Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre III - Ville ou/et campagne : un choix de pouvoir,un choix de vie ?

La noblesse polonaise et les conceptions sociales de Jean-Jacques Rousseau

Maciej Forycki

Texte intégral

  • 1 G.-B. de Mably, Du gouvernement et des lois de Pologne à M. le comte Wielhorski, dans Œuvres compl (...)

1En s’interrogeant sur les origines de la parenté intellectuelle entre les représentants de la noblesse polonaise et les penseurs des Lumières, il faut souligner qu’il y eut avant tout une sorte d’accord préliminaire mettant de côté les préjugés réciproques et renonçant aux argumentations radicales pour tendre vers un consensus prenant en compte la spécificité et la complexité de la question étudiée, à savoir comment faire sortir la République nobiliaire de sa crise. L’abbé de Mably exposa en ces termes les démarches exceptionnelles que devaient entreprendre les législateurs à l’égard de la Pologne : « plus les Polonais sont portés, par leurs anciennes habitudes et leurs anciens préjugés, à l’anarchie, plus les réformateurs doivent s’appliquer à écarter tout ce qui peut aigrir ou échauffer les esprits. S’il s’agissait de refondre le gouvernement de certaines nations lentes, dociles, timides et peu faites aux agitations de la liberté, il faudrait en quelque sorte irriter les passions. Mais c’est tout le contraire qu’il faut se proposer en Pologne, parce qu’on ne passe point de l’anarchie à l’amour de la règle et de l’ordre par les mêmes voies qui doivent conduire du despotisme à la liberté »1. C’est sur les effets de ce consensus sur la pensée de Jean-Jacques Rousseau que nous voulons insister. En travaillant son projet de constitution pour la Pologne, le législateur genevois fit, en effet, un double effort : en apprenant la République nobiliaire, en la critiquant ou en s’en enthousiasmant, Rousseau dialogue avec le monde sarmate, mais, parallèlement, il reste aussi juge de Jean-Jacques, ses considérations sur ce sujet combien exotique se voulant être compatibles avec sa doctrine.

2Au cours du XVIIIe siècle, la noblesse polonaise, la szlachta paraissait ne pas être prête à accepter un programme radical de réformes. La République nobiliaire se trouva ainsi condamnée de façon définitive par tous ceux, Voltaire en premier lieu, qui n’envisageaient qu’une critique négative de sa spécificité politique et sociale. Mais il y avait alors aussi en Europe des autorités intellectuelles qui ne rejetaient pas de façon absolue l’originalité polonaise. C’est pourquoi l’élite de la confédération de Bar, mouvement conservateur nobiliaire, envoya en 1770 à Paris Michel Wielhorski, l’idéologue et militant acharné du républicanisme sarmate, avec une double mission : à part ses tâches diplomatiques auprès du ministère français, il devait nouer les contacts avec les penseurs des Lumières afin de les convaincre de conseiller les nobles polonais en matière de réformes à entreprendre en Pologne. La noblesse polonaise, réunie sous les étendards de la Confédération de Bar trouva ainsi parmi les autorités des Lumières des interlocuteurs capables d’élaborer de plans de constitution pour la Pologne : l’abbé de Mably, Jean-Jacques Rousseau et le physiocrate Pierre-Paul Le Mercier de la Rivière.

  • 2 Première édition : J.-J. Rousseau, Considérations sur le Gouvernement de Pologne et sur sa Réforma (...)

3Michel Wielhorski fut le premier informateur de Rousseau sur les affaires de la République nobiliaire. L’envoyé des confédérés n’eut pas de difficultés pour intéresser l’idéologue du contrat social aux affaires de la République combattante, mais il lui était plus difficile de l’entraîner à rédiger un projet de réformes. Jean-Jacques Rousseau céda finalement ; le fruit en était le projet de constitution pour la République nobiliaire intitulé Considérations sur le gouvernement de Pologne et sur sa réformation projetée, rédigé entre octobre 1770 et avril 17712.

  • 3 J. Michalski, Rousseau i sarmacki republikanizm (Rousseau et le républicanisme sarmate), Warszawa, (...)

4Les discussions sur la situation polonaise et notamment la demande de présenter des projets concrets de réformes pour la République constituaient une occasion exceptionnelle pour les penseurs qui pouvaient profiter de leur mission pour mettre à l’épreuve leurs idées ou encore pour envisager les situations réelles. Rousseau, tout comme Mably, a pris en compte dans son projet et ceci dans une mesure considérable, le contexte spécifique de la Pologne confédérée ce qui lui a permis, certes, de se détacher des préjugés de l’opinion philosophique, mais l’a poussé en revanche vers une subjectivité propre au républicanisme sarmate. Rousseau et Mably ont cependant construit deux modèles complètement différents pour la République nobiliaire3. Il se peut qu’il faille chercher la raison de ces divergences justement dans cette différence entre un Mably qui voulait s’en tenir le plus possible à la réalité polonaise et un Rousseau qui, en dialoguant aussi avec lui-même, construisit un projet intemporel, avec un moindre égard à l’évolution des événements. Dans cette perspective, il faudrait lire les Considérations de Rousseau comme un texte dont les visées se veulent universelles.

