Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre II - Pouvoirs et idéologies

Des mots à la mode... Un discours nobiliaire à la fin du règne de Louis XIV

François-Joseph Ruggiu

Texte intégral

Delphine Denis a eu l’amabilité de me guider dans la bibliographie consacrée aux épigones de Vaugelas et a bien voulu relire ce texte. Je lui en suis très reconnaissant.

1L’analyse présentée ici part de l’idée que la noblesse à l’époque moderne peut ne pas être comprise seulement comme un groupe social dont l’historien aurait pour mission de décrire la manière dont les membres s’inséraient politiquement, économiquement ou culturellement dans la société de l’époque moderne. La noblesse constitue aussi un mode de relation entre les hommes et être ou ne pas être noble inscrit les individus dans l’un des nombreux rapports de domination qui structuraient la société d’Ancien Régime et qui donnaient à une minorité un ascendant protéiforme sur une majorité. Le pouvoir du maître sur l’apprenti ou sur l’ouvrier, le pouvoir du chef de feu sur ses dépendants, ou le pouvoir de l’homme sur la femme ressortissent, entre autres, de cette même définition.

  • 1 P. Veyne, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?, Paris, Seuil, 1983, p. 67.

2Ces rapports évoluent dans le temps et ils doivent en permanence s’adapter aux changements des conditions socio-économiques et culturelles du monde social dont ils sont partie prenante. Ils doivent également être sans cesse légitimés auprès des acteurs sociaux d’une manière plus ou moins ouverte selon leur degré d’acceptation et plus ou moins puissante selon leur degré d’intériorisation. Pour fonctionner, il faut, en effet, qu’ils recueillent l’adhésion non seulement de ceux qui en bénéficient mais aussi, et surtout, de ceux qui n’en bénéficient pas. Le processus de légitimation tel que je le définis ici n’est cependant pas un prétexte qui dissimulerait des intérêts socio-économiques de classe : il n’est généralement pas – même s’il l’est parfois ou s’il peut être présenté ainsi – le fruit d’une réflexion consciemment hypocrite, ne serait-ce que parce qu’il oblige souvent les bénéficiaires de ce processus à se conformer à la norme qu’ils ont eux-mêmes édictée ou que d’autres tentent d’édicter pour eux. Comme l’a rappelé Paul Veyne, les hommes cherchent autant à mettre « leurs croyances en accord avec leurs paroles » que l’inverse1.

  • 2 Sur la notion de noblesse et sur les discours sur la noblesse, voir, entre autres, les travaux d’A (...)
  • 3 Pour une introduction commode à l’histoire des langages, voir J.G.A. Pocock, « Texts as Events : R (...)
  • 4 R. Mousnier, « Les concepts d’“ordre”, d’“états”, de “fidélité” et de “monarchie absolue” en Franc (...)

3Le processus de légitimation d’un rapport donné de domination se réalise – tant bien que mal car il s’agit souvent de bricolage – à travers les discours qui le posent, qui le valident ou même qui le contestent2. Le terme de « discours » ne renvoie pas ici forcément à une prise de parole, orale ou imprimée, explicitement destinée à présenter une conception de la noblesse comme l’est, par exemple, un traité nobiliaire. Il ne fait pas non plus écho à la notion de « langages » au sens établi par John Pocock ou Quentin Skinner car il me semble important de préciser ici que ce travail ne se situe pas dans une perspective d’histoire des idées3. Par « discours », j’entends plutôt l’ensemble des textes qui utilisent la notion de noblesse sans chercher forcément à la définir ou à la déplacer mais qui nous disent cependant quelque chose sur elle et je me situe dans une perspective d’histoire sociale au sens où Roland Mousnier estimait que l’historien ne peut se passer des notions à l’aide desquelles la société d’une époque pensait sa réalité4. Les nobles existaient évidemment en dehors des discours, même si l’on pourrait défendre l’idée que les actes qu’ils accomplissent, ordinaires ou extraordinaires, étaient aussi des discours sur soi, mais la noblesse, elle – comprise comme l’ensemble des traits culturels que partageaient les nobles et que leur reconnaissait l’ensemble de la population – ne se définissait que dans les discours et cette définition a évolué sans cesse au cours de la période moderne.

  • 5 G. A. de la Roque, Le traité de la noblesse et de ses différentes espèces, Paris, Mémoire et Docum (...)
  • 6 Sur Claude Barbin, voir C. Reed, Claude Barbin, libraire de Paris sous le règne de Louis XIV, Genè (...)
  • 7 François de Callières connaît aujourd’hui une popularité planétaire grâce à un autre de ses ouvrag (...)

