Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre III - Ville ou/et campagne : un choix de pouvoir,un choix de vie ?

Le reflet de la vie des salons français en Pologne au xviiie siècle. La visite de Mme Geoffrin à Varsovie

Agnieszka Jakuboszczak

Texte intégral

  • 1 J. Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la socié (...)

1Le XVIIIe siècle est l’époque du triomphe de l’art de la conversation. Le génie de l’orateur, le plaisir et l’esprit d’à-propos de l’auditeur, réunis autour d’une femme – la salonnière – étaient au cœur du salon. Pourtant, c’est la dame qui crée une atmosphère cultivée, suscitant des conversations amusantes, apaisant les antagonismes et apportant le bien-être de l’âme. Dans leurs salons, ces femmes attendaient de leurs invités qu’ils conversent de divers sujets littéraires, artistiques, philosophiques ou politiques et qu’ils écrivent sur un ton aussi léger que brillant. Au cours du XVIIe siècle, les salons parisiens étaient devenus des pôles de formation de l’opinion publique1. La marquise de Rambouillet (1588-1665), Madame de Lambert (1647-1733) ou encore Madame de Tencin (1679-1749) montrèrent un chemin suivi à l’époque des Lumières par nombre de dames qui avaient les moyens d’accueillir des invités. Marie-Thérèse Geoffrin (1699-1777), une des plus fameuses salonnières du temps, réussit à jouer un rôle difficilement imaginable, au milieu du XVIIIe siècle, pour une simple bourgeoise. En 1766, cette célèbre Française vint à Varsovie, chez son « fils », le roi de Pologne, Stanislas-Auguste Poniatowski.

UNE BOURGEOISE EXCEPTIONNELLE À PARIS

  • 2 Mme Geoffrin a accueilli au moins 22 Polonais. Voir A. Litli, « Le salon de Mme Geoffrin : salon p (...)
  • 3 B. Craveri, L’âge de la conversation, Paris, Gallimard, 2002, p. 315.
  • 4 La marquise du Deffand (1697-1780) avait son salon au couvent de Saint-Joseph. Elle protégea Julie (...)

2Le pouvoir de cette femme et de son cercle de la rue Saint-Honoré est célèbre dans toute l’Europe, jusqu’aux bords de la Vistule2. À Paris, elle fréquenta le salon de Mme de Tencin puis, après la mort de cette dernière en 1749, elle hérita de ses habitués. Mme Geoffrin avait une idée très précise de son propre rôle au sein de son salon, elle n’était pas là « pour s’amuser, mais pour assurer le succès de son entreprise qu’il fallait préserver des polémiques et des scandales »3. La concurrence était en effet très forte, en particulier avec le grand cercle rival tenu par Mme du Deffand4. Pour faire venir en sa maison gens des lettres de qualité ou artistes de talent, il fallait proposer une ambiance exceptionnelle et une conversation intéressante ; la maîtresse de maison devait donc savoir attirer ces personnages connus. Quels étaient les atouts de Mme Geoffrin ?

  • 5 Portrait de Ma mère qu’elle a vu avec plaisir par la marquise La Ferté-Imbault, Fonds de Geoffrin, (...)

[Elle] est née, bien faite : elle a une activité au-delà de toute expression, une imagination très vive, et le caractère d’Alexandre pour les conquêtes. Elle n’aime, comme lui, que les choses difficiles. Elle va toujours en avant sans penser souvent à ce qu’elle laisse derrière : comme elle possède au dernier degré toutes les qualités et les goûts piquants, cela exclut pour elle les qualités et les goûts simples et doux5.

3Dans ses Mémoires, Stanislas-Auguste Poniatowski présente ainsi son caractère :

  • 6 Mémoires du roi Stanislas-Auguste Poniatowski, tome 1, Saint-Pétersbourg, 1914, p. 87-88.

la connaissance profonde des hommes est celle de toutes dont elle se pique le plus ; il lui est pourtant arrivé de se méprendre en cela, comme dans les choses qui sont du ressort des beaux-arts ; mais malheur à celui qui a laissé apercevoir de l’avoir surprise en erreur ; son extrême vivacité donne une énergie particulière et à son approbation, et à sa désapprobation ; elle l’emporte souvent et ne l’a cependant pas empêchée d’avoir communément beaucoup d’adresse à se concilier les puissants et les importants en tous genres6.

