le costume occidental dans 39 % des inventaires analysés. Dans les années 1780-1790, on compte dans un inventaire autant d’éléments de costume polonais que de costume étranger. Cette différenciation du style, en comparaison avec les inventaires homogènes du début du siècle, est remarquable. Si l’opposition entre la mode occidentale et nationale14 n’a pas complètement disparu, elle s’est tout du moins très atténuée. Cela suggère une plus grande perméabilité aux influences de l’Europe occidentale et révèle des changements considérables dans la construction de la mentalité nobiliaire.

DE LA VAISSELLE D’« ARGENT ET ÉTAIN » À CELLE EN « PORCELAINE ET FAÏENCE »

  • 15 Acta castrensia de Poznań, 926, k. 331-5v.

11Parmi les vaisselles, ce sont les couverts en argent et surtout en étain qui dominaient dans les inventaires. Les assiettes, les plateaux, les plats, les chandeliers et les cuillères en métal semblent être, à côté des vêtements de la noblesse, un élément significatif du standard de vie de la noblesse moyenne. Les récipients en verre et en faïence étaient très rares : hormis les collections de diverses bouteilles à alcool, le nombre important des objets en verre n’est mentionné que dans les inventaires particulièrement riches. Nous pouvons citer un registre des biens laissés par Teresa Działyńska de domo Tarło de 172515. Les cuvettes en cristal, les verres, les chopes, les tasses en faïence, et les petites terrines de Gdańsk, contrastent avec la noblesse moyenne qui ne possédait que des récipients en étain ou en argent. Dans ce cas-là, les cristaux et les récipients en verre, ainsi qu’en faïence, sont inscrits dans la catégorie des objets « trésor », qui figure à côté des objets précieux, argenterie, robes, cuivres et vaisselles.

12Dans la quasi-totalité des inventaires, parmi les récipients appartenant à un noble, il est intéressant de noter l’existence d’un « alambic », récipient en cuivre servant à la distillation de l’alcool. Cet appareil semble être un attribut de la noblesse aussi important que les vêtements ou les armes, et sa présence devrait être envisagée dans les catégories culturelles et économiques.

  • 16 Testament de Kazimierz Strobiszewski, acta castrensia de Kalisz 316, p. 498v.- 500v.

13Le 11 mai 1706, Kazimierz Strobiszewski, un des hobereaux des environs de Kalisz, écrivit son testament16. Après avoir décidé de l’organisation de l’enterrement, divisé sa petite fortune et réclamé des messes, il léguait à son fils une chope et trois coupes d’argent. Il précisait à cet égard l’utilisation qui devait en être faite. Ces récipients ne devaient pas être utilisés pour boire (faisant allusion au goût excessif de son fils pour l’alcool) mais devaient être conservés afin d’être légués à la génération suivante. Pour un père de famille, il s’agissait d’abord, ce faisant, d’assurer l’avenir du lignage. Les pièces d’argenterie, qui représentaient le style de vie propre au noble aisé ou, en tout cas, celui auquel il aspirait, ne devaient donc pas être utilisées comme de simples récipients. Les vaisselles d’argent ne pouvaient être des objets nouveaux, ordinaires, que pouvait s’offrir celui qui en avait les moyens : leur ancienneté garantissait le statut de l’individu et de tout son lignage (entendu ici comme l’ensemble des générations passées, présentes et futures). Le monde de la consommation, chez les nobles, est en fait celui des objets, dont la longévité dépassait largement celle de leurs propriétaires. Les choses étaient rares, durables et précieuses ; elles étaient héritées plutôt qu’achetées. Comparons maintenant cet exemple avec les résultats de l’analyse des 300 inventaires.

Tableau 2 - Les couverts et récipients dans un éventail de 300 inventaires après décès de la noblesse de Grande Pologne au XVIIIè siècle

Tableau 2 - Les couverts et récipients dans un éventail de 300 inventaires après décès de la noblesse de Grande Pologne au XVIIIè siècle

14Qu’il s’agisse d’inventaires fournis ou non, une grande partie des registres fait mention d’argenterie : assiettes, plateaux, plats, chandeliers et cuillères en argent, voire en étain, semblent définir, outre le vêtement, le standard de vie de la noblesse moyenne. Les récipients en verre ou en faïence y figurent très rarement. C’est principalement, au début du siècle, dans les inventaires de la grande noblesse qu’on en trouve une quantité notable : cuvettes en cristal, verres, chopes, tasses en faïence et petites terrines de Gdańsk. Les qualifier d’objet « trésor » à côté des objets précieux, de l’argenterie, des robes, des cuivres ou des vaisselles est alors très caractéristique.

