Version classiqueVersion mobile

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre I - Noblesse française, noblesse polonaise : voyages et échanges

Fraternité dans l’émigration : nobles hongrois et polonais en France au xviiie siècle

Ferenc Tóth

Texte intégral

  • 1 Voir un des premiers ouvrages traitant de ce sujet, I. Hollók, Nexus Nationis Hungariae cum Poloni (...)
  • 2 I. Bibó, Misère des petits États d’Europe de l’Est, Paris, 1986.

1L’amitié historique hungaro-polonaise passe pour un lieu commun dans l’historiographie des deux nations et a déjà engendré de nombreuses recherches. Hormis les stéréotypes des histoires nationales, une vérité historique appuyée par des sources d’archives témoigne de ce phénomène particulièrement sensible à l’époque moderne et contemporaine1. Outre la communauté géographique, politique, religieuse et culturelle des deux peuples, un des secrets de leurs affinités réside dans le fait qu’ils partageaient un destin commun d’États moyens parmi les puissances politiques. Ce destin, appelé à juste titre « misère des petits États d’Europe de l’Est » par le penseur hongrois István Bibó2, fut caractérisé, pendant la période concernée, par des bouleversements, des révolutions et des luttes d’indépendance. Dans ces conditions, les deux pays constituèrent des terres d’asile réciproques pour les participants de guerres d’indépendance ayant échoué et le lien migratoire devint un rapport privilégié entre les deux pays. Au cours de l’époque moderne, les émigrations jouèrent aussi un rôle primordial dans le développement politique des deux nations.

  • 3 Voir J. Zachar, Idegen hadakban (Dans des armées étrangères), Budapest, 1981.

2Au XVIIIe siècle, l’immigration hongroise était un phénomène politique et militaire. Elle commença à la fin du XVIIe siècle, et surtout après la guerre d’indépendance hongroise (1703-1711) qui se termina par la chute du prince Ferenc II Rákóczi. Celui-ci, descendant des princes de Transylvanie, était un allié oriental de Louis XIV qui profita des troubles en Hongrie durant la guerre de Succession d’Espagne. Le prince déchu trouva un refuge à la cour du Roi Soleil et ses officiers et partisans le suivirent dans son émigration en France. Beaucoup d’anciens combattants de la guerre d’indépendance trouvèrent ainsi un emploi au sein de l’armée royale française3.

3C’est à cette époque que la manière de combattre à la hongroise, autrement dit la tactique de la petite guerre, commença à s’épanouir en Europe. La cavalerie légère hongroise, c’est-à-dire les hussards, apparut dans presque toutes les armées européennes. À la fin du XVIIe siècle, l’armée impériale en comptait plusieurs régiments et l’armée royale française voulait opposer aux hussards impériaux leurs compatriotes réfugiés en France. En France, après des débuts incertains, le premier régiment de hussards permanent fut fondé en 1720 par le comte László Bercsényi. Ensuite, le nombre de ces régiments ne cessa de croître jusqu’à la Révolution, époque à laquelle il y en avait douze.

4Au début, grâce au recrutement de réfugiés hongrois en Turquie et aux désertions massives pendant les guerres continentales de la première moitié du siècle, les effectifs étaient composés en majorité de Hongrois. Plus tard, surtout après le renversement des alliances en 1756, leur place fut occupée par des Alsaciens, des Lorrains et des Français. Néanmoins, l’élite d’origine hongroise garda jusqu’à la Révolution une position stable dans le corps des officiers des régiments de hussards français. Quelques membres de cette élite militaire remplirent des missions diplomatiques en Orient et leur contribution à la colonisation française est notoire avant la Révolution.

  • 4 J.-F. Dubost, Les étrangers en France (XVIe siècle1789,) Guide de recherches aux Archives National (...)
  • 5 M. Antoine, Louis XV, Paris, 1989, p. 157.
  • 6 L. Scher-Zembitska, Les Polonais au service de la France de 1732 à 1832, Thèse de doctorat sous la (...)
  • 7 Ibidem, p. 305-309.

5L’immigration des Polonais dans la France de l’Ancien Régime reste encore mal connue, surtout si on la compare à celle, plus massive, du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Pourtant, au XVIIe siècle, une petite communauté de l’élite polonaise s’installa à Paris. C’était en 1668, date à laquelle le roi de Pologne, Jean-Casimir, se retira en France avec son entourage4 après son abdication. Plus tard, au XVIII e siècle, la politique orientale de la France favorisa le rapprochement des deux pays et les bonnes relations franco-polonaises furent scellées en 1725 par le mariage de Louis XV avec la fille du roi Stanislas Leszczynski5. À la suite du déroulement fâcheux de la guerre de Succession de Pologne, Stanislas s’installa avec son entourage en Lorraine, dont il fut le duc jusqu’à sa mort. L’emploi des Polonais dans l’armée royale française ne se fit pas attendre. Stanislas créa une école militaire à Lunéville et, parmi les cadets, il y avait de nombreux Polonais ou des fils de Polonais6. Le régiment Royal-Pologne, fondé en 1653, accueillit une bonne partie des militaires polonais, même s’ils furent toujours minoritaires au sein de cette unité ouvertement polonaise. Leur présence fut également constatée dans les régiments de hussards, comme ceux de Berchény et Pollereczky, ce qui prouve la bonne relation existant entre les deux élites immigrées7. D’ailleurs, le roi Stanislas adressa lui-même plusieurs lettres de recommandation au comte Bercsényi en faveur de militaires polonais désireux de servir dans son régiment. Par exemple, il écrivit le 5 août 1722 :

Monsieur,

  • 8 OSZK (Bibliothèque Nationale Hongroise), série Manuscrits Quart. Gall. 39.

