Version classiqueVersion mobile

Eyrans en Blayais

 | 
Alain Contis
, 
Francine Montangon
, 
Muriel Dagens

Postface

Patrice Mann

Texte intégral

entre changement et continuité

  • 1 Cf. KAYSER, (B.). La renaissance rurale. Paris : A. Colin, 1990. Pour une présentation de la diver (...)

1L'image d'un monde rural, figé et hermétique à tout changement, ne correspond guère à la réalité étudiée dans la commune, d'Eyrans. Il est vrai que la ruralité recouvre des espaces si divers, que chacun s'accorde aujourd'hui à reconnaître que l'opposition rural-urbain ne constitue plus un critère de classement pertinent1. Entre, d'une part, un "rural profond", où domine une agriculture en proie à un fort déclin démographique et à un exode important, et, d'autre part, un rural immergé dans une Zone de peuplement industriel ou urbain (ZPIU), qu'y a-t-il de commun ?

2A Eyrans, l'examen de la trame des relations quotidiennes a laissé entrevoir ici et là les signes d'une mutation qui s'est opérée progressivement et insensiblement dans le temps. Aucune rupture brutale n'est venue bouleverser les rapports sociaux, aucun choc culturel n'est venu imposer localement un mode de vie urbain. Et si l'emprise de modèles sociaux et politiques empruntés a la société globale est décelable dans, les rouages du pouvoir local comme dans l'organisation des différents modes de sociabilité, la tradition n'en continue pas moins de modeler les conduites sociales.

  • 2 L'espace communal demeure une unité socio-politique fortement valorisée par la majorité des França (...)

3Le fort attachement des habitants d'Eyrans à l'égard de leur commune a vraisemblablement participé à la revitalisation du tissu local2. Mais le sentiment d'appartenance et la force d'un attachement ne sont pas des facteurs humains également distribués dans l'espace ni donnés une fois pour toutes dans le temps. Il y a tout lieu de penser que tels sentiments existent — ou, pour le moins, ont existé — dans les communes rurales qui connaissent néanmoins aujourd'hui un lent déclin démographique. Dans ces conditions, pourquoi la renaissance rurale s'opérait-elle ici et pas là ? Qu'est-ce que finalement la volonté de vivre en commun si la réalité socio-économique de l'espace considéré n'est pas ou plus en mesure de fournir les biens et les services élémentaires à l'inscription et au maintien sur place d'une collective ?

4Sans la proximité de pôle urbain ou péri-urbain "prestataires" de loisirs et de services non disponibles localement, sans la présence de commerces, sans un bureau de tabac, sans le bar du Pontet ou l'Hôtel des voyageurs, la commune d'Eyrans n'aurait pas pu rester à la fois un espace de production et un lieu de vie. Mais, au-delà du tissu économique local gérant de l'emploi et des services nécessaires à la vie de tous les jours, c'est dans la trame des relations quotidiennes, dans le foisonnement des contacts interpersonnels, dans les diverses formes de convivialité — sans oublier les rites commémoratifs — qu'il faut se mettre en quête des formes sociales qui servent de cadres à la constitution et à la réactivation des liens commerciaux.

  • 3 Cf. MENDRAS, (H.). La Seconde Révolution française. Paris : Gallimard, 1988.
  • 4 Cf. GIRARD, (A.). Le choix du conjoint. Paris : INED-PUF, 1981 (3ème ed.) ; Bozon (M.), Héran (F.) (...)

5A Eyrans, la sociabilité a perdu tout caractère "englobant" ; de nouveaux réseaux de voisinage et d'affinité sont venus se greffer sur les vestiges d'une convivialité "paysanne" et le mode de vie local s'est, dans l'ensemble, assez harmonieusement imprégné des modèles de vie "urbains". Les particularismes sociologiques du monde paysan s'étant progressivement dissous dans la culture citadine, on a affaire à un monde viticole dont la trajectoire de développement s'aligne sur celle de la majorité des communes rurales. Sans doute les relations de voisinage sont-elles généralement moins distantes dans les campagnes et les bourgs que dans les grandes villes3 ; mais la sociabilité de village a partout pris modèle sur la sociabilité urbaine et, à Eyrans comme ailleurs, elle tend à s'organiser en fonction de critères d'ordre générationnel : le Troisième âge s'ouvre à de nouveaux modes de vie et les jeunes se tournent volontiers vers l'offre de loisirs que leur proposent les pôles urbains. Dans le cas des jeunes, cette "délocalisation" des usages sociaux du temps libre n'est peut-être pas aussi négligeable qu'il y paraît, tant il est vrai que le destin social d'une collectivité dépend, pour une assez grande part, des choix matrimoniaux auxquels cette collectivité se trouve confrontée4.

