Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre II - Pouvoirs et idéologies

Du pacifisme de la noblesse polonaise dans la première moitié du xviie siècle

Maciej Serwański

Texte intégral

  • 1 Pour les attitudes pacifiques des Polonais un rôle important appartenait à la tradition de la tolé (...)

1Le XVIIe siècle, à la différence de celui qui le suit, est considéré en Pologne comme une époque de paix. Les Polonais ne faisaient pas alors de longues guerres. Les relations avec l’ordre des Chevaliers Teutoniques furent réglées en 1525 par le serment d’allégeance de leur grand maître à la Pologne. Dans les années 1530 finirent les guerres avec la Moldavie et la Moscovie. La Pologne, en tant que premier État chrétien, conclut en 1533 une paix « perpétuelle » avec la Turquie. Il est bien vrai que dans la seconde moitié du XVIe siècle eurent encore lieu des conflits, suivis d’une guerre avec la Russie, mais cela ne change pas cette image générale d’un siècle pacifique1. C’était aussi la période de la formation du système institutionnel de la Pologne, la République des Deux Nations, comme on appelait l’État polono-lituanien si étendu.

2La noblesse occupait dans cette monarchie spécifique une place particulière. Les privilèges qu’elle avait acquis au long des décennies, réduisirent le rôle du roi et firent en sorte qu’on appela cette confédération polono-lituanienne la République nobiliaire, ou encore la République présidée par le roi, à cause de son système institutionnel de démocratie nobiliaire. Rappelons que la noblesse y était exceptionnellement nombreuse et comptait jusqu’à 8 à 10 % de toute la population.

  • 2 Voir les synthèses de l’histoire de la Pologne moderne publiées récemment : Wielka historia Polski (...)

3Parmi les principaux objectifs de la noblesse il y eut la sauvegarde des privilèges acquis qui limitaient le pouvoir royal. Certes les monarques successifs essayèrent de renforcer la position du roi, pour améliorer le fonctionnement de l’État, affaibli par les intérêts particuliers de la noblesse. De telles aspirations royales furent traitées d’attentats contre la « liberté dorée » nobiliaire. Cette rivalité de pouvoir entre le trône et la noblesse revient tout au long de l’histoire de la République ancienne2.

  • 3 A. Wolowski, La vie quotidienne en Pologne au XVIIe siècle, Paris, Hachette, 1972, p. 56.

4La formation de la silhouette typique du noble polonais et du modèle – ou plutôt de l’idéal – de la vie nobiliaire était aussi bien caractéristique. Les Polonais se croyaient descendants des habitants de la Sarmatie ancienne, venus de l’Asie centrale entre le Don et la Mer Caspienne, dans laquelle le Sarmate était guerrier et laboureur. En pratique cependant, cette première fonction n’était pas traitée de primordiale, et le noble polonais voyait son explication justement dans l’époque ancienne. Dans son livre sur la vie quotidienne dans la Pologne du XVIIe siècle, Alexandre Wolowski fit de très justes remarques à ce sujet. Il affirma tout d’abord le fait généralement connu que dans les régions du Centre et de l’Ouest de la République « il y avait longtemps que les anciens chevaliers s’étaient transformés en campagnards casaniers, dont l’unique préoccupation consistait à faire valoir leurs terres ». Il ajoute : « on aurait donc pu croire que le sarmatisme allait perdre un de ses éléments constitutifs, qu’il resterait vidé de sa signification traditionnelle ». Wolowski insiste sur le fait que l’instruction classique des gentilshommes polonais « leur servit, une fois de plus, à justifier leur quiétisme rural sans renoncer aux privilèges réservés jadis aux défenseurs de la patrie. Férus d’histoire romaine, ils se saisirent avec empressement d’un exemple fameux, d’un précédent illustre, celui de Cincinnatus ». Et ensuite il écrit, non sans une certaine emphase : « Mais bien sûr, Cincinnatus ! Ce héros de la Rome républicaine avait-il hésité à troquer allégrement sa charrue pour l’épée quand la patrie avait été en danger ? Et, lorsqu’il en eut chassé les ennemis, ne s’était-il pas remis avec une simplicité auguste à labourer le champ paternel ? Cette trouvaille faisait de chaque Polonais – chaque noble s’entend – un Cincinnatus en puissance. Si son devoir patriotique le réclame, le gentilhomme est toujours prêt à verser son sang pour la Pologne, la sainte foi catholique et romaine. Mais en attendant – et beaucoup attendirent toute leur vie – il se contentera d’exploiter tranquillement ses champs, ses forêts, ses étangs et aussi, hélas ! ses paysans. Cet amour de la terre se superpose aux vertus guerrières puis les remplace insensiblement » constate Wolowski3.

