Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre III - Ville ou/et campagne : un choix de pouvoir,un choix de vie ?

À la rencontre du « Vertueux Sarmate ». Les relations maçonniques franco-polonaises au xviiie siècle

Pierre-Yves Beaurepaire

Texte intégral

  • 1 Varsovie, Bibliothèque universitaire, Rps BUW 360, Mes réminiscences ou mémoires de C[harles-Henri (...)
  • 2 Avignon, Médiathèque municipale Ceccano, Manuscrits 3054-3059 Journal de Marie-Daniel, chevalier p (...)
  • 3 Cracovie, Bibliothèque Czartoryski, Journal de voyage du comte August Fryderyk Moszyński, en huit (...)
  • 4 P.-Y. Beaurepaire, L’Europe des francs-maçons (XVIIIe-XXIe siècle), Paris, Belin, 2002, Europe & H (...)

1L’ouverture aux chercheurs du fonds maçonnique des Archives spéciales centrales d’État de Moscou, des archives secrètes de Prusse à Berlin-Dalhem, du fonds « Pologne » des archives de la Grande Loge Unie d’Angleterre, et la mise au jour d’ego-documents ou écrits du for privé de francs-maçons actifs en Pologne comme ceux du baron courlandais Karl-Heinrich von Heyking1, de son ami le diplomate français Marie-Daniel Bourrée de Corberon2, ou encore du journal de voyage du comte August Fryderyk Moszyński3, permettent d’étudier les relations maçonniques franco-polonaises au XVIIIe siècle sous un jour nouveau. Elles méritent d’autant plus l’attention que la Pologne n’est pas une périphérie de l’Europe maçonnique mais un espace de circulation intense du livre maçonnique (Louis-François de La Tierce, Joseph Uriot), des écrits de divulgation (l’abbé Pérau), des rituels, symboles et hauts grades maçonniques français d’essence chevaleresque, chrétienne et pour certains alchimique4. Ils sont reçus, lus, interprétés par les Polonais qui les associent à des apports suédois – ceux du rite suédois –, saxons – ceux de la Maçonnerie templière – avant de les communiquer à leur tour. Un véritable syncrétisme s’opère ici, dont témoigne Heyking dans ses mémoires.

  • 5 Se dit d’une loge qui a rejoint la réforme templière de la Stricte Observance.

2La date officielle d’éveil de la Pologne à la lumière, 1738, n’est qu’indicative : les initiatives maçonniques individuelles, la tenue d’assemblées occasionnelles, la présence d’une sociabilité maçonnique inégalement formalisée sont en effet à la fois contemporaines et antérieures à l’institutionnalisation du fait maçonnique. Mais elle place clairement la Pologne au cœur du processus d’expansion européenne accélérée de l’Ordre au cours des années 1730 ce dont témoigne aussi la chronologie des premières condamnations : 1739 dans le cas polonais. Par la suite et jusqu’à la Révolution française, la Pologne est avec les Pays-Bas autrichiens et le royaume de Naples l’un des principaux théâtres de la confrontation entre les modèles français et anglais d’organisation de l’Europe des francs-maçons. Elle constitue également un enjeu majeur pour la Stricte Observance Templière et son projet de réforme maçonnique chevaleresque et chrétienne. Née en Saxe électorale, c’est son implantation réussie en Pologne par les comtes de Brühl, et notamment par Aloysius Friedrich (1738-1793), Grand Maître de l’artillerie de Pologne, fils du célèbre ministre saxon Heinrich von Brühl (1700-1763), qui élargit son audience initiale avant qu’elle ne se diffuse à travers le continent pour atteindre en dix ans Bordeaux sur l’Atlantique et Perm dans l’Oural. À Varsovie, il crée notamment la loge aristocratique rectifiée5 du Vertueux Sarmate, sur laquelle est entée une loge d’adoption dont la Grande Maîtresse est Isabelle Branicka, sœur de Stanislas-Auguste II. C’est d’ailleurs à Varsovie que le diplomate français Bourrée de Corberon qui accompagne à Saint-Pétersbourg l’ambassade du marquis de Juigné découvre et rejoint la réforme templière. Nous y reviendrons.

