Version classiqueVersion mobile

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre IV - La noblesse dans la sphère privée

Les écrits du for privé, une source pour l’histoire de la noblesse à l’époque moderne

Caroline Le Mao

Texte intégral

  • 1 M.-T. Allemand-Gay et J. Coudert (eds.), Un magistrat lorrain au XVIIIe siècle, Le Premier Préside (...)

Depuis longtemps, j’ai le projet d’écrire une espèce de journal qui puisse me servir à me rappeler à moi-même les circonstances de ma vie ainsi que leur époque ; la paresse ou l’indifférence m’a empêché jusqu’à présent d’exécuter ce projet. Je ne sais même si je continuerais ce que j’entreprends aujourd’hui dans un moment de désœuvrement… Si je persiste dans mon plan, je serais exact à écrire journellement les particularités dont je souhaiterais conserver un souvenir, ceci n’étant que pour moi tout seul1.

  • 2 Voir l’introduction faite par Daniel Roche à l’édition de Journal de ma vie. Jacques-Louis Ménétra (...)
  • 3 D. Roche, ouvrage cité, p. 1.
  • 4 Voir J. Stuart Amelang, The Flight of Icarus : Artisan Autobiography in Early Modern Europe, Stanf (...)
  • 5 Voir F.-J. Ruggiu, « O fortunatos nimium, sua si bona norint, agricolas ! ou le journal d’un genti (...)
  • 6 C. Le Mao (ed.), Chronique du Bordelais au crépuscule du Grand Siècle : le Mémorial de Savignac, B (...)
  • 7 Voir M. Figeac, Destins de la noblesse bordelaise, Bordeaux, F.H.S.O., 1996.
  • 8 Terme employé par Madeleine Foisil dans P. Ariès, G. Duby, Histoire de la vie privée, 3, De la Ren (...)
  • 9 R. Dekker, « Les egodocuments aux Pays-Bas du XVIe au XVIIIe siècle », Bulletin du bibliophile, 19 (...)
  • 10 E. Bourcier, Les journaux privés en Angleterre, Paris, 1976 ; S. Jettot, « L’expérience du contine (...)
  • 11 Voir les travaux sur les ricordanze de C. Klapisch-Zuber, La maison et le nom : stratégie et ritue (...)

1Le 1er janvier 1774, le premier président au Parlement de Lorraine prenait la plume pour coucher sur le papier les événements qui devaient émailler son existence durant les quinze années à suivre, explicitant de fait, pour les historiens d’aujourd’hui, le quotidien d’un noble robin à la fin de l’Ancien Régime. On imagine dès lors le plaisir du chercheur qui découvre ce type de manuscrits, que l’on a longtemps cru très rare2. Mais la multiplication des publications, réalisées en ordre dispersé, à la faveur de découvertes fortuites, a tôt disqualifié l’idée que ces documents étaient rares. Ces « rêves d’historiens devenus réalités », selon l’expression de Daniel Roche3, étaient en fait nombreux, prouvant que l’aspiration biographique de la société française était bien plus forte qu’on ne l’avait soupçonné. L’étonnement était bien sûr vif pour ce qui touchait aux « petites gens », paysans, artisans4, compagnons, mais il concernait aussi la noblesse. On connaissait les Mémoires de grands de la cour, de maréchaux de France et autres courtisans... Ces spectateurs ou acteurs de l’histoire en marche avaient éprouvé le besoin d’apporter leur témoignage sur les événements, mais qui aurait pensé qu’un hobereau campagnard comme Leclerc de Bussy5 ou qu’un simple conseiller au Parlement de Bordeaux comme Labat de Savignac6 écriraient les menus aléas de leur quotidien ? Certes, l’apport des écrits du for privé à l’étude de la noblesse est connu et nombre d’historiens ont su l’utiliser à bon escient. Il suffit pour s’en convaincre de consulter, dans les ouvrages, la présentation des sources utilisées qui comporte toujours une rubrique « souvenirs, mémoires, récits de voyages7 ». Il s’agit là, pour l’historien de l’Ancien Régime, d’une chance d’autant plus grande que les témoignages directs, composés par les individus eux-mêmes, sont rares au regard de l’ensemble des sources habituellement utilisées. En l’espèce, l’écriture médiate, qui passait par le prisme d’un notaire ou d’un curé, était bien plus répandue, induisant une formulation stéréotypée, une codification du propos qui biaisait inévitablement le regard. Mais le sentiment premier de l’unicité du manuscrit et la diversité des pièces publiées a longtemps freiné l’idée de l’existence d’un fonds global, qui permettrait une étude de ce type de document envisagé comme un ensemble cohérent. L’apparition tardive d’un terme qualifiant l’ensemble de ces pièces, « écrits du for privé8 » ou « ego-documents9 », et les réflexions actuellement menées sur la définition du corpus montrent bien que la recherche française, si elle a franchi un pas décisif, en est encore à l’heure des tâtonnements, alors même que les écoles anglaise10 ou italienne11 ont largement investi et défriché ce territoire de l’historien.

2Le but de notre propos sera donc de rendre compte des progrés actuels de la recherche française et de donner quelques éclairages sur l’apport des écrits du for privé en matière d’histoire de la noblesse, en essayant tout d’abord de préciser les contours de cet « objet historique mal identifié » car polymorphe, transcendant les habituelles classifications archivistiques et les cadres de pensée du temps. On constatera que ce type d’écrit est relativement fréquent au sein de la noblesse, ordre familier de l’écrit de par son éducation, son cadre de vie et ses obligations et qui, de plus, porte un intérêt particulier à la préservation de la mémoire familiale, fondement même de sa condition sociale. En l’espèce, passer de l’écriture à l’écriture de soi présente donc, pour le noble d’Ancien Régime, un enjeu social autant qu’individuel, mais le fait constitue aussi un défi pour l’historien, une chance à saisir avec circonspection, car l’objet, de par son originalité, nécessite quelques précautions méthodologiques et doit être soumis à un questionnement approprié et largement renouvelé.

LES ÉCRITS DU FOR PRIVÉ : UN OBJET HISTORIQUE MAL IDENTIFIÉ

UNE FORTUNE HISTORIOGRAPHIQUE VARIABLE

  • 12 F. Le Play, L’organisation de la famille selon le vrai modèle signalé par l’histoire de toutes les (...)
  • 13 Voir par exemple C. de Ribbe, Les familles et la société en France avant la révolution d’après des (...)
  • 14 Pour la bibliographie de P. Tamizey de Larroque, voir les ouvrages cités par la suite.
  • 15 P. Tamizey de Larroque, P. Huet et le comte de Saint-Saud, Livre journal de Pierre de Bessot, 1609 (...)
  • 16 P. Tamizey de Larroque, Livre de raison de la famille de Fontainemarie, 1640-1774, Agen, Lamy, 188 (...)
  • 17 P. Tamizey de Larroque, Deux livres de raison de l’Agenais (…) suivis (…) d’une liste récapitulati (...)
  • 18 L. Guibert, Livres de raison, registres de famille et journaux individuels limousins et marchois, (...)
  • 19 P. Tamizey de Larroque, Mémoires de Jean d’Antras de Samazan, seigneur de Cornac, Sauveterre-de-Gu (...)
  • 20 Meaudre de Lapouyade (ed.), Mémorial général de M. de Savignac, conseiller au Parlement de Bordeau (...)

3L’historiographie des écrits du for privé se décline en trois temps. Le XIXe siècle constitue une sorte d’âge d’or pour ces documents, qui sont au cœur de la pensée du sociologue Frédéric Le Play12. Ses travaux sur l’histoire de la famille et tout particulière sa thèse, L’organisation de la famille selon le vrai modèle signalé par l’histoire de toutes les races et de tous les temps, mettent l’accent sur la famille patriarcale ou famille souche, stable, envisagée comme la base du système social d’Ancien Régime. Les écrits du for privé et tout particulièrement les livres de raison constituent dès lors le moyen privilégié de faire renaître cette famille idéale, tâche à laquelle se sont appliqués les disciples de Le Play, dans les rangs desquels on trouve beaucoup d’hommes d’extraction nobiliaire. On citera, parmi les plus célèbres d’entre eux le noble provençal Charles de Ribbe13 ou l’Agenais Tamizey de Larroque14. Pour ces hommes, la publication des écrits du for privé participait d’une œuvre d’édification morale de leurs contemporains comme le montre très bien l’introduction au livre journal de Pierre de Bessot15. Pour Tamizey de Larroque, ce dernier « nous apparaît en tout son livre journal bon chrétien, bon citoyen, serviteur constant du devoir dans la vie publique comme dans la vie privée, en un mot un parfait honnête homme… Une saine impression se dégage de cette simplicité, de cette sincérité, de cette probité : tout cela fait du bien à l’âme ». Les mêmes propos se retrouvent dans la publication du livre de la famille de Fontainemarie16, dynastie de conseillers à la cour des aides de Bordeaux : « J’aime à l’espérer, le journal des Fontainemarie sera plus qu’une lecture intéressante ; il sera une lecture salutaire. En un temps où trop de publications égarent les esprits et les cœurs, puisse ce modeste recueil, où resplendissent les beaux sentiments et les nobles exemples, être fortifiant, bienfaisant ». Ce sentiment d’une mission à accomplir favorise la publication de nombre d’écrits, notamment à partir de la décennie 1880. Ainsi, la bibliographie concernant les livres de raison établie dans l’ouvrage de Tamizey de Larroque17 dénombre, dans les années 1870, quatorze références relatives à la question et plus d’une cinquantaine durant la décennie suivante, dont un recueil de vingt livres de raison transcrits par Louis Guibert18. L’élan se poursuit jusqu’à la Première Guerre mondiale puis se brise, les publications étant dès lors beaucoup plus ponctuelles. Ce mouvement initial permit de sauver de nombreux manuscrits. Tamizey de Larroque raconte ainsi comment il récupéra les mémoires du chevalier Jean d’Antras de Samazan19, héros des guerres de religion, retrouvées sur la table d’un modeste presbytère de campagne. La cuisinière était en train d’en arracher les pages pour boucher cinq à six pots de graisse. Mais l’esprit dans lequel furent réalisées ces éditions contribua à introduire de fâcheux biais. Outre le fait que l’on optait pour la méthode des morceaux choisis plutôt que l’édition intégrale, que l’on favorisait le pittoresque et l’exceptionnel par rapport au quotidien, il s’avère que l’on expurgeait souvent le document de ce qui ne correspondait pas à l’idée que l’on se faisait de l’Ancien Régime. L’édition du mémorial général de Labat de Savignac20, réalisée en 1933 par la Société des Bibliophiles de Guyenne constitue en la matière un cas d’espèce. Meaudre de Lapouyade indique ainsi dans son introduction qu’il a ôté ce qui revêtait, selon lui, un intérêt minime. En comparant avec le manuscrit original, on constate alors qu’il a supprimé toutes les copies de chansons à caractère politique, très nombreuses durant l’année 1709, pamphlets qui stigmatisent les difficultés du règne de Louis XIV. Lapouyade n’hésite pas non plus à enlever les passages licencieux, quitte à couper un paragraphe en plein milieu d’une phrase. Ces « vices de forme » disqualifient de fait un certain nombre de transcriptions. Au lendemain de la guerre, les écrits du for privé entament une longue traversée du désert. L’historiographie française privilégie alors le groupe social face à l’individu, l’histoire quantitative et la série face au document en apparence si unique et particulier.

