Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre IV - La noblesse dans la sphère privée

Les mariages entre l’aristocratie et la noblesse française et polonaise au xviie siècle. Le problème d’égalité sociale des époux

Igor Kraszewski

Texte intégral

  • 1 L. Bély, La société des princes. XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Fayard, 1999.
  • 2 On peut évoquer plusieurs exemples de mariages inégaux au sort plus au moins brillant. Rappelons l (...)

1En Europe, dans le processus d’« échange des élites », on ne peut trouver un moyen d’intégration plus efficace que les épousailles. Ce phénomène existait depuis longtemps dans le milieu dynastique et s’exprimait notamment dans la notion de « famille des Rois ». Récemment, pour l’époque moderne, celle-ci a été analysée par Lucien Bély dans La société des princes1, mais le même problème existe dans toutes les familles nobles, particulièrement celles de la haute noblesse, qu’on appellera ici l’aristocratie. D’ailleurs, les deux systèmes (dynastique et nobilio-aristocratique) se mêlaient, les mariages trop inégaux, habituellement qualifiés de morganatiques, étant souvent condamnés2. Le phénomène d’un milieu aristocratique unifiant les nations, les confessions et les coutumes fut bien remarqué au XIXe siècle et ensuite popularisé par les belles lettres ou par les mémoires (Marcel Proust, Jean d’Ormesson, Marie Czapska). On peut alors se demander quand et comment ce système a commencé, ce qui est le principal intérêt de cette étude sur les mariages entre des représentants des noblesses française et polonaise. Il ne s’agit pas ici de considérer les contacts ordinaires, naturels et fréquents entre pays voisins, notamment à proximité de leurs frontières communes, mais d’analyser les relations franco-polonaises, par lesquelles on peut essayer de montrer les traits caractéristiques de l’apparition et du développement d’un « échange des élites ».

2Un tel sujet soulève plusieurs questions importantes sur les conjoints et les causes des unions, en particulier en ce qui concerne la culture, la politique, la religion, la guerre ou la mode. Dans le cadre étroit de cette communication, il est impossible de toutes les aborder. Nous avons décidé de privilégier le moment où ces relations commencent à se fixer, au XVIIe siècle et surtout après 1650.

QUAND ?

  • 3 W. Dworzaczek, Genealogia, Warszawa, 1959, tome II, tabl. 119. Il y a encore le mariage de Marie d (...)
  • 4 Pour les détails voir infra.
  • 5 M. Wagner, Kadra oficerska armii koronnej w drugiej połowie XVII wieku, Toruń, 1995, p. 159.
  • 6 A. S. Waliszewski, « Ciświccy z Ciświcy herbu Wieniawa na Zbąszyniu, Rydzynie i Grodźcu », Gens. K (...)

3Les liens dynastiques entre les familles régnantes de Pologne et de France n’étaient jamais directs, mais se tissaient par l’intermédiaire des autres maisons souveraines. Ils existaient depuis longtemps mais, dans le cas des nobles, on les remarque fort peu avant le XVIIe siècle, le seul exemple étant le mariage conclu avant 1520 entre Jean Leszczyński († 1535) et Marie de Marcellanges3. Il y eut ensuite un mariage royal, celui de Louise-Marie de Gonzague de Clèves, désignée en Pologne sous le nom de Gonzague de Nevers, avec le roi Ladislas IV Vasa. Le mariage per procura se fit à Paris en 1645, la cérémonie en personne n’intervenant à Varsovie qu’en mars 1646. C’est vraisemblablement à cette occasion qu’un gentilhomme polonais qui faisait partie du cortège de l’ambassade polonaise, François-Hyacinthe Ciświcki, s’est marié avec Gasparde Andrault de Buy. Nous ignorons la date précise du contrat, mais il est certain que le couple s’est formé entre 1645 et 1651, probablement en France4. En 1650, une Française de la même famille, Aimée-Andrée Andrault de Buy, épousa quant à elle Jean-Casimir Krasiński, palatin de Plocko, à Varsovie. De son côté, Claire-Isabelle de Mailly-Lascaris est devenue Madame Christophe-Sigismond Pac en 1654. On peut aussi citer les deux mariages de Marie-Casimire de la Grange d’Arquien : en 1658, elle épouse Jean Zamoyski et, en 1665, Jean Sobieski, futur roi de Pologne. Avant 1670 (la date précise est inconnue), Henri de Beaulieu, un des officiers français au service du roi de Pologne, avait choisi une femme de la noblesse polonaise, Catherine Orchowska5. Vers 1671, Anne Andrault de Buy fut donnée en épouse à Martin-Casimir Borowski, châtelain de Dantzig6. La sœur de Marie-Casimire, Marie-Anne de la Grange d’Arquien, épousa en 1678 le comte Jean Wielopolski, grand chancelier de la Couronne. Plusieurs mariages furent également conclus à la fin du règne de Jean III : en 1690 Marie-Catherine de Béthune fut mariée au prince Stanislas-Casimir Radziwiłł, décédé la même année, et, dès 1691, elle donna sa main à un autre magnat de Lituanie, Alexandre-Paul Sapieha. En 1693, Jeanne de Béthune s’unit avec Jean-Stanislas Jabłonowski, palatin de Volhynie. La même année, en France, Michel-Adalbert Morsztyn, comte de Châteauvillain, épousa Marie-Thérèse d’Albert de Luynes, fille du duc de Chevreuse.