LE GRAND ORIENT DE FRANCE ET L’ORGANISATION DE LA FRANC-MAÇONNERIE POLONAISE

3Dès le début de l’expansion continentale de l’Ordre, la Grande Loge d’Angleterre propose une organisation de l’Europe maçonnique comparable à celle d’un Commonwealth avec des dominions bénéficiant d’une large autonomie interne que sont les Grandes Loges Provinciales. Revendiquant une « maternité universelle », Londres se réserve le droit de constituer ou de reconnaître de nouveaux ateliers hors des possessions britanniques. À partir des années 1760, la Grande Loge de France puis le Grand Orient à partir de 1773 s’opposent à ces prétentions anglaises et militent pour une Europe maçonnique structurée en obédiences nationales (sic), souveraines et non autonomes, dans l’étendue d’un ressort borné par les frontières politiques des États. Paris met sur pied en 1765 une Commission pour les Grands Orients étrangers chargée de conclure des traités d’amitié avec les Grandes Loges nationales existantes – de Suède et de Prusse notamment –, et de favoriser la création d’obédiences souveraines là où il n’en existe pas encore. Les bases du droit maçonnique international contemporain sont jetées. En attendant, la constitution d’une Grande Loge (ou Grand Orient) nationale avec laquelle il traitera sur un pied d’égalité, de puissance maçonnique souveraine à puissance maçonnique souveraine, le Grand Orient de France s’autorise à constituer des loges au-delà des frontières, à charge pour elles de se faire reconstituer le moment venu. Il en va ainsi à Genève, dans le royaume de Naples, dans les Pays-Bas autrichiens et en Pologne. Ces constitutions sont perçues par Londres et ses Grands Maîtres Provinciaux comme des intrusions inacceptables. Notons d’ailleurs que ces grandes manœuvres maçonniques françaises et britanniques mais aussi prussiennes, russes et suédoises croisent et recoupent en permanence les ambitions et diplomatiques et stratégiques des puissances européennes. Les diplomates sont significativement impliqués dans les unes et les autres.

4À Varsovie, le Grand Orient de France inaugure en 1780 une Grande Loge Provinciale qui doit fédérer les ateliers polonais et préparer l’érection d’un Grand Orient de Pologne lorsque le seuil de 21 loges sera atteint. C’est chose faite en 1784. Paris se conforme alors strictement à ses principes d’organisation de l’Europe des francs-maçons et encourage la loge du Parfait Silence de Varsovie qu’il a constituée à rejoindre le Grand Orient de Pologne :

Il est nécessaire pour le bien de l’ordre que tous les maçons d’un même Royaume, marchent sous les mêmes Etendards. C’est le seul moyen de dissiper les schismes, de rapprocher les rites et d’établir l’uniformité des travaux, c’est donc avec une vraie satisfaction que nous avons appris l’Etablissement du Grand Orient de Pologne.

  • 6 Bibliothèque nationale de France, Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique, FM, FM1 118, folios 45 (...)

Tendre au bien général doit être le premier objet des Maçons, telles ont été nos vues, T[rès] C[hers] F[rères], lorsque nous vous avons donné des constitutions et des pouvoirs pour constituer provisoirement dans le royaume de Pologne. nous avons toujours désiré qu’il s’y formât un G [rand] O [rient] national, nous vous invitons donc à vous y réunir et nous vous prions de croire que nous apprendrons avec le plus grand plaisir cette réunion6.

5De même, le Grand Orient de France incite les loges polonaises qui souhaitent maintenir une correspondance directe avec lui à s’adresser désormais à leur obédience et à lui reconnaître l’exclusivité de la correspondance étrangère – qu’il revendique simultanément pour lui-même en France au grand dam de l’Anglaise de Bordeaux, de la Candeur de Strasbourg ou de Saint-Jean d’Écosse de Marseille qui s’y refusent absolument, arguant de la nature « cosmopolite et libre » du corps maçonnique.