  • 21 P. Ariès, G. Duby, Histoire de la vie privée, tome 3, De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil (...)
  • 22 A. Lottin, Chavatte, ouvrier lillois. Un contemporain de Louis XIV, Paris, Flammarion, 1979.
  • 23 Journal de ma vie. Jacques-Louis Ménétra, compagnon vitrier au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, (...)
  • 24 V. Jameray-Duval, Mémoires, enfance et éducation d’un paysan au XVIIIe siècle, présentées par J.-M (...)
  • 25 A. Fillon, Les trois bagues aux doigts. Amours villageoises au XVIIIe siècle, Paris, Robert Laffon (...)
  • 26 Voir sa mise au point historiographique dans M. Figeac, L’automne des gentilshommes, noblesse d’Aq (...)
  • 27 A. Soboul, Précis d’Histoire de la Révolution française, Paris, Éditions sociales, 1962 et A. Sobo (...)
  • 28 F. Bluche, La vie quotidienne de la noblesse française, Paris, Hachette, 1973.
  • 29 G. Chaussinand-Nogaret, La noblesse au XVIIIe siècle, de la féodalité aux Lumières, Paris, Hachett (...)
  • 30 On citera la thèse pionnière de J. Meyer, La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, EHESS, 196 (...)
  • 31 On citera, pour exemples, R. Baury, La maison des Bonneval : destins et fortune d’un lignage de la (...)

4Il faut attendre la fin des années 1970 pour qu’un regain d’intérêt se manifeste. À la faveur des problématiques de l’histoire sociale et plus précisément de l’histoire des mentalités, des représentations, on redécouvre les écrits du for privé. Les travaux de Madeleine Foisil ou de Philippe Ariès21 sur l’histoire familiale font la part belle aux ego-documents, non plus envisagés comme des pièces uniques et rares, mais désormais considérés comme représentatifs de leur milieu social. Les publications se multiplient : l’ouvrier lillois Chavatte22, le compagnon vitrier Jacques-Louis Ménétra23, le paysan Valentin Jameray-Duval24 ou l’étaminier du Maine Louis Simon25, sortent de l’anonymat après de longs siècles de silence, mais dans cette cohorte de « petites gens », les nobles sont encore peu nombreux. Il faut dire que l’historiographie de la noblesse est alors en plein renouvellement. Comme le souligne Michel Figeac26, « dans les années 1960-1970, l’image dominante que renvoyait l’historiographie était celle d’une aristocratie farouchement attachée à ses privilèges ». Albert Soboul27 stigmatisait l’« esprit de caste renforcé », l’exclusivisme nobiliaire qui se traduisait par l’accaparement des hautes dignités ecclésiastiques et la fermeture des grands corps d’État. Il faut attendre les travaux de François Bluche28 ou de Guy Chaussinand-Nogaret29 pour que les préjugés s’effacent un peu et surtout l’apport majeur, dans les années 1990, des monographies régionales30 et individuelles31, qui mettent au jour un grand nombre d’écrits du for privé.

  • 32 . G. Alter, « L’event history analysis en démographie historique. Difficultés et perspectives », An (...)
  • 33 J. Tricard, « Les livres de raison français au miroir des livres de famille italiens : pour relanc (...)
  • 34 G.D.R 2649, Recensement des écrits du for privé de la fin du Moyen Âge à 1914.

5S’ouvre alors un troisième temps de l’historiographie des écrits du for privé, en lien avec les réorientations de l’histoire sociale, qui place désormais au cœur des problématiques l’individu et non plus le groupe. Cet infléchissement est sensible en histoire démographique, où se développe le concept de l’« event history analysis »32 et les approches longitudinales, qui privilégient trois axes de recherche : la généalogie, l’intergénérationnel et la biographie. Ce nouveau type d’approche fait donc la part belle à l’ego-document, mais comme le notait encore très récemment Jean Tricard33, l’étude des écrits du for privé « ne repose encore souvent que sur les épaules d’une poignée d’historiens, médiévistes et modernistes pour l’essentiel, qui ne sont en quelque sorte que des spécialistes de hasard, dans la mesure où ils n’ont découvert les livres de raison qu’à l’occasion d’une autre recherche », soulignant au passage l’absence d’un bon instrument bibliographique à jour, capable d’orienter de nouveaux travaux en la matière. L’opération est actuellement en cours de réalisation grâce à la mise en place d’un groupe de recherche34, dirigé par les professeurs Jean-Pierre Bardet et François-Joseph Ruggiu, dont le but est de recenser l’ensemble des écrits du for privé produit entre la fin du Moyen Âge et 1914. L’une des premières tâches de ce groupe fut un travail de réflexion et de délimitation de ce que l’on a l’habitude de nommer écrits du for privé.

  • 35 Duc de Saint-Simon, Mémoires sur le règne de Louis XIV. Anthologie suivie, Paris, Flamarion, 2000.
  • 36 Livre de raison de la famille Ranouilh des Alois (Thiviers et ses environs) 1733-1795, transcrit p (...)
  • 37 P. Tamizey de Larroque, Livre de raison de la famille de Fontainemarie, 1640-1774, ouvrage cité.
  • 38 R. Barthes, Le degré zéro de l’écriture, Paris, Seuil, 1972.
  • 39 P. Lejeune, L’autobiographie en France, Paris, Colin, 1998 [1971] ; ibidem, Le moi des demoiselles (...)
  • 40 « Au plus près du secret des cœurs ? Nouvelles lectures du for privé. Journaux intimes, correspond (...)

6Qu’y a-t-il de commun entre les Mémoires de Saint-Simon35, les lettres de Madame de Sévigné, le livre de raison de la famille Ranouil des Alois36 ou le journal familial des Fontainemarie37 ? Rien a priori. D’un côté, les plus belles plumes de leur temps, de l’autre, ce que Roland Barthes38 appelle une « écriture amodale », le degré zéro de l’écriture. Chez les uns, un récit composé au terme d’une vie, à la faveur du désouvrement de la vieillesse, chez les autres des notes consignées au jour le jour, conservées telles quelles ou recopiées par intermittence. De même, si d’aucuns, comme Madame de Sévigné, écrivaient à un particulier tout en sachant que le public pourrait être plus large, la plupart écrivait pour eux-mêmes, ce qui explique l’absence de ce que Philippe Lejeune39 appelle le pacte autobiographique, sorte de contrat entre celui qui écrit et son lecteur. Cependant, de ces écrits si variés se dégage un point commun : le « je », l’individu qui s’exprime, qui raconte, qui se raconte, ce « je » que l’on rencontre chez Saint-Simon lorsqu’il évoque son mariage, chez Madame de Sévigné lorsqu’elle écrit à sa fille, chez Labat de Savignac lorsqu’il parle de ses relations familiales. Tous ces textes sont écrits à la première personne du singulier et le récit consigné s’ordonne autour de leur propre personne, qu’elle soit actrice ou spectatrice. En cela, ces documents se différencient du corpus habituel de l’historien, qui relève de l’écriture impersonnelle, administrative ou judiciaire. Mais cette spécificité ne suffit pas à en faire une catégorie archivistique particulière. Il suffit pour s’en convaincre de lire l’intitulé du colloque sur les écrits du for privé réuni à La Sorbonne en 200240, qui mentionnait en sous-titre les livres de raison, journaux intimes, correspondances privées, autobiographies et mémoires. Aussi, dès lors que l’on entreprend de traquer le « je » dans les archives, il convient d’explorer l’ensemble des séries, et tout d’abord la section des fonds privés.

  • 41 E. Arnoul, Recensement des écrits du for privé, Archives nationales et Bibliothèque Nationale de F (...)

7Lors d’un sondage réalisé aux archives nationales, Elizabeth Arnoul41 a ainsi repéré quatre dénominations principales : mémoires, journaux, diaires, journaux de voyage et de campagne. Sur les trois siècles que compte l’Ancien Régime, on constate bien sûr que les documents sont plus nombreux pour le XVIIIe siècle, mais on remarque aussi une évolution du genre à la mode. Le livre de raison est ainsi le genre le plus ancien, culminant au XVIIe siècle avant d’entamer un déclin au siècle suivant, les Lumières étant plutôt le siècle des Mémoires. Ce glissement peut être la conséquence de l’avènement de l’individualisme et de la conscience de soi. L’écriture du « je » fait alors place à l’écriture du moi, les mémoires relevant de l’épanchement et du regard sur soi tandis que le livre de raison relèverait d’un regard plus impersonnel ou du moins plus pudique. On peut dès lors penser que le foisonnement des écrits au XVIIIe siècle ne tient pas seulement aux hasards de la conservation, mais bien à un infléchissement du genre, lié à l’évolution de l’individu et de la sensibilité.

