Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre III - Ville ou/et campagne : un choix de pouvoir,un choix de vie ?

Image de la noblesse polonaise dans la littérature du xviiie siècle. Entre le cosmopolitisme et la tradition nationale

Teresa Kostkiewiczowa

Texte intégral

1La noblesse, sa vie, ses coutumes, ainsi que ses opinions et positions politiques, sociales, morales, voilà ce qui, en premier lieu, attire l’intérêt de la littérature polonaise du XVIIIe siècle, dans toutes ses manifestations et genres : comédie, satire, roman, mémoires, textes politiques. La noblesse et les amateurs des œuvres littéraires en général, en sont, à cette époque-là, les principaux destinataires. La littérature a pour mission de donner une image de ce groupe social tout en l’aidant à se forger des convictions ; elle contribue aussi à son éducation en la préparant à participer aux réformes politiques et sociales. L’image de la noblesse telle qu’elle apparaît dans la littérature a une valeur documentaire et constitue un témoignage de ce que représente l’identité du groupe. D’ailleurs, la plupart des auteurs des œuvres de la littérature polonaise sont issus de l’aristocratie. Il s’agit donc de l’image de la noblesse vue par elle-même.

  • 1 Pour la stratification de l’état noble en Pologne voir les principales informations dans A. Zającz (...)
  • 2 Parmi plusieurs ouvrages consacrés au sarmatisme voir entre autres J. Maciejewski, Sarmatyzm jako (...)

2En décrivant la noblesse polonaise du XVIIIe siècle, il faut prendre en compte sa grande diversité. Malgré l’égalité fortement soulignée qui concerne les droits et les obligations, un écart évident s’est déjà creusé entre les petits nobles de province (zaścianek) et le groupe de magnats qui détiennent des titres importants1. L’intérêt de la littérature se focalise pourtant sur la noblesse dite « moyenne », celle qui, installée à la campagne, propriétaire de quelques demeures et fermes, surveille elle-même leur bon fonctionnement. Dès le XVIe siècle, ce groupe crée et participe à un type spécifique de culture : « le sarmatisme »2. Il serait trop long de faire ici des descriptions détaillées et d’analyser les controverses soulevées par cette notion. Il convient cependant de montrer qu’elle contribue à construire l’identité du groupe dans tous les domaines : la vie politique (parlementarisme), celui des idées (idée de liberté et d’égalité au sein de la noblesse), de mœurs (vêtements) et des mentalités (catholicisme).

  • 3 Sur cette question voir Wstęp (Introduction), Staropolska poezja ziemiańska. Antologia (Poésie de (...)

3La noblesse sarmate préfère rester sur ses terres que de vivre à la cour. L’univers du manoir noble et de sa ferme (folwark) est donc fortement idéalisé et élevé au rang d’une certaine Arcadie dans laquelle les rêves humains de l’ordre et de l’harmonie de l’existence peuvent trouver leur épanouissement. C’est ce qui se manifeste dans l’abondante littérature décrivant la vie de nobles de campagne aux XVIe et XVIIe siècles.3

  • 4 Sur ce processus voir une étude plus large : T. Kostkiewiczowa, Polski wiek światel. Obszary swois (...)

4En dépit des contacts culturels de la Pologne avec l’Ouest et l’Orient, le sarmatisme reste le modèle dominant, sinon unique de la culture de la République, et se maintient dans ses principales caractéristiques jusqu’au milieu du XVIIIe siècle. Ce n’est qu’à partir de cette époque que les écrivains s’écartent de ce modèle4. De nombreuses œuvres littéraires des Lumières attestent de ce changement ; nous en avons retenu trois, elles sont issues d’écrivains polonais très connus et donnent une image très précise du milieu nobiliaire.

5Ces œuvres représentent différents genres littéraires : Podstoli, dans Monsieur Sous-Panetier, écrit dans les années 1778-1800, atteste de la vie d’un seigneur dans son manoir et des discussions qu’il mène avec un voyageur qui lui rend visite. Créée en 1781, la comédie de Franciszek Zablocki, Fircyk w zalotach (Petit-maître en amourettes) est une adaptation libre du Petit maître amoureux de l’écrivain français Jean Antoine Ramagnosi. Elle transpose la fable en Pologne, plus particulièrement dans un domaine situé près de Varsovie. Pamietniki czasów moich (Mémoires de mon temps) de Julian Uryn Niemcewicz, dans la première version qui date des années 1823-25, rassemble des souvenirs de mémorialistes de son enfance du début des années 1760 jusqu’en 1796. La période la plus intéressante concerne le moment où il vit dans la propriété familiale de Podlasie. Quelles que soient la forme de ces textes et leur période, ils ont bien des points communs. Leurs auteurs soulignent les changements qui touchent le milieu nobiliaire. La culture polonaise qui a forgé l’identité de l’aristocratie est influencée par des idées venues de l’extérieur et notamment de France. Cette imprégnation est tellement importante qu’elle constitue l’élément fondamental de la réflexion sur la noblesse polonaise au XVIIIe siècle.