4Le cadre d’analyse que je viens d’essayer de poser dépasse bien sûr les limites d’un simple article et je voudrais me contenter ici de montrer, à travers un exemple précis, la multiplicité des lieux où pouvait s’exprimer une définition de la noblesse et la diversité des manières de définir la noblesse comme rapport entre les hommes qui ont pu exister au cours de l’époque moderne. Certaines ont été retenues par le corps social, au terme de processus historiques que l’historien doit justement analyser, aux dépens d’autres, pourtant esquissées un temps. Le texte que j’ai choisi n’a, en principe, rien à voir avec un essai sur la noblesse ou avec un traité nobiliaire comme les travaux de Gilles André de La Roque ou de Claude François Ménestrier5. C’est d’ailleurs bien en cela qu’il est intéressant. Il s’agit d’un livre intitulé Des Mots à la mode et des nouvelles façons de parler avec des observations sur diverses manières d’agir et de s’exprimer. Il est paru en 1692 à Paris chez Claude Barbin et il a connu un nombre considérable de rééditions dans les années 1690 : trois à Paris chez le même éditeur en 1692, 1693 et 1694 ; trois à La Haye, chez A. Troyel, en 1692, 1693 et 1697 ; deux à Lyon, en 1693, chez Hilaire Baritel et Thomas Amaulry, et, enfin, une en 1698 chez Michel Brunet. C’est donc à juste titre que l’avertissement du Libraire à la troisième édition fait état du « grand succès » remporté par l’ouvrage dont selon lui témoignent non seulement la nécessité d’en donner une nouvelle édition officielle mais aussi les impressions contrefaites qui circulaient dans le royaume de France et à l’étranger6. Pourtant, au moment de la publication de ce livre, la réputation de son auteur, François de Callières, né en 1645 et membre de l’Académie française depuis 1689, n’avait guère dépassé les cercles parisiens7.

5La troisième édition de Des Mots à la mode, sur laquelle s’appuie mon étude, est un ouvrage hétérogène. Ses deux cent soixante et onze pages se divisent, en effet, en un avertissement du Libraire au lecteur non paginé, deux conversations qui occupent l’essentiel du livre (de la page 1 à la page 121, puis de la page 123 à la page 218 puis de la page 232 à la page 242), un Discours en vers qui résume une partie des propos tenus (de la page 219 à 231) et, enfin, une lettre fictive adressée par un lecteur à un autre lecteur qui commente l’ouvrage et esquisse des pistes d’analyse (de la page 243 à la page 271). La bigarrure de l’ouvrage s’étend à sa composition. Un examen attentif montre, en effet, qu’il est formé par la juxtaposition de trois genres littéraires spécifiques dont l’auteur était plus ou moins familier : les remarques sur la langue française, le manuel de savoir-vivre et le panégyrique royal. En les mêlant, il les rend plus accessibles au public et c’est très vraisemblablement une des raisons de son succès. Le privilège reçu par l’auteur, qui lui donnait le droit de faire imprimer pendant six ans des œuvres « … tout autant de fois que bon lui semblera », inscrivait de toute façon clairement sa démarche dans une perspective commerciale qui a des effets induits sur la forme choisie.

  • 8 La complexe dimension socio-politique des réflexions sur les usages de la langue a été perçue de l (...)
  • 9 L’auteur a publié deux ouvrages sur le même thème : Des bons mots et des bons contes et Du bon et (...)
  • 10 W. Ayres-Bennett, Vaugelas and the Development of the French Language, Londres, The Modern Humanit (...)
  • 11 Le Commandeur accepte, par exemple, le terme d’impolitesse, « qui commence à s’introduire heureuse (...)

6L’objet explicite du livre est un traité sur le langage8. Le privilège royal reçu en 1690 fait ainsi référence à des « œuvres… en prose & en vers sur la pureté de la langue française et sur d’autres matières tant de morale que de belles lettres »9. L’auteur se situe donc – et il est identifié comme tel par les spécialistes – dans la lignée des Remarques sur la langue française de Vaugelas10. Il n’a pas cependant une aussi grande ambition que son prédécesseur car il entreprend simplement de commenter les mots à la mode et les expressions nouvelles et, par exemple, « il y a eu toilette », « il y a eu appartement », « se donner des airs » ou, encore, l’emploi de l’adjectif « gros » à la place de « grand » comme dans l’expression « la Cour a de gros charmes ». Cinq des six personnages qui animent la conversation, défendent le parti des mots à la mode. Ils emploient ces expressions et ils sont interrogés à leur sujet par un commandeur de l’ordre de Malte, de retour en France après vingt ans passés sur l’île. Il joue ici les Persans ou les Hurons du beau langage et assume le rôle de porte-parole de l’auteur qui fustige les mauvais usages et approuve les bons. Suivant l’habitude des continuateurs de Vaugelas, l’auteur se fait, à travers le commandeur de l’ordre de Malte, l’avocat du purisme linguistique même s’il accepte un certain nombre d’innovations qu’il juge appropriées11.

  • 12 Voir, entre autres, E. Bury, Littérature et politesse. L’invention de l’honnête homme, 1580-1750, (...)
  • 13 J.-C. Waquet, ouvrage cité, p. 42.
  • 14 Sur le genre du panégyrique, voir P. Zoberman, Les panégyriques du roi. Édition critique, Paris, P (...)
  • 15 On se situera donc ici dans une perspective différente de celle, par exemple, d’A. Niderst dans «  (...)