8Il convient en outre de noter que dans ce foisonnement des écrits, la noblesse a ses préférences. Les mémoires sont essentiellement le fait des nobles d’épée ou des nobles de cour, qui ont bien sûr le sentiment d’être les témoins privilégiés de la grande histoire. Les nobles présentent aussi une prédilection pour les journaux de voyages et de campagne. La vocation militaire du second ordre explique l’inclination de la noblesse pour ce type d’écrit, mais il convient de noter que la plupart des nobles pratiquaient aussi avec bonheur le livre de raison, qui venait presque toujours doubler les mémoires ou les récits de voyage.

  • 42 M. Foisil, ouvrage cité, introduction.

9Cependant, ce premier repérage ne peut suffire à définir les écrits du for privé. Dès lors qu’on dépasse l’intitulé archivistique, les surprises sont nombreuses. On constate souvent tout d’abord un décalage entre le titre donné par l’archiviste et celui attribué par l’auteur, voire un décalage entre le titre de l’auteur et le contenu de l’ouvrage. Le sire de Gouberville42 intitule son manuscrit « mises et recettes faites par moi, Gilles de Gouberville » laissant à penser qu’il ne s’agit que d’un livre de compte alors même qu’il tient un journal de ses occupations quotidiennes. Malheureusement, la surprise est trop souvent inverse. Elizabeth Arnoul a ainsi dû écarter près de la moitié des documents repérés à partir des listes, car ce que l’archiviste avait qualifié de livre de raison n’était en fait qu’un livre de compte. Le même type de problème se rencontre aussi dans les mémoires, car l’individu s’efface souvent devant l’événement, le document relevant dès lors moins de l’écrit privé que des mémoires d’histoire.

UN ORDRE SOCIAL DESTINÉ À L’ÉCRITURE

LA NOBLESSE FACE À L’ÉCRIT

  • 43 Il convient en effet d’envisager la possibilité d’un auteur dictant ses mémoires à un secrétaire. (...)

10Il est inutile ici de rappeler que la noblesse faisait figure de catégorie sociale privilégiée dans son accès à l’écrit, avantage marqué pour la noblesse urbaine en général, qui avait plus facilement accès aux institutions scolaires, et pour la noblesse de robe en particulier, qui pratiquait journellement l’écrit. Mais le simple fait que nous disposions de témoignages écrits prouve presque toujours43 que l’on avait affaire à des nobles qui savaient écrire. Aussi est-il plus intéressant de considérer ce qui éveilla chez eux ce goût de l’écriture et ce qui fait que le second ordre entretient un rapport privilégié à l’écrit.

  • 44 Mémoires de la marquise de Ferrières, née en 1748, Les Manceaux, Les Gorgonnes, 1998, p. 3.
  • 45 Voir supra.
  • 46 A. Lottin (ed.), Boulonnais, noble et révolutionnaire, Le journal de Gabriel Abot de Bazinghen (17 (...)
  • 47 M. Figeac, Destins…, ouvrage cité, p. 255-271.
  • 48 F.-J. Ruggiu, article cité, p. 471-489.
  • 49 Archives municipales Bordeaux, ms 641, manuscrits de Raoul. Notices biographiques sur les membres (...)
  • 50 Il emprunte à Labat de Savignac les Voyages du sieur de la Hontan, les Voyages d’Italie, de Misson (...)
  • 51 K. Lopez-Allias, « Du fils de négrier à l’intellectuel des Lumières : André Daniel Laffon de Ladéb (...)
  • 52 M.-C. Ferrey, « La bibliothèque d’un proche de Montesquieu, le conseiller de Lamontaigne », Revue (...)

11Les nobles que nous avons pu étudier évoquent, dans leurs mémoires ou dans les premiers pages de leur journal, leurs années de formation et aiment à s’y représenter un livre à la main, comme la marquise de Ferrières44, apprenant à lire sous la férule de sa mère. Le goût de la lecture s’éveille donc très tôt et se mélange au souvenir attendri de l’enfance, comme dans le cas du petit Fontainemarie45 évoquant bien des années plus tard l’ombre de ses parents penchés sur ses devoirs. L’influence familiale, généralement patriarcale, explique souvent l’attrait pour l’écrit. Ainsi, c’est souvent à la mort du père que le fils entre en écriture et reprend le flambeau de la mémoire. Le livre de raison du père sert alors de modèle de rédaction pour le fils. L’environnement culturel constituait aussi un facteur déterminant. Le père d’Abot de Bazinghen46 était féru d’histoire, et collectionnait documents et notes relatifs à l’histoire du Boulonnais. Le modèle pouvait venir des bibliothèques de la maison, si présentes dans les intérieurs nobiliaires47. Certes, Leclerc de Bussy48 n’achetait que peu d’ouvrages, mais il en possédait quelques-uns, et consacrait quelques journées à la lecture, même si cela restait exceptionnel. Labat de Savignac, pour sa part, lit et prête beaucoup, essentiellement des ouvrages de littérature et des périodiques. Son emprunteur le plus régulier n’est autre que M. de Raoul, dont on sait qu’il tient une petite chronique de la vie bordelaise et des notices sur ses collègues49 et il n’est pas anodin de remarquer que son choix se porte presque toujours sur des récits de voyages50. Le goût prononcé des nobles pour l’histoire et la littérature, et notamment pour les mémoires, les poussaient, à n’en pas douter, à suivre le modèle qui s’offrait à leurs yeux. Le fils du négociant bordelais, Laffon de Ladebat51, relisait pendant son exil les mémoires de Dumouriez, alors même qu’il tenait son propre journal de déportation, et l’on trouve, parmi les 5 000 volumes et 1 363 titres de la bibliothèque du chroniqueur François de Lamontaigne52, les mémoires du marquis de Pombal et ceux du duc de Saint-Simon.

  • 53 Mémoires de la marquise de Ferrières, ouvrage cité, annexes p. 81-86.
  • 54 Voir C. Le Mao, Vivre en Bordelais au temps de Labat de Savignac (1708-1720), T.E.R., Université d (...)
  • 55 M.-T. Allemand-Gay et J. Coudert, Le Premier Président Cœurderoy…, ouvrage cité.

12Ce goût de la lecture se double d’une passion pour l’écriture. Comme le déclare lui-même Abot de Bazinghen, « je ne pensais pas, en commençant ce petit journal des principaux événements, qu’il dût m’être aussi agréable ». De fait, les auteurs que nous avons pu étudier pratiquaient souvent plusieurs formes d’écrits. On connaît de la marquise de Ferrières ses mémoires53, le petit portrait qu’elle fit d’elle-même et une correspondance. Labat de Savignac a aussi valeur d’exemple. Outre son mémorial, il tenait un livre de raison détaillé et entretenait une correspondance régulière, qu’il mentionne dans son mémorial et dont il retient parfois copie. En ajoutant l’ensemble des séjours, on peut considérer qu’entre 1709 et 1718, Labat de Savignac passa environ deux ans et demi sur ses terres de Savignac, durant lesquels il envoya plus de 180 lettres et en reçut plus de 26054. Ceci pose donc la question du temps de l’écriture. De façon pratique, les nobles écrivaient beaucoup non seulement parce qu’ils en avaient les compétences intellectuelles, mais aussi parce qu’ils faisaient partie des rares privilégiés qui avaient assez de temps pour se consacrer à cette occupation. Considérant le sire de Gouberville, Pierre Goubert souligne qu’il rédigeait chaque jour dix à trente lignes et que son manuscrit le suivait où qu’il aille, ce que est aussi le cas pour Labat de Savignac. Les « écrivants » eux-mêmes étaient conscients de la constance qu’exigeait cet exercice. On peut lire chez le président Cœurderoy « la paresse ou l’indifférence m’a empêché jusqu’à présent d’exécuter ce projet, mais pour me fatiguer moins promptement, je ne passerai que très légèrement sur tout ce qui a précédé55 », une remarque que l’on retrouve presque mot pour mot sous la plume d’Abot de Bazinghen : « je n’entrerais pas dans les affaires du temps. Ce n’est ni mon projet, ni mon intention, mon temps m’est bien trop cher. » La noblesse semble donc en quelque sorte destinée à l’écriture ; elle en a la capacité intellectuelle, elle en a le temps, elle en a le goût. Cependant, pourquoi avoir choisi de se raconter, de consigner les événements de son temps plutôt que de faire des vers ou d’écrire des romans ? Comment, et pourquoi, passait-on de l’écriture à l’écriture de soi ?

ÉCRIRE POUR QUOI, ÉCRIRE POUR QUI ? LES ENJEUX DE LA MÉMOIRE

  • 56 M. Cassan, « Les livres de raison, invention historiographique, usages historiques », colloque Au (...)
  • 57 P. Tamizey de Larroque, Livre de raison de la famille de Chevalier d’Escages, en Agenais, 1746-179 (...)
  • 58 Archives nationales, 83 AP 5 (dossier 18 II), Livre de raison tenu par Alexandre-Henry-Pierre de R (...)
  • 59 C’est aussi le cas de Thimothée Chevalier qui reprend la rédaction du livre de raison de son père (...)

13Il est souvent difficile de savoir pourquoi un individu entre en écriture, car il ne s’en explique pas toujours. Michel Cassan56, étudiant les livres de raison, a pu distinguer des conditions propices, parmi lesquelles un changement radical de vie, comme un mariage ou le décès du père. Chevalier d’Escages57 prend ainsi la plume à son mariage avec sa cousine germaine, Marie de Bacalan tandis que le sire de Gouberville ou Henri Pierre de Rochemore Saint-Cosme58 débutent à la mort de leur père59. Le sentiment de vivre des circonstances exceptionnelles explique aussi la tenue de certains écrits, comme les journaux de voyages ou de campagne, les livres d’émigration…

  • 60 M.-T. Allemand-Gay et J. Coudert, Le Premier Président Cœurderoy…, ouvrage cité.