15Au cours du siècle, aux couverts en argent et en étain se substituent partiellement les récipients en faïence, en verre ou, dans certains cas, en porcelaine. Cette évolution est non seulement le fait de nouveaux cadres de vie matérielle, mais aussi l’expression d’une nouvelle sensibilité. Les objets durs, vieux et solides qui symbolisaient la continuité entre les générations ont fait place aux articles nouveaux et fragiles : la mode est valorisée, la nouveauté appréciée et la commercialisation en pleine progression.

LES OBJETS FRANÇAIS DANS LES INVENTAIRES : LE REFLET DE LA VIE MONDAINE

  • 17 M. Espagne, Le creuset allemand : histoire interculturelle de la Saxe (XVIIIe-XIXe siècles), Paris (...)

16Le XVIIIe siècle est celui où se diffusent largement la mode et la culture matérielle occidentale dans la noblesse polonaise. Les produits français, ou même ceux qui étaient perçus comme tels, se distinguaient particulièrement parmi les nouvelles tenues, les frivolités de toutes sortes et les innombrables accessoires de mode. Plus difficile à imiter que les mœurs fastueuses d’Orient, le style de vie français (mode, langue et littérature) tend à gagner l’élite mondaine. Apanage des descriptions littéraires et des mémoires de l’époque, je voudrais esquisser ce processus en utilisant cette fois les données des inventaires après décès nobiliaires. Je voudrais envisager ici la dimension sémantique du phénomène et son rôle dans la construction de l’identité collective du second ordre. Si la multitude des qualificatifs comme français ou parisien ne reflète parfois que stéréotypes et représentations, le problème conserve son envergure17. La qualification de français, pour certains objets retrouvés dans les inventaires, ne prouve en aucun cas qu’ils proviennent de manufactures françaises. En outre, l’origine de l’article, française ou autre, n’est pas toujours spécifiée. Il faut donc être attentif aux particularités des articles : leur prix, leur signification en font pour certains des valeurs propres à ce milieu social.

17À partir du début du XVIIIe siècle, de plus en plus d’articles sont qualifiés de français :

Années

Nombre d’objets « français »

1699-1719

64

1740-1760

454

1779-1793

142

Total

660

  • 18 J. Dumanowski, Orientalne i zachodnie wzorce konsumpcji szlachty wielkopolskiej w XVI-XVIII w. [w  (...)

18Ces résultats peuvent faire l’objet d’une double interprétation : soit la popularité de la mode française a atteint ses sommets, soit le goût pour la nouveauté est de plus en plus manifeste. La plupart des objets dits français sont des habits et des accessoires vestimentaires, des draps et des tissus, des livres, des armes à feu et des carrosses alors qu’il s’agissait, au début du siècle, presque exclusivement de draps. Il est très intéressant que ces draps français ou dits français aient été presque toujours utilisés dans la confection du kontusz – pièce principale du costume national et symbole de l’identité nobiliaire. Le paradoxe complique sensiblement la construction d’une identité, vue, à l’origine, comme xénophobe et anti-occidentale18. Au cours du siècle, les draps qualifiés de français se font de plus en plus rares : ce sont désormais les tenues complètes et les accessoires de mode que l’on désigne comme tels. Cet exemple montre qu’en dépit de fonctions utilitaires communes, les valeurs symboliques des objets varient. Si les draps et les tissus français utilisés dans la fabrication des kontusz étaient avant tout des matières premières, justaucorps, gilets et culottes représentaient, quant à eux, le statut et l’identité de leur propriétaire. Les livres – porteurs d’un rayonnement culturel particulier – avaient une signification plus complexe encore. Tout en se faisant, concrètement, les messagers d’écoles de pensée, les livres produits en France ou, au moins, écrits en français, que l’on retrouvait dans les inventaires les plus riches, étaient déjà un signe de culture, d’élégance et de raffinement. Outre les œuvres littéraires, les ouvrages historiques, politiques et religieux, plusieurs dictionnaires, grammaires et manuels de langue française font leur apparition dès le milieu du siècle : cette ouverture sur la langue et la culture françaises est la manifestation d’une supériorité sociale difficile à atteindre.

  • 19 Acta castrensia de Poznań 868, p. 54.

19C’est aussi l’appellation des objets français qui définit leur fonction symbolique et le sens qui leur est donné au quotidien. Au début du siècle, l’adjectif français sert tout d’abord à décrire les draps des « kontusz ». Dans une version abrégée et, certes, déformée, nous retrouvons même l’expression « kontusz français »19. La formule « kontusz de draps français » désigne un costume de parade particulièrement coûteux, le terme « français » étant ici synonyme de qualité. Cette idée est encore plus claire dans l’opposition fréquemment utilisée entre drap français et drap ordinaire.

  • 20 J. Kitowicz, Opis obyczajów za panowania Augusta III (La description des coutumes sous le règne d’ (...)
  • 21 Acta castrensia de Poznań, 833, p. 76c.
  • 22 Inventaire après décès d’Antonina Biernacka de 1781, acta castrensia de Kalisz 445, p. 1596.