LA DIFFUSION DES LUMIÈRES

  • 7 « Elle ne m’a donc fait apprendre dans mon enfance simplement qu’à lire […] Elle disait que des ma (...)
  • 8 Fontenelle est mort en 1757, âgé de 100 ans. Leur amitié avait duré quarante ans. Voir R. Picard, (...)
  • 9 J.-F. Marmontel, Mémoires, Paris, Mercure de France, 1999, p. 256.
  • 10 R. Picard, ouvrage cité, p. 208.
  • 11 L. Perey, Figures du temps passé – XVIIIe siècle, Paris 1990, p. 307.
  • 12 M. de Lescure, Les Femmes philosophes, Paris, 1881, p. 91.

4La maison de Mme Geoffrin était le rendez-vous des gens de lettres les plus connus, même si cette salonnière, élevée exclusivement par sa grand-mère maternelle, avait seulement appris à lire7. Il est impossible de citer tous les invités des mercredis de la rue Saint-Honoré. L’un des plus célèbres personnages du temps était Fontenelle ; il resta fidèle au salon de Mme Geoffrin jusqu’à la fin de sa vie, en raison de la profonde amitié intellectuelle qui les liait8. Montesquieu et Voltaire passèrent aussi par ce salon ; cependant, en raison de divergences d’opinions, leurs relations avec la maîtresse de maison se gâtèrent rapidement et leurs visites prirent fin. Après la mort de Fontenelle, Mme Geoffrin chercha quelque homme célèbre qui puisse le remplacer et cimenter les rencontres. Celles-ci commençaient à 13 heures, les lundi et mercredi, pour dîner dans la place de souper, et pouvaient se prolonger tard dans la soirée. Pendant longtemps, Marmontel ne participa pas aux dîners du mercredi consacrés aux gens de lettres et aux philosophes, il fallut toute la persuasion de son ami Marigny pour qu’il se décide à y assister. Mme Geoffrin finit par lui offrir le logement et soutenir ses efforts pour entrer à l’Académie Française9. D’Alembert, lui aussi, était bien vu en ces lieux et, avec le temps, ses collaborateurs de l’Encyclopédie fréquentèrent assidûment la maison de la rue Saint-Honoré, si bien que « le salon de Mme Geoffrin était considéré comme la citadelle des philosophes, comme une nouvelle Église dont elle était le chef »10. Pendant les réunions, l’ambiance était agréable, Mme Geoffrin savait très bien choisir les sujets intéressants et à la mode, par exemple une œuvre récente comme L’Esprit des lois de Montesquieu. Selon Perey « jamais en France le goût et l’art de la conversation n’avaient été poussés si loin »11. On pouvait également rencontrer là Marivaux, Diderot, Helvétius, Raynal, Holbach, Morellet, Thomas, Grimm, Mairan et Maupertuis12. Notre salonnière aidait financièrement ses hôtes, tel Denis Diderot, soutenant la publication de l’Encyclopédie et allant jusqu’à couvrir des dépenses privées.

  • 13 À leur intention, elle organisait des petits soupers le mardi. On y rencontrait, entre autres, le (...)
  • 14 C. de Mouy, Correspondance inédite du roi Stanislas-Auguste Poniatowski et de Mme Geoffrin (1764-1 (...)

5La participation des femmes à ces rendez-vous du lundi ou du mercredi est une question fort intéressante. On souligne souvent le dynamisme féminin dans la vie mondaine, et plus généralement dans la vie parisienne du XVIIIe siècle. Le cas de Mme Geoffrin, bourgeoise très intelligente et brillante, qui sut gagner le respect tant des intellectuels que de l’ensemble des élites sociales13, illustre bien cette activité et l’importante place des femmes dans la culture française. La correspondance échangée avec Stanislas-Auguste Poniatowski révèle une très forte personnalité qui n’envisageait aucunement la possibilité de partager la gloire avec une autre représentante du sexe féminin14. C’est dans ce trait de caractère que réside, sans nul doute, la cause de l’exclusion des femmes des dîners des gens de lettres, mais aussi de leur faible participation aux réunions du mercredi. En revanche, elles étaient bien accueillies lors des soupers aristocratiques, le mardi.

  • 15 D’autres artistes passèrent dans son salon tels Nattier, Lemoine, Falconet, Marietta, Pigalle. Voi (...)
  • 16 « Il faut tout dire cependant : il manquait à la société de Mme Geoffrin l’un des agréments dont j (...)

