Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre III - Ville ou/et campagne : un choix de pouvoir,un choix de vie ?

La liberté polonaise : privilège nobiliaire ou idée universelle ?

Anna Grześkowiak-Krwawicz

Texte intégral

1Depuis le XVIe siècle, l’amour de la liberté est un des éléments les plus particuliers de la culture nobiliaire dans la République des Deux Nations. Depuis longtemps décrit par des historiens, il fut relevé déjà par les contemporains. Les étrangers ne manquèrent pas d’exprimer leur étonnement, tout en approuvant ou, cas plus fréquent, en désapprouvant cette « liberté dorée ». Avec le temps, il ne leur resta à contempler que ses déformations débouchant sur l’anarchie. La singularité du régime politique de la République faisait de la Pologne, aux yeux de certains, l’orang-outan de l’Europe. L’historiographie ultérieure en a gardé quelques traits. Mais surtout les opinions des nobles polonais sur l’État et la liberté semblaient fort étrangères, en particulier leur très exotique « sarmatisme », qui différait sensiblement des conceptions politiques européennes. La différence était perçue comme dégradante, puisqu’elle entravait la réception des idées dans leurs acceptions nouvelles.

2Mais ne vaudrait-il pas la peine de réexaminer les anciennes analyses de la liberté – question essentielle pour la noblesse – sans voir dans cette liberté une extravagance sarmate ? Au contraire, il s’agirait de replacer la question dans la perspective européenne, dans une tradition commune au continent tout entier, celle de la réflexion sur l’État, la société et ses libertés. Bien que ces considérations se réfèrent à plus de deux siècles de vie politique de la République nobiliaire, nous attacherons une importance particulière à la charnière des XVIe et XVIIe siècles. C’est alors que les bases juridiques et politiques de la liberté furent élevées, ainsi que l’idéologie de la « liberté dorée ».

  • 1 J. Olszewski, Snopek najjaśniejszego Zygmunta III Króla Polskiego..., (Wilno, 1632), cité d’après (...)
  • 2 Komaparacyja wolności polskiej i litewskiej z wolnością postronnych ksiąząt udzielnych a mianowici (...)
  • 3 H. Kołłątaj, Ostatnia przestroga dla Polski (1790), édition Ł. Kądziela, Kołłątaj i inni. Z public (...)

3D’ailleurs, devrait-on parler de la liberté ou plutôt, dans le cas précis de la Pologne, des libertés, entendues comme privilèges de l’état de noblesse ? Les affirmations, très répandues dès la fin du XVIe siècle, sur « les libertés et les droits de l’état de noblesse » semblent nous inviter à adopter cette dernière interprétation. Les nonces à la Diète revendiquaient le respect des « libertés et des droits », la noblesse proclamait la confédération en faveur des « droits, franchises et libertés pour les Deux Nations », les rois assuraient « les franchises et libertés nationales » au moment de monter sur le trône. Encore la Constitution du 3 mai 1791 promettait à la noblesse l’intégrité de toutes les « franchises, libertés, prérogatives » (voir l’article II : « La Noblesse dans ses terres »). Au XVIIe siècle, cette opinion assez répandue fut formulée avec force par Jakub Olszewski pour qui la liberté et les privilèges voulaient dire la même chose : « le Polonais [...] demeure libre de jouir de ses privilèges, c’est pourquoi il les nomme sa liberté »1. Pour le confirmer, voici un ouvrage bien curieux qui date de la fin du même XVIIe siècle, dont le titre annonce la comparaison de la liberté polonaise et lettone avec la liberté des princes voisins, notamment celle des souverains de la Réunion des Allemagnes2. L’auteur de la comparaison n’a fait que citer d’un trait tous les privilèges des nobles, les droits politiques fondamentaux (élection du roi, débat à la Diète, vote d’impôts) à côté des privilèges comme les droits d’entretenir une armée particulière, de fortifier les limites de ses terres, d’acquérir des biens à l’étranger, enfin le ius gladii appliqué aux sujets du seigneur. Certes, l’interprétation est exagérée, car formulée en fonction de la visée principale du travail : prouver que chaque noble polonais jouit des droits analogues à ceux d’un prince souverain allemand. En dépit de leurs exagérations, les opinions demeurent typiques. Ce fut cette même conception de la liberté que, à la fin du XVIIIe siècle, Hugo Kollataj reprochait à ses ancêtres : « ils fondaient leur propre liberté sur des prérogatives particulières », écrivait-il3. Impossible de nier que la noblesse partagea cette conviction jusqu’à la fin de la République des Deux Nations. Pourtant il serait abusif sinon faux de prétendre que cette manière d’entendre la liberté soit l’unique, surtout relativement à la théorie politique.

  • 4 Voir J. Łukowski, The European Nobility in the Eighteenth Century, Palgrave-Macmillan, 2003, chapi (...)
  • 5 A. Walicki, Idea narou w polskiej my li oświeceniowej, Warszawa, 2000, p. 10, 20-24 et suivantes.

