Version classiqueVersion mobile

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre I - Noblesse française, noblesse polonaise : voyages et échanges

Une nation de nobles. L’image de l’histoire de la Pologne aux expositions artistiques en France au xixe siècle

Tomasz Feliks de Rosset

Texte intégral

  • 1 Polska-Francja : dziesięć wieków związków politycznych, kulturalnych i gospodarczych/Pologne-Franc (...)
  • 2 Voir S. Kalembka, Wielka emigracja, Toruń, Wydawnictwo Adam Marszałek, 2003.
  • 3 Voir T.-F. de Rosset, « Zbiory tułacze » – w sprawie polskich kolekcji artystycznych we Francji w (...)

1L’importance des relations avec la France est évidente pour la culture polonaise du XIXe siècle et en particulier le rôle joué par l’émigration. Sławomir Kalembka, écrit qu’à cette époque la Pologne était plus présente qu’auparavant dans l’idéologie, la vie culturelle et artistique de la France1. Nos chercheurs ont surtout examiné les questions politiques : les tracas du gouvernement français résultant de l’invasion du pays, l’activité politique des émigrés, et enfin les relations entre eux et les Français2. Ils ont consacré relativement moins de pages à la science, la culture et l’art des exilés, leur collectionnisme n’étant guère l’objet d’une réflexion approfondie3. Cependant, en 1852, l’abbé Władysław Kalinka pouvait écrire : « il y a plusieurs collections polonaises à Paris ». À l’époque du partage de la Pologne, de nombreux Polonais furent actifs en France comme collectionneurs, propriétaires d’œuvres prêtées aux expositions, donateurs au Louvre et à d’autres musées ; ou acteurs du marché de l’art : marchands, vendeurs et acheteurs aux enchères à l’hôtel Drouot et dans les galeries. Au cours des années 1800-1830 il existait en France dix collections polonaises ; vingt dans les années 1831-1850 ; vingt-neuf sous le Second Empire ; trente-trois de 1871 à 1890 ; et quarante-sept au cours de la période 1891-1918.

2Évidemment ces chiffres ne correspondent pas au nombre des collections d’une réelle importance et connues en France. Pourtant le « tout Paris » connaissait l’hôtel Lambert dans l’Ile Saint-Louis. Il abritait des œuvres d’art qui ont donné naissance aux deux très importants musées polonais : celui de Cracovie du prince Władysław Czartoryski et celui de Gołuchów appartenant à sa sœur, la comtesse Iza Działyńska. Pour ne pas entrer trop dans les détails, qu’il nous suffise de citer encore la collection d’estampes et de peintures de Wincenty Potocki, la collection de souvenirs nationaux et d’estampes polonaises d’Adolf Cichowski, les collections de peintures hollandaise et française d’Andrzej Mniszech (sept tableaux de Franz Hals), la collection de tableaux des artistes Nabis fondée à la fin du XIXe siècle par Gabriela Zapolska ainsi que les collections d’Alexandre et Thadée Natanson.

3Toutefois le grand public français ne pouvait les voir qu’aux enchères à l’Hôtel Drouot et aux expositions d’art ancien (peu fréquentes à Paris au XIXe siècle). Les Polonais ont participé au moins aux vingt-sept manifestations organisées en France entre 1800 et 1919 : il s’agit des objets venant des collections polonaises et non d’œuvres exposées aux Salons par des artistes polonais, ni de produits de l’industrie polonaise présentés aux expositions universelles. Voici quelques exemples d’un intérêt particulier : Le portrait du général Dembiński, chef-d’œuvre de Rodakowski exposé par Ksawery Branicki à l’exposition universelle de 1855, tableau qui, trois années auparavant, avait été récompensé d’une médaille d’or au Salon ; les bijoux et les émaux médiévaux exposés par la comtesse Iza Działyńska à l’exposition universelle de 1867 et à celle de l’Union des beaux-arts appliqués à l’industrie en 1881 ; L’oiseleur de Greuze exposé par Konstanty Branicki et, surtout, Le portrait de jeune homme de Raphaël exposé par Władysław Czartoryski à l’exposition de 1874, au profit des Alsaciens-Lorrains mutilés pendant la guerre ; les portraits par Franz Hals et Le portrait du roi Stanislas-Auguste Poniatowski de Louis Tocqué exposé, en 1887, par Mniszech à l’École des Beaux-Arts ; enfin Les jardins publics, chef-d’œuvre d’Edouard Vuillard, exposé à plusieurs reprises par Alexandre Natanson.