6Les artistes étaient reçus le lundi sous la présidence du prince de Caylus. Mme Geoffrin avait hérité de sa mère une grande curiosité et un vif intérêt pour l’art qui se traduisit sous forme de mécénat. Tout au long de sa vie, elle a commandé quatre-vingts tableaux, proposant parfois elle-même le sujet et contrôlant toujours leur réalisation. Pendant les années 1750-1770, elle avait pris sous son aile Hubert Robert, Van Loo (elle lui commanda vingt tableaux en même temps), mais aussi Lagrenée, Boucher, La Tour, Verneta et Drouais15. Avec eux, elle était despotique et les discussions étaient parfois fort emportées16. Cependant, être invité chez Mme Geoffrin était une forme de reconnaissance dans le monde artistique, en un lieu où les peintres se mêlaient aux sculpteurs, aux architectes et autres artistes : on y rencontrait Vien, Bouchardon, Cochin ou encore Soufflot.

7Les étrangers constituaient le troisième groupe d’invités de Mme Geoffrin. Les Polonais côtoyaient des représentants de tous les pays d’Europe : l’archéologue italien Paciaudi, l’ambassadeur du roi de Naples Caraccioli, le ministre suédois le baron de Creutz, l’abbé Galiani, les Anglais David Hume et Horace Walpole. Mme Geoffrin entretenait même des relations avec les familles royales, en particulier avec le roi Gustave III de Suède et avec Joseph II. Pendant cinq ans, elle correspondit avec la tsarine Catherine II sur les projets de constitution de Diderot.

  • 17 Aujourd’hui conservé au Musée des Beaux-Arts à Rouen, il fut exposé la première fois au salon de 1 (...)
  • 18 L’œuvre parut la même année. La lecture est faite par l’acteur Lekoin, le penseur de Ferney est ab (...)

8Au-delà de l’énumération des multiples participants, pour saisir en profondeur ce salon, il faudrait réussir à en sentir l’atmosphère. L’ambiance de cette société chère à Mme Geoffrin est en partie restituée par le tableau de Gabriel Lemonnier, Une Soirée chez Mme Geoffrin en 175517. Les assistants, au nombre de cinquante-trois, écoutent la première lecture publique de la tragédie de Voltaire L’Orphelin de la Chine18. La curiosité pour cette nouvelle publication est grande et a attiré des gens célèbres, magnifiant la maîtresse de maison représentée à droite du tableau. On ne les nommera pas tous, mais il faut remarquer qu’aux artistes (Van Loo, Soufflot), aux gens de lettres (Jean-Jacques Rousseau), aux musiciens (Rameau) et aux scientifiques, tel le géographe Danville, ou l’ingénieur Vaucanson, se mêlent des aristocrates comme le prince Conti et la duchesse d’Anville. Certes, ce tableau est l’interprétation d’un artiste, mais il résume sans doute assez bien l’essence de ce salon, rendez-vous à la mode entre gens voulant écouter, parler et échanger opinions ou conceptions. Ce monde, souvent cosmopolite, est dynamique : les pensées circulent entre les individus réunis chez Mme Geoffrin, autour d’elle et du poème de Voltaire. Elle regarde le spectateur du tableau et semble l’inviter à s’asseoir parmi ses invités pour écouter cette lecture.

  • 19 C. de Mouy, ouvrage cité.

9Les années passèrent. L’élection de Stanislas-Auguste Poniatowski en 1764 est le couronnement de la gloire de « sa maman ». Leur rencontre exceptionnelle remontait au séjour du futur roi en France en 1753 et, malgré la séparation, ils avaient su garder des liens grâce à la correspondance19. En 1766, cette femme âgée de 67 ans effectue son grand voyage en Pologne, à Varsovie, chez « son fils ».

VARSOVIE SE PRÉPARE...

  • 20 Lettre de Stanislas-Auguste à Mme Geoffrin du 6 mars 1765. C. de Mouy, ouvrage cité, p. 143.
  • 21 A. Zahorski, Warszawa za Sasów i Stanisława Augusta, Varsovie, 1970, p. 105-125.
  • 22 Ibidem, p. 77.
  • 23 On joue sur cette scène le répertoire de la Comédie Française, de l’Opéra italien mais aussi des s (...)
  • 24 L. Bernacki, Teatr, dramat i muzyka za Stanisława Augusta z 68 podobiznami. Źródla i materjały, to (...)

