Version classiqueVersion mobile

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre III - Ville ou/et campagne : un choix de pouvoir,un choix de vie ?

La noblesse dans les villes de la France méridionale aux xiie et xviiie siècles

Josette Pontet

Texte intégral

  • 1 Cité dans C. Desplat, Pau et le Béarn au XVIIIe siècle, 2 tomes, Anglet, Atlantica, 1992, p. 342.
  • 2 Cité dans M. Figeac, La douceur des Lumières. Noblesse et art de vivre en Guyenne au XVIIIe siècle (...)

1Il était peu habituel, il y a quelques décennies, d’accoler le mot noblesse à celui de ville ou de parler de noblesse urbaine : la noblesse apparaissait essentiellement terrienne ou militaire ou encore vivant à la cour. Il n’en va plus de même aujourd’hui, l’historiographie récente ayant mis l’accent sur l’existence d’une noblesse urbaine. Cette réalité était pourtant bien perçue dès le XVIIIe siècle, même dans une région comme le Béarn où la capitale, Pau, était certes une ville parlementaire mais de taille relativement modeste avec une population de 7 à 8 000 habitants. Dans l’Idée historique et géographique du Béarn, Cazalet, académicien, journaliste, historien, n’écrivait-il pas, en 1776, à propos de celle-ci : « La plus grande partie de la noblesse du Béarn y fait sa résidence ordinaire »1. L’attraction de la ville sur la noblesse était dénoncée quelques décennies plus tard par des nobles qui y voyaient la source de leurs malheurs, tel le marquis de Saint-Astier : « Le premier mal qui frappe la noblesse de France, c’est d’avoir contacté la manie de se fixer dans les villes pour y passer les hivers et y dépenser le produit de leurs terres »2.

2Face à la résidence ordinaire évoquée par l’historien béarnais qui impliquait l’existence d’une noblesse citadine, il y avait aussi un mode de vie urbain saisonnier pour une noblesse restée majoritairement rurale.

3Qu’en est-il donc de la présence nobiliaire dans les villes de la France méridionale aux XVIIe et XVIIIe siècles ? Peut-on la quantifier, l’expliquer, définir sa réalité, son poids et son rôle dans la ville ? Les divers travaux consacrés à la noblesse depuis quelques années nous ont incitée à tenter d’apporter quelques réponses à ces questions. Il faut cependant constater que ce sont les villes parlementaires qui ont été les mieux étudiées avec des travaux de premier plan pour Bordeaux (Michel Figeac), Aix-en-Provence (Monique Cubbels), Pau (Christian Desplat) ou Toulouse avec des approches un peu différentes (M. Taillefer) ; les villes sans grandes structures administratives ont surtout fait l’objet d’investigations au niveau de la Guyenne dont l’ouvrage de Michel Figeac Noblesse et art de vivre en Guyenne au XVIIIe siècle rend bien compte

4Ouvrage cité ci-dessus.

. Dans les villes3

L’URBANISATION DE LA NOBLESSE

  • 4 B. Lepetit, Les villes dans la France moderne, 1740-1840, Paris, Albin Michel, 1988, p. 153.

5La place de la noblesse ne peut qu’être différente dans les villes selon que celles-ci détiennent toute la gamme des magistratures comme Bordeaux ou qu’elles soient bien moins nanties. Bordeaux est la seule métropole de la France méridionale à cumuler toutes les fonctions administratives, civiles, militaires, religieuses (parlement, cour des aides, bureau des finances, intendance, gouvernement de la province, archevêché) et des activités portuaires et commerciales considérables qui en font, avec Marseille, le premier port du royaume et la seconde ville de province en 1794. Pour Bernard Lepetit, d’après la cinquantaine de critères de classification qu’il retient pour établir la hiérarchie des villes françaises en 1780, elle se trouverait même au rang de Paris, devant Montpellier et Toulouse, puis Aix, Pau et Perpignan qui devanceraient toutes Marseille, et bien sûr de loin Bayonne, pour s’en tenir à la France méridionale4.

  • 5 M. Marraud, La noblesse de Paris au XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 2000.

6Les différences entre elles ne sont pas que de population, mais aussi de pouvoirs et de richesses et leur attractivité sur la noblesse, qui peut être considérée comme un phénomène récent, s’en ressent fortement, au-delà d’un phénomène général de croissance de l’urbanisation des noblesses. Guy Chaussinand-Nogaret écrit, en effet, dans la préface d’un ouvrage récent de Matthieu Marraud5 : « la noblesse moderne est une sécrétion de la ville. En 1500 ne vivaient citadinement qu’environ 4 % des nobles. Cette proportion s’élève à plus de 40 % au XVIIIe siècle ». Où en est-on dans la France méridionale ?

  • 6 Ibidem, p. 52-53.
  • 7 J. Chevé, citée par M. Combet, Jeux des pouvoirs et familles. Les élites municipales à Bergerac au (...)
  • 8 M. Figeac, ouvrage cité, p. 226.
  • 9 Voir la carte donnée pour la densité de la noblesse de la généralité de Bordeaux à la fin du XVIII(...)
  • 10 Voir dans le présent ouvrage, p. 17, la contribution de Michel Nassiet présentée à ce colloque ou (...)

7À la lumière des enquêtes réalisées, l’urbanisation de la noblesse apparaît inégale et fort contrastée d’un lieu à un autre : aux élections de 1789, 140 votants du second ordre sont recensés dans la sénéchaussée de Carcassonne, 65 % d’entre eux sont des citadins, ce pourcentage est inversé à Villefranche-de-Rouergue6. Dans la généralité de Bordeaux, les contrastes ne sont pas moins forts. Le Bergeracois compte une faible présence de nobles urbains : sur 92 cotes relevées, seulement 15 concernent Bergerac, parmi lesquelles on compte 8 veuves, soit un pourcentage de citadins de 16 %. Pourcentage que l’on retrouve à peu près à Périgueux7, mais qui est plus faible encore à Sarlat ou Agen. Il ne dépasse pas là 11 à 12 %. Les Lannes et le Condomois comptent autour de 25 % de citadins ; en revanche, d’après la capitation de 1772, 77 % de la noblesse de l’élection de Bordeaux est concentrée dans cette ville8. Il serait intéressant de voir si ces pourcentages qui varient en fonction de l’offre urbaine, ne varient pas aussi en fonction de la densité nobiliaire dans les différentes généralités ou sénéchaussées9. La cartographie de la présence régionale des nobles reste encore largement à faire, même si les travaux de Michel Nassiet la font progresser efficacement10.

  • 11 M. Figeac, L’automne des gentilshommes. Noblesse d’Aquitaine, noblesse française au siècle des Lum (...)
  • 12 C. Desplat, ouvrage cité, p. 532.
  • 13 M. Cubbels, La Provence des Lumières. Les parlementaires d’Aix au XVIIIe siècle, Paris, Maloine, 1 (...)

8Inégalement présente dans les villes, la noblesse y est, en revanche, partout en majorité récente. C’est particulièrement vrai à Bordeaux où 86 % des nobles ont été anoblis depuis le XVIe siècle, dont 40 % au XVIIIe siècle, alors que moins de 9 % sont entrés dans l’ordre avant 150011. À Pau, où comptent par excellence les parlementaires, les nobles ont pour la plupart acquis leur noblesse par l’exercice de charges au XVIIe siècle ; après 1701, on ne compte plus de nouveaux venus sur le rôle de la capitation nobiliaire12. À Aix, selon Monique Cubbels, les parlementaires n’ont pas une origine remontant à plus de deux cents ans, et pour la plupart à plus d’une centaine d’années13. À Bayonne, qui n’est le siège que d’une sénéchaussée au ressort limité et où le corps de ville n’a pas de fonctions anoblissantes, bien que doté d’importants pouvoirs, les nobles proviennent majoritairement des familles d’anciens marchands, anoblis par l’achat de charges à partir du XVIe siècle, et les plus nombreux ne peuvent se prévaloir d’une noblesse remontant au-delà du règne de Louis XIV ; pour beaucoup, l’anoblissement est postérieur à 1700 et se poursuit jusqu’à la Révolution.

