Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre IV - La noblesse dans la sphère privée

Les comportements démographiques de la noblesse française de la fin du xviie siècle à la révolution française : une tentative de synthèse

Stéphane Minvielle

Texte intégral

  • 1 C. Grange, « La fécondité de la noblesse française au XXe siècle », Les systèmes démographiques du (...)
  • 2 Elle fut mise au point par le démographe Louis Henry : L. Henry, A. Blum, Techniques d’analyse en (...)
  • 3 À l’exemple de l’étude de la population de Crulai : E. Gautier, L. Henry, La population de Crulai, (...)
  • 4 L. Henry, C. Levy, « Ducs et pairs sous l’Ancien Régime, caractéristiques démographiques d’une cas (...)

1Alors que la noblesse occupe une place très importante dans la société d’Ancien Régime, ses comportements démographiques ont rarement fait l’objet d’études approfondies1. Il faut dire que la méthode de la reconstitution des familles, qui a connu un grand succès en France ces cinquante dernières années2, n’était pas au départ conçue pour l’analyse d’un groupe social déterminé. Son application a donc essentiellement débouché sur la réalisation de monographies de villages3 dans lesquels la noblesse n’était pas assez nombreuse pour fonder des analyses statistiques sérieuses. Pourtant, l’une des premières publications de Louis Henry portait sur les familles des ducs et pairs4 mais cette population, à cause de sa position sociale particulière et de ses effectifs restreints, ne pouvait à elle seule déboucher sur des conclusions généralisables à l’ensemble de la noblesse.

  • 5 M. Gresset, Gens de justice à Besançon, de la conquête par Louis XIV à la Révolution française (16 (...)
  • 6 M. Nassiet, Noblesse et pauvreté, la petite noblesse en Bretagne (XVe-XVIIIe siècles), Bannalec, S (...)
  • 7 C’est la méthode choisie en particulier par Michel Figeac ou Jacques Houdaille. Voir M. Figeac, De (...)
  • 8 Elle est englobée dans celle, plus large, des élites ayant vécu dans la capitale de la Guyenne au (...)

2Malgré tout, depuis les années 1960, quelques travaux portant sur les comportements démographiques de familles nobles ont été menés à bien. Ils ont pour points communs de ne considérer qu’une partie bien déterminée des membres du second ordre, que ce soit les parlementaires5 ou la petite noblesse vivant à la campagne6, de ne presque jamais être issus d’une reconstitution des familles réalisée à partir des registres paroissiaux et d’être le fruit du travail de chercheurs dont la démographie n’est pas le principal angle d’approche. Ces études reposent fréquemment sur la constitution de fichiers regroupant les généalogies d’un nombre plus ou moins important de lignages7. Cette méthode présente toutefois des risques de biais importants car les généalogies imprimées omettent souvent de mentionner des enfants morts en bas âge ou restés sans alliance, ce qui rend assez vaine l’étude de la fécondité des couples. Les reconstitutions de familles restent donc rares car, pour disposer d’un nombre suffisant de données, elles exigent le dépouillement des registres paroissiaux d’un grand nombre de paroisses rurales ou d’une grande ville, dans laquelle on est susceptible de rencontrer une grande concentration de nobles. C’est la démarche que nous avons choisie pour étudier les comportements démographiques de la noblesse bordelaise au XVIIIe siècle8. Elle repose sur un nombre très important d’actes, dont 2 129 mariages et 1 099 fiches de famille nobles MF, dans lesquelles on suit les couples de la date de leur mariage jusqu’à celle de la rupture de l’union survenant lors du décès du premier des deux conjoints.

  • 9 L. Bourquin, La noblesse dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Belin, 2002, p. 95-1 (...)

3À partir de cette documentation importante et des résultats accumulés par des spécialistes de la noblesse dans les cinquante dernières années, nous pouvons dresser une synthèse sur les comportements démographiques des membres du second ordre avant la Révolution française. En revanche, il sera pratiquement impossible d’avancer des données fiables avant la fin du XVIIe siècle, d’abord parce que les informations généalogiques sont souvent lacunaires pour les périodes antérieures mais aussi car, dans de nombreuses régions, la tenue des registres paroissiaux est assez médiocre jusque dans le premier tiers du XVIIIe siècle. En reprenant les quelques jalons déjà posés par Laurent Bourquin9, cette synthèse doit permettre de revenir sur trois caractéristiques majeures des comportements démographiques de la noblesse, à savoir la baisse précoce de la fécondité, l’âge tardif au mariage, surtout pour les hommes, et la moindre exposition des nobles aux risques de mourir jeunes par rapport au reste de la population de l’époque. Toutefois, au-delà de ces acquis sur lesquels tout le monde est à peu près d’accord aujourd’hui, nous chercherons aussi à montrer que, au-delà des moyennes et des évolutions d’ensemble, il n’existe pas à proprement parler de démographie nobiliaire au XVIIIe siècle car les membres du second ordre ont au contraire des comportements très variés. En outre, malgré des attitudes propres à chaque type de noblesse, cette population se définit aussi par une extrême fragilité qui, pour l’essentiel, se traduit par l’extinction de nombreux lignages à chaque génération à cause de la précocité du choix malthusien.

LA FONCTION RÉGULATRICE DES PRATIQUES MATRIMO-NIALES DANS LA NOBLESSE FRANÇAISE

  • 10 A. Fillon, Les trois bagues au doigt. Amours villageoises au XVIIIe siècle, Paris, Laffont, 1989.
  • 11 Voir S. Minvielle, « Le maintien tardif d’un système traditionnel de régulation de la population : (...)

4Dans le second ordre comme dans l’ensemble de la population française, le sacrement du mariage reste pendant tout l’Ancien Régime le fondement de la vie conjugale. Il est, pour reprendre une expression d’Anne Fillon, « la grande affaire de la vie »10, mais il a aussi une fonction régulatrice importante, d’ailleurs commune à toutes les populations pratiquant un partage inégal des patrimoines au fil des générations11.

ÊTRE MARIÉ, UN ÉTAT AUQUEL TOUS LES INDIVIDUS N’ONT PAS ACCÈS

  • 12 En démographie, le célibat définitif caractérise les personnes mortes sans alliance à 50 ans ou pl (...)
  • 13 M. Figeac, ouvrage cité, p. 232.
  • 14 En 1700-1749, 34,55 % pour les hommes et 33,04 % pour les femmes ; en 1750-1799, 31,69 % pour les (...)
  • 15 L. Henry, J. Houdaille, « Célibat et âge au mariage aux XVIIIe et XIXe siècles en France », Popula (...)
  • 16 L. Henry, C. Levy, article cité, p. 812-813.
  • 17 M. Nassiet, ouvrage cité, p. 265.

5Contrairement aux Français du XVIIIe siècle, les nobles ont un taux de célibat définitif12 très élevé. Michel Figeac constate que, « dans de nombreuses familles [de la noblesse bordelaise], la recherche d’un bon parti demeure un événement fondamental dans la perspective du maintien, de la consolidation ou de l’agrandissement des patrimoines. Le corollaire de cet impératif social semble être la fréquence du célibat dans les familles nombreuses »13. Entre 1700 et 1799, 30 % des hommes et des femmes14 seraient restés célibataires à chaque génération, soit un pourcentage à peu près trois fois supérieur à celui obtenu par Louis Henry et Jacques Houdaille pour l’ensemble de la population française de l’époque15. La situation bordelaise n’est pas pour autant exceptionnelle puisque le taux de célibat définitif serait compris entre 17 et 27 % dans les familles de ducs et pairs 16 ou de16 % chez les petits nobles bretons du XVIIIe siècle17

  • 18 J. Houdaille, article cité, p. 503-504 : vers 1715, 25 % des hommes d’une génération sont célibata (...)
  • 19 Dont plus de 80 % appartenant au clergé séculier.
  • 20 M. Cubells, ouvrage cité, p. 62-63.

6Jacques Houdaille remarque que, dans la noblesse, ce célibat définitif ne prenait pas la même forme pour les garçons et pour les filles. Chez les hommes, « il s’agit surtout d’officiers qui, revenus âgés de l’armée, ne se mariaient pas. Les « vocations » religieuses étaient très nombreuses chez les femmes avant la seconde moitié du XVIIIe siècle puis se raréfient à l’époque des Lumières pour reprendre un peu à la fin du XIXe siècle »18. En outre, au sein d’une fratrie, le célibat définitif concerne davantage les cadets : Monique Cubells établit que, pour les garçons des familles parlementaires aixoises, parmi les puînés, 26,8 % sont des hommes d’Église19, par définition célibataires, et 52,1 % des militaires, dont beaucoup n’ont certainement pas fondé leur propre famille20.

  • 21 M. Cubells, ouvrage cité, p. 374.
  • 22 M. Gresset, ouvrage cité, p. 499. Toujours pour Besançon, J.-F. Solnon obtient 4,4 % de célibatair (...)

7On a en revanche des pourcentages plus faibles parmi les conseillers du parlement d’Aix. Monique Cubells ne dénombre que 10,46 % de célibataires21, soit un peu plus que Maurice Gresset pour ceux de Besançon (8,13 %)22. Il s’agit ici de pourcentages très proches des moyennes établies pour l’ensemble de la population française.

  • 23 Résultat obtenu grâce à la combinaison des méthodes de correction par la répétition des prénoms et (...)

8Quoi qu’il en soit, dans les familles nobles, l’accès au mariage est réservé à quelques-uns, l’établissement de plus d’un enfant du même sexe étant très rare, comme on le remarque chez les parlementaires bordelais. Au XVIIIe siècle, 157 couples de membres du parlement de Bordeaux sont suffisamment connus pour que l’on puisse étudier le destin de leur famille. Au total, ils auraient donné naissance à 839 enfants, soit une moyenne de 5,34 par couple, dont environ 25 % seraient morts avant l’âge de quinze ans23. Sur ces 839 nouveau-nés, seulement 629 auraient donc atteint l’âge adulte et une minorité de ces survivants aurait convolé à son tour : à partir des 157 couples fondateurs, 118 garçons et 133 filles célèbrent leurs noces à la génération suivante, ce qui donne 1,60 mariage par couple. 378 seraient alors restés célibataires, soit 45 % des enfants nés ou 60 % des survivants à l’âge adulte. Avec une mortalité juvénile augmentée à 35 %, soit le niveau obtenu pour l’ensemble des couples des élites bordelaises au XVIIIe siècle, les célibataires représenteraient 35 % des enfants nés et 54 % des adultes.

930 % seulement des enfants nés ont ainsi eu accès au mariage, ce qui prouve l’existence de stratégies matrimoniales restrictives. Ces pratiques permettent alors un renouvellement important des membres du parlement car, sur les 157 couples étudiés, seulement 118 marient un fils. En revanche, 60 n’en marient aucun (38,21 %), quand à peine plus de 10 % en marient plus d’un. De leur côté, les filles semblent un peu moins victimes de ces stratégies restrictives, avec 0,84 mariage par couple, contre 0,75 pour les garçons, et un peu plus de 20 % des couples qui en marient au moins deux.

