Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse française et noblesse polonaise

 | 
Michel Figeac
, 
Jaroslaw Dumanowski

Avant-propos

José Kobielski et Josette Pontet

Texte intégral

1Ce colloque international de Toruń des 13-15 mai 2004 est l’une des manifestations de l’internationalisation de l’enseignement supérieur.

2Comme en d’autres domaines, le processus n’est pas nouveau. Au début du XVIe siècle, Nicolas Copernic, né en 1473 à Toruń, part poursuivre ses études en Italie : Bologne, puis Padoue et Ferrare, dont l’Université le fera docteur en droit canon en 1503. Et bien auparavant l’on venait de toute l’Europe suivre les enseignements des maîtres de la Sorbonne ou d’ailleurs. La forme la plus visible de l’internationalisation, la mobilité étudiante, n’est donc pas nouvelle.

3Mais sa dimension a changé. Aujourd’hui, environ deux millions d’étudiants, sur la planète, poursuivent leurs études à l’étranger. La France, après l’Allemagne, est actuellement la seconde terre d’accueil des étudiants polonais, avec près de 3 500 étudiants. Cette mobilité est soutenue par la politique de bourses du gouvernement français conduite par l’Ambassade de France en Pologne.

4Ce changement d’échelle s’est accompagné d’un changement de nature, car l’internationalisation prend aujourd’hui des formes plus complexes.

5La délocalisation des formations par exemple : des établissements d’enseignement supérieur français ont monté des coopérations avec des universités polonaises. Un étudiant polonais peut faire cinq années d’études d’ingénieur, en langue française, à l’Université Technique de Lodz ; ou obtenir un mastère français en Droit, à Varsovie ou Cracovie par exemple. Notre Ambassade aide financièrement certaines de ces treize formations supérieures francophones implantées au sein de l’université polonaise.

6Certaines universités anglo-saxonnes pratiquent déjà une politique de franchise : moyennant un contrôle de qualité, elles autorisent des établissements polonais à délivrer leurs diplômes. Et l’on verra peut-être sous peu des établissements (privés) étrangers prendre le contrôle financier d’opérateurs polonais dans le domaine de l’enseignement.

7Un contexte d’internationalisation en pleine évolution donc, dans lequel, pourtant, le colloque international témoigne d’une étonnante robustesse : en dépit des facilités de communication d’aujourd’hui, comment se fait-il que cette demande de contact direct avec ses pairs, sur le terrain, soit aussi forte ?

8C’est évidemment parce que la technologie offre des substituts imparfaits aux contacts interpersonnels. Par-delà une curiosité humaine bien naturelle, connaître personnellement ceux qui travaillent dans votre champ scientifique, la proximité physique permise par un colloque présente deux atouts : elle permet l’échange multilatéral des points de vue ; elle maximise l’interactivité.

9Les principaux postes diplomatiques français disposent d’un service scientifique et universitaire et d’institutions qui facilitent, aux plans financier et logistique, la tenue de rencontres comme celles-ci. L’Histoire est un domaine privilégié de la coopération franco-polonaise : on sait à quel point l’École des Annales a marqué les historiens polonais.

10Le colloque de Toruń a donné lieu à la présente publication, remarquablement équilibrée. Il aura été également l’une des plus importantes manifestations de la coopération universitaire et de recherche franco-polonaise de l’année 2004.

11Depuis plusieurs années, le Centre Aquitain d’Histoire Moderne et Contemporaine travaille sur les élites et plusieurs thèses ont été soutenues ces dernières années, en particulier sur la noblesse. Cette réflexion collective a été couronnée en 2001 par la tenue d’un colloque « La noblesse de la fin du XVIe au début du XXe siècle, un modelé social ? » qui a été publié aux éditions Atlantica. L’espace français y était presque exclusivement concerné et l’idée a germé, après le succès rencontré, de franchir une nouvelle marche en confrontant nos approches et nos résultats avec ceux d’autres espaces géographiques. La Pologne s’est naturellement imposée parce que les études nobiliaires y mobilisent actuellement de nombreux chercheurs, que les liens avec ce pays sont anciens et étroits, mais aussi en raison des relations de travail qui se sont nouées entre enseignants chercheurs des universités Michel de Montaigne-Bordeaux 3 et Nicolas Copernic à Toruń, au premier rang desquels il faut citer Michel Figeac et Jarosław Dumanowski. Tous deux se sont mobilisés pour la mise en œuvre et l’organisation d’un colloque exceptionnel qui s’est tenu à Toruń en mai 2004.

12Exceptionnel, ce colloque le fut à plus d’un titre. Par le nombre des participants réunis, trente-sept communicants s’exprimant tous en français ; parmi les dix-sept Français présents, quatorze étaient membres du Centre Aquitain d’Histoire Moderne et Contemporaine. Est-il besoin de souligner le caractère inédit d’un déplacement aussi massif d’enseignants chercheurs aussi loin de leurs bases ; ou encore les contraintes de l’organisation matérielle d’un tel colloque à distance, contraintes qu’eut le mérite de fort bien gérer Marie Boisson, ingénieur de recherche du CAHMC, en liaison avec Jarosław Dumanowski à Toruń ?

13Exceptionnel, ce colloque le fut encore, car il a été l’un des premiers, sinon le premier, à se tenir dans les limites de la nouvelle Europe élargie depuis le 1er mai 2004 et dont la Pologne est partie prenante. Il est une illustration de cette union européenne fondée certes sur des accords politiques essentiels, parfois difficiles, mais surtout sur les échanges culturels entre les hommes et les femmes de cet espace. Échanges bien antérieurs d’ailleurs : à Toruń comme à Bordeaux, l’Europe était déjà en place grâce notamment à la vigueur du programme Socrates et à la présence d’étudiants bordelais dans cette ville et d’étudiants polonais à Bordeaux, dirigés par Michel Figeac, Andrzej Nieuwazny, ou Jarosław Dumanowski que nous avons eu le plaisir d’accueillir à Bordeaux, comme Mariuz Wolos ou plus tard, Stanisław Roszak.