4Les expositions françaises ont parfois donné aux émigrés polonais la possibilité de manifestations patriotiques, ayant pour but de présenter l’histoire du peuple pour donner « le témoignage de sa vivacité », témoigner de ses traditions glorieuses et surtout de son désir toujours affirmé de l’indépendance. Celle organisée dans l’appartement parisien de Leonard Chodźko fut peut-être la première. Organisée par lui-même au printemps de 1830, à la veille du soulèvement de novembre, elle commémora l’anniversaire de Kościuszko en présentant des souvenirs et des gravures polonaises. Puis, en 1865, la famille Czartoryski dans une « salle polonaise » au Palais de l’Industrie exposa ses collections de Puławy importées en France et conservées à l’hôtel Lambert. Ensuite, en 1873, à la rétrospective à l’hôtel de ville de Tours, Ksawery Branicki exposa des polonica du château de Montrésor et, en 1874, à l’exposition organisée au profit d’Alsaciens-Lorrains, Władysław Czartoryski présenta la panoplie d’armes polonaises. Il faut souligner aussi la participation de sociétés scientifiques polonaises du pays comme de l’émigration à l’exposition universelle de 1878. Ces événements étaient d’une grande importance pour la vulgarisation de la culture et de l’histoire de Pologne, et – ce qui doit être particulièrement souligné – les seules manifestations nationales polonaises possibles en Europe après l’échec du soulèvement de janvier 1863. À la veille de l’exposition universelle de 1900, à la Galerie Georges Petit, on eut la rétrospective de peinture polonaise ; et enfin, en février 1919, la première manifestation culturelle de la Pologne libre à l’étranger, l’exposition franco-polonaise d’art et de souvenirs au musée des arts décoratifs du Pavillon de Marsan, au Louvre.

  • 4 A.-R. de Liesville, Coup d’œil général sur l’Exposition historique de l’art ancien, Paris, H. Cham (...)
  • 5 C. Blanc, « Union Centrale des Beaux-Arts appliqué à l’industrie », Gazette des Beaux-Arts, 1865, (...)

5Par deux fois, en 1865 et 1878, l’image de l’histoire de Pologne fut évoquée d’une façon particulière par son ampleur. Dans les deux cas le rôle de la famille Czartoryski fut très significatif et le prince Władysław lui-même, présida les comités d’organisation4. La première, l’exposition au palais de l’Industrie, appelée le Musée rétrospectif, avait été organisée sous le haut patronage de l’impératrice Eugénie par l’Union centrale des beaux-arts appliqués à l’industrie. Les œuvres d’arts décoratifs provenant des collections particulières furent alors pour la première fois exposées à Paris comme au South Kensington Museum à Londres. Charles Blanc écrivit à propos : « rassembler ces collections et les exposer temporairement aux yeux du public, d’une manière digne et utile pour tous, favoriser par leur réunion l’étude des temps anciens et le développement des industries qui relèvent de l’art, tel est le but que s’est proposé l’union centrale »5. Les Parisiens ont pu donc y contempler des collections normalement inaccessibles de la famille impériale ainsi que celles des plus grands amateurs des arts déco : Alexandre Bazylewski, le comte Emilien de Nieuwerkerke, Frédéric Spitzer, le comte d’Armaillé, le marquis d’Hertford, de Rothschild, Galichon et d’autres.

  • 6 Union des Beaux-Arts appliqués à l’industrie. Deuxième exposition. Musée rétrospectif. Salle polon (...)