UNE ATTENTE PARFOIS TRÈS LONGUE AVANT DE POUVOIR SE MARIER

  • 24 L. Henry, C. Levy, article cité. Jacques Houdaille est le seul à proposer une évolution similaire, (...)
  • 25 J. Dupâquier (dir.), Histoire de la population française, tome 2, Paris, PUF, 1989.
  • 26 S. Beauvalet-Boutouyrie, La démographie de l’époque moderne, Paris, Belin, 1999, p. 119.

10Afin d’éviter l’émiettement de leurs biens et la remise en cause de leur position sociale, les familles nobles ont donc eu massivement recours, de façon structurelle, au célibat définitif. Mais ceux qui avaient la possibilité de s’établir subissaient d’autres contraintes, comme la pratique très fréquente d’un âge au mariage tardif qui avait aussi une fonction régulatrice en retardant les flux d’entrée dans la vie conjugale et dans le temps de la reproduction. À cet égard, le comportement des ducs et pairs n’est pas du tout représentatif de celui de l’ensemble de la noblesse, puisque ces familles se distinguent au contraire par des âges au mariage précoces et que ceux-ci s’abaissent assez fortement entre le milieu du XVIIe et la fin du XVIIIe siècle : pour les hommes, les moyennes sont de 25,5 ans pour les générations nées en 1650-1699, de 23,6 ans en 1700-1749 et de 21,3 ans en 1750-1799 ; leurs femmes convolant quant à elles à 20 ans en 1650-1699 et à 19,4 ans en 1700-174924. Ce comportement, particulièrement atypique en plein siècle des Lumières, à une époque où les Français se mariaient en moyenne vers 27 ou 28 ans et les épouses à 25 ou 26 ans25, est certainement influencé par la position sociale de familles proches du pouvoir et de la famille royale dont elles copient probablement, au moins en partie, les pratiques démographiques26.

  • 27 À Rouen, l’âge moyen au premier mariage est de 32 à 33 ans pour les notables, et d’environ 25 ans (...)

11En revanche, dans le reste de la noblesse, les âges au mariage sont en général plus élevés et ils ont tendance à stagner ou à augmenter tout au long du XVIIIe siècle. Ils se caractérisent aussi par des écarts d’âge importants entre les conjoints, ce qui rapproche les nobles des autres élites du royaume qui ont à peu près le même type de comportement27. Les magistrats des parlements illustrent parfaitement cette attitude : à Besançon, les parlementaires se marient en moyenne vers trente ans et ils épousent des femmes qui n’en ont que vingt et un, alors que les huissiers bisontins ont, de leur côté, aux alentours de vingt-sept ans le jour de leurs noces

12 M. Gresset, ouvage cité, p. 501.

282930

Âge d’entrée en charge et au mariage des parlementaires bordelais

En années

Cas

Âge au mariage

Âge d’entrée

Différence

1700-1729

61

30,73

25,17

4,78

1730-1759

76

30,79

25,50

3,92

1760-1789

71

30,57

26,42

3,07

13En revanche, les épouses de parlementaires sont beaucoup plus jeunes, et finalement à peine plus âgées que celles des ducs et pairs, comme nous l’avons constaté à Bordeaux où elles ont 21,86 ans

14 S. Minvielle, ouvrage cité, p. 240-241.

31e32e
  • 33 S. Minvielle, ouvrage cité, p. 210. Cette moyenne est très proche de celle proposée par Michel Fig (...)
  • 34 S. Minvielle, « Les remariages nobles à Bordeaux au XVIIIe siècle », dans La noblesse de la fin du (...)

15Mais ces comportements ne sont pas généralisables à l’ensemble de la noblesse, les âges moyens au premier mariage étant d’autant plus élevés que la famille manque de prestige et/ou de fortune. À Bordeaux, les nobles se marient en moyenne à 34,33 ans, soit six mois de plus que l’ensemble des élites de la ville (33,84 ans)33, mais on observe une différence très importante entre les officiers du parlement, de la cour des aides ou du bureau des finances, qui convolent à 32,5 ans, les nobles titrés et qualifiés, qui le font à 34,20 ans, et les militaires, qui attendent en moyenne jusqu’à leur trente-huitième anniversaire. Les premiers sont a priori les plus fortunés, ceux qui détiennent l’influence la plus forte et un art de vivre qui les distingue nettement du reste de la noblesse de la ville. Sur le marché matrimonial, ils constituent probablement un groupe à part : l’argent et la notabilité font des grands officiers des partis très recherchés. À l’inverse, les militaires sont nettement plus âgés, mais ce sont parfois des cadets et leur établissement peut être problématique si les parents et/ou l’aîné de la fratrie sont peu disposés à soutenir des projets matrimoniaux auxquels ils doivent donner une assise matérielle. Certains ont donc sans doute du mal à trouver des épouses, qui sont d’ailleurs souvent des veuves, au moins quand ils n’ont pas de biens propres34. Cette situation les contraint presque toujours à attendre leur retraite du service actif pour convoler en justes noces, d’autant que la perception d’une rente de vétéran de l’armée sert fréquemment à améliorer le quotidien et à donner un fondement matériel à la nouvelle cellule conjugale.

  • 35 S. Minvielle, ouvrage cité, p. 234. Michel Figeac obtient dans ce cas des moyennes un peu plus fai (...)
  • 36 M. Nassiet, ouvrage cité, p. 267.
  • 37 M. Sardet, ouvrage cité, p. 256-257. Michel Sardet n’établit ses moyennes qu’à partir des âges exa (...)

16Bien entendu, à Bordeaux, l’âge auquel les femmes convolent est dépendant de celui de leur époux même si elles ont habituellement une dizaine d’années de moins que lui. Il s’établit à 24,56 ans pour l’ensemble du XVIIIe siècle, contre 25,12 ans pour tous les couples des élites35, mais on observe encore des différences entre les 22,82 ans des épouses de grands officiers, les 25 ans de celles des nobles titrés et les 25,75 ans de celles des militaires. À partir de 25 ans, leur âge doit commencer à avoir une influence réelle sur la fécondité potentielle du couple : on peut penser que, dans la noblesse peu fortunée, le recours à des âges au mariage tardifs a une fonction contraceptive que l’on retrouve pour une bonne part chez les petits nobles ruraux de Bretagne ou des Ardennes. D’après les calculs de Michel Nassiet, les premiers voient leur âge au mariage passer de 23,6 ans en 1582-1640 à 30,8 ans en 1701-1769, celui de leurs femmes augmentant de presque quatre ans dans la même période (28,2 ans en 1701-1769 contre 24,4 ans en 1581-1640)36, quand les petits nobles ardennais ont près de 32 ans et leurs femmes un peu moins de 26 au XVIIIe siècle37.

UNE HOMOGAMIE TRÈS RECHERCHÉE : LA CRAINTE DE LA MÉSALLIANCE

17Toutefois, la diversité des comportements matrimoniaux de la noblesse française du siècle des Lumières ne s’arrête pas là, la comparaison entre la profession ou la condition sociale de l’époux et de celle de son beau-père montrant que l’homogamie stricte, si elle reste un idéal toujours recherché, est loin d’être la règle. Le mariage joue donc là aussi un rôle régulateur important puisque, en fonction des combinaisons observées, on sent bien que coexistent des mouvements d’ouverture et de fermeture sociales qui redéfinissent constamment les contours flous du second ordre. En effet, même si, sous l’Ancien Régime, le mariage reste un sacrement qui repose avant tout sur le libre consentement des époux, nous savons que les unions ne sont pas toujours motivées par des élans du cœur et que la famille et les impératifs socio-économiques sont souvent déterminants.

  • 38 S. Minvielle, ouvrage cité, p. 184-201.
  • 39 S. Minvielle, « Les femmes mariées très jeunes à Bordeaux au XVIIIe siècle », Le rôle des femmes d (...)
  • 40 G. Chaussinand-Nogaret, La noblesse au XVIIIe siècle, Paris, Complexe, 1984, p. 163-164.
  • 41 M. Marraud, La noblesse de Paris au XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 2000, p. 178-179 : « le mariage e (...)

18Dans beaucoup d’unions nobles, le choix du conjoint est donc l’expression d’une stratégie matrimoniale38 et même si ceux qui veulent fonder une famille ont toujours les moyens de s’affranchir de la tutelle familiale, force est de constater que celle-ci paraît omniprésente, surtout pour ceux qui se marient jeunes39. Dansson ouvrage sur la noblesse au XVIIIe siècle, Guy Chaussinand-Nogaret confirme cette lecture stratégique des comportements nobiliaires : « dans une société largement clanique, le mariage n’intéresse pas moins les deux individus qui s’unissent que les familles auxquelles ils appartiennent. Un mariage se conclut comme une alliance entre deux royaumes. La sympathie et l’amour peuvent laisser le pas à des impératifs sociaux et économiques. Deux gens unissent leurs noms, leurs dignités, leur crédit, leurs fortunes. Tout entre en ligne de compte dans ces associations, depuis la beauté du blason jusqu’à la position dans le monde, même si l’agrément, le sentiment, n’en sont pas absents »40. Dans la noblesse française de la fin de l’Ancien Régime, il distingue alors plusieurs stratégies, comme celles renforçant une position déjà acquise ou, au contraire, des alliances dynamiques permettant de compenser un handicap, que ce soit l’ancienneté du nom, le manque de fortune, etc. Le mariage avec une roturière issue d’un milieu fortuné exprime une stratégie matrimoniale particulière, d’autant mieux acceptée au XVIIIe siècle que ce type d’unions se multiplie. Comme le montre également Mathieu Marraud pour la noblesse parisienne du XVIIIe siècle41, tout mariage serait donc l’expression d’une stratégie familiale et sociale qui permettrait d’asseoir une réputation dans le public.

  • 42 M. Cubells, ouvrage cité, p. 76.

19Toutefois, lors du choix du conjoint, les aspirations familiales ont un lien direct avec la condition sociale réelle d’un individu, le prestige et la fortune d’un lignage déterminant souvent le type d’alliance qu’il va pouvoir conclure. Le vivier des conjoints potentiels n’est pas du tout le même pour un duc et pair et pour un gentilhomme breton. Dans les strates supérieures du monde nobiliaire, l’homogamie sociale est très forte, parmi les magistrats des parlements en particulier. En étudiant 634 mariages de parlementaires aixois, Monique Cubells constate que 547 se font à l’intérieur de la noblesse (86,27 %), mais que l’homogamie est beaucoup plus forte pour les premiers présidents (100 %) que pour les présidents (92,3 %) ou les simples conseillers (85,94 %). De la même manière, le type de noblesse avec laquelle se nouent les alliances varie à l’intérieur de la compagnie, les présidents épousant dans presque la moitié des cas des filles issues de familles nobles depuis au moins 1550, contre un peu moins d’un quart pour les conseillers42.