9La noblesse apparaît bien, partout, comme « une sécrétion de la ville » comme l’écrit Guy Chaussinand-Nogaret, liée en grande partie au rôle que tient celle-ci dans les stratégies du pouvoir royal.

  • 14 F.-J. Ruggiu, Les élites et les villes moyennes en France et en Angleterre (XVIe-XVIIIe siècles), (...)

10Les villes ont en effet toujours été des lieux d’échanges, mais elles sont devenues aussi progressivement des lieux de pouvoir : elles sont le siège de l’administration de la justice royale qui s’est souvent imposée au détriment des justices seigneuriales plus rurales. La création de présidiaux par Henri II en 1552 pour rendre la justice plus proche du justiciable, mais aussi pour lutter contre la toute-puissance des parlements, a permis l’émergence d’élites nobiliaires urbaines, comme l’a montré François-Joseph Ruggiu pour la France septentrionale, même si les charges présidiales ne sont pas anoblissantes, à la différence des charges parlementaires14.

  • 15 M. Figeac, L’automne des gentilshommes, ouvrage cité.

11La mise sur le marché d’offices et de charges en nombre relativement élevé a permis à ces citadins riches que sont les marchands, les négociants ou les financiers, d’accéder au second ordre, soit progressivement soit directement avec les charges de secrétaire du roi. Ces charges peuvent être achetées auprès de chancelleries éloignées, les secrétaires du roi n’étant pas astreints à résidence, elles peuvent faire l’objet d’échange à longue distance sans déménagement du bénéficiaire. Ces « savonnettes à vilains » sont le moyen le plus sûr du renouvellement des élites : les chancelleries créant dix nobles par an au début du XVIIe siècle, vingt à la fin du siècle, trente au XVIIIe siècle15. Certes des nobles peuvent eux-mêmes en faire l’acquisition, mais elles sont fortement convoitées par des roturiers enrichis et instruits, essentiellement des citadins.

  • 16 R. Marconis, Toulouse dans Atlas historique des villes de France, Paris, Hachette, 1996, p. 236-24 (...)

12Sécrétion urbaine, la noblesse l’est encore en lien avec l’édilité : dans toutes les villes de la France méridionale, les charges municipales sont une étape du cursus, de la marchandise à l’anoblissement. Les exemples pullulent : la plupart des bourgeois qui ont accédé à la noblesse à Bayonne, ont été jurats, échevins ou maires. Dans certaines villes, le pouvoir municipal donne la noblesse à ses détenteurs : c’est le cas à Toulouse, où l’exercice du capitoulat anoblit, en remerciement des services rendus à la collectivité, et nombre de bourgeois, enrichis au XVIe siècle dans le commerce du pastel, s’y sont investis. Noblesse parlementaire et noblesse de cloche, fièrement inscrite dans le paysage urbain par la présence de tours recognitives jouxtant les habitations, s’y côtoient16.

  • 17 Bulletin Société Sciences Lettres et Arts de Bayonne, Inventaire sommaire des archives notariales (...)

13La réussite menant à l’incorporation nobiliaire passe donc très largement par la ville. Pour autant, la noblesse militaire n’est pas absente des villes. Elle est liée à la présence des représentants du roi, gouverneur de ville, lieutenant de roi, commandant, mais aussi à la fonction militaire de certaines d’entre elles, assez nombreuses en Aquitaine, région à la fois frontalière maritime et terrestre, et donc à la présence des châteaux, citadelles et garnisons. Ces militaires appartiennent le plus souvent à une noblesse ancienne, dont l’implantation urbaine l’est aussi. Parmi eux, beaucoup de capitaines souvent assez pauvres : on peut citer l’exemple de la veuve d’Antoine Dandoins, capitaine de la tour Saint-Esprit à Bayonne et de son fils, cornette des gardes du duc de Gramont, qui sont obligés d’emprunter, en 1691, mille livres aux prébendiers de la cathédrale pour payer le loyer des deux maisons qu’ils occupent rues Pont Majour et Port Neuf17.

  • 18 H. Lamant, Armorial de Bayonne, Pays Basque et Sud Gascogne, Bayonne, 1981, p. 248-250.
  • 19 M. Marraud, ouvrage cité, p. 74.
  • 20 J.B. Daranatz, Inventaire sommaire..., ouvrage cité, p. 39, étude Delissalde Loustalet, 1749.

14Mais la carrière militaire peut être aussi choisie par les fils d’anoblis plus ou moins récents voulant conforter ou légitimer leur place dans le second ordre. À Bayonne, les exemples ne manquent pas au XVIIIe siècle. Parmi eux, celui des Lacroix qui, issus d’une famille de fondeurs à la monnaie, s’enrichissent dans le commerce des Indes et la course avant d’acquérir une charge de conseiller secrétaire du Roi maison et couronne de France ; outre l’achat d’une baronnie, la carrière militaire choisie par un fils et un petit-fils consacre l’ascension sociale de la famille18. Pour ce qui est des parlementaires, Christian Desplat constate qu’à Pau, ce goût pour les carrières militaires est tardif et connaît un essor après 1750. De son côté, Monique Cubbels note qu’il y a peu d’attraction pour la carrière militaire chez les fils de parlementaires avant le XVIIIe siècle. Au cours du siècle, comme l’écrit Mathieu Marraud « la vocation des armes a gagné toutes les strates de la noblesse »19. Les trimestres de garnison laissent aux militaires le choix de leur résidence pendant les trois quarts de l’année : elle est souvent urbaine. Toutefois beaucoup de militaires meurent au loin : Jacques de Lalande de Luc, colonel d’infanterie aux gardes Wallonnes est inhumé à l’église des Feuillants de Florence en 1742. Jean Valentin de Laferrière, né comme le précédent à Bayonne, lieutenant des gendarmes du roi catholique, meurt à Barcelone en 1748, laissant femme et enfants à Bayonne, alors que le premier était célibataire20. Cette mobilité propre aux militaires montre déjà les difficultés rencontrées pour chiffrer avec quelque précision la population nobiliaire citadine.

LES NOBLES DANS LA POPULATION URBAINE : UN CHIFFRA-GE DIFFICILE

  • 21 M. Figeac, L’automne des gentilshommes, ouvrage cité, p. 249.
  • 22 Archives départementales Gironde, C 2700.
  • 23 C’est ce que souligne Michel Figeac dans ses différents ouvrages par exemple L’automne des gentils (...)
  • 24 C. Le Mao, Chronique du Bordelais au crépuscule du Grand Siècle : le Mémorial de Savignac, Bordeau (...)

15Si la présence de nobles dans les villes est incontestable, la mesurer précisément et en chiffrer le pourcentage s’avère assez délicat pour de multiples raisons. Nous ne disposons généralement pas de recensements fiables de la population, et les rôles de capitation qui constituent la source la plus communément utilisée sont le plus souvent imparfaits, ne reflétant pas toujours exactement la réalité. En effet, être noble urbain ne veut pas dire être coupé de la campagne, bien au contraire. Bien des nobles citadins, issus de vieilles dynasties marchandes qui ont accédé à la noblesse au cours du XVIIe siècle, parfois avant, souvent après, ont acquis antérieurement ou postérieurement des seigneuries, voire des fiefs qui leur donnent assise foncière, légitimité et titres ; ils n’en conservent pas moins leur attachement à la ville. Il y a ainsi un va-et-vient permanent entre villes et campagnes21, d’où des incertitudes quant à leur affectation sur les rôles de capitation. Le Bayonnais Lalande Beriots demande ainsi à la ville en 1704 un dégrèvement car il est aussi capité sur le rôle de la noblesse du Labourd22. En général, les rôles de capitation ont plutôt tendance à minorer la présence nobiliaire urbaine23. Certains nobles peuvent ne laisser aucune trace dans les sources urbaines. L’exemple le plus éclatant est celui de Labat de Savignac, qui, parlementaire bordelais de la fin du règne de Louis XIV, passe, comme la plupart de ses collègues, plusieurs mois dans son château du Fronsacais pour s’occuper de son vignoble, et que nous ne connaissons presque que par le journal qu’il a tenu pendant de longues années24.