  • 4 Voir M. Forycki, Anarchia polska w myśli Oświecenia. Francuski obraz Rzeczypospolitej szlacheckiej (...)
  • 5 Sur les conceptions républicaines de Rousseau voir notamment P.-M. Vernes, La ville, la fête, la d (...)

5La raison de cette attitude universaliste, il faut peut-être la chercher dans le fait que l’œuvre de Rousseau sur la Pologne s’inscrit dans sa philosophie politique et sociale et que, malgré les apparences, elle ne constitue pas une exception, une œuvre à part dans son écriture. Les Considérations restent étroitement liées avec tous les traités fondamentaux de Rousseau : le Contrat social (principes sociaux-politiques, morale), l’Émile (éducation), le Discours sur les sciences et les arts (arguments contre le progrès). La Pologne, avec son système institutionnel « anarchique » et la mentalité républicaine de ses classes dirigeantes nobiliaires apparut à Jean-Jacques Rousseau comme un espace réel où, sur la base du système institutionnel déjà existant, se réaliseraient ses idéaux. Il faisait dans son projet polonais une apologie de l’élection du monarque, appréciait le système fédératif et la décentralisation, vantait les fondements du liberum veto et, chose évidente pour ce penseur, condamnait tout progrès économique4. Les Considérations de Rousseau montrent que la Pologne était pour lui un prétexte pour exposer ses propres idéaux républicains, façon de faire qu’on avait vu auparavant dans le texte fameux de l’abbé Coyer, inséré dans l’En cyclopédie5.

6Les propos polonais du philosophe de Genève, gardés secrets, ou presque, dans les années 1770, suscitèrent une vive critique dans le milieu philosophique, hostile aux Polonais jugés par un Grimm ou un Diderot comme des hommes attardés et des fanatiques. Lorsque sept ans avant la Révolution, on publia son traité, ce n’était plus la question polonaise qui intéressait le plus le lecteur français, mais tous ces grands idéaux républicains que prônait le citoyen de Genève en traitant la Pologne non seulement en tant que l’incarnation des anciennes vertus républicaines, mais surtout comme une sorte de république universelle avec au premier plan l’idée de patriotisme, l’esprit de civisme et les fondements d’une éducation nouvelle. Dans ce contexte, la République des nobles polonais s’éloignait du réel pour devenir, telle qu’elle était décrite et projetée par Rousseau, un modèle utopique vers lequel devait tendre la société nouvelle.

7La réflexion sociale joue toujours dans la pensée de Jean-Jacques Rousseau un rôle capital. Il en est de même dans ses considérations sur la République nobiliaire. Pourtant, compte tenu de l’originalité sociale de la Pologne (prépondérance de la noblesse, faiblesse de la bourgeoisie, servage des paysans), nous souhaitons nous interroger sur la compatibilité de ces observations avec les principes de tout son programme social.

  • 6 M. Cranston, « Rousseau et l’aristocratie », Annales de la Société J.-J. Rousseau, tome XXXIX, 197 (...)
  • 7 J.-J. Rousseau, Du contrat social, ou Principes de droit politique, dans idem, Œuvres complètes, t (...)

8Dès ses deux premiers discours, Rousseau s’interroge sur la place de la noblesse dans la société6. Dans les premières sociétés humaines le rôle de ce que le philosophe appelle l’aristocratie naturelle était fondamental puisque ces sociétés se gouvernaient aristocratiquement : le pouvoir était détenu par les chefs des familles, hommes d’âge et d’expérience. Il s’agit, chez l’auteur du Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, de l’âge d’or de l’humanité, époque définitivement close, mais dont certaines marques sont encore à observer dans des sociétés primitives. Cette aristocratie naturelle subsiste selon Rousseau chez « les sauvages de l’Amérique septentrionale [qui] se gouvernent encore ainsi de nos jours, et sont très bien gouvernés »7. Le mythe du bon sauvage devient ainsi l’exemple pour les habitants de l’Europe où l’aristocratie naturelle a depuis longtemps dégénéré (rôle destructeur des richesses) et s’est transformée en une aristocratie héréditaire qui se caractérise par la transmission des richesses et du pouvoir des pères aux enfants.

  • 8 Idem, Fragments politiques, XV : De la noblesse, dans Œuvres complètes, ouvrage cité, tome III, p. (...)
  • 9 Idem, Considérations sur le gouvernement de Pologne et sur sa réformation projettée, dans idem, Œu (...)
  • 10 Ibidem, p. 965.
  • 11 Ibidem, p. 954.
  • 12 Ibidem, p. 962.