7Le manuel de savoir-vivre est un genre particulièrement en vogue dans la seconde moitié du XVIIe siècle12. Le propre père de l’auteur, Jacques de Callières, gouverneur de Cherbourg, avait ainsi fait paraître, en 1657, un texte souvent réimprimé et intitulé La Fortune des gens de qualité et des gentilshommes de particuliers, enseignant l’art de vivre à la cour suivant les maximes de la politique et de la morale13. Ces manuels enseignaient les nuances de la civilité et de l’incivilité dans l’ensemble des rapports sociaux, et en particulier dans les relations entre les hommes et les femmes, et ils s’attachaient à construire la figure de l’honnête homme. Enfin, l’éloge du roi revient à plusieurs reprises au fil de l’ouvrage. L’auteur s’était fait connaître en publiant en 1688 un Panégyrique historique du Roy, à Messieurs de l’Académie française… avec une Epître au roi dont il reprend en fait la matière14. Dès la page 5, il est question de la réception à la cour de Versailles de Jacques II d’Angleterre et de sa femme Marie de Modène qui couvre « le roi d’une nouvelle gloire ». À la page 161, il est fait écho à la réduction à l’obéissance des grands seigneurs qui « se cantonnaient dans les provinces, y faisaient les petits rois, commettaient impunément toutes sortes d’injustices et de violences… ». Au-delà de ces allusions, la fin de la seconde conversation est formée par un chœur à trois voix – le Commandeur, la Dame, le Duc – qui chante les louanges du souverain dans le langage classique du panégyrique. La Dame et le Duc reprennent ainsi, en les développant, certains thèmes développés dans le livre puisque, pour l’une, le roi est l’homme le plus civil de son royaume et, pour l’autre, le roi a une puissance absolue sur lui-même, étant toujours maître de son comportement. L’éloge du roi est redoublé par celui de ses proches qui sont généreusement encensés sans que l’on puisse réellement voir se dessiner, de la part de l’auteur, un positionnement au sein des différents réseaux ou factions curiales15. Le Discours se clôt ainsi sur la glorification des courtisans qui entourent ou ont entouré le monarque : le sage et vaillant Turenne ; le généreux et sincère Montausier ; le vertueux et sage Chevreuse ; le duc de Beauvillier, esprit éclairé ; le ferme et savant d’Estrées ; Pontchartrain, ministre juste et sage ; et, enfin, Madame de Maintenon, « femme héroïque, digne par ses vertus de l’estime publique… ».

  • 16 C’est très net pour les passages qui relèvent du traité de savoir-vivre qui sont relativement bien (...)
  • 17 p. 18 [Les références des pages renvoient toutes à la troisième édition de chez Barbin en 1692].
  • 18 p. 26.
  • 19 p. 100 et suivantes.
  • 20 p. 126.
  • 21 p. 127-128.
  • 22 p. 135

8La première originalité de ce texte est en fait qu’il n’en a aucune car les trois genres auxquels il emprunte sont traités d’une manière très ordinaire. On retrouve au fil des pages les idées, les arguments et même les exemples qui apparaissent communément dans les ouvrages semblables et il est possible, la plume en main, de repérer les emprunts qu’a fait l’auteur, selon l’usage du temps, à ses prédécesseurs16. Pour s’en tenir au bon usage de la langue, on relève ainsi, parmi d’autres lieux communs, que les auteurs ne sont que les copistes des belles choses dites dans les hôtels17 ; que les gens de la Ville et des Provinces singent les gens de la Cour18 ; qu’il faut éviter, dans la conversation, les jargons professionnels et, par exemple, le langage du Palais19 ; que, si les modes évoluent, il n’en est pas de même du bon usage20 ; que la plus saine partie des gens de la Cour est l’arbitre du bon et du mauvais usage21, etc. Les anecdotes racontées sont non moins topiques comme celle-ci, qui vient de Suétone : « C’est dans le même sens qu’un homme de lettres du tems de Tibère dit à cet Empereur, que tout Empereur qu’il étoit, il ne pouvoit pas donner le droit de bourgeoisie à un mot nouveau »22.

  • 23 Voir D. Denis, La Muse Galante. Poétique de la conversation dans l’œuvre de Madeleine de Scudéry, (...)
  • 24 Pour une mise au point récente sur la noblesse d’Ancien Régime, voir M. Figeac, L’automne des gent (...)
  • 25 p. 7 : « ce discours déplût à la Duchesse qui était d’une famille de robe, & qui crût qu’il étoit (...)
  • 26 « Les Grivois, reprit la Duchesse, qui voulut faire la savante sur les termes de guerre, à cause d (...)

9La seconde originalité de l’ouvrage est la forte contextualisation sociale de son propos opérée par l’auteur à deux niveaux, d’abord dans la détermination de la forme générale du texte et, ensuite, au fil des thèmes traités. Le choix de la conversation est bien sûr lié à l’esthétique mondai ne qui situe l’auteur dans la postérité d’une Madeleine de Scudéry23, et le jeu entre les différents intervenants donne à l’ouvrage une dynamique interne à la fois légère et puissante qui permet de relancer sans arrêt la réflexion. Il permet aussi une mise en situation complexe. Les protagonistes ne se réduisent pas, en effet, à ces figures symboliques – le Chevalier, l’Abbé, la Dame… – que l’on trouve souvent dans les ouvrages de ce genre. Ils font, au contraire, l’objet d’une présentation sociale détaillée au début du texte et qui s’affine au fur et à mesure des pages24. C’est un sextuor que met en scène l’auteur dont les membres se divisent selon l’âge, selon le sexe et selon la qualité. Il y a trois hommes et trois femmes parmi lesquelles deux jeunes hommes – un duc et un comte – et deux femmes « jeunes et bien faites » – une duchesse et une marquise – auxquels s’ajoutent la maîtresse de maison – une dame « déjà sur le retour » dit le texte – et, enfin, son cousin, le commandeur de Malte. Le duc est lié à la cour alors que le comte est décrit comme « plus attaché à la guerre qu’à la cour » ; la duchesse provient d’une famille de robe tandis que la marquise « étoit de grande naissance, & fort entêtée de sa qualité, de sa jeunesse & de ses agréments ». Chacun des protagonistes prend donc place dans la complexe hiérarchie interne au second ordre et l’auteur en joue parfois sur le mode polémique25 ou même comique26.

