Version classiqueVersion mobile

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre III - Ville ou/et campagne : un choix de pouvoir,un choix de vie ?

Agronomes, physiocrates, les nobles et le progrès dans les campagnes françaises dans la seconde moitié du XVIIIe siècle

Michel Combet

Texte intégral

  • 1 Dictionnaire philosophique, Genève, Grasset, 1764, article Blés.

Vers l’an 1750, la nation rassasiée de vers, de tragédies, de comédies, d’opéras, de romans, d’histoires romanesques, de réflexions morales, plus romanesques encore, de disputes théologiques sur la grâce et les convulsions, se mit enfin à raisonner sur les blés…
Voltaire1.

  • 2 A. Bourde, Agronomie et agronomes en France au XVIIIe siècle, Paris, S. EV.P.E.N., 1967, 3 volumes.

1La seconde moitié du XVIIIe siècle, est en effet marquée en France par le succès du mouvement agronomique, dont André Bourde a montré, dès 19672, l’ampleur. Depuis le milieu des années 1990, le renouveau des études rurales, autour de la revue Histoire et sociétés rurales, a confirmé que ce mouvement, encouragé par l’État et porteur d’innovations nombreuses et profondes, a participé d’une transition agricole d’abord perceptible dans les régions de grande culture et les zones péri-urbaines. À côté des ajustements successifs dûs aux efforts multiséculaires des gens de la terre, « l’agriculture nouvelle », à travers des tentatives parfois contradictoires, a contribué au renouveau et à l’augmentation des productions.

2Quelle est la part de la noblesse dans ces transformations ? C’est à cette question que nous voudrions tenter de répondre, au regard des travaux réalisés depuis une vingtaine d’années, tant parmi les ruralistes que parmi les spécialistes de la noblesse. Car, longtemps, l’historiographie dominante – influencée notamment par les témoignages d’Arthur Young – avait insisté sur le rôle de quelques seigneurs, isolés (le marquis de Turbilly en Anjou, le marquis de Mirabeau en Provence), parfois membres de la haute aristocratie (le duc de La Rochefoucauld-Liancourt). Elle les opposait volontiers à la majorité d’une noblesse parfois désintéressée de la gestion de ses domaines, parfois constituée de hobereaux si misérables qu’ils n’étaient que de simples, mais exigeants, bénéficiaires de droits féodaux.

  • 3 Citons : La vie rurale en Basse-Auvergne au XVIIIe siècle (1726-1789) d’A. Poitrineau (1965) ou Tou (...)

3Depuis plus d’une décennie, les travaux sur l’histoire des élites – et de la noblesse en particulier –, au croisement de l’histoire sociale et de l’histoire culturelle, ceux sur l’histoire rurale, amènent à nuancer sensiblement ce tableau. Ils viennent compléter des travaux plus anciens qui, parfois à la marge, abordaient cet aspect de l’histoire du dernier siècle de l’Ancien Régime3. Et, désormais, de multiples études de cas permettent, à défaut d’une synthèse d’ensemble, de nuancer ce tableau et d’affirmer que nombre de provinces ne sont pas restées totalement à l’écart du mouvement agronomique et que les plus notables de leurs propriétaires fonciers n’ont pas été insensibles aux innovations et à la mode agronomiques.

ENTRE PRÉOCCUPATION INTELLECTUELLE ET DIVERTIS-SEMENT : LA NOBLESSE ET LA MODE AGRONOMIQUE

  • 4 A. Bourde, ouvrage cité, tome 1, p. 19-23.
  • 5 La réflexion historique actuelle limite l’acception du terme et différencie notamment les purs ouvr (...)

4L’agronomie se définit comme la science qui recherche les « lois ou du moins des conditions optimum d’une bonne culture »4 dont les techniques agricoles améliorées ou rénovées doivent permettre productivité et productions accrues. Elle alimente une réflexion qui trouve son expression, d’abord dans l’édition de nombreux traités et ouvrages de vulgarisation dûs à des agronomes5 dont Duhamel de Monceau représente l’archétype et le précurseur, et dans la publication de récits d’expériences, de recettes ou de simples observations ; édition d’autant plus prolifique qu’elle rencontre des lecteurs nombreux et enthousiastes. Leur engouement, à la conjonction de l’intérêt pour les sciences naturelles et pour l’économie politique et les travaux des physiocrates, suscita, d’après l’étude d’André Bourde, la publication de 800 titres différents entre 1750 et 1810, dans notre seul pays, sans compter les nombreuses rééditions. S’ils n’en sont pas les acteurs uniques, les membres du second ordre ont participé activement à cette réflexion et quelques-uns d’entre eux prennent place parmi les théoriciens de l’agronomie.

  • 6 L’ami des hommes ou traité de la population, Avignon, 1756-1758 ; et, avec F. Quesnay, Philosophie (...)
  • 7 K. Martin, Entre ombres et Lumières, un philosophe en Agenais au XVIIIe siècle : le chevalier de Vi (...)

5Outre les écrits du marquis de Mirabeau6, physiocrate, on peut citer la Topographie rurale du canton de Montastruc de Philippe Picot, baron de Lapeyrouse qui reste une des meilleures descriptions de l’agriculture toulousaine à la fin de l’Ancien Régime ; le Traité des défrichements (Paris, 1760) du marquis de Turbilly remarqué par le ministre Bertin qui le diffusa auprès des intendants. Plus concrètes, les Observations sur divers moyens de soutenir et d’encourager l’agriculture principalement en Guyenne, où l’on traite des cultures propres à cette province (Bordeaux, 1756-1761) du chevalier de Vivens, agronome du Sud-Ouest de la France, sont aussi très empreintes des idées physiocratiques, appuyées sur une connaissance de terrain dont les observations régulières de son Journal météorologique témoignent7.

  • 8 É. Justin, Les sociétés royales d’agriculture au XVIIIe siècle (1757-1793), Saint-Lô, 1935.

6Plus nombreux que les théoriciens appartenant à la noblesse, sont les membres du second ordre qui participent de la diffusion du message agronomique. C’est notamment le cas à travers les sociétés royales d’agriculture créées à partir des années 1761 à l’initiative du contrôleur général Bertin désireux de généraliser une création dont les États de Bretagne avaient pris l’initiative. Au nombre de vingt, elles ont connu un succès mitigé, en concurrence parfois avec les académies royales dont elles se rapprochent fortement par le mode de fonctionnement et d’activités (concours), mais dont elles se différencient par leur recrutement, moins aristocratique, et leur objet : la réflexion exclusive sur les problèmes agricoles ou d’économie rurale. Si leurs travaux restèrent trop souvent théoriques, ils sont remarquables par leur étendue et leur variété, et par leur ouverture à des questions fortement débattues, comme les défrichements, les baux et les impôts, débouchant parfois sur l’interpellation des autorités politiques. Quoi qu’il en soit, toutes les sociétés d’agriculture font une place plus ou moins importante à la noblesse. Dans un ouvrage déjà ancien mais qui reste à ce jour la référence la plus complète sur le sujet, Émile Justin8 avait fourni, en 1935, la liste des membres et des membres associés de chacune des sociétés. On y relève les noms de quelques grands : le duc d’Harcourt (Rouen, Caen), le duc de Rohan (Bretagne, membre associé), le prince de Croÿ (Hainaut et Cambrésis), le duc de Villars (Aix), au milieu de personnages moins connus tels le marquis d’Effiat (Touraine) ou celui de Castelbajac (Auch, bureau de Saint-Gaudens), et de nombreux représentants de la petite noblesse issus de la robe ou de l’épée. L’agronome marquis de Turbilly y apparaît comme membre des sociétés d’Angers et de Paris dont il est secrétaire perpétuel de 1761 à 1776, tandis que d’autres, moins célèbres, s’illustrent par l’envoi de Mémoires. En Provence, le président de la Tour d’Aigues rédige pour la société parisienne un Essai sur la culture du mélèze..., un Mémoire sur l’introduction des moutons et des laines d’Espagne en Provence (1787, ce dernier traduit par Arthur Young) avant de prendre la direction de la société d’Aix ; dans le Sud-Ouest, le chevalier de Vivens rédige pour l’Académie de Bordeaux (en l’absence de société d’agriculture) un Mémoire sur les vins..., un Mémoire sur les plantations de tabac, et l’agronome Isaac de Bacalan un Essai sur l’agronomie... (1762).