  • 43 M. Figeac, ouvrage cité, p. 247 : « les mariages à l’intérieur du milieu parlementaire, [unissant] (...)

20Ces comportements aixois se rencontrent aussi à Bordeaux. À partir d’un corpus composé de 179 unions célébrées au XVIIIe siècle, plus d’un tiers des parlementaires épouse des filles de parlementaires (38,54 %), soit le niveau d’homogamie socioprofessionnelle stricte le plus élevé observé dans les élites bordelaises de l’époque. Pour un magistrat, le mariage idéal doit l’unir avec la fille d’un parlementaire43, ces alliances permettant à des familles arrivées au sommet de la carrière des honneurs de nouer des solidarités très fortes destinées à préserver leur position sociale dominante. En revanche, les parlementaires sont très peu à choisir leur épouse en dehors de la noblesse (17,89 %). Le choix de familles du négoce, de la bourgeoisie des talents et de Bourgeois de Bordeaux est presque exceptionnel, traduisant soit un élan du cœur brisant les barrières sociales traditionnelles, soit la volonté de redorer un blason par l’attrait d’une dot importante. Beaucoup d’alliances sont donc conclues dans le cercle étroit des familles nobles qui ne siègent pas au parlement (43,57 %), avec des combinaisons privilégiant les filles d’écuyers (29 cas sur 78) ou d’officiers du bureau des finances (10 cas sur 78). Mais certains de ces mariages respectent malgré tout la règle de l’homogamie stricte puisque les familles avec lesquelles ces parlementaires s’allient ont parfois des parents présents au parlement.

21Si certains détenteurs d’offices ne rechignent pas à épouser des roturières, leurs filles ne sont en revanche vouées qu’à des alliances avec des nobles. Sur les 145 mariages de filles de magistrats bordelais recensés au XVIIIe siècle, 31,76 % épousent un parlementaire. Quand elles sortent de leur milieu, leur choix se porte surtout sur des écuyers ou des militaires, qui représentent au total près de 40 % des maris, mais ces femmes ne sont peut-être pas toujours des partis avantageux pour des négociants ou d’autres roturiers intéressés par le prestige du nom que s’il est assorti d’une dot importante. En outre, beaucoup de parlementaires ne semblent pas se résoudre à donner leurs filles à des roturiers alors qu’ils sont moins regardants quand leurs fils s’allient avec des femmes issues du négoce ou de la bourgeoisie des talents.

  • 44 D. Bège, Une compagnie à la recherche de sa raison d’être : la Cour des Aides de Guyenne et ses ma (...)

22En quittant le parlement pour la cour des aides de Guyenne, les comportements changent radicalement. Le nombre des mariages exploitables est ici beaucoup plus limité, puisque nous ne disposons que d’un corpus de 41 unions, en grande partie à cause du recrutement nettement moins bordelais de cette cour. L’homogamie n’est plus ici la règle absolue ; elle devient plus sociale que réellement professionnelle, mais les combinaisons matrimoniales n’unissent pas des personnes très dissemblables car aucun membre de la cour des aides n’épouse une femme née à l’extérieur des élites. Seulement un peu plus de la moitié choisit une noble (53,65 %), qui appartient en majorité à des familles de noblesse incomplète ou inachevée. Selon Denise Bège44 beaucoup de conseillers de la cour des aides de Guyenne ne sont nobles que depuis quelques générations ou leur noblesse vient de l’achat de cette charge. Ils s’allient davantage à des familles appartenant au milieu social dont ils sont issus, comme le négoce ou la bourgeoisie des talents, qu’à des lignages anciennement nobles. Si leur réussite personnelle assure leur ascension sociale, ils ont du mal à la parachever grâce à des unions avec des familles très prestigieuses.

  • 45 M. Nassiet, ouvrage cité, p. 292.

23L’homogamie sociale stricte ne concerne par conséquent que quelques types de lignages pour lesquels une alliance roturière pourrait ressembler à une mésalliance. En revanche, entre les noblesses urbaines et rurales, les comportements sont très différents, comme le montre Michel Nassiet qui a calculé que, sur 280 premiers mariages de petits nobles bretons célébrés entre 1669 et 1790, seulement 55 % unissent deux membres du second ordre45, soit un pourcentage très proche de celui que nous avons obtenu pour l’ensemble des nobles bordelais. Le peu de fortune et/ou l’étroitesse du marché matrimonial nobiliaire conduisent donc souvent à aller chercher son conjoint dans une famille roturière.

Combinaisons matrimoniales dans les couples des élites bordelaises au XVIIIe siècle, issues de la comparaison entre la condition ou la profession portée dans l’acte de mariage pour l’époux (lignes) et pour son beau-père (colonnes)

Combinaisons matrimoniales dans les couples des élites bordelaises au XVIIIe siècle, issues de la comparaison entre la condition ou la profession portée dans l’acte de mariage pour l’époux (lignes) et pour son beau-père (colonnes)
 
  • 46 Il existe des différences de comportements à l’intérieur de la noblesse bordelaise, mais nous ne l (...)

24En effet, seulement 52,73 % d’entre eux épousent des filles nées dans des familles nobles46. Malgré un idéal de fermeture matrimoniale, ils sont près de la moitié à prendre femme en dehors de leur ordre, même si la situation de Bordeaux est peut-être différente de celle d’autres villes françaises car, dans ce port actif et riche qui connaît son apogée au XVIIIe siècle, il ne serait pas surprenant que les barrières de la naissance et de la pureté du sang se fissurent davantage qu’ailleurs, permettant ainsi une plus grande perméabilité matrimoniale. 21,07 % des nobles épousent donc des filles de négociants, 17,23 % choisissant leur femme dans la bourgeoisie des talents et 6,87 % chez les Bourgeois de Bordeaux. Seule la position éminente de sa belle-famille dans la hiérarchie sociale, et surtout sa fortune, peuvent sans doute convaincre un noble de se marier en dehors de son groupe d’origine. La dot de l’épouse compense alors le peu de prestige de sa naissance.

  • 47 Cité dans M. Figeac, ouvrage cité, p. 246 : Mariés le 22 février, Claude Richon, conseiller au par (...)
  • 48 P. Butel, ouvrage cité, p. 224.

25D’ailleurs, le chroniqueur bordelais Lamontaigne condamne toujours un mariage mal assorti du point de vue socio-économique, alors qu’il accepte les unions entre noblesse et roture quand elles sont fondées sur un intérêt réciproque, la recherche d’argent pour redorer un blason noble ou la volonté d’ascension sociale d’un roturier. Ce dédain pour les alliances mal assorties apparaît notamment quand, « le lundi, le 23 février 1784, Monsieur de Richon, ci-devant conseiller au parlement, âgé d’environ 60 ans, a épousé, au grand étonnement de la ville, une demoiselle Seignoret du Chartron, âgée de 36 ans, de basse extraction, sans agréments et sans fortune. La chronique scandaleuse prétend que le mariage était nécessaire »47. Pour Lamontaigne, cette union présente tous les désavantages, mais c’est surtout le manque de stratégie clairement identifiable qui suscite l’indignation, ainsi que le comportement de ce parlementaire concevant un enfant hors des liens du mariage ; cependant toutes les alliances entre nobles et roturières ne se font pas dans ces conditions, Paul Butel mentionnant en particulier deux mariages parfaitement réussis au début du XVIIIe siècle : « En 1712, le bourgeois et banquier de Bordeaux Pierre Rocaute accorde la main de sa fille au conseiller Pierre de Cazeaux en consentant une dot (…) de cent trente mille livres. Deux ans plus tard, la belle-sœur du conseiller de Cazeaux apporte la même dot en épousant le conseiller de Ségur qui appartient à une des familles les plus prestigieuses de la robe »48.

26Afin de permettre la pérennité et la prospérité des lignages, les comportements matrimoniaux de la noblesse française sont donc fortement dépendants d’impératifs patrimoniaux et familiaux. Par bien des aspects, le mariage a une fonction régulatrice fondamentale puisque les familles nobles doivent en permanence gérer le stock de ceux qui vont pouvoir fonder une famille, sélectionner aussi minutieusement que possible les conjoints potentiels pour leurs enfants en fonction de leurs moyens et de leurs aspirations, mais aussi créer les conditions pour que naisse une nouvelle génération capable de relever le nom.

LA NOBLESSE, À L’ORIGINE DU PROCESSUS DE RÉDUCTION DE LA FÉCONDITÉ

  • 49 J.-P. Bardet, ouvrage cité.

27Aujourd’hui, nous savons très bien que la population française a été très tôt malthusienne, dès avant 1789, alors que la contraception s’est généralisée plus tardivement ailleurs en Europe. En outre, sous l’Ancien Régime, la condition sociale d’un couple avait une influence directe sur sa fécondité, comme l’a notamment montré Jean-Pierre Bardet49. Consacrant plusieurs pages à une étude différentielle de la fécondité des Rouennais, il oppose, d’un côté, les notables qu’il décrit comme les « pionniers » du virage contraceptif et, de l’autre, les « suiveurs », c’est-à-dire les marchands et les boutiquiers, puis les artisans et les ouvriers. Depuis les années 1980, toutes les études de démographie historique ont montré que les couples des élites ont toujours été à l’origine de la mise en place d’un modèle contraceptif et que, à l’intérieur du groupe des notables, les nobles ont initié le mouvement, mais avec une mise en place progressive des comportements malthusiens en fonction du type de noblesse considéré.

UN RÔLE PIONNIER DÈS LA SECONDE MOITIÉ DU XVIIe SIÈCLE : LES DUCS ET PAIRS

  • 50 L. Henry, C. Lévy, article cité.
  • 51 J. Dupâquier (direction), ouvrage cité, p. 391.
  • 52 Voir S. Beauvalet-Boutouyrie, ouvrage cité, p. 212.

28Entre la fin du XVIIe siècle et la Révolution française, le nombre d’enfants nés dans les couples nobles baisse presque toujours très fortement et les ducs et pairs font à n’en pas douter figure de pionniers, avec un virage contraceptif précoce et radical. En effet, d’après Louis Henry et Claude Lévy, la taille de leur descendance a en moyenne été divisée par trois en un peu plus d’un siècle. Pour les seules familles complètes dans lesquelles les femmes ont été mariées avant leur vingtième anniversaire, on passe ainsi de 6,15 enfants en 1650-1699 à 2,79 en 1700-1749 et 2,0 en 1750-179950, ce qui permet à Alain Bideau et à Jean-Pierre Bardet d’affirmer que « ces illustres familles frôlent (…) l’abîme » et que « point n’était besoin de Révolution pour éteindre ces grands lignages »51. Alors que, dans les quatre zones de l’enquête de l’INED, la descendance théorique des couples mariés entre 1720 et 1739 est comprise entre 6,08 pour le Nord-Est et 5,44 pour le Sud-Ouest52, on voit bien que les familles de ducs et pairs ont un régime démographique complètement différent. Leur fécondité, égale ou même supérieure à celle de la population française dans son ensemble jusqu’à la fin du XVIIe siècle, connaît ensuite un effondrement brutal et durable. En tenant compte de la part des enfants morts avant d’atteindre l’âge adulte, le renouvellement des générations n’est sans doute plus assuré à partir de la première moitié du XVIIIe siècle.