  • 5 Les ouvrages de J. Tazbir apportent une vision générale de la culture et du style de vie de la nob (...)
  • 6 Cité d’après J. Krasicki, Pan Podstoli (Monsieur Sous-Panetier). Introduction et élaboration de K. (...)

6En effet, une des conditions indispensables pour se sentir un noble sarmate était non seulement de posséder des terres, mais aussi de les administrer. Cela conduit inévitablement le noble à vivre à la campagne, dans sa demeure et à participer aux passe-temps traditionnels d’un seigneur rural c’est-à-dire à profiter des charmes de la nature tout en s’occupant de la mise en valeur du domaine5. C’est Krasicki dans Monsieur Sous-Panetier qui donne l’image la plus ressemblante du propriétaire-agriculteur. Le principal personnage de son roman gère ses biens, modernise les instruments de production, prend soin des bâtiments, des routes, veille à avoir de bonnes relations avec ses domestiques et son entourage. Sous-Panetier sait qu’en Pologne il y a beaucoup de nobles-propriétaires qui restent de mauvais gestionnaires et dont les demeures, trop souvent négligées, tombent en ruine. Il porte sur eux un jugement critique, les trouvant ignorants, dépensiers et trop attachés aux méthodes traditionnelles. Les nobles vivent, selon lui, dans un monde où superstition et crainte de la nouveauté occupent une grande place. Cela ne l’empêche pas de s’opposer aux changements des anciennes demeures faits à la manière de son jeune voisin qui « revint de l’étranger et transforma le vieux château de ses aïeux en un palais à la mode. Après la reconstruction, il est vrai, la demeure devint plus belle, mais ce qu’elle gagna en décor, elle le perdit en splendeur. On aurait pu associer la gravité de l’ancien à l’élégance du présent. »6, déclare-t-il, en considérant que la principale obligation de son état est la gestion des biens. Il critique cependant les nobles qui traitent leurs propriétés comme des sources de revenus dont ils profitent lors de leurs voyages à l’étranger, et des mondanités en ville ou à la cour.

7Les mémoires de Niemcewicz apportent également l’image nostalgique d’une demeure noble, typique du paysage polonais, lors de l’enfance de l’auteur :

  • 7 J. Ursyn Niemcewicz, Pamiętnik czasów moich (Mémoires de mon temps), ouvrage élaboré par J. Dihm, (...)

Cette maison, construite selon l’ancienne coutume, avait un perron d’accès (…) La cour était entourée d’une palissade avec une grande porte à l’entrée. Le petit bâtiment à côté de la maison servait de cuisine. En se dirigeant vers l’ouest, on pouvait entrer dans le jardin potager. Derrière, s’étalait toute la ferme avec ses greniers, ses granges, ses étables… On n’y trouvait point de platebandes à l’anglaise et d’allées pavées7.

8De même que Krasicki, Niemcewicz note aussi les changements qui se sont opérés depuis ce temps-là dans le style d’aménagement du logement, ainsi que dans l’organisation de la vie à l’intérieur d’une maison noble.

  • 8 J. Ursyn Niemcewicz, Pamiętnik czasów moich (Mémoires de mon temps), ouvrage élaboré par J. Dihm, (...)

Hélas, de même que les pays d`Europe, ma campagne natale changea entièrement son allure. L’ancienne maison fut démolie ; le jardin, la pelouse, la cour aplanis. Mon père choisit un autre endroit pour bâtir la nouvelle demeure. Cependant, dans la vieille maison en bois, tous furent plus heureux, aussi bien lui que nous8.

  • 9 Les changements dans le style de vie de la noblesse des pays européens ont été décrits par J. Luko (...)

9Niemcewicz note également une nouvelle habitude de nobles riches et de magnats, contraire à l’ancienne tradition, et notamment celle de séjourner longtemps en ville, à Varsovie en particulier, pour y mener une vie animée, pleine de fêtes et de divertissements9.

  • 10 Ouvrage cité, p. 60-61.