7Au-delà, l’intérêt pour la chose agronomique se lit aussi dans la composition de bibliothèques nobles de l’Ancien Régime finissant. Abondante, l’édition agronomique ne représente cependant qu’une part secondaire d’une production éditoriale qui connaît au XVIIIe siècle une accélération formidable. Aussi, excepté chez quelque passionné d’agronomie, n’occupe-t-elle qu’une place modeste, voire médiocre, dans les rayons des bibliothèques.

  • 9 F. Martin, « Les Bertier de Sauvigny, intendants de Paris et la culture de leur temps », dans État (...)
  • 10 . F. Martin, « Les Bertier de Sauvigny, intendants de Paris et la culture de leur temps », dans Éta (...)

8Ainsi, dans celle des Bertier de Sauvigny9, intendants de Paris, riche de 3 511 volumes en 1791, les livres sur l’agriculture ne tiennent qu’une place modeste : 13 volumes tous dûs à des familiers de l’intendance, Duhamel de Monceau ou Parmentier dont les Bertier possèdent tous les ouvrages. En Provence, Monique Cubells10 analysant 27 bibliothèques de parlementaires ne rencontre d’intérêt pour cette discipline que dans 8 d’entre elles dont celle du président de la Tour d’Aigues. Reconstituée à partir de ses achats en librairie, elle est très orientée vers les ouvrages techniques et l’agronomie y arrive en tête avec 35 titres sur quelques 200 ouvrages.

  • 11 Voir M. Combet, « Agronomes et agromanes en Périgord 1750-1850. Des dilettantes aux pédagogues », d (...)

9L’agronomie marque, dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, les préoccupations nouvelles de châtelains habituellement davantage préoccupés de littérature militaire, de traités sur les fiefs ou d’histoire, cela, y compris dans la petite noblesse et dans des régions bien éloignées des pays de grande culture, comme le Périgord. L’étude d’un échantillon composé d’une dizaine de bibliothèques de châteaux très hétérogènes par leur volume ou le statut de leur possesseur – du duc de la Force à messire Brugière de Bellevue, petit écuyer du sud du Périgord – est assez significative11.

  • 12 Traité de la culture des terres suivant les principes de M. Tull, Anglais, six volumes publiés entr (...)
  • 13 Cours complet d’agriculture théorique, pratique, économique et de médecine rurale ou Dictionnaire u (...)

10De quoi s’agit-il ? D’abord d’ouvrages de vulgarisation, véritables best-sellers du genre dont la présence est quasi incontournable. Au premier rang de ceux-ci viennent quelques grands traités généraux, peu nombreux : la Nouvelle maison rustique de Liger en est l’exemple type quoique vieilli. À côté de ce dictionnaire, les châteaux accueillent quelques grands traités généraux présentant de véritables systèmes agronomiques. Se mêlent alors les œuvres essentielles de Duhamel de Monceau12, celles de l’abbé Rozier13 et les publications, de plus en plus abondantes dans le dernier tiers du siècle, des sociétés d’agriculture françaises ou étrangères comme Le journal d’agronomie présent chez Jean-Baptiste-Jérôme de Bruny, baron de la Tour d’Aigues. On remarque encore l’ouvrage de Turbilly sur les défrichements. Au-delà, les bibliothèques conservent des livres spécialisés sur tel type de culture ou d’élevage. Ces monographies détaillées et nombreuses, représentent l’orientation principale de l’édition agronomique du XVIIIe siècle et embrassent tous les sujets. Mis à part des ouvrages sur les abeilles et sur le cheval, dont la présence est courante dans les bibliothèques nobiliaires, ainsi que les travaux de Réaumur sur l’Art de faire éclore et d’élever en toute saison des oiseaux domestiques de toutes espèces (1749), les livres sur l’élevage sont rarissimes dans les bibliothèques périgourdines. Seul le château de La Force possède les Considérations afin de rétablir en France les bonnes espèces de bêtes à laine, de Carlier, publiées en 1762, par le premier spécialiste de la question qui devait publier en 1770 son magistral Traité des bêtes à laine ou méthode d’élever et de gouverner les troupeaux. La rareté des livres sur l’élevage témoigne du relatif désintérêt des propriétaires périgourdins pour cette question, très débattue pourtant : il est tout à fait significatif d’une attitude très répandue dans la province où ce pan de l’agriculture est abandonné au hasard. Les ouvrages spécialisés caractérisent en effet les choix particuliers de leurs propriétaires en fonction de la destination de leurs terres ou de leurs propres centres d’intérêts

11Mais, propriétaires terriens, les châtelains sont d’abord préoccupés de percevoir leur dû, fermages et métayages surtout, ou droits seigneuriaux, et cette exigence prime sur toute autre. Elle se fonde, en général, sur une bonne connaissance de la réalité de leurs biens que viennent parfois confirmer des livres de compte tenus avec soin et méthode ou d’autres écrits de for privé. Elle laisse néanmoins la place à une curiosité agronomique, secondaire certes, et parfois abandonnée aux femmes... Une agromanie vécue comme un divertissement intellectuel se dessine alors. Elle est présente dès le milieu du siècle, sous la plume de Marie-Madeleine-Angélique de Labrousse, comtesse de Verteillac, quand elle s’adresse au régisseur de ses biens et château de Saint-Martin-du-Pin en Périgord.

  • 14 Arch. dép. Dordogne, 2 E 17/2.
  • 15 Arch. mun. Bergerac, Fonds de Biran.
  • 16 Arch. dép. Gironde, C 1516/212, 1781.

12Elle écrit, dès le 5 juin 1747 : « je profite de l’occasion pour vous remercier de tous les soins que vous prenez pour nous et vous prier d’en prendre de nouveaux. J’aime beaucoup les expériences et vous m’obligeriez infiniment en donnant vos soins à celle qui est expliquée dans le papier ci-joint ». Suit un véritable mode d’emploi pour épierrer rationnellement les parcelles laissées en jachère. « Amusez-vous », écrit-elle ailleurs, « à faire au plus tôt cette expérience »14, inconsciente sans doute de l’irritation probable que pouvait provoquer cette vision de l’agriculture chez un régisseur confronté journellement à la gestion du domaine et aux exigences du comte, plus préoccupé de profit immédiat que d’agronomie. Au contraire, dans les lettres de la comtesse, la notion d’amusement est souvent présente, les préoccupations financières le cèdent à l’intérêt pour l’expérimentation en grandeur nature. On retrouve cette même notion d’amusement dans nombre de correspondances. Ainsi, quarante ans plus tard, dans des courriers envoyés par La Valette Monbrun15, petit noble périgourdin, qui se livre, par correspondance, à une agromanie ludique, un jeu de société, un divertissement partagé. Pourtant, pour la comtesse de Verteillac comme pour La Valette Monbrun, la passion agronomique va sans nul doute au-delà de ces frivolités. Dans les années 1780, Jacques Monbrun de La Valette a expérimenté sur les terres de son château de Monbrun, proche de Bergerac, la garance, la luzerne, le mûrier blanc et a eu le souci de participer au mouvement de plantations d’arbres, qui font alors cruellement défaut en Périgord, et de développer plus particulièrement celles des fruitiers, parmi lesquels des « nèfles de la grosse espèce »16. Ce souci était déjà présent au milieu du siècle chez madame de Verteillac :

  • 17 Arch. dép. Dordogne, 2 E 17/2.

ce que je désire avant tout c’est qu’on plante un certain nombre d’arbres, sans trop nuire aux terres ; il y a toujours quelque coin perdu dont on n’est pas avisé, où l’on peut planter, quel qu’autre où on en peut mettre sans préjudice...17

13La précision des conseils, le souci de ne pas nuire aux bonnes terres du domaine, plaident pour un intérêt réel et réfléchi pour les questions d’agriculture. Marie-Madeleine-Angélique de Labrousse prend place parmi ces femmes de la noblesse, telle Mademoiselle de Bellisle, sœur du ministre agronome Bertin, ou la duchesse d’Enville qui prirent une part importante à l’introduction de pratiques nouvelles dans leurs terres.

  • 18 A. Young, Voyages en France, Paris, A. Colin, 1976, volume I, p. 263-264.