Descendance théorique des femmes mariées dans les quatre zones de l’enquête de l’INED

1720-1739

1740-1769

1770-1789

Nord-Est

6,50

6,20

5,78

Nord-Ouest

5,77

5,81

5,45

Sud-Est

6,30

5,87

5,67

Sud-Ouest

6,06

5,96

5,60

  • 53 Pour la population de Crulai, E. Gautier et L. Henry obtiennent en 1674-1742 des taux de fécondité (...)

29Les taux de fécondité sont d’ailleurs le reflet de ce choix malthusien, déjà perceptible avant 1700. Si l’on compare les taux obtenus pour les ducs et pairs avec ceux des femmes du village de Crulai en 1674-174253, on observe une différence très importante, sauf à 20-24 ans pour la période 1650-1699.

Comparaison entre les taux de fécondité calculés pour les familles de ducs et pairs et pour celles de Crulai

Comparaison entre les taux de fécondité calculés pour les familles de ducs et pairs et pour celles de Crulai
  • 54 En effet, on observe au XVIIIe siècle une hausse de l’âge au mariage des femmes qui participe au m (...)

30Alors que la convexité de la courbe de Crulai montre que, jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, cette population n’est pas encore massivement contraceptive, la concavité de celle des ducs et pairs, évidente en 1700-1799, est un signe qui ne trompe pas. La restriction volontaire des naissances est déjà acquise à la fin du XVIIe siècle, même si elle ne prend pas encore une forme radicale, comme on le voit très bien au siècle suivant, quand les taux sont très faibles quel que soit l’âge considéré. Ce malthusianisme est d’autant plus spectaculaire que les épouses de ducs et pairs, dont beaucoup avaient moins de vingt ans le jour de leur mariage, avaient en théorie une fécondité potentielle très élevée. L’âge au mariage n’était donc pas du tout une « arme contraceptive » et il est même surprenant de voir à quel point des individus qui ne disposaient pourtant pas, en dehors de l’abstinence sexuelle, de techniques contraceptives totalement fiables, étaient capables de limiter à ce point leur fécondité. En outre, n’oublions pas que, dans les familles de ducs et pairs, les nouveau-nés étaient souvent placés en nourrice, ce qui ne protégeait pas les femmes contre une nouvelle grossesse pendant la période d’allaitement. Par conséquent, malgré un fort potentiel reproductif, la haute aristocratie a très tôt choisi des stratégies dans lesquelles un âge au mariage précoce était compatible avec une faible fécondité, alors que l’ensemble de la population française avait à cette époque des comportements radicalement différents54. La pratique la plus fréquente était celle d’une contraception d’arrêt, en général privilégiée par les élites par rapport aux techniques d’espacement, la plupart des femmes accouchant pour la dernière fois avant leur trentième anniversaire. Ainsi, bien que les âges au mariage des épouses des ducs et pairs soient très proches de ceux que l’on rencontre dans la famille royale, ils ne débouchent pas sur l’hyperfécondité que l’on observe souvent chez les Bourbon, Louis XV ayant eu par exemple dix enfants avec Marie Leczinska entre 1725 et 1737.

31Il est en revanche beaucoup plus difficile d’expliquer pourquoi les ducs et pairs ont choisi d’avoir une fécondité qui risquait de déboucher à chaque génération sur l’extinction biologique de nombreux lignages. Comme souvent dans une noblesse où le partage des successions se fait de façon inégalitaire, les impératifs liés à la préservation des patrimoines jouent sans doute un rôle très important. Toutefois, on peut également dire que les taux de mortalité infantile et juvénile y étant plus faibles, le maintien d’une forte fécondité n’est pas nécessaire pour être sûr qu’au moins un des enfants atteigne l’âge adulte. Enfin, contrairement à beaucoup de femmes qui subissent des grossesses à répétition comme une fatalité, les épouses de ducs et pairs accordent probablement beaucoup de place aux contraintes liées à leur position sociale, qui les oblige à mener une vie de représentation peu compatible avec la naissance d’un nombre important d’enfants, sans compter que le rythme de l’enfant annuel, que l’on observe encore en France au XVIIIe siècle dans certaines catégories sociales, est très éprouvant du point de vue physique à une époque où l’obstétrique en est encore à ses balbutiements.

32Les ducs et pairs apparaissent donc comme des pionniers en matière de contraception, tant au niveau national que dans le cercle plus restreint des familles nobles. En effet, si l’ensemble du second ordre devient progressivement malthusien au XVIIIe siècle, la pratique d’une limitation volontaire des naissances est souvent plus tardive et surtout moins radicale.

AU XVIIIe SIÈCLE, UNE GÉNÉRALISATION DES COMPORTEMENTS CONTRACEPTIFS À L’ENSEMBLE DE LA NOBLESSE

  • 55 M. Gresset, ouvrage cité, p. 499-500 et p. 510. Parmi les familles de parlementaires, 6,48 % reste (...)
  • 56 À Bordeaux, nous avons ainsi démontré que les négociants ne limitent volontairement leur fécondité (...)
  • 57 À Aix, Monique Cubells ne donne pas le nombre total d’enfants par couple. Elle ne tient compte que (...)
  • 58 Descendance théorique calculée à partir de l’analyse transversale de la fécondité par âge.
  • 59 S. Minvielle, ouvrage cité, p. 523.

33À nouveau, les familles de parlementaires sont dans ce domaine les mieux connues. Elles deviennent progressivement malthusiennes au XVIIIe siècle, mais avec un temps de retard par rapport aux ducs et pairs. À Besançon, Maurice Gresset a pu étudier 108 familles de membres du parlement. Au siècle des Lumières, ces couples ont en moyenne eu 6,2 enfants, mais 7 avant 1740, 5,7 entre 1740 et 1771 et seulement 3,2 en 1771-179055. Les parlementaires offrent donc un modèle d’évolution intermédiaire entre le malthusianisme très précoce des ducs et pairs et celui, plus tardif, des autres élites et du reste de la population française56. Les travaux de Monique Cubells confirment d’ailleurs les données établies pour Besançon57 : à Aix, le nombre moyen d’enfants par couple serait de 5,38 pour l’ensemble du XVIIIe siècle, mais avec une chute progressive au fil du temps ; on passerait d’environ 6 naissances avant 1701 à 5,5 en 1701-1730, puis à 3,53 en 1731-1760. La chronologie de la baisse de la fécondité est donc la même en Franche-Comté et en Provence, une rupture intervenant toujours dans les années 1730 ou 1740, soit avec une génération de retard par rapport aux ducs et pairs, ce qui correspond bien à la diffusion des funestes secrets par percolation sociale. À Bordeaux, la fécondité des familles de parlementaires se rattache aussi au modèle aixois et bisontin, les couples ayant en moyenne 5,34 enfants au XVIIIe siècle et leur descendance théorique passant de 5,91 enfants en 1700-1714 à 3,19 en 1775-178958. Le décrochage intervient à nouveau à partir de 173059.

34Si les parlementaires ont massivement changé leurs comportements avant 1750, l’ensemble de la noblesse urbaine a fait de même, sans doute très influencée par leur exemple, à Bordeaux comme dans toutes les autres villes où siègent ces cours souveraines. Toutefois, alors que les taux de fécondité bordelais sont nettement orientés à la baisse entre 1685 et 1779, ils restent au moins deux fois supérieurs à ceux des ducs et pairs entre 1700 et 1799 : 508 contre 226 pour mille à 20-24 ans ou 446 contre 167 pour mille à 25-29 ans.

  • 60 J.-P. Bardet, ouvrage cité, p. 271.

35Dans la capitale de la Guyenne, la baisse de la taille des descendances est malgré tout assez spectaculaire puisque, entre 1700-1704 et 1785-1789, l’indice de fécondité passe de près de 7,5 à 3, soit une réduction de plus de 50 %. Les phases chronologiques de l’évolution sont certainement les mêmes que celles que l’on rencontrerait ailleurs, même s’il semble acquis que les élites bordelaises sont entrées un peu plus tardivement que d’autres, telles celles de Rouen60, dans une phase malthusienne. Pour la noblesse, le XVIIIe siècle apparaît comme une longue période de chute presque ininterrompue de la fécondité, avec une évolution irrégulière jusque dans les années 1730, puis une diffusion progressive et continue des funestes secrets. Toutefois, le passage d’une fécondité « naturelle » à une fécondité contrôlée est pour l’essentiel réalisé entre 1730 et 1750, quand on voit apparaître sur la courbe un « toboggan » contraceptif très marqué, la seconde moitié du siècle se caractérisant plutôt par un atterrissage progressif autour de trois enfants par couple. Là encore, les techniques employées pour réduire la fécondité sont davantage celles des élites urbaines en général que celles des nobles bordelais en particulier, les couples conjuguant l’arrêt et l’espacement tout en privilégiant la première méthode par rapport à la seconde. Ainsi, alors que l’âge à la dernière maternité est en moyenne de 35,92 ans sur l’ensemble du XVIIIe siècle, il passe de 38 ans en 1685-1699 à 34 ans en 1760-1779, de plus en plus de femmes vivant leur dernière grossesse peu après leur trentième anniversaire, comme chez les ducs et pairs. Quant aux intervalles entre naissances, proches de deux ans, ils ne sont que de 22,13 mois pour les couples mariés en 1700-1719, mais de 26,26 mois pour ceux unis en 1760-1779 et de 28,67 mois pour les enfants conçus entre 1780 et 1792.

Comparaison des taux de fécondité de la noblesse bordelaise et des ducs et pairs au XVIIIe siècle

Comparaison des taux de fécondité de la noblesse bordelaise et des ducs et pairs au XVIIIe siècle

Descendance théorique des couples de la noblesse bordelaise au XVIIIe siècle

Descendance théorique des couples de la noblesse bordelaise au XVIIIe siècle

36Dans les noblesses urbaines, on assiste donc à la mise en place et à la diffusion de comportements nouveaux à partir des années 1730. Sans être aussi radical que celui des ducs et pairs qu’ils imitent sans doute, leur malthusianisme a probablement, à la veille de la Révolution française, les mêmes effets sur le destin de leurs familles. Symbole d’une transformation des pratiques sexuelles, d’un éloignement des enseignements traditionnels de l’Église et d’un changement de la place de l’enfant dans le couple, la contraception a pour effet mécanique de fragiliser les lignages. Mais la petite noblesse rurale a quant à elle d’autres comportements, la baisse de la fécondité paraissant plus tardive et moins forte que dans les noblesses urbaines, ce qui ne fait que confirmer la diffusion des « funestes secrets » du haut vers le bas de la société d’Ancien Régime.