Varsovie attirait presque tous les nobles opulents de la Pologne et de la Lituanie. Avant, au temps des Auguste, ils vivaient dans leurs propriétés en province. Mais le séjour du roi à la capitale, l’incertitude de la vie campagnarde, le désir des divertissements, tout cela faisait venir à Varsovie les riches et les moins fortunés10.

  • 11 Ouvrage cité, p. 108.
  • 12 Ouvrage cité, p. 238.
  • 13 Ibidem.

10Un des personnages de Monsieur Sous-Panetier se comporte ainsi, il « choisit un mode de vie totalement différent »11 de celui de ses parents et depuis quelques années séjourne en ville, sans veiller personnellement à ses biens. Un autre jeune homme, se soumettant à la nouvelle mode : « ne reste à la maison que très rarement. En été, il va aux bains, et il passe l’hiver en ville »12. Une fois arrivé à son siège familial, il « commença la gestion par la démolition de la maison et du jardin de son père »13.

  • 14 F. Zabłocki, Fircyk w zalotach (Petit-maître en amourettes). Cité d’après Teatr Franciszka Zabłock (...)
  • 15 Ouvrage cité, acte III, scène 2.

11Dans la comédie de Zabłocki, Petit-maître en amourettes, Aryst se caractérise par les qualités apparentes d’un bon noble : « la notion d’honneur prise au sérieux, bonhomie sans grain de vanité/amitié polie, stable et serviable/cœur bon, pensée honnête, conduite pure »14. Cependant, en réalité, ce possesseur fier des valeurs nobles n’habite plus dans sa demeure à la campagne, mais dans une résidence près de Varsovie. Il ne s’occupe point de ses biens, mais s’adonne inlassablement au jeu et au hasard, « il est plus enclin à une vie prodigue et pleine de luxe ». Ce n’est pas un homme qui se réjouit des charmes de son état, mais plutôt un « philosophe triste et sombre ». Au lieu d’accepter le naturel du paysage rural, il transforme les champs cultivés en jardin anglais, où il fait défoncer « les tanières de loups, les niches de renards », « planter des mauvaises herbes »15.

  • 16 F. Zabłocki, Fircyk w zalotach (Petit-maître en amourettes). Cité d’après Teatr Franciszka Zabłock (...)
  • 17 Ouvrage cité, acte III, p. 2.

12Les passe-temps favoris organisés dans une résidence près de Varsovie s’éloignent aussi de la tradition des demeures nobles. Le petit maître vivant en ville fait venir des chanteurs d’opéra italiens jouant la musique à la mode, à table, il sert aussi de nouveaux plats à la mode : « des délices mouillés avec une sauce française »16. Les habitudes et le mode de vie urbain s’implantent également dans les demeures campagnardes. Les personnages de la pièce préfèrent la ville à la campagne. « Quelle belle vie en ville ! », dit Petit-maître17.

13La littérature rend compte des modifications qui s’opèrent, entre autres, dans le domaine de l’habit et de la mode. L’abandon de la tenue traditionnelle et l’acceptation de la mode française est un fait non seulement dans les milieux proches de la cour, mais aussi en province, dans les demeures de la noblesse moyenne.

14Le personnage de Monsieur Sous-Panetier constate :

  • 18 Ouvrage cité, p. 14-15.

Nos jeunes choisissent l’habit à la française. Ce style est maintenant tellement courant, que – une fois – quand j’étais député à Varsovie, pendant un dîner, il n’y eut qu’une seule chevelure parmi quarante perruques, et ce fut la mienne. Ce fut drôle de se sentir étranger parmi les Polonais. (…) Le vêtement ne témoigne pas – selon moi – des vertus intérieures. Cependant je trouve qu’il serait mieux pour nous de garder nos propres traditions. (…) Je ne veux pas dire que le vêtement français soit privé de charme, mais le nôtre est sans doute plus sérieux et plus confortable18.

  • 19 J. Ursyn Niemcewicz, Pamiętnik czasów moich (Mémoires de mon temps), ouvrage élaboré par J. Dihm, (...)
  • 20 Ouvrage cité, p. 62.
  • 21 Ibidem.

15Dans ses Mémoires, Niemcewicz remarque également qu’au temps de son enfance : « ce fut encore rare de faire éduquer un enfant à Varsovie, de même que de voir un jeune homme dans un habit étranger »19. Cependant, avec le temps, la situation change : « Les coutumes polonaises cédèrent place à celles venues de l’étranger. Madame Miniszchowa, la femme du Chambellan de la Couronne qui, la première, visita la France, en apporta la mode, la langue et le ton parisien »20. L’écrivain constate que le roi Stanislas-Auguste « contribua beaucoup à l’introduction du ton, du goût et des coutumes étrangères »21.