4Avant d’aborder l’analyse de ce sujet, il convient de rappeler une circonstance qui relève non de la théorie politique mais de la pratique. Les droits dont la noblesse polonaise jouissait différaient assez radicalement des privilèges accordés à cet état par les gouvernements d’autres pays. C’étaient non seulement des privilèges économiques et juridiques, typiques de toute l’Europe, une position élevée dans la hiérarchie sociale et le gouvernement des paysans4 mais aussi toute une série de droits politiques et de garanties civiles comme celles de l’immunité corporelle (1433), le droit de participer à la prise de décisions politiques (nihil novi, 1505), l’élection du roi par la noblesse confédérée (1573) et le droit de se retirer d’une allégeance s’il avait rompu les conditions du pacte conclu avec la nation ou les lois nationales (1573-1609), la justice autonome (1586), enfin la garantie légale de la liberté d’expression (1609). Ces lois et bien d’autres composaient un ensemble de garanties pour un état de la nation, la noblesse ; plus encore, elles fondaient le régime de la République, en faisant de cet état une nation politique. Une nation assez nombreuse si l’on tient compte des calculs, mêmes les plus récents en baisse, selon lesquels la noblesse composait 6 à 8 % de la population de la République. Il est bien connu que, à partir du XVIIe siècle, la noblesse polonaise se considérait comme l’unique nation. Cette cécité obstinée pour l’existence des autres états, critiquée déjà au XVIe siècle, est encore dénoncée dans les écrits des réformateurs à la fin du XVIIIe siècle, ainsi que, plus tard, par les chercheurs qui se penchent sur l’ancienne Pologne. Pourtant, il est impossible de nier que, dans la perspective politique, les citoyens nobles qui jouissaient pleinement de leurs libertés avaient quelques raisons de se percevoir eux-mêmes comme nation au sens politique, et non ethnique, du mot. Il est bon de noter à cette occasion que, comme des chercheurs nous l’apprennent, l’idée de nation se forma en Pologne, à la charnière des XVIIe et XVIIIe siècles, sur des bases politiques et non ethniques5. Pour notre analyse, il est essentiel de noter que la noblesse s’identifiait avec la nation tout entière, sans chercher à évaluer ce fait. Car ce prémisse avait une influence capitale pour la conception de la liberté en Pologne. Quoique privilège d’un seul état, elle convenait aux catégories qui lui étaient appliquées depuis l’antiquité par la pensée européenne.

5Ici, il est temps de revenir à la conception nobiliaire de la liberté pour en souligner un aspect fondamental. Non seulement les écrivains politiques mais aussi le commun de la noblesse, citoyens de la République des Deux Nations, étaient profondément convaincus que, au-delà de toutes les libertés privilèges citées ci-dessus, il y avait une liberté indivisible : celle de statuer pour eux-mêmes et pour le pays. Bref, depuis le XVIe siècle les Polonais entendent par liberté la dépendance des citoyens de leur propre volonté et non de celle de leur souverain. Dans cette optique, les privilèges ne signifiaient plus la liberté elle-même (ou les libertés) ; ils apparaissaient plutôt comme ses garanties légales. Quant à la liberté elle-même, employée au singulier, elle protégeait ces garanties. C’était bien une liberté de cette sorte qui était reconnue à la fois pour la valeur suprême et pour le trésor chéri du Polonais libre. Soulignons que ce fut à cette liberté que, depuis le XVIe siècle, les théoriciens de l’État polonais se référaient dans leurs analyses.

6Les critiques occidentaux trouvaient cette liberté extravagante, anarchique, jusqu’à la juger, au XVIIIe siècle, anachronique, contradictoire par rapport aux tendances et aux conceptions répandues alors dans l’Europe tout entière. Un zeste de ce regard avait perduré chez les historiens qui, pour décrire et pour évaluer la liberté dite polonaise, la comparaient avec les conceptions et les solutions adoptées à partir du XVIIe siècle dans l’Europe occidentale. Ainsi la République des Deux Nations et son régime ont-ils été jugés du point de vue de la monarchie absolue ; tandis que la conception polonaise de la liberté a été référée à l’idée de liberté conçue par les précurseurs du libéralisme, à commencer par Hobbes. En effet, la vision libérale a structuré la réflexion actuelle sur la liberté, et surtout la vision de la volonté négative, telle que la définissent Berlin et Mac Callum : la possibilité de réaliser ses tendances individuelles sans être limité de l’extérieur. Pourtant il y a une autre manière de penser la liberté, tout comme la monarchie absolue n’est pas l’unique voie de l’évolution politique. Les chercheurs anglo-saxons ont récemment rappelé que, dans la réflexion européenne sur la liberté, il existait une tradition antérieure au libéralisme et non moins importante. Il s’agit de la conception définie comme républicaine ou néo-romaine.

  • 6 J.G.A. Pockock, Le moment Machiavélien, PUF, 1997 (traduit de l’édition anglaise, 1775) ; P. Petit (...)

7Cette conception puisait dans la vision d’un État libre au régime mixte. Son auteur fut Aristote, Polibe la développa et Salluste, Tacite et Cicéron, chantres de la Rome républicaine, la parfirent. À la Renaissance, elle fut rappelée par Machiavel et les admirateurs de la République de Venise. Durant la révolution en Angleterre, Harrington, Milton et Sidney, les adversaires des Stuart, s’en réclamèrent. Enfin au XVIIIe siècle, Montesquieu et Rousseau retrouvèrent cette tradition, qui inspira aussi (partiellement) les chefs de la Révolution française6.

  • 7 Q. Skinner, Liberty..., ouvrage cité, p. 41.