14Le projet de l’auteur est aussi parfois difficile à établir, si tant est qu’il y ait projet. Le plus souvent, on écrit pour se rappeler. C’est le cas du président Cœurderoy : « J’ai le projet d’écrire une espèce de journal qui puisse me servir à me rappeler à moi-même les différentes circonstances de ma vie, ainsi que leurs époques60 », ledit président souhaitant « écrire journellement les particularités dont je désirerai conserver le souvenir », projet que l’on retrouve chez Labat de Savignac qui tient ce qu’il nomme aussi un registre public où il consigne les événements familiaux, la chronique du palais et la chronique mondaine qui fournissent la matière de la correspondance échangée avec son beau-père. Cette volonté de conservation s’étend aussi aux documents importants. Il n’est en effet pas rare de voir incluses dans les écrits du for privé des pièces notariées telles que contrats de mariage, testaments ou autres actes importants, fondant notamment la noblesse de la famille. C’est sans doute l’insécurité des temps et le souci de préserver les actes de la destruction qui poussa la famille d’Autun à copier dans son livre de mémoire 91 pièces ou actes divers. Ceci pose directement la question du statut de l’écrit privé, qui devenait écrit public dès lors qu’il était produit en justice et reconnu comme étant une preuve valable. Les livres de raison servaient ainsi, comme le prouvent les inventaires après décès, de reconnaissances de dettes officielles, mais ils pouvaient aussi être utilisés lors des enquêtes de noblesse, comme le montrent les preuves déposées dans les carrés d’Hozier et les dossiers bleus de la Bibliothèque Richelieu à Paris, tandis que le testament de Labat de Savignac, copié dans son livre de raison, fut retenu pour régler la succession. Ce qui apparaît donc a priori comme un écrit pour soi, un écrit utilitaire, aide-mémoire, devient un écrit pour les autres, un écrit public, officiel, posant de façon très différente la question du public.

  • 61 A. Burguière, « La mémoire familiale du bourgeois gentilhomme. Généalogies domestiques en France a (...)
  • 62 M. Cuénin (ed.), Mémoires de Madame de La Guette, 1613-1676, écrits par elle-même, Paris, Mercure (...)
  • 63 J.-B. de Luppé du Garrané (ed.), Mémoires d’un chevalier de Malte au XVIIe siècle, suivi des Mémoi (...)
  • 64 Mémoires de la marquise de Ferrières, ouvrage cité, p. 1 : « Mes ancêtres tirent leur origine d’un (...)
  • 65 M.-T. Allemand-Gay et J. Coudert, Le Premier Président Cœurderoy…, ouvrage cité.
  • 66 Marquis de La Maisonfort, Mémoires d’un agent ultraroyaliste, sous la Révolution, l’Empire et la R (...)
  • 67 Il s’agit de la duchesse de Montpensier, fille de Gaston d’Orléans, fils de Louis XIII.

15Il en va de même du rapport de l’individu à la lignée, car il apparaît nettement, dans les écrits du for privé, que l’auteur écrit pour les siens, pour ses héritiers, mais aussi par rapport aux siens, à ses ancêtres. Ce souci de perpétuation de la mémoire familiale voisine avec une affirmation plus personnelle de l’individu, qui se renforce à l’approche du XVIIIe siècle. L’écrit du for privé relève ainsi de la mémoire familiale et a pour objet d’établir la noblesse de la famille, de participer, d’une certaine façon, au culte des origines. André Burguière61 a ainsi pu établir, à partir de l’analyse de quelques livres de raison, comment ces écrits du for privé ont pu servir à la construction d’une généalogie souvent légendaire, notant au passage que cette fièvre généalogiste était surtout le fait du premier XVIIe siècle. Ce culte des origines n’est cependant pas circonscrit aux seuls livres de raison. Il suffit pour s’en convaincre de lire les premières pages des Mémoires dont nous disposons. Ainsi en est-il des souvenirs de Madame de La Guette62 : « Et pour commencer l’histoire de ma vie, je dirai que je suis fille d’un homme qui avait l’estime et l’approbation de toute la noblesse de son pays, et même de quelques princes… Son père était un cadet de Normandie, de la race des Meurdrac, dans le Cotentin, qui est une ancienne noblesse du pays… Ma mère était parisienne d’assez bonne famille ; son père était dans la lignée parlementaire ». Ce rappel des origines se retrouve aussi chez le chevalier de Malte Larrocan d’Aiguebère63, chez la marquise de Ferrières64, chez le président Cœurderoy65 ou encore chez Saint-Simon, mais c’est peut-être, paradoxalement, chez La Maisonfort66 qu’il est le plus parlant : « Il n’y a qu’un sot qui étale sa généalogie, ou qu’un parvenu qui cherche à s’en faire une. Je ne suis, grâces au ciel, ni l’un, ni l’autre » mais s’empresse d’ajouter, quelques lignes plus loin, « ma famille est du nombre de celles dont on ne connaît point l’anoblissement ; cela s’appelle être noble comme un Montmorency » et il entreprend ensuite de retracer sa lignée et de compter, parmi ses ancêtres, un ami de Sully et un cousin de la Grande Mademoiselle67… De ce culte des origines relève aussi la présence, dans les écrits du for privé, de généalogies, véritables ou falsifiées, que l’on copie en annexe du document, ou que l’on insère à un moment du texte. L’écrit du for privé est donc bien le lieu de la mémoire familiale, le moyen, pour l’individu, de se rattacher à une lignée tout en apportant sa propre pierre à l’édifice. Le fait est patent dans les livres de famille à auteurs multiples, mais il se vérifie aussi partiellement dans les mémoires, où l’individu rappelle très souvent la noblesse de sa famille.

  • 68 J.-B. de Luppé du Garrané (ed.), Mémoires d’un chevalier de Malte au XVIIe siècle, ouvrage cité, p (...)
  • 69 Mémoires du baron de Frénilly, 1768-1848, Souvenirs d’un ultraroyaliste, Paris, Plon, 1933, Perrin (...)
  • 70 La Maisonfort, ouvrage cité, p. 1.
  • 71 Mémoires du baron de Frénilly, ouvrage cité.

16Ce dessein de se rattacher à une lignée se double d’une volonté d’exister par soi-même, que n’arrivent pas à occulter les protestations de modestie qui émaillent tous ces écrits. Jean Bertrand de Larrocan d’Aiguebère68, chevalier de Malte, parle des « heures perdues de [sa] petite récréation », du « petit ouvrage d’amusement », le baron de Frénilly69 évoque la puérilité de son projet, mais Antoine-Philippe de La Maisonfort70 est moins tartuffe : « Il n’y a que l’excés de vanité qui puisse faire prendre la plume à un homme pour lui faire étaler toutes ses turpitudes ». À n’en pas douter, les auteurs écrivent pour exister, estimant que leur destin mérite d’être connu, mais que s’ils ne racontent pas eux-mêmes leur histoire, leur souvenir se perdra. C’est ici le baron de Frénilly qui nous fournit les clefs de l’analyse : « J’ai conçu la pensée de raconter à moi-même ma vie, que l’histoire ne racontera pas à d’autres, car elle n’est ni celle d’Alexandre, ni celle de Gil Blas ; c’est celle d’un modeste particulier qui a traversé cette vie dans un assez juste milieu, entre l’aigle et la taupe71 ».

DE L’USAGE HISTORIQUE DES ÉCRITS DU FOR PRIVÉ

PROBLÈMES MÉTHODOLOGIQUES ET PRÉCAUTIONS D’USAGE

  • 72 Marquis de Bouillé, Mémoires, Paris, Éditions Berville et Barrière dans la collection des mémoires (...)
  • 73 Mémoires de la marquise de Ferrières, ouvrage cité, p. 1.
  • 74 M. de Marolles, Mémoires, 1666, 2 volumes, tome I.

17Il convient dans un premier temps de réfléchir sur les prismes du texte. Le mode d’écriture adopté induit certains travers. Un récit constitué au jour le jour apparaît fragmenté, éclaté. Il s’avère alors nécessaire de lire l’ensemble du manuscrit pour ensuite recomposer l’histoire. À l’inverse, les textes des mémoires proposent un récit composé, mais cette composition est bien souvent postérieure de plusieurs années. Le problème premier est celui de la réinterprétation des événements à la lumière des faits historiques ultérieurs. Le biais est patent chez les nobles qui ont écrit leurs mémoires après la Révolution française, portant alors sur leurs conditions un regard parfois aigri, comme dans le cas du marquis de Bouillé72. En dehors de ces circonstances historiques particulières, il est évident que les récits de fin de vie ont pour point commun une idéalisation de la jeunesse, inclination qui se rencontre par exemple chez la marquise de Ferrières73, chez Michel de Marolles74 ou chez La Maisonfort : « J’écris mes Mémoires pour moi, pour me retrouver dans ma vieillesse, pour vivre encore dans le passé quand le présent ne sera plus rien pour moi ».

  • 75 M.-T. Allemand-Gay et J. Coudert, Le Premier Président Cœurderoy…, ouvrage cité.
  • 76 A. Lottin (ed.), Abot de Bazinghen, ouvrage cité, introduction.

18On doit de plus s’interroger sur la liberté de l’auteur face à l’acte d’écriture. De fait, certains n’étaient pas libres de leur plume. Cœurderoy75 comme Abot de Bazinghen arrête d’écrire au moment de la Révolution. Écrire dans une période aussi troublée relevait de l’imprudence, surtout pour un premier président au parlement comme Cœurderoy, magistrat si étroitement lié à l’Ancien Régime, et si Abot de Bazinghen76 évoque, pour justifier son silence, le manque d’information, on sent aisément dans son manuscrit que la peur le tenaille et qu’elle le pousse notamment à biffer certains passages, dangereux s’ils tombaient entre des mains accusatrices.