14Cette passion agronomique trouve souvent un prolongement immédiat dans la satisfaction d’un souci esthétique, voire d’un art de vivre, qui pousse à la création d’un cadre approprié à mettre en valeur de belles demeures, souvent réservées à la résidence estivale et à la villégiature, et à offrir aux convives de bons et de beaux fruits, symboles du luxe de la table. Disparus ou transformés par les siècles, les jardins des châteaux témoignent à leur façon de la sensibilité de leurs propriétaires à un nouveau regard porté sur ces lieux qui constituent l’accompagnement indispensable des résidences de campagne. Car, à l’image des autres domaines de l’agriculture, les jardins ont – mais à un degré moindre – été englobés par les agronomes dans leur champ de réflexion et leurs travaux contribuent largement au succès des jardins potagers et fruitiers qui deviennent, au même titre que les jardins d’agrément, un signe de richesse et d’appartenance sociale. À Malesherbes, les Lamoignon ont su concilier l’utile et la magnificence dans des plantations d’arbres qui suscitent l’admiration sans limite d’Arthur Young, qui remarque encore les potagers du duc de Penthièvre à Bizy et celui de la duchesse d’Enville à La Roche-Guyon18.

DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE : UNE NOBLESSE SAISIE D’AGRONOMIE

15Au-delà, d’un amusement ou de « période d’enthousiasme pour l’agriculture » aussi soudaine que fugace, comme l’écrit le marquis de Pérusse, au-delà d’une expérimentation limitée à quelques parcelles isolées, l’agriculture nouvelle est conduite par des nobles peu nombreux sur des superficies significatives et s’accompagne d’une véritable transformation des pratiques. Quelques grandes entreprises, largement encouragées par l’État, ne doivent pas laisser ignorer des tentatives moins prestigieuses mais parfois aussi radicales. Les unes et les autres connurent des succès différents se heurtant souvent à des oppositions multiples.

  • 19 É. Martin, Les exilés Acadiens en France au XVIIIe siècle et leur établissement en Poitou, Paris, 1 (...)
  • 20 M. Figeac, L’automne des gentilshommes. Noblesse d’Aquitaine, noblesse française au Siècle des Lumi (...)
  • 21 Cf. A. Bourde, ouvrage cité, tomes 2 et 3, p. 1079-1290.
  • 22 G. Bussière, Henri Bertin et sa famille. Périgueux, Imprimerie de la Dordogne, 1906 ; C. Lafon, « L (...)

16Parmi les premières, Émile Martin19 avait étudié jadis (1936) l’exemple du marquis de Pérusse en Poitou qui, sur un vaste domaine d’un seul tenant, arrondi par achats successifs, installa une main-d’œuvre d’Acadiens pour mener une entreprise de défrichement de grande ampleur suivie de pratiques résolument innovantes réfléchies et bien gérées. Ainsi, l’année de jachère était employée à la culture de pommes de terre ou de navets, de trèfle importé de Flandre ; l’œillette (pavot cultivé pour son huile) ainsi que le mûrier étaient essayés, tandis qu’engrais et nouveaux instruments aratoires étaient expérimentés. La résistance des usages et des privilèges, le tempérament difficile des colons acadiens firent échouer l’expérience. Plus récemment, Michel Figeac rappelait celle du conseiller au parlement de Bordeaux, Amanieu de Ruat, qui, ayant le projet de stabiliser le cordon dunaire et d’assainir les landes de son domaine du pays de Buch, se heurta à l’opposition des paroissiens de sa seigneurie20. En Périgord, le ministre Bertin21 tenta, à partir de 1756, d’implanter la sériciculture sur ses terres de Bourdeilles : plantations de mûriers, élevage de vers à soie dans une manufacture installée au château. Ce fut un échec en partie parce que la culture du mûrier ne prit pas22.

  • 23 A. Poitrineau, ouvrage cité, tome I, p. 335.

17Encouragés grâce aux mesures décidées par Bertin en 1761, 1764, 1766, certains défrichements ont, on vient de le voir, en partie échoué. Cependant, qu’ils aient été menés à petite ou à grande échelle, ils restent parmi les opérations les plus répandues et les plus rentables de la mode agronomique qui les a largement encouragés dans une perspective physiocratique. Variable selon les régions en fonction du potentiel de terre à défricher et de l’ampleur des pratiques communautaires, ce mouvement a souvent été – au moins en partie – confisqué par les nobles : les exemples bretons ou poitevins montrent bien que si l’initiative est générale, si les paysans y sont majoritaires en nombre, ils ne prennent en charge que des parcelles réduites. En Auvergne, Abel Poitrineau arrivait aux mêmes conclusions : « les véritables bénéficiaires des défrichements, et par ricochet, des avantages fiscaux accordés aux défricheurs, sont les gros propriétaires, privilégiés, bourgeois et notables ruraux... »23.

  • 24 G. Mandon, « Progrès agricoles et défrichements en Périgord au XVIIIe siècle », B.S.H.A.P., tome 10 (...)
  • 25 M. Figeac, ouvrage cité, p. 156.

18En Périgord, où ce mouvement reste d’une ampleur limitée en raison de la faiblesse des pratiques communautaires, cette opération n’a guère permis que la conquête de quelque 500 hectares. Les nobles y réalisent « plus du quart des défrichements et même plus du tiers quant aux surfaces »24. En Bordelais, en liaison cette fois avec l’extension d’un vignoble de qualité, les noms des grands propriétaires nobles – le conseiller Malescot et le président Cazaux à Pessac, le duc de Duras à Cussac – figurent systématiquement parmi les noms des défricheurs25.

19Plus ponctuelles, d’autres innovations, parfois brouillonnes, parfois très isolées, traduisent les préoccupations d’une noblesse agromane. Repérées depuis longtemps dans les régions de grande culture du Nord du royaume, ces initiatives existent aussi chez des nobles de régions plus périphériques. On peut en proposer, rapidement trois exemples.

  • 26 J.-M. Bœhler, La paysannerie de la plaine d’Alsace (1648-1789), Strasbourg, Presses universitaires (...)
  • 27 Ibidem, tome II, p. 829.
  • 28 Ibidem, tome II, p. 763-767 et 829-832.

20Dans la plaine d’Alsace, où la propriété paysanne est plus répandue que dans bien d’autres provinces françaises, et qui offre une image de prospérité, le progrès reste le fait d’une poignée de novateurs : propriétaires nobles et bourgeois ruraux qui, à la différence des propriétaires urbains, n’hésitent pas à réinvestir le produit de la rente dans leur terre. Plus proches et moins fortunés que les grands seigneurs absentéistes, ce sont les petits nobles de Basse-Alsace qui veillent le plus jalousement à la gestion de leurs biens. Parmi ces nobles, engagés dans la transformation de prés en terres, dans la multiplication des labours et des sarclages, dans la mise en place de nouveaux assolements, Jean-Michel Boehler signale plus particulièrement le baron de Rathsamhausen26. Sur ses terres de Sélestat, il multiplie les essais en tout genre : labours profonds, assolements complexes surtout. Il constate dans ses mémoires27 que la « jachère devient enfin une année de vrai rapport » car pomme de terre, maïs, pavot, fève, colza, navette, choux, tabac, millet et trèfle, surtout, finissent par occuper la sole de jachère de « façon, écrit le baron, que tout est emploié »... Grâce au trèfle, et à l’engrais que lui procure la nourriture à l’étable, il peut augmenter sensiblement son troupeau : 20 vaches en 1780, 50 en 1784, près de 100 en 1787. Comme lui, ses voisins de la petite noblesse locale s’essayent à la pomme de terre regardée « comme une des grandes ressources de l’Alsace. Les hommes et les bestiaux en [faisant] une très grande consommation ». Cependant, derrière le discours agronomique, l’attachement aux grains restent latent et le baron de Rathsamhausen est le premier à s’opposer à l’extension de la garance qui prend des terres aux blés...28

  • 29 Voir G. Frêche, ouvrage cité, p. 259-293, et S. Fiette, La noblesse française des Lumières à la Bel (...)
  • 30 G. Frêche, ouvrage cité, p. 248-249 : dans le bail de maître-valetage, connu en Toulousain depuis l (...)