8Contrairement à la tradition libérale, cette tradition ne déduisait pas la liberté de la loi naturelle mais elle l’attachait au modèle de gouvernement dit régime mixte. Cette sorte de gouvernement préservait l’équilibre idéal entre les intérêts des particuliers et, de surcroît, la participation au pouvoir y était garanti au peuple, quoi qu’on entende par ce mot. À l’opposé des auteurs de la doctrine de la liberté libérale, les partisans de la liberté républicaine estimaient que l’esclavage signifie non seulement la violation des droits et libertés des citoyens, mais aussi leur aliénation par une volonté étrangère. Selon les catégories du droit romain, cela s’appelle rester in potestate domini7. Ainsi pour conserver la liberté négative, celle de réaliser les visées particulières, il était indispensable de participer au pouvoir, à ce que les chercheurs d’aujourd’hui appellent la liberté positive. Car n’était vraiment libre que celui qui pouvait librement décider de lui-même. Dans cette tradition précisément prennent leur place les conceptions polonaises de la liberté.

  • 8 C. Backvis, Szkice o kulturze staropolskiej, Warszawa, 1975, p. 730 ; A. Grześkowiak-Krwawicz, « A (...)

9Depuis la Renaissance elle fut parfaitement connue et approuvée en Pologne. Les auteurs polonais citaient non seulement les Romains, célèbres depuis longtemps, mais aussi la théorie de l’État inspirée d’Aristote (assimilée au XVIe siècle par Stanisław Orzechowski et Stanisław Petrycy de Pilzen), les écrivains de la Renaissance italienne, en particulier Contarini, le principal créateur du mythe de la République de Venise, un peu moins Machiavel, dont la conception se retrouve chez Górnicki, dans une certaine mesure chez Wolan, un peu aussi chez Opaliński8.

  • 9 J. Olszewski, ouvrage cité, p. 82.
  • 10 Naprawa Rzeczypospolitej do elekcyi nowego króla, (1573), édité par K.J. Turowski, Kraków, 1859, p (...)
  • 11 « Libera respublica – absolutum dominium – rokosz » (1606), dans Pisma polityczne z czasów rokoszu (...)

10Non seulement les théoriciens de l’État, mais aussi les nobles politiques soulignaient l’interdépendance entre les libertés des particuliers et leur droit de statuer et de délibérer dans les affaires de l’État. On a plusieurs fois constaté que la liberté polonaise fut une liberté in potestate legis, mais d’une loi statuée par les citoyens eux-mêmes. Tout en identifiant dans son discours la liberté et les privilèges, Jakub Olszewski, déjà cité, s’empressait d’ajouter que le Polonais est « libre devant la loi, dont il ne reconnaît le joug sur ses épaules si sa volonté ne l’avait d’abord reconnu, libre devant la vérité, dont il réclame sa part à chaque particulier et à son Seigneur même à la Diète »9. La conviction, profonde et générale, remonte à la seconde moitié du XVIe siècle : la liberté consiste dans le pouvoir d’auto-délibération. Déjà en 1573 un anonyme écrivait : « Car c’est une grande liberté commune, que ni mon seigneur n’a de prise sur moi ni aucune personne sans considération, mais mon frère seul [...] et il m’est plus agréable de supporter, en homme libre, ce que mon frère lui aussi, élu par moi à cette fin même, aura consenti »10. Trente ans plus tard, un autre anonyme (rebelle) expliquait pourquoi la loi qui régit la république s’appelle « loi publique » – « tout le monde la statue délibérément ratione, pour éviter qu’elle ne soit trop lourde pour celui qui la statue pour lui »11. La conviction que la liberté consiste avant tout dans l’auto-délibération des citoyens, a survécu jusqu’à la fin de la première République.

  • 12 A. Małachowski, discours à la Diète 1780, Diariusz sejmu wolnego ordynaryjnego warszawskiego..., 1 (...)
  • 13 Krótkie rzeczy potrzebnych z strony wolności a swobód polskich zebranie, przez tego, który wszego (...)
  • 14 A.M. Fredro, « O wyźszości rzeczypospolitej nad monarchią (Praerogativa popularis status repraesen (...)

11Pour les Polonais, au XVIe siècle comme au XVIIIe, il y avait une situation contraire à la liberté, situation qu’ils refusaient absolument, lorsque « les biens, l’honneur et la vie d’un citoyen aurait dépendu de l’extravagance d’un despote »12. Un anonyme du XVIe siècle citait Jan Herburt pour dire : « car il y a là [dans la monarchie] de plus grands biens, mais leur propriétaire n’en a pas la possession. Pas plus que celle de sa personne qui doit se rendre là où son souverain le lui ordonne, lui aussi te juge comme il lui plaît, et tu lui dois ce qu’il te demande ; au premier appel, même sans besoin tu montes ton cheval, pourvu qu’il te laisse tranquille »13. Au milieu du xvii e siècle, Andrzej Maksymilian Fredro en parlait encore plus fermement : « plusieurs hommes se plaisent sous le pouvoir absolu, surtout quand ils tombent sous un bon souverain. Pourtant j’appellerai cette espèce de liberté une liberté mendiée, et non une véritable ; car voilà que le peuple se trouve tout le temps au bord de l’esclavage, son sang et sa vie étant en danger sous son seigneur dont la colère livre le peuple à sa merci »14.

  • 15 Libera respublica..., p. 403. Dès 1573 l’anonyme qui proposait « L’amendement de la République », (...)