  • 77 Bibliothèque municipale de Bordeaux, ms 1696, chronique de François de Lamontaigne. Voir M.-C. Arc (...)
  • 78 E. Bourcier, ouvrage cité.
  • 79 S. Minvielle, « Démographes sans le savoir. Les comportements des élites bordelaises au XVIIIe siè (...)
  • 80 Souvenirs du marquis de Valfons, vicomte de Sebourg, Paris, Mercure de France, 2003.
  • 81 D. Roche, ouvrage cité, introduction.

19L’historien doit donc toujours avoir à cœur de contextualiser l’œuvre qu’il étudie car, de fait, le document n’a pas été écrit pour lui, ni même, parfois, pour être lu, ce qui explique que l’auteur n’explicite pas un certain nombre de points, évidents pour lui, mais parfois obscurs pour un lecteur d’aujourd’hui. Il convient donc de s’interroger sur les silences du texte. Il n’est pas anodin de remarquer que ni chez Cœurderoy, ni chez Labat de Savignac ni chez François de Lamontaigne77, tous trois magistrats des parlements de France, on ne trouve de description précise de leur activité professionnelle. Tous procèdent par allusion, en supposant connu un certain nombre d’automatismes. De même, Elizabeth Bourcier78 a pu constater que « le cadre dans lequel vit la famille n’est guère dépeint, les maisons s’agrandissent, se modernisent, et seuls les ménagements récents sont mentionnés ». Contextualiser signifie donc connaître aussi précisément que possible celui qui écrit, et notamment son statut social, afin d’être à même de décrypter ses opinions, ses engagements, ses acrimonies, ses centres d’intérêt… Stéphane Minvielle79 a ainsi souligné la vision partielle et autocentrée du manuscrit Savignac dans le domaine démographique, qui conduit à une sur-représentation du monde parlementaire dans les cas évoqués. Le plus naturellement du monde, Savignac parle des « siens » au sens large, de ceux et celles qu’il connaît le mieux, d’autant qu’il s’agit de la frange supérieure de la société, qui alimente la chronique mondaine. Cela induit certes une partialité du propos, mais constitue par ailleurs un gage de qualité de l’information. Le corrélat de ce phénomène est une sur-représentation des faits extraordinaires : on relate la chronique scandaleuse, les morts violentes, les accidents… Il en va de même pour les détails du quotidien ; Savignac note son menu lorsqu’il s’agit d’un banquet et que les mets sortent de l’ordinaire, mais l’alimentation quotidienne nous échappe et le risque de généralisation abusive est ici patent. Il convient en outre de vérifier la véracité des dires, souci récurrent chez les historiens. Le but ici n’est pas de condamner les erreurs, de disqualifier le document, mais de procéder à une interprétation aussi juste que possible. Ainsi, dans le cas du marquis de Valfons80, on ne saura sans doute jamais si les nombreuses fredaines qu’il narre, si les bonnes fortunes qu’il se prête relèvent de la réalité d’une vie de libertin accompli ou de la vanité d’un petit gentilhomme languedocien, mais comme le remarque Daniel Roche à propos de Jacques-Louis Ménétra81, après tout qu’importe ! À défaut de connaître la réalité de la vie de Valfons, le manuscrit nous permet de découvrir à quoi rêvait son temps, l’important étant, pour l’historien, de ne pas se tromper d’interprétation.

  • 82 M. Cassan, art. cit.

20De façon sous-jacente, cette question pose le débat du traitement des écrits du for privé. Faut-il considérer chaque manuscrit et chaque individu étudié comme ayant un parcours représentatif de la mentalité nobiliaire, une illustration personnalisée de comportements généraux, ou, comme le suggère Michel Cassan82, étudier les documents en série en constituant des corpus définis en fonction de la catégorie socio-professionnelle de l’auteur ou bien, selon une troisième piste annoncée par François-Joseph Ruggiu, ne plus « ramener les enseignements tirés des écrits du for privé à une norme, mais au contraire (…) dégager des différences », les ego-documents étant alors envisagés comme « les observatoires privilégiés des possibles qu’offrait l’espace social à un ou plusieurs individus, et de la manière dont ils les ont vécus » ? De fait, il n’existe pas de solution unique, la diversité des méthodes correspondant en fait à la diversité des questionnements de l’histoire et des pistes de recherche qui se dessinent actuellement.

LES ÉCRITS DU FOR PRIVÉ À LA CROISÉE DES PISTES DE RECHERCHE

  • 83 S. Mouysset et J. Thomas, « Livres de raison, livres de réseaux ? Parenté spirituelle et hiérarchi (...)

21Il serait difficile d’évoquer l’ensemble des pistes de recherches que les écrits du for privé offrent à l’historien : étude des réseaux de sociabilité83, des relations familiales, mode de diffusion de l’information ou de la rumeur, histoire sociologique de la société d’Ancien Régime, il n’est guère de thèmes qui ne puissent emprunter à cette source des éclairages nouveaux. Aussi, avons-nous choisi de privilégier quelques sujets chers à l’histoire nobiliaire.

  • 84 Sur l’apport des livres de raison en matière de démographie historique, voir J. Tricard et J.-L. B (...)
  • 85 G. Alter, « L’event history analysis en démographie historique. Difficultés et perspectives », Ann (...)
  • 86 P. Tamizey de Larroque, Livre de raison de la famille de Fontainemarie, 1640-1774, ouvrage cité, p (...)
  • 87 Il est fait mention de quatorze enfants mis au monde en seize ans, dont trois sont morts en bas-âg (...)
  • 88 P. Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1973 [1960].

22Les écrits du for privé permettent de mieux connaître les comportements démographiques nobiliaires84. On assiste actuellement, en France, à un profond renouvellement de l’histoire démographique. L’école française, qui avait fondé sa réputation sur la méthode de reconstitution des familles et les approches sérielles, s’inspire aujourd’hui des apports de l’event history analysis et des travaux de Georges Alter85, qui s’appuient sur les parcours individuels et les récits personnels. Ces études de destinées contribuent à une meilleure connaissance de la démographie nobiliaire et permettent de corroborer les hypothèses émises par les démographes, notamment en ce qui concerne l’irrégularité du rythme intergénésique. En se limitant aux registres paroissiaux, on ne pouvait par exemple déterminer la cause d’un espacement de cinq ans entre deux naissances. Il pouvait s’agir soit d’un accident de grossesse, soit d’un défaut de source. Ainsi, la pratique nobiliaire de la double résidence induisait que la parturiente pouvait accoucher dans son domaine de campagne, lors des vacances, et non à la ville. Seuls les écrits du for privé nous donnent les clefs d’explication. Jacques de Fontainemarie86 explique dans son livre de famille que sa femme porta seize enfants, mais cinq grossesses se soldèrent par des fausses couches, dont les trois dernières, ce qui mit fin à la fécondité du couple. Quelques décennies plus tard, son petit-fils évoque, pour sa propre épouse, un destin similaire87. L’apport des écrits du for privé est aussi déterminant en matière d’histoire de la famille, comme ont pu le montrer en leur temps les travaux de Philippe Ariès88. La connaissance de l’attitude des populations face à l’enfance a ainsi beaucoup progressé, les écrits du for privé mettant en exergue l’attention portée par les nobles à l’éducation de leur progéniture, mais ils ont aussi encore beaucoup à nous apprendre quant à la définition de la féminité et de la masculinité ou la sexualisation des rôles au sein de la cellule familiale. Le récit donné par Fontainemarie sur l’éducation qu’il reçut et les rôles joués par son père et sa mère sont sur ce point exemplaire :

Dès que je fus en état de profiter des premières instructions qu’on donne aux enfants, ma mère prit elle-même le soin de m’apprendre à prier Dieu ; ensuite elle m’enseigna le catéchisme, après quoi elle me montra à lire…

  • 89 P. Tamizey de Larroque, Livre de raison de la famille de Fontainemarie, 1640-1774, ouvrage cité, p (...)

Jamais mère n’a eu plus d’attention qu’elle à l’éducation de sa famille et il y en a peu qui en ayent eu autant… Lorsque je fus capable de quelque chose de plus, mon père, ne pouvant me donner tout le temps qu’il aurait voulu parce que les occupations du Palais lui en enlevait pour lors beaucoup, il fut forcé de me donner un précepteur, qu’il renvoya bientôt après mal satisfait du peu d’attention qu’il avait à m’instruire (…) car comme [mon père] veillait autant que ses affaires pouvaient le lui permettre sur tout ce qui me regardait, qu’il me faisait par temps réciter mes leçons et qu’il jetait quelquefois les yeux sur mes thèmes, il s’aperçut que ce (…) précepteur me négligeait…89

  • 90 Elle mentionne notamment dans ses sources les 154 lettres d’André Boniface Riqueti, vicomte de Mir (...)
  • 91 M. Figeac, Destins…, ouvrage cité, p. 226-230.
  • 92 M. Vovelle, Piété baroque et déchristianisation. Les attitudes devant la mort en Provence au XVIII(...)
  • 93 S. Beauvalet, « Le travail de deuil à travers les écrits du for privé aux 17e et 18e siècles » Act (...)