6La « salle polonaise » qui ne fut réalisable que grâce à la position des Czartoryski et sans doute grâce à leurs relations avec la cour, contenait plus de cinq cent cinquante objets (388 notices du catalogue) disposés dans dix vitrines. On a pu y voir des orfèvreries richissimes, des émaux, des céramiques, de petites sculptures, des bijoux, des armes et des souvenirs nationaux – reliques des rois de Pologne, des héros et de personnages éminents. Sur les murs étaient, en plus, suspendues des tapisseries, des étoffes, des kilims, des makattes, des panoplies d’armes et à côté, de grandes sculptures, des meubles ainsi que des harnachements et selleries polonaises6. La majorité des objets exposés venait de la collection du prince Czartoryski et de celle de sa sœur, cependant certaines armes, porcelaines, verreries, tissus, orfèvreries, services de table, selleries appartenaient au général Ludwik Bytrzonowski, au comte Léon Rzyszczewski et au comte Ksawery Branicki. En outre, hors de la « salle polonaise » le futur donateur du musée national de Cracovie, Konstanty Schmidt-Ciążyński, alors marchand parisien, exposa, entre autres, quatre bas-reliefs de Pierre Vanneau provenant du monument de Jean III Sobieski exécutés pour la cathédrale au Puy et qu’acheta Branicki, quelque temps après l’exposition, pour le château de Montrésor

7 Paris, Archives de l’Union centrale des arts décoratifs, Enregistrement des objets confiés au Musée Rétrospectif 1865, A1/69.

« Salle polonaise » à l’exposition Musée rétrospectif en 1865, fragment de vitrine, Cracovie, Musée des princes Czartoryski

« Salle polonaise » à l’exposition Musée rétrospectif en 1865, sellerie polonaise, Cracovie, Musée des princes Czartoryski.

8Le compte-rendu de Paul Mantz, paru dans la Gazette des Beaux-Arts, témoigne qu’il fut particulièrement frappé par la sellerie :

  • 7 P. Mantz, « Union Centrale des Beaux-Arts Appliqués à l’Industrie. Musée rétrospectif. La Renaissa (...)

Le salon du prince Ladislas Czartoryski montre, au milieu des trésors les plus variés, des pièces d’orfèvrerie et de joaillerie qui, à bien des égards, ont pour nous l’intérêt de révélation. Plusieurs des ouvrages sont de fabrication polonaise et ont appartenu, soit aux souverains, soit aux plus grands personnages du pays… un grand médaillon circulaire qui a dû servir non d’agrafe de manteau, mais d’ornement pour le poitrail d’un cheval en tenue de cérémonie. Les chevaux polonais portaient des harnachements superbes… ce médaillon est composé de pierres précieuses et de perles baroques serties dans une armature d’argent doré. Le métal n’y joue qu’un rôle secondaire ; les tons éclatants des pierreries contrastent avec le ton nacré des perles, disposées d’ailleurs dans un ordre qui implique une idée de symétrie… À première vue, ce bijou rond et lourdement magnifique peut surprendre un peu le visiteur dépaysé ; mais, s’il a quelque goût pour la couleur, il admirera la splendide polychromie de ce médaillon si étrange et si puissant dans son luxe presque oriental7.

  • 8 Dans son curriculum vitae, Edward Goldstein, collectionneur et donateur du Musée national de Craco (...)

9Une seconde fois, l’exposition universelle de 1878, donna l’occasion de la plus grande manifestation polonaise à Paris au XIXe siècle. Les organisateurs avaient autorisé la participation de deux sociétés scientifiques : la Société historique et littéraire polonaise et la Société d’anthropologie et d’ethnologie polonaise créée uniquement dans le but d’organiser cette « exposition polonaise »8. Les Polonais ont pu participer ensemble aux deux grandes sections : L’exposition historique de l’art ancien et L’exposition des sciences anthropologiques. Il faut remarquer qu’elles étaient visiblement antagonistes. C’est l’aristocratie proche de l’hôtel Lambert qui prêta la majorité des objets pour la première ; la seconde attira plutôt des personnes ne fréquentant guère ce milieu. Par ailleurs, Włodzimierz Broel-Plater, très opposé aux Czartoryski, envoya à Paris des souvenirs et des œuvres d’art du Musée National Polonais qu’il avait fondé à Rapperswil en Suisse. Il semble que Plater avait même l’intention d’exposer à la section historique, ce que les organisateurs, Władysław Czartoryski et Jan Działyński, refusèrent. Les sociétés scientifiques polonaises furent également des exposants très importants, et, parmi eux celle de Toruń pour les urnes et les bijoux préhistoriques.