9Le luxe était donc à l’origine du mal : « le luxe d’alors augmentait leur puissance [des nobles], et celui d’aujourd’hui le détruit ; il les tient dans la plus étroite dépendance de la cour et des ministres, et il les met hors d’état de subsister autrement que par des grâces continuelles qui sont le fruit de la servitude du peuple et le prix de la leur »8. Rousseau sait très bien qu’il y a le même problème en Pologne où l’immense distance des fortunes sépare les magnats de la petite noblesse et il le considère comme un grand obstacle aux reformes nécessaires9. Le philosophe trouve cependant deux manières pour la diminuer : « ôter tout à fait le luxe où règne l’inégalité me parait, je l’avoue, une entreprise bien difficile. Mais n’y aurait-il pas moyen de changer les objets de ce luxe et d’en rendre l’exemple moins pernicieux ? Par exemple, autrefois la pauvre noblesse en Pologne s’attachait aux Grands qui lui donnaient l’éducation et la substance à leur suite. Voilà un luxe vraiment grand et noble »10. Rousseau vante ainsi le système de clientèle par l’intermédiaire duquel il cherche à égaliser les différences sociales. La noblesse polonaise montre donc comment sortir du paradoxe de l’inégalité sociale. Elle se trouve d’ailleurs, ceci non pas pour la dernière fois, comparée au patriciat romain : rappelons que Rousseau avait écrit, dans Du contrat social, que, à Rome « cette admirable institution des patrons et des clients fut un chef-œuvre de politique et d’humanité, sans lequel le Patriciat, si contraire à l’esprit de la République, n’eut pu subsister »11. La seconde manière d’éviter à la noblesse le danger du luxe, est celle employée bien souvent dans le projet polonais de Rousseau, à savoir le renforcement de l’esprit patriotique : « je voudrais que par des honneurs, par des récompenses publiques, on donnât de l’Éclat à toutes les vertus patriotiques, qu’on occupât sans cesse les Citoyens de la patrie, qu’on en fît leur plus grande affaire, qu’on la tînt incessamment sous leurs yeux. De cette manière ils auraient moins, je l’avoue, les moyens et le temps de s’enrichir, mais ils en auraient moins le désir et le besoin ; leurs cœurs apprendraient à connaître un autre bonheur que celui de la fortune, et voilà l’art d’anoblir les âmes et d’en faire un instrument plus puissant que l’or »12.

  • 13 Ibidem, p. 954.

10Cette théorie rousseauiste de la dégénérescence progressive de l’aristocratie naturelle en aristocratie héréditaire ne semble jouer chez le philosophe genevois qu’un rôle explicatif montrant les faux principes sur lesquels repose la prépondérance de la noblesse actuelle. Cependant, tout autre est le cas de la noblesse polonaise qui garde toujours ses vertus primitives : « je vois tous les États de l’Europe courir à leur ruine. Monarchies, Républiques, toutes ces nations si magnifiquement instituées, tous ces beaux gouvernements si sagement pondérés, tombés en décrépitude, menacés d’une mort prochaine ; et la Pologne, cette région dépeuplée, dévastée, opprimée, ouverte à ses agresseurs, au fort de ses malheurs et de son anarchie, montre encore tout le feu de la jeunesse ; et elle ose demander un gouvernement et des lois, comme si elle ne faisait que naître »13. Cette « jeune » Pologne, primitive et se voulant être bien gouvernée, ne ressemble-elle pas au cas des sauvages de l’Amérique ? Dans une telle optique, la noblesse polonaise aurait alors à jouer le rôle de l’aristocratie naturelle rousseauiste.

  • 14 Voir D. Scarca, Aristocratie, dans Dictionnaire de Jean-Jacques Rousseau, R. Trousson, F.S. Eigeld (...)

11La réalité socio-politique de son époque amena Rousseau à différencier deux sortes d’aristocratie et à les opposer entre elles. La première est l’aristocratie héréditaire, autrement dit la noblesse14, qui jouit des privilèges qu’elle s’était arrogée et qui ne sont, selon le philosophe, ni raisonnables ni justes. Il s’agit des abus que le peuple est obligé de payer dans une société dont les mécanismes ne sont pas réglés par un contrat social fondé sur la raison. La seconde est l’aristocratie élective qui peut jouir des privilèges normalement dûs aux gouvernants, à ceux dont le métier est honorable mais pénible par rapport aux fonctions que remplissent, dans une société civile, les simples citoyens. Cette opposition radicale chez Rousseau entre deux sortes d’aristocratie, celle héréditaire et l’autre – élective – est fondamentale dans la pensée du philosophe et joue, semble-il, un rôle important comme arrière-plan de son projet de réforme de la Pologne.