  • 27 p. 6-7, p. 81.
  • 28 p. 96.
  • 29 p. 140 et suivantes.
  • 30 p. 143.
  • 31 p. 162.
  • 32 p. 140 et suivantes. Sur les débats autour de la généalogie et de ses usages, voir les articles ré (...)
  • 33 p. 145 et suivantes
  • 34 Voir, par exemple, Le Mercure Galant, janvier 1692, p. 313-316 ou le Journal des Sçavans pour l’an (...)

10Cette contextualisation de l’action par l’auteur se complique encore lorsque la conversation roule sur cette hiérarchie même qui devient, au fil des pages, le thème central de l’ouvrage éclipsant, à vrai dire, ses objets initiaux. Une simple énumération des matières abordées en donne la mesure : les tabourets à la cour27 ; la manière de traiter ses inférieurs28 ; l’emploi du terme « ma maison » pour désigner sa famille qui doit être réservé aux familles de premier rang ; la révérence que l’on doit à la naissance ; l’usage des généalogies29 ; l’usurpation des titres de princes et des titres de noblesse en général – marquis, comte ou chevalier30 ; les vieux seigneurs de province entêtés de leur naissance ; les hobereaux qui peuvent légitimement se targuer d’une généalogie aussi belle que bien des gens de cour31 ; l’inflation des généalogies32 et des titulatures à l’imitation de l’Italie33, etc. Une fois la lecture achevée, il apparaît nettement que les réflexions sur la notion de noblesse – sur laquelle n’insistent, pourtant, ni l’intitulé ni les différentes pistes de lecture esquissées par le paratexte, ni même les comptes rendus ultérieurs34 – forment l’essentiel de l’ouvrage.

  • 35 p. 30.
  • 36 p. 89-90.
  • 37 p. 46 par exemple.

11Les Mots à la Mode dissimulent donc un discours sur la noblesse au sein d’un livre qui mélange trois genres littéraires très codés. Le rapprochement que fait ici l’auteur n’est d’ailleurs pas fortuit : les trois genres considérés, au-delà de leur objet particulier, tournent autour d’un thème commun qui est la distinction. Les protagonistes de la conversation expriment ainsi sans cesse le lien qu’il y a entre la qualité et le beau langage (et, secondairement, le comportement) : « s’il faut nécessairement pour être de qualité… changer le mot de combat en celuy d’affaire… » ; « vous voudriez donc que les gens de qualité parlassent comme les gens ordinaires, dit la Dame. Oui, sans doute, répondit, le Commandeur, quand les gens ordinaires parlent bien… je crois que je renoncerois à la qualité, si elle faisait perdre le bons sens »35 ; « pour moy, dit la Dame, je suis fort persuadé qu’il faut que les gens de qualité se distinguent des Bourgeois par le langage, comme ils en sont distingués par la naissance »36. Une telle citation nous ramène exactement à la question de la domination sociale car les processus de distinction par le langage entrent en compétition avec les processus de différenciation sociale par la noblesse, qu’ils viennent même parfois concurrencer : il est, d’ailleurs, question à plusieurs reprises de la généalogie des mots qui renvoie bien sûr à la généalogie des familles37.

  • 38 p. 238-239. L’ensemble des étais du texte vont dans cette même direction. L’avertissement au lecte (...)
  • 39 On trouvera une analyse très stimulante de la notion de mérite nobiliaire sous le règne de Louis X (...)

12Là encore, il n’y a rien d’original mais c’est justement la précision de la contextualisation sociale qu’il a pris soin d’opérer qui rend plus percutantes les redéfinitions opérées par l’auteur. En effet, après avoir mis en scène les différentes distinctions au sein de l’ordre (l’épée/la robe, les gens de cour/les hobereaux, etc.), il les subsume toutes dans le concept de mérite qu’il estime supérieur à la catégorie de noblesse – et non un des éléments de sa définition au même titre ou parallèlement, par exemple, à la naissance. L’auteur insiste sur l’importance de cette notion à plusieurs endroits essentiels de son texte et, en particulier, lorsque le Commandeur reprend la parole après le triple éloge du roi qu’il a entrepris avec la Dame et le Duc, à l’issue de la déclamation du Discours : « et moy, reprît le Commandeur, je ne trouve rien de plus louable que le soin qu’il prend de rendre justice au mérite dès qu’il lui est connu, la distinction avantageuse qu’il en fait par tout où il le rencontre… »38. C’est avec cette qualité éminemment royale qui est de savoir distinguer le mérite que l’auteur choisit de clore son texte puisque les paragraphes suivants servent uniquement à proposer Louis XIV comme modèle à la Cour39.

  • 40 p. 192-193.
  • 41 p. 105.
  • 42 p. 99.
  • 43 p. 154.
  • 44 p. 160.
  • 45 On ne s’étonnera pas que l’auteur fasse longuement référence (p. 137-140) à un des lieux communs l (...)