  • 7 W. Dworzaczek, ouvrage cité, tabl. 14 ; Père Anselme, Histoire Généalogique et Chronologique de la (...)
  • 8 W. Dworzaczek, ouvrage cité, tabl. 154 ; D. Schwennicke, Europäische Stammtafeln. Stammtafeln zur (...)

4La mort de Jean III en 1696 et la grande guerre du nord marquent une période d’arrêt, après laquelle les contacts matrimoniaux entre les aristocraties française et polonaise reprennent et deviennent de plus en plus fréquents, le plus célèbre mariage étant celui de Marie Leszczyńska et de Louis XV. Compte tenu de leur grand nombre et des circonstances politiques changeantes dans lesquelles ils se nouent, nous signalerons seulement que les familles ayant pratiqué des échanges matrimoniaux franco-polonais les poursuivent parfois durant plusieurs générations : par exemple, la princesse Sobieski épouse successivement deux frères de La Tour d’Auvergne (1723 et 1724)7, et une Jabłonowska un membre de la famille de La Trémoille (1730)8. Ceci dit, pour observer les circonstances et les mécanismes de ces alliances, nous nous concentrerons ici sur cinq décennies (1645-1693).

POURQUOI ?

5Une des questions primordiales pour comprendre ces mariages internationaux est de savoir dans quelles circonstances ils étaient conclus. On peut assez facilement établir quelques raisons générales, mais il est moins aisé de saisir leurs motivations personnelles. Il est évident, du point de vue chronologique, que les relations familiales entre les noblesses française et polonaise doivent beaucoup au mariage royal entre Louise-Marie et Ladislas IV. Le facteur politique joue alors un rôle important, l’option française étant parfois choisie par la cour de Varsovie. Il est intéressant de remarquer qu’à côté des mariages royaux, avec une alternance bien connue de reines autrichiennes et françaises, les méandres de la politique polonaise au XVIIe siècle se reflètent dans les mariages au sein de la noblesse, et pas exclusivement à l’intérieur de grandes familles.

  • 9 . Un bel exemple des méthodes de la Reine se trouve dans la correspondance du grand sous-trésorier (...)
  • 10 A. Rachuba, « Pacowa z domu de Mailly Lascaris Klara Izabella Eugenia », Polski Słownik Biograficz (...)
  • 11 Le fameux chancelier Radziwiłł le commente ainsi : [9 janvier 1650] « on a célébré les noces du ch (...)

6Le lien entre la politique royale et l’intensité de mariages recensés paraît alors évident. Toutefois, on peut également essayer de trouver, quand cela est possible, des motivations plus précises. L’initiative la plus raisonnée revient alors à Louise-Marie de Gonzague : dans les années 1650 et 1660, la Reine mena une politique destinée à multiplier les « gendres de la cour » en faisant marier ses demoiselles d’honneur aux personnages qu’elle jugeait utiles9. Certaines d’entre elles étaient françaises, comme Aimée-Andrée Andrault de Buy, Claire-Isabelle de Mailly-Lascaris ou Marie-Casimire de la Grange d’Arquien. Nous savons que l’initiative n’appartenait pas exclusivement à la Reine car les magnats polonais cherchaient parfois à épouser une femme de l’entourage de Louise-Marie ; ils étaient même prêts à pardonner certains défauts à leur future épouse dans l’espoir de tirer des profits politiques de leur mariage. Le cas le plus fameux est celui de Jean-Casimir Krasiński, représentant de la plus puissante famille de Masovie, qui, peu après l’avènement de Jean II Casimir, demanda la main de Claire-Isabelle de Mailly-Lascaris, qui lui fut refusée10. Pourtant, il obtint en 1650 d’épouser Aimée-Andrée Andrault de Buy, déjà assez âgée et de laquelle il ne pouvait pas attendre de progéniture. L’opinion publique a bien remarqué cette situation11. Dans ce cas, les aspirations politiques l’emportèrent sur la nécessité de s’assurer une descendance, une des règles fondamentales des alliances nobiliaires étant pourtant la continuation de la race (Krasiński n’eut qu’un seul fils et une fille d’un premier mariage).

  • 12 Voir l’étude ancienne, mais toujours utile de W. Czermak, « Potrójne śluby Jana Sobieskiego i “Mar (...)
  • 13 E. Rudzki, Polskie królowe, tome II : Żony królów elekcyjnych, Warszawa, 1990, p. 201.
  • 14 A. Gąsiorowski (dir.), Urzędnicy Centralni i nadworni Polski XIV-XVIII wieku. Spisy, Kórnik, 1992, (...)