  • 5 Cf. VALADE, (B.). "La société française entre mœurs et modes de vie". Universalia, 1992.
  • 6 La logique de l'action collective. Paris : P.U.F., 1978. Pour une analyse critique cf. MANN (P.). (...)

6Bien qu'il soit malaisé de trancher le débat relatif à "l'homogénéisation" ou au contraire à la "différenciation" des modes de vie5, on peut dire que les attentes et les demandes concernant l'offre de services et de loisirs ne sont plus aujourd'hui l'apanage du monde "urbain”. Il n'est pas étonnant, dans ces conditions, que des voix se soient faites entendre pour déplorer la faible dynamique associative ou la ténuité de l'offre de services sportifs et culturels à Eyrans. Le jugement, pour sévère qu'il soit, pourrait se justifier au vue de l'extraordinaire extension du phénomène associatif qu'a connue la France entière depuis les années soixante-dix. Mais la réalité est plus complexe. Tout d'abord parce que, comme l'a montré M. Oison, la logique de l'action collective ne se réduit pas à la logique de l'action Individuelle ou, pour formuler les choses différemment : il ne suffit pas que des administrés partagent des buts communs pour qu'une association voie aussitôt le jour6. Ensuite, parce qu'il est largement admis que cette dynamique n'a pas eu la même ampleur en milieu, rural et en milieu urbain. Enfin, parce qu'on sait aujourd'hui que la proliférations des associations n'a pas été de pair avec une forte participation des citoyens aux affaires locales. La faible texture de la vie associative à Eyrans, loin d'être un trait spécifique à cette commune, est un problème que l'on rencontre dans de nombreuses collectivités et tout particulièrement dans les communes rurales.

  • 7 Cf. ALMOND, (G.) ; Verba, (S.). The Civic Culture. Boston : Little Brown & C°, 1965.
  • 8 Cf. MABILEAU, (A.). Le système local en France. Paris : Montchrestien, 1991, Clefs Politiques.

7L'hypothèse la plus plausible, pour expliquer ce phénomène est à rechercher du côté de l'emprise que continue d'exercer la culture "paroissiale"7 dans les communes faiblement urbanisées. Tout se passe en effet comme si les administrés de ces communes laissaient aux élus (maire et conseillers municipaux) le soin de gérer les affaires locales8 et recouraient chaque fois qu'il s'agit de formuler une demande sociale, à d'autres modes d'expression que ceux directement offerts par le tissu associatif. Les relations personnalisées avec le maire gardent toute leur vigueur, on comprend que les autres modes d'appartenance n'aient pas entamé le principal ressort de l'identité collective locale : l'appartenance territoriale. Dans ce monde d'interconnaissance, ou le système notabilaire pèse de tout son poids et ou les formes de pluri-activités favorisent le recoupement d'une identité professionnelle et d'une identité territoriale, il est logique que la solidarité continue à s'exprimer par le biais de l'entraide en prenant appui sur les réseaux familiaux et sur les liens de voisinage.

  • 9 Sur la distinction entre "logique d'accomplissement" et "logique d'affiliation" cf. CHAZEL (F.), I (...)

8L'irruption de nouveaux partenaires (couches moyennes salariées) dans le tissu social a-t-elle eu un impact sur les formes et l'organisation de la sociabilité locale ? A l'évidence la vie associative d'Eyrans n'est pas réductible ni à celle d'un "rural profond" dans lequel la sociabilité est dominée par les logiques d'affiliation, ni à celles des zones urbaines où l'activité associative est, pour les couches moyennes de salariées, non seulement un moyen de se différencier d'un milieu socialement hétérogène mais également un moyen de s'accomplir individuellement en faisant montre de sa compétence9. Le nombre de nouveaux résidents n'ayant pas constitué une menace pour l'équilibre local, il ne semble pas que les stratégies de différenciation identitaire aient été, sur le terrain associatif, l'occasion de lutte symboliques particulières. Quant à la revitalisation de l'activité associative, elle ne paraît pas devoir se rapporter exclusivement à l'essor de logiques d'accomplissement.

9Le pouvoir municipal offrait un cadre idéal à l'étude des mutations structurelles et culturelles de la société locale. Toute institution ayant pour fonction de figer l'ordre et le sens des pratiques dans des modèles stables, on pouvait en effet penser que la lecture des rapports de force au sein de la société locale serait plus aisée dans l'espace institutionnel plutôt qu'au milieu du foisonnement et de la fluidité des interactions quotidiennes.