10« Mais savez-vous bien que je voudrais déjà ne m’occuper qu’à faire en sorte qu’il y eût de beaux chemins, de beaux ponts, de bons gîtes, enfin tout ce qu’il faudrait pour que vous ne dissiez point : Ah ! le vilain royaume que le royaume de mon fils ! »20. Varsovie, où advint Mme Geoffrin en 1766, était le siège d’un tournant historique. Stanislas-Auguste Poniatowski était le roi depuis deux ans, et n’avait pas encore eu assez de temps pour développer son célèbre mécénat sur une grande échelle. Certes, la presse prenait de l’essor21 ; la vie culturelle de la plus grande ville de la Couronne, très perturbée durant le règne d’Auguste de Saxe, compte tenu de la rareté de sa présence en Pologne, se ranimait, en particulier pendant les assemblées réunissant la noblesse. Le gouvernement de Varsovie prenait soin de son image : nouveaux canaux et petits ponts côtoyaient des rues pavées de plus en plus nombreuses, dont la rue principale allant de la Place Trzech Krzyży (place des Trois Croix), par la rue Nowy Świat (Nouveau Monde) et Krakowskie Przedmieście, jusqu’à Aleje Gwardii. L’élargissement du la territoire de la ville était lié, quant à lui, à la croissance économique, notamment celle du quartier Powiśle. Cependant la période des plus grands changements et des entreprises d’envergure est postérieure à la visite de Mme Geoffrin : les travaux reprirent dans les années 177022. Varsovie en 1766 ressemblait encore à la ville d’Auguste III (1733-1763). Le rococo français, arrivé en Pologne par l’intermédiaire des architectes de Dresde, régnait sur la capitale polonaise ; un des exemples les plus célèbres en est l’église des visitandines due à Karol Bay. La mode du style Louis XIV se retrouvait dans les palais de la noblesse, par exemple chez Franciszek Bieliński. Cette influence française prenait ses origines dans des voyages, surtout à Paris. Les travaux du Palais Royal, cher au cœur de Mme Geoffrin, récemment entamés, ne s’achevèrent qu’en 1788. Que pouvait alors offrir Varsovie comme activité culturelle ? L’année 1765 fut celle de l’ouverture du Théâtre Public, à l’initiative de Stanislas-Auguste23. Le répertoire de la Comédie Française ne rencontrait pas beaucoup de succès, à cause de la médiocrité du jeu de la troupe. À la même époque, chez Pijar, on pouvait voir des pièces de Corneille, Boissy, Voltaire, Racine, Molière, Regnard et Pallisot24.

  • 25 A. Guzek, “Salony literackie” dans Słlownik literatury polskiego Oświecenia, Wrocław-Warszawa-Krak (...)
  • 26 On trouve que Izabella Czartoryska de Morstin passe pour la première à avoir tenu un le salon litt (...)
  • 27 Bien souvent les aristocrates possédaient leur propre théâtre.

11Il semble bien que le roi fit un grand effort pour élever le niveau de la vie culturelle en Pologne, cherchant souvent des exemples à l’étranger. Ses « dîners du jeudi » portent, par exemple, la marque évidente des salons littéraires25 dont la tradition était déjà ancienne en Pologne. Au XVII e siècle, les cercles de la reine Marie Gonzague, épouse de Władysław IV Vasa puis de Jan Kazimierz, et de Marie Casimire d’Arquien, femme de Jan III Sobieski, développaient l’art de la conversation et avaient introduit l’habitude de rendez-vous littéraires, artistiques et aussi scientifiques. Il semble, néanmoins que le début du « vrai » salon à la française, tel celui de Madame de Lambert, se situe dans les décennies 1750 et 1760. Les réunions chez la princesse Barbara au palais Saski (palais de Saxe) et dans le cercle de la famille de Czartoryski26 dans sa résidence du palais Bleu (palais Blękitny) se tiennent déjà dans l’ambiance de l’époque des Lumières. Elles ont accueilli les élites polonaises, mais aussi également étrangères, comme le savant français Pyrrhys de Varille. Les magnats polonais manifestaient par leurs cours, qui attiraient des personnages connus, leur très grande puissance. Les familles Rzewuscy, Sieniawscy, Załuscy, et bien d’autres encore, organisaient, à côté des bals, concerts et spectacles de théâtre27, des réunions pour converser et discuter des mêmes sujets qu’à Paris : littérature, art, mais aussi politique, sans oublier les commérages… Stanislas-Auguste voulait bien sûr introduire Mme Geoffrin, déjà très célèbre en Pologne, dans de tels cercles.