16Partout la noblesse parlementaire pratique la double résidence, facilitée par les longues vacances du tribunal et demandée par la gestion des terres, les vendanges dans le Bordelais, le Jurançon ou l’Armagnac, les moissons dans le Toulousain ou l’Agenais par exemple. Comme le dit Michel Figeac : « l’alternance rythmait la vie de toutes les noblesses urbaines dont la fortune reposait sur leurs assises foncières ».

  • 25 R. Baury, « L’ubiquité nobiliaire aux XVIIe et XVIIIe siècles » dans La Noblesse de la fin du XVIe(...)

17Il y a d’une manière générale une grande mobilité de la noblesse, certes imposée souvent par la vie militaire, mais inhérente aussi aux pratiques en usage dont l’ubiquité est une des caractéristiques majeures, bien mise en lumière par Roger Baury25. L’idéal aristocratique repose sur l’éparpillement des domiciles, et, pour cet historien, entre un tiers et 40 % des nobles provinciaux disposaient d’un double ancrage campagnard et urbain à la veille de la Révolution. Les résidences rurales se trouvaient généralement dans la campagne relativement proche : la banlieue bordelaise, le Médoc, le Libournais ou le Sauternais par exemple pour les parlementaires bordelais, « les seigneurs des vignes » – ou dans la province. Rares étaient ceux possessionnés au-delà : à Aix on ne connaît, semble-t-il, que six familles possessionnées hors de la Provence.

  • 26 Archives départementales Pyrénées-Atlantiques, B 8495.
  • 27 Il ne s’agit pas là d’un exemple isolé. M. Marraud souligne l’attractivité très grande de Paris, n (...)

18Ubiquité, mais fluidité aussi : au hasard d’actes notariés ou de registres d’insinuation, on la constate fréquemment. Ainsi, l’épouse du baron de Hinx, Jeanne Marie d’Irube, est mentionnée « comme vivant à présent à Bordeaux », lors du mariage de sa fille Gracy de Lalande, à Bayonne, en 168126. Josephe d’Uturbie fille du vicomte d’Uturbie, qui a été dame d’honneur de la reine douairière d’Espagne, Marie Anne de Neubourg, lors de son exil à Bayonne, fait son testament à Paris « où elle réside maintenant »27. On pourrait à l’évidence multiplier de tels exemples qui attestent d’une grande mobilité géographique de la noblesse.

  • 28 Parmi, citons les Rol, Picot, Lacroix, Visnich, Vanduffel, Brethous.

19Enfin, la noria des anoblissements complique aussi le comptage qui varie en fonction des dates retenues et de l’agrégation d’un certain nombre d’individus ou de familles au second ordre : à Bayonne, par exemple, une dizaine de familles d’armateurs ou de négociants accèdent à la noblesse dans les premières décennies du XVIIIe siècle28. La distinction juridique concerne l’individu et sa famille directe, mais qu’en est-il des frères et sœurs qui vivent parfois sous le même toit, des cousins qui restent bourgeois mais sont toujours associés aux manifestations familiales, aux contrats de mariage ? Un comptage strict des membres du second ordre les élimine à juste titre mais ils appartiennent sans conteste au monde des élites nobiliaires, nouées entre elles par des alliances et des intérêts familiaux. La dimension sociale d’une étude des sociétés urbaines ne peut les ignorer. Elles jouent un rôle important notamment dans les villes moyennes ou modestes, sans la domination d’une noblesse parlementaire qui en est absente.

COMPTE TENU DES CHANTIERS ABOUTIS OU EN COURS, QUELS RÉSULTATS PEUT-ON PROPOSER ?

  • 29 F.-X. Emmanuelli, Vivre à Marseille sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, 1999, p. 12.
  • 30 M. Figeac, ouvrage cité, p. 227-228.

20Dans les villes de cours souveraines, on peut donner une estimation convenable des familles de la noblesse de robe : à Bordeaux, Michel Figeac en compte autour de 200 en tenant compte des magistrats honoraires. À Aix, selon Monique Cubbels, le chiffre serait de 114 familles pour le parlement. La présence nobiliaire ne se résume pas à celles-ci, si l’on peut considérer qu’elles en constituent sans doute l’essentiel, comme à Pau. Dans les villes sans parlement, la noblesse est relativement moins importante : à Marseille François-Xavier Emmanuelli l’estime à 80 familles en 1789 dans lesquelles noblesse d’épée et d’office s’effacent devant les anoblis du négoce ; parmi eux ceux qui sont tentés par les charges de justice quittent Marseille pour Aix29. À Bayonne, on serait autour d’une cinquantaine de familles dans les années 1730. La présence nobiliaire est variable dans les petites ou moyennes villes : à Agen, d’après le cadastre de 1640, trente-quatre familles tenaient déjà le haut du pavé ; à Dax, une douzaine de familles, attachées à la cité depuis plusieurs générations, comme la famille de Borda, sont connues au XVIIIe siècle ; à Périgueux, on serait autour d’une soixantaine de familles tout au long du XVIIIe siècle, mais il est probable que les rôles de capitation minorent la présence de cette noblesse citadine30.

  • 31 . M. Marraud, ouvrage cité, p. 31.
  • 32 J. Pontet, « Le recensement de 1730 à Bayonne », Société Sciences Lettres et Arts de Bayonne, 1973 (...)
  • 33 Encore faut-il remarquer que la thèse qu’a soutenue Stéphane Minvielle sur Le comportement démogra (...)
  • 34 C. Desplat, ouvrage cité, p. 408. Il ne précise pas cependant s’il s’agit de la moyenne générale, (...)

21Mais que représentent ces chiffres par rapport à la population des villes ? Matthieu Marraud propose pour Paris 3 % de la population31. Nous avons tenté de préciser les chiffres pour Bayonne. Nous disposons, en effet, d’un recensement relativement exceptionnel effectué en 1730 que nous avons naguère étudié, et assez fiable, qui chiffre la population intra muros à 10 869 habitants32. S’il n’indique pas toujours le statut ou la profession des chefs de ménage, grâce à la connaissance des habitants acquise par une plongée de longue durée dans les archives bayonnaises, nous avons pu recenser 265 personnes, hommes, femmes, enfants, veufs ou célibataires nobles ou dont l’anoblissement est en cours, ce qui représente 2,4 % du total. Il faut y ajouter les nobles domiciliés dans les châteaux ou la citadelle, une dizaine de personnes environ, non pris en compte dans le recensement qui ne comptabilise pas non plus les soldats de la garnison toujours dénombrés à part, et que nous n’avons pas retenus dans nos calculs. Notre recensement nous permet de compter 34 couples présents dont 6 sans enfant, 19 foyers avec un veuf ou une veuve à leur tête, dont 6 sans enfant et plus d’une trentaine de célibataires hommes et femmes. La moyenne des enfants par couples ayant des enfants est de 3,25 ; elle est de 3,22 pour les veufs en déclarant ; elle tombe à 2,7 en comptant les couples sans enfants, mais celle-ci est supérieure à celle de l’ensemble de la ville où la moyenne n’est que de 1,8 enfants par couples, et 2,5 pour les seuls couples féconds. A priori on pourrait voir là la marque d’une fécondité plus élevée dans la noblesse que dans l’ensemble de la population, ce qui serait un peu contradictoire avec les données souvent mises en avant33, mais ce différentiel peut résulter aussi d’une meilleure survie des enfants chez ces élites que dans le reste de la population, ou de leur maintien plus tardif au foyer paternel, l’absence d’âges rend toute interprétation plus précise aléatoire. On notera cependant que Christian Desplat établit le nombre d’enfants par famille parlementaire paloise à 3,2 en 1710-1750, avant un effondrement à 1,2 à la fin du siècle34. On a là des données assez concordantes pour les années 1730, avec celles du recensement bayonnais. On constate également qu’il y a légèrement moins de couples sans enfant chez les nobles bayonnais que dans l’ensemble de la population (2,1 % contre 2,7 %) ; en revanche la part des célibataires chefs de ménage est extrêmement forte dans la noblesse résidant à Bayonne : près du tiers des ménages a à sa tête un célibataire (32 %) alors que le pourcentage n’est que de 11,5 % à l’échelle de la ville, taux qui peut surprendre mais qui s’explique par le nombre important de militaires non mariés et il y a près de deux célibataires hommes pour une femme.