10Cette année-là, l’exposition universelle donna lieu à la plus grande manifestation de collections françaises présentée jusqu’alors. Des milliers d’objets, couvrant chronologiquement la période allant des époques préhistoriques jusqu’au XVIIIe siècle, venaient de collections des plus éminents amateurs d’art : les Rothschild, Dutuit, de Laborde, Edouard André, Dreyfus, Charles Ephrussi, Grandjean, Longpérier, Beurdeley et beaucoup d’autres. Dans des salles séparées, Gréau exposa des antiquités classiques ; Bazylewski des objets du Moyen Age et de la Renaissance ; Spitzer et Riggs des armes, Isaac Strauss, pour la première fois dans l’histoire, sa collection d’objets juifs. La section historique qui nous intéresse fut tout d’abord localisée dans la partie droite du palais du Trocadéro construit spécialement pour l’exposition, la partie gauche étant consacrée aux sections nationales ; par exemple, les Espagnols y ont présenté les fresques la maison de Goya à Bordeaux. Il faut souligner également les salles de l’art oriental, principalement de l’Extrême-Orient : collections fameuses de Guimet, Sigfrède Bing et Philippe Burty.

  • 9 Cracovie, Bibliothèque des princes Czartoryski, Archives de l’Hôtel Lambert, 6632 IV ; voir aussi, (...)
  • 10 Paris, Bibliothèque polonaise, Papiers et correspondance de Marguerite Czartoryska née d’Orléans, (...)

11Pour que la participation polonaise soit significative, Bronisław Zaleski, au nom de la Société polonaise historique et littéraire en appelait « aux compatriotes possédant des souvenirs historiques en leur demandant de participer à l’exposition pour qu’elle soit aussi digne que possible de nos pères […]. Chaque objet produit en Pologne ou lié à son histoire aura sa place à l’exposition ; nous serons reconnaissants pour : des objets de fouilles, des armures et toute arme, harnachements de chevaux, costumes, tissus, orfèvreries, cuves, coupes, mais aussi livres imprimés, manuscrits, médailles »9. L’afflux de Polonais fut considérable, mais c’est Jan Działyński, un de plus actifs organisateurs, qui profita au maximum de cette manifestation de propagande nationale. Il avait expédié à Paris presque toute la collection de Kórnik, œuvre de son père Tytus Działyński, et son envoi donna la tonalité principale à toute la manifestation. Parmi les autres participants, il faut souligner la présence de sa femme, la comtesse Działyńska, ainsi que du frère de cette dernière, Władysław Czartoryski accompagné de sa femme Marguerite, née princesse d’Orléans10, des comtes Branicki, du comte Dzieduszycki, de la princesse Grocholska, de Korwin-Szlubowski, du comte Jerzy Mniszech, d’Ewelina Hańska-de Balzac, des comtes Potocki, du comte Pusłowski, du comte Rembielinski, du prince Eustachy Sanguszko, de Sulatycki et du comte Ludwik Starzyński.

  • 11 Paris, Archives nationales, Exposition historique de l’art ancien au Trocadéro : inventaire généra (...)

12On sait que les antiquités polonaises regroupées dans huit vitrines furent exposées dans la salle onze du Trocadéro. Toutefois le catalogue officiel de la section historique n’a jamais vu le jour. La salle de la Société historique et littéraire n’est donc connue que par la presse et l’inventaire manuscrit d’objets prêtés, d’ailleurs très laconique11. Très superficiel est le rapport de la Gazette des Beaux-Arts :

  • 12 A.-R. de Liesville, « L’Exposition historique de l’art ancien », Gazette des Beaux-Arts, 1878, p.  (...)

