Version classiqueVersion mobile

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre IV - La noblesse dans la sphère privée

Silvae Rerum – Les manuscrits de la noblesse polonaise des xviie et xviiie siècles

Stanisław Roszak

Texte intégral

1Le terme silva rerum signifie manuscrit mais dans la traduction littérale, le sens de ce mot latin est tout à fait différent et silva rerum veut dire « la forêt des choses ». Les manuscrits étaient tenus par la noblesse, du XVIe jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Ils contenaient des textes politiques (discours, lettres, journaux des Diètes et journaux des diétines), des textes économiques (comptes, dépenses, revenus), des textes de mœurs (sentences, bons mots) et des notes privées concernant la naissance ou l’enterrement. Il arrivait souvent que les textes fussent mêlés thématiquement et chronologiquement.

2Il convient de commencer nos réflexions sur l’importance des manuscrits silva rerum par une question fondamentale, c’est-à-dire par l’indication des changements qui se produisirent au cours des derniers siècles.

  • 1 S. Skwarczyńska, « Kariera literacka forma rodzajowych bloku silva », dans Wokół teatru i literatu (...)

3Le terme silva rerum était soumis à des transformations interprétatives constantes. Cela provoquait la création de dénominations différentes d’un manuscrit, à l’usage des recherches scientifiques. Une dénomination, dans l’étude faite par les représentants des disciplines différentes, désignait les divers manuscrits. On peut voir les raisons de cette différenciation notionnelle, d’une part, dans l’hétérogénéité structurelle puis dans le contenu de l’objet des recherches. Le mot latin silva rerum que les auteurs anciens polonais des codes manuscrits employaient, avait le sens de « la forêt des choses ». Il introduisait la variation structurelle représentée par le terme « la forêt » ; quant au mot « des choses », il s’appliquait au contenu. Stefania Skwarczyńska, l’auteur de la seule étude théorique, écrite jusqu’à présent sur des livres silva rerum, met l’accent sur la variété – varietas considérée comme une caractéristique fondamentale de la structure des livres silva rerum1. Selon l’auteur, parmi les éléments constants du livre silva rerum, nous pouvons distinguer la multiplicité et la diversité formelle des œuvres et de leur contenu, mais aussi l’écart entre la gravité des problèmes abordés, depuis les réflexions religieuses jusqu’aux notes relatives à l’économie ou au ménage. D’autre part, la multiplicité des dénominations et des définitions pour les manuscrits silva rerum résulte d’une approche méthodologique variée des chercheurs venus de disciplines différentes. Étant donné la richesse des sources des codes en matière des Belles Lettres et, vu la présence des écritures de circonstance enregistrant des faits divers de la grande politique, ainsi que de la province noble, les historiens de la littérature et les investigateurs des fastes politiques étaient les premiers à apercevoir l’importance des manuscrits dans leurs études.

4Avec l’intérêt croissant pour l’histoire des mœurs, les manuscrits dépeignant le train de vie quotidien, conforme au calendrier naturel et liturgique, sont devenus un riche fonds d’exemples et de curiosités indispensables pour caractériser l’homme baroque qui vivait dans une gentilhommière.

5Au cours des dernières années, des tentatives d’analyse du code manuscrit ont été réalisées d’un point de vue anthropologique, en se fondant sur l’existence de récits folkloriques et de textes qui se trouvent à cheval sur la culture écrite et orale.

6La vraie carrière et l’épanouissement des formes manuscrites silva commencent au déclin du XVIe siècle, pour se terminer à la fin de la République nobiliaire. Ce phénomène se lie à la formation culturelle de la noblesse polonaise des XVIIe et XVIIIe siècles, appelée « sarmatyzm ». Ce phénomène a apporté un grand nombre de résolutions formelles, jamais vues auparavant, de même qu’une hétérogénéité du contenu. L’absence de codification quelconque des règles nécessaires à la création d’un manuscrit, avait pour conséquence une diversité formelle dans le contenu des codes composés dans les cercles de nobles. Les manuels contemporains de la poétique s’occupant du manuscrit silva le considéraient uniquement en tant qu’œuvre littéraire, aux thèmes abondants. Aux premières pages de codes manuscrits (sur les frontispices), nous rencontrons les termes latins miscellanea, nihil et omnia, penum synopticum, varia, vorago rerum, otia publica, otia domestica.

  • 2 Bibliothèque publique de Płock, série Manuscrit, 114, p. 8.
  • 3 Archives historiques de Vilnius, série Manuscit 1135, coll. 2-103.
  • 4 K. Dmitruk, « Galaktyki kultury », dans Kultura żywego słowa, sous la direction de H. Dziechcińska (...)