  • 15 J.-J. Rousseau, Fragments, ouvrage cité, p. 552-553.
  • 16 Ibidem, p. 552.

12Dans les Fragments politiques classés par Robert Derathé on retrouve des évaluations brèves, mais précises et claires sur ce que Rousseau pensait de la noblesse. « Qu’est-ce qu’un corps de Noblesse si ce n’est un corps de valets. La noblesse est faite essentiellement pour servir, elle n’existe que par là, et que pour cela. La servitude est toujours la même, il n’y a que le maître de différent »15. Ainsi Rousseau traite de rhétorique16 la question de savoir si l’abaissement des grands seigneurs en France a été avantageux ou nuisible au royaume, en identifiant le royaume au roi.

  • 17 J.-J. Rousseau, Du contrat social, ouvrage cité, p. 450. Voir M. Forycki, Entre le despotisme et l (...)

13La noblesse de l’époque, cette aristocratie héréditaire, a pour Rousseau trois traits caractéristiques qui la condamnent à ses yeux : elle est incapable de résister au despotisme du roi, elle dépend de la cour, et, enfin, elle survit aux dépens du peuple. Pourtant, Rousseau dut chercher, pour les nobles polonais, une toute autre place dans ses théories, parce que ces trois marques négatives n’apparaissent pas dans la noblesse polonaise. Tout d’abord, elle n’est pas impuissante face au despotisme du roi : le corps nobiliaire qu’était la Confédération de Bar avait justement été formée pour résister à Stanislas-Auguste Poniatowski, ce roi de Pologne qui indefesse ad absolutismum tendens17. Il était non moins connu – l’Encyclopédie l’avait rappelé dans l’article « Pologne » – que les nobles polonais ne vivaient pas à la cour et qu’ils en étaient entièrement indépendants. Et en ce qui concerne enfin la survie aux dépens du peuple, elle n’était pas absolue : certes, l’esclavage des paysans polonais était une réalité connue, mais non moins que le principe de l’égalité au sein de la noblesse très nombreuse en Pologne.

  • 18 D. Scarca, Aristocratie, ouvrage cité, p. 52.

14La noblesse polonaise trouva donc une toute autre place dans les théories du philosophe. Elle semble se situer dans la pensée de Rousseau à un stade intermédiaire entre les trois genres d’aristocratie qu’il différencie. Les Sarmates ont acquis, certes, quelques traits mauvais de cette aristocratie héréditaire dégénérée, mais Rousseau voit, en optimiste, la possibilité de les éliminer. Le philosophe remarque, non sans étonnement, qu’il y a aussi dans cette noblesse polonaise des restes de la spécificité de cette aristocratie naturelle qu’il croyait passée en Europe, et ceci semble être chez le philosophe le fondement sur lequel les Polonais devraient faire leurs réformes. Il ne manque pas, enfin, dans le système socio-politique de la République nobiliaire d’éléments constituant du gouvernement aristocratique, basé sur cette aristocratie élective que le Genevois définit comme un corps restreint de magistrats éclairés fait pour gouverner le peuple et capable d’exercer le pouvoir exécutif18. Nous arrivons ainsi à l’un des points cruciaux du sujet : les propos de Rousseau sur la noblesse polonaise n’apparaissent dans tout leur éclat que lorsqu’on les place dans le contexte des idées générales du philosophe sur les dépendances entre l’aristocratie et le gouvernement.

  • 19 J.-J. Rousseau, Du contrat social, ouvrage cité, p. 186.

15Pour Rousseau, seul le peuple est souverain ; la forme du gouvernement n’a aucune influence sur ce principe de la souveraineté du peuple qui se manifeste tout d’abord par le fait qu’il est dépositaire de la puissance législative. C’est un axiome rousseauiste que la puissance législative n’appartient qu’au peuple et qu’elle ne se représente pas et ne s’aliène pas. Dans son fameux Du contrat social, Rousseau fit une note capitale à la constatation célèbre que tout gouvernement légitime est républicain : « je n’entends pas seulement par ce mot [républicain], précise-il, une aristocratie ou une démocratie, mais en général tout gouvernement guidé par la volonté générale, qui est la loi. Pour être légitime il ne faut pas que le gouvernement se confonde avec le souverain, mais qu’il en soit le ministre »19. D’où la conclusion de Rousseau, logique, mais combien étonnante, que la monarchie elle-même est une république.

  • 20 Idem, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, dans Œuvres complè (...)
  • 21 Ibidem.
  • 22 Idem, Du contrat social, ouvrage cité, p. 406.
  • 23 D. Scarca, Aristocratie, ouvrage cité, p. 53.

