Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Chapitre I - Noblesse française, noblesse polonaise : voyages et échanges

Itinéraire terrestre, itinéraire moral. Le voyage en France du Père Léon Andrzej Morawski (1731-1732)

Izabella Zatorska

Texte intégral

  • 1 En novembre 1731, il cite une autorisation de l’archevêque de Prague pour dire les messes, dans so (...)

1En Pologne, on conserve de l’époque « saxonne » (1696-1763), plusieurs inédits, entre autres, le journal d’un ecclésiastique parti en tournée à travers la Bohême, l’Allemagne, la France, l’Italie et l’Autriche. Ce voyage a fait l’objet de huit cents pages manuscrites ; un quart environ est consacré à la France, dont l’essentiel à Paris. Nous disposons malheureusement de peu d’informations sur l’auteur lui-même, dont les manuscrits sont conservés au Fonds Ossolinski de Wroclaw et à la Bibliothèque Jagellon. C’est dans le premier fonds que se trouve le Diarium Leonis Andreae de Chomecice Morawski, objet de notre étude. L’auteur était chanoine de Gniezno et de Posen. Qu’il fut venu du diocèse de Posen se confirme dans la recommandation de l’évêque de Prague, dont il parle peu avant son départ de Paris1.

2Son itinéraire terrestre, un Grand Tour à la polonaise – l’Angleterre n’était pas encore à la mode – nous semble en effet obéir à une double contrainte, celle de « rejoindre » l’invisible et la transcendance par une réflexion sur les objets et les traces rencontrés. L’état ecclésiastique du voyageur y joue un rôle déterminant, mais il est particulièrement intéressant de voir comment, aux yeux d’un prêtre catholique polonais, certaines manifestations culturelles, soit contemporaines, soit révolues, bénéficient d’un regard « biaisé », peu habituel en France. Notamment les trois notions chères au XVIIIe siècle dans sa phase ultime – liberté, fraternité, égalité – sont présentes chez lui, d’abord, dans une ouverture motivée par l’alliance entre la curiosité et la liberté dans le sapere aude emblématique des Lumières ; une liberté associée à une tolérance fraternelle, donc soucieuse du bien d’autrui et une ouverture à l’humanité, porteuse d’égalité dans l’approche de l’autre.

  • 2 Outre une promenade touristique, le séjour à Versailles fut pour le Père Morawski l’occasion d’ass (...)

3L’ouverture se fait d’abord par l’intermédiaire de la langue, qui est plus que le support matériel de la relation. Elle devient l’élément même dans lequel se déroule le voyage, élément qui obéit à ses propres lois qui décident du vecteur du déplacement dans l’espace physique, et ce à l’inverse de ce qu’on croit être la pratique ordinaire : de l’expérience à l’écriture. Trois idiomes sont en cause, le premier étant le polonais, c’est-à-dire la langue maternelle. Le polonais est aussi la langue principale du récit, qui commence pourtant en latin et continue ainsi jusqu’à la frontière de Silésie. Simple précaution ou prétention érudite ? Nous pencherons pour la première hypothèse, d’autant que le journal semble avoir été rédigé au jour le jour. En bonne logique, à l’étranger, le polonais sert de base au discours, même s’il y a des fragments dans cette narration qui semblent recopiés, par morceaux en français, à partir des guides disponibles. Il en est ainsi de la description de Versailles ou de celle des plus célèbres monuments parisiens. Néanmoins, il parle de Versailles en témoin oculaire, y étant venu du 8 au 10 mars 1732 pour rencontrer la reine Marie Leszczinska. Sans doute, lui avait-elle confié des lettres et fait des confidences orales pour son père, puisqu’il prit le chemin de Chambord en Touraine, avant de descendre dans le Midi par Lyon2.

  • 3 L’inscription au-dessus du portail à l’entrée dans Lyon (« Un Dieu Un Roy. Une Foye une Loye ») de (...)