7Nous arrivons à la question centrale, c’est-à-dire la compréhension du phénomène par les contemporains. Du point de vue d’un chercheur du temps présent, silva rerum peut paraître un vorago rerum spécifique, « le gouffre des choses ». Néanmoins le manuscrit silva était une œuvre lisible pour ses créateurs et ses destinataires, s’inscrivant dans la convention culturelle de l’époque. Dans l’une des premières déclarations d’auteurs conservée, de 1620, Stanisław Różycki parlait de la mise en ordre des matériaux rassemblés. En effet, l’analyse du recueil démontre nettement l’emploi du critère thématique dans l’écriture d’un manuscrit. Dans les années 1680, Adam Żychliński, châtelain de Międzyrzecz expliquait la richesse des thèmes en s’appuyant sur la thèse que cela résultait du besoin naturel de satisfaire ses intérêts : « celui qui montre de l’appétit, ne se contente pas d’un seul plat, mais il cherche dans les autres des saveurs à son goût. Celui qui est chasseur de nature, ne se contente pas de ses proies mais s’aventure dans les divers repaires à la recherche d’une autre bête »2. Un auteur anonyme du manuscrit de la seconde moitié du XVIIIe siècle a noté, au prime abord, des extraits politiques et historiques et il a laissé à disposition du lecteur le choix des fragments. Le lecteur pouvait profiter des extraits choisis et les recopier dans son propre livre. Dire la prière pour l’âme du mort dans le cadre du remerciement pour avoir fait usage de son manuscrit était la seule exigence de l’auteur envers le lecteur3. Krzysztof Dmitruk constate, dans Les Galaxies de la culture, qu’un noble se servait d’un manuscrit aisément, et même de manière désinvolte4. Il coupait souvent la lecture en extraits, en fragments, en citations ou en expressions. Il troublait l’ordre de la narration de l’auteur d’origine. Il ne prêtait pas attention aux différentes conditions posées par le texte, sur la dramaturgie des informations successives. Ce lecteur utilisait le matériau des livres lus qu’il interpolait dans le cadre de la structure libre des manuscrits, en créant un ensemble neuf et non conventionnel.

8Les manuscrits silva rerum étaient munis d’index de titres des actes reproduits, en vue de faciliter au lecteur ce parcours à travers les pages remplies d’informations diverses, parsemées ici et là. Pour souligner l’importance des informations, on plaçait, en marge des pages du manuscrit, des indications telles que nota bene ou notandum. Celles-ci étaient mises aussi en cas des erreurs perçues, et faites dans l’ordre des fragments transcrits. On rayait des fragments qui, selon l’auteur, paraissaient être une tentative poétique échouée. On éliminait des fragments qui suscitaient l’opposition d’un propriétaire successif, comme par exemple des vers exagérés qui perdaient de leur valeur par leur outrance, ou de simples consultations médicales qui, dans la pratique, se révélaient inefficaces.

9Parfois la cause du mélange des thèmes avec un ordre chronologique troublé, était prosaïque. Vu le prix élevé du papier, on essayait de remplir le plus petit espace libre sur la page. C’est pourquoi des vers exagérés, des fragments des journaux des diétines, des extraits de la correspondance ou des informations sur la naissance des enfants, tous ces textes, aux valeurs différentes, se trouvaient sur la même page.

10Dans les années 1772-1795, après les trois partages de la Pologne entre la Russie, la Prusse et l’Autriche, on observe les changements qui se rapportaient à la manière d’aborder ce matériau recueilli dans les manuscrits. Le manuscrit devient souvent un souvenir familial ou national. Il représente plus un trésor particulier de la sagesse de nos ancêtres qu’un registre d’événements familiaux ou politiques. Au XIXe siècle, à l’époque des insurrections successives, au moment où l’idéologie des Sarmates, admise pour un vestige, appartenait au passé, silva rerum est devenu un motif littéraire et une source historique. Les écrivains romantiques y puisaient des citations, les historiens recopiaient les documents entiers nécessaires à la reconstruction du passé des familles nobles. Les romantiques ont mis au jour le manuscrit silva rerum, délaissé dans les archives et dans les bibliothèques. Ils lui ont donné un sens symbolique. Dans son roman historique oublié et inapprécié, intitulé Novembre, Henryk Rzewuski souligne sa présence et sa place importante dans la bibliothèque du noble Kunicki.