  • 35 Avec une douzaine de familles nobles de plus ou moins cinq/six personnes et pour une population co (...)
  • 36 Histoire de Bordeaux, Bordeaux au XVIIIe siècle, sous la direction de F.-G. Pariset, Bordeaux, Fér (...)

22Il serait intéressant de pouvoir disposer de recensements urbains plus nombreux pour mieux quantifier la présence des nobles dans les villes. La situer autour de 2,5 % peut paraître acceptable pour des villes non parlementaires. On serait à ce niveau à Dax au milieu du XVIIIe siècle, en reprenant les données bayonnaises35. Il semblerait en revanche que ce pourcentage soit largement dépassé dans une ville parlementaire comme Pau où par ailleurs la noblesse est réelle et non personnelle. Christian Desplat parle de cinquante familles parlementaires en place pendant tout le XVIIIe siècle, dont le nombre d’enfants serait passé de 5 au début du siècle à 3, 2 par la suite, sans préciser toutefois si cette moyenne inclut ou non les couples sans enfant. Dans la première hypothèse, la noblesse parlementaire représenterait à elle seule, plus de 3,7 % des habitants du milieu du XVIIIe siècle et, en tout état de cause, plus de 3,4 % si l’on imputait aux Palois un pourcentage de couples stériles comparable à celui des Bayonnais. À ceux-ci, il convient d’ajouter les autres membres de la noblesse présents dans la ville. Il est difficile d’avancer des chiffres pour Bordeaux : il semble néanmoins que l’on soit en deçà de ce pourcentage au moins à la fin de l’Ancien Régime. Michel Figeac a dénombré 462 nobles domiciliés dans la ville : si l’on admettait parmi eux un pourcentage de célibataires un peu inférieur à celui de Bayonne, entre 20 et 25 %, et un nombre d’enfants comparable à celui des Bayonnais, on aurait des pourcentages oscillant entre 2,2 et 2,1 %, avec une population bordelaise estimée à 83 000 habitants en 1780. Pour approximative qu’elle soit, cette évaluation parait tout à fait plausible en la rapportant à un autre indicateur grossier, celui des contrats de mariage : les contrats conclus par les nobles représentent 2 % de l’ensemble des contrats passés devant notaire de 1782 à 1784, suivant les calculs que fit naguère Jean-Pierre Poussou36 qui soulignait encore que les nobles représentaient moins de 3 % des cotes de capitation en 1777.

LE POIDS DE LA NOBLESSE DANS LES VILLES

  • 37 M. Figeac, La douceur des Lumières, ouvrage cité, p. 26.

23Il ne se mesure pas seulement au pourcentage de la population que nous avons grossièrement tenté d’établir. La noblesse pèse dans la ville par sa richesse : certes, celle-ci est loin d’être partagée par tous les membres de l’ordre, et il existe en ville comme à la campagne, sans doute un peu moins ici que là, des nobles qui sont relativement ou réellement pauvres : les registres de capitation sont là pour montrer l’importance des faibles cotes dans les capitations nobiliaires, variable cependant selon les villes. À Bordeaux, les cotes s’échelonnent de moins de 8 livres à plus de 512 livres. Il est évident « qu’en dessous de 8 livres, on découvre une véritable plèbe nobiliaire faite de chevaliers miséreux, de cadets désargentés et de filles isolées »37. Cela concerne 6,5 % des capités, alors que les 25 % qui paient entre 8 et 32 livres peuvent être considérés comme appartenant à une noblesse modeste.

  • 38 C. Desplat, ouvrage cité, p. 490-495.
  • 39 M. Figeac, La douceur des Lumières, tableaux p. 286-287.
  • 40 J. Pontet-Fourmigué, Bayonne, un destin de ville moyenne à l’époque Moderne, Anglet, Atlantica, 19 (...)
  • 41 Histoire de Bordeaux, ouvrage cité. Sur les dots à Pau, voir C. Desplat, ouvrage cité, p. 547-549.

24À Pau, on constate des écarts comparables : on y voit le chevalier d’Andoins, capitaine d’infanterie en retraite payer 7 livres 6 sols, alors que le premier président paie 1 000 livres38. À Bordeaux, la noblesse riche représente 34,2 % des nobles ; dans les petites villes et la Guyenne entre 6 et 14 %39. Partout toutefois les nobles comptent parmi les plus riches et sont au sommet de la hiérarchie des fortunes, y compris à Bordeaux ou à Bayonne où se comptent pourtant de très riches négociants ou armateurs. Les contrats les plus considérables appartiennent à la noblesse : deux contrats sur trois dépassent 480 000 livres à Bayonne en 1782-1784 ; c’est mieux que chez les négociants pourtant bien nantis40. À Bordeaux, les trois quarts des contrats nobles dépassent 51 200 livres contre 21 % pour les négociants41.

  • 42 M. Figeac, La douceur des lumières, ouvrage cité, p. 28.
  • 43 C. Desplat, ouvrage cité, p. 476.
  • 44 Histoire de Marseille, sous la direction d’E. Baratier, Privat, 1987, p. 263.

25Les 2 ou 3 % que représentent les nobles dans la cité emploient une domesticité importante qui renforce leur présence dans la ville. Certes, ils ne sont pas les seuls à disposer de domestiques, mais très rares sont les nobles à ne pas en avoir. À Bordeaux, la riche noblesse parlementaire peut disposer de cinq à six domestiques, avec souvent des fonctions diversifiées, comme secrétaire, maître d’hôtel, valet, laquais, femme de chambre, portier...42 Le premier président du parlement de Pau dispose de dix-huit domestiques en 1740, et selon Christian Desplat, la ville compterait plus du tiers de domestiques parmi les capités : ils sont majoritairement au service des nobles et avant tout des parlementaires43. À Bayonne, le recensement de 1730 dénombre 1 195 domestiques, soit un peu moins de 11 % de la population. Entre 25 et 30 % d’entre eux sont au service des ménages nobles qui pour la plupart ont en moyenne entre quatre et cinq domestiques pour les servir, quelques-uns beaucoup plus, comme M. de Biaudos qui, dans sa maison de la rue des Jacobins, occupe neuf domestiques. La plupart des négociants ont pour leur part, en moyenne deux domestiques. À Marseille, le pourcentage de domestiques serait un peu inférieur à 9 %44.

  • 45 M. Figeac, ouvrage cité, p. 95 et suivantes.
  • 46 Atlas historique des villes de France, Toulouse, article cité, p. 238-239
  • 47 M. Cubbels, ouvrage cité, p. 322.
  • 48 Atlas historique des villes..., Marseille, p. 180.