21Dans le Midi toulousain29, parmi les novateurs comme l’ancien Capitoul Berdoulat qui fit de nombreuses expérimentations sur les prairies artificielles ou le marquis d’Escouloubre qui introduisit la culture de l’esparcette, du sainfoin et des vesces noires, et remplaça les gros blés de la région par ceux plus résistants et productifs du Roussillon, il faut mettre au premier rang François de Villèle. Le futur ministre de la Restauration (1760-1822), remplace l’ensemble de ses métayers par des maîtres-valets30, plus aptes, selon lui, à appliquer ses consignes innovantes. Il modifie l’assolement triennal, supprime la jachère au profit du trèfle, de la luzerne, de l’esparcette ou du sainfoin. Comme en Périgord, une attention particulière est portée aux arbres qui manquent cruellement dans la région : Villèle crée, dans les vallons, à l’abri du vent, ses propres pépinières. Ormeaux, frênes, peupliers sont utilisés pour border les routes et pour fournir du bois de charpente. Un nouvel outillage, dans lequel le fer a remplacé le bois, est mis à disposition des maîtres-valets. En 1778, Philippe Picot de La Peyrouse, hérite de son père le domaine de Montastruc, proche de Toulouse : sans connaissance pratique ni formation théorique, il va « par l’expérience et les fautes commises » s’imposer comme l’un des grands agronomes toulousains et comme un véritable précurseur en ce qui concerne l’amélioration du cheptel... Grâce à l’introduction de fourrages artificiels, il récupère, pour la culture, des zones entières abandonnées depuis des siècles aux troupeaux et enrichies de leurs fumiers. Dans le même temps, il s’intéresse à l’amélioration des labours, sans que ses essais soient très concluants, ainsi qu’à l’utilisation de nouveaux outils : une herse plate qui diminue la fatigue de l’attelage remplace la herse triangulaire ; la charrue à coutres décrite par Arthur Young est utilisée pour défricher.

  • 31 S. Fiette, ouvrage cité, p. 62.

22Agronomes théoriciens et praticiens, les Cafarrelli, de noblesse romaine, représentent, selon Suzanne Fiette, un cas à part d’aristocrates que « l’engouement rural conduit à une innovation moins brûtalisante »31 sur leurs terres du Falga, dans le Lauragais. Quelques années avant la Révolution et donc trop tardivement pour qu’on puisse en mesurer les effets sur le court terme, ils amorcent à leur tour l’évolution : fourrages nouveaux (luzerne), pomme de terre, extension de l’élevage, expériences de fumure, amélioration des rendements de blé et métissage animal pour amélioration des races...

  • 32 M. Figeac, Destins de la noblesse bordelaise (1770-1830), Bordeaux, Fédération Historique du Sud-Ou (...)
  • 33 Je voudrais ici signaler seulement les apports des fonds de l’intendance à cette question : ils per (...)
  • 34 M. Despommiers, L’Art de s’enrichir promptement par l’agriculture, Paris, Guillyn, 1770, p. 89-93.
  • 35 Arch. dép. Gironde, C 464/75, 8 août 1765.
  • 36 Voir H. Goyon de La Plombanie, La France agricole et marchande, Avignon, 1762, 2 volumes.

23Le Périgord offre l’exemple d’une province beaucoup plus pauvre, intermédiaire – géographiquement – entre le Bordelais si prospère étudié par Michel Figeac32 et la misérable Auvergne d’Abel Poitrineau. Il n’échappe pas pour autant au zèle d’une noblesse agromane33. Première des préoccupations agronomiques, l’art de labourer, considéré comme le fondement même de la culture la plus importante, celle des céréales, passe par la recherche d’un outil adapté et efficace. Cette opération est traditionnellement menée par l’attelage d’un bœuf, parfois d’une vache, à l’araire périgourdin, d’usage quasi exclusif. Son efficacité, limitée sur les sols les plus durs qu’il se contente d’égratigner, les débats sur l’outillage le mieux adapté, poussent à la recherche d’un outil plus performant. La noblesse locale participe de cette préoccupation. Encouragé par l’intendant Boutin, qui avait vu sa charrue, inspirée de celle de l’Anglais Tull, triompher au cours d’une compétition, Despommiers vint en faire la démonstration au château de Rossignol, près de Périgueux, chez les propres sœurs du ministre Bertin, et, on peut le supposer, en présence de la meilleure société locale34. Il faisait peu après des émules jusque chez de modestes châtelains du Sarladais, notamment chez Joseph de Vayres, seigneur de La Coudonnie, qui expérimentait cette charrue avec un certain succès sur ses terres. Il recevait en 1765 les encouragements de Boutin qui l’assurait « d’avantages encore plus considérables à mesure que vous donnerez vos soins pour l’exactitude et la perfection des labours ». L’intendant ajoutait, pragmatique : « je ne puis que vous engager à continuer l’usage de la charrue de M. Despommiers et de vous en procurer le nombre qui vous est nécessaire en vous adressant à celui des ouvriers du pays qui sera le plus en état de la bien exécuter à moindre frais », avant de conclure sur l’envoi d’une ordonnance de modération du vingtième afin de « l’encourager à donner le bon exemple pour l’amélioration de la culture du pays »35. Cependant, par routine, satisfaction relative, ou convaincus par la lecture des théories de leur concitoyen, l’agronome Goyon de la Plombanie36, les châtelains périgourdins continuèrent massivement d’utiliser l’araire périgourdin sur leurs terres.

  • 37 F. de P. Latapie, « Journal de tournée de 1778 », dans Archives historiques de la Gironde, Bordeaux (...)
  • 38 G. Bussière, ouvrage cité.

24Les moyens d’une meilleure culture sont aussi recherchés dans l’utilisation d’amendements car l’entretien de la fertilité est le corollaire indispensable de l’introduction de nouvelles cultures. Depuis 1750, les débats sur l’utilisation des engrais mécaniques, autrement dit les amendements sont d’actualité. On assiste, vers 1760, dans quelques châteaux périgourdins, aux débuts timides du marnage. Vingt ans plus tard, Latapie, inspecteur des manufactures de Guyenne, et fin observateur, en mesure la progression37. Quant à l’implantation de nouvelles cultures, on fait beaucoup de cas en Périgord, d’une lettre de Mademoiselle de Bellisle, la sœur de Bertin, vantant à son régisseur du château de Rossignol, qu’elle a quitté l’année précédente pour Chatou, le succès que connaît, en 1771, la culture de la pomme de terre en ce dernier lieu38. Suivit-il ses conseils et s’employa-t-il avec succès à cette toute nouvelle culture dès cette date ? Les sources restent muettes sur les suites immédiates de l’expérience, mais il semble que le tubercule commença à se répandre dans la province durant la décennie 1780, comme aliment pour le bétail, tandis que la pénétration des variétés destinées à la consommation humaine progressait plus lentement.

  • 39 Arch. dép. Gironde, C 1329, « comme personne ne sçavoit ce que c’étoit que le fromental, tous ceux (...)

25Les mesures prises par Bertin pour développer les prairies artificielles, dont les semences sont distribuées gratuitement par les intendances, ne sont pas sans rencontrer un certain succès au moins suscité par une réelle curiosité pour des plantes mal connues39. Cependant, les quantités demandées ainsi que le nombre des demandeurs restent le plus souvent modestes et réduisent considérablement la portée de l’innovation. Les nobles locaux se montrent à tous points de vue les premiers intéressés et assurent l’expérimentation dans toute la province. Leur résultat immédiat semble avoir été mitigé, en raison peut-être d’une mauvaise adaptation de certaines espèces aux sols du Périgord.

  • 40 Fils du poète François-Joseph Lagrange Chancel, auteur des Philippiques.
  • 41 Fayolle de Mellet, Du Lau d’Allemans, Chapelle de Jumilhac, Cugnac de Razac, Bonal de Beauregard, L (...)

26C’est avec l’arboriculture, que la noblesse périgourdine entre le plus nettement dans le mouvement agronomique, au point d’en devenir – et c’est le cas unique – un véritable relais de ce qu’André Bourde nommait la propagande agronomique. Les pépinières royales créées au début du siècle pour fournir les espèces destinées à border routes et chemins s’ouvrirent largement après 1750 aux demandes des particuliers. Financées par l’impôt elles profitèrent essentiellement au second ordre, principal bénéficiaire des largesses de l’État, les espèces fournies étant gratuites ou à très bas prix. En 1761, l’ancien pépiniériste de Périgueux ayant disparu, l’intendance se trouve devant la nécessité de lui trouver un remplaçant. Le chevalier de Lagrange Chancel40 propose alors la location d’un terrain au pied du château d’Antoniac, paroisse de Razac-sur-l’Isle. Il en devient peu après, avec l’aide de son fils, l’entrepreneur. Il le reste jusqu’à la Révolution, plaçant son château au cœur du dispositif de diffusion de la bonne parole agronomique. Là encore, la noblesse locale est très présente parmi les bénéficiaires des largesses de l’État et sa part augmente avec le temps : 33 % en 1772, 61 % en 1782, et 79 % durant l’hiver 1784. Et parmi les clients les plus assidus de la pépinière d’Antoniac prennent place les châtelains les plus éminents du Périgord...41.