7Un autre exemple de la politique de Louise-Marie est le second mariage de Marie-Casimire de la Grange d’Arquien, célébré en 1665, avec Jean Sobieski. Cette affaire a attiré l’attention de nombreux chercheurs car elle a eu une grande importance dans l’histoire de Jean III, mais aussi à cause des circonstances pittoresques de l’intrigue12. Nous ne rappellerons pas ici toutes ces péripéties, il suffit de citer les mots que Monsieur le Duc adressa à la Reine de Pologne après la noce : « Je me réjouis que c’est fait ; cela attira Sobieski à Vôtre Majesté pour toujours »13. Pour Sobieski, cette alliance fut la condition de son accès à l’action politique dans une cour dirigée contre le prince Georges-Sébastien Lubomirski qui fut démissionné de ses offices par la Diète en décembre 1664. En théorie, la canne de grand maréchal de la Couronne et le petit bâton de la Couronne restaient vacants14, mais le procès intenté contre Lubomirski fit naître quelques doutes sur la légalité de certaines procédures. Jean Sobieski, qui accepta ces deux dignités en janvier 1665, ne se félicita pas trop de cette promotion. Le mariage devait couper ses hésitations et il se fit pour cela.

8Après le décès de Louise-Marie en mai 1667, la politique cohérente des « gendres de la cour » ne fut pas poursuivie, mais plusieurs liens avaient déjà été noués et, sous le règne de Jean III Sobieski, ils expliquent l’apparition d’une faction française à la cour. Cependant, dans cette période (1674-1696), il n’y a plus de personnage dominant qui veille sur les décisions matrimoniales entre les représentants des deux nations. Sobieski, malgré son statut royal, demeura ce qu’il était, c’est-à-dire un des grands de la République nobiliaire. Les Sobieski participent alors dans le jeu politique comme d’autres maisons de magnats. La famille française de la nouvelle Reine n’était plus une maison régnante, comme c’était le cas des Gonzague et des Wittelsbach du Palatinat au temps de Louise-Marie, mais une des souches aristocratiques et plutôt de moindre importance, c’est-à-dire facilement reconnue par les magnats polonais comme leur égale, ou parfois moins encore.

9À cette époque, les mariages franco-polonais sont conclus autour la famille de la Reine Marie-Casimire de la Grange d’Arquien, dont les sœurs et les nièces permettent autant d’entrer au service du Roi que de se constituer une parentèle illustre. Ceux qui s’y sont engagés (Jabłonowski, Wielopolski, Radziwiłł, Sapieha) ne se considèrent pas comme des « créatures » du monarque, mais plutôt comme des membres de sa famille, capables, le cas échéant, de monter sur le trône (Jabłonowski). Les décisions nuptiales sont alors devenues plus indépendantes et le lien entre la politique pro-française et le choix d’un époux d’origine française est moins évident.

  • 15 E. Rudzki, ouvrage cité, p. 194.
  • 16 L’exemple le plus connu est celui de Henri de Beaulieu qui, après avoir obtenu quelques charges à (...)

10À côté de ces motivations politiques, il y en avait d’autres, souvent liées aux précédentes. Les filles françaises qui cherchaient à épouser les seigneurs polonais comptaient sur quelques profits matériels et sur une ascension sociale, plus difficile à obtenir dans leur pays. La plupart d’entre elles venaient de familles de bonne noblesse, mais d’habitude assez appauvries. Pour la Reine Louise-Marie, c’était une des raisons importantes qui la poussait à les prendre comme demoiselles d’honneur. Devant tout à leur protectrice qui les mariait très avantageusement par rapport à leurs origines, elles devenaient des appuis plus fidèles de sa politique. Même si elles ressentaient le poids de cette tutelle, notamment Marie-Casimire, elles respectaient les ordres de la Reine, agissant du mieux possible en sa faveur15. Quant aux nobles Français qui arrivaient en Pologne en cherchant à améliorer leur condition, le mariage avec une Polonaise facilitait leur adaptation dans la société de la République16.

  • 17 Urzędnicy Centralni…, ouvrage cité, p. 125.
  • 18 Anselme, ouvrage cité, tome IV, p. 269. En 1698, Marie-Thérèse d’Albert épousa en secondes noces I (...)