11Mieczysław Romanowski l’idéalise et le présente comme un souvenir familial :

  • 5 Voir A. Waśko, Romantyczny Sarmatyzm. Tradycja szlachecka w literaturze polskiej lat 1831-1863, Kr (...)

Ce sont des vieilles histoires de nos pères
Des mémoires saints dans la famille
les diètes et plus petites assemblées y sont inscrites
de même que la façon nobiliaire de faire la politique et de se battre
leurs biens transmis aux petits-enfants et au royaume
les affaires initiées par les pères et qui passent de génération en génération
«To silva rerum, ojców dzieje stare
Święte w rodzinie takie pamiętniki
Tam zapisano sejmy i sejmiki
Jak kto posłował, jak się w boju sprawił
Co wnukom, a co koronie zostawił
Gdzie ojciec przestał, syn prowadził dalej
A twarde słowa kładła dłoń ze stali5

12Les manuscrits silva rerum, complétés continuellement, gardèrent leur actualité et furent utilisés pour procurer des exemples et modèles politiques en cours, des distractions littéraires, puis des indications morales et didactiques. Ils jouaient un rôle de compendium du savoir. C’étaient des grands livres de la sagesse fondée par les Sarmates.

13Ce n’est qu’au XIXe siècle qu’ils commencent à apparaître en tant que belle collection, recueil de textes, des documents à part du cours actuel de la vie politique, administrative et économique. À cette époque-là, ils n’étaient qu’un souvenir du passé mis en lumière pour les besoins littéraires ou généalogiques. Alors seulement, ils sont devenus vorago rerum – le gouffre des choses – incompréhensibles pour les contemporains. Pour la noblesse, pour le lecteur des XVIIe et XVIIIe siècles initié à la méthode de la création des manuscrits ainsi qu’à la façon de les lire, ils étaient compréhensibles, voire familiers. Silva rerum, « la forêt des choses », ressemble à cette étendue couverte d’arbres car, comme elle, il a ses propres sentiers, ses signaux d’orientation, il permet en outre aux habitués qui connaissent ses secrets de jouir de ses fruits après la lecture. Ceux qui se perdaient et qui se perdent jusqu’à présent, dans ce taillis, sont des novices peu expérimentés comme par exemple les historiens contemporains.

  • 6 P. Buchwald-Pelcowa, Drukowi winniśmy oświecenie naszego wieku. Rola książki w drodze ku Oświeceni (...)
  • 7 P. Kowalski, Theatrum świata wszystkiego i poćciwy gospodarz, Kraków, 2000, p. 47.

14Au cours des dernières années, le terme silva rerum sert de plus en plus souvent à décrire la culture sarmate. L’investigateur de la littérature découvre les ressemblances des manuscrits avec les œuvres historiques imprimées6. Celles-ci sont caractérisées par un train de narration compact (dense, serré), interrompu (entrecoupé) de compléments d’informations documentaires. Dans la description de Ekonomika ziemiańska (L’Économique terrienne) de Jakub Kazimierz Haur (Kraków, 1679) et dans l’analyse de l’univers des imaginations d’un noble moyen, l’anthropologue de la culture met l’accent sur leur incohérence, leur éclectisme et leur synchronisme7. Pour toutes ces questions, il emploie un seul terme se référant à l’imagination sylvique (illustrée dans les silva rerum). Enfin, la catégorie de silva rerum sert au théoricien de la littérature pour interpréter (expliquer) les changements qui se produisent dans la littérature contemporaine. Très souvent silva devient une dénomination pour les événements (phénomènes) divers, la clé servant à analyser les différences, les incohérences, parfois la tentative de marquer (préciser) les attitudes contradictoires de l’homme du baroque et de l’homme contemporain.

15J’ai fait cette analyse avec l’intention de présenter en premier lieu silva rerum en tant que phénomène historique soumis aux transformations de l’époque. Au XVIIIe siècle, silva est apparu comme un livre qui reflète un certain type (une certaine catégorie) des intérêts et des besoins nobiliaires. De plus, le manuscrit rassemblait des textes historiques qui soutenaient l’opinion sur la perfection de la République créée par les ancêtres. Fort de cette opinion, le jugement du passé, envisagé comme une famille au temps de sa splendeur, a pris naissance. C’est pourquoi l’important était de conserver le savoir sur la naissance des descendants-successeurs ainsi que sur les décédés. Le livre fournissait modèles, exemples moralisateurs (didactiques, instructifs) qui consolidaient le système des valeurs traditionnelles, telles que la liberté et l’égalité nobiliaire, le culte des ancêtres, la vie terrienne, aurea mediocritas, et aussi de simples craintes de absolutem dominium, de la carrière à la cour, des influences hérétiques.