4S’il arrive à la langue polonaise de venir en renfort aux citations recopiées à partir du français, avec au demeurant une traduction à la rescousse, il n’en est guère besoin pour les inscriptions en latin. L’auteur semble d’ailleurs s’appliquer à ces menues traductions d’une manière tant soit peu tendancieuse : il recherche celles qui intéressent le public, pour animer une conversation de salon, voire un prêche. Une telle finalité conviendrait bien à l’inscription funèbre, relevée à Saint-Séverin de Paris (p. 266) ou à l’épitaphe d’Alix la Bourgotte dans la chapelle de Notre-Dame au cimetière des Innocents : la sainte fille n’aurait-elle pas vécu quarante ans en ermite ? (p. 242-243) À l’opposé, se situe l’épitaphe sur un couple triplement incestueux, inscription entrevue à « Lincourt », c’est-à-dire Liancourt, « entre Amiens et Abbeville » (p. 307), qui évoque l’un des récits de l’Heptaméron ; la tonalité utilise alors toute une gamme, depuis le spirituel, dans l’épigramme sur l’ancienne gloire de l’hôtel de Rambouillet (p. 233), jusqu’au badin, dans l’épigramme sur les habitants de Marseille, dont nous parvient seule la version polonaise (p. 334). Notons que, depuis quelques pages, l’auteur semble s’être émancipé au point de ne plus avoir besoin de l’original pour faire valoir sa traduction. Il se montre alors capable de convertir la prose saccadée d’une maxime française en un distique rimé, pastichant le grand style à l’ancienne3.

5Les monuments évoqués en trois langues semblent plus importants que les autres, ainsi la statue de Louis XIII sur la Place Royale : une inscription en latin, une en français de l’autre côté du socle, enfin un commentaire en polonais concourent à encadrer cette œuvre de propagande. La glorification commence par l’hyperbole en latin qui fait du roi de France un nouvel Hercule prêt à élargir ses conquêtes jusqu’à la Terre Sainte, pour mériter à son tour le trône impérial ; elle finit par la remarque sur l’efficacité de cette propagande, qui a peut-être incité la noblesse à investir les hôtels particuliers qui encadrent la place (p. 254-255). Au long du séjour, les gallicismes envahissent le discours ; ainsi, l’expression imitée (« attire un grand concours du monde ») a visiblement sa préférence, car il récidive (p. 261 : « ciągnie wielki konkurs ludzi », « pociąga wielki konkurs ludzi »). Quant aux latinismes, le polonais de l’époque en est encore saturé : « ils donnèrent l’ordre à Suger » (« dali ordynans Sugerowi ») pourrait être un cas courant ; plus étonnante est une syntaxe qui exprime le même cas datif en trois langues, en commençant par la préposition attributive « à », qui est suivie du nom propre français qui se prolonge dans celui de sa fonction (« opatowi ») dont le syntagme polonais est aussitôt relayé par le syntagme latin (« Dali ordynans à Suger Opatowi Sti. Dyonisji », p. 262). Le procédé d’agglutination, d’emblée prioritaire dans l’usage hétéroclite de la langue, né du hasard des rencontres rapides et inattendues, ne reflète pas forcément une démarche consciente des réalités transcendant le discours ; même si la composition ambulante (on songe à la promenade dans Paris, à travers les quartiers et les rues), qui occupe la majeure partie du journal rédigé en France, ne laisse de la favoriser.