16La clé pour différencier les formes du gouvernement est ainsi la question de qui détient le pouvoir exécutif dans l’État. Rousseau le présenta dans son Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes : « les diverses formes des Gouvernements tirent leur origine des différences plus ou moins grandes qui se trouvèrent entre les particuliers au moment de l’Institution. Un homme était-il éminent en pouvoir, en vertu, en richesses, ou en crédit ? Il fut seul élu Magistrat, et l’État devint monarchique ; si plusieurs d’entre eux à peu près égaux l’emportaient sur les autres, ils furent élus conjointement, et l’on eut une Aristocratie ; ceux dont la fortune ou les talents étaient moins disproportionnés, et qui s’étaient le moins éloignés de l’État de Nature, gardèrent en commun l’Administration suprême et formèrent une Démocratie »20. Les formes du gouvernement sont ainsi classées selon ceux à qui appartient le pouvoir exécutif : dans le gouvernement monarchique l’exécutif ne dépend que du roi ; dans le gouvernement démocratique, il est entre les mains de la majorité ou de tous les citoyens (les différences entre gouvernants et gouvernés disparaissent) ; enfin, dans le gouvernement démocratique aristocratique, basé sur le contrat social, la puissance exécutive appartient à la minorité des citoyens choisis, à l’aristocratie élective. Mais, à Rousseau, ne plaisent ni le gouvernement d’un seul (« il n’y a que Dieu qui puisse gouverner le monde, et il faudrait des facultés plus qu’humaines pour gouverner de grandes nations »21), ni celui de tous (« s’il y avait un peuple de dieux, il se gouvernerait démocratiquement. Un gouvernement si parfait ne convient pas à des hommes »22). C’est le gouvernement aristocratique qui est le meilleur selon Rousseau, tout comme l’aristocratie élective, que le philosophe approuve comme fondée sur le mérite et la vertu23.

17Cependant, la définition de la relation qui devait exister dans la République nobiliaire entre le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif fut le fondement des projets de constitution pour la Pologne et le point de départ pour les discussions qui eurent lieu autour d’eux. Deux analyses principales de l’organisation du système institutionnel apparurent dans les discussions des confédérés de Bar avec les penseurs français. L’abbé de Mably, suivant les principes de Montesquieu, optait pour une séparation des pouvoirs nette : la puissance législative devait résider dans la Diète et le pouvoir exécutif dans le sénat. Pour Jean-Jacques Rousseau, c’était le mélange des compétences des différentes institutions de l’État qui pouvait assurer son meilleur fonctionnement : la Diète y était le corps qui détenait la souveraineté du peuple parce qu’elle était composée des représentants élus par les diétines, tandis que l’exécutif devait être fort, mais étroitement contrôlé par le législatif.

  • 24 J.-J. Rousseau, Considérations, ouvrage cité, p. 973.
  • 25 « Affranchir les peuples de Pologne est une grande et belle opération, mais hardie, périlleuse, et (...)

18En traitant la question de la souveraineté, Rousseau ne manqua pas de critiquer l’égoïsme de la szlachta. « Ce droit [de former une loi] n’appartient qu’au seul ordre équestre (…). Telle est ou doit être en Pologne la loi de l’État : mais la loi de la nature, cette loi sainte, imprescriptible, qui parle au cœur de l’homme et à sa raison, ne permet pas qu’on resserre ainsi l’autorité législative, et que les lois obligeant quiconque n’y a pas voté (…). On ne viole point impunément cette loi sacrée, et l’état de faiblesse, où une si grande nation se trouve réduite, est l’ouvrage de cette barbarie féodale qui fait retrancher du corps de l’État sa partie la plus nombreuse, et quelquefois la plus saine »24. Il faut cependant souligner que Rousseau ne pensait pas libérer immédiatement les serfs polonais25.

  • 26 Ibidem, p. 998.
  • 27 Rousseau fit un parallèle entre la spécificité de la confédération et la Diète « la puissance exéc (...)
  • 28 J. Michalski, Rousseau, ouvrage cité, p. 91.

19Jean-Jacques Rousseau se montra aussi l’avocat acharné du principe de la confédération qui joue chez lui le rôle de la force politique violente et purificatrice, capable de lutter contre les dangers menaçant l’État (« il y a des maux extrêmes qui rendent les remèdes violents nécessaires »26) mais contribuant aussi au dynamisme de son fonctionnement27. L’historien polonais Jerzy Michalski souligne l’importance de cette idée de Rousseau selon laquelle tous les confédérés devaient être subordonnés à celui qui se montrait le premier et remarque que ce mode anarchique de fondation de la confédération proposée par Rousseau allait de pair avec sa doctrine selon laquelle les citoyens les plus vertueux représentaient la volonté générale28.

  • 29 J.-J. Rousseau, Considérations, p. 954.
  • 30 Ibidem, p. 959.