11Les cas inverses sont extrêmement rares. Le seul Polonais qui épousa une demoiselle française et demeura en France est le fils de Jean-André Morsztyn, Michel-Adalbert. Son père, très brouillé avec Jean III à cause d’une aventure politique dangereuse, dut se réfugier dans le royaume de Louis XIV, ce qu’il pressentait (et peut-être espérait) d’ailleurs depuis longtemps. En France, il prépara sa future existence en achetant des biens fonciers, une résidence. Il fut même naturalisé français. Morsztyn est l’exemple d’une réussite qui n’était pas facile à la cour du Roi-Soleil. Il suffit de rappeler les efforts vains de Marie-Casimire, alors Reine, pour le faire élever dans l’ordre du Saint-Esprit destiné à son père. L’ancien sous-trésorier de la Couronne, qui démissionna en juillet 168317, veillait à établir définitivement sa famille en France et il obtint, entre autres grâces, la main de la cadette d’un des personnages importants à Versailles pour son fils. Il n’était pas facile d’épouser une fille d’un duc et pair de France, notamment pour le fils d’un demi-banni. Cependant, les Morsztyn ont fondé les bases de leur ascension sociale, qui aurait vraisemblablement pu se poursuivre, mais Michel-Adalbert mourut à Namur en 169518, ne laissant que deux filles. Il faut souligner que les deux sœurs de Michel-Adalbert furent mariées en Pologne, ce qui prouve certaines hésitations de la part de Jean-André Morsztyn au sujet de l’avenir de sa famille.

  • 19 Le mariage se fit le 27 avril 1659 – Jean-André Morsztyn au Conseil et aux sénateurs de Gdańsk, Va (...)
  • 20 La source la plus fascinante pour connaître cette liaison est la correspondance entre Jean Sobiesk (...)

12Il faut finalement évoquer une raison plus intime lors de la conclusion des unions internationales, à savoir l’émotion. Difficile à retrouver à travers les sources, elle apparaît néanmoins quelquefois comme un agent important. C’est vraisemblablement à cause d’une affection (assez courte) que Jean Zamoyski décida de demander la main de Marie-Casimire de la Grange d’Arquien. La beauté des demoiselles d’honneur jouait donc un rôle considérable. Elle excita aussi Jean-André Morsztyn qui épousa Catherine Gordon of Huntley19, une Écossaise au service de Louise-Marie élevée dans la culture française. Mais, encore une fois, la passion entre Jean Sobieski et Marie-Casimire de la Grange d’Arquien offre un exemple tellement évident que l’on peut parler d’un cas à part, exceptionnel20.

COMBIEN ?

  • 21 A. Texier, Qu’est-ce que la noblesse ?, Taillandier, 1988, p. 74.
  • 22 Voir S. Grzybowski, Czy brak rządów arystokratycznych zgubił Polskę ?, dans Władza i prestiż. Magn (...)
  • 23 M. Wagner, Jabłonowscy herbu Prus III – Mechanizmy kariery domu magnackiego w XVI-XVIII w., dans W (...)

13La question statistique du nombre des mariages franco-polonais aurait logiquement dû être traitée avant le problème des motivations. Pourtant, elle est liée à quelques réflexions plus profondes qu’il faut signaler. Quand on demande combien, on pose aussi la question des critères qui permettent un compte précis, à commencer par celui des limites chronologiques que nous avons déjà discutées. Ce qui reste à expliquer, ce sont les notions de noblesse et d’aristocratie. Il faut dire que la définition exacte de ces termes est encore source de controverses et que ces notions sont complexes. Alain Texier observe que, sous l’Ancien Régime, « la noblesse a consisté en la conjonction de trois et éventuellement quatre éléments : l’appartenance à un ordre distinct dans l’État ; la propriété de privilèges particuliers ; une notion de race ; la disposition éventuelle de titres plus élevés que celui d’écuyer »21. En Pologne persistent également des réflexions autour des termes de « magnat » et d’« aristocrate »22. Par exemple, les critères d’appartenance au monde des magnats ont tendance à se multiplier au fil du temps. Dans son analyse de la carrière des Jabłonowski, Marek Wagner en énumère environ dix : une fortune dépassant la moyenne, la fidélité au Roi, l’exercice de charges publiques, les influences politiques (la constitution d’une clientèle nobiliaire), les alliances illustres, les résidences, la cour, les troupes (les milices), le mécénat et les capacités personnelles23.

  • 24 A. S. Waliszewski, ouvrage cité, p. 32.
  • 25 Teki Dworzaczka, Materiały historyczno-genealogiczne do dziejów szlachty wielkopolskiej XV-XX wiek (...)
  • 26 Teki Dworzaczka, Materiały historyczno-genealogiczne do dziejów szlachty wielkopolskiej XV-XX wiek (...)
  • 27 S. Uruski, A. A. Kosiński, A. Włodarski, Rodzina. Herbarz szlachty polskiej, Warszawa, 1904-1932, (...)