... ET UNE BOURGEOISE EXCEPTIONNELLE SE PRÉPARE

  • 28 Lettre de Stanislas-Auguste à Mme Geoffrin du 6 mars 1765. C. de Mouy, ouvrage cité.
  • 29 Lettre de Mme Geoffrin à Stanislas-Auguste du 7 avril 1765. C. de Mouy, ouvrage cité, p. 147.
  • 30 Mme Ferté-Imbault, Explication du voyage de Me Geoffrin en Pologne en 1765. Dans ce texte Mme Fert (...)
  • 31 Lettre de Mme Geoffrin à Stanislas-Auguste du 7 août 1765. C. de Mouy, ouvrage cité, p. 167.
  • 32 Lettre de Mme Geoffrin à Stanislas-Auguste du 19 août 1765. C. de Mouy, ouvrage cité, p. 171.
  • 33 Lettre de Mme Geoffrin à Stanislas-Auguste du 3 février 1766. C. de Mouy, ouvrage cité, p. 211. Le (...)
  • 34 Avertissements de Mme Ferté-Imbault. Archives nationales 508 AP 36.

12Madame Geoffrin devait se préparer soigneusement pour ce voyage en Pologne. La première trace du projet de cette aventure se situe dans la lettre du roi du 6 mars 1765, environ quatre mois après son couronnement28. À partir de ce moment, chaque lettre de l’un ou de l’autre contient quelques mots au sujet de sa mise en œuvre. La première date retenue fut celle du 1er avril 176629. Il semble que Stanislas-Auguste ait été étonné et effrayé à l’idée du voyage de sa « maman » ; en effet, la lettre de Mme Geoffrin datée du 7 mars 1765 recense tous les arguments favorables à cette visite. Les craintes du roi n’étaient pas injustifiées : la Parisienne était déjà âgée et cette route était fatigante même pour des moins de 65 ans. En outre, elle ne s’était jamais éloignée « de plus de 20 lieux »30 de Paris et ne connaissait pas les langues étrangères, à commencer par le polonais. Par ailleurs, Poniatowski savait très bien qu’il ne disposait pas de beaucoup de temps libre, et la visite de Mme Geoffrin exigeait de délaisser un temps les affaires politiques. Pourtant la décision était déjà prise dans la tête de notre salonnière. Le roi mit à sa disposition une voiture et l’itinéraire fut discuté : il fallait choisir de passer par Vienne, Dresde ou Berlin. La nouvelle du voyage en Pologne, quoique confidentielle, fut un secret de Polichinelle : tout Paris parlait de son séjour à Varsovie, chez le roi de Pologne, dans son Palais Royal. « Tout le monde, c’est-à-dire mes amis et ma société, [...] me disent tous qu’il faut absolument que j’aille vous voir »31. La volonté de voir « son fils » était si grand que la date de départ fut avancée au 7 février 1766, avec une route prévue par la Saxe32. Les préparatifs du voyage se passaient bien : tous les amis communs de Mme Geoffrin et de Stanislas-Auguste y participèrent, en particulier l’architecte Louis, le prince Sulkowski et M. Hennin qui connaissaient déjà Varsovie. Mais des nuages assombrirent cette amitié et la date de départ fut reportée. La lettre du 3 février donnait le plan définitif : elle partira entre 1er et 15 mai, restera à Varsovie en juillet août, et quittera la Pologne le 1er septembre33. M. de Loyko fut choisi pour accompagner Mme Geoffrin, notamment pour résoudre l’obstacle de la langue polonaise. À Vienne, elle pouvait compter sur Mme de Salmour mais aussi sur le frère du roi, Andrzej Poniatowski qu’elle connaissait déjà. Bien sûr, elle emmena des accompagnateurs : Marianne et Nanette, Nateuil et Pichard. Ils passèrent par Vienne et ils s’arrêtèrent chez la margrave de Baden-Dourlach34.

LES ESPOIRS

  • 35 « J’ai reçu les deux lettres de Votre Excellence, et la remercie des pièces y contenues. Le tablea (...)

13Mme Geoffrin arriva à Varsovie le 22 juin 1766. Elle passa environ deux mois avec « son fils ». Ensemble, mais non sans difficultés. Il est vrai que se faire appeler « mère du roi » ce n’est pas la même chose qu’être roi, surtout en Pologne. Mais son séjour commença bien : la société varsovienne était intéressée par cette visite ; cette célèbre Parisienne habitait au Palais Royal et se distrayait avec les élites. Certes, le roi manquait de temps, mais cela ne posait pas encore de réel problème. Il faut souligner que la majorité de la noblesse de la capitale parlait très bien le français, lisait les livres de Mlle de Scudéry et était toujours prête à discuter de Rousseau ou de de Voltaire. L’ambiance lui sembla assez proche de celle de Paris et de son salon rue Saint-Honoré. En compagnie des hôtes du roi, elle pouvait aller au théâtre ou dîner au Palais Royal. Mme Geoffrin n’avait pas assez de temps pour écrire à sa fille à Paris, parce qu’elle se devait de participer aux distractions des Polonais, de surveiller quelques affaires en cours entre la Pologne et la France et de correspondre avec Voltaire, Marmontel ou encore d’Alembert35. À travers ses lettres, elle semble contente et très fière d’elle-même. De nouvelles connaissances, non seulement des Polonais mais aussi des étrangers comme le prince Visconti, compensaient le manque de temps du roi et flattaient le cœur de Mme Geoffrin. Néanmoins, elle écrivit :