UNE BAISSE DE LA FÉCONDITÉ PLUS TIMIDE DANS LA PETITE NOBLESSE RURALE

  • 61 M. Nassiet, ouvrage cité, p. 262-264.
  • 62 M. Sardet, ouvrage cité, p. 229-289.

37Les travaux de Michel Nassiet sur les petits nobles bretons et ceux de Michel Sardet sur la noblesse rurale ardennaise présentent en effet des résultats assez concordants : le virage contraceptif n’interviendrait ici que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et, dans ces populations, le malthusianisme resterait diffus jusqu’à la Révolution française. En Bretagne, la taille moyenne des familles complètes est de 6,85 enfants au XVIIIe siècle61 quand, dans les Ardennes, on obtient 5,50 naissances pour tous les couples observés entre 1650 et 178962. Dans cette petite noblesse rurale, la fécondité semble donc plus élevée que chez les autres nobles. Par ailleurs, la chute que l’on constate malgré tout au dernier siècle de l’Ancien Régime est d’une ampleur beaucoup plus faible. Pour les familles de gentilshommes ardennais, la descendance théorique calculée par Michel Sardet est comprise entre 5,5 et 6 dans la seconde moitié du XVIIe siècle, puis avoisine 4,50 entre 1750 et 1790. La baisse est de 20 % seulement, contre plus de 50 % dans la noblesse bordelaise et près des deux tiers pour les ducs et pairs.

38En comparant les taux de fécondité ardennais et bordelais, on trouve d’ailleurs la confirmation de la plus forte fécondité des premiers. En fait, la courbe des années 1750-1790 reprend grossièrement le tracé de celle de la noblesse vivant dans la capitale de la Guyenne au début du XVIIIe siècle, soit un décalage d’au moins une génération dans le processus de réduction de la fécondité. Ici, la concavité de la courbe n’est pas très marquée et ne commence à s’affirmer qu’à 30-34 ans pour la cohorte d’observation comprise entre 1750 et 1790. En fonction de ce que l’on sait déjà sur l’évolution de la fécondité de la population française, on peut donc imaginer que les petits nobles ardennais, comme d’ailleurs les Bretons, ne deviennent massivement malthusiens qu’à partir de 1789, soit au même moment que de nombreuses campagnes du royaume.

Comparaison entre les taux de fécondité de la noblesse bordelaise et de la petite noblesse ardennaise au XVIIIe siècle

Comparaison entre les taux de fécondité de la noblesse bordelaise et de la petite noblesse ardennaise au XVIIIe siècle

39La petite noblesse rurale a donc probablement une fécondité assez proche de celle des populations paysannes au milieu desquelles elle vit et son entrée dans l’ère contraceptive paraît assez timide. Le malthusianisme y prend des formes très différentes. L’arrêt n’est plus au cœur des stratégies conjugales, l’âge à la dernière maternité oscillant entre 37 et 38 ans en Bretagne aux XVIIe et XVIIIe siècles alors que, dans le même temps, il passe de 40,12 à 39 ans dans les Ardennes. On reste assez proche du quarantième anniversaire des épouses, soit presque dix ans de plus que l’âge auquel les femmes de ducs et pairs et de parlementaires arrêtent d’avoir des enfants à la fin de l’Ancien Régime. Pour abaisser sa fécondité, la petite noblesse privilégie donc beaucoup plus l’espacement des naissances même si, comme dans la plus haute noblesse, la mise en nourrice de la plupart des enfants fait que les intervalles sont en général assez courts : au XVIIe comme au XVIIIe siècle, ils avoisinent les deux ans en Bretagne et dans les Ardennes. Toutefois, Michel Nassiet observe une hausse significative de cet indicateur : la durée séparant la première de la deuxième naissance est de 18,2 mois avant 1700, puis de 20 mois ensuite ; entre le second et le troisième enfant, les moyennes sont respectivement de 21,9 et de 28,6 mois, puis de 20,2 et de 25,2 mois entre le troisième et le quatrième.

40Si l’on se souvient que, dans la petite noblesse, l’âge moyen au premier mariage des femmes, compris entre 26 ans dans les Ardennes et 28 ans en Bretagne au XVIIIe siècle, est supérieur à celui des parlementaires ou des ducs et pairs, on a affaire à des populations qui conservent des comportements traditionnels, sans rupture profonde avec un régime démographique de type ancien. La pratique des funestes secrets n’est pas aussi nécessaire pour contenir la fécondité en raison de l’âge au mariage élevé des épouses qui les ampute d’une partie non négligeable de leur potentiel fécond. Le nombre d’enfants par couple y est moins important que dans les autres types de noblesse en début de période. À la veille de la Révolution française, ces familles conservent des descendances un peu plus nombreuses que dans la haute noblesse, mais elles sont peut-être aussi davantage exposées au risque de perdre des enfants en bas âge, ce qui expliquerait le maintien d’une fécondité plus élevée.

Indices de fécondité dans les familles de la petite noblesse ardennaise en fonction de l’âge au mariage de l’épouse

Indices de fécondité dans les familles de la petite noblesse ardennaise en fonction de l’âge au mariage de l’épouse
  • 63 C. Grange, article cité, p. 243. Voir aussi J. Meyer, Noblesse et pouvoir dans l’Europe d’Ancien R (...)

41Quoi qu’il en soit, en un peu plus d’un siècle, les nobles français ont progressivement changé de régime démographique. Ils ont délibérément choisi d’avoir de moins en moins d’enfants, même si chaque type de noblesse se distingue par une chronologie et des pratiques contraceptives différentes. Tout comme pour le mariage, ces nouveaux comportements jouent un rôle de régulateur, mais avec pour conséquence de mettre un grand nombre de lignages face à l’éventualité de leur extinction biologique si le renouvellement des générations n’est plus convenablement assuré. Cyril Grange affirme d’ailleurs que « la baisse de l’effectif et de la part relative des populations nobles (…) est telle que l’on peut parler d’une extinction progressive de la classe nobiliaire européenne au cours du XVIIIe siècle. Jean Meyer estime à près d’un tiers la chute de ses effectifs entre 1750 et 1815 »63.

LA DIFFICULTÉ DE CONCILIER BAISSE DE LA FÉCONDITÉ ET PÉRENNITÉ DES LIGNAGES

42Toutefois, il ne faut pas tirer des conclusions hâtives de l’étude de la fécondité des nobles au XVIIIe siècle car, à une époque où les progrès médicaux sont très lents et où les populations restent largement désarmées devant la maladie, le taux de reproduction dépend très largement de la part des nouveau-nés atteignant réellement l’âge adulte. Or, dans ce domaine, il semblerait que les rejetons de familles nobles résistent mieux aux pathologies couramment observées lors de l’accouchement et de la petite enfance, ce qui atténue peut-être les effets d’un malthusianisme précoce.

DES ENFANTS MOINS EXPOSÉS AU RISQUE DE MOURIR JEUNES QUE DANS D’AUTRES CATÉGORIES SOCIALES

  • 64 J. Houdaille, « La mortalité des enfants dans la France rurale de 1690 à 1779 », Population, janvi (...)

43En démographie historique, l’étude de la mortalité infantile et de tous les enfants âgés de moins de 15 ans a toujours été très délicate à cause de la mauvaise qualité de l’enregistrement dans les registres paroissiaux. Selon Jacques Houdaille, entre 1750 et 1779, la proportion des décès non enregistrés serait de 45 à 48 % dans le Sud et de 15 % à 19 % dans le Nord de la France64. C’est en grande partie la raison pour laquelle nous sommes si mal renseignés sur le niveau réel de la mortalité des enfants, d’autant plus que les approches généalogiques ne permettent presque jamais d’établir des statistiques sérieuses dans ce domaine.

  • 65 M. Gresset, ouvrage cité, p. 503.

44Lors de son étude sur le milieu judiciaire bisontin, Maurice Gresset s’est intéressé au destin des enfants de la noblesse parlementaire65 : ils seraient 21,95 % à ne pas atteindre leur premier anniversaire et 14,58 % mouraient entre un et quinze ans, soit au total 36,53 % des nouveau-nés. Un tiers de la descendance des parlementaires mourait ainsi en bas âge, ce qui est assez loin des deux enfants nécessaires pour obtenir un adulte à la génération suivante dont parlait Pierre Goubert pour le Beauvaisis. Quoi qu’il en soit, même si beaucoup d’enfants meurent avant un an dans le milieu pourtant fortuné des parlementaires, les indices restent sensiblement inférieurs à ceux observés dans le reste de la population française, malgré la pratique généralisée de la mise en nourrice. Mais, bien que cet élevage mercenaire soit parfois à l’origine du destin tragique de l’enfant, n’oublions pas que ces familles ont les moyens de concilier nourrissage et survie de leur progéniture. Tout en restant un facteur mortifère important, le placement en nourrice des enfants nobles provoque probablement moins de dégâts que dans les catégories sociales n’appartenant pas aux élites.

  • 66 M. Gresset, ouvrage cité, p. 509.

45En outre, pour revenir à Besançon, il semblerait que l’on assiste à une chute assez forte de la mortalité infantile au XVIIIe siècle. Selon Maurice Gresset, pour les nouveau-nés de familles parlementaires, on partirait de 23,91 % en 1692-1715 pour atteindre 17,24 % en 1771-179066. Globalement, la mortalité des enfants passerait de 40 % au début du XVIIIe siècle à près de 30 % à la veille de la Révolution française, ce qui aurait bien entendu des conséquences sur le taux de reproduction réel des couples. Avec une moyenne de sept enfants par famille jusque vers 1740, on obtiendrait environ quatre adultes survivants à la génération suivante. En revanche, en 1771-1790, les 3,2 naissances constatées en moyenne chez les parlementaires ne permettraient au mieux de n’avoir que deux enfants encore en vie à leur quinzième anniversaire. Le renouvellement des générations n’est alors sans doute plus assuré, ce qui doit avoir des conséquences sur le devenir des lignages dont certains s’éteignent car ils n’ont pas de descendance, beaucoup tombant aussi en quenouille quand ils n’ont que des filles à marier.

46Si l’on tente de généraliser l’exemple bisontin, la baisse de la fécondité aurait donc eu pour objectif d’ajuster la taille de la descendance à la survie d’un plus grand nombre d’enfants mais aussi, et peut-être surtout, de limiter le nombre d’héritiers potentiels dans le but de ne pas émietter les patrimoines au fil des successions. D’ailleurs, Philippe Loupès pour Bordeaux comme Jean-Pierre Bardet pour Rouen constatent une baisse des vocations religieuses dans ces deux villes à partir de 1750. Pour ce qui concerne les familles nobles, habituées à encourager l’engagement des cadets pour servir Dieu, cette chute pourrait avoir pour cause la réduction de la taille des descendances utiles, c’est-à-dire du nombre d’adultes capables de donner naissance à une nouvelle génération.