6Les nœuds qui ponctuent cette promenade – des lieux et les interrogations que ces lieux suscitent – favorisent une démarche qui va de l’extérieur à l’intérieur, vers un point de vue plus uni, dans une plongée cognitive et furtive. La répartition fonctionnelle des trois langues, plus du tout fortuite, équivaudrait alors à une tentative de synthèse, comme cela se voit dans le passage sur la bulle Unigenitus condamnant l’hétérodoxie janséniste : si le titre de l’ouvrage condamné est en français, le latin sert à présenter les articles suscitant la controverse et le polonais ne s’impose qu’en ouverture et en conclusion de la liste (« et d’autres absurdités contre la foi et la raison saine », p. 207-208). Cette distribution des fonctions des trois langues laisserait au français la spontanéité de la note et la précision du terme propre : le mot authentique s’enracine alors dans l’immédiat (des bruits ou des paroles saisis au passage) ou dans le sens littéral d’un document (au sens large de témoignage comme au sens archéologique : nom d’un hôtel ou d’une fonction). Le latin est une langue qui consacre et poétise plus qu’elle ne précise : langue des inscriptions pérennes et des poèmes de style relevé, langue aussi des débats universitaires et théologiques, comme dans le dernier exemple. Le français, quant à lui, est réservé aux quolibets et aux épigrammes. Enfin, la fonction du polonais apparaît dans ce calcul différentiel comme un élément de jonction : prosaïque et personnel à la fois, apte à exprimer une réflexion ironique comme un détail cocasse et scabreux. Certes, le polonais est encombré d’emprunts aux deux autres idiomes, mais il ne perd pas pour autant sa spécificité. Cet encombrement crée même une couleur locale avant la lettre. L’impact du français, qui infiltre le polonais traduit bien l’omniprésence de l’élément exogène, et ce d’autant que les latinismes ne sont jamais perçus en Pologne comme étrangers au discours de l’homme cultivé. Si le français « particularise » et dépayse, le latin, lui, tourne le voyageur vers l’universel, quitte à y élever ce qui n’a trait qu’à l’histoire de France, par un procédé bien connu de part et d’autre.

7En effet, ce prêtre qui note tous les jours fort scrupuleusement les messes qu’il dit (seule la migraine pouvait l’en empêcher), ne saurait passer sous silence ce qui a trait aux dissensions religieuses observées au passage. La question religieuse pourrait se répartir en deux rubriques : sa religion maternelle, la catholique, et les autres : calvinisme, jansénisme et religion hébraïque.

  • 4 Voir les travaux de E. Rostworowski et de S. Fiszer (Voltaire et la Pologne, son habilitation édit (...)

8Il consacre aux visites et cérémonies de circonstance apparemment moins de temps que les nobles polonais qui voyagent en France à la même époque. Dans les nombreuses références aux sanctuaires catholiques, il en souligne certes l’utilité. Mais une parenthèse particulièrement longue sur la Compagnie royale du Saint Rosaire, sise chez les dominicains de la rue Saint-Jacques, peut avoir encore un autre intérêt : tous les princes du sang y sont inscrits dès leur naissance, référence qui peut démontrer le prestige dont jouit cette coutume remontant à la piété exemplaire d’Anne d’Autriche. N’avait-elle pas fait du futur Louis XIV le premier confrère nourrisson (p. 261) ? Sur les deux hétérodoxies rivales au sein du christianisme, le calvinisme et le jansénisme, l’auteur n’a pas le même point de vue. S’il semble condamner avec plus de vigueur la seconde, c’est non seulement pour les cinq raisons citées dans la bulle Unigenitus déjà évoquée, mais aussi pour le danger de « contamination » populaire. Les « miracles » survenus sur la tombe du diacre Pâris sont pour lui l’occasion de stigmatiser la « superstition » et aussi la manipulation des fidèles, dans le dessein de dénigrer le catholicisme romain, et plus particulièrement les jésuites (p. 289-290). Moins dangereux paraissent les calvinistes, politiquement éliminés depuis la Révocation de l’édit de Nantes. Soit l’auteur s’abstient de commentaires sur leur sort, la présentation seule, laconique, devait y pourvoir (p. 231-232), soit il se montre discrètement compatissant. Ce dernier cas mérite une citation à part : en évoquant l’horloge qui se trouve à l’extrémité du Pont au Change, l’auteur rappelle dans quelles occasions elle sonne : en principe pour la liesse, mais, « une seule fois, pour une expédition triste, car elle fut signe de ralliement pour égorger les calvinistes » (p. 230). Quoique Morawski ne soit pas lui-même un chantre de la tolérance, ce passage aurait dû être cité devant Voltaire, dont l’intransigeante mauvaise foi sur le « fanatisme » des Polonais est bien connue4. Finalement, notre auteur, très hostile à la violence, dénonce aussi les actions par lesquelles la force physique cherche à en imposer à l’esprit, ou plutôt à la raison ; et le père Morawski vise tout particulièrement les jansénistes.