12Tout comme les autres partisans de la liberté républicaine, les Polonais trouvaient que sa réalisation sûre n’est possible que sous un gouvernement mixte, composé de trois éléments : monarchique, aristocratique et démocratique. À quoi, en Pologne, devaient correspondre le roi, le sénat et la chambre des nonces ou députés. Au XVIe siècle et dans la première moitié du XVIIe ce régime portait le nom de monarchia mixta ou de regimen mixtum, plus tard de gouvernement libre. Déjà en 1606 l’auteur d’un opuscule sécessionniste expliquait « voilà ce que nous désignons comme rempublicam liberam, où non un seul mais trois états gouvernent et règnent simul et semper »15. À relever, l’expression « la république libre », essentielle à une époque où l’on employait le terme de république au sens large, pour désigner n’importe quel État, sans égard pour sa forme ou pour son régime.

  • 16 Libera respublica..., p. 407.
  • 17 C. Backvis, ouvrage cité, p. 731.
  • 18 E. Haitsma Mulier, The Myth of Venice and Dutch Republican Thought in the Seventeenth Century, 198 (...)
  • 19 Komparacyja..., B. Czart. 191, p. 289.
  • 20 A. Grześkowiak-Krwawicz, « Rara avis, czy wolni wśród wolnych ? Obraz krajów wolnych w polskiej li (...)

13Il est nécessaire de noter que la noblesse polonaise avait la conviction profonde de s’inscrire dans une tradition commune à toute l’Europe : la tradition des États libres, ce dont les références et les comparaisons à d’autres républiques témoignent. On voyait en la Pologne l’héritière de la tradition des républiques anciennes, mais les relations avec les républiques contemporaines ne furent pas négligées. Comme le disait l’auteur d’une feuille sécessionniste de 1606 : « voilà précisément la forme propre aux républiques, dites par nous libres et [...] dont il n’y eut que trois dans le monde : la romaine, [...] transférée depuis chez les Venètes, qui y dure jusqu’à aujourd’hui. Ad normam de celle-ci, nos ancêtres en fondèrent la troisième... »16. Dès avant, Marcin Kromer comparait la Pologne avec Sparte et Venise. En 1587 Girolamo Lippomano, nonce papal en Pologne, écrivait : « sans doute les Polonais ont-ils beaucoup d’estime pour Venise, car son régime leur rappelle celui de leur propre république »17. Noter combien est vivace en Pologne le mythe de Venise, créé par les Florentins, fascinés par la Sérénissime république, mais répandu à travers l’Europe18. Il s’est révélé plus durable en Pologne qu’ailleurs : il y dura jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, bien que Venise fût alors en butte à des critiques sévères partout en Europe. Il convient d’observer ici que, tout durable qu’on dise le préjugé « sarmate » de la différence radicale entre la Pologne, les Polonais et le reste des pays européens, cette persistance peut apparaître problématique. La noblesse polonaise percevait non seulement la ressemblance mais surtout une espèce de communauté entre les pays reconnus pour libres. Elle se dirigeait selon le principe que la liberté, « pourvu qu’elle fût parfaite, semper sibi similis et complectitur les nations terras, etiam sum diverso sole colentes »19. À partir du XVIIe siècle, outre les états fondés dans l’antiquité et les républiques italiennes, on cite la Hollande et la Suisse, auxquelles au XVIIIe siècle se joignent la Suède dans le temps de sa liberté, les États-Unis d’Amérique et (sous quelque réserve) l’Angleterre20.

  • 21 E. Opaliński, « Szlachta polska wobec osoby królewskiej jako instytucji w latach 1587-1648 », Kwar (...)
  • 22 Q. Skinner, Liberty..., p. 52 ; M. Dzelzainis, « Milton’s Classical Republicanism », dans Milton a (...)
  • 23 J.G.A. Pockock, ouvrage cité, p. 413-418.

14Puisque la liberté dans tous ses aspects ne pouvait s’accomplir que dans un État libre, la première préoccupation des citoyens devait être de protéger cet État, et ainsi protéger la liberté. Cette opinion, commune à tous les partisans du républicanisme, était répandue aussi parmi les Polonais. Quoique l’angoisse de se voir enlever la liberté devait tourner en phobie chez les nobles, elle venait des mêmes craintes que celles qui avaient inspiré les Discorsi de Machiavel ou les soulèvements des Anglais contre Charles Ier : la liberté leur paraissait trop fragile pour ne pas redouter sa perte. En principe, l’État libre était menacé de deux façons : par la perte de sa souveraineté, ce qui signifiait la mainmise d’une puissance étrangère, ou par le despotisme de son propre souverain. Indubitablement, en Pologne la seconde menace suscitait beaucoup plus de craintes que la première. Cela résultait de la situation en Pologne à l’époque de la formation de l’idéologie libertaire de la noblesse. À la fin du XVIe et jusqu’au milieu du XVIIe siècle, la menace extérieure n’avait guère pesé, alors que l’autorité royale était encore assez forte pour voir en elle une menace réelle pour le précaire équilibre offert par le gouvernement mixte21. Loin de rester typique de la noblesse de Pologne, cette appréhension fut partagée par des écrivains anglais, tels que Milton, Harrington, Sidney, à l’époque de la bataille contre la dynastie des Stuart au xvii e siècle22. Les Polonais et les Anglais vivaient les mêmes angoisses de voir le roi s’entourer d’une armée permanente ou de jouir des revenus fixes dont le montant ne serait pas soumis à l’avis du parlement23. Cependant, en Pologne cette crainte était devenue presque une phobie si bien que, dans la première moitié du XVIIIe siècle, tous les projets de réformes du régime obstrué furent bloqués par la peur du despotisme royal supposé attenter incessamment contre la liberté des nobles.