L’envie que ma nation a de servir Le Roy, et l’agrement qu’on a d’estre sous vos ordres faict naistre un desir tres ardent a sr Zbanski mon gentilhomme de se ranger sous vos drapaux si la justice que je luy rends du talent qu’yl a pour le metier le peuvent rendre recomendable, je peut vous assurer que vous en serez content, et pour qu’yl le soit entierement il ne dependera que de vous de le presenter a la camp pour le faire entrer capitaine reformé dans vostre Regiment vous pouvez contez sur ma recognaissance aussy bien que sur l’estime parfaitte avec laqu’elle je suis vostre tres affectione Stanislas Roy8.

  • 9 L. Scher-Zembitska, Les Polonais..., ouvrage cité, p. 165.
  • 10 Ibidem, p. 309-310.
  • 11 Ibidem, p. 433-441.

6Les cavaliers polonais étaient particulièrement populaires pendant la guerre de Succession d’Autriche. Maurice de Saxe créa un corps de Uhlans dont seulement huit cavaliers étaient polonais9. Ainsi, malgré leur réputation, la plupart des immigrés de cette nation servaient dans l’infanterie. En outre, hormis le régiment Royal-Pologne, ils ne formaient pas des régiments nationaux ; on les répartissait dans plusieurs régiments étrangers de l’armée royale française10. Après les partages successifs de leur pays, les Polonais vinrent de plus en plus nombreux en France. Ils se distinguèrent particulièrement lors de la guerre d’indépendance américaine, durant laquelle ils firent partie du corps expéditionnaire français11, puis à l’époque napoléonienne, quand une Légion polonaise combattit au sein de l’armée impériale française. En défendant les idées révolutionnaires, ils espéraient la libération de leur pays d’origine. Il est intéressant de noter qu’il y eut aussi des tentatives de création d’unités militaires hongroises sur le même modèle. Avant la Révolution, nous avons connaissance d’une demande formulée pour lever un régiment Royal-Hongrie et, à l’époque napoléonienne, l’aventurier Jean-Charles Besse proposa la création d’une Légion hongroise. Aucun de ces deux projets ne s’est concrétisé.

7Les principaux réseaux de solidarité entre nobles polonais et hongrois remontent au XVIIe siècle. La politique orientale de la France joua un rôle d’intermédiaire dans le renforcement de leurs rapports puisqu’elle encouragea un système d’alliance de revers anti-Habsbourg composé principalement de l’Empire ottoman, de la Pologne, de la Transylvanie et des mécontents hongrois. Dans cette perspective, le 27 mai 1677, fut signé à Varsovie un traité de collaboration entre les alliés français, polonais, transylvains et kouroutz, puis les liens entre Hongrois et Polonais se renforcèrent durant les mouvements des kouroutz dans la Haute-Hongrie à la fin du XVIIe siècle.

8Des émigrés hongrois commencèrent à arriver en France à cette époque, dont la famille du célèbre Maurice-Auguste Benyowsky qui s’enracina en Normandie et plus tard dans la vallée de la Marne, près du château de Lusancy. Il n’est pas surprenant que Maurice-Auguste Benyowsky, arrivé en France en 1772, y ait trouvé un très bon accueil. Dans ses mémoires, il nous raconte le début de son séjour en France :

  • 12 Voyages et mémoires de Maurice-Auguste, comte de Benyowszky, Paris, 1791, p. 209. Les documents co (...)

Le 8 d’août, j’arrivais en Champagne, où était alors le ministre, qui me reçut avec distinction et cordialité, et qui me proposa d’entrer au service de son maître, avec l’offre d’un régiment d’infanterie ; ce que j’acceptais, à condition qu’il plairoit à Sa Majesté de m’employer à former des établissements au-delà du Cap. J’eus aussi le bonheur de trouver en France mon oncle, le comte de Benyow, commandant de la ville et du château de Bar, commandeur de l’ordre royal de Saint-Lazare, et chevalier de Saint-Louis. Les secours de ce digne parent, et la bienveillance de Sa Majesté, me mirent en état d’envoyer un exprès en Hongrie, pour chercher mon épouse et mon fils12.

  • 13 SHAT (Service historique de l’Armée de Terre), série MF (Maréchaux de France) 230.
  • 14 J. Zachar, Franciaország magyar marsallja, Bercsényi László (Un maréchal de France hongrois, Lászl (...)

9Hormis les liens familiaux, l’amitié joua aussi un rôle primordial dans le rapprochement des deux communautés émigrées. L’amitié du comte Ladislas Berchény et du roi Stanislas Leszczynski date de 1718, lors d’une rencontre à Wissembourg, en Alsace, et cette relation devint primordiale pour la carrière de Berchény. Durant la guerre de Succession de Pologne, celui-ci commanda brillamment son régiment et son talent militaire lui valut deux promotions : il fut nommé brigadier en 1734, puis général en 173813. Après les combats, il s’attacha à l’entourage de Stanislas qui le fit grand écuyer, conseiller et chevalier d’honneur de sa Cour. Ce fut à cette époque qu’il s’installa dans le château de Luzancy14. Le témoignage le plus spectaculaire de cette amitié, qui dura jusqu’à la mort de Stanislas, se trouve dans le recueil de correspondance du comte Berchény, intitulé Lettres du roy de Pologne et d’autres princes et conservé dans la Bibliothèque nationale Széchenyi de Budapest. En lisant cette collection de lettres, nous pouvons constater la sincère affection qui existait entre les deux personnages, qui abordaient même le thème de leur vie privée dans leur correspondance. Le mariage morganatique du comte Berchény y apparaît sous les couleurs les plus tendres, le roi Stanislas évoquant cette question dans sa lettre du 17 décembre 1730 :

  • 15 OSZK, série Manuscrits Quart. Gall. 39. fol. 12.