16À côté des textes affermissant la formation sarmate et reflétant un système de convictions en vigueur, la culture politique, l’idéologie, silva comporte des connaissances pratiques (le savoir pratique). En face des difficultés à trouver des recueils juridico-historiques, des discours ou lettres imprimés, un noble s’appuyait surtout sur des copies (doubles). Un livre prêté ou un copiste donnaient des formules rhétoriques toutes faites dont l’on se servait dans l’activité publique ultérieure. Les discours in extenso, les lettres, les manifestes avaient non seulement une valeur littéraire et historique, mais surtout ils étaient la source des exemples concrets. C’est pour cela qu’à côté des formules rhétoriques abrégées, des sentences classées en thèmes, nous rencontrons un recueil des discours pour chaque occasion, depuis les vœux à l’occasion de la naissance d’un enfant jusqu’aux interventions des députés.

17Dans le cas des événements familiaux, ce qui était de première importance, c’était d’enregistrer les dates et la paternité. En revanche, dans les discours exemplaires faits par des diplomates sarmates, ces deux critères, le temps et la paternité, semblaient être moins nécessaires et comptaient peu. L’essentiel était de marquer le temps de leur enregistrement dans les manuscrits. D’une part, cette tendance à faire une description documentaire de la réalité et à se servir des fragments ou des textes entiers (différents du point de vue formel et en considération des problèmes abordés) résultait d’une approche pragmatique qui permettait de faire un usage potentiel de solutions toutes faites, utiles à l’activité publique. D’autre part, cette inclination pour la représentation documentaire de la vie quotidienne protégeait les documents les plus uniques en leur genre (plutôt leurs copies) contre l’éparpillement.

18Contrairement à ce qu’on attendrait, un copiste n’avait pas l’intention de rester fidèle aux textes qu’il reproduisait. En revanche, il se proposait d’intervenir dans le contenu d’un texte, même d’un texte littéraire, en insérant ses propres modifications. La manière la plus absolue dont un copiste disposait des textes ne devait pas étonner, car le texte copié devenait sa propriété, d’autant plus que l’auteur d’un texte original était rarement identifié.

19Donc, au lieu du nom d’un vrai auteur qui tombait dans l’oubli, nous ne trouvons que le nom du propriétaire du manuscrit qui a mis le fragment à la disposition d’un copiste, pour que celui-ci le reproduise à sa manière. N’étant pas capable de composer un texte tout seul, grâce au manuscrit silva, un noble devenait l’auteur fonctionnel qui sélectionne des fragments (des préfabriqués) et qui les range selon son goût. Un ensemble ainsi créé et à sa façon un peu compliqué, était perçu comme la propriété de ce noble considéré comme créateur-possesseur du livre, ce qui se remarque dans les formules jouant le rôle d’une assurance contre le vol hic liber meus testis est Deus ou dans les actes de supplications adressés au lecteur afin qu’il prie pour le créateur du manuscrit.

20Le besoin de recueillir des informations utiles à l’homme dans la vie quotidienne et dans l’activité économique constituait le facteur enrichissant pour le contenu du livre. Les problèmes de goutte, les douleurs d’estomac, les maux de tête devaient être un problème important vu leur évocation fréquente dans bien des ordonnances, des consultations, des remèdes. Les prescriptions concrètes s’appuyant sur les expérimentations dans le domaine de la médecine naturelle et sur les moyens privés et déjà vérifiés de traiter les maladies s’accompagnaient de croyance en la force d’objets spécifiques, d’amulettes, de cachets, d’une panacée. Les conjurations et le savoir sur les jours néfastes préservaient contre les maladies et contre les malheurs. Malgré les avertissements de plus en plus forts, prêchés en chaire dès le milieu du siècle, « la magie blanche » demeurait un élément fondamental du système des croyances et convictions. Elle permettait de dominer l’angoisse due à la guerre, à la mort, à l’écoulement du temps. Grâce aux méthodes faisant adoucir les craintes, le climat de l’horreur présent dans la littérature baroque devenait de moins en moins terrifiant.