  • 24 Sur les opinions de la noblesse au tournant des XVIe-XVIIe siècles en ce qui concerne ses obligati (...)
  • 25 J.G.A. Pockock, ouvrage cité, p. 55-74, 96-98, 395, 410 et suivantes ; Q. Skinner, « Machiavelli’s(...)
  • 26 Ł. Opaliński, « Rozmowa plebana z ziemianem [ ?] » [1641], Pisma polskie, ed. Ł. Kamykowski, Warsz (...)
  • 27 A.M. Fredro, Punctum primum de potentia populi..., [1668], trad. J. Domański, Filozofia..., volume (...)
  • 28 Ł. Opaliński, « Obrona Polski przeciw Janowi Barklayowi », ibidem, Wybór pism, édité par S. Grzesz (...)

15Un autre élément de la conception polonaise de la liberté, qui renouait manifestement avec la tradition républicaine européenne, fut la conviction que tous les citoyens de la République libre sont obligés de veiller à sa puissance et à son efficacité, par la participation active à la vie publique. Déjà les écrivains polonais de la Renaissance avaient proclamé cette idée, et la noblesse à la charnière des XVIe et XVIIe siècles percevait ses devoirs précisément sous ce jour-là24. Même si, parfois, le souci du bien public tournait dans un discours vide de contenu, qui se prêtait bien à couvrir les visées personnelles, il n’empêche qu’elle fut l’un des fondements de la conception polonaise de la liberté. Il n’y avait pas que la noblesse polonaise qui devait affronter ce problème. Les penseurs du républicanisme italien à la Renaissance s’y étaient attaqués, ainsi que les écrivains polonais ; tous faisaient appel à une tradition antérieure, la romaine d’abord. Dans cette optique, la liberté n’apparaissait plus seulement comme un privilège, mais aussi comme une obligation donnée aux citoyens qui devaient y conformer leurs attitudes et leurs comportements. Voilà ce que les Italiens appelaient vita activa et les Anglais active citizenship25. Le sort de l’État libre, donc celui de la liberté aussi, dépendait d’eux-mêmes. Łukasz Opaliński en parlait aux Polonais en ces termes : « comme le bien public ne saurait rester sans les soins apportés par tous ensemble à le servir [...] au cas où personne ne voudrait prendre ce fardeau sur lui, notre patrie commune y aurait perdu, et avec elle cette liberté particulière dont vous demeurez tellement amoureux »26. Prendre part à la vie publique, aux délibérations, à la défense de la patrie et de la liberté, tel fut l’impératif politique et moral. Au XVIIe siècle Andrzej Maksymilian Fredro l’exprimait ainsi : « les citoyens, égaux dans leur dignité, servent la République par leur vertu, leur fidélité et leur amour, en veillant à ce qui leur a été confié, non pas comme serviteurs, mais justement comme citoyens [...], qui à la fois eux-mêmes gouvernent et sont gouvernés – non pas pour accroître le pouvoir et les profits d’un seul, mais pour la République et pour la liberté »27. Le joug fut endossé en toute liberté aussi, Łukasz Opaliński en écrivait avec fierté : « nous vaquons aux affaires de la République quand cela nous plaît. Sans y être contraints, nous nous chargeons de nos devoirs envers elle, et nous ne déposons notre charge sans un motif grave, pas même si l’on nous l’ordonne »28. Cette situation constituait un défi-moral pour les citoyens de la république libre. Car le souci pour l’État devait paraître non seulement dans la participation à la vie publique, mais aussi dans les choix favorables à la République, bien qu’ils puissent s’opposer aux intérêts particuliers. C’est pourquoi le caractère des hommes bénéficiaires de la liberté et les manières de le former prennent dans les réflexions polonaises beaucoup de place.

  • 29 Par exemple : K. Siemek, Civis Bonus, Kraków, 1632 ; W. Kunicki, Obraz szlachcica polskiego, Krakó (...)

16Conformément à la tradition républicaine qui remonte à Tite-Live, à Salluste et à Cicéron, les Polonais voient dans la vertu le fondement d’une république. Seule la vertu, inculquée aux citoyens, pouvait empêcher leurs agissements égoïstes menant à l’anarchie, à la corruption de l’État, enfin à la perte de la liberté. Les écrivains romains avaient aussi inspiré le canon des vertus républicaines, en vigueur depuis la Renaissance jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Y figurait avant tout la sagesse entendue comme prudence et comme courage : le Polonais libre se devait d’être vaillant au combat et sage dans les délibérations, il devait aimer la patrie et veiller au bien public. La « formation du citoyen » fut une des plus importantes questions politiques. On lui consacrait beaucoup d’attention non seulement dans les traités d’éducation mais aussi dans les interventions centrées sur les affaires politiques29. Le problème resta actuel jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Durant la crise de l’État et de la pensée politique au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles, parmi la noblesse s’était répandue la conviction que toutes les défaites de la République dont la liberté gardait pourtant toute sa perfection, découlaient de l’abandon de la vertu des ancêtres. Aucun besoin, donc, de réformer le gouvernement : il suffisait d’amender les hommes pour remettre en état l’idéal lui-même. Dans cette situation, dès le milieu du XVIIIe siècle, la vertu républicaine, quoique jamais niée dans son principe, devint la cible de très vives polémiques menées par les partisans de réformes d’État.