  • 22 F. Zabłocki, Fircyk w zalotach (Petit-maître en amourettes). Cité d’après Teatr Franciszka Zabłock (...)
  • 23 Sur cette question voir W. Woźnowski, Literacki spór o tradycje w czasach Stanislawa Augusta (Zdzi (...)
  • 24 Ouvrage cité, p. 15.
  • 25 Ibidem.
  • 26 Ibidem.

16Petit-maître en amourettes présente les mêmes processus culturels dans leur phase avancée. Les deux personnages – Petit-maître et Aryst – sont, d’un côté, fiers d’appartenir à la noblesse, mais de l’autre, leur comportement, leur façon de penser et leur tenue sont absolument opposés à la tradition de leurs maisons natales. Le premier qui porte ostensiblement un frac français « tout multicolore, comme une queue de paon », est tout « brillant »22. Aryst, en dépit des apparences de stabilité et de son aspect rural, est un personnage qui, par certains côtés n’est pas sans rappeler celui de Petit-maître. Dans la scène 6 de l’acte I, nous assistons à la toilette matinale d’Aryst qui, encore vers midi, porte une robe de chambre. Il prend son temps pour choisir sa perruque poudrée, ensuite il met son frac et s’équipe de plusieurs objets nécessaires à un jeune homme à la mode : « Tabatière, portefeuille, étui, jumelles,/Vodka odorante, petit peigne, ciseaux, pincette ». Aryst, contrairement à Monsieur Sous-Panetier, choisit la tenue française. De tels problèmes de choix semblent essentiels aux Polonais de la seconde moitié du XVIIIe siècle, à tel point qu’ils deviennent dans plusieurs œuvres, l’enjeu d’un conflit littéraire, appelé la querelle entre le franc et le kontouche (habit local traditionnel)23. Il témoigne de l’importance de ce phénomène dans la vie publique, traité comme une partie d’un tout d’un problème plus large et une différenciation de plus en plus forte de la culture. Le personnage de Monsieur Sous-Panetier se permet une généralisation adéquate, en introduisant une optique axiologique : « Quand on rejette une chose et en choisit une autre, la sagesse veut que ce qu’on prenne soit meilleur que ce qu’on abandonne »24. Il raisonne donc que « Là, où il y a plus de froid que de chaleur, les robes longues sont nécessaires aussi bien pour la santé que pour la commodité des dames »25. De plus, « l’abandon de son propre habit en faveur du vêtement étranger, est la preuve dune préférence qui peut devenir l’indifférence et ensuite le dédain de son propre pays »26.

  • 27 Ouvrage cité, p. 175.
  • 28 Ouvrage cité, p. 176.
  • 29 Ouvrage cité, p. 201.

17Les changements du comportement de la noblesse ne se limitent pas à la tenue, ils se manifestent largement dans la sphère de coutumes et de style de vie. Les écrivains de l’époque en apportent les preuves. Krasicki, tout en gardant une distance critique, décrit les silhouettes de jeunes nobles à la mode qui, au cours des voyages à l’étranger, recherchent de nouveaux modèles. L’effet, c’est par exemple : « L’attelage différent du nôtre, le cocher habillé de façon ni allemande, ni de la nôtre, les domestiques pomponnés de manière bizarre, lui-même porta des habits fort singuliers »27. Les conséquences se laissent également remarquer dans le mode de raisonnement, dans la façon de s’exprimer, de se servir de la parole, comme le prouve l’exemple d’un sage à la mode dont les interventions « sont inappropriées, il adopta le ton tellement décidé comme s’il se trouvait au tribunal, il utilisa des termes scientifiques, mais leur application au cours du discours prouvait qu’il ne savait pas ce qu’ils signifiaient »28. L’objet de l’intérêt voire de l’engouement des milieux nobles devient tout ce qui est nouveau et original : « Ils sont bizarres, les jeunes de nos jours. Tout ce qui est étranger les attire, sans une réflexion si cela est bon, mauvais, honnête, méchant, étonnant ou ridicule. Ils suivent aveuglément la nouveauté et y voient un honneur singulier. Et celui qui exagère le plus, a la plus grande notoriété »29.

  • 30 Ouvrage cité, p. 141.