LA NOBLESSE COMME RELAIS DU MOUVEMENT AGRONO-MIQUE : ESQUISSE D’UN BILAN…

  • 42 M. Morineau, Les faux-semblants d’un démarrage économique : agriculture et démographie en France au (...)
  • 43 J.-M. Chevet, « La transmission des savoirs agricoles dans les processus de croissance aux XVIIIe-X (...)
  • 44 J.-M. Moriceau, « Au rendez-vous de la « Révolution agricole » dans la France du XVIIIe siècle. À p (...)

27S’il est acquis, qu’à des degrés divers, mais pas uniquement cantonnés aux niveaux de la culture et du divertissement, la noblesse a participé à la révolution agronomique, quelle est sa part dans les progrès agricoles survenus en France dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle ? L’ampleur de ces changements eux-mêmes a été largement débattue, une première fois dans les années 1970, opposant les conceptions de Michel Morineau à celles d’Emmanuel Le Roy Ladurie, en terme de croissance de la production agricole42. On s’accorde désormais à penser que s’installe alors un essor irréversible. Cependant, il s’agit en France plus d’une transition agricole que d’une révolution, dont le cheminement, plus ou moins rapide selon les régions, n’aboutit – partiellement – que vers 1850. Au milieu des années 1990, la question connaissait une nouvelle actualité avec le renouveau des études rurales, et l’influence de la révolution agronomique sur les changements agricoles était alors posée. Pour certains, dont Jean-Michel Chevet, le courant intellectuel animé par les administrateurs et les élites, nobiliaires en particulier, est de peu d’effet, car il intervient alors « qu’une bonne partie des éléments de l’agriculture nouvelle sont en place ». Ce courant oppose aux connaissances théoriques et intellectuelles des élites agronomiques, un savoir oral transmis de générations en générations, un savoir fait d’une « somme d’expédients, d’essais empiriques transformés par les paysans en recettes qui se sont propagées avec lenteur... »43. Pour d’autres, dont Jean-Marc Moriceau, l’agromanie a « accéléré un mouvement qui existait déjà, en liaison avec la diffusion du capitalisme » et les nobles prennent place parmi les initiateurs sans qu’il soit tout à fait possible de mesurer l’efficacité de leur rôle au niveau général44.

28En mettant en rapport des données ponctuelles avec des processus généraux, les études de cas permettent de dépasser les diversités régionales pour souligner la complexité de la réponse dans sa globalité : il faut renoncer à un schéma explicatif unique, y compris au niveau d’une province, car il se trouverait aussitôt infirmé par de multiples contre-exemples. Si la noblesse a participé activement au renouveau agronomique son implication est extrêmement variable et différents facteurs interviennent pour expliquer son adhésion et son impact.

  • 45 Baron de Besenval, Mémoires sur la cour de France, Paris, Mercure de France, 1987.
  • 46 F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, édition E. Biré revue par P. Moreau, Paris, Librair (...)
  • 47 J. Quéniart, Les Français et l’écrit XIIIe-XIXe siècle, Paris, Hachette, 1998 ; D. Roche, Les Répub (...)
  • 48 M. Cubells, La noblesse provençale du milieu du XVIIe siècle à la Révolution, ouvrage cité, p. 275.

29La réception même du message agronomique et par conséquence sa diffusion peut varier selon la position dans la hiérarchie nobiliaire. Il faut, là encore, dépasser l’opposition classique et trop schématique entre une noblesse éclairée, riche et vivant à la cour, ou proche de Versailles et les pauvres hobereaux de province, simplisme entretenu déjà par la condescendance de la Cour et de la Ville, et qu’exprime le baron de Besenval lorsqu’il qualifie la noblesse provinciale de « pauvre, ignorante et brave »45. Certes leur situation n’est en rien comparable et l’on ne peut nier l’existence d’une noblesse pauvre, survivant chichement, arc-boutée sur ses droits seigneuriaux, menacée à tout moment, écrit Chateaubriand, de redescendre « peu à peu à la charrue »46, trop misérable pour avoir des préoccupations agronomiques. On peut noter, comme Jean Quéniart ou Daniel Roche47, qu’au moins au niveau des bibliothèques, la rupture avec la culture traditionnelle est plus nette chez les élites les plus récentes. Cependant, cela ne suffit pas à faire d’un curieux un agronome, et les lectures nombreuses sur le sujet pas plus que les mémoires qu’il rédigea ou les quelques expériences qu’il réalisa, ne firent du président de la Tour d’Aigues un adepte des principes agronomiques pour ce qui est de la gestion de ses biens : les nouveautés auxquelles il adhère « ont effleuré l’organisation de ses domaines, elles ne les ont pas bouleversé »48.

  • 49 Voir la synthèse proposée par J.-P. Jessenne, « Les paysans dans la société française d’Ancien Régi (...)
  • 50 J.-M. Moriceau et G. Postel-Vinay, Ferme, entreprise, famille. Grande exploitation et changements a (...)
  • 51 S. Fiette, ouvrage cité, p. 30.

30Il y a sans aucun doute aussi une grande variété de situations selon les profils agricoles dominants49 : l’influence des innovateurs nobiliaires a pu être plus prégnante dans les pays de grandes cultures, telles la Beauce, qui juxtapose, dans une structure sociale bi-polaire, grands exploitants et paysans dépendants. Là, et Jean-Marc Moriceau et Gilles Postel Vinay l’ont montré, de puissants fermiers, cultivés et ouverts mettent en œuvre les principes de l’agriculture nouvelle, soit de leur propre initiative, soit en appliquant les consignes du propriétaire50. À l’autre extrémité, le profil montagnard qui fait une place exceptionnelle aux communaux et à une organisation spécifique et collective de la vie des ruraux, a été peu réceptif, et les tentatives menées par le comte de Cortwarent pour assécher un marais ou celle d’autres défricheurs auvergnats étudiées par Abel Poitineau, y soulèvent des vagues d’hostilité qui associent, pour des raisons inverses, communautés rurales et personnages influents favorables au statu quo. Entre les deux, la France du dernier siècle de l’Ancien Régime fait cohabiter des profils extrêmement différents, qu’il s’agisse de celui très démocratisé d’une petite paysannerie engagée dans une polyculture complexe et des productions spéculatives comme en Alsace ou en Flandre, des régions d’exploitations moyennes de type familial passant progressivement de la polyculture traditionnelle à une spécialisation croissante dans l’élevage comme dans la France de l’Ouest, et enfin de ce que l’on pourrait désigner comme des provinces à profils intermédiaires juxtaposant les différents types d’agriculture. Là, à la variété des réalités répond celle de la plus ou moins grande influence nobiliaire... Pour autant ces orientations régionales ne conduisent pas à des orientations toujours homogènes concernant les choix agronomiques. La noblesse de la Picardie occidentale se soucie fort peu des conceptions nouvelles car, explique Suzanne Fiette, elle n’en a pas besoin : « elle profite en effet par les moyens classiques de l’envol du revenu : doublement ou triplement des fermages, hausse des prix du bois, réfection des terriers, mainmise légale ou abusive sur les communaux... »51. Or, dans une Picardie plus large, elle voisine avec une noblesse qui incarne le mouvement agronomique : le marquis de Clermont-Tonnerre, le duc de Charost et, un peu plus éloignés, le duc de La Rochefoucauld-Liancourt en Beauvaisis, le duc de Chaulnes et le marquis d’Hervilly en Thiérache...

31Car, tout autant que les profils agricoles des provinces, ou la place dans la hiérarchie nobiliaire, ce sont les choix personnels des individus qui sont ici à considérer. Ils constituent un éventail très ouvert puisqu’ils rapprochent, au seul niveau de leur sensibilité à l’innovation, des membres de la haute aristocratie, dont le duc de La Rochefoucauld-Liancourt continue de représenter l’exemple type, et les membres d’une petite noblesse plus ou moins isolés dans une province plus ou moins archaïque. Quelques constantes cependant se dégagent.