Votre absence si longue et insupportable, cependant cognoissant la douceur d’estre dans une Chaumiere avec une jolie bergere je vous le pardonne15.

10Stanislas facilita aussi l’introduction de son ami à la Cour de Versailles, comme en témoigne sa lettre du 24 décembre 1726 :

  • 16 Ibidem, fol. 13.

Sur ce que vous m’avez escrits Mon Chere Comte que vous Seriez le jour de la nouvelle année a Versaille Je vous prie de faire de nostre part un Compliment a La Reyne et au Roy chez qui vous pouvez prier Mr Le Cardinal De Fleury d’estre introduit faict une belle harangue a la hussard et acquittez vous je vous prie de cette commission selon l’amitié ordinaire que vous avez pour celuy qui est de tout son coeur. Vostre tres affectione16.

11Malgré l’amitié du beau-père de Louis XV, ou peut-être à cause de cela, la carrière de Ladislas Berchény ne fut pas facile à la cour de Versailles. Comme il se perdit dans le labyrinthe de la Cour, il ne réussit jamais à s’y intégrer complètement, raison pour laquelle il se résigna à passer sa vie en seigneur hongrois dans son château de Luzancy. Celui-ci servit souvent d’escale à Stanislas lorsqu’il se rendit à Versailles. Pratiquement le seul témoignage de cette époque est une plaque de cuivre burinée posée sur le mur de l’escalier du château qui rappelle les visites royales :

  • 17 Cité par A. Bouteveille, Luzancy Un château au fil du temps, Histoire, énigmes et controverses, se (...)

En 1765 le 19 du mois de septembre Marie Leczinska Reine de France en revenant de voir son père le Roy de Pologne à Commercy se détourna exprès de La Ferté sous Jouarre pour venir à Lusancy dîner chez le Maréchal de Bercheny pour qui elle a eu ainsi que pour sa famille des bontés distinguées.
Stanislas 1er Roy de Pologne Duc de Lorraine et de Bar allant tous les ans voir sa fille la Reine à Versailles dinoit et couchoit à Lusancy à son passage et à son retour17.

  • 18 Information fournie par A. Bouteveille.

12Autour de ce château persistent des traces des petites communautés hongroises et polonaises composées des officiers du régiment de hussards Berchény. Dans les actes de baptême des paroisses des environs, on trouve souvent des parrainages entre Hongrois et Polonais (Tott, Benyo ou Benyowski, Duksa, etc.), ce qui prouve les liens étroits qui existaient entre eux. Récemment, les recherches menées sur le manoir fortifié de Chamigny, nommé Rougebourse, qui servait de domicile à plusieurs familles d’officiers hongroises et polonaises, ne font que renforcer l’existence des liens entre les deux communautés émigrées18.

  • 19 Ibidem. Voir aussi J. Antall, Kováts Mihály, « az amerikai szabadságharc magyar hőse (Mihály Kovát (...)
  • 20 Voir sur la famille Benyovszky, J. Kerekesházy, A madagaszkári király családja (La famille du roi (...)
  • 21 L. Orlowski, Maurycy August Beniowski, Warszawa, 1961, p. 246.
  • 22 Ibidem, p. 258-268. Voir aussi A. Lasseray, Les Français sous les treize étoiles, 1775-1783, Mâcon (...)

13Pour les militaires hongrois et polonais, la période la plus remarquable fut la guerre d’indépendance américaine. En effet, en Amérique, la cavalerie légère fut fondée par un Hongrois, le lieutenantcolonel Mihály Kováts, vétéran des guerres de Succession d’Autriche et de Sept Ans qui avait combattu dans les armées autrichienne, française et prussienne. Pendant la guerre d’indépendance, il se distingua dans l’organisation de la cavalerie légère, c’est-à-dire d’un corps de hussards, et il devint, en 1778, le commandant de la cavalerie de la légion Pulaski19. Nous connaissons aussi quelques autres participants illustres à la guerre d’indépendance américaine, comme le lieutenant Ferenc Benyovszky ou le major Jean-Ladislas Pollereczky. Le premier appartenait à la même famille polono-hongroise qui donna plusieurs officiers de hussards à l’armée royale française. Son frère aîné, Maurice-Auguste, se rendit célèbre dans la colonisation de Madagascar20. Notons qu’il voulait également prendre part à la guerre d’indépendance américaine. À Paris, il contacta même Benjamin Franklin à ce sujet dès 177221. Après être arrivé en Amérique, en 1782, il sollicita le Congrès Continental et le général Washington pour qu’on l’autorise à lever une légion de 3 500 hommes en Europe. Sa requête fut examinée et approuvée par Washington, mais la cessation des hostilités mit fin au projet22.

  • 23 Le manuscrit est conservé à la Bibliothèque Municipale d’Évreux (série Ms. Frf. no 30). Cité par G (...)
  • 24 Ibidem, p. 190.