14Aux discours sur les définitions s’ajoutent des difficultés de nature technique. Dans le cas de grands seigneurs, l’historien profite d’une base de sources assez considérable, mais il n’en va pas de même dans celui des petits nobles qui déambulaient en Europe pour renforcer leur humble fortune. Cela ne veut pas dire qu’il est impossible de reconstituer leurs carrières, parfois brillantes, mais, dans leur cas les motifs personnels, les détails signifiants, les nuances d’une décision matrimoniale nous échappent souvent. Ainsi, nous savons peu de choses sur l’alliance entre François-Hyacinthe Ciświcki et Gasparde Andrault de Buy, comme sur celle conclue entre Henri de Beaulieu (polonisé en Deboli) et Catherine Orchowska. Nous connaissons malgré tout quelques détails intéressants : par exemple, grâce aux actes de la cour de Poznań, nous savons que la dot de la mariée est assurée sur des biens en Nivernais24 alors que le douaire repose sur des biens situés en Grande-Pologne25. Dans les années qui suivent, Gasparde apparaît à l’occasion des opérations financières passées par sa famille polonaise : en 1682, avec son fils et ses petit-fils et alors qu’elle est déjà veuve, elle vend aux Leszczyński la ville de Rydzyna, qui deviendra le centre des biens des Sułkowski26. Quant à Henri de Beaulieu, son mariage prouve qu’il entra au sein d’une noblesse riche et relativement importante à l’échelle d’une province, son beau-père étant le sous-staroste de Lublin depuis 166727. Des études approfondies pourraient encore enrichir l’état de nos connaissances, mais sans atteindre probablement les données si subtiles que l’on tire de la correspondance de Jean III Sobieski et de Marie-Casimire.

  • 28 F. Sulimierski, B. Chlebowski et W. Walewski (dir.), Słownik Geograficzny Królestwa Polskiego i in (...)
  • 29 Teki Dworzaczka, Materiały historyczno-genealogiczne do dziejów szlachty wielkopolskiej XV-XX wiek (...)
  • 30 Il en va de même pour les Fernemont. C’est une famille d’origine piémontaise qui, par la Lorraine, (...)

15Un autre problème se pose si l’on veut connaître le nombre exact de mariages franco-polonais célébrés au XVIIe siècle. En effet, la nationalité de certains personnages est difficile à préciser. D’ailleurs, on peut contester l’usage de la notion de nationalité pour le XVIIe siècle. François Andrault de Buy épousa en 1679 Marie-Lambertine, baronne de Fernemont. En apparence, l’union paraît « purement » française, mais les détails du mariage remettent en cause cette première appréciation. L’avant-contrat fut rédigé en allemand à Piersko, aux alentours de Szamotuły28, et la caution fut comptée en thalers impériaux. Le mari, d’origine française, y est qualifié de staroste de Tczewa. Quant à l’épouse, freiherrin de Fernemont, elle est veuve d’un de Broszkau Broszkowski, chambellan de l’Empereur, et le tout est inscrit aux actes du bourg de Wschowa, dans le palatinat de Poznań29. Il est évident que nous avons ici affaire à des familles (Fernemont, Broszkowski) issues de zones limitrophes et que leur appartenance « nationale » pourrait être double, voire plus30.

  • 31 Voir le travail très intéréssant de J.-F. Dubost, La France italienne. XVIe-XVIIe siècles, Aubier, (...)

16Une fois toutes ces précautions prises, on peut essayer d’établir le nombre de mariages franco-polonais célébrés au XVIIe siècle. Dans les années 1645-1693, il y en aurait eu quinze. Est-ce beaucoup ? La réponse est complexe. Si l’on compare cette quinzaine d’unions au nombre total de mariages conclus dans la République ou en France, il faut avouer que cela représente peu de chose. Mais si, dans le cas de la Pologne, on compare ces quinze noces aux autres mariages internationaux, la perspective change considérablement. Par rapport aux autres pays lointains, et même à quelques États voisins, les liens nuptiaux avec la France dominent. On ne dispose pas de listes complètes pour la France, mais il suffit de comparer notre quinzaine de mariages avec les centaines d’Italiens qui s’installent en France aux XVIe et XVIIe siècles31 pour comprendre que, du côté français, l’échange matrimonial avec les Polonais n’a pas atteint un niveau très élevé. Toutefois, il faut juger cet échange non par les chiffres, mais par son importance sociale, et, de ce point de vue, celui-ci fut remarquable.

ÉQUIVALENCE SOCIALE

17Le problème de l’équivalence du statut social des époux pose maintenant trois problèmes. Le premier amène à réfléchir sur la manière dont on peut comparer les systèmes sociaux d’États aussi différents que la monarchie relativement centralisée de Louis XIV et la République nobiliaire des Deux Nations. Le second consiste à analyser les divisions internes au sein de la noblesse, ce qui paraît particulièrement important en Pologne à cause de la prétendue égalité des membres de l’état privilégié. Finalement, le troisième exige une étude concrète des circonstances de chaque alliance, avec une lecture attentive des opinions des témoins sur le niveau social des époux.

  • 32 E. Rudzki, ouvrage cité, p. 195.
  • 33 Saint-Simon, Mémoires, II, p. 52.