20La noblesse polonaise, à condition d’être ouverte à d’autres classes sociales paraît donc être le peuple souverain, tandis que les confédérés de Bar semblent jouer dans les Considérations le rôle de cette aristocratie élective rousseauiste. « C’est au sein de cette anarchie qui vous est odieuse que se sont formées ces âmes patriotiques qui vous ont garanti du joug. Elles s’endormaient dans un repos léthargique ; l’orage [Confédération de Bar] les a réveillées »29. Rousseau avoue que le seul moyen de sauver la Pologne lui paraît « d’infuser, pour ainsi dire, dans toute la nation l’âme des confédérés ; c’est d’établir tellement la République dans les cœurs des Polonais, qu’elle y subsiste malgré tous les efforts de ses oppresseurs »30.

  • 31 Ibidem, p. 966.

21Ce n’est donc pas un changement du système institutionnel de la Pologne que Rousseau a mis au centre de ses Considérations, mais une réforme qui consistait à construire sur la base de la mentalité nobiliaire « l’âme nationale », ceci par le biais d’une éducation nouvelle. En effet, le philosophe genevois prit au programme des confédérés la notion de Patrie comme idée majeure, essentielle pour la persistance de la nation et à partir de laquelle un Polonais devrait être instruit : « un enfant en ouvrant les yeux doit voir la patrie et jusqu’à la mort ne doit plus voir qu’elle »31. Ainsi, au cœur du projet polonais de Rousseau se trouvait l’éducation patriotique et civique et elle y jouait un rôle salvateur.

  • 32 Voir R. Trousson, Jean-Jacques Rousseau, tome II : Le deuil éclatant du bonheur, Paris, Tallandier (...)
  • 33 Voir R. Trousson, Jean-Jacques Rousseau, tome II : Le deuil éclatant du bonheur, Paris, Tallandier (...)

22Patriotisme voulait tout d’abord dire chez Rousseau sauvegarde de la diversité nationale. Selon ses objectifs, les nobles polonais devaient avant tout refuser l’aliénation, l’assimilation, et maintenir en revanche toutes leurs différences à l’égard des autres32. Le philosophe pensait qu’il était très important de se sentir un Autre : « un Français, un Anglais, un Espagnol, un Italien, un Russe, sont tous à peu près le même homme : il sort du collège déjà tout façonné pour la licence, c’est-à-dire pour la servitude »33. En se plaignant ainsi de l’homogénéité de l’humanité, Rousseau conseille aux élites nobiliaires sarmates d’organiser l’éducation de sorte qu’à vingt ans un Polonais ne se définisse qu’en tant que Polonais. Pour réaliser cet objectif, Rousseau donna dans ses Considérations un programme bref de formation d’un enfant. Il s’agissait avant tout de s’approprier une connaissance approfondie du pays et de sa culture : à dix ans connaître l’économie de sa patrie, à douze ans sa géographie, à quinze ans son histoire, à seize ans toutes ses lois. L’essentiel était, pour le philosophe, de normaliser tout le programme éducatif par la loi.

  • 34 J.-J. Rousseau, Considérations, ouvrage cité, p. 966.

23Rousseau demandait aussi de créer un Collège de Magistrats qui serait une administration suprême, nommant et révoquant les chefs des écoles et les instituteurs. Cependant, le travail de ces derniers ne devait être que provisoire ; Rousseau le voyait comme un des degrés de la carrière dans l’administration publique : « gardez-vous surtout, conseillait-il aux Confédérés, de faire un métier de l’État de pédagogue. Tout homme public en Pologne ne doit avoir d’autre état permanent que celui de Citoyen »34.

24Plusieurs idées de l’Émile y sont reprises

25 Voir P. Arnaud, Uwagi nad rządem Polski Jana Jakuba Rousseau (Considérations sur le gouvernement de Pologne de Jean-Jacques Rousseau), « Przegląd Humanistyczny », tome XIV, 1970-1971, p. 49-50.

35
  • 36 Ibidem, p. 967.
  • 37 Voir B. Baczko, « Rousseau et l’imagination sociale. Du Contrat social aux Considérations sur le g (...)

26Cependant, les réformes éducatives entreprises en Pologne avant la rédaction des Considérations concernaient surtout, et ceci encore dans une mesure limitée, les élites des magnats. C’est pour cela que l’auteur du Contrat social, fit remarquer aux Polonais que « tous étant égaux par la constitution de l’État doivent être élevés ensemble et de la même manière »36. Cette idée trouva dans la République un vif retentissement puisque, effectivement, selon les principes de son système institutionnel, un noble était égal à un magnat ou même au roi. Et c’était exactement de cette spécificité institutionnelle de la Pologne, à savoir du caractère égalitaire de la nation libre et souveraine que, selon Rousseau, devait émaner la forme de l’éducation. Pour l’auteur de l’Émile ce n’était que les hommes libres, unis d’un côté par la loi et de l’autre par les liaisons communautaires, qui fondaient une instruction civique modèle37.