  • 36 Lettre de Mme Geoffrin à d’Alembert de Varsovie. Citée par Sainte-Beuve, Causeries du lundi, Paris (...)

Ce voyage fait, je sens que j’aurai vu assez d’hommes et de choses pour être convaincue qu’ils sont partout à peu près les mêmes. J’ai mon magasin de réflexion et de comparaisons bien garni pour le reste de ma vie [...] Tout ce que j’ai vu depuis que j’ai quitté mes pénates me fera remercier Dieu d’être née Française et particulière36.

  • 37 M. Martin, ouvrage cité, p. 49.
  • 38 « Le roi doit déjà être dégoûté de Mme Geoffrin, car elle lui dit la vérité en tout ». Manuscrits (...)

14Le mécontentement de Mme Geoffrin fut probablement provoqué par le Palatin de Russie qui blessa son ambition. « Le roi a peu de goût lui-même, et il se permet de le disputer aux autres si bien qu’il dit de vous même que vous n’en avez pas », selon ses propres termes37. Mme Geoffrin était dure. Elle voulait donner des conseils au roi sur la manière de gouverner, et elle était sincère, trop sincère ; cette question de la franchise revient d’ailleurs très souvent dans la correspondance entre « maman » et « fils ». Pendant son séjour à Paris, Stanislas avait déjà eu du mal à supporter la critique de cette fameuse Parisienne38 ; et là, non seulement elle était très critique sur l’entourage du roi (surtout sur la famille Czartoryski, à l’exception d’Aspasie, princesse Lubomirska), mais elle prétendait contrôler ses décisions, notamment pendant la durée de sa visite. C’était impossible. Elle ne comprenait ni les réalités polonaises, ni la différence entre être roi de Pologne et être roi de France.

  • 39 Lettre de Mme Geoffrin à Marmontel du 30 juillet 1766. C. de Mouy, ouvrage cité, p. 237.

15Pendant ce séjour à Varsovie, Mme Geoffrin refusa tout cadeau de Stanislas-Auguste en dehors de son simple portrait. C’était sa manière bien à elle de manifester la sincérité de ses sentiments à l’égard du roi mais aussi de se distinguer de l’entourage du monarque qui réclamait sans cesse. Mais il fallut rentrer à Paris. Mme Geoffrin était-elle déçue de son séjour ? Officiellement, non : « je suis très satisfaite de mon voyage », écrit-elle à Marmontel39.

« VOUS ÊTES PARTIE... »

  • 40 Lettre de Mme Geoffrin du 3 octobre 1766 de Vienne. Archives nationales 508 AP 34-35.

16Mme Geoffrin quitta Varsovie le 13 septembre en direction de Paris, en passant par Vienne. L’audience accordée par l’Impératrice ajouta encore plus de splendeur à ce voyage exceptionnel. Bien accueillie partout, elle passait son temps au Prater, elle donnait rendez-vous à des proches de Stanislas-Auguste, entre autres la princesse Radziwill, une femme ne parlant pas le français, ce qui n’était pas réellement un d’obstacle car, disait-elle, « nous nous parlons par signes »40.

17Notre salonnière arriva à Paris début novembre après quatre mois et demi d’absence. Ses amis l’attendaient. Il fallait reprendre les dîners des lundis et des mercredis. Tout le monde était intéressé par les nouvelles de Pologne, mais la salonnière n’était pas en grande forme. Sa déclaration, « je suis très satisfaite », ne semblait plus valable et, selon Marmontel :

  • 41 Lettre de J.-F. Marmontel à Voltaire du 8 mars 1767 de Paris. 115 Besterman D14024.