  • 30 Q. Skinner, Machiavelli’s Discorsi..., p. 135.
  • 31 S. Starowolski, Reformacyja obyczajów..., p. 28 ; Ł. Górnicki, Rozmowa..., p. 35.
  • 32 [W. Pęski], Domina palatii regina libertas, dans J. Dębiński, Róźne mowy publiczne..., [Częstochow (...)
  • 33 S. Konarski, O skutecznym rad sposobie..., volume 2, Warszawa, 1761, p. 123.
  • 34 S. Starowolski, Reformacyja..., p. 28.

17Avant de terminer, il convient de nous pencher sur une autre question incontournable quand il s’agit de la liberté, à savoir la question de ses limites. Contre l’opinion répandue, la liberté polonaise connaissait ses limites, et ses concepteurs étaient loin d’ignorer le péril majeur, l’anarchie, qui guettait les citoyens prenant leur condition à la légère. D’ailleurs, évitons de confondre l’anarchie et les disputes, les tumultes qui ont lieu, selon l’avis des Polonais et d’autres, dans un État dont la nation ou ses représentants peuvent influer sur le gouvernement. La maxime malo periculosam libertatem quam quietuum servitium n’exprimait aucune dénaturation dans la pensée politique polonaise, elle était commune à tous les défenseurs de la liberté républicaine. Machiavel allait jusqu’à dire que les plus violentes disputes leur sont bénéfiques, et Rousseau ne disait pas autre chose30. Les disputes mais pas la licence. Tant qu’a existé la Ière République, les théoriciens de l’État polonais cherchaient à cerner, avec des résultats divers, la question que nous pourrions définir par la limitation de la liberté pour le bien de la liberté. L’idée qu’une nation libre avait intérêt à « se priver d’un peu de liberté pour préserver la liberté » fut prônée non seulement par les critiques de la liberté polonaise31, mais aussi par Walenty Pęski, connu comme le chantre parfait de la liberté dorée. Selon lui-même, « une nation libre devait se tenir à distance a misera servitude, pourtant totam libertatem, c’est-à-dire efrenam sine lege licentiam lui est de trop ; bien au contraire, souvent il devrait se priver d’un peu de liberté pour préserver la liberté »32. Tout comme Cicéron et Sénèque, leurs précurseurs dans la Rome ancienne, les Polonais estimaient que les lois sont le meilleur frein à la liberté. Elles devaient garantir « une liberté véritable » et protéger les citoyens, même contre leur gré, de l’anarchie qui mène à l’esclavage. « La loi force tout un chacun, mais cette force est douce et tout à fait salutaire », notait Stanislas Konarski33. Il reprenait ainsi le propos de Cicéron : servi legum sumus ut liberi esse possimus. « C’est ainsi que l’obéissance à la loi ne nous rend pas esclaves mais des hommes vraiment libres et vraiment heureux », constatait Szymon Starowolski, cent ans auparavant, cette fois en répétant les mots de Sénèque34.

  • 35 A. Wolan, O wolności Rzeczypospolitej czyli szlacheckiej (1606), Kraków, édition J. Turowski, 1859 (...)
  • 36 L. Opaliński, Rozmowa..., p. 19.
  • 37 « Toutes les lois promulgées par le gouvernement libre devaient tendre à préserver dans le temps l (...)

18La relation entre la loi et la liberté, dans sa version polonaise, était assez éloignée des idées conçues au XVIIe siècle par les précurseurs du libéralisme occidental. Car, conformément à la doctrine du républicanisme, la loi assumait ici, vis-à-vis de la liberté, non seulement la fonction protectrice, donc passive, mais aussi la fonction active, car la loi devait la structurer ou la modérer. Être libre, cela ne signifiait pas faire tout ce que les lois n’interdisent pas, mais plutôt agir selon les prescriptions de la loi, les autorités s’y voyant obligées tout comme les citoyens. Chose caractéristique dans les énonciations polonaises, la mission pour ainsi dire éducatrice de la loi y prenait beaucoup de place. Au début du XVIIe siècle, Andrzej Wolan (d’après Machiavel) écrivait : « il est donc des lois qui apprennent comment s’acquitter de toute obligation honnête »35. Quoique l’idée de « forcer [les hommes] à la vertu », professée par Machiavel, ne fût jamais acceptée en Pologne, ses échos se retrouvent dans l’idée d’une loi non plus gardienne mais plutôt modératrice de la liberté. Selon le propos de Łukasz Opaliński, formulé au XVIIe siècle : « car les États libres n’ont pas d’autres moyens pour corriger les mœurs dépravées sinon l’institution des lois rigoureuses et dures... »36. Cette opinion était diffusée encore à la fin du XVIIIe siècle, au gré des conceptions de Rousseau37, très à la mode. Mais la pratique législative polonaise n’a guère connu de telles lois.

19Privilège de la « nation » noble en Pologne, sa liberté n’en fut pas moins profondément enracinée, par son intelligence, dans la tradition européenne républicaine. J’espère que la présentation rapide faite ci-dessus l’a assez démontré. Si cette liberté semblait problématique, ce n’était pas à cause de sa singularité, mais parce que, à la charnière des XVIIe et XVIIIe siècles – durant la crise de l’État et celle de la pensée politique qui en pâtissait – la vision ancienne s’est pétrifiée : les écrivains politiques et d’autant plus le commun de la noblesse n’y voulaient pas admettre le moindre changement, en méprisant les nouvelles conceptions de la liberté nées à l’Ouest de l’Europe. Pis encore, vint le moment où, dans la conscience de la noblesse ainsi que dans la pratique politique se produisit une confusion : la liberté républicaine (prendre part à la vie publique) n’était plus interprétée comme une possibilité de décider soi-même de soi-même et comme la protection de l’État libre, mais uniquement comme défense des libertés particulières. En fait, l’enjeu du problème était peut-être ailleurs : la noblesse polonaise s’efforçait de réaliser un modèle qui, à l’état pur, ne se confirmait qu’en théorie, modèle assis sur un principe aussi incertain que le fut la vertu des citoyens. Rousseau se réjouit encore de ce modèle, mais la pratique y donnait fatalement la priorité aux intérêts particuliers sur les devoirs envers l’État.