  • 38 J.-J. Rousseau, Considérations, ouvrage cité, p. 968.
  • 39 Voir R. Trousson, Totalitarisme de Rousseau ?, dans Dictionnaire de Jean-Jacques Rousseau, ouvrage (...)
  • 40 J.-J. Rousseau, Considérations, ouvrage cité, p. 966.

27Les principes de la liberté, de l’égalité et du patriotisme régnant au sein la nation exigeaient, aux yeux du philosophe, la formation chez les citoyens d’un esprit de communauté. Cela ne veut pas dire qu’il était hostile à l’éducation particulière, domestique des enfants, mais il croyait que même pour des enfants élevés à la maison, une instruction publique, au moins sous la forme d’une participation aux jeux communs, était indispensable. L’éducation dans la communauté permettrait d’accoutumer les enfants « à la règle, à l’égalité, à la fraternité, aux concurrences, à vivre sous les yeux de leurs concitoyens et à désirer l’approbation publique »38. Cependant, de l’importance de cet esprit de communauté naquit chez Rousseau le principe selon lequel l’individu devrait être soumit à l’intérêt commun, idée que l’on retrouve aussi dans d’autres écrits du philosophe et qui dévoile le caractère totalitaire de la pensée du citoyen de Genève39. « Tout vrai républicain suça avec le lait de sa mère l’amour de sa patrie, c’est-à-dire des lois et de la liberté. Cet amour fait toute son existence ; il ne voit que la patrie, il ne vit que pour elle ; sitôt qu’il est seul, il est nul »40. Ces mots invitent à croire que la patrie exige l’aliénation de l’individualité…

28La noblesse polonaise apparaît dans la pensée de Rousseau comme un fondement stable sur lequel il est possible de réformer l’État, et dans une lecture universaliste de bâtir même une société nouvelle. Et c’est une exception : les autres noblesses européennes, étant au stade de la dégénérescence complète, ne donnent pas au penseur genevois de tels espoirs. Mais d’autre part, cette place extraordinaire reconnue par Rousseau à la noblesse polonaise représentait la condition du dialogue entre le Genevois et les nobles sarmates et donnait l’espoir que les conseils du philosophe ne restent pas de pures rêveries.

29Cependant, les Considérations ne pouvaient pas être prises pour un programme réel au sens d’une proposition pour faire rapidement sortir la Pologne de sa crise. À en croire Bronisław Baczko, nous avons ici à faire plutôt à un texte qui devrait stimuler l’imagination des réformateurs. Rousseau y bâtit certes une utopie, mais vers laquelle il faudrait que tendent les confédérés. Cependant, le point de départ de cette marche vers le « bonheur social », à savoir le rôle de la noblesse dans la République, est tout à fait réel, tout comme l’outil majeur pour s’en servir : l’éducation patriotique et civique.

Notes

1 G.-B. de Mably, Du gouvernement et des lois de Pologne à M. le comte Wielhorski, dans Œuvres complètes, tome VIII, Lyon, 1792, p. 16-17.

2 Première édition : J.-J. Rousseau, Considérations sur le Gouvernement de Pologne et sur sa Réformation projettée, dans Collection complète des Œuvres de Jean-Jacques Rousseau, citoyen de Genève, tome I, Genève, 1782, p. 418-539.

3 J. Michalski, Rousseau i sarmacki republikanizm (Rousseau et le républicanisme sarmate), Warszawa, 1977 ; idem, Sarmacki republikanizm w oczach Francuza. Mably i konfederaci barscy (Le républicanisme sarmate aux yeux d’un Français. Mably et les confédérés de Bar), Wrocław, 1995 ; J. Lecuru, Deux consultants au chevet de la Pologne : Mably et Jean-Jacques Rousseau, dans La Politique comme science de la morale, tome I, Bari, Palomar Casa Editrice, 1995.

4 Voir M. Forycki, Anarchia polska w myśli Oświecenia. Francuski obraz Rzeczypospolitej szlacheckiej u progu czasów stanisławowskich (L’anarchie polonaise dans la pensée des Lumières. L’image française de la République nobiliaire au début de l’âge stanislavien), Poznań, 2004.

5 Sur les conceptions républicaines de Rousseau voir notamment P.-M. Vernes, La ville, la fête, la démocratie. Rousseau et les illusions de la communauté, Paris, Payot, 1978, p. 140-152 ; O. Krafft, La politique de Jean-Jacques Rousseau. Aspects méconnus, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1989, p. 94-105 ; R. Dérathé, Jean-Jacques Rousseau et la science politique de son temps, Paris, Vrin, 1995. Voir aussi les inventaires faits par M. Launay, Le vocabulaire politique de Jean-Jacques Rousseau, Genève, Éditions Slatkine, 1977, p. 72-74, 133-135, 143, 206-209.