… les œuvres de l’art polonais, tout un musée envoyé par le prince Czartorisky et quelques-uns de ses compatriotes, remplissent la onzième salle où d’immenses orfèvreries jettent un éclat aigu à côté des tissus aux teintes adoucies, de harnachements, et d’armes, de ceintures, d’éditions gothiques, de miniatures, de portraits peints, de bijoux, d’ivoires, d’un grand pot d’étain, de céramiques de Varsovie. L’art polonais paraît empreint d’une certaine influence allemande, et il aime assez souvent les gros décors riches et chargés. Le prince Czartorisky a disposé cet ensemble avec beaucoup d’habileté et de savoir. On distinguera aussi une tapisserie dans le goût de Smyrne, sur les parois de ce salon12.

13Des tapisseries, des armes et des armures suspendues sur les murs ont dominé la salle, l’orfèvrerie constitua cependant le plus grand ensemble ainsi que des bijoux, des cachets, sceaux et décorations, pièces numismatiques, montres, tabatières, sculptures en ivoire et en terre cuite, dont Le Moïse de la collection Czartoryski attribué à Michel Ange et qui n’était qu’une copie contemporaine d’un sculpteur anglais, Joseph Smith. Les tableaux et les dessins étaient peu nombreux, mais il faut toutefois mentionner des toiles de Bernardo Bellotto, Le portrait de Kościuszko par Joseph Grassi (coll. Działyńska) et La Constitution du 3 Mai de Jean-Pierre Norblin de Kórnik. Ksawery Branicki prêta quatre bas-reliefs (de Pierre de Vaneau), déjà mentionnés, du monument de Sobieski. Marguerite d’Orléans la femme du prince Czartoryski présenta pour sa part un ensemble considérable de céramiques antiques et préhistoriques, venant pour la majorité de fouilles de la Grande Pologne. Il faut remarquer aussi des objets de la culture populaire, comme des ceintures de montagnards polonais de Kórnik. En somme, en 1878, les Polonais ont présenté mille cinq cents ou peut-être même deux mille objets de leurs collections, venant aussi bien de l’émigration que du pays.

14Quelle image de l’histoire de la Pologne fut présentée à ces expositions ? Au premier chef l’histoire royale, faisant le plus directement appel à la précédente souveraineté d’État. Charles Blanc écrivait dans la Gazette des Beaux-Arts en 1865 :

  • 13 C. Blanc, ouvrage cité, p. 201.

… la famille Zartoryiski […] a fourni à elle seule de quoi décorer magnifiquement une salle entière : damasquinerie, reliures, tapisseries, cuirs repoussés, splendides étoffes, pièces d’orfèvrerie, armes, gemmes, bijoux, tout ce qui a été recueilli autrefois des meubles et joyaux ayant appartenu à la couronne de Pologne, a été exposé par cette illustre famille, avec bon nombre d’autres objets précieux qu’elle a hérités sans doute de la princesse Adam Casimir Czartoryiska, qui créa les fameux jardins de Pulawy, et qui, dans un édifice appelé le temple de la Sibille, avait réuni la plus riche collection d’antiquités polonaises13.

15Ces « autres objets précieux », ces « antiquités polonaises » hérités par les Czartoryski correspondaient cependant à l’histoire et au monde de la noblesse de l’ancienne Pologne fixés dans les dessins, gouaches et aquarelles de Jean-Pierre Norblin. Décidément ils étaient toujours les plus nombreux. Armes, sabres (et spécialement des karabela), bâtons de commandement, bâtons de maréchaux, cuirasses ailées, harnachements, ceintures de Słuck, coupes, bijoux, etc. reflétaient ce monde ainsi que des turqueries, surtout des armes et des tissus, comme les tapis polonais de la collection Czartoryski. Il faut dire que les autres expositions de l’époque répétèrent le même cliché. Elles donnèrent, y compris l’exposition ethnologique de 1878, une image identique de notre histoire, même si elle ne fut ni aussi complète ni aussi ample qu’en 1865 et 1878 ; mais une image toujours faite des accessoires de la vie de l’ancienne noblesse.

  • 14 F. Rosset, L’Arbre de Cracovie. Le mythe polonais dans la littérature française, Paris, Édition Im (...)