14Grâce au journal manuscrit du lieutenant-colonel Hugau, nous disposons de renseignements sur la vie quotidienne de Pollereczky en Amérique23. Selon lui, Pollereczky y vendit très cher des chevaux, du vin et d’autres marchandises, ce qui lui permit de gagner plus de trente mille livres. Hugau ajoute que, à la suite de cette affaire, les officiers de la légion de Lauzun ne voulaient plus servir avec lui et qu’ils refusèrent de manger avec lui24. Cette réaction n’a rien de surprenant à une époque où la noblesse revendiquait une réforme de l’armée en préconisant le retour aux vertus nobiliaires traditionnelles.

  • 25 Archives départementales du Bas-Rhin (ADBR), série E 5644.
  • 26 J. Zachar, « Pollereczky János ôrnagy az amerikai függetlenségi háborúban (Le major János Pollerec (...)
  • 27 Extrait de la lettre de Maurice-Auguste Benyovszky au général Washington (Philadelphie, le 18 mars (...)

15Les officiers combattant aux États-Unis, après leur retour en France, jouèrent un rôle considérable dans la préparation des réformes de leur pays, mais certains restèrent définitivement en Amérique où ils continuèrent à servir la jeune démocratie. Le major Pollereczky fut l’un d’eux. Il s’établit dans la ville de Pownalborough (aujourd’hui Dresden), dans le Maine. Après un premier mariage contracté en 1772 qui lui donna un enfant, il se remaria en 1787 et se convertit au protestantisme25. D’abord juge de paix, puis fermier, il termina ses jours comme vigie de phare. En 1789, il invita aussi son frère, André Philippe, en Amérique26. Il est intéressant de rappeler que les principaux Hongrois ayant participé à la guerre d’indépendance américaine étaient presque tous issus de familles nobles de la Haute-Hongrie liées à la noblesse polonaise. Par exemple, les frères Benyovszky étaient des cousins germains du général Pulaski27.

  • 28 J. Bérenger et J. Meyer, La France dans le monde au XVIIIe siècle, Paris, 1993, p. 66-67.

16Hormis l’armée royale française, la diplomatie et la colonisation présentaient également d’excellents terrains d’activité pour une coopération hungaro-polonaise au service de la France. Louis XV s’intéressa surtout à la Pologne, où le parti francophile était assez fort. Son candidat français pour le trône polonais fut le prince de Conti, qui était en correspondance secrète avec les ambassadeurs français à Varsovie, Constantinople, Stockholm et Saint-Pétersbourg, bien entendu initiés au « secret du roi ». L’enjeu de ces intrigues fut la création d’un système d’alliance francophile entre la Turquie, la Pologne, la Suède et la Prusse afin de séparer l’empire des Habsbourg de la Russie28. Nous connaissons deux agents hongrois issus de l’émigration hongroise en France impliqués dans les projets avec la Pologne. Il s’agit d’André Tott et de son fils, le fameux baron de Tott, prénommé François. Le premier fut envoyé plusieurs fois en Turquie, en Crimée et en Pologne où il se lia avec des aristocrates polonais. Jusqu’à sa mort, survenue en 1757, il travailla au rétablissement de l’ancienne alliance de revers.

  • 29 L. Bély, Les relations internationales en Europe, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, 1992, p. 567-573.
  • 30 André de Tott naquit en 1731. En 1742, il entra au service dans le régiment de hussards Berchény. (...)

17Son fils fut destiné à le remplacer dans des missions délicates. À la mort d’Auguste III, en janvier 1764, une alliance russo-prussienne se forma en vue de renforcer l’influence de ces deux puissances en Pologne au détriment de celle de la France. Les troupes russes pénétrèrent en Pologne et imposèrent l’élection à la Diète de Stanislas-Auguste Poniatowski, ancien amant de Catherine II. La France rompit alors les relations diplomatiques avec la République polonaise. Choiseul s’efforçait de susciter une guerre russo-turque. Il ordonna à Vergennes, qui était ambassadeur de France à Constantinople, de faciliter l’éclatement d’un conflit entre les deux puissances orientales29. Presque tous les manuels d’histoire évoquent le rôle joué par François de Tott dans la genèse de cette guerre. Notons ici que son frère aîné, André de Tott, ou simplement Tot, fut également impliqué dans cette affaire et qu’il arrive même qu’on confonde les deux personnages30.

  • 31 Voici un extrait de la lettre du chevalier de Vergennes au baron (Constantinople, fin de septembre (...)
  • 32 L’aventurier Jacques Casanova connut personnellement André de Tott. Il le rencontra à Saint-Péters (...)
  • 33 D. Ozaman et M. Antoine, Correspondance..., ouvrage cité, tome II, p. 224-225.
  • 34 Selon la lettre du 23 décembre 1768 de l’ambassadeur de France à Saint-Pétersbourg Rossignol au co (...)

18En septembre 1767, le chevalier de Vergennes, obéissant aux ordres de Choiseul, envoya François de Tott en Crimée auprès du khan des Tartares en qualité de consul de France. Il devait inciter le souverain tartare à faire la guerre aux Russes. Tott camoufla sa vraie mission par des buts secondaires, comme l’achat des chevaux de remonte pour les régiments de hussards en France31. Il convient de rappeler que son père remplit aussi des missions diplomatiques importantes sous le prétexte de recruter des hussards en Turquie. Dans le même temps, son frère aîné se trouvait en Russie, à la cour de Saint-Pétersbourg, depuis le mois de mars 176432. Il fut en correspondance avec son frère et fut également employé au service du roi pour fournir des renseignements sur les événements de Russie.33 Quelques lettres issues de cette correspondance furent interceptées par les autorités russes et son activité secrète fut ainsi dévoilée. Par conséquent, il fut expulsé le 20 décembre 176834.