23Les écrits du for privé permettent en outre d’aborder l’étude des relations au sein de la cellule familiale noble, relation parent-enfants, mais aussi relation de couple. L’analyse du sentiment amoureux menée par Agnès Walch90 ou par Michel Figeac91 à travers l’utilisation de la correspondance échangée entre époux met très bien en exergue l’apport de la méthode. Michel Figeac, étudiant la correspondance du comte de Marcellus avec sa fiancée puis épouse Madame de Piis, a notamment souligné qu’« une étude sémantique du vocabulaire amoureux montre une passion qui préfère le langage du cœur à celui de l’esprit, qui parle d’amour, de tendresse, d’émotion, de soupir, car elle s’inspire de Crébillon plutôt que de Laclos ». De même, l’écrit du for privé participe de la connaissance de l’attitude des populations d’autrefois face à la mort, étude amorcée par Michel Vovelle92, qui s’appuyait sur l’examen des testaments. Ce type de documents permettait notamment de considérer la façon dont un individu pouvait envisager sa fin personnelle, à ceci près que la médiation du notaire et la codification propre à ce type de source introduisaient des filtres déformants. Les écrits du for privé constituent en la matière des témoignages bruts et nous montrent comment les hommes d’autrefois appréhendaient la mort de l’autre, et notamment celle des proches. Scarlett Beauvalet93 a ainsi pu étudier, à partir des lettres de condoléances, les arcanes des discours de consolation, sur la douleur du deuil, sur la nécessité des larmes. Lors de nos propres recherches, nous avons en outre été frappé par le fait que lorsqu’un noble évoque la mort de l’un de ses proches ou de l’une de ses connaissances, la description clinique de l’agonie précède toujours l’expression des regrets. Le fait est flagrant dans le livre de raison de la famille Chevalier d’Escages :

Le 21 novembre 1779, Thimothée de Chevalier de Lalanne, mon oncle et beau-père, est mort après vingt-cinq jours de souffrance d’une rétention d’urine qui venait d’un échauffement occasionné par un trop long voyage et trop fort pour son âge. Il était âgé de soixante seize ans (…) Il mourut comme il avait vécu, c’est-à-dire en vrai chrétien…

Le 30 août 1786, dame Marguerite Dordé, ma belle-mère (…) est morte, après avoir été malade un mois ou environ d’une dysenterie et d’un ulcère qu’elle avait à la jambe qui se ferma, âgée d’environ 70 ans. Elle était comme son mari un modèle de piété qui ne s’est pas démentie jusqu’à sa mort.

24On rencontre ainsi, dans chacune des descriptions, les mêmes éléments, à savoir la cause médicale de la mort, la description de l’agonie, la mention de l’âge et l’attitude du défunt au moment du trépas, schéma de narration que l’on retrouve aussi, par exemple, chez Labat de Savignac, chez le chroniqueur François de Lamontaigne et dans la plupart des textes.

  • 94 Voir notamment la communication d’I. Robin Romero, « La santé dans les écrits du for privé », Acte (...)
  • 95 J.-F. Viaud, Malades et maladies à Bordeaux à la fin du règne de Louis XIV, TER, Université de Bor (...)

25Aussi, les écrits du for privé participent-ils d’un renouvellement de l’histoire médicale94. Jean-François Viaud95, étudiant notamment le mémorial général de Labat de Savignac, a mis en lumière l’apport exceptionnel des écrits du for privé dans ce domaine remarquant que longtemps l’histoire de la médecine s’était résumée au récit des progrès scientifiques et à l’hagiographie des grands médecins, tandis que le malade était quasiment absent, considéré seulement de façon indirecte, sans que l’on ne connaisse jamais bien « sa propre vision et son expérience de la maladie, son ressenti et ses angoisses, (…) son attitude devant l’offre de soin, qu’elle soit officielle, empirique ou franchement charlatanesque ». Les livres de raison aussi bien que la correspondance se font en revanche l’écho de ces angoisses. Savignac consigne ainsi au jour le jour les affections dont il est victime, et notamment une rage de dent qui se réveille à vingt reprises durant les onze ans de rédaction et lui arrache de longues plaintes réitérées. Ces maux sont aussi l’occasion d’une description de l’arsenal thérapeutique dont dispose le malade, arsenal comprenant à la fois des remèdes issus des progrès de la science, comme le quinquina pour le traitement des fièvres, ou plus spirituels, comme la promesse de trois dents d’argent à Sainte-Appolonie, en cas de guérison. Les écrits du for privé permettent en outre une étude de la réaction du malade face aux prescriptions médicales. Le recours systématique à la saignée et à la purge est notoirement connu, mais comment était-il vécu par le malade ? De fait, si Savignac se plie régulièrement aux exigences de la purge avec un certain contentement, il évite les saignées autant que faire se peut, et en dénonce parfois les effets néfastes.

  • 96 R. Mandrou, Introduction à la France moderne, Paris, A. Michel, réédition 1998.
  • 97 J.-P. Gutton, Bruits et sons dans notre histoire, Essai sur la reconstitution du paysage sonore, P (...)
  • 98 M. Figeac, « Mémoires et correspondances, des sources au cœur de l’histoire des cinq sens », collo (...)

26En élargissant le propos à l’étude des perceptions, il apparaît que l’on peut envisager une étude des cinq sens à travers les écrits du for privé. Déjà Robert Mandrou96, dans son Introduction à la France moderne, appelait de ses vœux une histoire du sensible. Les travaux de Jean-Pierre Gutton97 sur l’histoire du bruit et d’Alain Corbin sur « le miasme et la jonquille » ont réouvert cette voie historiographique, perspective élargie à l’ensemble des cinq sens par Michel Figeac98. Celui-ci souligne à ce propos la supériorité des journaux et des écrits épistolaires pour ce type d’étude, car à la différence des mémoires, qui sont le fait de reconstitution a posteriori, le journal permet de saisir l’impression quasiment sur l’instant. De fait, les diaires nobiliaires, qui relèvent de l’écriture pour soi, présentent un autre avantage : débarrassés de tout souci de convention littéraire, de toute volonté d’enjoliver, ils offrent la spontanéité du témoignage et restituent les perceptions au plus juste, à la différence des écrits de la fin du XVIIIe siècle qui, empreints du sensualisme ambiant, cher à Condillac, mettent en scène les impressions éprouvées.

  • 99 Voir par exemple A. de Mathan, « Vivre sous la Terreur. Les documents intimes à la rescousse de l’ (...)
  • 100 A. Fillon, « Politique, théâtre et sentiment dans les Mémoires de quelques gentilshommes conspirat (...)
  • 101 X. Le Person, « Practiques » et « practiqueurs », la vie politique à la fin du règne de Henri III (...)

27Outre ces voies nouvelles que les écrits du for privé permettent d’ouvrir, il en est d’autres qu’ils revisitent. Ainsi en est-il de l’histoire politique. Longtemps, ces textes ont été, en matière d’histoire politique, largement instrumentalisés, utilisés comme des catalogues de citations où l’on venait puiser l’illustration pittoresque, le propos qui confortait la thèse soutenue. Mais l’on peut renverser la perspective. Il s’agit non plus de se focaliser sur l’événement et de rechercher dans la multitude des livres de raison son illustration, mais de considérer un écrit du for privé, et d’étudier l’inscription des grands événements dans la vie du simple noble de province. Pierre Goubert, évoquant la présence de l’histoire nationale dans le manuscrit de Gouberville, parle de faits historiques qui « étoilent le texte et se perdent dans la trame de la vie quotidienne ». À l’inverse, on remarque, chez certains, la conscience de l’événement. Gabriel Abot de Bazinghen note, aux premières heures de la Révolution française, son souci de « ne laisser échapper, s’il m’est possible, aucune des nuances sensibles sans doute qui vont résulter de notre heureuse révolution. Je saisirais tout ce qui doit différencier notre nouveau régime de l’ancien ». L’écrit du for privé permet aussi d’étudier les modalités de circulation de l’information et surtout les phénomènes de rumeur, qui ne sont habituellement rapportés que par les sources judiciaires. De plus, cette source conduit à un renouvellement de l’histoire politique en permettant d’étudier les comportements des acteurs politiques99. On citera ici l’apport des travaux d’Anne Fillon100 qui ont montré, à partir de l’analyse des mémoires de nobles conspirateurs, l’influence du référent théâtral et l’importance de l’affectivité dans le jeu politique, soulignant « l’analogie des situations rencontrées à la scène comme à la ville », approche que l’on retrouve aussi chez Xavier Le Person101.

28Le rapide survol que nous venons de réaliser montre combien les écrits du for privé sont au cœur des interrogations actuelles de l’école historiographique française. Ainsi que l’a souligné encore récemment Jean Tricard, la recherche en est encore au stade du tâtonnement, au regard de ses voisins anglais ou italiens, mais à n’en pas douter, le travail de réflexion amorcé et la mise en place d’un programme national de récolement portera ses fruits dans les années à venir. Les spécialistes de la noblesse y trouveront tout particulièrement leur bonheur, non seulement parce que celle-ci, qu’il s’agisse des grands de la cour ou des hobereaux de campagne, a souvent pris la plume, mais aussi parce qu’à travers elle, c’est toute la société que l’historien peut appréhender. Se prêtant aux approches les plus diverses, aux problématiques les plus fines, les écrits du for privé ont, à n’en pas douter, beaucoup à apporter à la recherche historique, quel que soit le domaine d’étude.

  • 102 Montaigne, Essais.

29Mais ils demandent de faire preuve d’une réelle créativité, afin de mettre en place une méthodologie ad hoc, permettant d’utiliser au mieux le document sans le trahir. Ainsi que le remarquait Pierre Goubert, « Notre quête n’épuise pas le document. Le journal de Gouberville restera toujours un livre grand ouvert, que d’autres curiosités viendront solliciter, où d’autres sensibilités viendront puiser. L’interrogation historique renouvelée ne tarit pas la source mais la rend plus féconde encore. ». Mais, en définitive, la chose n’est pas étonnante et les historiens d’aujourd’hui ne pouvaient que s’entendre avec les historiens d’hier : « J’aime les historiens ou fort simples, ou excellents : Les simples, qui n’ont point de quoi y mêler quelque chose du leur et qui n’y apportent que le soin et la diligence de ramasser tout ce qui vient à leur notice, et d’enregistrer à la bonne foi toutes choses, sans choix et sans triage, nous laissent le jugement entier pour la connaissance de la vérité… C’est la matière de l’histoire nue et informe, chacun en peut faire son profit, autant qu’il a d’entendement. ». Assurément, l’avis de Montaigne102 résonne encore aujourd’hui comme un appel à la relecture des écrits du for privé.

Notes

1 M.-T. Allemand-Gay et J. Coudert (eds.), Un magistrat lorrain au XVIIIe siècle, Le Premier Président Cœurderoy (1783-1800) et son diaire, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 151.

2 Voir l’introduction faite par Daniel Roche à l’édition de Journal de ma vie. Jacques-Louis Ménétra, compagnon vitrier au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1998.