20La conception polonaise de la liberté s’est révélée très souple. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, elle a assimilé certaines solutions liées aux nouvelles conceptions de la liberté : la liberté comme « loi de la nature », la liberté politique distinguée de la liberté civile. Elle n’en cessait pas moins d’être une conception républicaine qui faisait dépendre la liberté particulière de la forme de gouvernement, tout en accentuant la nécessité de voir les citoyens adopter une attitude active. À la fin du XVIIIe siècle c’est bien cette conception qui a parrainé les idées de Staszic et de Kołłątaj, les principaux réformateurs. C’est en s’appuyant sur cette liberté que, sans modifier ses bases mais seulement la notion clé, celle de « nation », ils fondèrent leur propre vision d’une nation libre qui ne dépend que de sa volonté, qui jouit des droits civils et qui influe sur le gouvernement. Une nation formée non plus d’un seul état, mais de tous les propriétaires.

Notes

1 J. Olszewski, Snopek najjaśniejszego Zygmunta III Króla Polskiego..., (Wilno, 1632), cité d’après E. Opaliński, Kultura polityczna szlachty polskiej w latach 1587-1652, Warszawa, 1995, p. 82.

2 Komaparacyja wolności polskiej i litewskiej z wolnością postronnych ksiąząt udzielnych a mianowicie Rzeszy Niemieckiej. Son auteur, anonyme, signe Polonus Borussus ; ms 191, p. 281-290 du Fonds Czartoryski à Cracovie. L’opuscule fut rédigé sous le règne de Jean III Sobieski.

3 H. Kołłątaj, Ostatnia przestroga dla Polski (1790), édition Ł. Kądziela, Kołłątaj i inni. Z publicystyki doby Sejmu Czteroletniego, Warszawa, 1991, p. 110.

4 Voir J. Łukowski, The European Nobility in the Eighteenth Century, Palgrave-Macmillan, 2003, chapitre I et suivants.

5 A. Walicki, Idea narou w polskiej my li oświeceniowej, Warszawa, 2000, p. 10, 20-24 et suivantes.

6 J.G.A. Pockock, Le moment Machiavélien, PUF, 1997 (traduit de l’édition anglaise, 1775) ; P. Petit, « Negative Liberty, Liberal and Republican », European Journal of Philosophy, volume 1, no 1, avril 1993, p. 16 ; ibidem, Republicanism. A Theory of Freedom and Government, 2ème édition, Oxford University Press, 1999, p. 19 ; Q. Skinner, Liberty before Liberalism, CUP, 1998, p. 41-45 et suivantes.

7 Q. Skinner, Liberty..., ouvrage cité, p. 41.

8 C. Backvis, Szkice o kulturze staropolskiej, Warszawa, 1975, p. 730 ; A. Grześkowiak-Krwawicz, « Antimonarchism in Polish Republicanism in the Seventeenth and Eighteenth Centuries », Republicanism – a Shared European Heritage, M. van Gelderen, Q. Skinner (eds.), CUP, 2002, volume 1, p. 45 ; E. Opaliński, Civis Humanism and Republican Citizenship in the Polish Renaissance, ibidem, p. 158.

9 J. Olszewski, ouvrage cité, p. 82.

10 Naprawa Rzeczypospolitej do elekcyi nowego króla, (1573), édité par K.J. Turowski, Kraków, 1859, p. 18.

11 « Libera respublica – absolutum dominium – rokosz » (1606), dans Pisma polityczne z czasów rokoszu Zebrzydowskiego 1606-1608, édité par J. Czubek, volume 2, Kraków, 1918, p. 403.

12 A. Małachowski, discours à la Diète 1780, Diariusz sejmu wolnego ordynaryjnego warszawskiego..., 1780, Warszawa [1781], p. 186.

13 Krótkie rzeczy potrzebnych z strony wolności a swobód polskich zebranie, przez tego, który wszego dobrego źyczy ojczyńnie swojej roku 1587, 12 februarii, édité par K. Turowski, Kraków, 1859, p. 11.

14 A.M. Fredro, « O wyźszości rzeczypospolitej nad monarchią (Praerogativa popularis status repraesentatur Monarchiam saepius nisiregnanti bonam, 1668), traduit par T. Włodarczyk, Filozofia i myśl społeczna XVII wieku, édité par Z. Ogonowski, Warszawa, 1979, volume 1, p. 335.