Mme Geoffrin depuis son retour ne parle point de la Pologne et paraît fâchée qu’on lui en parle. Lorsqu’on la force de répondre, elle dit que roi ne s’entend avec personne, et que personne ne s’entend avec lui ; mais que tous ses voisins s’entendent très bien pour le rendre très malheureux. Elle m’a dit depuis qu’il n’y avait rien de plus malheureux au monde qu’un Roi qui n’était pas roi [...]41.

18Son séjour à Varsovie, chez son « fils » ranima leur amitié à distance mais aussi la vie des aristocrates de la capitale. Il ne faut pas oublier que ce séjour était une visite faite au Roi, ce qui renforça l’image de Mme Geoffrin comme intermédiaire entre la France et la Pologne dans différents domaines, en particulier politique et culturel. Elle avait retrouvé un homme mûr qui s’était déjà forgé ses propres opinions et devenait peut-être trop difficile à manipuler. Il semble que, pour Stanislas-Auguste, la présence de cette femme avait été à la fois un moment de plaisir, car il avait pu retrouver ses souvenirs de jeunesse, mais aussi un moment difficile car elle avait pu découvrir la réalité, celle de sa vie privée et de sa position politique. Mme Geoffrin, femme typique de l’époque des Lumières, incarne à elle seule la société parisienne : sa visite à Varsovie fut comme le reflet de son salon, et donna la possibilité à tous de goûter pendant quelques mois la vie mondaine à la française.

Notes

1 J. Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1992, p. 42-53.

2 Mme Geoffrin a accueilli au moins 22 Polonais. Voir A. Litli, « Le salon de Mme Geoffrin : salon philosophique ou sociabilité mondaine ? », dans Vie des salons et activités littéraires : de Marguerite de Valois à Mme de Staël. Actes du colloque de Nancy (6-8 octobre 1999), Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2001, p. 140-141.

3 B. Craveri, L’âge de la conversation, Paris, Gallimard, 2002, p. 315.

4 La marquise du Deffand (1697-1780) avait son salon au couvent de Saint-Joseph. Elle protégea Julie de Lespinasse puis la bannit de son salon en 1764. Voir B. Craveri, Madame du Deffand et son monde, Paris, Seuil, 1999.

5 Portrait de Ma mère qu’elle a vu avec plaisir par la marquise La Ferté-Imbault, Fonds de Geoffrin, Archives nationales, Paris, 508 AP 38. ; je conserve l’orthographe.

6 Mémoires du roi Stanislas-Auguste Poniatowski, tome 1, Saint-Pétersbourg, 1914, p. 87-88.

7 « Elle ne m’a donc fait apprendre dans mon enfance simplement qu’à lire […] Elle disait que des maîtres m’auraient fait perdre mon temps, elle ne m’en a jamais donné aucun, pas même à écrire ni à danser qui sont ceux que l’on donne le plus communément ». Archives nationales, Fonds de Geoffrin, 508 AP 35.

8 Fontenelle est mort en 1757, âgé de 100 ans. Leur amitié avait duré quarante ans. Voir R. Picard, Les salons littéraires et la société français 1610-1789, New York, 1943, p. 206.

9 J.-F. Marmontel, Mémoires, Paris, Mercure de France, 1999, p. 256.

10 R. Picard, ouvrage cité, p. 208.

11 L. Perey, Figures du temps passé – XVIIIe siècle, Paris 1990, p. 307.

12 M. de Lescure, Les Femmes philosophes, Paris, 1881, p. 91.

13 À leur intention, elle organisait des petits soupers le mardi. On y rencontrait, entre autres, le prince de Rohan, la comtesse d’Egmont et la marquise de Duras. Voir A. Litli, ouvrage cité, p. 139.

14 C. de Mouy, Correspondance inédite du roi Stanislas-Auguste Poniatowski et de Mme Geoffrin (1764-1777), Paris, Plon, 1875.

15 D’autres artistes passèrent dans son salon tels Nattier, Lemoine, Falconet, Marietta, Pigalle. Voir G. Mongrédien, La vie et la société aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1950, p. 283.

16 « Il faut tout dire cependant : il manquait à la société de Mme Geoffrin l’un des agréments dont je faisais le plus de cas, la liberté de la pensée. Avec son doux Voilà qui est bien, elle ne laissait pas de tenir nos esprits comme à la lisière, et j’avais ailleurs des dîners où l’on était plus à son aise ». Marmontel, ouvrage cité, p. 207. Voir aussi Stanislas-Auguste Poniatowski, ouvrage cité, p. 89.

17 Aujourd’hui conservé au Musée des Beaux-Arts à Rouen, il fut exposé la première fois au salon de 1815. Il avait été exécuté pour l’Impératrice Joséphine.