18Cette attitude s’ajoute au mépris de la tradition et de ce qui est « nôtre ». Monsieur Sous-Panetier raconte qu’après le retour d’un jeune noble de l’étranger : « Le borchtch et le bouillon furent disgraciés, les cuisiniers sarmates renvoyés, le maréchal et écuyer ayant refusé de se vêtir à la française également perdirent leur place. La maison entière changea à tel point qu’à la fin on n’y entendait plus un mot de polonais. Nous aussi, voyant que toute la conversation se faisait avec le gouverneur et monsieur l’abbé venu de Paris, décidâmes de quitter la maison, ayant reçu les adieux encore plus froids que les bonjours »30.

  • 31 Ouvrage cité, p. 60.
  • 32 Ouvrage cité, p. 63.
  • 33 Sur le rôle et la disparition au XVIIIe siècle du modèle de valeurs chevaleresques chez les nobles (...)

19Parmi les manifestations importantes des changements dans la sphère de mœurs qui ne cessent pas de s’intensifier, il faut citer : le mode de vie de bons vivants, fêtards, le luxe excessif, la débauche, le libertinage non acceptés dans les milieux traditionnels. Ce type de comportement devient habituel, représente une norme pour des nobles vivant en ville. Niemcewicz décrit les rues de Varsovie sur lesquelles « flânaient des carrosses brillants, dorés avec des valets et des hussards »31, tandis que la capitale « plongeait dans les luxes et les amusements »32 suivant l’exemple étranger. Ce mode de vie inactive, limitée aux distractions n’a rien de commun avec l’ancien modèle d’occupations relatives à la culture de la terre ou à la défense du pays. Les règles de la chevalerie ne sont donc plus qu’un phénomène historique33.

  • 34 Ouvrage cité, Acte I, p. 1.
  • 35 Ouvrage cité, Acte III, p. 11.
  • 36 Ouvrage cité, Acte I, p. 4.

20La comédie de Zabłocki apporte l’image des nobles qui s’éloignent définitivement des coutumes de leur milieu. Sur la scène, dans une « maison de campagne » le spectateur observe les personnages qui se laissent guider par une hiérarchie de valeurs absolument différentes et qui mettent en pratique de nouveaux modèles. Petit-maître, issu d’une famille « portant un nom honorable » rejette ce patrimoine en pleine conscience. « Fêtes, parades, jeux, banquets, bals, danses, coquetterie, festins »34, c’est ce qu’il adore, c’est un « fêtard, frivole, libertin »35, « grossier, importun, alerte, moqueur »36. Klarysa, femme d’Aryst, est l’incarnation d’une femme à la mode, réalisant consciemment le modèle épicurien de la vie libre, sans engagements, pleine d’amusements et de moqueries. C’est une dame ouverte au monde, qui traite avec une supériorité ironique les positions morales traditionnelles qu’elle qualifie du mot « Sarmate », méprisant dans sa bouche. Les valeurs de bien commun, d’utilité, d’honnêteté et de responsabilité n’existent pas dans cet univers. Les personnages du drame privilégient l’intérêt personnel et le plaisir ; leurs relations réciproques se résument à mener un jeu, une intrigue, à revêtir des masques et à créer des apparences en vue de manipuler ceux qu’ils traitent de façon instrumentale, afin d’atteindre leurs objectifs. La conception du monde, que les comportements et les paroles des personnages laissent deviner, est celle d’une mascarade, d’un théâtre présentant le jeu dans lequel la victoire appartient aux plus malins, privés de toute indulgence et de tout frein moral.

  • 37 Ouvrage cité, p. 86.

21Les œuvres littéraires de la seconde moitié du XVIIIe siècle décrivent aussi le processus des changements profonds touchant la sphère des opinions générales sur la vie humaine. Jusqu’alors, l’un des principes de la vision du monde des nobles c’était la religiosité et l’attachement aux pratiques religieuses traditionnelles. Ainsi, Niemcewicz, en présentant son père, accentue son « ardeur pour la sainte foi catholique »37, et remarque en même temps une forte influence de nouveaux courants de pensée adoptés sans réflexion par les milieux nobles, ce qui menait à l’affaiblissement des convictions religieuses. Les personnages de Monsieur Sous-Panetier engagent plusieurs fois la discussion sur ce sujet.

  • 38 Ouvrage cité, p. 138.
  • 39 Ouvrage cité, p. 176.