20L’abbé André Kitowicz, dans son célèbre ouvrage Description des coutumes sous le règne d’Auguste III parle du costume occidental comme d’un habit « allemand, c’est-à-dire français »20. Cette expression répétée à plusieurs reprises dans les inventaires n’est pas un simple abus de langage. Bien qu’apparemment antinomique, elle révèle pourtant bien plus le sens profond du mot français. Dans les livres de taxes des marchandises de la voïvodie de Poznań, un cas de 1702 mentionne une opposition entre tailleurs allemands confectionnant des habits français, et artisans polonais s’occupant des costumes nationaux et orientaux21. Dans ce sens, le mot français est tout simplement synonyme d’étranger, d’occidental ou de forain. Vers la fin du siècle, la perception des objets dits français a évolué dans les inventaires. Les registres des années 1780 font apparaître l’expression « français, c’est-à-dire de Varsovie »22. Ce n’est plus des capitales de Saxe, de Brandebourg ou de l’Empire des Habsbourg mais de Varsovie que se diffusent les nouveautés « françaises ». Ici, le terme français contribue à renforcer l’opposition entre Varsovie et la province.

  • 23 J. Kitowicz, ouvrage cité, p. 242.
  • 24 La Pologne du XVIIIe siècle vue par un précepteur français Hubert Vautrin, (ed.) M. Cholewo-Flandr (...)
  • 25 Raporty rezydentów francuskich w Gdańsku w XVIII wieku (1715-1719) (Rapports des résidents françai (...)
  • 26 A. Kraatz, ouvrage cité, p. 55-56.
  • 27 M. Figeac, Szlachta w mieście : rola społeczna i wpływy kulturalne w epoce Oświecenia (Le noble et (...)
  • 28 J.-L. Flandrin, « La diversité des goûts et des pratiques alimentaires en Europe du XVIe au XVIIIe(...)

21Toutefois, il n’a pas toujours été l’expression de l’élégance, de la qualité et du goût. Pour Kitowicz, boire du vin français prouve une certaine avarice de la noblesse de Grande Pologne : le vin hongrois était bien plus apprécié en Pologne mais bien plus onéreux aussi23. Précepteur des aristocrates lituaniens, Hubert Vautrin a été dégoûté par « un vin blanc aigrelet, qu’on appelle vin de France »24. En 1718, un consul français de Gdańsk déconseillait, dans un rapport, l’exportation de Pontac en Pologne et suggérait l’envoi des vins de qualité inférieure25. Seuls les Hollandais, qui frelataient les vins de Bordeaux et les vendaient moins chers, savaient satisfaire les Sarmates26. Dans ce domaine aussi, « la lumière pénétrait peu mais elle arrivait douce »27. Vers la fin du XVIIIe siècle, une nouvelle source apparaît dans les registres des tribunaux nobiliaires : la liste des dépenses de vins parmi lesquels on retrouve autant les vins de Bordeaux que ceux de Champagne ou de Bourgogne. Cette histoire des goûts et des sensibilités trouve déjà son modèle dans quelques textes de Jean-Louis Flandrin sur la Pologne28.

Notes

1 Voir les remarques de E. Markkannen au sujet du manque de critique de la source dans la première étape de recherche sur les inventaires du territoire de Finlande, « The Use of Probate Inventories as Indicators of Personal Wealth during the Period of Industrialization : the Financial Resources of the Finnish Rural Population 1850-1911 », The Scandinavian Economic History Revue », volume XXVI, 1978, no 1, p. 67.

2 W. Łoziński, Życie polskie w dawnych wiekach (La vie polonaise dans les siècles anciens), Kraków, 1974.

3 A. Pośpiech, Pułapka oczywistości. Pośmiertne spisy ruchomości szlachty wielkopolskiej z XVII wieku (Piège de l’évidence. Registres après décès du mobilier de la noblesse de Grande Pologne du XVIIe siècle), Warszawa, 1992.

4 A.H. Jones, « Wealth and Growth of the Thirteen Colonies : Some Implications », The Journal of Economic History, volume XLIV, 1984, no 2, p. 239-254.

5 P. Lindert, « An Algorithm of Probate Sampling », The Journal of Interdisciplinary History, volume XI, nr 4, p. 657.

6 C. Cailly, « Structure sociale et patrimoine du monde proto-industriel rural textile au XVIIIe siècle », Revue Historique, 1993, 588, p. 4.

7 Voir M. Figeac et ses remarques sur les difficultés dans la découverte des inventaires nobiliaires dispersés dans une masse de documents notariaux, M. Figeac, La douceur des Lumières. Noblesse et art de vivre en Guyenne au XVIIIe siècle, Bordeaux, 2001, p. 12.