21Le sacré se lie au profane. À côté des pronostics, des actions magiques, des commandes contre les maladies, des pierres et des amulettes miraculeuses, on disait des prières pour se préserver contre le malheur. Les supplications adressées aux patrons, à la Vierge Marie, à Jésus-Christ et enfin à Dieu jouaient un rôle de palliatif. Ce phénomène démontre l’aspect superficiel et pragmatique de la religiosité de l’époque. Le manque de réflexion religieuse plus profonde, très peu de prières, peu de méditations individuelles n’étaient pas la preuve de l’absence de la religion dans la vie d’un noble moyen. L’investigateur du manuscrit se trouve en présence d’un écueil classique, « le piège de l’évidence ». Si l’on se rapporte aux recherches sur les manuscrits des nobles de l’époque saxonne, on remarque que la littérature religieuse (de dévotion) était présente dans presque chaque bibliothèque. Il semble qu’en face de l’absence des textes imprimés, d’un accès difficile aux compendium tous faits, de l’éparpillement des sources nécessaires, la littérature imprimée était remplacée par les manuscrits silva en ce qui concerne la problématique juridico-historique, politique des modèles rhétoriques. En revanche, tous les besoins ayant rapport aux questions d’ordre spirituel étaient satisfaits grâce aux livres de prières présents dans les petites bibliothèques privées. En outre, un contact proche avec l’Église et la parole prêchée en chaire n’étaient pas sans importance. Le modèle baroque de la religiosité faisait peu de cas d’un élément tellement signifiant pour la spiritualité protestante, c’est-à-dire le besoin d’enregistrer les expériences personnelles et spirituelles à la fois. D’où résultait peut-être la différence entre les livres domestiques, pleins de réflexions religieuses comme les commonplace books ou des journaux parus en Angleterre aux XVIIe et XVIIIe siècles et les manuscrits nobiliaires silva.

22Nous arrivons à la question fondamentale, c’est-à-dire la fonction de l’enregistrement (l’inscription). Les auteurs, eux-mêmes décrivaient souvent le caractère de leurs notes en se servant de formule ad subsidium memoriae. D’un côté, l’enregistrement aidait à mémoriser les faits divers, utiles à la vie quotidienne. Dans la vie publique, les informations en matière d’histoire, de droit ainsi que les exemples des lettres et des discours paraissaient indispensables. Les sentences, les formules rhétoriques et même les histoires drôles (amusantes) facilitaient la vie en société marquant, selon un des copistes, le savoir-vivre et la capacité de se retrouver dans chaque situation. Quant à la vie familiale, ce qui était le plus important et digne d’être retenu, c’était l’enregistrement des dates des naissances des descendants successifs, des mariages, des enterrements, des succès sur la scène politique. On conservait aussi les textes comme les poèmes occasionnels, les discours, les épitaphes qui accompagnaient les événements cités ci-dessus. On rappelait les liens familiaux, les titres obtenus et les fonctions exercées par les parents. L’enregistrement aidait donc à retenir les faits divers importants en formant un cercle de la mémoire communicative, indispensable à l’activité courante. D’autre part, il existait un autre cercle plus vaste qui se référait aux couches (niveaux) plus profondes de la mémoire : un cercle de la mémoire culturelle. Il comportait des événements affermissant l’opinion sur la position particulière et sociale d’une famille, et des événements consolidant l’idéologie sarmate. La capacité de modifier le passé pour les besoins des contemporains était un trait caractéristique de la mémoire culturelle. Dans cette perspective, l’évocation du passé paraissait être plus importante que les détails et la datation précise. Vu la menace de la mise en doute du statut de la tradition orale, transmise de génération en génération, est apparu le besoin d’introduire dans l’histoire de la famille des motifs légendaires, mythiques, telles que l’expédition des ancêtres à Rome, leur participation à la croisade de Godefroi de Bouillon ou leur présence dans le cortège de la princesse Dobrawa, pour légitimer la vraie noblesse. La révolte victorieuse des nobles contre la tentative de Ludwik Wegierski d’établir absolutum dominium demeurait dans la conscience de la société malgré les preuves démontrant la fiction de cet événement et des héros qui y avaient participé. Cette révolte mythique, dont la datation est variable (1371, 1380, 1381) persista jusqu’à la fin du siècle, étant toujours rappelée dans la situation du conflit croissant inter maiestatem ac libertatem.

  • 8 Bibliothèque de l’Académie des Sciences de Vilnius, série Manuscrit, coll. F. 17-41.