22« Rendre hommage à Dieu ouvertement, non seulement à l’église, mais aussi ailleurs : à la maison, en route, et dans chaque autre lieu, c’était une pratique générale. Aujourd’hui par contre, si quelqu’un tient aux anciennes coutumes, il est pris pour un bigot »38 remarque le héros du roman. La libre pensée en tant que résultat des contacts, souvent superficiels, avec les milieux philosophes de salons parisiens revêtent parfois des formes expressives. Dans ce que disent ces « messieurs qui suivent la nouvelle mode » « à part les paroles vaines, il y a des propos blasphématoires »39 constate le personnage de Krasicki. Ce processus se manifeste aussi dans le changement subi par une noble provenant de province après un long séjour à l’étranger ;

  • 40 Ouvrage cité, p. 170.

« (…) Sa manière de parler, de marcher, de se vêtir fut tellement opposée à son ancienne allure qu’elle ne ressemblait aucunement à celle que nous eûmes connue »40.

23La domination du temps passe en ville sur celui de la campagne, l’admiration inconditionnelle de la culture de salon, le mépris pour la tradition familiale et les anciennes coutumes, tout cela va de pair avec la négligence des pratiques religieuses, la critique envers la religion et les institutions ecclésiastiques, ainsi qu’avec la réception banalisée des idées de libre pensée. Elle déclare par exemple :

24« Inestimable, ce Raynal ! Il s’insurge contre la superstition et gronde les prêtres ! Quelle lecture agréable ! Le lecteur y apprendra beaucoup sur le commerce : d’ou vient le poivre, la cannelle, la muscade ; il saura également comment les Espagnols guerroyaient et tuaient les Noirs. Il n’y a rien de plus beau que ce livre ». « (…) me paraissait étrange de mêler la superstition à la muscade », tel est le commentaire ironique de Monsieur Sous-Panetier.

  • 41 Ouvrage cité, Acte III, 3.

25Des changements importants, non seulement dans le domaine de la tenue et du comportement, mais aussi dans celui des mentalités se laissent observer chez les personnages de la comédie de Zablocki. Ainsi, une héroïne montre la religiosité, la modestie et la sévérité des mœurs comme un masque revêtu pour gagner le cœur de l’homme. L’autre affiche sans gêne l’attitude hédoniste et n’accepte aucune contrainte ni normes morales dans sa recherche de la jouissance. Aryst n’attache pas d’importance aux pratiques religieuses tout en gardant les apparences d’une vie morale, il admet la possibilité de la vie « à la façon d’animaux », « sans Dieu »41. Il rejette également la foi en la Révélation divine, le prêtre n’est pour lui qu’un fanatique qui fantasme sur « quelques libertins, quelques déistes », lui-même croit que « celui qui est généreux, vaut plus qu’un saint ».

  • 42 Ouvrage cité, Acte II, 1.

26Petit-maître, en revanche, se moque manifestement des normes et principes moraux, il perçoit l’univers comme « un tripot habité par des joueurs » dans lequel les relations entre les personnes se ramènent aux rapports instables entre le dominant et le dominé. Ce qui compte, c’est l’intérêt et le plaisir. Il définit ce projet de vie en disant « Vive le Français. C’est par sa grâce que l’univers vit en paix »42.

27La résidence située près de Varsovie, décrite par Zablocki, ne rappelle pas du tout un manoir traditionnel. Il est vrai que ses habitants appartiennent à l’univers noble de l’élite sociale : ils se servent de titres traditionnels et gardent certains éléments des coutumes généralement admises. La maison d’Aryst est accueillante. Cela dit, leur apparence, leur comportement et leur mentalité les rapprochent plutôt du public cosmopolite des salons européens. La comédie de Zabłocki présente le monde apparemment noble, mais transformé, étranger à la tradition et se distançiant des modèles « Sarmates » qualifiés « d’antiques ».

28Les œuvres citées à titre d’exemple, de même que la plupart des textes littéraires de l’époque, illustrent le processus de différenciation et de polarisation de différents modèles et choix culturels en cours dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Ces œuvres mettent en relief le fait important de la rivalité entre le modèle de l’ancienne culture noble attachée aux racines et traditions locales et celui de la culture cosmopolite, influencée surtout par les Lumières françaises. À cette époque-là, cette proposition alternative à la culture locale devint un élément de la vie publique de plus en plus manifeste et expansif.

29Dans ses Mémoires, Niemcewicz enregistre ce processus en tant que chroniqueur qui observe avec nostalgie les changements dans le monde jusqu’alors homogène du point de vue culturel, où régnaient des règles stables, généralement acceptées. Zabłocki dans sa comédie ne porte pas de jugement, renonce à une valorisation quelconque, il ne cherche qu’à présenter une image artistiquement parfaite de ces processus importants qui s’opèrent dans le domaine des mœurs et des mentalités.