18 L’œuvre parut la même année. La lecture est faite par l’acteur Lekoin, le penseur de Ferney est absent de cette assemblée mais représenté par son buste au centre de la pièce.

19 C. de Mouy, ouvrage cité.

20 Lettre de Stanislas-Auguste à Mme Geoffrin du 6 mars 1765. C. de Mouy, ouvrage cité, p. 143.

21 A. Zahorski, Warszawa za Sasów i Stanisława Augusta, Varsovie, 1970, p. 105-125.

22 Ibidem, p. 77.

23 On joue sur cette scène le répertoire de la Comédie Française, de l’Opéra italien mais aussi des spectacles du ballet et du théâtre national. Sa première période se situe dans les années 1765-1769, la seconde à partir de 1774. Voir K. Wierzbicka-Michalska, Teatr w Polsce w XVIII wieku, Warszawa, PWN, 1977, p. 102-105.

24 L. Bernacki, Teatr, dramat i muzyka za Stanisława Augusta z 68 podobiznami. Źródla i materjały, tome I, Lwów, 1925, p. 413-417.

25 A. Guzek, “Salony literackie” dans Słlownik literatury polskiego Oświecenia, Wrocław-Warszawa-Kraków, 1991, p. 543.

26 On trouve que Izabella Czartoryska de Morstin passe pour la première à avoir tenu un le salon littéraire. Voir W. Łoziński, Salon i kobieta, Lwów, 1921, p. 54.

27 Bien souvent les aristocrates possédaient leur propre théâtre.

28 Lettre de Stanislas-Auguste à Mme Geoffrin du 6 mars 1765. C. de Mouy, ouvrage cité.

29 Lettre de Mme Geoffrin à Stanislas-Auguste du 7 avril 1765. C. de Mouy, ouvrage cité, p. 147.

30 Mme Ferté-Imbault, Explication du voyage de Me Geoffrin en Pologne en 1765. Dans ce texte Mme Ferté-Imbault donne l’année 1765 comme la date de départ de sa mère. Archives nationales 508 AP 38. On connaît ses visites à Granval chez le baron d’Holbach. Voir D. Diderot, Correspondance, tome II, décembre 1757-novembre 1759, Paris, Éditions de Minuit, 1956.

31 Lettre de Mme Geoffrin à Stanislas-Auguste du 7 août 1765. C. de Mouy, ouvrage cité, p. 167.

32 Lettre de Mme Geoffrin à Stanislas-Auguste du 19 août 1765. C. de Mouy, ouvrage cité, p. 171.

33 Lettre de Mme Geoffrin à Stanislas-Auguste du 3 février 1766. C. de Mouy, ouvrage cité, p. 211. Le roi donne comme date exacte de départ le 15 mai, mais des détails sur ce voyage figurent encore dans un courrier du 2 juin. C. de Mouy, ouvrage cité, p. 221. Marietta Martin date quant à elle son départ du 21 mai 1766. Voir M. Martin, Une Française à Varsovie en 1766, Paris, 1935, p. 28.

34 Avertissements de Mme Ferté-Imbault. Archives nationales 508 AP 36.

35 « J’ai reçu les deux lettres de Votre Excellence, et la remercie des pièces y contenues. Le tableau des comédiens est admirable ; il est si vrai qu’on y a reconnu ici un chacun à la seule lecture, sans que j’aie nommé le personnage. Le comte Fleming y a bientôt reconnu la petite Lucie ». Lettre de Mme Geoffrin de Varsovie du 12 août 1766. D. Diderot, ouvrage cité, tome VI, p. 250.

36 Lettre de Mme Geoffrin à d’Alembert de Varsovie. Citée par Sainte-Beuve, Causeries du lundi, Paris, Garnier Frères, 1852, tome II, p. 255.

37 M. Martin, ouvrage cité, p. 49.

38 « Le roi doit déjà être dégoûté de Mme Geoffrin, car elle lui dit la vérité en tout ». Manuscrits de la Bibliothèque Czartoryski, volume 3861, p. 375. Cité par M. Martin, ouvrage cité, p. 53-54.

39 Lettre de Mme Geoffrin à Marmontel du 30 juillet 1766. C. de Mouy, ouvrage cité, p. 237.

40 Lettre de Mme Geoffrin du 3 octobre 1766 de Vienne. Archives nationales 508 AP 34-35.

41 Lettre de J.-F. Marmontel à Voltaire du 8 mars 1767 de Paris. 115 Besterman D14024.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540