23En présentant des manuscrits non comme les recueils historiques des textes assemblés par hasard et ayant rapport aux différents aspects de la vie (depuis la politique jusqu’aux bonnes mœurs, en passant par la littérature), mais comme les archives de la mémoire de la formation culturelle déterminée, nous avons essayé de souligner leurs fonctions qui étaient soumises aux changements continuels. Les manuscrits silva rerum ne cessèrent d’être valables, actuels et utiles jusqu’au déclin de la formation sarmate. Leur rôle était de garder la mémoire des ancêtres, de conserver la perspective nobiliaire, généalogique, du jugement du passé et de la compréhension du présent, de pourvoir en modèles politiques et moraux bons à suivre. Les manuscrits conservaient le souvenir du pouvoir, le souvenir de la formation culturelle dominante. De plus, les auteurs eux-mêmes assignaient aux livres ce rôle, indiquant dans les premiers enregistrements à côté du but ad subsidium memoriae la destination - ad posteritatem. Les successeurs devaient être non seulement les dépositaires des collections des souvenirs familiaux mais aussi les continuateurs des inscriptions et de la tradition. Un auteur anonyme du Trésor, livre achevé en 1759, n’ayant pas de grande fortune ni de possibilité de payer l’éducation des enfants, transmettait le manuscrit aux fils et aux successeurs ultérieurs comme un héritage intellectuel spécifique8. Il soulignait lui-même que ceci devait être perçu comme « l’adjudication de la succession (du patrimoine), quoique ce ne soit pas la fortune actuelle ».

24Un vrai changement de la fonction eut lieu après la fin de la formation sarmate comprise comme la formation du pouvoir. Au XIXe siècle, les manuscrits silva se présentaient en tant que collections, recueils des textes, des documents à part des aspects actuels de la vie politique, administrative et économique. Étant soignés par les descendants qui cultivaient la mémoire des ancêtres et par les antiquaires et les collectionneurs, ils sont devenus le souvenir de l’époque passée, réactivés pour les besoins familiaux, littéraires ou généalogiques. Pour les historiens du XXe siècle, cherchant les textes politiques ou littéraires, les manuscrits étaient perçus comme des recueils des copies peu importants pour pouvoir reconstruire la grande politique et la littérature. Ils n’étaient que vorago rerum, « le gouffre des choses ». Les archivistes pareillement, s’efforçant de découvrir la clé afin de classer les recueils des textes différents du point de vue formel et du contenu, souvent écrits par plusieurs auteurs, avaient une conception simpliste et vaste des manuscrits silva, qu’ils considéraient comme les recueils de la variété.

25Les manuscrits silva rerum relus, dans la perspective anthropologique deviennent un exemple des égo-documents des gens d’une époque déterminée. De telles sources, définies antérieurement comme des textes plutôt personnels, et dont le héros était le sujet décrit et décrivant à la fois, étaient soumises aux réinterprétations. On a élargi un champ sémantique des égo-documents, en sortant au-delà des limites imposées aux textes autobiographiques en indiquant les sources qui présentent indirectement l’univers des valeurs, des convictions, des passions de l’auteur. Le manuscrit, dans cette optique scientifique, décrit l’homme comme co-créateur (coauteur) des événements. Les textes recueillis et copiés reproduisent le monde de ses sentiments subjectifs, de ses besoins, de ses intérêts. Par l’intermédiaire des manuscrits, nous nous approchons de l’homme dans l’histoire. Au lieu d’un copiste anonyme, d’un scribe de l’histoire objective, nous retrouvons un créateur empêtré dans des difficultés de la vie quotidienne, un créateur qui choisit sciemment ou pas la problématique, et parfois un créateur qui classe le savoir sur le monde qui l’entoure. Grâce aux thèmes bien sélectionnés, à la structure des textes, à l’ingérence dans les formules, aux signes laissés dans la marge, l’auteur nous transmet d’une manière indirecte le savoir sur ses sentiments, sur sa vision du monde, sur ses jugements.

26Nous obtenons ainsi l’image (vision) du monde subjectif, adaptée aux intérêts et aux besoins individuels, un monde où se concentrent, comme dans le cristallin, les phénomènes connus par le moyen des médias de ces temps-là en donnant malgré tout une image subjective. Le monde en réduction-microcosme, présentant les succès et les échecs courants, ne reflétait pas toujours les craintes et les angoisses du macrocosme dont l’image était formée par la presse et par les Belles Lettres. Évidemment, les pages des manuscrits en étaient remplies mais souvent après avoir été déjà filtrées, et sous une forme plus adoucie par le système des habitudes et des stéréotypes.