15 Libera respublica..., p. 403. Dès 1573 l’anonyme qui proposait « L’amendement de la République », après avoir énuméré optimatum status, multitudinis et absoluta potestas constatait : « après avoir accommodé les trois ordres et en avoir retranché ce qui les dérangeait, nos ancêtres en prirent le meilleur et nous laissèrent une république qui réunit ces trois ordres » (Naprawa Rzeczypospolitej..., ouvrage cité, p. 5). En 1606 Jan Ostroróg se réfère directement à Aristote : « Praesens status de notre République est mere democraticus, sed sub uno monarcha, ce qu’Aristote avait conçu et noté il y a des siècles », discours à la Diète de 1606, cité d’après : W. Sobieski, Pamiętny sejm, Warszawa 1913, p. 88 ; voir J. Urwanowicz, « Ideologia a działalność polityczna szlachty w czasach Zygmunta III. Wokół wartości ustrojowych », dans Między monarchią a demokracją. Studia z dziejów Polski XV-XVIII wieku, dir. A. Sucheni-Grabowska, M. Żaryn, Warszawa, 1994, p. 173, 177 et suivantes.

16 Libera respublica..., p. 407.

17 C. Backvis, ouvrage cité, p. 731.

18 E. Haitsma Mulier, The Myth of Venice and Dutch Republican Thought in the Seventeenth Century, 1980, chapitres 1, 2 ; W. Bouwsma, « Venice and the Political Education of Europe », Renaissance Venice, éd. J. R. Hale, London, 1973, p. 445-466 ; D. Wotton, « Ulysses Bound ? Venice and the Idea of Liberty from Howell to Hume », Republicanism, Liberty and Commercial Society 1649-1776, ed. D. Wotton, Stanford Stanford, California, University Press, 1994, p. 341 et suivantes.

19 Komparacyja..., B. Czart. 191, p. 289.

20 A. Grześkowiak-Krwawicz, « Rara avis, czy wolni wśród wolnych ? Obraz krajów wolnych w polskiej literaturze politycznej XVIII wieku », Trudne stulecia, studia z dziejów XVII i XVIII wieku ofiarowane profesorowi Jerzemu Michalskiemu, Warszawa, 1994, p. 171-175.

21 E. Opaliński, « Szlachta polska wobec osoby królewskiej jako instytucji w latach 1587-1648 », Kwartalnik Historyczny, t. 90/1983, p. 800 ; U. Augustyniak, Wazowie i « królowie rodacy », Warszawa, 1999, p. 64 et suivantes.

22 Q. Skinner, Liberty..., p. 52 ; M. Dzelzainis, « Milton’s Classical Republicanism », dans Milton and Republicanism, ed. D. Armitage, A. Himy, Q. Skinner, CUP, 1995, p. 19-21 ; ibidem, « Anti-Monarchism in English Republicanism », Republicanism..., volume 1, p. 27-41 ; B. Burger, Republican Theory in Political Thought. Virtuous or Virtual ?, Macmillan Press, 1999, p. 27.

23 J.G.A. Pockock, ouvrage cité, p. 413-418.

24 Sur les opinions de la noblesse au tournant des XVIe-XVIIe siècles en ce qui concerne ses obligations envers l’État, voir J. Dzięgielewski, « Stan szlachecki w życiu publicznym Rzeczypospolitej w pierwszym stuleciu po Unii Lubelskiej », dans Tradycje polityczne dawnej Polski, Warszawa, s. d., p. 77.

25 J.G.A. Pockock, ouvrage cité, p. 55-74, 96-98, 395, 410 et suivantes ; Q. Skinner, « Machiavelli’s Discorsi and the Pre-Humanist Origins of Republican Ideas », Machiavelli and Republicanism, ed. G. Bock, Q. Skinner, M. Viroli, CUP, 1990, p. 138 ; K. Tilmans, « Republican Citizenship and Civic-Humanism in the Burgudian-Habsburg Niderlands (1477-1566), Republicanism..., volume 1, p. 107-126.

26 Ł. Opaliński, « Rozmowa plebana z ziemianem [ ?] » [1641], Pisma polskie, ed. Ł. Kamykowski, Warszawa, 1938, p. 35.

27 A.M. Fredro, Punctum primum de potentia populi..., [1668], trad. J. Domański, Filozofia..., volume 1, p. 348.

28 Ł. Opaliński, « Obrona Polski przeciw Janowi Barklayowi », ibidem, Wybór pism, édité par S. Grzeszczuk, Wrocław, 1959, p. 197.

29 Par exemple : K. Siemek, Civis Bonus, Kraków, 1632 ; W. Kunicki, Obraz szlachcica polskiego, Kraków, 1645 ; S. Starowolski, Reformacyja obyczajów polskich, Kraków, 1650 (chapitre IX « O ćwiczeniu młodzi ») ; S. Konarski, De viro honesto et bono cive, Warszawa, 1754.

30 Q. Skinner, Machiavelli’s Discorsi..., p. 135.

31 S. Starowolski, Reformacyja obyczajów..., p. 28 ; Ł. Górnicki, Rozmowa..., p. 35.

32 [W. Pęski], Domina palatii regina libertas, dans J. Dębiński, Róźne mowy publiczne..., [Częstochowa] 1727, p. 13.

33 S. Konarski, O skutecznym rad sposobie..., volume 2, Warszawa, 1761, p. 123.

34 S. Starowolski, Reformacyja..., p. 28.

35 A. Wolan, O wolności Rzeczypospolitej czyli szlacheckiej (1606), Kraków, édition J. Turowski, 1859, p. 12.

36 L. Opaliński, Rozmowa..., p. 19.

37 « Toutes les lois promulgées par le gouvernement libre devaient tendre à préserver dans le temps le courage civique d’un côté, l’obéissance à la loi de l’autre ». M. Wielhorski, O przywroceniu..., p. 257 ; de même, A.W. Rzewuski et S. Staszic.

Auteur

Académie Polonaise des Sciences

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540