  • 4 J. Wimmer, « Wojsko », dans Polska XVII wieku. Państwo-społeczeństwo-kultura, J. Tazbir (dir.), Wa (...)

5Il faut ajouter ici que le noble polonais était convaincu qu’il existait d’importantes différences entre une guerre défensive et une guerre offensive. Il était prêt plus facilement à subventionner une armée défendant l’État devant l’ennemi et même à prendre part à une telle guerre que d’accepter une campagne offensive « inutile ». Il est à noter cependant que devant le vote des impôts pour l’armée, la noblesse du Sud-Est de la République – celle des terres réellement menacées par les Tartares, les Russes ou Turcs – ne résista pas autant que celle de la Grande ou de la Petite Pologne, où le danger de guerre n’existait pratiquement pas au cours de la première moitié du XVIIe siècle4.

  • 5 Voir J. Tazbir, Kultura szlachecka w Polsce, Poznań 1998, p. 19-23 et 82-84.

6Les occupations et les attraits de la vie champêtre étaient glorifiés par la littérature de l’époque, ce que légitimait davantage le contexte idéologique du pacifisme de la noblesse polonaise5.

  • 6 J. Wimmer, ouvrage cité, p. 173-175.
  • 7 A. Wolowski, ouvrage cité, p. 308.
  • 8 Ibidem, p. 308-309. Voir aussi J. Wimmer, ouvrage cité, p. 161-162.

7Il faut cependant revenir au contexte politique de cette attitude. Dans la confédération polono-lituanienne le roi était le chef suprême de l’armée, ce qui, aux yeux de la noblesse, signifiait un danger potentiel du renforcement de son pouvoir. Et même plus encore : chaque nouvelle guerre provoquait le besoin d’agrandir l’armée, c’est-à-dire de voter pour elle des impôts nécessaires. En conséquence, ces décisions-là restant entre les mains de la noblesse, elles provoquaient chez elle une grande aversion et donnaient lieu à une résistance acharnée6. Dans cette situation, « la disproportion entre l’étendue du territoire, la multiplicité des fronts exposés aux invasions, et la modicité des effectifs militaires chargés de défendre le pays »7 fut bien visible. Citons encore une fois Wolowski qui, de façon brève et juste, présenta la spécificité générale de la situation militaire de la République nobiliaire au XVIIe siècle : « le principe d’une armée fondée sur la levée en masse de la noblesse avait été définitivement abandonné sous le règne de Bathory, à la fin du siècle précédent, l’arrière-ban n’était désormais plus convoqué que dans des circonstances exceptionnelles et jamais dans toute la Pologne mais dans telle ou telle province ou voïvodie. On l’avait remplacé par l’armée de métier dite « royale » et payée depuis 1563 par le quart des revenus des domaines de la Couronne. C’est pourquoi ces troupes étaient communément appelées les kwarciani et commandées par l’hetman de camp ou l’hetman général. En tant de paix [sic !], la plupart des régiments royaux se trouvaient cantonnés dans les régions du Sud-Est, occupés à chasser les incursions tartares ou à pacifier les cosaques [...]. En principe, la kwarta était censée suffire à équiper et entretenir quelque dix mille hommes pour un territoire de presque un million de kilomètres carrés. Et les revenus des biens de la couronne ne rentraient habituellement qu’au compte-gouttes au trésor de Sa Majesté, les starostes et fermiers des domaines royaux manquant trop souvent d’enthousiasme pour s’acquitter ponctuellement de leurs échéances »8.