  • 35 L. Bély, Les relations..., ouvrage cité, p. 571-572.
  • 36 Mémoires du baron de Tott sur les Turcs et les Tartares, tome II, Maestricht, 1785, p. 171-193.

19François de Tott réussit à gagner la grâce du khan Krim-Guéray dont il devint le confident. En juillet 1768, des kozaks brûlèrent la petite ville de Balta en territoire tartare. L’affaire de Balta fournit au baron de Tott l’occasion d’exciter la vengeance du khan des Tartares, ce qui força le Grand Seigneur à lever l’étendard de la guerre, dont la déclaration fut faite le 6 octobre 176835. François de Tott accompagna le khan dans les premières campagnes de la guerre. Il y était encore à la mort de Krim-Guéray, auquel il consacra plusieurs pages de ses Mémoires36.

  • 37 Voir sur la vie de Benyovszky, Voyages et mémoires de Maurice-Auguste, comte de Benyowsky, Magnat (...)

20Parmi les personnages hungaro-polonais ayant joué un rôle dans la politique extérieure française, le comte Maurice-Auguste Benyowski fut sans doute le plus célèbre. Né en 1741 à Verbó, en Hongrie, il se rendit en Pologne après une brouille avec sa famille à cause d’une affaire de succession. Il participa à la création de la Confédération de Bar et lutta contre les troupes russes qui avaient envahi la Pologne. Fait prisonnier en 1769, il fut déporté en Russie, puis ensuite exilé au Kamchatka. Il s’évada et navigua sur un vaisseau – via le Japon, Formose (Taïwan), Macao, l’Ile de France (Ile Maurice) et Madagascar – jusqu’à la France37.

  • 38 Voir à ce sujet les documents du ministère des Colonies publiés par P. Cultru dans l’Appendice du (...)
  • 39 Sur le corps de Benyowszky, voir série Ms 246 Corps de Benyowszky, État du régiment, Bibliothèque (...)
  • 40 P. Cultru, De colonia..., ouvrage cité, p. 104-110.
  • 41 I. Nagy, Magyarország családai czimerekkel és nemzedékrendi táblákka, tome II (Familles de Hongrie (...)
  • 42 L. Thallóczy, « Gróf Benyovszky Móricz haditengerészeti és kereskedelem-politikai tervei 1779-1781 (...)
  • 43 I. Nagy, Magyarország..., ouvrage cité, tome II, p. 310.

21Il arriva en France le 19 juillet 1772. Sa proposition de former un établissement à l’île de Madagascar trouva un accueil favorable auprès du duc d’Aiguillon et du ministre de la Marine, le comte de Boynes. Par conséquent, en 1773, Louis XV confia à Benyovszky la mission de former une colonie à Madagascar38. Pour son expédition, le comte recruta des soldats qui constituèrent le corps des « volontaires de Benyowszky »39. En 1774, Benyovszky arriva à Madagascar où il effectua des travaux assez onéreux pour consolider l’implantation française. Il y fit construire une colonie fortifiée, Louisbourg, et trois autres forteresses. Néanmoins, les contrôles faits en 1776 révélèrent que les rapports envoyés par Benyovszky étaient faux40. Malgré sa popularité parmi les indigènes, qui le nommèrent roi (Apansacabe), il dut quitter son poste. Il retourna en Hongrie en 1777 et participa à la « guerre des patates » jusqu’à la paix de Teschen41. Entretemps, il rédigea des projets détaillés concernant la marine impériale. Maurice-Auguste Benyowszky voulait développer le commerce maritime hongrois en creusant un canal reliant la mer Adriatique au Danube42. Ensuite, comme nous l’avons montré plus haut, il voyagea en Amérique du Nord pour combattre aux côtés des insurgés et aussi pour attirer l’attention des commerçants de cette nouvelle démocratie afin d’avoir des fonds pour retourner à Madagascar. Ceci fait, il entreprit une deuxième tentative de colonisation de l’île en 1785, mais son aventure se termina par l’intervention du gouverneur de l’Ile de France qui le fit assassiner le 23 mai 178643.

  • 44 Voir à ce sujet F. Tóth, Ascension sociale et identité nationale, Budapest, 2000.

22Les réussites des nobles hongrois et polonais s’expliquent par l’accueil favorable que leur réserva la noblesse militaire française qui voulait conserver et garantir son monopole sur les postes d’officiers dans l’armée contre la bourgeoisie qui essayait de s’y infiltrer grâce à la vénalité des offices. La controverse autour des principes de la « naissance » et du « mérite » partageait l’opinion publique. Les hussards hongrois avaient une autonomie relativement large dans leurs régiments. Leur élite, composée de pauvres gentilshommes hongrois, devait parfois faire la même carrière que les officiers de fortune français44.

23Un autre facteur important du succès des élites centro-européennes dans la société française réside dans le fait que certains philosophes des Lumières, comme Montesquieu ou Rousseau, montraient une attitude très favorable envers les noblesses hongroise et polonaise. Ils citèrent l’esprit de liberté de ces élites comme un exemple moral et, lorsque Montesquieu visita la Diète de Presbourg en 1728, il fut frappé par la forte conscience de la noblesse hongroise :

  • 45 C.-L. de S. Montesquieu, De l’esprit des lois, dans Œuvres complètes de Montesquieu, tome I, Bâle, (...)