6En août 1787, le Grand Orient de Pologne sollicite la conclusion avec Paris d’un traité d’amitié et l’échange d’une correspondance régulière par la voix de son Grand Orateur, le comte Stanislas Potocki, ambassadeur extraordinaire de Pologne en France. En présence des trois chambres réunies du Grand Orient de France, le traité d’alliance et d’amitié est signé le 27 août :

Vous vous rappellez T[rès] R[espectables] f[rères] et T[rès] C[hers] F[rères] que lorsque nous crûmes devoir prêter un appui fraternel aux maçons isolés de votre Royaume, nous déclarâmes que dès l’instant qu’il existeroit en Pologne un G [rand] O [rient] national, notre inspection sur ces F[rères] cesseroit. Si nous avons accordé des constitutions à la L[oge] du Parfait Silence à l’O[rient] de Varsovie avec des pouvoirs pour constituer elle même provisoirement, vous savez que ce n’a été que subordinément à vos droits ; ainsi aussitôt que nous avons été instruits de votre existence, nous avons invité cette L[oge] à se réunir au centre maçonnique de sa nation. le bien général, le droit naturel, la raison veulent que les maçons d’un même Royaume ne reconnoissent qu’une seule puissance législatrice, autrement la diversité des lois et des Rites fait naître les schismes et tend à la destruction de notre société.

  • 7 Bibliothèque nationale de France, Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique, FM, FM1 118, folio 461(...)

Aujourd’hui les maçons Polonois ne doivent plus avoir cette crainte ; la pureté de vos intentions et de votre doctrine, l’étendue de vos connoissances, l’aménité de votre gouvernement, tout les invite à se ranger sous votre discipline ; nous voyons même avec une entière satisfaction que le nombre des L[oges] s’est accru dans un pays dont l’histoire nous peint les habitants remplis d’honneur et de bravoure7.

  • 8 Varsovie, Bibliothèque universitaire, BUW 360, Mes réminiscences ou mémoires de C[harles-Henri] B[ (...)

7La Grande Loge d’Angleterre s’émeut tardivement des initiatives françaises, alors que ses Grands Maîtres Provinciaux dont les intérêts sont directement menacés l’ont alertée dès le début des années 1780. En 1783, soit peu avant la fondation du Grand Orient de Pologne, l’ambassadeur de Pologne en France, le comte Hülsen s’était adressé au duc de Manchester ambassadeur de Grande-Bretagne à Paris et ancien Grand Maître de la Grande Loge de Londres pour lui rappeler que la patente de Grand Maître Provincial anglais pour la Pologne promise en 1780 lui aurait permis de défendre les droits de Londres… et les siens. L’initiative française inquiète également les fondateurs de régimes (ou systèmes) maçonniques qui sentent leurs positions et parfois leur capital menacés – car les hauts grades sont l’objet d’un commerce lucratif. C’est le cas notamment du général russe Piotr I. Melissino « un homme du meilleur ton, aimable, plein de connaissances surtout relativement à l’artillerie et même à la chimie » selon Heyking8. Son système connaît un grand succès dans les années 1770 en Suède, Pologne, Saxe et à Saint-Pétersbourg. À Varsovie, Melissino s’appuie sur la loge du Bon Pasteur qu’avec Hülsen il a fait rebaptiser Catherine à l’étoile du Nord – le titre distinctif reflète clairement l’orientation pro-russe de ses membres. Le système de hauts grades élaboré par Melissimo a l’avantage de reprendre les hauts grades alors les plus recherchés par les francs-maçons européens. En 1780, le maître maçon alerte Londres sur les convoitises dont les loges polonaises sont alors l’objet :

Monsieur et très Vénérable Frère

  • 9 Londres, Grande Loge d’Angleterre, Library, Freemasons’ Hall, dossier Pologne, lettre du général P (...)

Votre silence me met dans le plus grand embarras, ne sachant que répondre aux frères de Varsovie, qui courrier par courrier, réclament de nous les constitutions provinciales de Votre très Vénérable Maître Loge, que nous leur avons fait espérer depuis longtemps. Le nombre de ces zélés frères s’accroit de jour en jour, mais ils ont beaucoup à souffrir des autres loges qui ne veulent pas les reconnoitre. On leur propose chaque jour la réunion de leur loge avec le Grand Orient de france, la loge de la réforme de Brunswick – l’un de ces centres de la Stricte Observance Templière –, de Suède – le rite suédois –, ou celle de Bourgogne – la province templière de Bourgogne avec à sa tête Strasbourg – ; mais tous les dignes frères membres, qui composent la loge de Catherine à l’Etoile du Nord, constants dans les engagements primordiaux qu’ils ont contractés avec Notre Orient, refusent absolument tout accomodement, mais ils prétendent à juste titre de nous des constitutions sur notre ancien rite anglais9.