32À quelques rares exceptions près, en particulier hors des vastes opérations largement financées par l’État, lorsque l’innovation est mise en œuvre, elle reste le plus souvent contenue dans une partie limitée du domaine proche. Et il en va de même, d’ailleurs – quand il s’en trouve –, chez les paysans du voisinage qui se lancent aussi dans l’aventure. Car il y a toujours un risque – certes plus important pour les uns que pour les autres – à « sacrifier » l’espace consacré à des cultures traditionnelles qui ont fait sinon leur preuve, du moins qui assurent des productions habituelles, au profit d’expérimentations dont l’histoire a surtout retenu celles qui ont réussi. Ainsi cohabitent sur les mêmes domaines, modernité et pratiques empiriques...

33N’apportant que peu de changements aux structures et aux méthodes d’exploitation qui restent quasi immuables et que règlent, dans le cas des plus grands domaines, un personnel spécialisé qui supplée aux absences du maître, nombre de châtelains se comportent plus en amateurs du premier XVIIIe siècle qu’en propriétaires, au sens où les agronomes entendent ce terme dans la deuxième moitié du siècle. Les inventaires après décès comme les baux témoignent à leur manière de cette relative stabilité, tant au niveau de l’outillage que des principales cultures ou du mode de faire-valoir. Ainsi, dans le Sud-Ouest, les baux de métayage restent brefs, d’une année, et limitent d’autant l’initiative des métayers, mais la pratique est courante et nul ne songe véritablement à la modifier. Pourtant, un arrêt de 1762, pris à l’initiative de Bertin, exemptait de droits les baux de fermage passés pour une durée supérieure à neuf ans...

  • 52 . F. de P. Latapie, ouvrage cité. Loin des initiatives agronomiques de ce grand seigneur saluées pa (...)
  • 53 Arch. dép. Gironde, C 1322.
  • 54 Voir S. Fiette, ouvrage cité, p. 61-66.

34Cependant, et dans le même temps, des nobles, y compris parmi ceux qui perpétuent des baux courts et peu efficaces, se préoccupent de diffuser le message agronomique parmi les chefs de culture : ainsi, en Périgord, le comte de Mellet, neveu du ministre Bertin et, comme lui agromane convaincu, fonde des prix, notamment pour les labourages, tandis qu’il « encourage chez lui les instructions utiles »52. Son cas est loin d’être unique et nombre d’aristocrates ont pris le relais de l’État et des sociétés d’agricultures pour créer des structures dont l’objectif est pédagogique : explication de la nouveauté, création d’une émulation parmi les paysans. Aux portes de l’Artois, Pérot de Fercourt établit, en son domaine de Frohen-le-Grand, une ferme modèle ; dans le Sud-Ouest agenais, où le chevalier de Vivens animé d’un zèle physiocratique plaide la cause de la paysannerie ; Monsieur de La Périère, ancien mousquetaire, institue chez lui, à Lacépède, une fête des Vaillants et francs laboureurs, célébrée tous les ans le jour de la saint Louis. Un jury désigne deux lauréats parmi les laboureurs qui se sont le plus distingués dans l’année par leurs travaux et leurs succès, et outre le privilège de s’asseoir aux côtés du maître lors du banquet qu’il offre à cette occasion, les heureux élus obtiennent dispense de la capitation53. Pour stimuler les communautés alentour, les pousser à l’imiter, François de Villèle fait créer dans le Toulousain des prix de labourage. Là s’arrête son zèle à l’endroit des paysans et, en exploitant capitaliste préoccupé de grands travaux d’amélioration, il remplace ses métayers par des maîtres-valets, semi-salariés sans tradition et donc sans défense, paysans dépendants dont il contrôle mieux le travail, au lieu de veiller à des baux plus équitables. Dans le même état d’esprit, il profite, comme son voisin le marquis de Gardouch, de ses facilités de stockage pour différer la vente de ses blés et spécule franchement en temps de crise. Dans ce paysage très contrasté, l’attitude de Max et Charles Cafarrelli, toujours en Toulousain, paraît atypique... Excellents connaisseurs de l’économie de leurs biens, ils se considèrent comme des entrepreneurs de culture mais se comportent cependant comme « des observateurs attentifs et compatissants de l’agriculture paysanne, de ses faiblesses, de son ingéniosité, de son surtravail » et conjuguent préoccupations agronomiques et justice sociale, alors même qu’ils sont des perdants de la conjoncture. S’ils inscrivent dans les baux de métayage longs (quatre ou six ans) les modes obligatoires d’assolement, ils prennent en compte les frais de moissons des exploitants tandis que les maîtres-valets, apparus au Falga vers 1750, bénéficient de contrats aussi longs. Choisissant une honnête application des deux types de baux, ils consentent un crédit gratuit à leurs onze métayers en cas de crise, tandis qu’ils abandonnent leurs droits de préemption seigneuriale lorsque ceux-ci achètent des terres. Soucieux de ne pas bouleverser les structures éprouvées ils freinent leurs volontés de transformations agronomiques en même temps qu’ils se refusent à accroître la pression économique sur les différentes formes d’exploitants. Ce qui souligne – en miroir – la nécessité dans laquelle pouvaient se trouver d’autres propriétaires nobles, notamment en fonction de la conjoncture...54.

35Dans le contexte de la société d’Ancien Régime, les châteaux et leurs propriétaires pouvaient-ils être les relais efficaces du mouvement agronomique ? Concernant la majorité des paysans, le poids de la routine, le manque de connaissances, l’absence de moyens, cumulés avec un statut très rarement favorable, freinent toutes avancées véritables et les rendent le plus souvent imperméables au discours agronomique. Et le recul de la jachère, considéré comme l’un des premiers indicateurs du progrès agricole, reste le plus souvent limité : ainsi, alors qu’elle a disparu des terres du baron de Rathsamhausen, elle continue d’occuper, selon une enquête de 1794, 10 à 40 % des exploitations paysannes voisines d’Alsace, province qui prend place parmi les quelques régions où ce recul est effectif.

36Concernant les catégories supérieures de la société, l’impact a pu être plus réel. Les courriers des subdélégués des intendants nous apprennent qu’un tel distribuait ses plants de mûrier à ses voisins et amis, que l’exemple d’un autre pouvait être suivi des propriétaires du voisinage, tandis que d’autres souhaitaient ou créaient des prix d’encouragement pour développer les nouvelles cultures. Michel-Jean de Gourgues, conseiller puis président à mortier au Parlement de Bordeaux, propriétaire du château de Lanquais, en Périgord, prend place parmi les premiers fidèles de Duhamel de Monceau auquel il annonce, dès mai 1751, qu’il s’est joint à des amis pour faire des épreuves de la nouvelle culture. Pourtant, malgré un intérêt plus ou moins grand pour l’agronomie, peu de nobles ont eu la volonté d’en devenir les zélés propagandistes ou le souhait de la mettre en œuvre dans l’ensemble de leur bien. Cet intérêt allait prendre, chez eux-mêmes, ou chez leurs fils, à la faveur des conditions économiques, sociales et politique créées par la Révolution et l’Empire, puis par l’avènement de la Monarchie de Juillet, une dimension nouvelle, avec la recherche d’un nouveau rôle social...

  • 55 Archives privées (communiquées par Joëlle Chevé).

37La situation inédite créée par la Révolution fournit à certains aristocrates l’occasion de manifester un nouvel élan agronomique soit tout théorique, soit au contraire bien concret. Les Mémoires et affaires de famille ou instruction dressée par M. Le Comte de Clermont-Toucheboeuf Emigré francais de l’armée des princes, de la province de Périgord, pendant son séjour en Irlande en 1794, le tout pour l’instruction de Messrs ses enfants et de leurs tuteurs55 rédigées par le comte de Clermont-Touchebœuf, pendant son émigration, en Irlande, en 1794, sont de ce point de vue assez exemplaires. Convaincu que l’élevage, comme l’agriculture « peut être plus considérable qu’il n’ait jamais été, pour peu que le seigneur soit agriculteur et résident dans sa terre », il multiplie les conseils à destination de ses héritiers. Dans un exposé d’une précision remarquable qui témoigne, au-delà d’une mémoire exceptionnelle, d’une connaissance réelle de chacun de ses biens, le comte suggère, à distance, des améliorations novatrices, améliorations qu’il n’a pas su ou pu mettre en œuvre :

  • utilisation du marnage dans les terres sablonneuses, car « si le seigneur peut trouver une mine abondante de marne, cela seul lui décuplera ses revenus » ;

  • apiculture puisque « des paysans, sans aucun soin, recueillent assez de cire du peu de ruches qu’ils ont pour payer leurs impositions » ;

  • culture des pommes de terre « presque inconnues dans ce pays et qui y réussiraient parfaitement »...