26La fortune, la domesticité supposaient un train de vie qui demandait un habitat et un décor adéquat. Pourtant les paysages urbains ont été marqués de manière inégale par la noblesse. Dans une ville comme Bordeaux, le goût du luxe, le désir d’afficher son rang est partagé par les parlementaires comme par les négociants. Ils se traduisent par l’extraordinaire mutation de la ville où les hôtels de pierre blanche se dressent et impressionnent les visiteurs comme Arthur Young45. Sans doute cette volonté de manifester publiquement le prestige du propriétaire est-elle d’autant plus forte que l’acquisition de la noblesse est récente. Sans être des hôtels particuliers construits sur cour et jardin – l’espace manque à Bayonne – les deux importants immeubles qui marquent l’entrée de la ville, place Gramont, sont élevés par deux négociants anoblis : Picot et Brethous. Le désir de marquer sa réussite sociale est particulièrement manifeste à Toulouse, où à côté des riches hôtels des parlementaires, les capitouls faisaient adjoindre à leur maison au XVIe siècle, une tour bien visible témoignant de leur noblesse. Les parlementaires ont continué à faire élever de nombreux hôtels particuliers dans la ville rose au XVIIIe siècle autour de la cathédrale Saint Etienne notamment46. On pourrait voir dans cette fièvre bâtisseuse une spécificité de la noblesse parlementaire : on la retrouve à Aix où l’on fait bâtir ou rebâtir de splendides hôtels47, alors qu’à proximité, Marseille ne connaît rien de tel. Il y manque sans doute la présence d’une noblesse riche et puissante et les négociants qui ne rencontrent pas de concurrence pour le paraître, consacrent plus d’argent dans les bastides ou les plantations ; certes, il s’est construit un certain nombre d’hôtels particuliers, sur plan régulier, mais avec des façades austères qui ne laissaient guère de place à la distinction sociale48.

  • 49 C. Desplat, ouvrage cité, p. 558-561.
  • 50 Archives municipales Bayonne, DD 121-148 et J. Pontet-Fourmigué, ouvrage cité, p. 347 et suivantes

27Pour être une ville parlementaire, Pau ne semble pas avoir été taraudée par la fièvre de construire et d’élever de somptueux hôtels ; certes la ville en compte cinq ou six de quelque ampleur, mais Christian Desplat note que les gentilhommières rurales l’emportaient souvent en lustre sur les immeubles urbains. Ici, les nobles aux revenus relativement étriqués n’avaient pas à défendre leur prestige face à des négociants riches et arrogants et en quête de reconnaissance sociale, et, au demeurant, ils préféraient, semble-t-il, la rente à la pierre et même à la terre. Les parlementaires palois ne furent pas des acteurs du changement urbain à la différence de leurs homologues bordelais, plus, ils s’opposèrent aux tentatives faites pour créer de nouveaux quartiers aristocratiques soit autour de la place Royale, soit autour de la place Gramont49. À l’inverse, à Bayonne, les élites nobiliaires font reconstruire, agrandir, moderniser les façades et surtout aligner. Elles sont parmi les premiers demandeurs d’alignement dans une ville où les encorbellements sont encore très nombreux50.

  • 51 Ibidem, CC 150.

28Mais tous les nobles sont loin de posséder hôtels particuliers ou belles maisons en ville, nombreux sont ceux qui vivent en appartement dont ils ne sont pas tous propriétaires. Grâce au rôle du cinquantième bien conservé à Bayonne51, nous avons pu établir que les deux tiers des nobles recensés en 1730 étaient propriétaires de la maison où ils étaient domiciliés. Parmi les locataires, des militaires et des chevaliers, comme le lieutenant d’artillerie Harriague de Fayal qui vit avec huit enfants, une nièce et deux domestiques dans l’appartement qu’il loue, rue Ouesque. Certains comme le chevalier Garro d’Urtubie loge tout simplement à l’auberge avec le chevalier de Belsunce ne disposant d’aucun autre pied-à-terre à Bayonne. Si beaucoup sont pauvres, il ne faudrait pas pour autant penser que les militaires sont exclus de la propriété urbaine : certains possèdent plusieurs maisons et paraissent même avoir investi dans l’immobilier urbain : Jean Valentin de Laferrière, lorsqu’il meurt à Barcelone en 1748, laisse à sa femme en usufruit cinq maisons qu’il a acquises entre 1729 et 1746 ; ce n’est pas sa seule fortune puisqu’il laisse aussi 100 000 livres en argent. L’attraction pour la spéculation immobilière est assez largement partagée par les nobles bayonnais qui possèdent aussi bien maisons que magasins ou jeux de paume. Le rapport oscille, selon leurs déclarations, entre 1 500 et 2 000 livres par an. S’il n’y a pas de quartiers privilégiés pour être propriétaire, il n’en va pas de même pour la résidence : les nobles sont loin d’être également répartis dans l’espace urbain, sans que l’on puisse pour autant parler véritablement de ségrégation.

LES NOBLES DANS L’ESPACE URBAIN : ENTRE DISPERSION ET CONCENTRATION

  • 52 M. Figeac, L’automne des gentilshommes, ouvrage cité, p. 230-231.

29À Bordeaux, Michel Figeac détecte deux modèles d’implantation nobiliaire au cours du XVIIIe siècle : comme partout, semble-t-il, les parlementaires se regroupent autour du Parlement, en l’occurrence le Palais de l’Ombrière, dans un périmètre allant du parlement à l’est, à la cathédrale à l’ouest, dans les paroisses du cœur de la cité. En 1789, la situation serait plus complexe avec un déplacement des nobles sur les fossés de la ville, et des noyaux plus éloignés encore : plus que de concentration nucléaire, il faudrait parler de polynucléarité (voir carte 1, p. 176). Mais ce déplacement n’impliquerait pourtant pas de clivage entre une noblesse ancienne vivant dans le cœur de la ville et des nobles de fraîche date qui se trouveraient à la périphérie : on aurait ainsi une mixité des noblesses urbaines. On retrouverait cette polynucléarité à Aix avec une localisation préférentielle des magistrats dans la partie sud de la ville, englobant le quartier Mazarin et le futur cours Mirabeau, mais avec des implantations à l’est et au nord dans des quartiers plus populaires52.

  • 53 Atlas historique des villes de France, Toulouse, ouvrage cité.

30À Toulouse, ce serait le modèle de la concentration des villes italiennes comme Florence qui aurait d’abord prévalu, avec une évolution comparable à celle de Bordeaux. Les hôtels sont construits dans les quartiers près du Capitole ou de la Daurade avec une assez grande densité et bientôt une occupation presque totale du parcellaire ; le quartier entre cathédrale et parlement comptait en revanche de nombreuses parcelles inoccupées et plus larges : il se produisit un déplacement vers ce quartier qui devint ainsi le quartier parlementaire, avec une amorce très nette de ségrégation sociale53.

  • 54 C. Desplat, ouvrage cité, p. 558.

31À Pau, Christian Desplat affirme que les parlementaires étaient imperméables à toute forme de ségrégation, la Grande Rue restant jusqu’au bout leur domaine de prédilection au milieu des artisans et des marchands ; il signale toutefois par ailleurs que le quartier Porte Neuve connaît une désaffection réelle de la part des privilégiés et qu’il y a tout de même un désintérêt pour le vieux noyau urbain54.