27Étudiant les manuscrits du point de vue historique, analysant les phases successives de leur développement et surtout relisant leur contenu et la structure en s’appuyant sur les connaissances de la mentalité de la noblesse des XVIIe et XVIIIe siècles, nous pouvons montrer la capacité de nous retrouver dans cette forêt des choses pendant la lecture. Nous devons avoir égard à la manière d’aborder le texte par le lecteur de cette époque-là. Le mode de lecture des manuscrits, indiqué parfois directement par les auteurs s’adressant à « Zoilus » ou au lecteur, permettait d’avoir un choix libre des fragments, de rayer, de faire des modifications, d’ajouter des informations. Bref, l’ingérence dans la structure et dans le contenu des textes était autorisée. Le manuscrit silva ne constituait pas le recueil des informations ordonnées, imposant la manière de le lire. Encore chez Benedykt Chmielowski et dans son encyclopédie Les Athènes Nouvelles, on trouve une approche traditionnelle sylvique. Ce sera le destinataire qui pourra créer sa propre version de la question désirée ayant pour base les fragments en désordre. Seulement, Le recueil des informations nécessaires de Ignacy Krasicki du 1781 deviendra la première tentative de mettre en ordre le savoir et de le transmettre selon la formule venant du siècle des Lumières raison par alphabet. Et même dans ce cas, l’auteur fait des concessions visibles au lecteur traditionnel.

28Les auteurs des manuscrits, qui contenaient le matériau varié, cherchaient à faciliter la lecture sans recours à la clé alphabétique. La méthode pour rendre moins difficile les recherches des fragments particulièrement importants pour le copiste lui-même, consistait à insérer dans le contenu du texte des indications, telles que soulignement, ratures, distinction en marge des titres, des noms, des signes NB, nota bene, notandum. La localisation rapprochée des notations à la problématique donnée, par exemple les modèles des discours, des remerciements, des inscriptions à l’occasion de l’anniversaire, étaient le moyen d’organiser les sujets d’après un ordre hiérarchique. Cela facilitait leur mémorisation, leur usage pendant les réunions familiales et leur mise en pratique pour atteindre les buts en ce qui concernait l’activité publique. Enfin, nous pouvons admettre les registres et les index comme la tentative du classement ex post. Ils reflétaient l’ordre des enregistrements (table des matières), leur genre, les titres des œuvres, les thèmes. Les tentatives d’établir l’ordre alphabétique apparaissaient rarement. Ceci peut être dû, comme je l’ai déjà écrit, aux courants encyclopédiques nouveaux.

29À côté de la question en rapport avec la terminologie, il paraît essentiel de toucher le problème suivant : où la culture manuscrite se situe-t-elle par rapport au développement des formes littéraires semblables et présentes en Europe ? Dans les recherches sur le développement des formes manuscrites silva rerum, l’opinion qui s’est imposée a fait percevoir le caractère de ces manuscrits comme typiquement polonais. Cette manière de voir impliquait une analyse comparative restreinte, se limitant seulement au territoire de la République polonaise. L’absence des recherches comparatives a produit des opinions plutôt simplifiées quant au silva rerum, à la base desquelles ne se trouvaient pas des analyses minutieuses mais des jugements subjectifs.

30Voici deux jugements, l’un d’un historien du livre, l’autre d’un historien de la littérature :

  1. « La position inférieure du manuscrit à l’ouest de l’Europe où, après le Moyen Âge, le livre a perdu de son indépendance, est une cause partielle de cet état de choses, c’est-à-dire de la négligence des recherches sur les manuscrits. En revanche, en Pologne nous sommes témoins d’un phénomène tout à fait différent. Après une certaine crise qui eut lieu au XVIe siècle, le modèle particulier d’un manuscrit s’est formé, probablement unique en Europe, à savoir une collection manuscrite de textes historiques, politiques appelé plus tard silva rerum »9.
  2. « Peut-être que le bagage culturel des autres pays contient un matériau littéraire pareil à celui du silva rerum polonais. Mais il n’a pas joué certainement un si grand rôle ; il n’a pas eu une telle importance et il ne s’est pas présenté, non plus, si fort comme champ d’investigations littéraires comme en Pologne. L’absence de la notion silva rerum dans les encyclopédies étrangères en est la preuve ; en revanche, ce mot se répète dans toutes les encyclopédies polonaises »10.
  • 11 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, volume 15, 1765, p. 1 (...)
  • 12 Grosses vollständiges Universaal – Lexicon aller Wissenschaften und Künste, Bd. 41, Leipzig-Halle, (...)