9Les juifs, parfois mentionnés, recueillent soit le mépris (p. 249), soit le blâme, par exemple dans l’évocation de la profanation sacrilège de l’hostie sainte (p. 250). Il note leur absence de Paris, sauf s’ils y sont de passage, et leur forte présence à Livourne, la première grande ville étrangère qu’il visite après s’être embarqué à Marseille.

  • 5 Là-dessus, voir les travaux à venir d’A. Grzeskowiak-Krwawicz.

10Si le Père Morawski apprécie les institutions modernes, celles de la charité notamment, son intérêt pour l’Antiquité rejoint celui de tous les nobles polonais et il a une motivation particulière : la Rome républicaine est pour eux une référence familière, un signe de ralliement dans leur idéologie libertaire5. Rien de surprenant donc dans la complaisance avec laquelle le Père Morawski relève les fondements religieux anciens découverts de telle église : ainsi la cathédrale Notre-Dame de Paris s’élèverait sur les fondements de l’ancien temple de Jupiter (p. 222). Ces remarques risqueraient de dénoter un arrière-goût frivole, si l’on perdait de vue le point d’aboutissement : Notre-Dame de Fourvière à Lyon devrait son nom à l’ancien Forum Veneris où s’élevait le temple de la déesse de l’Amour (p. 321).

  • 6 Voir l’anthologie de Voyage en France, Paris, Laffont, 1995, p. 597, collection Bouquins.

11Le goût pour l’Antiquité n’exclut d’ailleurs pas chez lui une estime rare en son siècle pour l’art médiéval : il dit de la Sainte Chapelle, érigée par saint Louis, qu’on peut y trouver « le chef-d’œuvre de l’art gothique » (« przednia gotycka robota », p. 227). Descendu en Avignon, Morawski admire le château des papes et les ponts de la ville (p. 328) alors que l’abbé Papon, un roturier érudit, qui y sera de passage cinquante ans plus tard, admirera la situation de la ville, qualifiée de « belle », mais non la cité elle même6. Une preuve de plus de son ouverture d’esprit ?

12L’histoire même est ici conçue dans le sens d’une revanche pacifique : l’après se venge de l’avant. Une certaine justice se fait voir en ce monde qui n’est plus livré au chaos des guerres, si fréquentes au siècle précédent. Il est vrai que le voyage a lieu durant une accalmie, qui prendra fin l’année suivante avec le déclenchement de la guerre de Succession de Pologne (1733-1734). Depuis une vingtaine d’années, l’Europe jouissait des bienfaits de la paix et croyait en son instauration sur une longue durée. C’est à dessein que le Père Morawski loue les œuvres caritatives de Louis XIV : Saint-Cyr, les Invalides, l’Hôpital Général. Cet ordonnancement du monde rejoint le règlement minutieux de la hiérarchie parlementaire ou universitaire, hérité d’un passé séculaire. Les institutions socio-politiques plus récentes contribuent aussi à leur tour au maintien de ce qui est à la fois la figure et la condition de ce que l’auteur devait retrouver à l’échelle de l’univers : l’ordre de la Providence.

  • 7 On en voit des séries entières p. 250-252.

13Que peut-on dire du moi qui en rend compte ? Si son voyage se fait dans un va-et-vient continu du présent au passé et vice versa, le présent y gagne aussi une épaisseur, le passé offrant un fondement parfois paradoxal, comme dans le cas des édifices élevés sur les ruines ou au contraire désaffectés ou décrépits7. Quelquefois, sur ces hommes ou femmes rencontrés au hasard d’une épitaphe ou d’une coutume bizarre, l’auteur fait des réflexions, éclairantes en fait sur lui-même. Il en fait sur la morale des hommes, tous pécheurs, par exemple à propos de Jean Alais, bienfaiteur de l’église Saint-Eustache de Paris, pris de scrupule à la veille de sa mort (p. 240), ou sur l’autodafé des chats à Metz, en mémoire d’un procès de sorcières, probablement (p. 205). Un détail plus cocasse que scabreux émaille son voyage dans le Midi : un incident survenu dans une auberge de faubourg à Aix donne au père Morawski l’occasion de faire preuve d’une désinvolture vraiment humaniste (... nihil humani prodesse me puto) à la Rabelais (p. 331-332). Comme si la conscience du voyageur ignorait tout de la pudeur du siècle, purgé de ses licences verbales par l’esthétique classicisante.