ENTRE ÉSOTÉRISME ET MAÇONNERIE DE SOCIÉTÉ

  • 10 P.-Y. Beaurepaire, L’Autre et le Frère. L’Étranger et la Franc-maçonnerie en France au XVIIIe sièc (...)
  • 11 Archives nationales, 177 AP 1, papiers Taillepied de Bondy, Livre d’or des Amis Réunis commencé le (...)

8Les relations maçonniques franco-polonaises ne mettent pas seulement en jeu les obédiences, elles mobilisent également de nombreuses initiatives individuelles. Diplomates, étudiants et voyageurs polonais visitent les loges parisiennes les plus en vue et rapportent en Pologne des cahiers de hauts grades, des décors et objets maçonniques qui véhiculent une conception chevaleresque et chrétienne de l’Art Royal. Hülsen lui-même est particulièrement actif pendant son ambassade parisienne10. Membre d’une loge en vue, Saint-Jean d’Ecosse du Contrat Social – en délicatesse avec le Grand Orient de France –, il fréquente le Musée de Paris dont on connaît les liens avec l’Ordre et participe activement aux séances d’alchimie mondaine qu’organisent les Amis Réunis, loge des fermiers généraux, de la banque européenne, des artistes et des collectionneurs de renom. Cette loge brillante revendique dans son livre d’or de « former une société d’amis à peu près pareille aux clubs d’Angleterre », et de préciser en marge du registre, « ou clubs en français cotteries », puis au folio suivant : « une cotterie d’honnettes gens »11. Il s’agit pour elle d’offrir à ses membres un commerce de société agréable et de répondre aux attentes en terme de divertissement mondain des élites parisiennes et européennes. La loge des Amis Réunis organise des bals, des concerts amateurs et par souscription, finance la création de la Société Olympique et son établissement au Palais-Royal centre de la vie mondaine, et propose à ses membres au château de La Chevrettre un théâtre de société renommé. Catherine à l’Étoile du Nord et le Vertueux Sarmate s’inspirent directement de cette expérience réussie à laquelle ils ajoutent le divertissement lettré et les parties de chasse.

9En déduire l’existence d’une Europe maçonnique française sur le modèle de L’Europe française de Louis Réau serait une erreur. En effet, cette Maçonnerie de société conquérante, assumant parfaitement sa participation au royaume européen de la civilité et du bon goût, n’est pas française. Cosmopolite, théâtre feutré de l’entre-soi mondain, elle associe des contributions multiples, et celle des Polonais n’est pas la moindre. Car c’est en Saxe que les premières Hoflogen (loges de cour) et Schloßlogen (loges de château) sont nées à l’initiative de Friedrich August Graf von Rutowsky (1702-1764) fils naturel d’Auguste le Fort Electeur de Saxe et roi de Pologne. Elles essaiment ensuite sans délai en Pologne. Lorsque la Stricte Observance Templière prend le relais de la Maçonnerie de cour dans le « laboratoire saxon », la Pologne est encore aux avant-postes grâce aux frères Brühl. Loge cosmopolite, Saint-Jean des Voyageurs, orient de Dresde, fondée par Aloysius von Brühl, inspire tout autant les frères polonais qui la visitent assidûment, que les ateliers parisiens et lyonnais auxquels elle envoie ses tableaux de membres. C’est encore elle qui fait connaître la réforme templière aux francs-maçons de Strasbourg, de Lyon (Jean-Baptiste Willermoz notamment) et de Bordeaux par l’intermédiaire de Georg August von Weiler.

  • 12 L’expression est de Karl Heinrich von Heyking : Varsovie, Bibliothèque universitaire, BUW 360, Mes (...)