On a vu la maison d’Autriche travailler sans relâche à opprimer la noblesse hongroise. Elle ignoroit de quel prix elle lui seroit quelque jour. Elle cherchoit chez ces peuples de l’argent qui n’y étoit pas ; elle ne voyoit pas des hommes qui y étoient. Lorsque tant de princes partageoient entre eux ses états, toutes les pièces de sa monarchie, immobiles et sans action, tomboient pour ainsi dire les unes sur les autres : il n’y avoit de vie que dans cette noblesse, qui s’indigna, oublia tout pour combattre, et crut qu’il étoit de sa gloire de périr et de pardonner45.

24Bien que les noblesses d’Europe centrale aient joué un rôle important dans les mouvements nationaux, il convient de rappeler qu’il s’agit souvent de familles internationales dont les origines étaient très variées. Le cas des Benyovszky a été analysé par Edward Kajdanski dans la préface de l’édition critique des Mémoires de Maurice-Auguste Beniowski :

  • 46 M.-A. Beniowski, Mémoires et voyage, tome I, Montricher, 1999.

Bien qu’il soit ordinairement reconnu pour hongrois, certains chercheurs sont enclins à voir en lui un Slovaque. Il est en tout cas tout à fait certain que beaucoup de sang allemand coulait dans ses veines car sa grand-mère maternelle, Teresa Schlosser, était allemande. Les généalogistes hongrois maintiennent que la famille des Beniowski était liée par le sang avec toute une série de familles polonaises, ce qui semble être la seule explication du fait qu’après la formation de la confédération de Bar, Beniowski se soit trouvé dans ses rangs46.

  • 47 C. Croubois (dir.), L’officier français des origines à nos jours, Paris, 1987, p. 72.

25Les archives françaises conservent encore des documents qui prouvent la noblesse des gentilshommes étrangers, surtout après la promulgation de l’édit de Ségur (1781) qui imposa de faire la preuve de quatre degrés de noblesse à tous les candidats à un poste d’officier dans l’armée47. Il arriva même que l’ancien titre féodal de certaines familles fut rétabli en France par des recherches généalogiques. Ce fut le cas des Pollereczky, famille polono-hongroise de la Haute-Hongrie, qui firent établir leur généalogie en 1774. Une note insérée parmi les documents de la famille conservés aux Archives Nationales nous apprend son origine :

  • 48 Archives nationales (Paris), série M 506.

Il aurait remarqué suivant l’ordre généalogique et autres pièces qu’il descendait en ligne directe de Ladislas Bolereczky (!), créé comte au quatorzième siècle par Casimir, roi de Pologne, qu’il est arrivé que ses Ancêtres peu attentifs a un titre qui ne leur paraissoit peut être alors d’aucun avantage pour leur famille et auroient negligé de faire insérer dans leurs actes de mariage et de naissance la ditte qualité de comte, dont ils étoient en possession depuis plus de trois siècles48.

26Il y a donc parfois une confusion ou une incertitude dans les origines de ces nobles hongrois et polonais dont les familles étaient bien souvent alliées entre elles depuis des siècles. Quoi qu’il en soit, cette confusion ne créa en aucun cas des problèmes ou des discordes entre les membres des deux communautés. Bien au contraire, on peut constater une double fierté de leur part. Après l’échec des guerres d’indépendance, les émigrés hongrois et polonais en France, et surtout la noblesse, s’assignaient un rôle messianique : ils se croyaient pour ainsi dire les seuls détenteurs de la tradition nationale de leur pays d’origine. Cette fierté fut d’ailleurs souvent encouragée par les idées françaises qui créèrent des conditions favorables à leur épanouissement dans la première moitié du XVIIIe siècle. L’identité nationale surchauffée des anciens combattants était non seulement une manifestation originale du « protonationalisme » (E. Hobsbawm) en Europe moderne, mais aussi un témoignage historique de la solidarité entre les noblesses ayant un statut similaire. Ainsi étaient-ils nombreux dans les guerres en Hongrie et, par conséquent, en France ou dans la guerre d’indépendance américaine.

27En conclusion, nous pouvons constater que les liens étroits entre les nobles hongrois et polonais en France étaient fondés sur des rapports préexistants. En particulier, il s’agit de liens familiaux et politiques noués dans les régions limitrophes des deux pays. La bonne entente entre les chefs des deux émigrations, notamment Stanislas Leszczynski et Ladislas Berchény, prépara la carrière de nombreux gentilshommes polonais dans les régiments de hussards hongrois. Hormis l’armée royale française, la diplomatie et la colonisation françaises présentaient également des possibilités d’ascension aux membres de cette élite hungaro-polonaise. Malgré le souci de sauvegarder leur identité nationale, les recherches sur les origines des familles révélèrent souvent une double identité, ce qui facilitait la collaboration hungaro-polonaise en terre française.

Notes

1 Voir un des premiers ouvrages traitant de ce sujet, I. Hollók, Nexus Nationis Hungariae cum Polonica, Cassoviae, 1831.

2 I. Bibó, Misère des petits États d’Europe de l’Est, Paris, 1986.

3 Voir J. Zachar, Idegen hadakban (Dans des armées étrangères), Budapest, 1981.

4 J.-F. Dubost, Les étrangers en France (XVIe siècle1789,) Guide de recherches aux Archives Nationales, Paris, 1993, p. 92.