32Le dilemme est donc entre une dispersion partout constatée, des concentration et ségrégation plus ou moins reconnues. S’il paraît établi qu’il n’y a nulle part de ségrégation absolue – serait-elle possible – il n’en demeure pas moins que la concentration nobiliaire peut paraître assez forte. La répartition des nobles à partir du recensement de 1730 à Bayonne, le montre clairement. Rappelons que dans cette ville, il n’y a pas de noblesse parlementaire, mais une noblesse où se côtoient des officiers, des militaires et des anoblis issus de la marchandise et du négoce. Dixsept rues sur les quarante recensées comptent des nobles parmi leurs habitants ; s’il y a une certaine dispersion, elle est loin de toucher l’ensemble de la ville, comme le montre la carte 2, p. 177. Plus, la part de ces rues est très différente : près de 20 % des nobles habitent rue du Pont Majour, 16 % rue Ouesque, qui est perpendiculaire à la précédente, ainsi 36 % de nobles ont leur résidence dans ces deux rues. Celles-ci appartiennent au quartier des Chaînes où plus de 60 % des nobles élisent domicile. Presque tous les autres se rassemblent dans le quartier du Maire : avec une concentration assez forte autour de la cathédrale. Le quartier Mousserolles n’en a aucun, celui du Prévot guère plus avec 1,7 % (carte 3, p. 178). On a donc ici davantage concentration que dispersion dans l’espace urbain avec quelques rues particulièrement privilégiées : si 16 % des nobles résident rue Ouesque, ils constituent 36,6 % des chefs de famille recensés dans cette rue. Ce pourcentage est un peu moins fort rue du Pont Majour, plus longue, plus peuplée : 14 % des chefs de famille y sont cependant nobles, ce pourcentage étant de 12 % rue des Tanneries. Le quartier des Chaînes est le quartier riche de la ville ; il concentre 48 % des domestiques, et dans ce pourcentage la noblesse a une grande part : rue du Pont Majour, chaque famille noble dispose d’en moyenne cinq domestiques, les autres habitants de plus d’un en moyenne. La présence de domestiques renforce d’une certaine façon le poids de la noblesse dans le quartier ou dans la rue : les « maisons nobles » avec leur domesticité représentent ainsi 10 % de la population du quartier des Chaînes, mais déjà 6,5 % à elles seules. Contraints de vivre dans la mitoyenneté, les nobles préfèrent choisir leur voisinage et ne pas se retrouver dans les quartiers les plus populaires comme ici celui de Mousserolles visiblement très répulsif.

NOBLESSE ET POUVOIR MUNICIPAL

33Présente dans la ville, jouant un rôle novateur dans l’urbanisme, la noblesse urbaine a-t-elle investi un pouvoir municipal qui reste encore assez fort dans les villes méridionales du moins jusqu’au règne de Louis XVI, en était elle absente ou s’en détourna-t-elle ?

  • 55 F.-X. Emmanuelli, ouvrage cité, p. 48-50-52-54.

34Là encore, les réponses sont multiples et variables selon la nature des villes, ou encore l’attitude du pouvoir royal comme à Marseille. Si la noblesse n’y est pas dominante au XVIe ou au début du XVIIe siècle, jusqu’en 1660 l’administration de la ville est dans ses mains : pour être premier consul il fallait en 1654 avoir un siècle de noblesse prouvée, pour être second consul, être écuyer depuis trente ans ; le cursus proposait trois gentilshommes pour la charge de viguier. Les membres de la noblesse, unis par de nombreux mariages et cousinages, étaient liés à de grandes familles de la noblesse provençale et aux parlementaires d’Aix qui constituaient un réseau de protection lointain mais efficace. Mais le règlement de 1660 voulu par le Roi en raison d’une agitation politique permanente, exclut officiellement les nobles de l’administration, et les consuls devenus échevins se recrutent parmi les négociants, les bourgeois et les marchands. Ce n’est nullement de son plein gré que la noblesse a cessé de participer au gouvernement urbain. Un siècle plus tard, elle mène, en effet, une grande offensive pour revenir au consulat : le second ordre récupère la présidence de l’administration de la mairie. Il faut cependant des conditions de fortune pour y accéder : être propriétaire à Marseille, posséder 3 000 livres de biens dans la ville ou son terroir et avoir été membre du consulat qui, composé de 36 membres, comprend neuf nobles, neuf négociants, neuf bourgeois, trois avocats et six marchands (règlement de 1767). Or il semble qu’à partir de ces changements, les tensions soient à nouveau assez vives entre l’administration locale et le pouvoir central55.

Carte 1 - Répartition de la noblesse bordelaise à la fin de l’Ancien Régime

Carte 1 - Répartition de la noblesse bordelaise à la fin de l’Ancien Régime

Carte 2 - Dispersion des élites nobiliaires d’après le recensement de 1730 à Bayonne

Carte 2 - Dispersion des élites nobiliaires d’après le recensement de 1730 à Bayonne

Carte 3 - Répartition des nobles par rues en pourcentage à Bayonne

Carte 3 - Répartition des nobles par rues en pourcentage à Bayonne
  • 56 Histoire de Pau, sous la direction de P. Tucoo-Chala Privat, 1989, p. 65.
  • 57 C. Desplat, ouvrage cité, p. 1249.

35Dans les villes parlementaires, les situations sont variables. À Pau, bien que ville royale dont le roi était seigneur et justicier, sous réserve de prêter serment, la jurade exerçait tous les pouvoirs. Les magistrats du parlement monopolisaient près de la moitié des charges de jurats et de députés, les autres étant partagées entre avocats, bourgeois, marchands et « quelques paysans »56. À part une certaine défaveur au début du XVIII e siècle, l’intérêt de la noblesse pour l’échevinage ne se démentit pas jusqu’à la fin de l’Ancien Régime57.

  • 58 L. Coste. « Les jurats nobles bordelais pendant le Grand Siècle (1589-1755) dans La Noblesse de la (...)

36À Bordeaux, l’usage établi depuis le début du XVIe siècle amenait un tiers de nobles à l’hôtel de ville : deux des six jurats étaient obligatoirement nobles, deux autres avocats, les deux derniers marchands. Si le milieu de ces gentilshommes est assez mal connu au XVIIe siècle, il semble qu’ils se recrutaient surtout parmi les simples écuyers, la petite ou grande noblesse de Bordeaux mais aussi de la sénéchaussée, montrant ainsi les limites assez floues de l’espace urbain en ce qui concerne la noblesse. À la différence des avocats, ils étaient peu impliqués dans la vie municipale et n’y faisaient pas carrière. Les parlementaires ne participent pas au corps de ville, pas plus qu’à Toulouse, mais ils ne s’en désintéressent pas et il n’est pas impossible que les avocats aient pu être parfois leurs porte-parole ; par ailleurs, ils sont assez largement présents par leurs familles. Laurent Coste chiffre à 43 % au XVIIe siècle le nombre de lignages représentés à la jurade ayant des membres siégeant au parlement et à 22 % le pourcentage de jurats entrant par la suite au parlement58. Il ne s’agit nullement de deux mondes totalement étanches, un tiers seulement des jurats n’aurait pas eu de relations personnelles ou familiales avec la cour. Cette proximité n’empêchait nullement les démêlés et les tensions du parlement avec la jurade, pas plus qu’à Toulouse avec les capitouls.

  • 59 M. Taillefer, Vivre à Toulouse sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, 2000, p. 60-84.

37Dans cette ville, la participation de la noblesse au corps de ville est un peu différente et plus importante : 35 % des capitouls sont nobles entre 1661 et 1715, 30 % des avocats, 21 % des marchands. Au début du XVIIIe siècle, on compte 48 % de nobles parmi les capitouls. À la différence de Bordeaux cependant, la composition du corps de ville n’y est pas strictement fixée ; on sait qu’il se compose d’écuyers, d’avocats, de procureurs et de marchands mais sans autre précision. On sait aussi que l’exercice de la charge est anoblissante et peut expliquer la part importante de nobles dans le corps de ville, d’autant que le titre d’écuyer est parfois donné en avance d’anoblissement. Ils appartiennent comme à Bordeaux à des lignages que l’on retrouve au parlement, mais dans une fréquence un peu moindre, autour de 30 %59.