10Lorsque Marie-Daniel Bourrée de Corberon est à Varsovie en 1775, notre diplomate français, récemment affilié aux Amis Réunis, amateur de hauts grades, découvre un véritable creuset maçonnique et ésotérique. Son « portefeuille mystique »12 grossit alors considérablement. Avec Karl-Heinrich von Heyking, alors aide de camp du Grand-Général Ogiński, il rend visite à un grand initié – pour d’autres un charlatan qui fait commerce de Maçonnerie – versé dans les hautes sciences, Toux de Salverte qui a fondé en 1763 une Académie des secrets puis, muni de patentes françaises, la loge du Bon Pasteur :

Lancé dans le grand monde, je m’y livrai avec cette ardeur qui tient à une tête vide […] Mon penchant pour les sociétés mystérieuses fut réveillé fortement par la connaissance du patriarche de la Maçonnerie de Pologne, nommé de Toux. Cet homme possédait le français, le latin, l’allemand et l’hébreu. Il avait été dans sa première jeunesse officier ingénieur au service d’Autriche, mais ayant été arrêté à Vienne avec quelques francs-maçons qui tenaient loge, il avait été enfermé dans les casemates sans voir le jour pendant six à sept mois, et sans l’Empereur François Ier, l’impératrice Marie-Thérèse l’aurait laissé plus longtemps dans cette dure captivité. Sorti de sa prison, il vint en Pologne et comme il savait parfaitement les mathématiques, le hetman comte Rzewuski le prit pour ses enfants et lui donna le brevet de son aide de camp général.

  • 13 Cracovie, Bibliothèque Czartoryski, Journal de voyage du comte August Fryderyk Moszyński, en huit (...)

Ce de Toux ne voyait et ne rêvait qu’alchimie. Après avoir été quelques années chez le comte Rzewuski, il le quitta pour s’établir à Varsovie où il érigea une loge et un laboratoire – l’Académie susmentionnée. Il donnait en même temps des leçons de mathématiques et des personnes très versées dans cette science m’ont assuré qu’il la possédait à un degré supérieur. Cependant sa passion dominante l’emporte il négligea tout pour courir après des chimères. Le comte [August Fryderyk] Moszyński porté également pour la science hermétique – de fait son Journal de voyage en France compte de très nombreuses notations sur le sujet13 – se fit son disciple et lui accorda une pension. Le roi y apporta quelques ducats par mois, de façon que de Toux vécut dans une assez agréable indépendance.

En 1773, il fit un voyage à Paris où 72 maîtres en chaire, tant de la capitale que des provinces de France et de différents pays étrangers s’étaient réunis pour y établir ce qu’on appelle dans la suite le rite français – en fait fonder le Grand Orient de France. Il y obtint des lettres patentes de Grand Maître de la loge souveraine du Bon pasteur. J’ai vu ces lettres patentes en original.

  • 14 Varsovie, Bibliothèque universitaire, BUW 360, Mes réminiscences ou mémoires de C[harles-Henri] B[ (...)

Son voyage avait dérangé ses affaires ; mais son portefeuille mystique s’était grossi et il aurait eu plus de succès si la réforme allemande appuyée par le Grand Maître d’artillerie le comte [Aloysius] de Brühl n’eût traversé ses projets14.

11Toux de Salverte agrège les systèmes de hauts grades de toutes origines dans un parcours long – et donc coûteux – vers la véritable initiation. Chevalier de l’Orient, du Soleil, Prince de Jérusalem, Chevalier du Temple, Chevalier de l’Aigle ou de Rose-croix, Philosophe Parfait de l’Hérédon, Philosophe sublime de l’Art royal et sacerdotal du Mont-Sinaï, aucun n’est oublié. Mais Bourrée de Corberon découvre aussi en Pologne une Maçonnerie de société brillante, avec ces jardins symboliques qui inspirent directement ceux qu’il fait aménager au château de Troissereux dans l’actuel département de l’Oise, à son retour en France dix ans plus tard. Les dîners de cent couverts ponctués par des feux d’artifice – qu’offrent également les loges aristocratiques suédoises et russes à leurs membres et invités – l’enchantent. Il participe aux tenues d’adoption, assemblées maçonniques mixtes de la loge Catherine à l’Etoile du Nord – nouveau nom du Bon Pasteur –, et aux bals qui les prolongent. Thérésa Potocka, mère du futur écrivain Jean Potocki, est affiliée à cette loge d’adoption tout comme sa mère Elisabeth Lubormiska et sa sœur Adam Rzewuska. La sœur comtesse de Genlis et le frère Jean-Baptiste marquis de Seignelay leur rendent visite. Thérésa Potocka maçonne également dans la plus ancienne loge d’adoption de Pologne connue à ce jour, le Vertueux Sarmate, orient de Varsovie.