14Ce colloque dont le programme scientifique était alléchant – Noblesse française-Noblesse polonaise : Mémoire, identité, culture XVIe-XXe siècles – et qui a tenu ses promesses, fut aussi pour nous l’occasion merveilleuse de découvrir pour la plupart ou de mieux connaître pour d’autres, la Pologne et ses richesses historiques et culturelles : Toruń et son remarquable patrimoine urbain et architectural, l’imposante Malbork ou la fascinante Gdansk, visitées avec les meilleurs guides qui se puissent trouver.

  • 1 Rappelons que ce colloque a reçu de nombreux soutiens institutionnels comme ceux du Ministère des (...)

15Si l’organisation du colloque fut parfaite, l’accueil des autorités universitaires, municipales ou autres1 que je remercie vivement, marqué du sceau de l’amitié et la moisson scientifique de ces denses journées de travail furent excellents. Ce beau volume qui témoigne des éclairages nouveaux portés sur les noblesses française et polonaise et sur la richesse des échanges entre France et Pologne, en est une preuve éclatante. On retiendra notamment l’importance des facteurs démographiques mise en lumière dans l’évolution de la noblesse française caractérisée par la baisse très forte de ses effectifs – plus d’un tiers – due autant, semble-t-il, à une baisse de la nuptialité avec un célibat important pour corollaire, qu’à une baisse pourtant réelle de la fécondité qui concouraient à un nécessaire renouvellement de l’ordre. Ordre qu’il serait peut-être utile de repenser à travers l’étude du langage et du vocabulaire, comme il a été ici suggéré, mais qui a pour caractéristique d’élire domicile dans les villes, au XVIIIe siècle plus que par le passé. Une urbanisation forte qui ne serait pas liée à la présence d’une noblesse de cloche plutôt en recul, mais à l’exercice des fonctions offertes par les villes. On s’est interrogé aussi sur les comportements religieux exemplaires ou au contraire déviants des nobles engagés dans le Grand Siècle, alors qu’au XVIIIe siècle se profilait la figure du noble éclairé jouant un rôle à mieux évaluer dans le progrès des campagnes françaises.

16En face, émergent les images du gentilhomme polonais du XVIe siècle avec ses idéaux politiques, qui exerçait un pouvoir absolu dans son manoir, d’une noblesse quasi indépendante de l’État, sans lien fort avec le Roi qu’elle élit, élection qui séduisit Jean-Jacques Rousseau qui a contribué semble-t-il, à développer le consensus des élites autour de l’éducation nationale. Une noblesse opposée aux guerres – à la différence de la noblesse française des XVIe ou XVIIe siècle – une noblesse en crise aussi au XVIIIe siècle, dont l’attitude face au changement, notamment face à l’épisode napoléonien, a été diverse. Comme l’a été aussi l’influence des Lumières qui s’est traduite par l’émergence de nouveaux modèles nobiliaires gagnés au cosmopolitisme, avec une prégnance des modes françaises que reflètent la littérature polonaise, abondamment sollicitée, comme les inventaires après décès. Mais parallèlement, cette même littérature comme les livres « silvae rerum », reconnus comme un phénomène de la culture de la noblesse polonaise – même si elle n’en a pas l’exclusivité, voir les écrits du for privé étudiés actuellement en France – incitent au maintien de la tradition familiale et locale. La liberté polonaise est-elle privilège nobiliaire ou valeur universelle ?

17Les échanges entre la France et la Pologne sortent de ce chantier d’étude infiniment mieux balisés. Les voyages d’abord, avec une relecture du plus célèbre d’entre eux, celui du futur Henri III, perçu dans la perspective de son accession au trône de France plus que de Pologne. Celui original de Mme Geoffrin après l’élection de S. A. Poniatowski, qui laisse transparaître certaines frustrations. Les mariages ensuite, qui, s’ils ne furent pas très nombreux, furent cependant importants au niveau dynastique comme pour la noblesse polonaise. L’émigration polonaise enfin, qui suscita la sympathie de la noblesse militaire française et véhicula au XIXe siècle l’image de l’ancienne Pologne, à travers les nombreuses collections d’art rassemblées, tout en donnant à la France quelques-uns de ses illustres serviteurs en la personne des Poniatowski.

18Là ne s’arrêtent pas les apports de ce colloque. Bien d’autres questions y furent posées, comme celles des ressemblances entre états de Bretagne et Diètes d’Europe centrale, élection du souverain mise à part, du rôle du seigneur après la Révolution française ou du devenir des noblesses ainsi que de leur patrimoine au XXe siècle.

19Il est revenu à Michel Figeac et à Jarosław Dumanowski, fins connaisseurs de la noblesse et de sa culture matérielle, de tirer les conclusions de ce riche colloque.

20Bien des chantiers restent ouverts, des perspectives à creuser mais la dynamique comparatiste est lancée qui ne demande qu’à investir d’autres espaces, et d’autres lieux, en souhaitant qu’ils nous offrent autant de joies intellectuelles et de convivialité que Toruń qui reste dans nos mémoires comme un moment privilégié.

Notes

1 Rappelons que ce colloque a reçu de nombreux soutiens institutionnels comme ceux du Ministère des Affaires Étrangères, du Ministère de l’Éducation Nationale, de l’Ambassade de France, du Conseil Général de la Gironde, des divers services des universités de Bordeaux 3 et de Toruń, de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine et privés : le château et la Société Anonyme d’Abzac que nous remercions tout particulièrement.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540