8Il y eut encore une raison à cette aversion de la noblesse polonaise contre les guerres menées par la République. Après la mort en 1572 du roi Sigismond-Auguste et l’extinction de la dynastie des Jagellon, le trône polonais devint de facto électif et il fut occupé désormais par des monarques venus de l’étranger. Les seigneurs polonais pouvaient s’apercevoir qu’il y avait désormais une divergence d’intérêts beaucoup plus forte qu’à l’époque jagellone dans la politique extérieure de la République. À côté de ceux propres à l’État polono-lituanien, et souvent en contradiction avec eux, se placèrent les intérêts dynastiques des monarques élus sur le trône polonais.

9Tout commença par la fuite d’Henri de Valois qui quitta Cracovie en cachette pour pouvoir prendre possession du trône de France. Son successeur, Etienne Bathory, en tant que prince de Transylvanie, cherchait la guerre contre la Turquie. Dans l’historiographie, il y a jusqu’à aujourd’hui une discussion pour savoir si sa guerre contre la Moscovie (1579-1582) fut le prélude à ces projets. Enfin, vinrent les Vasa comme monarques en Pologne ; la branche catholique de cette dynastie régnait dans la République nobiliaire dans les années 1587-1668. Détrônés dans la Suède protestante, ils aspiraient à recouvrer leur couronne, but à leurs yeux prioritaire, plus important que les intérêts de la Pologne et de la « nation nobiliaire ». Ce fut justement l’origine du déclenchement en 1600 de la guerre entre la République et la Suède, soit le début de la phase des conflits militaires de la Pologne sur différents fronts au XVIIe siècle.

  • 9 On peut se référer ici aux synthèses de l’histoire de la Pologne moderne citées ci-dessus. Voir au (...)
  • 10 J. Maciszewski, Szlachta polska i jej państwo, Warszawa, 1986, p. 178-196.

10Il ne nous appartient pas de relater ici les événements politiques ultérieurs liés à l’histoire de la République nobiliaire dans la première moitié du XVIIe siècle9. Le plus important est le fait que les attitudes nobiliaires exposées ci-dessus se trouvèrent, dès le début de ce siècle, confrontées avec ce que les Polonais essayaient d’éviter jusqu’alors : la guerre. En même temps, la structure de l’état de noblesse changea dans la monarchie du premier Vasa, Sigismond III. Le système de la démocratie nobiliaire et parlementaire se transformait en système de clientèle, avec le patronat des magnats. Les grandes familles, profitant de leurs liens avec la moyenne et la petite noblesse appauvrie et dépendante, commencèrent à mener leur propre politique. Les intérêts expansionnistes des magnats devinrent une occasion pour une partie de la petite noblesse de tirer profit de la guerre, ou tout simplement de chercher la chance d’une amélioration de leur situation matérielle. Cependant, pour la majorité des nobles, les idéaux pacifiques, liés à l’idéologie, et la réalité politique restaient d’actualité. Cette conviction fut renforcée par le fait que pratiquement toutes les guerres de la République nobiliaire au cours des deux premières décennies du XVIIe siècle eurent un caractère offensif10.

  • 11 M. Markiewicz, ouvrage cité, p. 459.
  • 12 J. Topolski, Polska w czasach nowożytnych. Od środkowoeuropejskiej potęgi do utraty niepodległości (...)

11Au moment du déclenchement du conflit avec la Suède s’enflammèrent les relations polono-turques suite à l’intervention polonaise en Moldavie. Les magnats continuèrent l’expansion dans cette direction aussi au cours des années suivantes. Dans les années 1604-1619 en revanche, la République s’engagea dans les affaires russes, ce qui conduisit – conséquence des intérêts des magnats et du roi Sigismond III – à l’intervention armée de la Pologne contre la Russie. Ce n’était que la menace du succès des négociations suédo-moscovites qui persuada les députés à la Diète de voter les impôts pour cette guerre11, mais dans sa dernière phase la Diète, tout comme le Sénat, refusèrent déjà leur appui pour les opérations en cours. La trêve avec la Russie conclue en 1619 à Deoulino signifiait en réalité que la Pologne renonçait aux projets de la conquête de la Russie, et ce fut donc un tournant dans l’expansion polonaise vers l’Est12.

12L’opposition des nobles aux essais du renforcement du pouvoir royal, entre autres par l’agrandissement et la réorganisation de l’armée régulière, trouva son expression la plus spectaculaire dans la sédition nobiliaire dite Zebrzydowski (du nom du voïévode de Cracovie) dans les années 1606-1607. Suite à ce mouvement, l’idée de l’équilibre dans le système institutionnel de la République entre le roi, le Sénat et la Diète fut maintenue.