31En effet, un examen superficiel des dictionnaires et des encyclopédies, y compris des manuels de la littérature européenne, peut confirmer la justesse de ces jugements. Dans les encyclopédies françaises du XVIIIe siècle, la définition du mot silva, silve ou sylve, nous explique qu’il s’agit d’un divertissement, d’un jeu public, d’une sorte de chasse romaine pratiquée dans l’Antiquité ou selon Stace, il s’agit « d’une pièce de poésie faite d’enthousiasme, sans préparation, sans méditation, par fantaisie, par boutade de chaleur d’imagination »11. L’auteur du dictionnaire allemand, Johan Heinrich Zedler nous renvoie à un mot allemand Wald qui est une simple référence au mot latin sylva12.

32Il ne faudrait tout de même pas qualifier silva rerum de terme générique. Par conséquent, la recherche des phénomènes semblables en Europe à l’aide de cette clé générique n’a pas entraîné de résultats satisfaisants. Cependant, ce phénomène d’une intensité variable avait lieu et prenait des formes différentes presque dans toute l’Europe. Il est apparu sous forme de commonplace books, de livres de raison, Hausbücher, notizie delle famiglie, chatnije knigi. Ces codes manuscrits présents en Europe et ayant diverses appellations, constituaient un élément important pour maintenir la tradition. Ils facilitaient la participation dans la vie publique et familiale. Ils laissaient des modèles moraux et éducatifs aux générations suivantes. Dépourvus de valeurs littéraires, pauvres en narration, ils jouaient un rôle culturel dans la vie d’un individu, ainsi que de la famille.

33L’analyse comparative des manuscrits provenant de cercles culturels différents de la noblesse de l’Europe paraît être un vrai défi pour les chercheurs dans les prochaines années. Les manuscrits ont résisté à l’impression en jouant un rôle de medium important dans la communication sociale aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les livres de raison français, libri delle famiglie italiens, Hausbücher allemand, commonplace books anglais et silva rerum polonais transmis de génération en génération consolidaient les modèles traditionnels et les normes de mœurs ; ils désignaient les buts éducatifs à atteindre. Les dimensions géographique et sociale des manuscrits reste une question ouverte.

34D’une part, ils comblaient les lacunes de la littérature imprimée, d’autre part, ils donnaient la possibilité de la création littéraire individuelle, effectuée chez soi à défaut d’avoir une bibliothèque riche.

35À l’occasion du colloque franco-polonais, il convient de s’interroger sur les fonctions et l’importance des manuscrits français en les comparant toujours avec les manuscrits silva rerum polonais quant à leur rôle dans la vie de la noblesse française. Il semble que les recherches comparatives conduites systématiquement, s’appuyant sur le développement du manuscrit dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles et non sur les « Galaxies de Gutenberg » peuvent donner la réponse à cette question et aux questions précédentes.

Notes

1 S. Skwarczyńska, « Kariera literacka forma rodzajowych bloku silva », dans Wokół teatru i literatury, Warszawa, 1970, p. 185.

2 Bibliothèque publique de Płock, série Manuscrit, 114, p. 8.

3 Archives historiques de Vilnius, série Manuscit 1135, coll. 2-103.

4 K. Dmitruk, « Galaktyki kultury », dans Kultura żywego słowa, sous la direction de H. Dziechcińska, Warszawa, 1989, p. 17. Sur l’importance de cet événement, voir aussi les réflexions de H. Dziechcińska, Kultura literacka w Polsce XVI i XVII wieku. Zagadnienia wybrane, Warszawa, 1994, p. 41.

5 Voir A. Waśko, Romantyczny Sarmatyzm. Tradycja szlachecka w literaturze polskiej lat 1831-1863, Kraków (Cracovie), 2001, p. 126.

6 P. Buchwald-Pelcowa, Drukowi winniśmy oświecenie naszego wieku. Rola książki w drodze ku Oświeceniu, Warszawa, 2003, p. 14.

7 P. Kowalski, Theatrum świata wszystkiego i poćciwy gospodarz, Kraków, 2000, p. 47.

8 Bibliothèque de l’Académie des Sciences de Vilnius, série Manuscrit, coll. F. 17-41.

9 J. Wiesiołowski, « Wstęp », dans Katalog rękopisów staropolskich Biblioteki Kórnickiej XVI-XVIII w., Wrocław, 1971.

10 S. Skwarczyńska, ouvrage cité, p. 183.

11 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, volume 15, 1765, p. 199.

12 Grosses vollständiges Universaal – Lexicon aller Wissenschaften und Künste, Bd. 41, Leipzig-Halle, 1744, p. 587.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search