5 M. Antoine, Louis XV, Paris, 1989, p. 157.

6 L. Scher-Zembitska, Les Polonais au service de la France de 1732 à 1832, Thèse de doctorat sous la direction de A. Corvisier, Université Paris IV-Sorbonne, 1993, p. 128-141.

7 Ibidem, p. 305-309.

8 OSZK (Bibliothèque Nationale Hongroise), série Manuscrits Quart. Gall. 39.

9 L. Scher-Zembitska, Les Polonais..., ouvrage cité, p. 165.

10 Ibidem, p. 309-310.

11 Ibidem, p. 433-441.

12 Voyages et mémoires de Maurice-Auguste, comte de Benyowszky, Paris, 1791, p. 209. Les documents conservés aux Archives nationales (S.O.M. Fonds Madagascar C5 A3 no 74) et aux Archives départementales de la Meuse (ADM, série E dépôt, BB 43 fol. 58 et BB 44 fol. 48) confirment également qu’à cette période, le comte Paul de Benyo (sic !), ancien capitaine de régiment de hussards Berchény, était commandant du château de Bar.

13 SHAT (Service historique de l’Armée de Terre), série MF (Maréchaux de France) 230.

14 J. Zachar, Franciaország magyar marsallja, Bercsényi László (Un maréchal de France hongrois, László Bercsényi), Budapest, 1987, p. 119.

15 OSZK, série Manuscrits Quart. Gall. 39. fol. 12.

16 Ibidem, fol. 13.

17 Cité par A. Bouteveille, Luzancy Un château au fil du temps, Histoire, énigmes et controverses, seigneurs et châtelains, Coulommiers, s. d., p. 51.

18 Information fournie par A. Bouteveille.

19 Ibidem. Voir aussi J. Antall, Kováts Mihály, « az amerikai szabadságharc magyar hőse (Mihály Kováts, le héros hongrois de la guerre d’indépendance d’Amérique) », dans Modell és valóság I (Modèle et réalité), Budapest, 1994, p. 129-135.

20 Voir sur la famille Benyovszky, J. Kerekesházy, A madagaszkári király családja (La famille du roi de Madagascar), Budapest, 1937 ; et sur l’activité de Ferenc Benyovszky en Amérique, voir E. Pivány, Hungarian-American Historical Connections from Pre-Columbian Times to the American Civil War, Budapest, 1927, p. 27-28.

21 L. Orlowski, Maurycy August Beniowski, Warszawa, 1961, p. 246.

22 Ibidem, p. 258-268. Voir aussi A. Lasseray, Les Français sous les treize étoiles, 1775-1783, Mâcon-Paris, 1935, p. 373-374. Le commandant André Lasseray affirme dans son livre que le comte Maurice-Auguste Benyovszky avait également combattu an Amérique en 1779-1780.

23 Le manuscrit est conservé à la Bibliothèque Municipale d’Évreux (série Ms. Frf. no 30). Cité par G. Bodinier, Les officiers de l’Armée Royale, combattants de la guerre d’indépendance des États-Unis, de Yorktown à l’an II, Vincennes, 1983, p. 154.

24 Ibidem, p. 190.

25 Archives départementales du Bas-Rhin (ADBR), série E 5644.

26 J. Zachar, « Pollereczky János ôrnagy az amerikai függetlenségi háborúban (Le major János Pollereczky dans la guerre d’indépendance américaine) », dans Hadtörténelmi Közlemények, 1980, p. 307.

27 Extrait de la lettre de Maurice-Auguste Benyovszky au général Washington (Philadelphie, le 18 mars 1782) : « You honored my Cousin German Pulaski with your Confidence permit me to request a continuance of it in my favor - Zeal and attachement shall always justify it ». L. Orlowski, Maurycy..., ouvrage cité, p. 256.

28 J. Bérenger et J. Meyer, La France dans le monde au XVIIIe siècle, Paris, 1993, p. 66-67.

29 L. Bély, Les relations internationales en Europe, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, 1992, p. 567-573.

30 André de Tott naquit en 1731. En 1742, il entra au service dans le régiment de hussards Berchény. En mars 1764, il quitta la France pour la Russie où il vécut à la cour de Saint-Pétersbourg. Il fournit des renseignements secrets au chargé d’affaires français, Rossignol, ainsi qu’à son frère, François, qui se trouvait alors en Crimée. Son activité fut découverte et les autorités russes l’expulsèrent le 20 décembre 1768. Archives du Ministère des Affaires Étrangères, série Personnel (première série), vol. 67. fol. 54-58. Voir à ce sujet D. Ozaman et M. Antoine, Correspondance secrète du comte de Broglie avec Louis XV (1756-1784), 2 vol., Paris, 1956-1961.

31 Voici un extrait de la lettre du chevalier de Vergennes au baron (Constantinople, fin de septembre 1767) : « puisque vous avez des ordres pour la remonte de nos régiments de hussarts je dois vous prévenir M. qu’après bien des sollicitations et des instances j’ay obtenu qu’il seroit écrit au Pacha de Kotchim par la voye de son capikaya et d’ordre du Vizir de laisser sortir mille chevaux ». Centre des Archives diplomatiques de Nantes (CADN), série Saint-Priest 207, pièce 5.