38Si le comte de Clermont-Touchebœuf n’a pas mis en œuvre ces cultures ou ces améliorations techniques du temps où il dirigeait ses terres, son mémoire montre cependant, et contrairement à une opinion longtemps répandue, que les grands propriétaires, nobles en particulier, ne sont que rarement de passifs bénéficiaires de rentes.

  • 56 J.-M. Wiscart, La noblesse de la Somme au XIXe siècle, Édition Encrage/Picardie, 1994.
  • 57 Ce noble périgourdin, qui n’a pas émigré, rédige, en l’an IX, sa Topographie, publiée beaucoup plus (...)

39À l’autre extrémité du royaume, la noblesse de la Somme étudiée par Jean-Marie Wiscart56, fournit, elle, l’exemple d’officiers nobles qui, désormais retirés sur leurs terres, y consacrent tout leur temps et s’emploient à la modernisation de leurs exploitations avec un zèle agronomique variable. Si certains, comme Augustin de Lameth, se contentent de surveiller de près la gestion du bien qui entoure leur château, ou se limitent à quelques aménagements, d’autres s’essayent à « l’agriculture nouvelle ». Ainsi, en trois ans, Maur Morgan de Frucourt, écarté du commandement de la garde nationale d’Amiens, transforme radicalement son domaine proche : il remplace la jachère par les prairies artificielles et le turneps, perfectionne les assolements en s’inspirant du modèle anglais et réussit à tripler l’importance de son troupeau. Inversement, en Périgord par exemple, l’amorce tardive d’un processus de changement a été freinée – voire anéantie – par la coupure de la Révolution comme le constate, dès 1800, le marquis de Fayolle : « avant la Révolution, une espèce d’émulation régna pendant quelques années : la tourmente révolutionnaire l’avait anéanti... »57.

40Les sources étudiées à ce jour ne permettent guère une évaluation précise et mesurable des résultats à une vaste échelle, en ce qui concerne la noblesse. L’impact de l’innovation, les modifications radicales des pratiques culturales traditionnelles ou l’augmentation des rendements et le recul de la jachère ne sont perceptibles que sur des exemples trop isolés pour être encore significatifs. Les opérations d’envergure comparables au défrichement des Landes par les Durfort de Civrac, mieux connues, se sont souvent soldées par des échecs. Un constat s’impose donc, celui de la dispersion d’initiatives qui restent parfois confinées dans le domaine expérimental ou ne le dépassent guère. On assiste de fait à la multiplication de projets, plus ou moins conditionnés par la mode agronomique, à des tentatives parfois désespérées dans l’attente d’une manne salvatrice, à la mise en œuvre expérimentale de lectures savantes ou de récits d’expérience. À l’adhésion aussi aux mesures d’encouragement et aux campagnes organisées par l’État : attitude opportuniste ou sincère ? Il est bien difficile de trancher, mais les avantages promis, en terme d’abaissement de l’impôt – parfois contre l’avis du ministre –, ont pu encourager quelques timorés à se lancer dans l’entreprise, à petits pas certes, mais assez pour solliciter, lettres de voisins à l’appui, quelque abattement. Cependant, quelles qu’en aient été les motivations profondes, il ne faut pas minorer les initiatives agronomiques de la noblesse ni les considérer avec dédain. Si nombre de nobles continuaient de gérer leur bien comme dans les périodes antérieures, d’autres s’affichaient comme les fers de lance d’un renouveau agricole dont ils n’étaient certes pas les seuls vecteurs ; Jean-Marc Moriceau distingue trois grands types d’agents de diffusion : les administrateurs, les initiateurs, les simples praticiens enfin parmi lesquels il souligne le rôle décisif des maîtres de poste. Incontestablement présente dans les deux dernières catégories, la noblesse française de la seconde moitié du XVIIIe siècle ne correspond pas à l’image qu’en a laissé Arthur Young lorsqu’il écrit :

  • 58 A. Young, ouvrage cité, tome I, p. 264.

la noblesse de France n’a pas plus l’idée de se livrer à la pratique de l’agriculture et d’en faire un sujet de conversation, excepté d’une façon purement théorique, comme s’il s’agissait d’un métier à tisser ou d’un beaupré de navire, que de s’adonner à toute autre entreprise, absolument étrangère à ses habitudes et à ses occupations. Je ne les blâme pas autant de cette négligence que je blâme ce troupeau d’écrivains agronomes, visionnaires et absurdes, qui, dans leurs chambres en ville, avec une impertinence vraiment incroyable, inondent la France de théories insensées, au point de rebuter et de ruiner toute la noblesse du royaume... 58

41Si la deuxième moitié du XVIIIe siècle ne peut être assimilée à une marche triomphante du progrès des campagnes sous la bannière d’une noblesse éclairée, on y décèle cependant les conditions intellectuelles d’un renouveau qui s’exprimera, dès la première moitié du XIXe siècle, dans un contexte politique et social remodelé par l’histoire : issue des Lumières, la version française du gentleman-farmer s’incarne alors dans les fondateurs des sociétés d’agriculture et autres animateurs de comices agricoles.

Notes

1 Dictionnaire philosophique, Genève, Grasset, 1764, article Blés.

2 A. Bourde, Agronomie et agronomes en France au XVIIIe siècle, Paris, S. EV.P.E.N., 1967, 3 volumes.

3 Citons : La vie rurale en Basse-Auvergne au XVIIIe siècle (1726-1789) d’A. Poitrineau (1965) ou Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières vers 1670-1789 de G. Frêche (1974) et, privilégiant l’entrée nobiliaire, La noblesse bretonne au XVIIIe siècle de J. Meyer (1966).

4 A. Bourde, ouvrage cité, tome 1, p. 19-23.

5 La réflexion historique actuelle limite l’acception du terme et différencie notamment les purs ouvrages d’agronomie des récits d’expériences : voir F. Sigaut, « Histoire rurale et sciences agronomiques », Histoire et Sociétés Rurales, no 3, 1995, p. 203-214 ; G. Denis, « Éléments pour une histoire de l’agronomie », Histoire et Sociétés Rurales, no 3, 1995, p. 231-241.

6 L’ami des hommes ou traité de la population, Avignon, 1756-1758 ; et, avec F. Quesnay, Philosophie générale et particulière de l’agriculture, Amsterdam-Paris, 1763.

7 K. Martin, Entre ombres et Lumières, un philosophe en Agenais au XVIIIe siècle : le chevalier de Vivens, T.E.R. de l’Université de Bordeaux 3 sous la dir. de M. Figeac, Bordeaux, 2001, 2 volumes.

8 É. Justin, Les sociétés royales d’agriculture au XVIIIe siècle (1757-1793), Saint-Lô, 1935.

9 F. Martin, « Les Bertier de Sauvigny, intendants de Paris et la culture de leur temps », dans État et société en France aux XVIIe et XVIIIe siècles. Mélanges offerts à Yves Durand, Paris, Centre Roland Mounier, 2000, p. 383-399.

M. Cubells, La Provence des Lumières, Paris, Maloine, 1984, p. 191-195 ; La noblesse provençale, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2002, p. 245-276.

10 . F. Martin, « Les Bertier de Sauvigny, intendants de Paris et la culture de leur temps », dans État et société en France aux XVIIe et XVIIIe siècles. Mélanges offerts à Yves Durand, Paris, Centre Roland Mounier, 2000, p. 383-399. M. Cubells, La Provence des Lumières, Paris, Maloine, 1984, p. 191-195 ; La noblesse provençale, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2002, p. 245-276.