6 M. Cranston, « Rousseau et l’aristocratie », Annales de la Société J.-J. Rousseau, tome XXXIX, 1972-1977, p. 139-158.

7 J.-J. Rousseau, Du contrat social, ou Principes de droit politique, dans idem, Œuvres complètes, tome III, Bibliothèque de la Pléiade, 1964, p. 406.

8 Idem, Fragments politiques, XV : De la noblesse, dans Œuvres complètes, ouvrage cité, tome III, p. 552.

9 Idem, Considérations sur le gouvernement de Pologne et sur sa réformation projettée, dans idem, Œuvres complètes, ouvrage cité, tome III, p. 964.

10 Ibidem, p. 965.

11 Ibidem, p. 954.

12 Ibidem, p. 962.

13 Ibidem, p. 954.

14 Voir D. Scarca, Aristocratie, dans Dictionnaire de Jean-Jacques Rousseau, R. Trousson, F.S. Eigeldinger (dir.), Paris, Honoré Champion, 2001, p. 52-53.

15 J.-J. Rousseau, Fragments, ouvrage cité, p. 552-553.

16 Ibidem, p. 552.

17 J.-J. Rousseau, Du contrat social, ouvrage cité, p. 450. Voir M. Forycki, Entre le despotisme et la liberté propos de Rousseau sur le roi Stanislas-Auguste, dans Les grands hommes des autres, M. Serwański (dir.), Poznań, 2000, p. 197-207.

18 D. Scarca, Aristocratie, ouvrage cité, p. 52.

19 J.-J. Rousseau, Du contrat social, ouvrage cité, p. 186.

20 Idem, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, dans Œuvres complètes, ouvrage cité, tome III, p. 186.

21 Ibidem.

22 Idem, Du contrat social, ouvrage cité, p. 406.

23 D. Scarca, Aristocratie, ouvrage cité, p. 53.

24 J.-J. Rousseau, Considérations, ouvrage cité, p. 973.

25 « Affranchir les peuples de Pologne est une grande et belle opération, mais hardie, périlleuse, et qu’il ne faut pas tenter inconsidérément. Parmi les précautions à prendre, il en est une indispensable et qui demande du temps. C’est, avant toute chose, de rendre dignes de la liberté et capables de la supporter les serfs qu’on veut affranchir (…). N’affranchissez leurs corps qu’après avoir affranchi leurs âmes », ibidem, p. 974.

26 Ibidem, p. 998.

27 Rousseau fit un parallèle entre la spécificité de la confédération et la Diète « la puissance exécutive attachée aux confédérations leur donnera toujours dans les besoins extrêmes une vigueur, une activité, une célérité que ne peut avoir la Diète, forcée à marcher à pas plus lents, avec plus de formalités », Jean Fabre écrit à propos de cette idée de Rousseau de concentrer le pouvoir : « la dictature jacobine et le Comité de Salut Public figureront assez bien le terme vers lequel tend, en pareil cas, sa pensée », J. Fabre, Notes et variantes, dans J.-J. Rousseau, Considérations, ouvrage cité, p. 1779.

28 J. Michalski, Rousseau, ouvrage cité, p. 91.

29 J.-J. Rousseau, Considérations, p. 954.

30 Ibidem, p. 959.

31 Ibidem, p. 966.

32 Voir R. Trousson, Jean-Jacques Rousseau, tome II : Le deuil éclatant du bonheur, Paris, Tallandier, 1989, p. 409.

33 Voir R. Trousson, Jean-Jacques Rousseau, tome II : Le deuil éclatant du bonheur, Paris, Tallandier, 1989, p. 409.

34 J.-J. Rousseau, Considérations, ouvrage cité, p. 966.

35 J.-J. Rousseau, Considérations, ouvrage cité, p. 966.

36 Ibidem, p. 967.

37 Voir B. Baczko, « Rousseau et l’imagination sociale. Du Contrat social aux Considérations sur le gouvernement de Pologne », Annales de la Société J.-J. Rousseau, tome XXXVIII, 1969-1971, p. 55.

38 J.-J. Rousseau, Considérations, ouvrage cité, p. 968.

39 Voir R. Trousson, Totalitarisme de Rousseau ?, dans Dictionnaire de Jean-Jacques Rousseau, ouvrage cité, p. 887-889 ; M. Forycki, « Les utopies pédagogiques de Rousseau et de Diderot face aux réformes éducatives en Pologne et en Russie au XVIIIe siècle », dans Pistes didactiques et chemins d’historiens. Textes offerts à Henri Moniot, M.-C. Baques, A. Bruter, N. Tutiaux-Guillon (dir.), Paris, 2003, p. 147-159.

40 J.-J. Rousseau, Considérations, ouvrage cité, p. 966.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540