32 L’aventurier Jacques Casanova connut personnellement André de Tott. Il le rencontra à Saint-Pétersbourg en 1768. Dans ses Mémoires, Casanova nous fournit des informations précieuses sur ce personnage : « j’ai beaucoup conversé dans ces trois jours avec le comte Tot, frère de celui qui était alors employé à Constantinople, qu’on appelait le baron. Nous nous étions connus à Paris, puis à La Haye où j’avais eu le bonheur de lui être utile. Il était alors hors de France pour éviter des affaires qui lui seraient arrivés vis-à-vis de ses camarades officiers qui s’étaient trouvés à la bataille de Minden. Il était venu à Pétersbourg avec Mme de Soltikow qu’il avait connue à Paris, dont il était devenu amoureux. Il logeait chez elle, il allait à la cour, et il y était aussi joli garçon. Deux ou trois ans après il eut ordre de l’impératrice de sortir de Pétersbourg, lorsque la guerre contre les Turcs arriva à cause des troubles de la Pologne. On prétendit qu’il tenait un commerce épistolaire avec son frère qui travaillait alors à Dardanelli pour empêcher le passage à la flotte russe que commandait Alexis Orloff. Je ne sais pas ce qu’il est devenu après son départ de Russie ». J. Casanova, Histoire de ma vie, tome III, Paris, 1993, p. 421.

33 D. Ozaman et M. Antoine, Correspondance..., ouvrage cité, tome II, p. 224-225.

34 Selon la lettre du 23 décembre 1768 de l’ambassadeur de France à Saint-Pétersbourg Rossignol au comte de Vergennes, il y avait une relation de cause à effet entre l’arrestation de l’ambassadeur de Russie à Constantinople, Obreskov, et l’expulsion d’André de Tott : « Monseigneur, J’ai reçu la lettre dont votre Excellence m’a honoré le 9 octobre dernier par laquelle elle veut bien me faire part de ce qui s’est passé lors de l’arret de M. Obreskow (...). On attribue icy la rupture entre les deux empires aux intrigues de la france, d’ou vous pouvez juger, Mgr., de quel œil nous sommes vus. La haine et l’animosité contre nous sont excessives ; elles ont poussé l’Impératrice à faire donner ordre au Baron de Tott de partir en vingt quatre heures. Le pretexte est la conduite que son frere qui a été en Crimée a tenue avec les confederés, et il est parti depuis quinze jours ». CADN, série Saint-Priest 232 fol. 8-9.

35 L. Bély, Les relations..., ouvrage cité, p. 571-572.

36 Mémoires du baron de Tott sur les Turcs et les Tartares, tome II, Maestricht, 1785, p. 171-193.

37 Voir sur la vie de Benyovszky, Voyages et mémoires de Maurice-Auguste, comte de Benyowsky, Magnat des Royaumes d’Hongrie et de Pologne, Paris, 1791 et Vie et aventures du comte Maurice-Auguste Beniowski, Tours, 1853 ; P. Cultru, Un Empereur de Madagascar au XVIIIe siècle, Benyowszky, Paris, 1906 ; P. Cultru, De colonia in insulam Delphinam vulgo Madagascar a barone M. A. de Benyowszky deducta, Paris, 1901 ; P. Vacher, Contribution à l’histoire de l’établissement français fondé à Madagascar par le baron de Benyowszky (1772-1776) d’après de nouvelles sources manuscrites (Manuscrit déposé à la Bibliothèque Nationale Hongroise « Széchenyi », Budapest).

38 Voir à ce sujet les documents du ministère des Colonies publiés par P. Cultru dans l’Appendice du résumé latin de sa thèse intitulée De colonia in insulam Delphinam vulgo Madagascar a barone M.-A. de Benyowsky deducta, Paris, 1901.

39 Sur le corps de Benyowszky, voir série Ms 246 Corps de Benyowszky, État du régiment, Bibliothèque polonaise de Paris ; British Museum, série Add. Mss. 18134 Recueil de pièces sur Madagascar (1775-1815) ; A. Corvisier, Les contrôles de troupes de l’Ancien Régime, Tome III, Contrôles de troupes diverses, Vincennes, 1970, p. 602 ; G. Bodinier, Les officiers..., ouvrage cité, p. 121 ; P. Vacher, Contribution..., ouvrage cité, p. 145.

40 P. Cultru, De colonia..., ouvrage cité, p. 104-110.

41 I. Nagy, Magyarország családai czimerekkel és nemzedékrendi táblákka, tome II (Familles de Hongrie avec leurs armoiries et généalogies), Pest, 1857, p. 310.

42 L. Thallóczy, « Gróf Benyovszky Móricz haditengerészeti és kereskedelem-politikai tervei 1779-1781 » (Les projets du comte Móricz Benyovszky concernant la marine et la politique commerciale 1779-1781), dans Gazdaságtörténelmi Szemle (Revue d’histoire économique), Budapest, 1901. p. 321-376 et 385-409.

43 I. Nagy, Magyarország..., ouvrage cité, tome II, p. 310.

44 Voir à ce sujet F. Tóth, Ascension sociale et identité nationale, Budapest, 2000.

45 C.-L. de S. Montesquieu, De l’esprit des lois, dans Œuvres complètes de Montesquieu, tome I, Bâle, 1799, p. 294.

46 M.-A. Beniowski, Mémoires et voyage, tome I, Montricher, 1999.

47 C. Croubois (dir.), L’officier français des origines à nos jours, Paris, 1987, p. 72.

48 Archives nationales (Paris), série M 506.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search