13L’impopularité dans les milieux nobiliaires de la politique extérieure de Sigismond III Vasa (guerres avec la Suède, alliance avec les Habsbourg, 1613) eut pour effet que lui seul, en son propre nom (mais avec l’accord du Conseil du Sénat), et non pas la République, prêta en 1619 son appui militaire à l’empereur Ferdinand Habsbourg, assiégé à Vienne par Gabor Bethlen. C’est à cette intervention contre un vassal du sultan, à la politique pro-habsbourgeoise du roi et enfin aux expéditions des seigneurs polonais en Moldavie que l’on imputa le déclenchement en 1620 de la guerre polono-turque. Son déroulement dramatique s’acheva un an plus tard par une paix qui ne résolut pas pour autant les principaux différends polono-turcs.

  • 13 M. Serwański, « Francja wobec kwestii wojny i pokoju w stosunkach polsko-szwedzkich w pierwszej po (...)
  • 14 Ibidem, « La neutralité de la Pologne pendant la guerre de Trente ans » dans L’Europe des traités d (...)
  • 15 Ibidem, Francja wobec Polski w dobie wojny trzydziestoletniej (1618-1648), Poznań, 1986, passim.

14L’attitude pacifique de la noblesse joua un rôle important dans les relations polono-suédoises13, et plus largement, dans la position de la République nobiliaire envers la guerre de Trente Ans14. Les Polonais ne voulaient pas que leur État fût mêlé au conflit européen, ils montraient leur réserve vis-à-vis des relations des Vasa successifs – Sigismond III et Ladislas IV – avec la politique de Vienne. Cette attitude de la noblesse facilita les démarches des pays du bloc anti-habsbourgeois, et notamment la France, pour que la République – qui était alors une force importante en Europe – garde sa neutralité face à la guerre. Ce fut notamment grâce à la France – profitant habilement de cette divergence des intérêts entre le roi et la noblesse – que l’on parvint, en vertu des deux trêves consécutives (Altmark, 1629 ; Stuhmsdorf, 1635), à cesser la guerre polono-suédoise. Ainsi, selon les intentions du cardinal de Richelieu, l’armée suédoise était enfin libre de se battre contre l’Empereur15.

15Toutefois, au début du règne de Ladislas IV, la République fut obligée de défendre son territoire sur d’autres fronts : contre la Russie (1633-1634) et contre la Turquie (1633). Ces deux guerres, sans pertes majeures pour la Pologne, finirent en 1634 par des traités de paix. Ils ne garantissaient cependant pas une paix durable. La menace permanente d’un conflit militaire contre la Suède, la Russie, la Turquie, le problème cosaque s’aggravant en Ukraine, constituèrent des facteurs qui influencèrent considérablement l’aversion de la noblesse polonaise pour chaque démarche politique tendant vers la nécessité du conflit militaire.

16C’est dans ce contexte qu’il faut penser le fait qu’au cours du règne de Ladislas IV la Diète parvint à obtenir le droit de contrôler le Sénat et le roi. Et malgré les réformes militaires profondes du souverain, elles restèrent fragiles puisque le roi n’avait pas réussi à persuader la noblesse de faire un plus grand effort financier.

17Même si l’on définit le XVIIe siècle comme l’époque des guerres permanentes de la République, il faut remarquer que, dans les années 1634-1648, la Pologne vit une période dite de « la paix dorée ». Heureusement, elle ne fut pas bouleversée par les projets de guerre contre la Turquie, avancés entre 1645 et 1646 par Ladislas IV, desseins qui provoquèrent une opposition générale. En conséquence, la constitution de la Diète de 1646 ordonnait de licencier toutes les troupes déjà levées et confirmait en même temps la loi interdisant au roi de recruter des soldats, d’entamer la guerre et de conclure des alliances sans l’accord de la Diète.