  • 67 S. Minvielle, ouvrage cité, p. 620-626.

47Malheureusement, il est difficile de s’étendre davantage sur le problème du destin des enfants des couples de la noblesse car les études disponibles ne sont pas nombreuses. Nous pouvons toutefois nous arrêter à nouveau sur les comportements du second ordre bordelais. Bien que les taux qui vont suivre ne soient que des approximations67, deux observations s’imposent. La première est que, pour la période de naissance 1770-1789, le taux de mortalité infantile serait inférieur à celui que l’on rencontre habituellement dans d’autres régions, ce qui caractérise souvent les populations du Sud-Ouest de la France. Alors que le taux de mortalité infantile serait de 226 pour mille pour l’ensemble des élites bordelaises de la fin du XVIIIe siècle, il n’atteindrait que 178 pour mille dans la noblesse de la ville et 136 pour mille dans les familles des membres du parlement. Le niveau social a donc une influence directe sur le destin des nouveau-nés, ce qui conforte aussi l’idée selon laquelle la baisse de la fécondité des nobles verrait ses effets limités par la moindre exposition des enfants au risque de mourir avant l’âge adulte. Dans la noblesse bordelaise, environ 70 % des nouveau-nés seraient encore en vie à 15 ans, et même plus de 75 % pour les seules familles siégeant au parlement. Ainsi, dans les années 1780, quand les couples nobles de la capitale de la Guyenne n’ont plus en moyenne que trois enfants, ils en auraient un peu plus de deux célébrant leur quinzième anniversaire. Toutefois, compte tenu du très fort sous-enregistrement des décès d’enfants et de l’incapacité de corriger efficacement les taux apparents, il est très probable que la mortalité entre un et quinze ans soit plus élevée, empêchant un renouvellement convenable des générations.

  • 68 Joseph Lamouroux est le fils unique de Jean Lamouroux, écuyer, et de Marie Anne Pichon.
  • 69 Marie Thérèse Elisabeth Bouchereau est le seul enfant survivant de Guillaume Ignace Boucherau, pré (...)

48On comprend alors aisément que les taux de mortalité, même s’ils ne sont pas catastrophiques, suffisent pour remettre en cause la pérennité des familles comme le montrent les exemples suivants. Gabriel Barthélémy Basterot, conseiller au parlement, épouse le 15 janvier 1747 Marie Daugeard. Ils ont eu cinq enfants, trois sont morts en bas âge, il ne leur reste et au mieux que deux filles à l’âge adulte, la première ayant été mariée et la seconde étant de destin indéterminé, ce qui signifie qu’elle est peut-être morte avant quinze ans. Une fécondité assez faible, conjuguée à une forte mortalité des enfants, fait donc tomber cette famille en quenouille. La situation est même encore plus grave pour Joseph Lamouroux, également conseiller au parlement, qui épouse le 22 février 1786 Marie Thérèse Elisabeth Bouchereau. Seulement deux enfants naissent de cette union. Il s’agit de Guillaume Ignace, né le 15 décembre 1786 et décédé le 25 décembre 1786, et de Guillaume, venu au monde le 19 novembre 1787 et mort le 1er avril 1791. Ce couple n’a donc aucune postérité, Joseph étant en outre fils unique68 et Marie Thérèse la dernière héritière de sa famille69.

49La mortalité des enfants, qui est un régulateur puissant de la fécondité des couples, joue un rôle plus important quand la taille des fratries est réduite et, plus on avance dans le XVIIIe siècle, plus les facteurs favorisant la disparition d’un grand nombre de familles nobles se multiplient, même s’ils ne commencent sans doute à poser des problèmes sérieux qu’au moment où éclate la Révolution française.

DES ADULTES À LA LONGÉVITÉ PLUS IMPORTANTE

  • 70 M. Gresset, ouvrage cité, p. 195.
  • 71 J.-F. Solnon, ouvrage cité, p. 238 : 75 ans en 1772-1790.

50Le niveau de mortalité des enfants nobles limite sans doute les effets dévastateurs de la baisse de la fécondité, mais la pérennité des lignages est aussi favorisée par la longévité des adultes. En effet, pour ceux qui ont réussi à survivre aux pathologies de la naissance et de la petite enfance, la probabilité de mourir vieux ou très vieux est très élevée, beaucoup plus que dans les populations qui n’appartiennent pas aux élites. Au parlement de Besançon, les magistrats jouissent d’une longévité tout à fait exceptionnelle pour l’époque : l’âge moyen au décès des présidents est d’un peu plus de 72 ans, contre 70 ans pour les conseillers ; un quart des premiers et un cinquième des seconds fêtent au moins leur quatre-vingtième anniversaire. À titre de comparaison, les officiers des juridictions inférieures bisontines meurent en moyenne aux alentours de 69 ans, à 64 ans quand ce sont des notaires70, mais entre 70 et 75 ans quand il s’agit des secrétaires du Roi71.

  • 72 J. Dupâquier (dir.), ouvrage cité, p. 238.
  • 73 Ibidem, p. 236.
  • 74 J.-P. Bardet, ouvrage cité, p. 373.

51Même quand la faible fécondité des couples menace la pérennité de certains lignages, la longévité des adultes retarde bien souvent de quelques années la terrible échéance, comme on le constate aussi à Bordeaux. Dans cette ville, l’espérance de vie des nobles est de 46 ans à 20 ans, de 33 ans à 40 ans et de 20 à 60 ans, soit un niveau nettement supérieur à celui obtenu pour l’ensemble de la population française en 1740-1789 (36,5 ans72), mais qui n’est pas exceptionnel pour les élites. À quarante ans, l’espérance de vie des nobles de robe parisiens est de 28,1 ans ; elle est de 26,9 ans pour les évêques, de 26,3 ans pour les chevaliers du Saint-Esprit, contre 28,64 ans pour les élites bordelaises73. Il faut dire que l’aisance matérielle permet de fuir une menace de contagion, de pouvoir se nourrir quand la disette menace ou de mieux se soigner en cas de maladie, ce qui explique que les élites aient une espérance de vie plus élevée que le reste de la population. Les données présentées par Jean-Pierre Bardet pour le Rouen de la seconde moitié du XVIIIe siècle vont d’ailleurs tout à fait dans ce sens : à quinze ans, l’espérance de vie des notables rouennais est de 43,5 ans74, contre 43,81 ans pour les membres des élites bordelaises mariés entre 1700 et 1749. Cette parenté de comportement n’est aucunement le fruit du hasard ; elle reflète la condition sociale très proche de ces deux populations.

  • 75 S. Minvielle, ouvrage cité, p. 734.

52De même manière qu’à Besançon, beaucoup de parlementaires bordelais meurent à des âges très avancés. Plus de 45 % trépassent à au moins 65 ans contre moins de 15 % avant 45 ans, et ces pourcentages étant à peu près identiques pour leurs épouses, même si l’on observe une certaine surmortalité féminine jusque vers 45 ans, essentiellement à cause du risque élevé de mort en couches. Même si les nobles ne restent pas à l’écart des mouvements saisonniers irréguliers de la mortalité, avec des pics automnaux dans l’enregistrement des sépultures par les prêtres, et bien qu’ils développent des pathologies particulières liées à leur niveau de vie, comme des troubles neurologiques ou neuro-vasculaires75, ils se distinguent du reste de la population par une plus grande résistance, celle-ci jouant certainement un rôle majeur pour atténuer la fragilité croissante de lignages minés par des pratiques contaceptives.

UN RENOUVELLEMENT IMPORTANT DES FAMILLES NOBLES

  • 76 M.-C. Archelaco, Du parlement à l’Académie, François de Lamontaigne : un chroniqueur sous la Révol (...)
  • 77 Voir M. Figeac, ouvrage cité, p. 236-240.

53Il convient enfin de confronter les effets contrastés de la réduction de la taille des descendances et d’une relative immunité des individus face aux effets parfois catastrophiques de la mortalité. Certains nobles sont tout à fait conscients que l’extinction biologique menace de nombreux lignages, comme le montrent, dans le Bordeaux de la seconde moitié du XVIIIe siècle, les écrits du conseiller au parlement Lamontaigne76. À cette époque, les descendances nombreuses ont presque totalement disparu. On ne trouve que Madame Duroy, une épouse de parlementaire qui, le 25 novembre 1761, accouche de son septième enfant qui est le cinquième de ceux qui sont encore en vie. En revanche, le chroniqueur insiste davantage sur la difficulté de nombreux couples à avoir une descendance à cause de troubles physiologiques ou parce qu’ils souhaitent réduire volontairement leur fécondité77. Le 21 mars 1760, il rapporte par exemple la fausse couche de Madame de Secondat, belle-fille de Montesquieu, qui se blesse d’une fille : « Elle était enceinte de 4 à 5 mois, et ce fut pour cette maison un grand sujet d’affliction. Monsieur de Secondat n’avait qu’un fils unique, de 11 à 12 ans », qui était lui-même né après neuf ans de mariage. Le 22 juin 1761, c’est au tour des problèmes de la famille de Gourgues d’être évoqués : « Madame de Gourgues Thouars accoucha très heureusement d’un garçon. Cet événement mit d’autant plus de joie dans la famille de Gourgues qu’elle se croyait sur le point de s’éteindre, Monsieur le président n’ayant point d’enfants ni, qui pis est, espérance d’en avoir (…). Monsieur Dulyon, père de Madame de Thouars, était dans le cas aussi de ne se voir point de successeurs et il se voyait renaître dans son petit-fils ». Malheureusement pour eux, le nouveau-né meurt le 6 juillet suivant « tout gangrené, ce qui augure mal pour la suite. (…) Autant la joie avait été grande à la naissance de cet enfant, autant la douleur fut vive à sa mort ».

  • 78 C. Le Mao, Vivre en Bordelais au temps de Labat de Savignac (1708-1720), Bordeaux, Université de B (...)
  • 79 Ces données ont été obtenues à partir de l’analyse transversale de la fécondité. La descendance th (...)

54Par ailleurs, les familles dont un membre meurt sans aucun descendant direct sont très nombreuses. Le 19 octobre 1757, Monsieur le président de La Tresne perd son fils unique, « le seul rejeton de la famille ». Le 18 août 1761, Monsieur de Monferrand, époux de Mademoiselle Du Hamel, meurt à 57 ans d’une « petite vérole ayant mal tourné. Son nom fut éteint par la mort. Il ne laisse aucune postérité ». Onze jours après, sa femme le rejoint dans la tombe. Le 10 avril 1766, Madame Lascombes, femme de conseiller au parlement, meurt « sans laisser d’enfant ». De même, le 28 mars 1767, meurt Pierre François Lassalle Roquefort, chevalier d’honneur au parlement, « très riche et sans enfant ». L’exploitation qualitative des sources du for privé corrobore sur ce point l’étude quantitative des comportements des familles de la noblesse bordelaise. À l’époque de Labat de Savignac78, ces dernières avaient en moyenne plus de cinq enfants, contre à peine trois dans les années 1780, à l’époque de la fin de la rédaction de la Chronique bordelaise de Lamontaigne79.