13Le mérite, tel qu’il le définit, réside entièrement dans le service du prince quel que soit l’emploi du serviteur et quelle que soit son origine : « les gens de mérite servent le Roy utilement, chacun selon ses différents talents, les uns dans les principaux emplois auprès de sa personne, les autres dans ses troupes, dans ses négociations, et dans ses autres grandes affaires ou dans l’administration de la Justice, et les autres dans la recherche des beaux Arts & de toutes les découvertes qui contribuent à rendre son État si florissant… »40. Dévoilé tardivement, ce principe a été préparé par des approches prudentes41 : « je veux, répondit le Commandeur, qu’un Gentilhomme, qu’un homme de robe qui ne sont point élevés dans les premiers emplois disent ma famille… afin d’éviter ce terme fastueux, ma maison »42 ; « ces sortes d’affectations & ces familiaritez, répondit le Commandeur, sont blâmables aux gens d’épée aussi bien qu’à ceux que vous appelez gens à manteau, parmi lesquels il y a des gens de qualité, puisque nous en voyons plusieurs dans les principaux emplois de la Robe… »43 ; « je sçay, répliqua le Commandeur, qu’outre les Souverains & ceux qui peuvent le devenir par le droit de leur naissance, il y a ceux qui les représentent dans diverses sortes d’emplois & de dignitez, & qu’ils sont obligés de tenir les rangs qui y sont attachés… »44. Au fil de ces répliques, l’auteur brouille les frontières entre la noblesse de race et la robe ainsi qu’entre l’épée et la robe qu’il rapproche autour de la notion d’emploi au service du roi absolu45.

  • 46 Il se situe, par là, dans la lignée de Vaugelas, qui introduit dans la réflexion sur la langue l’i (...)
  • 47 Il est à noter que, pris dans la logique d’imitation des genres qu’il met à profit, l’auteur ne co (...)

14La date de publication est ici un élément important. Lorsque l’auteur écrit, au début des années 1690, l’onde de choc causée dans les années 1660 par la généralisation menée par Colbert des enquêtes de noblesse qui étaient connues dans certaines régions de longue date, et, surtout, par leur intégration dans un processus de réorganisation générale de la monarchie s’était atténuée. Les hommes et les femmes de la génération de François de Callières avaient une vingtaine d’années lors de la présentation générale des titres et ils ont eu le temps d’intérioriser la transformation majeure qu’elle avait entraînée : l’État monarchique et, en réalité, la personne même du roi, considéré comme omniscient, sont devenus les fondements de la qualité nobiliaire. L’auteur des Mots à la Mode propose donc simplement de poursuivre dans la voie tracée : il dévalorise le mérite lié à la simple naissance pour exalter le mérite lié au service du prince de la même manière qu’il discrédite les courtisans pour magnifier la Cour, modelée sur la personne du prince46. Il contribue ainsi à un brouillage des frontières sociales qui conduit à englober les nobles de toute nature – et peut-être même certains non nobles – dans un ensemble plus vaste et exclusivement organisé autour d’un prince qui n’est plus considéré comme le chef du second ordre mais comme un être d’une essence supérieure47.

  • 48 P. Serna, « Le dictionnaire roturier de Furetière, ou le noble démystifié par l’alphabet », Littér (...)
  • 49 Voir F. Bluche et J.-F. Solnon, La véritable hiérarchie sociale de l’ancienne France. Le tarif de (...)
  • 50 On retrouverait sans doute la même conjonction au moment de la querelle sur la noblesse commerçant (...)

15En cela, l’auteur n’est pas isolé car, dans les mêmes années, d’autres textes et d’autres entreprises offrent au public de semblables alternatives à la conception traditionnelle de la hiérarchie sociale. Pierre Serna a récemment mis au jour les critiques contre le second ordre que dissimulent les entrées du Dictionnaire de Furetière et la volonté de cet auteur de décrypter la science des blasons afin de la projeter au-delà des cercles nobiliaires vers le Tiers État48. Pierre Serna relie la pensée de l’abbé à l’édit de novembre 1696, qui crée – à des fins, il est vrai, fiscales mais avec de réels effets sociaux – l’Armorial Général de France unissant nobles et roturiers au sein d’un même système héraldique patronné et contrôlé par le roi. La détermination des vingt-deux classes et des cinq cent soixante-neuf rangs de la première capitation en 1695 relève évidemment de la même problématique : une réinterprétation de la hiérarchie sociale du royaume brouillant les frontières entre les statuts et les rangs afin de fournir un revenu au roi49. La coïncidence des dates – 1690 pour la parution du Dictionnaire universel ; 1692 pour les Mots à la Mode ; 1695 pour le tarif de la capitation ; 1696 pour l’Armorial Général de France – n’est pas fortuite : il y a là un moment culturel dont les acteurs sont, à des degrés divers, imprégnés, et qui se trouve exprimé dans une variété de formes50.

  • 51 On se reportera ici aux analyses de J.-C. Waquet dans son ouvrage à paraître.
  • 52 F.-J. Ruggiu, « La gentry anglaise : un essai de définition au tournant des XVIIe et XVIIIe siècle (...)