18À vrai dire, ces opinions constituent le point le plus important. Le jugement du chancelier Radziwiłł sur le mariage de Jean-Casimir Krasiński avec la demoiselle de la Reine a déjà été cité. Ajoutons l’expression truculente de son cousin, le prince Bogislas, concernant l’alliance entre Jean Zamoyski et Marie-Casimire : « c’est de la misère profonde qu’il l’a prise »32. De la même manière, en France, on se souvenait des origines modestes de la Reine. Louis XIV s’irritait des réclamations politiques de celle qui « naquit ma sujette ». Le duc de Saint-Simon attribue même les extravagances politiques de Marie-Casimire à une naissance insignifiante qu’elle voulait faire oublier : « la couronne sur ses cheveux l’avait tellement réjouie qu’elle ne rêvait que de la montrer dans son pays, qu’elle avait quitté comme une personne fort modeste »33.

  • 34 Son frère, Jacques de Mailly dit Lascaris, fit casser le testament de son père et hérita de ses bi (...)
  • 35 Voir le sceau de la Reine de 1684, reproduction en plâtre, collection du couvent de Lubiń, déposée (...)
  • 36 La cousine germaine du père de la Reine de Pologne, Jacqueline de la Grange de Montigny, fut la mè (...)
  • 37 Duché-pairie de Sully (1606), duché-pairie de Charost (1672), duché d’Orval (1652). D. Schwennicke (...)

19En dehors de Louise-Marie, ses demoiselles voulaient aussi montrer à leurs maris que, même appauvries, elles descendaient de bonnes souches. Ainsi, Claire-Isabelle de Mailly adopta le nom de Lascaris, qui devait évoquer la dynastie impériale de Byzance, et elle obtint l’héritage des biens de son père (avant son frère !) pour pouvoir épouser Christophe-Sigismond Pac34. Quant à Marie-Casimire de la Grange d’Arquien, elle utilisa sur ses sceaux la composition héraldique qui soulignait ses liens avec les familles de Rochechouart (duché-pairie de Mortemart en 1660) et de Courtenay, branche cadette des Capétiens à laquelle la Reine était apparentée par les d’Ancienville35. Il faut constater que ces parentés n’étaient pas fictives et les la Grange d’Arquien avaient même parmi leurs proches des ducs et pairs (Saint-Aignan)36. La famille de Béthune appartenait à l’élite de la noblesse (trois duchés, deux pairies37), ce qui conduit à relativiser la réputation des lignages, inconnus et/ou insignifiants, qui partaient pour l’Est à la recherche d’une carrière éblouissante.

20Bien que ces démarches de propagande aient quelque importance, on observe que le critère qui joua le plus grand rôle sur l’opinion des contemporains est l’argent, et non pas la puissance de la famille, c’est-à-dire les postes importants qu’elle tenait. Ainsi, on peut dire que, malgré leurs différences, les systèmes sociaux européens du XVIIe siècle sont assez comparables, et peut-être plus facilement qu’on pouvait le soupçonner. L’argent, parfois compté en charges ou en faveurs royales, permettait de combler les lacunes sociales d’une fille qui n’avait pas l’appui d’une famille locale puissante. Il serait intéressant d’examiner un cas de mariage international dans lequel l’un des époux doit surpayer une naissance non noble. Une dot élevée pouvait-elle compenser des origines roturières ? Cette question restera pour le moment sans réponse puisque tous les Français qui se marièrent en Pologne au XVIIe siècle venaient de maisons dont la noblesse était incontestable. Quoi qu’il en soit, l’entrée d’une famille d’origine française dans la société polonaise se faisait donc sans beaucoup d’obstacles (les de Beaulieu ou Deboli constituent un cas exemplaire). De même, les descendants de Françaises mariées à des Polonais étaient vraiment considérés comme des nobles, ce qui permet de nuancer la prétendue xénophobie de la noblesse polonaise au XVIIe siècle. Le sujet permet d’ailleurs d’esquisser de nouvelles pistes de recherche, en commençant par une enquête personnelle plus détaillée qui permettrait de mieux connaître la stratification sociale au sein de la noblesse.

Notes

1 L. Bély, La société des princes. XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Fayard, 1999.

2 On peut évoquer plusieurs exemples de mariages inégaux au sort plus au moins brillant. Rappelons le cas du premier mariage de l’archiduc Ferdinand avec Philippine Welser en 1557 et celui des deux derniers mariages de Charles IV, duc de Lorraine, avec Beatrix de Cusance en 1637 et avec Marie-Louise d’Aspremont en 1665 ; le cas du mariage de Ferdinand de Bavière avec Marie von Pettebeck en 1588 ou de Charles Ier Louis, électeur du Palatinat, avec Marie-Louise von Degenfeld en 1658 ; le cas plus ancien, mais fort célèbre, est le mariage de l’électeur du Palatinat Frédéric Ier avec Claire Tott en 1471, d’où provient la famille des princes de Loewenstein et de Wertheim ; ou encore le mariage de Charles de Saxe, prince de Pologne et duc de Courlande, avec Françoise Krasińska en 1760.