  • 15 P. Chevallier, Les ducs sous l’Acacia ou Les premiers pas de la Franc-Maçonnerie française 1725-17 (...)

12La Maçonnerie d’adoption n’est donc pas propre à la Maçonnerie française, contrairement à ce qu’on lit encore trop souvent. En Pologne comme en Saxe ou en Suède, elle prolonge, concurrence et complète l’ordre mixte, chevaleresque et badin des Mopses, très actif dans les années 1740-1750 et connu du public grâce à L’ordre des francs-maçons trahi et le secret des mopses révélé de l’abbé Pérau, et aux faïences de Meissen qui représentent ses membres accompagnés d’un petit chien au poil ras et au nez écrasé nommé carlin (Mopsus), symbole de fidélité, qui donne son nom à l’ordre. L’Electeur et roi de Pologne Auguste III avait donné une forte impulsion initiale aux Mopses en devenant Grand Maître de l’Ordre. En France, à la même époque, la Maçonnerie de société naissante entretient des relations étroites avec l’Ordre de la Félicité, comme en témoigne la correspondance de Bertin du Rocheret, président en l’élection d’Épernay, épistolier, grand amateur de nouvelles à la main, qui vend son champagne aux loges des Ducs sous l’Acacia15. Dans ces deux ordres et tous ceux qui les imitent au mitan du XVIIIe siècle, les jeux de la séduction et le divertissement lettré, les épreuves initiatiques aux mises en scène et orchestration soigneusement étudiées, la célébration de l’entre-soi mondain et de la réunion des amis choisis sont étroitement associés. C’est cet espace et cette forme de sociabilité que réinvestit la Maçonnerie des dames devenue Maçonnerie d’adoption, dans les deux dernières décennies de l’Ancien Régime.

  • 16 H. Rossi, Anna Potocka. Des Lumières au romantisme, Paris, Honoré Champion, Les dix-huitièmes sièc (...)

13Significativement, Français et Polonais entreprennent alors ensemble de relancer les sociétés mixtes initiatiques et ces assemblées chevaleresques. La création de l’ordre de la Persévérance et son implantation réussie en Pologne, tiennent certes du « jeu de société » de la part des comtesses de Genlis et Thérésa Potocka, avec la complicité du roi Stanislas-Auguste Poniatowski, mais elles montrent clairement que l’aristocratie européenne reste réceptive à ce type de sociabilité mixte, d’essence chevaleresque et placée sous patronage royal. Le prince de Ligne, le duc de Chartres – futur duc d’Orléans et Grand Maître du Grand Orient – et la duchesse – Grande Maîtresse à partir de 1779 –, le duc de Lauzun qui héberge les assemblées parisiennes de l’ordre, le comte d’Artois, comptent parmi ses membres. Le jeu mondain est réussi parce qu’il répond à une attente en terme de sociabilité de la part d’un groupe qui occupe une position centrale au sein du « royaume des mœurs » et de la Maçonnerie de société. Il ne s’agit donc pas seulement d’une « loge de fantaisie » comme l’affirme, après Jean Fabre, Henri Rossi dans sa biographie récente d’Anna Potocka16. La correspondance entre Mme de Genlis et Stanislas-Auguste Poniatowski conservée dans la Bibliothèque des princes Czartoryski à Cracovie montre clairement que la comtesse cherche à réunir tous les ingrédients du succès de société : chevalerie, origine exotique puis transfert en France, initiation, parrainage royal, et de conclure : « cette plaisanterie de société pouvait beaucoup contribuer à mon agrément ici ».

  • 17 Hypatie, fille de Théon d’Alexandrie, philosophe et mathématicienne.