14Comparé à l’abbé Papon, qui dit, à propos de la Sainte-Baume, « la grotte où l’on croit que sainte Madeleine se retira » (p. 607), le Père Morawski se montre plus naïf en citant simplement les faits : avant que, devant Marseille, le bateau ne fût forcé à prendre le large, saint Lazare et ses deux sœurs furent débarqués (p. 334-335). L’une d’entre elles, sainte Marthe, aurait ensuite fondé un couvent à Tarascon. Grâce à la tradition locale, l’auteur connaît même les noms de leurs serviteurs, Marcella et Maximin.

15On ne peut être que frappé par le petit nombre de Polonais croisés dans ce tour. Outre la reine Maria, l’auteur ne cite que M. Zbaski, dit en français Mr de Passebon, ingénieur du roi. Son arrière-grand-père serait rentré en France avec Henri III de Valois. Certes, Morawski est bien reçu par Zbaski à Marseille, mais il le doit aux recommandations du Père Labiszewski, le confesseur de la reine (p. 336). Stanislas Leszczynski lui fournit aussi quelques protections de voyage. Mais les indications des prix, surtout ceux de la viande, du bois de chauffage, des transports, des repas d’auberge, révèlent que les finances pouvaient être une préoccupation sérieuse pour le voyageur.

16Le terrestre le dispute toujours au céleste, à l’érudition parfois plus sensible aux formes et couleurs qu’aux dates et aux noms propres. La visite des jardins de Versailles et du Grand Trianon en offre une illustration, de même que les beautés des paysages du Midi. Si, en Provence, le voyageur regrette l’absence de bois, il apprécie en revanche la sûreté des endroits. La commodité des grandes routes, entretenues par le roi, fait l’objet de commentaires élogieux. La sécurité et la beauté finissent donc par l’emporter sur le goût de l’aventure, qui est souvent associé au voyage à travers la Pologne.

17Flânerie ou promenade avec des haltes ménagées aux endroits propices, le Grand Tour du Père Morawski mérite de sortir de l’oubli, au temps de la grande névrose touristique du XXIe siècle.

Notes

1 En novembre 1731, il cite une autorisation de l’archevêque de Prague pour dire les messes, dans son propre diocèse, autorisation valable durant six mois. Mais à Paris, l’auteur se hâte de se procurer une autorisation « locale », auprès des Lazaristes de la paroisse Saint-Nicolas-du-Chardonnet (p. 290-291).

2 Outre une promenade touristique, le séjour à Versailles fut pour le Père Morawski l’occasion d’assister à la toilette de la reine, puis au lever du roi. Il écouta ensuite une messe de dimanche dite pour le roi, ensuite celle célébrée pour la reine et il les revit, tour à tour, à leur repas. Entre-temps, les enfants du roi étaient venus le saluer en public. Le soir enfin, l’ecclésiastique assista au jeu de cartes royal (p. 304).

3 L’inscription au-dessus du portail à l’entrée dans Lyon (« Un Dieu Un Roy. Une Foye une Loye ») devient alors : « Jeden Bóg na niebie : król ieden tu rządzi./Wiara iest iedna ; Prawo iedno sądzi.// ». De même il transcrit en distique la légende des origines de Valence, sauf que le jeu de mots initial, « va lance », devenu impossible, « pod twym tytułem miasto stać tu będzie », se fait plus explicite (p. 325).

4 Voir les travaux de E. Rostworowski et de S. Fiszer (Voltaire et la Pologne, son habilitation éditée aux SVEC, Oxford, 2002).

5 Là-dessus, voir les travaux à venir d’A. Grzeskowiak-Krwawicz.

6 Voir l’anthologie de Voyage en France, Paris, Laffont, 1995, p. 597, collection Bouquins.

7 On en voit des séries entières p. 250-252.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540