16À chaque fois, la magnificence et la richesse des bijoux, bien qu’un peu chargées, ainsi que l’ornementation presque orientale et inhabituelle en France, surprenaient, voire choquaient le public. Cela rappelle l’entrée à Paris de la légation polonaise en 1573, décrite à l’époque par Jacques-Auguste de Thou, lorsque que la noblesse polonaise, après des élections libres, donna la couronne de Pologne au fils des Valois14. Les expositions « polonaises » pouvaient effectivement rappeler cet événement vieux de trois cents ans : les mêmes armes, les mêmes bijoux, les mêmes habits, les chevaux et les mêmes accessoires richissimes ; bref les mêmes trésors. Trésors de la Pologne tel est le titre d’une valse de Johann Strauss composée à l’époque. Ces « trésors polonais », aux yeux du public français, étaient davantage perçus comme ceux de la noblesse que ceux de la royauté.

  • 15 S. Kalembka, ouvrage cité, p. 82-237 ; la « famille » est le nom du milieu politique de Czartorysk (...)

17On peut apercevoir un certain jeu politique dans cette représentation. Comme il se doit, la participation des Czartoryski aux expositions prolongea leurs démarches en faveur de « la cause polonaise » auprès des cours européennes. Elle fut un élément de leur politique « étrangère » et au cours des années 1840 et 1850, l’hôtel Lambert décoré comme un monument historique avec ses fresques de Charles Lebrun et d’Eustache Le Sueur, devint accessible au public sur rendez-vous. Mais en même temps, cette image dirigée vers leurs compatriotes, fut un élément de la lutte pour conserver, en exil, leur prépondérance politique et morale et ainsi leur influence dans la politique « intérieure ». Il faut remarquer, que de nombreux émigrés, surtout la Société démocratique polonaise fondée en 1832, ont contesté cette position dominante de la « famille »15. Les Czartoryski ne pouvaient changer cet état de chose ni par leurs activités caritatives, – bals et ventes au profit des exilés, réception de compatriotes à l’hôtel Lambert pendant les fêtes nationales et religieuses –, ni par le concours apporté aux lettres et à la science polonaises. Le prince Adam, puis son fils Władysław, firent donc appel à la force culturelle des collections de Puławy de leur mère et grand-mère Izabela, princesse Czartoryska née Fleming qui constituèrent le premier musée en Pologne et qui, pour tous les Polonais, symbolisaient leur patrimoine.

  • 16 M. Król, Konserwatyści a niepodległość, Kraków, Znak, 1985, p. 140.
  • 17 Ibidem, p. 74-75.

18Ceci convenait très bien à l’idéologie conservatrice du milieu de Czartoryski en France, avant qu’il ait pris le nom de l’hôtel Lambert. Marcin Król écrivait : « La nation polonaise… pour être la nation, doit rester fidèle à Dieu et à sa propre histoire » qui est la garante de ses valeurs16. En ce cas, cultiver la tradition est la condition nécessaire pour survivre et en effet pour regagner l’indépendance. La collection en est l’excellent moyen, et mieux encore, elle est l’essentiel, le plus clair symbole de l’histoire glorieuse et de ses valeurs. Deux éléments ont composé la vision de l’histoire selon l’Hôtel Lambert : la Pologne royale et la Pologne des nobles. Mais si dans la tradition de l’ancienne République des Deux Nations ces deux Polognes furent opposées, voire hostiles, elles s’accomplissaient, à Paris, dans l’image de la puissance d’autrefois, en parfaite harmonie et sans aucune contradiction17. Les souvenirs royaux représentaient le passé, mais ceux de la noblesse unissaient le passé avec le futur, ce qui correspondait à l’utopie conservatrice de la noblesse comme « couche historique » naturellement prédestinée à transmettre la conscience nationale aux générations futures. En effet, incarnée par les armes, la sellerie et autres vestiges de l’ancien monde, que complétaient les reliques des souverains, l’histoire de la noblesse constituait la mémoire collective des Polonais, condition nécessaire de la liberté. D’où la position particulière des Czartoryski, se regardant comme les dépositaires du patrimoine, les gardiens de témoignages du passé et de la tradition dont le symbole est fixé dans les aquarelles de Teofil Kwiatkowski intitulées Bal à l’hôtel Lambert ou Polonaise de Chopin.