  • 60 M. Combet, ouvrage cité.

38Dans les petites villes, les choses sont variables. À Bergerac, la noblesse avait accédé en nombre au consulat au XVIIe siècle : dix-huit nobles ont été maires dans la première moitié du siècle, nommés après 1621 par le roi ; il s’agissait de renforcer l’emprise catholique sur la ville en luttant parallèlement contre le protestantisme. Mais une fois la reconquête de la ville par le roi achevée, on constate un désengagement de la noblesse ou des élites en quête d’anoblissement du pouvoir municipal. Les charges ne sont pas anoblissantes et ne peuvent laisser espérer une noblesse de cloche. Au XVIIIe siècle, Michel Combet ne recense parmi les jurats que deux nobles de noblesse récente. À la faible présence nobiliaire précédemment constatée, répond la faible influence de la noblesse sur le corps municipal. Celui-ci est entièrement l’émanation d’une bourgeoisie locale60.

  • 61 J. Pontet, « Officiers et corps de ville à Dax au XVIIIe siècle », dans Les officiers « moyens » à (...)
  • 62 J. Pontet, « La modernisation urbaine à Dax au XVIIIe siècle » dans Bulletin de la Société de Bord (...)

39C’est sensiblement l’inverse à Dax, ville épiscopale et présidiale, avec une noblesse urbaine anciennement enracinée. Le règlement de 1712 instituait que le maire serait choisi dans le corps du présidial, parmi les gentilshommes nobles et gens vivant noblement et dans la compagnie des avocats pour deux ans alternativement. L’attitude de la noblesse est assez ambiguë : dès 1714, elle décide plus ou moins collectivement de renoncer à la charge de maire, néanmoins l’un d’eux accepte en 1720 d’occuper celle-ci et reste maire jusqu’en 1726. Les fluctuations de la politique royale en matière de gouvernement urbain aidant, la situation est très instable jusqu’en 1768, où l’on revient à la nomination par le roi d’un des candidats présentés par la ville : désormais, il n’y a que des nobles proposés et choisis ; écuyers, chevaliers, militaires en retraite se taillent une belle part. Mais la pénétration de la noblesse parmi les échevins et les conseillers de ville est également remarquable : il n’y a que six bourgeois parmi les vingt conseillers61. Dax a ainsi à sa tête une administration municipale dominée de longue date par la noblesse ; elle n’a pas pour autant bénéficié, semble-t-il, d’une gestion plus éclairée de l’urbanisme : elle est en décalage constant avec Bayonne pour tout ce qui concerne la voirie, les fontaines, l’éclairage ou la lutte contre les incendies62. Faut-il alors retenir la taille de la ville pour l’expliquer, ou ses fonctions, ou le rôle de ses élites ?

  • 63 J. Pontet-Fourmigué, ouvrage cité, p. 627.
  • 64 Archives municipales Bayonne. BB 102, BB 105 par exemple.
  • 65 Ibidem, BB 103.
  • 66 Liste des maires donnée dans Histoire de Bayonne, sous la direction de J. Pontet, Toulouse, Privat (...)
  • 67 Par exemple Jean Louis Rol Montpellier en 1724, (archives municipales Bayonne, BB 44).
  • 68 Ainsi l’exemple du conflit avec Jean de Lacroix qui refuse de payer les droits d’entrée des vins d (...)

40À Bayonne, il est de notoriété que les négociants dominent le corps de ville : en 1758, il y a cinq négociants sur sept magistrats qui composent celui-ci, et ils sont également bien représentés à la charge de maire, soit que celle-ci soit élective, soit qu’elle soit à la nomination du roi, en fonction des oscillations de la politique royale en la matière63. On sait néanmoins que beaucoup de ces négociants ont été anoblis par charge ou par le roi. Leur attitude à l’égard du pouvoir municipal fut mitigée : on voit les nouveaux anoblis comme Lacroix, Picot, Vanduffel, ou Rol Montpellier par exemple, refuser d’exercer la charge d’échevin64. En revanche, aucun n’a vraiment refusé la charge de maire lorsqu’ils y furent nommés ou élus. Jean Baptiste Dusault, qui obtint en juillet 1721 des lettres de confirmation de noblesse et nouvel anoblissement en tant que besoin, acquit lui-même l’office de maire alternatif ; la politique de la ville étant celle du rachat des charges, il accepte de la vendre à la commune, mais veut faire la meilleure affaire possible : il faut la pression du contrôleur général pour qu’il accepte finalement de la céder pour 63 000 livres avec un bénéfice intéressant, après une assez longue négociation65. Au total une dizaine de maires ou premiers échevins appartiennent à la noblesse sur la trentaine qui se succèdent au cours des années 1725-1789, mais presque tous étaient encore alliés avec le monde du négoce dont beaucoup étaient sortis depuis peu66. Certains comme Alexandre de Nogué firent d’importantes avances à la ville pour notamment l’acquisition des offices municipaux. Ils se montrèrent plutôt éclairés dans leur gestion, mais certains suscitaient aussi des oppositions assez vives, comme Léon Brethous qui cherche à introduire à Bayonne les jésuites dont la ville ne voulait absolument pas. Tous entendaient, échevins ou maire, faire prévaloir leur préséance en tant que nobles dans le corps de ville67 et en toutes occasions, ce qui n’alla pas toujours sans contestation. Les échevins restés roturiers paraissent ne pas avoir toujours facilement accepté le changement de statut de certains et les privilèges qui allaient avec68.

  • 69 J. Pontet, « Une reine en exil : Marie Anne de Neubourg à Bayonne (1706-1738) », dans Mélanges J.- (...)

41À tous les niveaux, la noblesse dans sa diversité est bien présente dans les villes de la France méridionale. Elle y compte par sa richesse, même si tous ses membres sont loin d’être dans l’opulence comme les parlementaires bordelais, par les pouvoirs qu’elle exerce ou qu’elle représente, par le rôle moteur qu’elle joue dans la consommation et la diffusion de nouveaux modes de vie, plus que par la part qu’elle a dans la population qui reste très minoritaire. Sans être coupée des autres, elle a tendance néanmoins à se regrouper dans l’espace urbain, donnant ainsi à certains quartiers une claire lisibilité de sa présence : celle-ci, particulièrement dans les villes parlementaires, s’inscrit ostensiblement dans le paysage par les hôtels qu’elle y construit ou l’importance des maisons qu’elle habite. Il ne faut cependant pas la voir coupée de la campagne : tous les nobles ont une ou plusieurs adresses rurales : leurs gentilhommières ou leurs châteaux ont parfois ou souvent des agréments comparables à leurs résidences urbaines. Dans une ville enserrée dans ses murs comme l’est Bayonne, ce sont les résidences de campagne qui s’égrènent tout autour, le long de l’Adour en particulier, qui offrent les meilleures possibilités pour la vie de relation et les plaisirs de la conversation ou de la musique : la reine Marie Anne de Neubourg, en exil à Bayonne de 1706 à 1738, s’y installait avec plaisir y goûtant une réelle douceur de vivre69.

Notes

1 Cité dans C. Desplat, Pau et le Béarn au XVIIIe siècle, 2 tomes, Anglet, Atlantica, 1992, p. 342.

2 Cité dans M. Figeac, La douceur des Lumières. Noblesse et art de vivre en Guyenne au XVIIIe siècle, Bordeaux, Mollat, 2001, p. 272.

3 Nous mettons à part Montpellier qui, pour n’être pas une ville parlementaire, était le siège de cours souveraines importantes.

4 B. Lepetit, Les villes dans la France moderne, 1740-1840, Paris, Albin Michel, 1988, p. 153.

5 M. Marraud, La noblesse de Paris au XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 2000.

6 Ibidem, p. 52-53.

7 J. Chevé, citée par M. Combet, Jeux des pouvoirs et familles. Les élites municipales à Bergerac au XVIIIe siècle, F.H.S.O., 2003, p. 165.