16Les Mots à la Mode sont, au fond, un texte fascinant de banalité. François de Callières remet au goût du jour les remarques alors cinquantenaires de Vaugelas sur la langue française que d’autres avaient répétées avant lui ; il emprunte aux traités de civilité – dont celui de son propre père – des poncifs rebattus ; il recycle les images et les thèmes qui meublent les panégyriques royaux. Dissimulé au sein de ces lieux communs, l’auteur – un homme des années 1640, qui a lentement construit sa réussite sociale au cours des années 1670 et 168051 – peut alors esquisser les fondements d’une nouvelle compréhension de la noblesse et, au-delà, de l’ordre social, indissolublement liée à l’absolutisme louis-quatorzien. De son esquisse, le public – la société – pouvait s’emparer ou non. C’est ainsi qu’en Angleterre, les concepts de politeness et de property ont fini, à la fin du XVIIIe siècle et à l’issue d’un très long processus fait d’allers-retours entre les mutations sociales et leurs expressions discursives, par prendre le pas – sans les faire entièrement disparaître – sur les autres éléments qui fondaient l’identité de la gentry, en particulier l’ancienneté et le lignage52.

  • 53 H.A. Ellis, « Genealogy, History and Aristocratic Reaction in Early Eighteenth-Century France : th (...)

17Le même processus n’a pas eu lieu en France. Les années 1690, qui voient non seulement l’expression mais aussi le succès, conjoncturel, des idées de François de Callières, sont également celles de l’élaboration – en contrecoup ? – de deux pensées qui lui sont opposées. C’est en 1688 qu’Henri de Boulainvilliers, né en 1658, quitte la première compagnie des mousquetaires et commence à réfléchir à une œuvre politique marquée par la défense de l’ancienne noblesse française et la critique de l’absolutisme53. C’est en 1691 encore que Claude de Saint-Simon, né en 1675, abandonne les études pour rejoindre le siège de Mons et entame cette observation de la cour et de la noblesse qui a forgé son obsession de la hiérarchie des rangs contre les empiétements du monarque en particulier en faveur de ses bâtards.

18Cette constatation nous amène donc à formuler plusieurs principes de précaution méthodologiques dans l’étude des discours sur la noblesse : la reconnaissance de la coexistence de discours contrastés qui cohabitent parfois dans les mêmes textes, en particulier dans ceux qui, destinés au public, ont une visée commerciale et ont pour effet d’inscrire ou de déplacer leur auteur dans le champ littéraire de son temps ; la difficulté d’assigner un discours à un groupe social précis même s’il est sûr que les discours ne se développent qu’en étroite liaison avec les pratiques sociales, les faisant évoluer et subissant à leur tour les conséquences de cette évolution ; la nécessité d’une contextualisation précise comme le suggère le caractère éphémère du succès des Mots à la Mode – dix éditions concentrées entre 1692 et 1698 – avant qu’il ne tombe dans un relatif oubli.

Notes

1 P. Veyne, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?, Paris, Seuil, 1983, p. 67.

2 Sur la notion de noblesse et sur les discours sur la noblesse, voir, entre autres, les travaux d’A. Devyver, Le sang épuré. Les préjugés de race chez les gentilshommes français de l’Ancien Régime (1560-1720), Éditions de l’Université de Bruxelles, 1973 ; d’A. Cremer, « La genèse de la notion de noblesse de robe », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 46-1, janvier-mars 1999, p. 22-38 ; d’A. Jouanna, L’idée de race en France au XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, 1498-1614, Lille, Service de reproduction des thèses de l’Université, 1976, Paris, Librairie H. Champion, 1975 et Le Devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne, 1559-1661, Paris, Fayard, 1989 ; d’E. Schalk, L’épée et le sang. Une histoire du concept de noblesse (vers 1500-vers 1650), Paris, Champ Vallon, 1996 [édition américaine, 1986], J.M. Smith, The Culture of Merit. Nobility, Royal Service and the Making of Absolute Monarchy in France, 1600-1789, The University of Michigan Press, 1996.

3 Pour une introduction commode à l’histoire des langages, voir J.G.A. Pocock, « Texts as Events : Reflections on the History of Political Thought », dans K. Sharpe et S.N. Zwicker (édité par), Politics of Discourse. The Literature and History of Seventeenth-Century England, University of California Press, 1987, p. 21-34.

4 R. Mousnier, « Les concepts d’“ordre”, d’“états”, de “fidélité” et de “monarchie absolue” en France de la fin du XVe à la fin du XVIIIe siècle », Revue Historique, 502, 1972, p. 289-312, cité par R. Descimon, « Chercher de nouvelles voies pour interpréter les phénomènes nobiliaires dans la France moderne. La noblesse, “essence” ou rapport social ? », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 46-1, janvier-mars 1999, p. 6-21.

5 G. A. de la Roque, Le traité de la noblesse et de ses différentes espèces, Paris, Mémoire et Documents, 1994 [1678] ; C. F. Ménestrier, Les diverses espèces de noblesse et les manières d’en dresser les preuves, Paris, La Caille, 1685, entre autres. Sur les ouvrages de ce dernier, qui est avant tout un spécialiste d’héraldique, voir S. Van Damme, « Les livres du P. Claude-François Ménestrier (1631-1705) et leur cheminement », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 42-1, janvier-mars 1995, p. 5-45.

6 Sur Claude Barbin, voir C. Reed, Claude Barbin, libraire de Paris sous le règne de Louis XIV, Genève-Paris, Droz, 1974. Le texte semble avoir eu un tel succès que le dramaturge Edme Boursault (1628-1701), un auteur mineur mais qui avait produit un traité d’éducation Ad usum Delphini en 1671, en a fait une comédie dès 1694 ; voir M. Roques, « Notes sur François de Callières et ses œuvres grammaticales (1645-1717) », Mélanges de Philologie offerts à Ferdinand Brunot, Genève, Slatkine Reprints, 1972 [1904], p. 273-301, p. 280-281.