8 J.A. Johnston, Introduction : Probate Inventories of Lincoln Citizens 1661-1714, J.A. Johnston (ed.), « Lincoln Record Society », 80, 1989, p. XV-XIX.

9 A. Pośpiech, ouvrage cité, p. 31.

10 Les inventaires du mobilier de Franciszka Bielawska de 1729, Archiwum Państwowe w Poznaniu (Archives Nationales de Poznań), acta castrensia de Poznań 486, p. 43-44 ; de Teresa Działyńska de 1726, acta castrensia de Poznań 926, p. 331-335 et suivantes.

11 Les inventaires du mobilier de Stefan Potocki de 1722, acta castrensia de Poznań 896, volume 113 ; de Michał Skrzydlewski de 1725, acta castrensia de Poznań 926, volume 22-v ; de Paweł Skrzydlewski inscrit dans le livre du tribunal nobiliaire local en 1724, acta castrensia de Poznań 907, volume 102-v.

12 Inventaire après décès de Bernard Zygmunt Konarski, acta castrensia de Poznań, 856, p. 108. La description des pièces de costumes, et les termes utilisés démontrent formellement qu’il s’agit des éléments du costume occidental, J. Szyposz, « Odzież szlachty w świetle inwentarzy ruchomości zawartych w aktach grodzkich i ziemskich województwa krakowskiego z lat 1645-1670 » (« Le vêtement de la noblesse dans les inventaires du mobilier compris dans les actes des tribunaux nobiliaires du palatinat de Cracovie des années 1645-1670 »), Kwartalnik Historii Kultury Materialnej, XXIX, 1981, 3, p. 354.

13 Kalisz gr. 392, p. 1002-1009.

14 A. Urbaniak, Ubiory szlachty polskiej w czasach stanisławowskich w opinii współczesnych (Les costumes de la noblesse polonaise à l’époque du roi Stanislas Auguste dans l’opinion des contemporains), XXXIV, 1986, no 3, p. 465-467 ; I. Turnau constate non seulement une généralisation de la mode occidentale dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, mais aussi une certaine simplification du costume national, et son assimilation aux modèles occidentaux, I. Turnau, Ubiór narodowy w dawnej Rzeczypospolitej (Le costume national dans l’ancienne République), Warszawa, 1991, p. 77.

15 Acta castrensia de Poznań, 926, k. 331-5v.

16 Testament de Kazimierz Strobiszewski, acta castrensia de Kalisz 316, p. 498v.- 500v.

17 M. Espagne, Le creuset allemand : histoire interculturelle de la Saxe (XVIIIe-XIXe siècles), Paris, 2000, p. 12-13.

18 J. Dumanowski, Orientalne i zachodnie wzorce konsumpcji szlachty wielkopolskiej w XVI-XVIII w. [w :] Między Zachodem i Wschodem. Studia z dziejów Rzeczypospolitej w epoce nowożytnej, red. J. Straszewski, K. Mikulski, J. Dumanowski, Toruń, 2002, p. 153-159.

19 Acta castrensia de Poznań 868, p. 54.

20 J. Kitowicz, Opis obyczajów za panowania Augusta III (La description des coutumes sous le règne d’Auguste III), Warszawa, 1985, p. 248.

21 Acta castrensia de Poznań, 833, p. 76c.

22 Inventaire après décès d’Antonina Biernacka de 1781, acta castrensia de Kalisz 445, p. 1596.

23 J. Kitowicz, ouvrage cité, p. 242.

24 La Pologne du XVIIIe siècle vue par un précepteur français Hubert Vautrin, (ed.) M. Cholewo-Flandrin, Paris, 1966, p. 139.

25 Raporty rezydentów francuskich w Gdańsku w XVIII wieku (1715-1719) (Rapports des résidents français à Gdańsk au XVIIIe siècle (1715-1719), (eds.) E. Cieślak i J. Rumiński, Gdańsk, 1964, p. 50.

26 A. Kraatz, ouvrage cité, p. 55-56.

27 M. Figeac, Szlachta w mieście : rola społeczna i wpływy kulturalne w epoce Oświecenia (Le noble et la cité : rôle social et influence culturelle), Clio, à paraître.

28 J.-L. Flandrin, « La diversité des goûts et des pratiques alimentaires en Europe du XVIe au XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1983, XXX, p. 66-83 ; J.-L. et M. Flandrin, « Regards occidentaux sur les banquets de Pologne aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles » dans Między polityką a kulturą (Entre la politique et la culture), (ed.) C. Kuklo, Warszawa, 1999, p. 307-317.

Table des illustrations

Titre Tableau 2 - Les couverts et récipients dans un éventail de 300 inventaires après décès de la noblesse de Grande Pologne au XVIIIè siècle
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540