  • 43 Ce sujet est abordé de façon plus ample par S. Graciotti « Il vecchio e il nuovo nel Pan Podstoli (...)

30Krasicki, par contre, adopte une position plus catégorique envers ces processus. Il porte un jugement critique sur tout ce qui constitue une infraction par rapport au modèle idéal de la culture locale, aussi bien politique que culturelle. Il stigmatise donc manifestement ce qui dénature ces deux domaines. En même temps, cet écrivain fait preuve d’un esprit d’ouverture avec lequel il accueille des nouveautés permettant le progrès de l’économie et le perfectionnement de l’organisation de la vie publique. Il s’oppose en même temps à une acceptation aveugle, superficielle du modèle culturel cosmopolite. Le personnage créé par Krasicki apprécie sa tradition locale. Les arguments qu’il évoque pour justifier son attitude sont aussi bien d’ordre pragmatique que du domaine des principes. Il soulève le caractère unique et les valeurs apportées au patrimoine culturel. Tout en acceptant l’idée d’ouverture et d’universalisme culturel, Krasicki se prononce donc pour renforcer la tradition locale, considérée comme une valeur essentielle qui reste en opposition avec une unification culturelle43.

  • 44 Cette question est étudiée entre autres dans les textes recueillis dans le volume Tradycje szlache (...)

31C’est cette orientation qui devient finalement dominante dans la réflexion et la pratique sociale de la fin du XVIIIe siècle. Les chercheurs qui étudient ce phénomène constatent que dans le processus de confrontation entre la culture locale et les modèles cosmopolites – qui pour la première fois dans l’histoire de la Pologne a pris une ampleur aussi importante – les partisans de nouvelles solutions n’ont pas réussi à présenter des propositions suffisamment intéressantes pour qu’elles puissent dominer, voire remplacer le modèle existant. Cette confrontation a pourtant laissé une empreinte sur l’histoire de la culture polonaise. Celle-ci, en effet, se développe dans une situation de tension permanente entre le modèle local et les nouveautés européennes. Le fait de garder la tradition, enracinée depuis des siècles, s’est avéré un des principaux facteurs permettant à la communauté d’esprit des Polonais de se perpétuer malgré les partages et les annexions. Et qui plus est, ce modèle culturel créé au sein de l’état noble s’est avéré si attirant au cours des siècles suivants, que les représentants d’autres catégories sociales y aspiraient et s’y identifiaient44.

Notes

1 Pour la stratification de l’état noble en Pologne voir les principales informations dans A. Zajączkowski, Główne elementy kultury szlacheckiej w Polsce. Ideologia a struktury społeczne (Principaux éléments de la culture noble en Pologne. Idéologie et structures sociales), Wrocław, 1961. La diversité de la noblesse est aussi mentionnée dans J. Lukowski, The European Nobility in the Eighteenth Century, Bristol, 2003, p. 1-2.

2 Parmi plusieurs ouvrages consacrés au sarmatisme voir entre autres J. Maciejewski, Sarmatyzm jako formacja kulturowa (Le Sarmatisme en tant que formation culturelle) ; Dylematy Wolności, Zmierzch sarmatyzmu i początki Oświecenia w Polsce (Dilemmes de la liberté. Déclin du sarmatisme et débuts du Siècle des Lumières en Pologne), Warszawa, 1994 et « Zapisy : pytania o sarmatyzm » (« Notes : questions sur le sarmatisme ») dans Ogród, 1994, no 4, p. 48-107.

3 Sur cette question voir Wstęp (Introduction), Staropolska poezja ziemiańska. Antologia (Poésie de nobles de campagne. Anthologie), recueilli par J. S. Gruchała, S. Grzeszczuk, Warszawa, 1988.

4 Sur ce processus voir une étude plus large : T. Kostkiewiczowa, Polski wiek światel. Obszary swoistości (Le Siècle des Lumières polonais. Espaces familiers), Wrocław, 2002, p. 37-90.

5 Les ouvrages de J. Tazbir apportent une vision générale de la culture et du style de vie de la noblesse : La République nobiliaire et le monde. Études sur l’histoire de la culture polonaise à l’époque du baroque, Wrocław, 1986 et Kultura szlachecka w Polsce (La Culture noble en Pologne), Poznań, 1998.

6 Cité d’après J. Krasicki, Pan Podstoli (Monsieur Sous-Panetier). Introduction et élaboration de K. Stasiewicz, Olsztyn, 1994, p. 82.