3 W. Dworzaczek, Genealogia, Warszawa, 1959, tome II, tabl. 119. Il y a encore le mariage de Marie de Marcellanges (la même ?) avec Jaroslas Sokołowski des armoiries Pomian, staroste de Koło et châtellain de Ląd, d’où postérité et Herbarz polski Kaspra Niesieckiego S.J. Powiększony dodatkami z późniejszych autorów, rękopismów, dowodów urzędowych, J. N. Bobrowicz (ed.), tomes I-X, Lipsk 1839-1846, réimpression Warszawa, 1979, tome VIII, p. 449.

4 Pour les détails voir infra.

5 M. Wagner, Kadra oficerska armii koronnej w drugiej połowie XVII wieku, Toruń, 1995, p. 159.

6 A. S. Waliszewski, « Ciświccy z Ciświcy herbu Wieniawa na Zbąszyniu, Rydzynie i Grodźcu », Gens. Kwartalnik Towarzystwa Genealogiczno-Heraldycznego, 1994-1998, p. 32.

7 W. Dworzaczek, ouvrage cité, tabl. 14 ; Père Anselme, Histoire Généalogique et Chronologique de la Maison Royale de France, des Pairs, Grands Officiers de la Couronne & de la Maison du Roy…, Paris, 1726-1733, réimpression Paris, 1967, tome IV, p. 542-543 ; D. Schwennicke, Europäische Stammtafeln. Stammtafeln zur Geschichte der Europäischen Staaten, Marburg-Frankfurt a. O., Neue Folge, 1976-2002, tome X, tabl. 98.

8 W. Dworzaczek, ouvrage cité, tabl. 154 ; D. Schwennicke, Europäische Stammtafeln. Stammtafeln zur Geschichte der Europäischen Staaten, Marburg-Frankfurt a. O., Neue Folge, 1976-2002, tome X, tabl. 3.

9 . Un bel exemple des méthodes de la Reine se trouve dans la correspondance du grand sous-trésorier Jean-André Morsztyn. Morsztyn relate au prince Bogislas Radziwiłł que la femme du grand-chancelier de Lituanie, Claire-Isabelle de Mailly, « part peut-être demain pour la Lituanie, et j’ai grand soupçon que la Reine la charge de persuader son mari de ramener le Roi » (qui combattait alors contre la Moscovie) – Jean-André Morsztyn au prince Bogislas Radziwiłł, s. l., 1er mai 1664, dans Listy Jana Andrzeja Morstina, S. Ochmann-Staniszewska (ed.), Wrocław, 2002, p. 286. Il est intéressant de remarquer que Louise-Marie utilisait ce moyen de captiver les adhérents même s’ils faisaient partie d’un camp révolté, comme c’était le cas du Chmielnicki (le fils) auquel elle permettrait d’espérer le mariage avec une de ses « filles » – Antoine de Lumbres à Louis XIV, Varsovie, 2 février 1662, B. Ossol. rps 2982/II (Teki Lukasa, tome X), p. 28.

10 A. Rachuba, « Pacowa z domu de Mailly Lascaris Klara Izabella Eugenia », Polski Słownik Biograficzny, Wrocław-Warszawa-Kraków, 1979, tome XXIV, p. 774.

11 Le fameux chancelier Radziwiłł le commente ainsi : [9 janvier 1650] « on a célébré les noces du châtelain de Plocko avec la favorite de la Reine, Mlle de Langeron, une Française. La grâce de la Reine fit tellement réduire son âge avancé, qu’elle paraissait juvénile au mari ; nous avons vu ses rides sans besoin de lunettes » (A. S. Radziwiłł, Pamiętnik o dziejach w Polsce, A. Przyboś et R. Żelewski (eds.), Warszawa, 1980, tome III, p. 244).

12 Voir l’étude ancienne, mais toujours utile de W. Czermak, « Potrójne śluby Jana Sobieskiego i “Marysieńki” », dans ibidem, Ostatnie lata Jana Kazimierza, Warszawa, 1972, p. 25-63, avec le commentaire d’Adam Kersten (p. 64-68).

13 E. Rudzki, Polskie królowe, tome II : Żony królów elekcyjnych, Warszawa, 1990, p. 201.

14 A. Gąsiorowski (dir.), Urzędnicy Centralni i nadworni Polski XIV-XVIII wieku. Spisy, Kórnik, 1992, p. 80-81.

15 E. Rudzki, ouvrage cité, p. 194.

16 L’exemple le plus connu est celui de Henri de Beaulieu qui, après avoir obtenu quelques charges à la cour et à l’armée, reçut l’indigénat de la Diète de 1662, et dont la posterité de son mariage avec Catherine Orchowska s’est rapidement polonisée. Voir A. Boniecki, Herbarz polski. Wiadomości historyczno-genealogiczne o rodach szlacheckich, Warszawa, 1899-1913, tome IV, p. 182-183 et B. Trelińska (ed.), Album armorum nobilium Regni Poloniae XVI-XVIII saec. Herby nobilitacji i indygenatów XVI-XVIII w., Lublin, 2001, p. 350.