3 D. Roche, ouvrage cité, p. 1.

4 Voir J. Stuart Amelang, The Flight of Icarus : Artisan Autobiography in Early Modern Europe, Stanford, Stanford University Press, 1998. Voir aussi sa mise au point « Popular Autobiography in Early Modern Europe : Many questions, a Few Answers » dans Actes du colloque « Au plus près du secret des cœurs ? » des 5-6 juin 2002 de l’Université Paris IV, organisé par J.-P. Bardet et F.-J. Ruggiu, publication en cours.

5 Voir F.-J. Ruggiu, « O fortunatos nimium, sua si bona norint, agricolas ! ou le journal d’un gentilhomme campagnard au début du XVIIIe siècle », État et société en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Mélanges offerts à Yves Durand, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2000, p. 471-489.

6 C. Le Mao (ed.), Chronique du Bordelais au crépuscule du Grand Siècle : le Mémorial de Savignac, Bordeaux, PUB, 2004.

7 Voir M. Figeac, Destins de la noblesse bordelaise, Bordeaux, F.H.S.O., 1996.

8 Terme employé par Madeleine Foisil dans P. Ariès, G. Duby, Histoire de la vie privée, 3, De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil, 1986, p. 331-369.

9 R. Dekker, « Les egodocuments aux Pays-Bas du XVIe au XVIIIe siècle », Bulletin du bibliophile, 1995.

10 E. Bourcier, Les journaux privés en Angleterre, Paris, 1976 ; S. Jettot, « L’expérience du continent à travers les diaires de gentlemen anglais dans la seconde moitié du 17e siècle » dans Actes du colloque « Au plus près du secret des cœurs ? » des 5-6 juin 2002 de l’Université Paris IV, organisé par J.-P. Bardet et F.-J. Ruggiu.

11 Voir les travaux sur les ricordanze de C. Klapisch-Zuber, La maison et le nom : stratégie et rituels dans l’Italie de la Renaissance, Paris, EHESS, 1990 ; R. Mordenti, « I libri di famiglia in Italia », tome II, Geografia e storia, Rome, ed. di stotia i Litteratura, 2001 ; J. Tricard, « Les livres de raison français au miroir des livres de famille italiens : pour relancer une enquête », Revue historique, CCCVII/4, Paris, p. 993-1011.

12 F. Le Play, L’organisation de la famille selon le vrai modèle signalé par l’histoire de toutes les races et de tous les temps, Tours, Maison Alfred Mame et fils, Paris, Dentu, 1871.

13 Voir par exemple C. de Ribbe, Les familles et la société en France avant la révolution d’après des documents originaux, Paris, Joseph Albanel, 1873 ; C. de Ribbe « Les livres de raison et leur rétablissement dans la coutume des familles comme moyen de réforme », dans Société internationale des études pratiques d’économie sociale, séance du 19 mai 1878, tome VI, p. 161-195 ; C. de Ribbe, « Les foyers d’autrefois, d’après une publication récente et un document inédit » dans La réforme sociale, 15 avril et 1er mai 1881.

14 Pour la bibliographie de P. Tamizey de Larroque, voir les ouvrages cités par la suite.

15 P. Tamizey de Larroque, P. Huet et le comte de Saint-Saud, Livre journal de Pierre de Bessot, 1609-1652, Bordeaux, Feret, 1893.

16 P. Tamizey de Larroque, Livre de raison de la famille de Fontainemarie, 1640-1774, Agen, Lamy, 1889.

17 P. Tamizey de Larroque, Deux livres de raison de l’Agenais (…) suivis (…) d’une liste récapitulative des livres de raison publiés ou inédits, Auch, L. Cocharoux, 1893.

18 L. Guibert, Livres de raison, registres de famille et journaux individuels limousins et marchois, Paris, Limoges, Alphonse Picard, Vve Decourtieux, 1888.

19 P. Tamizey de Larroque, Mémoires de Jean d’Antras de Samazan, seigneur de Cornac, Sauveterre-de-Guyenne, Jean Chollet, 1880, introduction.

20 Meaudre de Lapouyade (ed.), Mémorial général de M. de Savignac, conseiller au Parlement de Bordeaux, Bordeaux, Gounouilhou, 1931, p. XV-XVI.

21 P. Ariès, G. Duby, Histoire de la vie privée, tome 3, De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil, 1986. Voir le chapitre de M. Foisil sur les écrits du for privé.

22 A. Lottin, Chavatte, ouvrier lillois. Un contemporain de Louis XIV, Paris, Flammarion, 1979.

23 Journal de ma vie. Jacques-Louis Ménétra, compagnon vitrier au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1998.

24 V. Jameray-Duval, Mémoires, enfance et éducation d’un paysan au XVIIIe siècle, présentées par J.-M. Goulemot, Paris, 1981.

25 A. Fillon, Les trois bagues aux doigts. Amours villageoises au XVIIIe siècle, Paris, Robert Laffont, 1989 et A. Fillon, Louis Simon, villageois de l’ancienne France, Rennes, Éditions Ouest-France, 1996.

26 Voir sa mise au point historiographique dans M. Figeac, L’automne des gentilshommes, noblesse d’Aquitaine, noblesse française au Siècle des Lumières, Paris, Honoré Champion, 2002, chapitre I, p. 19.

27 A. Soboul, Précis d’Histoire de la Révolution française, Paris, Éditions sociales, 1962 et A. Soboul, La civilisation et la Révolution française, tome I, La crise de l’Ancien Régime, Paris, Arthaud, 1970, p. 250.

28 F. Bluche, La vie quotidienne de la noblesse française, Paris, Hachette, 1973.

29 G. Chaussinand-Nogaret, La noblesse au XVIIIe siècle, de la féodalité aux Lumières, Paris, Hachette, 1976.

30 On citera la thèse pionnière de J. Meyer, La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, EHESS, 1963, réédition, 1985.

31 On citera, pour exemples, R. Baury, La maison des Bonneval : destins et fortune d’un lignage de la noblesse seconde des guerres de religion au début de la IIIe République, Université de Paris IV, dactylographiée, 1994 ; O. Chaline, Godart de Belbeuf, Le Parlement, le Roi et les Normands, Luneray, Édition Bertout, 1996 ; M. Figeac-Monthus, Les Lur Saluces d’Yquem de la fin du XVIIIe siècle au milieu du XIXe siècle : identité nobiliaire, tradition viticole, continuité familiale, Bordeaux, Mollat, 2000 ; P. Serna, Antonelle, aristocrate révolutionnaire 1747-1817, Paris, Éditions du Félin, 1997 ; J.-F. Solnon, Les Ormesson au plaisir de l’État, Paris, Fayard, 1992 ; I. Storez, Le chancelier Henri-François d’Aguesseau (1668-1751), monarchiste et libéral, Paris, Publisud, 1996.

32 . G. Alter, « L’event history analysis en démographie historique. Difficultés et perspectives », Annales de démographie historique, 1998-2, Paris, O. Jacob, 1999, p. 22-35.

33 J. Tricard, « Les livres de raison français au miroir des livres de famille italiens : pour relancer une enquête », Revue historique, CCCVII/4, Paris, p. 993-1011.

34 G.D.R 2649, Recensement des écrits du for privé de la fin du Moyen Âge à 1914.

35 Duc de Saint-Simon, Mémoires sur le règne de Louis XIV. Anthologie suivie, Paris, Flamarion, 2000.

36 Livre de raison de la famille Ranouilh des Alois (Thiviers et ses environs) 1733-1795, transcrit par Anna Soualine.

37 P. Tamizey de Larroque, Livre de raison de la famille de Fontainemarie, 1640-1774, ouvrage cité.

38 R. Barthes, Le degré zéro de l’écriture, Paris, Seuil, 1972.

39 P. Lejeune, L’autobiographie en France, Paris, Colin, 1998 [1971] ; ibidem, Le moi des demoiselles : enquête sur le journal de jeune fille, Paris, Seuil, 1993.

40 « Au plus près du secret des cœurs ? Nouvelles lectures du for privé. Journaux intimes, correspondances privées, autobiographies et mémoires ».

41 E. Arnoul, Recensement des écrits du for privé, Archives nationales et Bibliothèque Nationale de France, juillet-août 2003, compte-rendu de recherche.

42 M. Foisil, ouvrage cité, introduction.

43 Il convient en effet d’envisager la possibilité d’un auteur dictant ses mémoires à un secrétaire. L’analyse du manuscrit du diaire du président Cœurderoy montre l’existence de deux écritures, la plus répandue étant apparement celle du secrétaire. L’écriture du président n’apparaît que ponctuellement, pour corriger le texte. Dans le cas présent, on ne saurait douter du niveau d’alphabétisation du personnage, mais la question mériterait d’être posée pour des auteurs plus obscurs. Voir Marie-Thérèse Allemand-Gay et Jean Coudert, ouvrage cité.

44 Mémoires de la marquise de Ferrières, née en 1748, Les Manceaux, Les Gorgonnes, 1998, p. 3.

45 Voir supra.

46 A. Lottin (ed.), Boulonnais, noble et révolutionnaire, Le journal de Gabriel Abot de Bazinghen (1779-1798), Arras, Artois Presses Université, 1995, introduction.

47 M. Figeac, Destins…, ouvrage cité, p. 255-271.

48 F.-J. Ruggiu, article cité, p. 471-489.

49 Archives municipales Bordeaux, ms 641, manuscrits de Raoul. Notices biographiques sur les membres du parlement de Bordeaux de 1690 à 1738, par Jean de Raoul, conseiller au Parlement. 850 notices rédigées en latin, en italien ou en français, donnant sur chacun des parlementaires et sur sa famille des renseignements de biographie et de chronique scandaleuse.

50 Il emprunte à Labat de Savignac les Voyages du sieur de la Hontan, les Voyages d’Italie, de Misson, l’Histoire des voyages de Dupérier, l’Histoire de l’inquisition de Goa…

51 K. Lopez-Allias, « Du fils de négrier à l’intellectuel des Lumières : André Daniel Laffon de Ladébat (1746-1829) », Revue Française d’Histoire du Livre, no 104-105, 1999, p. 405-414, et A.-D. Laffon Ladébat, Journal de ma déportation à la Guyane Française, Paris, 1912, introduction d’A. Masson.