7 François de Callières connaît aujourd’hui une popularité planétaire grâce à un autre de ses ouvrages, De la manière de négocier avec les souverains, paru en 1716, peu de temps avant sa mort. Traduit en plusieurs dizaines de langues, ce texte est considéré comme un des grands traités de la diplomatie occidentale dont les préceptes peuvent, d’ailleurs, être appliqués au monde des affaires. Jean-Claude Waquet a eu l’amabilité de me confier le manuscrit du livre qu’il a consacré à cet auteur, La manière de Callières ou le rêve du négociateur, à paraître en 2005 ; il m’a en particulier aidé pour la compréhension du parcours social, fort ambigu, de la famille de Callières. Je l’en remercie très vivement. Sur François de Callières et la diplomatie de son temps, on consultera les travaux de Lucien Bély et, en particulier, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Paris, Fayard, 1990, ainsi que K.W. Schweizer, François de Callières, Diplomat and Man of Letters, 1645-1717, Studies in French Civilization, Volume 6, Lewiston, Queenston, Lampeter, The Edwin Mellen Press, 1995.

8 La complexe dimension socio-politique des réflexions sur les usages de la langue a été perçue de longue date et, par exemple, par D. Trudeau, Les inventeurs du bon usage (1529-1647), Paris, Les Éditions de Minuit, 1992, p. 168-182 ou encore par H. Merlin, « Langue et souveraineté en France au XVIIe siècle. La production autonome d’un corps de langage », Annales HSS, mars-avril 1994, no 2, p. 369-394.

9 L’auteur a publié deux ouvrages sur le même thème : Des bons mots et des bons contes et Du bon et du mauvais usage qui ne semblent pas avoir eu le même succès.

10 W. Ayres-Bennett, Vaugelas and the Development of the French Language, Londres, The Modern Humanities Research Association, 1987 et « Observations et Remarques sur la langue française : histoire d’un genre », La Licorne, 1991/19, p. 1-24.

11 Le Commandeur accepte, par exemple, le terme d’impolitesse, « qui commence à s’introduire heureusement… », p. 43.

12 Voir, entre autres, E. Bury, Littérature et politesse. L’invention de l’honnête homme, 1580-1750, Paris, PUF, 1996. On se reportera à la recension effectuée sous la direction d’A. Montandon, Bibliographie des traités de savoir-vivre en Europe, volume 1, France-Angleterre-Allemagne, Clermont-Ferrand, Association des Publications de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Clermont-Ferrand, 1995.

13 J.-C. Waquet, ouvrage cité, p. 42.

14 Sur le genre du panégyrique, voir P. Zoberman, Les panégyriques du roi. Édition critique, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1991. L’ouvrage porte sur les panégyriques prononcés à l’Académie française et le texte de François de Callières n’y figure donc pas.

15 On se situera donc ici dans une perspective différente de celle, par exemple, d’A. Niderst dans « Les ‘ Gens de Paris’et les ‘Gens de Versailles’ », dans D’un siècle à l’autre : Anciens et Modernes, XVIe colloque, janvier 1986, CMR 17, CAER XVIII, actes réunis et publiés par L. Godard de Donville, Marseille, 1987, p. 160-165.

16 C’est très net pour les passages qui relèvent du traité de savoir-vivre qui sont relativement bien identifiés dans le texte. À la page 57, par exemple, la jeune marquise évoque la civilité du Commandeur, qui « n’a pas point perdu les manières de la Vieille Cour ». La conversation porte alors sur les manières des jeunes gens jusqu’à la page 79 où le Commandeur revient abruptement au thème premier : « mais pour revenir à vos mots nouveaux… ».

17 p. 18 [Les références des pages renvoient toutes à la troisième édition de chez Barbin en 1692].

18 p. 26.

19 p. 100 et suivantes.

20 p. 126.

21 p. 127-128.

22 p. 135

23 Voir D. Denis, La Muse Galante. Poétique de la conversation dans l’œuvre de Madeleine de Scudéry, Paris, Champion, 1997 ; A. Viala, « L’éloquence galante, une problématique », dans R. Amossy (édité par), Images de soi dans le discours. La construction de l’ethos, Lausanne, Delachaux et Niestlé, 1999, p. 179-198.

24 Pour une mise au point récente sur la noblesse d’Ancien Régime, voir M. Figeac, L’automne des gentilshommes. Noblesse d’Aquitaine, noblesse française au siècle des Lumières, Paris, H. Champion, 2002.

25 p. 7 : « ce discours déplût à la Duchesse qui était d’une famille de robe, & qui crût qu’il étoit fait pour elle. »

26 « Les Grivois, reprit la Duchesse, qui voulut faire la savante sur les termes de guerre, à cause du reproche qu’on luy avoit fait touchant les jours d’affaires, sont sans doute quelques troupes étrangères qui servent dans les Armées du Roy », p. 112.

27 p. 6-7, p. 81.

28 p. 96.

29 p. 140 et suivantes.

30 p. 143.

31 p. 162.