Teofil Kwiatkowski, Bal à l’hôtel Lambert (Polonaise de Chopin), Cracovie, Musée des princes Czartoryski (repr. : Muzeum Czartoryskich. Historia i zbiory, Krakůw 1998).

Notes

1 Polska-Francja : dziesięć wieków związków politycznych, kulturalnych i gospodarczych/Pologne-France : dix siècles de relations politiques, culturelles et économiques, sous la rédaction d’Andrzej Tomczak, Varsovie, Książka i Wiedza, 1988, p. 201.

2 Voir S. Kalembka, Wielka emigracja, Toruń, Wydawnictwo Adam Marszałek, 2003.

3 Voir T.-F. de Rosset, « Zbiory tułacze » – w sprawie polskich kolekcji artystycznych we Francji w latach rozbiorów, Ikonotheka. Prace Instytutu Historii Sztuki Uniwersytetu Warszawskiego, 14 (2000), p. 69-88.

4 A.-R. de Liesville, Coup d’œil général sur l’Exposition historique de l’art ancien, Paris, H. Champion, 1879, p. 133-134.

5 C. Blanc, « Union Centrale des Beaux-Arts appliqué à l’industrie », Gazette des Beaux-Arts, 1865, p. 200.

6 Union des Beaux-Arts appliqués à l’industrie. Deuxième exposition. Musée rétrospectif. Salle polonaise, Paris 1865.

7 P. Mantz, « Union Centrale des Beaux-Arts Appliqués à l’Industrie. Musée rétrospectif. La Renaissance et les temps modernes », Gazette des Beaux-Arts, 1865, p. 348-349.

8 Dans son curriculum vitae, Edward Goldstein, collectionneur et donateur du Musée national de Cracovie, écrit : « il a fondé sous la direction de Duchiński la Société anthropologique et ethnographique dans le but d’organiser la Section polonaise à l’exposition universelle de 1878 », (Cracovie, Musée national, Inventaire général, dossier Goldstein, Dzp 3865).

9 Cracovie, Bibliothèque des princes Czartoryski, Archives de l’Hôtel Lambert, 6632 IV ; voir aussi, Paris, Bibliothèque polonaise, Compte-rendu des activités de la Société historique et littéraire du 1 avril 1877 jusqu’au 1 avril 1878 présenté à la séance du 3 mai 1878, p. 6-7.

10 Paris, Bibliothèque polonaise, Papiers et correspondance de Marguerite Czartoryska née d’Orléans, mss no 828.

11 Paris, Archives nationales, Exposition historique de l’art ancien au Trocadéro : inventaire général, F12* 3555 ; P. Breban, Livret-Guide du visiteur à l’exposition historique du Trocadero, Paris, E. Dentu, 1878, p. 63-65.

12 A.-R. de Liesville, « L’Exposition historique de l’art ancien », Gazette des Beaux-Arts, 1878, p. 13 ; B. Fillon, « L’Art romain et ses dégénérescences », Gazette des Beaux-Arts, 1878, p. 492 ; O. Rayet, « Exposition Universelle. L’Art grec au Trocadéro », Gazette des Beaux-Arts, 1878, p. 347-370 ; E. de Beaumont, « Les armures et les armes anciennes », Gazette des Beaux-Arts, 1878, p. 517.

13 C. Blanc, ouvrage cité, p. 201.

14 F. Rosset, L’Arbre de Cracovie. Le mythe polonais dans la littérature française, Paris, Édition Imago, 1997, p. 26-27.

15 S. Kalembka, ouvrage cité, p. 82-237 ; la « famille » est le nom du milieu politique de Czartoryski qui lui fut attribué au XVIIIe siècle.

16 M. Król, Konserwatyści a niepodległość, Kraków, Znak, 1985, p. 140.

17 Ibidem, p. 74-75.

Auteur

Université Nicolas Copernic de Toruń

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search