  • 80 M. Cubells, ouvrage cité, p. 34.

55Par ailleurs, les vieilles familles nobles sont donc de plus en plus rares. Pour la ville d’Aix, Monique Cubells démontre d’ailleurs que seulement près de 10 % des lignages appartiennent au second ordre depuis au moins le milieu du XVIe siècle, contre 41,4 % dont la noblesse est postérieure à 1673 pour les familles parlementaires et 42,7 % dont la noblesse a été acquise entre 1550 et 1673 pour les familles non parlementaires80. Un très grand nombre d’individus ne peut donc revendiquer que quelques générations d’ancêtres nobles, ce qui est la conséquence de l’extinction de nombreux lignages à chaque génération et de l’anoblissement de roturiers pour lettres ou achats de charge.

Ancienneté de la noblesse parlementaire et non parlementaire d’Aix au XVIIIe siècle

Familles non parlementaires

Familles parlementaires

Avant 1550

12,8 %

9,09 %

Entre 1550 et 1673

29,49 %

42,7 %

Après 1673

41,4 %

32,7 %

Noblesse commencée

10,6 %

8,1 %

Imprécis

5,5 %

7,2 %

  • 81 T.H. Hollingsworth, « A Demographic Study of The British Ducal Families », Population in History, (...)
  • 82 Pour le patriciat milanais, en fonction de la date de naissance du mari, Dante Zanetti observe une (...)
  • 83 Les données publiées par Louis Henry pour la bourgeoisie de Genève partent de 6,9 enfants en 1600- (...)

56Pour terminer, soulignons que même si de nombreux comportements démographiques de la noblesse française du XVIIIe siècle sont communs à toutes les élites du royaume, c’est surtout l’évolution de la fécondité qui crée dans ce domaine une identité nobiliaire, la chute précoce des descendances étant une originalité progressivement copiée par des franges toujours plus nombreuses de la population. Cette évolution existe d’ailleurs à la même époque dans d’autres noblesses européennes, comme en Angleterre81, dans certaines villes italiennes82 ou à Genève83. Il faut donc y voir un modèle démographique particulier, une expression de la modernité des comportements d’une population que l’on a l’habitude de décrire comme respectueuse de la coutume et de la morale religieuse. La nécessité de concilier au mieux la pérennité du lignage et la préservation du patrimoine, tout en ne négligeant pas l’influence des idées des Lumières, constitue un profond vecteur de changement dans une noblesse française qui a donc perdu une grande partie de sa vitalité démographique bien avant le début de la Révolution française.

  • 84 M. Figeac, ouvrage cité, p. 711.
  • 85 C. Grange, article cité, p. 245 : en 1925-1929, l’indice national de fécondité légitime est de 2,5 (...)

57Cette faiblesse n’est toutefois pas une donnée acquise de façon durable. Même si les tourments politiques et le renouvellement profond des contours de l’ordre ébranlent considérablement la population noble à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, celle-ci est aussi capable de modifier ses comportements démographiques pour retrouver un certain dynamisme. Celui-ci n’est pas perceptible dans la noblesse bordelaise de la première moitié du XIXe siècle, puisque Michel Figeac estime que les familles nobles ont eu 2,84 enfants entre 1800 et 1850, soit un niveau très proche de celui obtenu pour la période 1750-1799 (3,29 enfants)84. Mais cette situation contraste avec celle décrite par Cyril Grange pour la noblesse française du XXe siècle. En effet, à partir des individus mentionnés dans le Bottin Mondain, il affirme que cette catégorie sociale a toujours eu un rôle précurseur dans les changements de tendance, tant au XVIIIe siècle lors de la chute de la fécondité que deux siècles plus tard quand la taille moyenne des descendances des couples nobles est supérieure de près d’un point à la moyenne nationale85. Les comportements démographiques de la noblesse sont donc bien un moyen d’affirmer sa différence et une certaine identité par rapport au reste de la population et, depuis quelques décennies, cette relative hyperfécondité est indispensable pour empêcher la disparition complète des familles nobles.

Notes

1 C. Grange, « La fécondité de la noblesse française au XXe siècle », Les systèmes démographiques du passé, Lyon, 1996, p. 241-259.

2 Elle fut mise au point par le démographe Louis Henry : L. Henry, A. Blum, Techniques d’analyse en démographie historique, Paris, INED, 1988.

3 À l’exemple de l’étude de la population de Crulai : E. Gautier, L. Henry, La population de Crulai, paroisse normande. Étude historique, Paris, INED, 1958.

4 L. Henry, C. Levy, « Ducs et pairs sous l’Ancien Régime, caractéristiques démographiques d’une caste », Population, 1960, p. 807-830.

5 M. Gresset, Gens de justice à Besançon, de la conquête par Louis XIV à la Révolution française (1674-1789), Paris, Bibliothèque Nationale, 1978, ou M. Cubells, La Provence des Lumières : les parlementaires d’Aix au XVIIIe siècle, Paris, Maloine, 1984.

6 M. Nassiet, Noblesse et pauvreté, la petite noblesse en Bretagne (XVe-XVIIIe siècles), Bannalec, SHAB, 1993, ou M. Sardet, La petite noblesse ardennaise aux XVIIe et XVIIIe siècles. Approche socio-démographique (1650-1789), thèse dactylographiée, Université Paris IV-Sorbonne, 1997.

7 C’est la méthode choisie en particulier par Michel Figeac ou Jacques Houdaille. Voir M. Figeac, Destins de la noblesse bordelaise (1770-1830), Bordeaux, FHSO, 1996, ou J. Houdaille, « La noblesse française (1600-1900) », Population, 1989, 3, p. 501-513.

8 Elle est englobée dans celle, plus large, des élites ayant vécu dans la capitale de la Guyenne au XVIIIe siècle. Voir S. Minvielle, Les comportements démographiques des élites bordelaises au XVIIIe siècle, Bordeaux, thèse dactylographiée, 2003. Au total, notre plongée dans les sources bordelaises a permis d’accumuler une documentation très importante et rassemblée dans un fichier, nommé ELIBOR, qui a été constitué grâce au logiciel CASOAR du professeur Jean-Pierre Bardet. Il est composé de 78 773 actes, dont 9 585 actes de mariage (15 % des mariages bordelais entre 1737 et 1792), 42 643 actes de baptême et 26 545 actes de sépulture.

9 L. Bourquin, La noblesse dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Belin, 2002, p. 95-122.

10 A. Fillon, Les trois bagues au doigt. Amours villageoises au XVIIIe siècle, Paris, Laffont, 1989.

11 Voir S. Minvielle, « Le maintien tardif d’un système traditionnel de régulation de la population : un village béarnais au début du XIXe siècle », Histoire, Économie et Société, 2002, 3, p. 323-340.

12 En démographie, le célibat définitif caractérise les personnes mortes sans alliance à 50 ans ou plus. Voir L. Henry, A. Blum, ouvrage cité, p. 48.

13 M. Figeac, ouvrage cité, p. 232.

14 En 1700-1749, 34,55 % pour les hommes et 33,04 % pour les femmes ; en 1750-1799, 31,69 % pour les hommes et 33,76 % pour les femmes.

15 L. Henry, J. Houdaille, « Célibat et âge au mariage aux XVIIIe et XIXe siècles en France », Population, 1973, 4-5, p. 873-923. En 1660-1664, le célibat définitif concerne 3,9 % des hommes et 7 % des femmes, puis respectivement 8,9 % et 8,5 % en 1720-1724 et 8,5 % et 11,5 % en 1765-1769.

16 L. Henry, C. Levy, article cité, p. 812-813.

17 M. Nassiet, ouvrage cité, p. 265.

18 J. Houdaille, article cité, p. 503-504 : vers 1715, 25 % des hommes d’une génération sont célibataires et 15 % sont des religieux alors que, pour les femmes, on obtient 3 % de célibataires et 18 % de religieuses ; vers 1740, 21 % des hommes sont célibataires et 11 % sont des religieux, contre 7 % de femmes célibataires et 10 % de religieuses.

19 Dont plus de 80 % appartenant au clergé séculier.

20 M. Cubells, ouvrage cité, p. 62-63.

21 M. Cubells, ouvrage cité, p. 374.

22 M. Gresset, ouvrage cité, p. 499. Toujours pour Besançon, J.-F. Solnon obtient 4,4 % de célibataires parmi les secrétaires du Roi. Voir J.-F. Solnon, 215 bourgeois gentilshommes au XVIIIe siècle, les secrétaires du Roi à Besançon, Paris, Les Belles Lettres, 1980, p. 241.

23 Résultat obtenu grâce à la combinaison des méthodes de correction par la répétition des prénoms et par les intervalles entre les naissances.

24 L. Henry, C. Levy, article cité. Jacques Houdaille est le seul à proposer une évolution similaire, les nobles qu’il étudie convolant entre 30 et 32 ans avant 1740 et à un peu plus de 27 ans à la fin de l’Ancien Régime, leurs femmes ayant en moyenne entre 22 et 23 ans sur la même période. Voir J. Houdaille, article cité, p. 507.

25 J. Dupâquier (dir.), Histoire de la population française, tome 2, Paris, PUF, 1989.

26 S. Beauvalet-Boutouyrie, La démographie de l’époque moderne, Paris, Belin, 1999, p. 119.

27 À Rouen, l’âge moyen au premier mariage est de 32 à 33 ans pour les notables, et d’environ 25 ans pour leurs femmes, contre respectivement 27 et 26,2 ans pour les ouvriers et leurs épouses. Voir J.-P. Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles, les mutations d’un espace social, 2 volumes, Paris, SEDES, 1983, p. 255.

28 M. Cubells, ouvrage cité, p. 375.

29 O. Chaline, Godart de Belbeuf. Le Parlement, le Roi et les Normands, Luneray, Bertout, 1996, p. 112 : les parlementaires se marient à 29,7 ans au XVIIe siècle et à 30,6 ans au siècle suivant.

30 S. Minvielle, ouvrage cité, p. 690.

31 M. Gresset, ouvrage cité, p. 511.

32 O. Chaline, ouvrage cité, p. 112.

33 S. Minvielle, ouvrage cité, p. 210. Cette moyenne est très proche de celle proposée par Michel Figeac pour la même ville à partir de sources essentiellement généalogiques : 29,3 ans en 1650-1699, 33,4 ans en 1740-1749 et 32,9 ans en 1750-1799. Voir M. Figeac, ouvrage cité, p. 232.