14Dans ces conditions, on comprend mieux pourquoi après avoir tenté d’établir en Lituanie, Saxe, Bavière – l’électrice de Bavière, Marie-Anne de Saxe est fille du défunt électeur de Saxe et roi de Pologne Auguste III – et Autriche, un ordre chevaleresque d’inspiration maçonnique, la Société des Amis à l’Épreuve, dont les membres finissent par préférer l’original – la loge maçonnique – à la copie, le baron von Heyking décide d’implanter à Varsovie sa loge d’adoption mondaine Hupatia17.

  • 18 « Je le dispensai des cérémonies ordinaires et lui donnai d’abord par communication en présence de (...)

Ma bonne amie Madame *** me reçut – de retour de Mitau – avec sa tendresse ordinaire et j’aurais pu couler des jours sereins, si la fureur de la Maçonnerie ne m’eût toujours possédé. Je reçus le comte Ignace Potocki18 et en le mettant à la tête de toute la Maçonnerie de Pologne et de Lituanie, l’ordre prit une extension qui alarma le roi, toujours jaloux de ceux qui jouissaient dans le public d’une certaine influence.

Ce fut alors que nous instituâmes une loge des dames. Cela doubla la vogue de nos loges et nous fûmes obligés de les partager suivant les langues en loge allemande, française et polonaise.

  • 19 « Hypathie ou Hypasie était un prodige d’esprit et de beauté. Son père Théon l’avait initiée dans (...)

Les cahiers de la Maçonnerie des dames de l’orient de Paris étaient si ridicules que je changeai le 3e grade c’est-à-dire celui de maîtresse. Je pris pour emblème l’histoire d’Hypathie19. Cela offrait une décoration et des cérémonies intéressantes analogues sous certains rapports au 3e grade de la Maçonnerie. L’orchestre caché ne voyait rien et exécutait les morceaux de musique prescrits sur le signal que lui donnait une sonnette.

  • 20 Varsovie, Bibliothèque universitaire, BUW 360, Mes réminiscences ou mémoires de C[harles-Henri] B[ (...)

La princesse générale Czartoryska, la princesse Radziwill, la Krajczyna Potocka, la maréchale Potocka, la comtesse Tyszkiewicz nièce du roi, enfin les dames du premier rang et les plus aimables formaient cette loge qui n’était qu’un lien d’amitié, un point de réunion et d’amusements20.

15La Maçonnerie de société n’a rien d’un produit d’importation. De Paris à Varsovie, elle témoigne de l’existence de l’Europe des francs-maçons comme espace de circulation, ainsi que de la capacité des frères à participer avec succès à un commerce de société concurrentiel, où la mode déclasse rapidement les foyers qui n’ont pas su anticiper les attentes du royaume européen des mœurs (cf. Daniel Roche).

Notes

1 Varsovie, Bibliothèque universitaire, Rps BUW 360, Mes réminiscences ou mémoires de C[harles-Henri] B[aron] d’H[eyking] écrits par lui-même avec les portraits de plusieurs hommes du nord, tracés d’après nature, 4 tomes. Les tomes 1 et 2 en deux parties chacun concerne directement le dernier tiers du XVIIIe siècle et notre sujet.

2 Avignon, Médiathèque municipale Ceccano, Manuscrits 3054-3059 Journal de Marie-Daniel, chevalier puis comte Bourrée de Corberon, 6 volumes. Manuscrit 3060, Recueil de Corberon, copies de lettres et de documents officiels.

3 Cracovie, Bibliothèque Czartoryski, Journal de voyage du comte August Fryderyk Moszyński, en huit parties : Manuscrit 1536 I (220 folios), Manuscrit 1537 II (199 folios), Manuscrit 1538 II (492 folios), Manuscrit 1535 III (189 folios), Manuscrit 676 IV (176 folios). Le manuscrit 1536 a fait l’objet d’une édition partielle sous le titre Voyage en Provence d’un gentilhomme polonais, par Fernand Benoît, Marseille, Institut historique de Provence, 1930.

4 P.-Y. Beaurepaire, L’Europe des francs-maçons (XVIIIe-XXIe siècle), Paris, Belin, 2002, Europe & Histoire, 325 p. et, du même auteur, L’Espace des francs-maçons. Une sociabilité européenne au XVIIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, 231 p., Histoire.