52 M.-C. Ferrey, « La bibliothèque d’un proche de Montesquieu, le conseiller de Lamontaigne », Revue Française d’Histoire du Livre, no 104-105, 1999, p. 305-328. L’histoire représentait, dans cette bibliothèque, 17 % des titres et près du tiers des volumes.

53 Mémoires de la marquise de Ferrières, ouvrage cité, annexes p. 81-86.

54 Voir C. Le Mao, Vivre en Bordelais au temps de Labat de Savignac (1708-1720), T.E.R., Université de Bordeaux 3, Bordeaux, 1998, tome 2, annexes, p. 55-60, dactylographié.

55 M.-T. Allemand-Gay et J. Coudert, Le Premier Président Cœurderoy…, ouvrage cité.

56 M. Cassan, « Les livres de raison, invention historiographique, usages historiques », colloque Au plus près du secret des cœurs ? Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé…, Centre Roland Mousnier, Université de Paris IV-Sorbonne, Paris, 6-7 juin 2002.

57 P. Tamizey de Larroque, Livre de raison de la famille de Chevalier d’Escages, en Agenais, 1746-1792, Saint-Amand, Destenay, 1895, loc. cit.

58 Archives nationales, 83 AP 5 (dossier 18 II), Livre de raison tenu par Alexandre-Henry-Pierre de Rochemore, marquis de Saint-Cosme (1759-1770) puis par Madeleine Voguë, son épouse (1770-1784) : Henri Pierre de Rochemore Saint-Cosme commence son livre de raison le 12 novembre 1759, jour de la mort de noble « Paul Ange de Rochemore (…) son père, qui lui fut enlevé par un accident d’apoplexie après une maladie de quelques jours dont on le croyait guéri ».

59 C’est aussi le cas de Thimothée Chevalier qui reprend la rédaction du livre de raison de son père à la mort de celui-ci, le 18 novembre 1764. Voir P. Tamizey de Larroque, Livre de raison de la famille de Chevalier d’Escages, en Agenais, 1746-1792, Saint-Amand, Destenay, 1895.

60 M.-T. Allemand-Gay et J. Coudert, Le Premier Président Cœurderoy…, ouvrage cité.

61 A. Burguière, « La mémoire familiale du bourgeois gentilhomme. Généalogies domestiques en France aux XVIIe-XVIIIe siècles », dans Annales ESC, 46-4, 1991, p. 771-789.

62 M. Cuénin (ed.), Mémoires de Madame de La Guette, 1613-1676, écrits par elle-même, Paris, Mercure de France, 1982, p. 47.

63 J.-B. de Luppé du Garrané (ed.), Mémoires d’un chevalier de Malte au XVIIe siècle, suivi des Mémoires de son neveu Jean-Bertrand de Larrocan d’Aiguebère, Paris, Paris Méditerranée, 2001.

64 Mémoires de la marquise de Ferrières, ouvrage cité, p. 1 : « Mes ancêtres tirent leur origine d’une famille ancienne du Béarn. Ils suivirent Henri IV lorsqu’il parvint au trône de France et vinrent s’établir dans le Poitou ».

65 M.-T. Allemand-Gay et J. Coudert, Le Premier Président Cœurderoy…, ouvrage cité.

66 Marquis de La Maisonfort, Mémoires d’un agent ultraroyaliste, sous la Révolution, l’Empire et la Restauration, 1763-1827, Paris, Mercure de France, 1998, p. 1-2.

67 Il s’agit de la duchesse de Montpensier, fille de Gaston d’Orléans, fils de Louis XIII.

68 J.-B. de Luppé du Garrané (ed.), Mémoires d’un chevalier de Malte au XVIIe siècle, ouvrage cité, p. 239.

69 Mémoires du baron de Frénilly, 1768-1848, Souvenirs d’un ultraroyaliste, Paris, Plon, 1933, Perrin, 1987, p. 13.

70 La Maisonfort, ouvrage cité, p. 1.

71 Mémoires du baron de Frénilly, ouvrage cité.

72 Marquis de Bouillé, Mémoires, Paris, Éditions Berville et Barrière dans la collection des mémoires relatifs à la Révolution française, 1822, p. 50-54.

73 Mémoires de la marquise de Ferrières, ouvrage cité, p. 1.

74 M. de Marolles, Mémoires, 1666, 2 volumes, tome I.

75 M.-T. Allemand-Gay et J. Coudert, Le Premier Président Cœurderoy…, ouvrage cité.

76 A. Lottin (ed.), Abot de Bazinghen, ouvrage cité, introduction.

77 Bibliothèque municipale de Bordeaux, ms 1696, chronique de François de Lamontaigne. Voir M.-C. Archélaco, Du Parlement à l’Académie, François de Lamontaigne : un chroniqueur sous la Révolution, Université de Bordeaux 3, TER, 1997.

78 E. Bourcier, ouvrage cité.

79 S. Minvielle, « Démographes sans le savoir. Les comportements des élites bordelaises au XVIIIe siècle au travers des sources du for privé », colloque Au plus près du secret des cœurs ? Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé…, Centre Roland Mousnier, Université de Paris IV-Sorbonne, Paris, 6-7 juin 2002.

80 Souvenirs du marquis de Valfons, vicomte de Sebourg, Paris, Mercure de France, 2003.

81 D. Roche, ouvrage cité, introduction.

82 M. Cassan, art. cit.

83 S. Mouysset et J. Thomas, « Livres de raison, livres de réseaux ? Parenté spirituelle et hiérarchie urbaine : Toulouse et Rodez aux XVIe et XVIIe siècles » dans Pouvoirs de la famille, familles de pouvoir, colloque des 5-7 octobre 2000, Toulouse-Le Mirail, (publication en cours), et S. Mouysset, « Livres de raison et construction des réseaux sociaux : l’exemple du Sud-Ouest de la France à l’époque moderne » dans Religion et politique dans les sociétés du Midi, Paris, 2003.

84 Sur l’apport des livres de raison en matière de démographie historique, voir J. Tricard et J.-L. Biget, « Livres de raison et démographie familiale en Limousin au XVe siècle », dans Annales de démographie historique, 1981, p. 321-363.

85 G. Alter, « L’event history analysis en démographie historique. Difficultés et perspectives », Annales de démographie historique, 1998-2, Paris, O. Jacob, 1999, p. 22-35. Voir aussi P. Bourdelais, « Pour un renouvellement de la démographie historique », Annales de démographie historique, Paris, EHESS, 1996, p. 9-11, et G. Brunet, « Génération : individu et famile. Les approches longitudinales en démographie historique », Annales de démographie historique, Paris, O. Jacob, 1999, p. 7-24.

86 P. Tamizey de Larroque, Livre de raison de la famille de Fontainemarie, 1640-1774, ouvrage cité, p. 10.

87 Il est fait mention de quatorze enfants mis au monde en seize ans, dont trois sont morts en bas-âge. Les deux dernières grossesses n’aboutirent pas, en raison d’une fausse couche et d’une naissance prématurée.

88 P. Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1973 [1960].

89 P. Tamizey de Larroque, Livre de raison de la famille de Fontainemarie, 1640-1774, ouvrage cité, p. 64.

90 Elle mentionne notamment dans ses sources les 154 lettres d’André Boniface Riqueti, vicomte de Mirabeau à sa femme (1790-1791).

91 M. Figeac, Destins…, ouvrage cité, p. 226-230.

92 M. Vovelle, Piété baroque et déchristianisation. Les attitudes devant la mort en Provence au XVIIIe siècle, Paris, Plon, 1973.

93 S. Beauvalet, « Le travail de deuil à travers les écrits du for privé aux 17e et 18e siècles » Actes du colloque « Au plus près du secret des cœurs ? » des 5-6 juin 2002 de l’Université Paris IV, organisé par J.-P. Bardet et F.-J. Ruggiu.

94 Voir notamment la communication d’I. Robin Romero, « La santé dans les écrits du for privé », Actes du colloque « Au plus près du secret des cœurs ? » des 5-6 juin 2002 de l’Université Paris IV, organisé par J.-P. Bardet et F.-J. Ruggiu et J. Tricard ; « Maladies et médecine en Limousin, à la fin du Moyen Âge », dans Milieux naturels espaces sociaux, études offertes à Robert Delort, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, p. 741-749.

95 J.-F. Viaud, Malades et maladies à Bordeaux à la fin du règne de Louis XIV, TER, Université de Bordeaux 3, 2001, dactylographié.

96 R. Mandrou, Introduction à la France moderne, Paris, A. Michel, réédition 1998.

97 J.-P. Gutton, Bruits et sons dans notre histoire, Essai sur la reconstitution du paysage sonore, Paris, PUF, 2000.

98 M. Figeac, « Mémoires et correspondances, des sources au cœur de l’histoire des cinq sens », colloque « Au plus près du secret des cœurs ? Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé… », Centre Roland Mousnier, Université de Paris IV-Sorbonne, Paris, 6-7 juin 2002.

99 Voir par exemple A. de Mathan, « Vivre sous la Terreur. Les documents intimes à la rescousse de l’histoire sociale du politique », Actes du colloque « Au plus près du secret des cœurs ? » des 5-6 juin 2002 de l’Université Paris IV, organisé par J.-P. Bardet et F.-J. Ruggiu. On consultera aussi A. de Mathan, Mémoires de Terreur : l’an II à Bordeaux, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2002.

100 A. Fillon, « Politique, théâtre et sentiment dans les Mémoires de quelques gentilshommes conspirateurs de la génération du Cid », L’État et les aristocraties, France, Angleterre, Écosse, XII-XVIIe siècles, Presses de l’ENS, 1989, p. 305-333.

101 X. Le Person, « Practiques » et « practiqueurs », la vie politique à la fin du règne de Henri III (1584-1589), Genève, Droz, 2002.

102 Montaigne, Essais.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search