11 Voir M. Combet, « Agronomes et agromanes en Périgord 1750-1850. Des dilettantes aux pédagogues », dans La modernisation du monde rural en Aquitaine. Actes du 51e Congrès de la Fédération historique du Sud-Ouest, Pont-du-Casse, 25-26 avril 1998. Bordeaux, F.H.S.O., 1999, p. 111-131 ; « Château et innovation agronomique en Périgord au XVIIIe siècle », dans Château et innovation, Actes des Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord, les 24, 25 et 26 septembre 1999, Bordeaux, Ausonius, CAHMC-Institut d’histoire, 2000, p. 37-64, « Scripta Varia ».

12 Traité de la culture des terres suivant les principes de M. Tull, Anglais, six volumes publiés entre 1750 et 1756.

13 Cours complet d’agriculture théorique, pratique, économique et de médecine rurale ou Dictionnaire universel d’agriculture, Paris, 1784.

14 Arch. dép. Dordogne, 2 E 17/2.

15 Arch. mun. Bergerac, Fonds de Biran.

16 Arch. dép. Gironde, C 1516/212, 1781.

17 Arch. dép. Dordogne, 2 E 17/2.

18 A. Young, Voyages en France, Paris, A. Colin, 1976, volume I, p. 263-264.

19 É. Martin, Les exilés Acadiens en France au XVIIIe siècle et leur établissement en Poitou, Paris, 1936.

20 M. Figeac, L’automne des gentilshommes. Noblesse d’Aquitaine, noblesse française au Siècle des Lumières, Paris, Honoré Champion, 2002, p. 155.

21 Cf. A. Bourde, ouvrage cité, tomes 2 et 3, p. 1079-1290.

22 G. Bussière, Henri Bertin et sa famille. Périgueux, Imprimerie de la Dordogne, 1906 ; C. Lafon, « Les débuts de la sériciculture à Bourdeilles (1756-1764) », Bulletin de la société historique et archéologique du Périgord (B.S.H.A.P.), tome 71, 1944, p. 147-171.

23 A. Poitrineau, ouvrage cité, tome I, p. 335.

24 G. Mandon, « Progrès agricoles et défrichements en Périgord au XVIIIe siècle », B.S.H.A.P., tome 107, 1980, p. 159-183.

25 M. Figeac, ouvrage cité, p. 156.

26 J.-M. Bœhler, La paysannerie de la plaine d’Alsace (1648-1789), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 1995, 3 volumes.

27 Ibidem, tome II, p. 829.

28 Ibidem, tome II, p. 763-767 et 829-832.

29 Voir G. Frêche, ouvrage cité, p. 259-293, et S. Fiette, La noblesse française des Lumières à la Belle-Époque, Paris, Perrin, 1997, p. 61-66.

30 G. Frêche, ouvrage cité, p. 248-249 : dans le bail de maître-valetage, connu en Toulousain depuis la fin du XVIIe siècle, « le propriétaire garde la direction de l’exploitation, le [maître-valet] se limitant à faire « ce qu’on lui commandera ». Sous les ordres du maître, il cultive les terres et soigne les bêtes. Il n’a aucune part à la récolte. Les gages du maître-valet sont fixés, pâyables en argent et surtout en nature. Souvent le propriétaire lui concède une petite surface de terre, comme aux métayers,... ».

31 S. Fiette, ouvrage cité, p. 62.

32 M. Figeac, Destins de la noblesse bordelaise (1770-1830), Bordeaux, Fédération Historique du Sud-Ouest, 1996, 2 volumes.

33 Je voudrais ici signaler seulement les apports des fonds de l’intendance à cette question : ils permettent de prendre la mesure de la réponse nobiliaire à la politique volontariste de l’État.

34 M. Despommiers, L’Art de s’enrichir promptement par l’agriculture, Paris, Guillyn, 1770, p. 89-93.

35 Arch. dép. Gironde, C 464/75, 8 août 1765.

36 Voir H. Goyon de La Plombanie, La France agricole et marchande, Avignon, 1762, 2 volumes.

37 F. de P. Latapie, « Journal de tournée de 1778 », dans Archives historiques de la Gironde, Bordeaux, 1903, tome 38, p. 321-509.

38 G. Bussière, ouvrage cité.

39 Arch. dép. Gironde, C 1329, « comme personne ne sçavoit ce que c’étoit que le fromental, tous ceux qui en ont pris de la graine ont toujours voulu moitié fromental de Bourgogne, et moitié fromental de Grenoble » note en 1762 Eydely, subdélégué de Périgueux.

40 Fils du poète François-Joseph Lagrange Chancel, auteur des Philippiques.

41 Fayolle de Mellet, Du Lau d’Allemans, Chapelle de Jumilhac, Cugnac de Razac, Bonal de Beauregard, La Roque, Bayly,...

42 M. Morineau, Les faux-semblants d’un démarrage économique : agriculture et démographie en France au XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, 1971 ; J. Goy et E. Le Roy Ladurie, Les fluctuations du produit de la dîme. Conjoncture décimale et domaniale de la fin du Moyen Âge au XVIIIe siècle, Paris-La Haye, Mouton, 1972.

43 J.-M. Chevet, « La transmission des savoirs agricoles dans les processus de croissance aux XVIIIe-XIXe siècles : l’exemple de la région parisienne », dans Traditions agronomiques européennes. Élaboration et transmission depuis l’Antiquité, M.-C. Amouretti et Fr. Sigaut (dir.), Paris, Éditions du CTHS, 1998, p. 181-196.

44 J.-M. Moriceau, « Au rendez-vous de la « Révolution agricole » dans la France du XVIIIe siècle. À propos des régions de grande culture », Annales Histoire, Sciences Sociales, 1994, no 1, p. 27-63 ; repris dans Terres mouvantes. Les campagnes françaises du féodalisme à la mondialisation XIIe-XIXe siècle, Paris, Fayard, 2002.

45 Baron de Besenval, Mémoires sur la cour de France, Paris, Mercure de France, 1987.

46 F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, édition E. Biré revue par P. Moreau, Paris, Librairie Garnier, 1947, p. 22.

47 J. Quéniart, Les Français et l’écrit XIIIe-XIXe siècle, Paris, Hachette, 1998 ; D. Roche, Les Républicains des lettres. Gens de culture et Lumières au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1988.

48 M. Cubells, La noblesse provençale du milieu du XVIIe siècle à la Révolution, ouvrage cité, p. 275.

49 Voir la synthèse proposée par J.-P. Jessenne, « Les paysans dans la société française d’Ancien Régime : nouvelles problématiques », Conférence prononcée à l’ENS le 21 avril 1999 ; http://www.ac-rouen.fr

50 J.-M. Moriceau et G. Postel-Vinay, Ferme, entreprise, famille. Grande exploitation et changements agricoles. Les Chartiers, XVIIe-XIXe siècles, Paris, E.H.E.S.S., 1992.

51 S. Fiette, ouvrage cité, p. 30.

52 . F. de P. Latapie, ouvrage cité. Loin des initiatives agronomiques de ce grand seigneur saluées par Latapie, le bail passé, entre le régisseur du comte Fayolle de Mellet, et Jean et François Guinier, père et fils, laboureurs, le 7 septembre 1789, pour sa métairie de La Roubertie, paroisse de Neuvic, est typique. Modèle très représentatif de milliers de baillettes, il établit un bail « pour le temps et espace d’une année », à moitié fruit. Il assure aux métayers un train de labour adapté aux dimensions de l’exploitation : deux paires de vaches, plus une jeune vache, « deux courbes avec leur arraires, barres de fert et coultres », ainsi que les semences traditionnelles : froment, orge, pois gris, fèves, gesses, haricots, lentilles, pois ordinaires, graines de chanvre, jarrosses (ou vesces), Arch. dép. Dordogne, 2 E 1814/45 – 2.

53 Arch. dép. Gironde, C 1322.

54 Voir S. Fiette, ouvrage cité, p. 61-66.

55 Archives privées (communiquées par Joëlle Chevé).

56 J.-M. Wiscart, La noblesse de la Somme au XIXe siècle, Édition Encrage/Picardie, 1994.

57 Ce noble périgourdin, qui n’a pas émigré, rédige, en l’an IX, sa Topographie, publiée beaucoup plus tard : A. de Fayolle, Topographie agricole du département de la Dordogne, Périgueux, Éditions de la Société Historique et Archéologique du Périgord, 1939, p. 47.

58 A. Young, ouvrage cité, tome I, p. 264.

Auteur

IUFM d’Aquitaine, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search