34 S. Minvielle, « Les remariages nobles à Bordeaux au XVIIIe siècle », dans La noblesse de la fin du XVIe au début du XXe siècle, un modèle social ?, Anglet, Atlantica, 2002, p. 109-132.

35 S. Minvielle, ouvrage cité, p. 234. Michel Figeac obtient dans ce cas des moyennes un peu plus faibles : 21,9 ans en 1650-1699, 24,3 ans en 1700-1749 et 22,1 ans en 1750-1799. Voir M. Figeac, ouvrage cité, p. 232.

36 M. Nassiet, ouvrage cité, p. 267.

37 M. Sardet, ouvrage cité, p. 256-257. Michel Sardet n’établit ses moyennes qu’à partir des âges exacts, c’est-à-dire seulement pour les époux dont les sources généalogiques qu’il utilise mentionnent la date du baptême.

38 S. Minvielle, ouvrage cité, p. 184-201.

39 S. Minvielle, « Les femmes mariées très jeunes à Bordeaux au XVIIIe siècle », Le rôle des femmes dans les mutations socio-économiques des deux côtés des Pyrénées, Journée d’étude organisée en octobre 2003 à Pampelune par Antoinette Fauve-Chamoux, actes à paraître.

40 G. Chaussinand-Nogaret, La noblesse au XVIIIe siècle, Paris, Complexe, 1984, p. 163-164.

41 M. Marraud, La noblesse de Paris au XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 2000, p. 178-179 : « le mariage est avant tout un moyen privilégié de s’insérer dans un réseau de subsistance, voire de directement le construire. (…) [Il] ne peut donc se réduire à un acte gratuit, ni même intime. L’union nouvelle jouit souvent d’une publicité qu’il est d’autant plus difficile d’étouffer qu’elle concerne des milieux naturellement portés sur le devant de la scène publique (…). Après les familles, c’est la Cour, les pairs, l’opinion qui jugent de la qualité des alliances ».

42 M. Cubells, ouvrage cité, p. 76.

43 M. Figeac, ouvrage cité, p. 247 : « les mariages à l’intérieur du milieu parlementaire, [unissant] deux familles arrivées au faîte de la hiérarchie, semblent encore être l’une des solutions les plus prisées. Nombreux furent ceux qui suivirent l’exemple du conseiller Jean André de Meslon qui choisit la fille de son collègue Michel de Gourgue, président aux Enquêtes, le 12 septembre 1789 ».

44 D. Bège, Une compagnie à la recherche de sa raison d’être : la Cour des Aides de Guyenne et ses magistrats (1553-1790), 3 volumes, Paris, 1974, thèse dactylographiée.

45 M. Nassiet, ouvrage cité, p. 292.

46 Il existe des différences de comportements à l’intérieur de la noblesse bordelaise, mais nous ne les développerons pas ici. Voir S. Minvielle, ouvrage cité, p. 197.

47 Cité dans M. Figeac, ouvrage cité, p. 246 : Mariés le 22 février, Claude Richon, conseiller au parlement, né le 7 avril 1723, et Catherine Rosalie Seignoret, fille de négociant, née le 24 juillet 1748, ont un enfant six mois après leurs noces, le 28 juin 1784.

48 P. Butel, ouvrage cité, p. 224.

49 J.-P. Bardet, ouvrage cité.

50 L. Henry, C. Lévy, article cité.

51 J. Dupâquier (direction), ouvrage cité, p. 391.

52 Voir S. Beauvalet-Boutouyrie, ouvrage cité, p. 212.

53 Pour la population de Crulai, E. Gautier et L. Henry obtiennent en 1674-1742 des taux de fécondité de 324 pour mille à 15-19 ans, de 428 pour mille à 20-24 ans, de 431 pour mille à 25-29 ans, de 359 pour mille à 30-34 ans, de 319 pour mille à 35-39 ans, de 119 pour mille à 40-44 ans et de 10 mille à 45-49 ans en 1674-1742. Voir E. Gautier, L. Henry, La population de Crulai, paroisse normande. Étude historique, Paris, INED, 1958, p. 98.

54 En effet, on observe au XVIIIe siècle une hausse de l’âge au mariage des femmes qui participe au mouvement de recul de la fécondité, notamment dans un contexte de maîtrise encore imparfaite des « funestes secrets ». À Crulai, l’âge au mariage des femmes passe ainsi de 25,1 ans en 1674-1742 à 26,8 ans en 1770-1789. Voir E. Gautier, L. Henry, ouvrage cité.

55 M. Gresset, ouvrage cité, p. 499-500 et p. 510. Parmi les familles de parlementaires, 6,48 % restent sans enfants, 59,25 % en ont entre 4 et 10, 18,51 % en ont plus de 10. Par rapport aux parlementaires, les huissiers bisontins ont moins d’enfants (4,9) et le tournant contraceptif intervient plus tardivement, dans les deux dernières décennies de l’Ancien Régime.

56 À Bordeaux, nous avons ainsi démontré que les négociants ne limitent volontairement leur fécondité qu’à partir des années 1770 (S. Minvielle, ouvrage cité, p. 543-580). Pour les campagnes françaises, certains chercheurs, comme l’américain David Weir, remettent même en cause l’existence d’un malthusianisme avant le début de la Révolution française (D. Weir, Fertility Transition in Rural France (1740-1829), 1983).

57 À Aix, Monique Cubells ne donne pas le nombre total d’enfants par couple. Elle ne tient compte que de ceux qui sont parvenus à l’âge adulte (3,88 avant 1701, puis 3,49 en 1701-1730, 2,3 en 1731-1760 et 3,5 pour l’ensemble du XVIIIe siècle). Toutefois, en considérant que 35 % des nouveau-nés n’atteignent pas leur quinzième anniversaire, on peut déduire la descendance réelle des familles parlementaires. Voir M. Cubells, ouvrage cité, p. 375.

58 Descendance théorique calculée à partir de l’analyse transversale de la fécondité par âge.

59 S. Minvielle, ouvrage cité, p. 523.

60 J.-P. Bardet, ouvrage cité, p. 271.

61 M. Nassiet, ouvrage cité, p. 262-264.

62 M. Sardet, ouvrage cité, p. 229-289.

63 C. Grange, article cité, p. 243. Voir aussi J. Meyer, Noblesse et pouvoir dans l’Europe d’Ancien Régime, Paris, Hachette, 1973.

64 J. Houdaille, « La mortalité des enfants dans la France rurale de 1690 à 1779 », Population, janvier-février 1984, p. 77-104.

65 M. Gresset, ouvrage cité, p. 503.

66 M. Gresset, ouvrage cité, p. 509.

67 S. Minvielle, ouvrage cité, p. 620-626.

68 Joseph Lamouroux est le fils unique de Jean Lamouroux, écuyer, et de Marie Anne Pichon.

69 Marie Thérèse Elisabeth Bouchereau est le seul enfant survivant de Guillaume Ignace Boucherau, président au bureau des finances, et de Catherine Martin de Montsec.

70 M. Gresset, ouvrage cité, p. 195.

71 J.-F. Solnon, ouvrage cité, p. 238 : 75 ans en 1772-1790.

72 J. Dupâquier (dir.), ouvrage cité, p. 238.

73 Ibidem, p. 236.

74 J.-P. Bardet, ouvrage cité, p. 373.

75 S. Minvielle, ouvrage cité, p. 734.

76 M.-C. Archelaco, Du parlement à l’Académie, François de Lamontaigne : un chroniqueur sous la Révolution, Bordeaux, TER dactylographié, 1997.

77 Voir M. Figeac, ouvrage cité, p. 236-240.

78 C. Le Mao, Vivre en Bordelais au temps de Labat de Savignac (1708-1720), Bordeaux, Université de Bordeaux 3, TER, 1998, dactylographié.

79 Ces données ont été obtenues à partir de l’analyse transversale de la fécondité. La descendance théorique ne correspond pas au nombre moyen d’enfants par couple, mais à celui qu’un couple peut espérer avoir quand les deux conjoints sont encore en vie au moment du quarante-cinquième anniversaire de l’épouse. Voir J. Dupâquier (dir.), ouvrage cité, p. 361.

80 M. Cubells, ouvrage cité, p. 34.

81 T.H. Hollingsworth, « A Demographic Study of The British Ducal Families », Population in History, 1965, p. 354-378. En outre, reprenant les travaux de L. Stone, Michel Figeac écrit que, en Angleterre, « 19 % des mariages entre 1540 et 1660 ne laissèrent pas d’enfants, 29 % n’eurent que des filles. Environ 40 % des familles disparaissent à chaque siècle. Sur cinquante-deux pairies crées par Jacques Ier entre 1603 et 1625, dix-sept seulement sont encore représentées en 1802 en ligne mâle. M. Figeac, ouvrage cité, p. 237, à partir des travaux de L. Stone, The Crisis of the Aristocracy, 1558-1641, Oxford, 1965.

82 Pour le patriciat milanais, en fonction de la date de naissance du mari, Dante Zanetti observe une chute précoce de la fécondité : 6,5 enfants en 1600-1649, 4,9 en 1650-1699, 3,9 en 1700-1749, 3,5 en 1750-1799, 3,2 en 1800-1849 et 2,3 en 1850-1899. Voir D. Zanetti, La demografia del patriziato milanese nei secoli XVII, XVIII, XIX, Université de Pavie, 1972.

83 Les données publiées par Louis Henry pour la bourgeoisie de Genève partent de 6,9 enfants en 1600-1649 pour atteindre ensuite 3,9 en 1650-1699, 2,0 en 1700-1749 et 2,2 en 1750-1799. Voir L. Henry, Anciennes familles genevoises. Étude démographique, XVIe-XXe siècles, Paris, INED, 1956.

84 M. Figeac, ouvrage cité, p. 711.

85 C. Grange, article cité, p. 245 : en 1925-1929, l’indice national de fécondité légitime est de 2,51 enfants, contre 3,25 pour la noblesse. En 1970-1974, ces données sont respectivement de 2,11 et 3,17.

Table des illustrations

Titre Combinaisons matrimoniales dans les couples des élites bordelaises au XVIIIe siècle, issues de la comparaison entre la condition ou la profession portée dans l’acte de mariage pour l’époux (lignes) et pour son beau-père (colonnes)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17788/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Comparaison entre les taux de fécondité calculés pour les familles de ducs et pairs et pour celles de Crulai
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17788/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Comparaison des taux de fécondité de la noblesse bordelaise et des ducs et pairs au XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17788/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Descendance théorique des couples de la noblesse bordelaise au XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17788/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Comparaison entre les taux de fécondité de la noblesse bordelaise et de la petite noblesse ardennaise au XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17788/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Indices de fécondité dans les familles de la petite noblesse ardennaise en fonction de l’âge au mariage de l’épouse
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17788/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540