8 M. Figeac, ouvrage cité, p. 226.

9 Voir la carte donnée pour la densité de la noblesse de la généralité de Bordeaux à la fin du XVIIIe siècle, par M. Figeac, ouvrage cité, p. 21.

10 Voir dans le présent ouvrage, p. 17, la contribution de Michel Nassiet présentée à ce colloque ou encore son article « Le problème des effectifs de la noblesse dans la France du XVIIIe siècle » dans Traditions et innovations dans la société française du XVIIIe siècle, Paris, 1995.

11 M. Figeac, L’automne des gentilshommes. Noblesse d’Aquitaine, noblesse française au siècle des Lumières, Paris, Champion, 2002, p. 61.

12 C. Desplat, ouvrage cité, p. 532.

13 M. Cubbels, La Provence des Lumières. Les parlementaires d’Aix au XVIIIe siècle, Paris, Maloine, 1981, p. 31-35.

14 F.-J. Ruggiu, Les élites et les villes moyennes en France et en Angleterre (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, L’Harmattan, 1997.

15 M. Figeac, L’automne des gentilshommes, ouvrage cité.

16 R. Marconis, Toulouse dans Atlas historique des villes de France, Paris, Hachette, 1996, p. 236-242.

17 Bulletin Société Sciences Lettres et Arts de Bayonne, Inventaire sommaire des archives notariales bayonnaises par J.B. Daranatz, 1934-1935.

18 H. Lamant, Armorial de Bayonne, Pays Basque et Sud Gascogne, Bayonne, 1981, p. 248-250.

19 M. Marraud, ouvrage cité, p. 74.

20 J.B. Daranatz, Inventaire sommaire..., ouvrage cité, p. 39, étude Delissalde Loustalet, 1749.

21 M. Figeac, L’automne des gentilshommes, ouvrage cité, p. 249.

22 Archives départementales Gironde, C 2700.

23 C’est ce que souligne Michel Figeac dans ses différents ouvrages par exemple L’automne des gentilshommes, p. 227.

24 C. Le Mao, Chronique du Bordelais au crépuscule du Grand Siècle : le Mémorial de Savignac, Bordeaux, PUB, 2004.

25 R. Baury, « L’ubiquité nobiliaire aux XVIIe et XVIIIe siècles » dans La Noblesse de la fin du XVIe au début du XXe siècle. Un modèle social ? Anglet, Atlantica, 2000, p. 133-156.

26 Archives départementales Pyrénées-Atlantiques, B 8495.

27 Il ne s’agit pas là d’un exemple isolé. M. Marraud souligne l’attractivité très grande de Paris, notamment sur les femmes, ouvrage cité, p. 52.

28 Parmi, citons les Rol, Picot, Lacroix, Visnich, Vanduffel, Brethous.

29 F.-X. Emmanuelli, Vivre à Marseille sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, 1999, p. 12.

30 M. Figeac, ouvrage cité, p. 227-228.

31 . M. Marraud, ouvrage cité, p. 31.

32 J. Pontet, « Le recensement de 1730 à Bayonne », Société Sciences Lettres et Arts de Bayonne, 1973, p. 169-209.

33 Encore faut-il remarquer que la thèse qu’a soutenue Stéphane Minvielle sur Le comportement démographique des élites bordelaises, (Université de Bordeaux 3, 2003, à paraître), montre que les nobles avaient encore des descendances assez nombreuses dans les premières décennies du XVIIIe siècle, et à coup sûr les négociants, dont un certain nombre de nos familles sont issues.

34 C. Desplat, ouvrage cité, p. 408. Il ne précise pas cependant s’il s’agit de la moyenne générale, ce qui est probable, ou si elle ne concerne que les couples féconds.

35 Avec une douzaine de familles nobles de plus ou moins cinq/six personnes et pour une population comprise entre 2 500 et 3 000 habitants.

36 Histoire de Bordeaux, Bordeaux au XVIIIe siècle, sous la direction de F.-G. Pariset, Bordeaux, Féret, 1968, p. 53.

37 M. Figeac, La douceur des Lumières, ouvrage cité, p. 26.

38 C. Desplat, ouvrage cité, p. 490-495.

39 M. Figeac, La douceur des Lumières, tableaux p. 286-287.

40 J. Pontet-Fourmigué, Bayonne, un destin de ville moyenne à l’époque Moderne, Anglet, Atlantica, 1990, p. 605.

41 Histoire de Bordeaux, ouvrage cité. Sur les dots à Pau, voir C. Desplat, ouvrage cité, p. 547-549.

42 M. Figeac, La douceur des lumières, ouvrage cité, p. 28.

43 C. Desplat, ouvrage cité, p. 476.

44 Histoire de Marseille, sous la direction d’E. Baratier, Privat, 1987, p. 263.

45 M. Figeac, ouvrage cité, p. 95 et suivantes.

46 Atlas historique des villes de France, Toulouse, article cité, p. 238-239

47 M. Cubbels, ouvrage cité, p. 322.

48 Atlas historique des villes..., Marseille, p. 180.

49 C. Desplat, ouvrage cité, p. 558-561.

50 Archives municipales Bayonne, DD 121-148 et J. Pontet-Fourmigué, ouvrage cité, p. 347 et suivantes.

51 Ibidem, CC 150.

52 M. Figeac, L’automne des gentilshommes, ouvrage cité, p. 230-231.

53 Atlas historique des villes de France, Toulouse, ouvrage cité.

54 C. Desplat, ouvrage cité, p. 558.

55 F.-X. Emmanuelli, ouvrage cité, p. 48-50-52-54.

56 Histoire de Pau, sous la direction de P. Tucoo-Chala Privat, 1989, p. 65.

57 C. Desplat, ouvrage cité, p. 1249.

58 L. Coste. « Les jurats nobles bordelais pendant le Grand Siècle (1589-1755) dans La Noblesse de la fin du XVIe au début du XXe siècle, un modèle social ? » Anglet, Atlantica, 2002, p. 145-166.

59 M. Taillefer, Vivre à Toulouse sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, 2000, p. 60-84.

60 M. Combet, ouvrage cité.

61 J. Pontet, « Officiers et corps de ville à Dax au XVIIIe siècle », dans Les officiers « moyens » à l’époque moderne, Limoges, PULIM, 1999, p. 97-120.

62 J. Pontet, « La modernisation urbaine à Dax au XVIIIe siècle » dans Bulletin de la Société de Borda, 2e trimestre 1988, p. 174-185.

63 J. Pontet-Fourmigué, ouvrage cité, p. 627.

64 Archives municipales Bayonne. BB 102, BB 105 par exemple.

65 Ibidem, BB 103.

66 Liste des maires donnée dans Histoire de Bayonne, sous la direction de J. Pontet, Toulouse, Privat, 1992.

67 Par exemple Jean Louis Rol Montpellier en 1724, (archives municipales Bayonne, BB 44).

68 Ainsi l’exemple du conflit avec Jean de Lacroix qui refuse de payer les droits d’entrée des vins de son cru « se disant secrétaire du roi » (ibidem, BB 79). La ville est condamnée à lui rembourser les droits perçus (406 livres), (ibidem, CC 621).

69 J. Pontet, « Une reine en exil : Marie Anne de Neubourg à Bayonne (1706-1738) », dans Mélanges J.-F. Labourdette, Paris, PUPS, 2005, p. 257-282.

Table des illustrations

Titre Carte 1 - Répartition de la noblesse bordelaise à la fin de l’Ancien Régime
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17725/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Carte 2 - Dispersion des élites nobiliaires d’après le recensement de 1730 à Bayonne
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17725/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Carte 3 - Répartition des nobles par rues en pourcentage à Bayonne
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17725/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 499k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search