17 Urzędnicy Centralni…, ouvrage cité, p. 125.

18 Anselme, ouvrage cité, tome IV, p. 269. En 1698, Marie-Thérèse d’Albert épousa en secondes noces Ismidon-Rénén comte de Sassenage.

19 Le mariage se fit le 27 avril 1659 – Jean-André Morsztyn au Conseil et aux sénateurs de Gdańsk, Varsovie, 31 mars 1659, APGd. 300,52/404, p. 3. Le futur mari souligne, quoique de façon assez routinière, le rôle de la Reine dans cet acte nuptial (« Ser [enissi] mam Reginam D [omi] nam N [ost] ram Clementissimam, mihi Ill [ustrissi] mam Virginem Dominam Catherinam Gordon, Marchionissam de Huntiley in Matrimonium condixisse… »).

20 La source la plus fascinante pour connaître cette liaison est la correspondance entre Jean Sobieski et Marie-Casimire. Entre autres recueils, on peut consulter M. K. d’Arquien de la Grange, Listy do Jana Sobieskiego, L. Kukulski (ed.), Warszawa, 1966 ; J. Sobieski, Listy do Marysieńki, L. Kukulski (ed.), tome I-II, Warszawa, 1973.

21 A. Texier, Qu’est-ce que la noblesse ?, Taillandier, 1988, p. 74.

22 Voir S. Grzybowski, Czy brak rządów arystokratycznych zgubił Polskę ?, dans Władza i prestiż. Magnateria Rzeczypospolitej w XVI-XVIII wieku, Białystok, 2003, p. 283-292.

23 M. Wagner, Jabłonowscy herbu Prus III – Mechanizmy kariery domu magnackiego w XVI-XVIII w., dans Władza i prestiż…, ouvrage cité, p. 451.

24 A. S. Waliszewski, ouvrage cité, p. 32.

25 Teki Dworzaczka, Materiały historyczno-genealogiczne do dziejów szlachty wielkopolskiej XV-XX wieku, Kórnik-Poznań, 1997.

26 Teki Dworzaczka, Materiały historyczno-genealogiczne do dziejów szlachty wielkopolskiej XV-XX wieku, Kórnik-Poznań, 1997.

27 S. Uruski, A. A. Kosiński, A. Włodarski, Rodzina. Herbarz szlachty polskiej, Warszawa, 1904-1932, réimpr. Poznań, 1994-2002, tome XII, p. 373.

28 F. Sulimierski, B. Chlebowski et W. Walewski (dir.), Słownik Geograficzny Królestwa Polskiego i innych krajów słowiańskich, Warszawa, 1887, tome VIII, p. 99.

29 Teki Dworzaczka, Materiały historyczno-genealogiczne do dziejów szlachty wielkopolskiej XV-XX wieku, Kórnik-Poznań, 1997.

30 Il en va de même pour les Fernemont. C’est une famille d’origine piémontaise qui, par la Lorraine, s’installa à la fin du Moyen Âge aux Pays-Bas. Là, ils ont ajouté à leur propre nom (Barbice, Barbitz, Borwitz) le titre de la terre de Fernemont. Au XVIe siècle, créés barons du Saint-Empire, les Borwitz de Fernemont ont déménagé en Autriche puis, au XVIIe siècle, en Silésie, où ils possédaient les fiefs aux alentours de Głogów (Glogau, Glogovie). Voir R. Sękowski, Herbarz szlachty śląskiej, [Katowice], 2003, tome II, p. 160.

31 Voir le travail très intéréssant de J.-F. Dubost, La France italienne. XVIe-XVIIe siècles, Aubier, 1997, passim.

32 E. Rudzki, ouvrage cité, p. 195.

33 Saint-Simon, Mémoires, II, p. 52.

34 Son frère, Jacques de Mailly dit Lascaris, fit casser le testament de son père et hérita de ses biens. Voir P. Anselme, tome VIII, p. 648-649.

35 Voir le sceau de la Reine de 1684, reproduction en plâtre, collection du couvent de Lubiń, déposée à l’Institut d’Histoire de l’Université Adam Mickiewicz de Poznań, sign. : Lubiń 0265.

36 La cousine germaine du père de la Reine de Pologne, Jacqueline de la Grange de Montigny, fut la mère du premier duc de Saint-Aignan, François de Beauvillier. Voir Anselme, tome IV, p. 718-719.

37 Duché-pairie de Sully (1606), duché-pairie de Charost (1672), duché d’Orval (1652). D. Schwennicke, Europäische Stammtafeln. Stammtafeln zur Geschichte der Europäischen Staaten, Marburg-Frankfurt a. O., Neue Folge, 1976-2002, tome VII, tabl. 58-61.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540