32 p. 140 et suivantes. Sur les débats autour de la généalogie et de ses usages, voir les articles réunis dans le no 4 des Annales, E.S.C., juillet-août 1991, et en particulier, A. Burguière, « La mémoire familiale du bourgeois gentilhomme : généalogies domestiques en France aux XVIIe et XVIIIe siècle », p. 771-788 ; R. Bizzochi, « Culture généalogique dans l’Italie du seizième siècle », p. 789-806 et C. Maurel, « Construction généalogique et développement de l’État moderne. La généalogie des Bailleul », p. 807-826 ainsi que O. Rouchon, « L’enquête généalogique et ses usages dans la Toscane des Médicis. Un exemple pisan de 1558 », Annales HSS, mai-juin 1999, no 3, p. 705-737.

33 p. 145 et suivantes

34 Voir, par exemple, Le Mercure Galant, janvier 1692, p. 313-316 ou le Journal des Sçavans pour l’année 1692, Amsterdam, 1693, p. 103-105 qui, tous les deux, mettent l’accent sur le fait que les portraits semblent faits d’après nature.

35 p. 30.

36 p. 89-90.

37 p. 46 par exemple.

38 p. 238-239. L’ensemble des étais du texte vont dans cette même direction. L’avertissement au lecteur évoque « une nouvelle matière de divertissement aux gens de mérite, qui n’étant point intéressés dans cette Critique, ne croiroient point devoir partager avec les ridicules, le chagrin qu’elle pourroit leur causer ».

39 On trouvera une analyse très stimulante de la notion de mérite nobiliaire sous le règne de Louis XIV en particulier dans J.M. Smith, ouvrage cité, chapitre 4 : « Through the Eyes of the King : Merit, Service, and the State in the Age of Louis XIV ». Il insiste sur l’entreprise de personnalisation de la relation entre le roi et ses serviteurs, placés sous le regard scrutateur (gaze) de Louis XIV ; voir en particulier, p. 160 et suivantes.

40 p. 192-193.

41 p. 105.

42 p. 99.

43 p. 154.

44 p. 160.

45 On ne s’étonnera pas que l’auteur fasse longuement référence (p. 137-140) à un des lieux communs les plus employés de la pensée sociale du XVIIe siècle selon lequel il est préférable d’être le premier à illustrer son nom que d’être celui qui déshonore celui que ses ancêtres lui ont légué.

46 Il se situe, par là, dans la lignée de Vaugelas, qui introduit dans la réflexion sur la langue l’idée que la supériorité linguistique s’obtient au moyen d’un dressage systématique. « La noblesse elle-même se redéfinit comme conformité à des modèles abstraits de personnalité qui vont bientôt culminer dans la figure royale » note D. Trudeau, ouvrage cité, p. 182.

47 Il est à noter que, pris dans la logique d’imitation des genres qu’il met à profit, l’auteur ne conteste pas le fait que la souveraineté du roi ne s’étend pas jusqu’à la langue qui est censée être l’objet de l’ouvrage. Comme je l’ai rappelé plus haut, il rapporte, après Vaugelas et d’autres, et dans les mêmes termes, l’anecdote de Tibère auquel le grammairien Pomponius contesta le droit de faire un mot nouveau ; voir H. Merlin, article cité, p. 384.

48 P. Serna, « Le dictionnaire roturier de Furetière, ou le noble démystifié par l’alphabet », Littératures Classiques, 47, 2003, p. 225-243. On s’intéressera en particulier aux pages qu’il consacre aux blasons, p. 35 et suivantes : « Pénétrer les secrets de la composition des devises familiales, de leur transmission et de leur déclinaison, revient donc à démontrer la structure imagée et culturelle de la supériorité nobiliaire, de même qu’à désamorcer la puissance imaginaire d’un des attributs du Second Ordre », p. 240. Pierre Serna voit, à travers l’entreprise de Furetière, une « prolifération ‘ démocratique’ du signe lui-même, dorénavant intégré au savoir de l’honnête homme, lecteur attentif de Furetière, qui s’approprie les signes du blason sans éprouver, désormais, la plus minime nécessité de s’embarrasser l’esprit de leur intentionnalité signifiante, prétendument illustre », p. 241.

49 Voir F. Bluche et J.-F. Solnon, La véritable hiérarchie sociale de l’ancienne France. Le tarif de la première capitation (1695), Genève, Droz, 1983 et A. Guéry, « État, classification sociale et compromis sous Louis XIV : la capitation de 1695 », Annales ESC, septembre-octobre 1986, no 5, p. 1041-1060.

50 On retrouverait sans doute la même conjonction au moment de la querelle sur la noblesse commerçante.

51 On se reportera ici aux analyses de J.-C. Waquet dans son ouvrage à paraître.

52 F.-J. Ruggiu, « La gentry anglaise : un essai de définition au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles », XVIIe siècle, no 197, oct.-déc. 1997, p. 775-795.

53 H.A. Ellis, « Genealogy, History and Aristocratic Reaction in Early Eighteenth-Century France : the Case of Henri de Boulainvilliers », Journal of Modern History, 58, June 1986, p. 414-451 ; D. Venturino, Le ragioni della tradizione. Nobiltà e mondo moderno in Boulainvilliers, 1658-1722, Firenze, Le Lettere, 1993 ; O. Tholozan, Henri de Boulainvilliers. L’anti-absolutisme aristocratique légitimé par l’histoire, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 1999.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540