18L’année 1648 apporta un changement important de la situation politique dans la confédération polono-lituanienne et constitua la césure finale pour notre sujet. Au début de cette année commença en Ukraine l’insurrection des cosaques sous le commandement de Bohdan Chmielnicki. En mai, Ladislas IV étant mort, l’État entra dans une période d’interrègne, heureusement de courte durée et qui finit par l’élection au trône du demi-frère du roi décédé, Jean-Casimir Vasa. L’époque de paix s’acheva cependant et la période des guerres longues, destructrices et menées sur le territoire même de la République, commença.

  • 16 M. Markiewicz, ouvrage cité, p. 145-146. Voir J. Wimmer, ouvrage cité, p. 162-165.

19La noblesse polonaise fut obligée de défendre l’État. Le mythe du Sarmate imposait désormais de lutter non seulement pour la République, ce pays idéal de la démocratie nobiliaire, mais aussi contre les protestants, les orthodoxes, les musulmans, pour la foi catholique identifiée aux Polonais16. Les traits particuliers du pacifisme de la noblesse polonaise de la première moitié du XVIIe siècle perdirent l’essentiel de leur importance. Il fallait se référer de nouveau, mais cette fois-ci en pratique, aux vertus guerrières des Sarmates anciens.

Notes

1 Pour les attitudes pacifiques des Polonais un rôle important appartenait à la tradition de la tolérance religieuse vis-à-vis des « étrangers » qui remontaient au XIVe siècle. Voir Zob. J. Tazbir, « Wobec zagadnień wojny i pokoju », dans Myśl polska w nowożytnej kulturze europejskiej, Warszawa, 1986, p. 9-33.

2 Voir les synthèses de l’histoire de la Pologne moderne publiées récemment : Wielka historia Polski, tome II, part 2 ; S. Grzybowski, Dzieje Polski i Litwy (1506-1648) et tome III, part 1 ; J.A. Gierowski, Rzeczpospolita w dobie złotej wolności (1648-1763), Kraków-Warszawa, 2003 ; ainsi que W. Markiewicz, Historia Polski 1492-1795, Kraków, 2004.

3 A. Wolowski, La vie quotidienne en Pologne au XVIIe siècle, Paris, Hachette, 1972, p. 56.

4 J. Wimmer, « Wojsko », dans Polska XVII wieku. Państwo-społeczeństwo-kultura, J. Tazbir (dir.), Warszawa, 1969, p. 151-152 ; Z. Kuchowicz, Człowiek polskiego baroku, Łódź, 1992, p. 146-147 ; M. Markiewicz, ouvrage cité, p. 145.

5 Voir J. Tazbir, Kultura szlachecka w Polsce, Poznań 1998, p. 19-23 et 82-84.

6 J. Wimmer, ouvrage cité, p. 173-175.

7 A. Wolowski, ouvrage cité, p. 308.

8 Ibidem, p. 308-309. Voir aussi J. Wimmer, ouvrage cité, p. 161-162.

9 On peut se référer ici aux synthèses de l’histoire de la Pologne moderne citées ci-dessus. Voir aussi Z. Wójcik, « Międzynarodowe położenie Rzeczypospolitej », dans Polska XVII wieku, ouvrage cité, p. 13-28 et H. Wisner, Rzeczpospolita Wazów. Czasy Zygmunta III i Władysława IV, Warszawa, 2002.

10 J. Maciszewski, Szlachta polska i jej państwo, Warszawa, 1986, p. 178-196.

11 M. Markiewicz, ouvrage cité, p. 459.

12 J. Topolski, Polska w czasach nowożytnych. Od środkowoeuropejskiej potęgi do utraty niepodległości (1501-1795), Poznań, 1994, p. 245.

13 M. Serwański, « Francja wobec kwestii wojny i pokoju w stosunkach polsko-szwedzkich w pierwszej połowie XVII wieku », dans Pax et bellum, K. Olejnik (dir.), Poznań, 1993, p. 207-218.

14 Ibidem, « La neutralité de la Pologne pendant la guerre de Trente ans » dans L’Europe des traités de Westphalie. Esprit de la diplomatie et diplomatie de l’esprit, L. Bély (dir.), Paris, PUF, 2000, p. 135-145.

15 Ibidem, Francja wobec Polski w dobie wojny trzydziestoletniej (1618-1648), Poznań, 1986, passim.

16 M. Markiewicz, ouvrage cité, p. 145-146. Voir J. Wimmer, ouvrage cité, p. 162-165.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540