7 J. Ursyn Niemcewicz, Pamiętnik czasów moich (Mémoires de mon temps), ouvrage élaboré par J. Dihm, p. 1-2, Warszawa, 1957, p. 34-35.

8 J. Ursyn Niemcewicz, Pamiętnik czasów moich (Mémoires de mon temps), ouvrage élaboré par J. Dihm, p. 1-2, Warszawa, 1957, p. 34-35 et 1.

9 Les changements dans le style de vie de la noblesse des pays européens ont été décrits par J. Lukowski, ouvrage cité, p. 125-137.

10 Ouvrage cité, p. 60-61.

11 Ouvrage cité, p. 108.

12 Ouvrage cité, p. 238.

13 Ibidem.

14 F. Zabłocki, Fircyk w zalotach (Petit-maître en amourettes). Cité d’après Teatr Franciszka Zabłockiego (Le Théatre de Franciszek Zabłocki), élaboré par J. Pawłowiczowa, volume 3, Wrocław, 1995. Acte I, scène 1.

15 Ouvrage cité, acte III, scène 2.

16 F. Zabłocki, Fircyk w zalotach (Petit-maître en amourettes). Cité d’après Teatr Franciszka Zabłockiego (Le Théatre de Franciszek Zabłocki), élaboré par J. Pawłowiczowa, volume 3, Wrocław, 1995. Acte III, p. 1.

17 Ouvrage cité, acte III, p. 2.

18 Ouvrage cité, p. 14-15.

19 J. Ursyn Niemcewicz, Pamiętnik czasów moich (Mémoires de mon temps), ouvrage élaboré par J. Dihm, p. 1-2, Warszawa, 1957, p. 86.

20 Ouvrage cité, p. 62.

21 Ibidem.

22 F. Zabłocki, Fircyk w zalotach (Petit-maître en amourettes). Cité d’après Teatr Franciszka Zabłockiego (Théatre de Franciszek Zabłocki), élaboré par J. Pawłowiczowa, volume 3, Wrocław, 1995. Acte I, scène 1.

23 Sur cette question voir W. Woźnowski, Literacki spór o tradycje w czasach Stanislawa Augusta (Zdziejów motywu wasów, kontusza i fraka) (Une querelle littéraire sur les traditions à l’époque de Stanislaw August. De l’histoire du motif de moustache, de kontouche et de frague), Zeszyty Naukowe Uniwersytetu Jagiellońskiego, 21, 1971. Voir aussi des textes réunis dans le volume : Swojskość i cudzoziemszczyzna w dziejach kultury polskiej (Ce qui est le nôtre et ce qui est étranger dans l’histoire de la culture polonaise), sous la direction de Z. Stefanowska, Warszawa, 1973.

24 Ouvrage cité, p. 15.

25 Ibidem.

26 Ibidem.

27 Ouvrage cité, p. 175.

28 Ouvrage cité, p. 176.

29 Ouvrage cité, p. 201.

30 Ouvrage cité, p. 141.

31 Ouvrage cité, p. 60.

32 Ouvrage cité, p. 63.

33 Sur le rôle et la disparition au XVIIIe siècle du modèle de valeurs chevaleresques chez les nobles voir entre autres W. Czapliński, « O kulturze szlacheckiej z innego punktu widzenia » (« De la culture noble d’une autre perspective ») dans Tradycje szlacheckie w kulturze polskiej (Traditions nobles dans la culture polonaise), sous la direction de Z. Stefanowska, Warszawa, 1976, p. 155-159.

34 Ouvrage cité, Acte I, p. 1.

35 Ouvrage cité, Acte III, p. 11.

36 Ouvrage cité, Acte I, p. 4.

37 Ouvrage cité, p. 86.

38 Ouvrage cité, p. 138.

39 Ouvrage cité, p. 176.

40 Ouvrage cité, p. 170.

41 Ouvrage cité, Acte III, 3.

42 Ouvrage cité, Acte II, 1.

43 Ce sujet est abordé de façon plus ample par S. Graciotti « Il vecchio e il nuovo nel Pan Podstoli di Krasicki », Ricerche slavistiche, VII, 1959, p. 63-136.

44 Cette question est étudiée entre autres dans les textes recueillis dans le volume Tradycje szlacheckie w kulturze polskiej. Voir aussi J. Tazbir, Kultura szlachecka w Polsce, p. 179-236.

Auteur

Académie Polonaise des Sciences

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540