5 Se dit d’une loge qui a rejoint la réforme templière de la Stricte Observance.

6 Bibliothèque nationale de France, Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique, FM, FM1 118, folios 454-455.

7 Bibliothèque nationale de France, Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique, FM, FM1 118, folio 461 recto, 22 octobre 1787.

8 Varsovie, Bibliothèque universitaire, BUW 360, Mes réminiscences ou mémoires de C[harles-Henri] B[aron] d’H[eyking] écrits par lui-même avec les portraits de plusieurs hommes du nord, tracés d’après nature, tome II, 1ère partie, chapitre 6, n. p.

9 Londres, Grande Loge d’Angleterre, Library, Freemasons’ Hall, dossier Pologne, lettre du général Piotr I. Melissino à la Grande Loge d’Angleterre, Saint-Pétersbourg, 18 février 1780.

10 P.-Y. Beaurepaire, L’Autre et le Frère. L’Étranger et la Franc-maçonnerie en France au XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, Les dix-huitièmes siècles, 23, 1998, p. 472-474.

11 Archives nationales, 177 AP 1, papiers Taillepied de Bondy, Livre d’or des Amis Réunis commencé le 16 février 1777, folios 7-8.

12 L’expression est de Karl Heinrich von Heyking : Varsovie, Bibliothèque universitaire, BUW 360, Mes réminiscences ou mémoires de C[harles-Henri] B[aron] d’H[eyking] écrits par lui-même avec les portraits de plusieurs hommes du nord, tracés d’après nature, tome II, 1ère partie, chapitre III, n. p.

13 Cracovie, Bibliothèque Czartoryski, Journal de voyage du comte August Fryderyk Moszyński, en huit parties, manuscrits 1535 à 1538 ; manuscrit 676.

14 Varsovie, Bibliothèque universitaire, BUW 360, Mes réminiscences ou mémoires de C[harles-Henri] B[aron] d’H[eyking] écrits par lui-même avec les portraits de plusieurs hommes du nord, tracés d’après nature, tome II, 1e partie, chapitre III, n. p.

15 P. Chevallier, Les ducs sous l’Acacia ou Les premiers pas de la Franc-Maçonnerie française 1725-1743, Paris, Librairie philosophique Vrin, 1964, réédité trente ans plus tard augmenté de Nouvelles recherches sur les francs-maçons parisiens et lorrains 1709-1785. Les idées religieuses de Davy de La Fautrière, présentation et postface par P. Chevallier, Paris-Genève, Champion Slatkine, 1995.

16 H. Rossi, Anna Potocka. Des Lumières au romantisme, Paris, Honoré Champion, Les dix-huitièmes siècles, 59, 2001, p. 107.

17 Hypatie, fille de Théon d’Alexandrie, philosophe et mathématicienne.

18 « Je le dispensai des cérémonies ordinaires et lui donnai d’abord par communication en présence de trois autres frères jusqu’au quatrième grade inclusivement. Peu après il fut initié dans les règles de la maçonnerie jusqu’au no 7 ».

19 « Hypathie ou Hypasie était un prodige d’esprit et de beauté. Son père Théon l’avait initiée dans les sciences abstraites et bientôt elle surpassa son maître surtout dans la géométrie. Elle alla à Athènes, s’y perfectionna et devint si célèbre qu’on lui donna la chaire qu’avait occupée à Alexandrie le célèbre Plotin. Ses charmes, son esprit et son savoir lui attirèrent des adorateurs et des ennemis. Ces derniers excitèrent la populace contre elle. Une troupe de ces barbares entoura sa chaire au moment qu’elle rentrait chez elle, l’en tira et la traîna à l’église nommée Césarée, la tua, la mit en pièces et puis brûla ses membres au mois de mars 415 ».

20 Varsovie, Bibliothèque universitaire, BUW 360, Mes réminiscences ou mémoires de C[harles-Henri] B[aron] d’H[eyking] écrits par lui-même avec les portraits de plusieurs hommes du nord, tracés d’après nature, tome II, 1e partie, chapitre 9, n. p.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540