10Or il n'en est rien. Les difficultés auxquelles se trouve confronté le sociologue lorsqu'il prend pour objet d'étude le pouvoir municipal sont plus importantes qu'il n'y paraît. Toute équipe municipale tend en effet à fonder mais aussi à clore son discours sur la légitimité que lui confère son mandat électif. La référence à l'intérêt général devient alors un thème récurrent qui jette un voile pudique sur les mécanismes du jeu démocratique par le biais duquel tout pouvoir municipal se constitue ou se reproduit.

11On a compris que c'est moins l'ordre politique constitué qui guidait notre curiosité ici, que l'ordre politique en constitution. L'approche, de cette seconde dimension nécessitait une certaine vigilance, notamment à l'égard de tout discours qui pouvait faire du pouvoir local l'expression "naturelle" d'un consensus communautaire. Mais une telle prudence a malheureusement souvent son revers ; car à vouloir faire la sourde oreille au discours que l'institution municipale tient sur elle-même, pour s'intéresser davantage à l'agencement des réseaux de clientèles ou aux modes de rapports que les parentèles entretiennent avec le politique, le sociologue prend le risque de rendre sa démarche suspecte aux yeux de ce même pouvoir. Dans un tel contexte, il se peut que certains esprits en viennent à récuser toute valeur analytique aux concepts de "clientélisme" ou de "pouvoir notabilaire", en croyant déceler chez le sociologue quelque visée partisane, voire en le soupçonnant de méconnaître une réalité dont les rouages ne sauraient être accessible à un simple regard "extérieur".

12Force est pourtant d'admettre que les risques de ce malentendu peuvent être imputables au sociologue. N'étant pas le témoin direct des événements qu'il étudie, le chercheur ne dispose le plus souvent que de la mémoire collective du village pour reconstituer les principaux moments de la politique municipale, ses normes de fonctionnement, ses changements. Or, en se mettant en quête des souvenirs des habitants, en confrontant un à un les différents témoignages qu'il recueille, le sociologue recrée — qu'il le veuille ou non — une tribune "politique" : les faits sont ravivés, les passions et les vieilles querelles sont réveillées le temps d'une interview. Non seulement la réalité risque alors de se trouver totalement déformée par les mots, mais les mots à leur tour risquent d'être sources d'ambiguïté. Ainsi dénoncer l'"autoritarisme" du pouvoir municipal n'est bien souvent, pour l'administré qu'une façon très prosaïque de revendiquer ce que dans un discours "savant" on appellerait une extension du pouvoir associatif face au pouvoir notabiliaire.

13Il arrive parfois que la mémoire de ceux qui acceptent de témoigner soit victime d'effets de contraste. Dans un contexte nourri de tradition, il n'est pas rare en effet que le moindre changement prenne un relief disproportionné à sa vraie nature en apparaissant sous les traits d'une "crise" municipale, là où il ne s'agit en réalité que de la non-reconduction tacite d'une norme de fonctionnement. On aura compris que les impressions de "rupture" politique sont d'autant plus fortement ressenties par les administrés que le "changement" dont ils sont — ou ont été — les témoins fait suite à une longue période de consensus municipal.

  • 10 Cf. BAGES (R.) et NEVERS (J.-Y.), "Les agriculteurs et le pouvoir local". Les Cahiers français, no(...)

14En gardant en ligne de mire les principales évolutions socio-politiques qui touchent aujourd'hui l'ensemble des communes rurales, il nous a semblé qu'il était possible d'éviter ce double écueil. Les travaux que Bages et Nevers10 ont menés sur le pouvoir municipal dans les campagnes du Sud-Ouest, fournissent, de ce point de vue, un très utile un cadre de référence. Rappelons brièvement les trois constats auxquels ces auteurs aboutissent. 1) La représentation des agriculteurs dans les mairies, après avoir connu une progression continue au cours des troisième et quatrième Républiques et atteint son optimum dans les années cinquante, tend aujourd'hui à décliner. 2) Il ressort que si les normes traditionnelles (enracinement, insertion dans une parentèle, possession d'un patrimoine, etc...) continuent de régir globalement les conditions d'accès des agriculteurs aux mandats électoraux, ces normes tendent à perdre leur efficience au fur et à mesure que les campagnes s'urbanisent ; dans ce dernier cas le "monopole" électoral des agriculteurs se trouve menacé par des listes locales d'opposition animées par des membres de classes moyennes. 3) Conséquence logique de ce qui précède, on assiste de plus en plus souvent à la confrontation de deux modèles de gestion municipale : réfractaires aux fortes dépenses d'investissement, les maires agriculteurs ont, pour leur part, tendance à reproduire un mode de gestion qui s'inscrit dans les limites rigoureuses du budget communal ; à l'inverse, les élus issus des classes moyennes entretiennent un rapport plus "managerial" avec le budget communal, n'hésitant pas au besoin a accroître la fiscalité locale pour disposer de ressources financières nécessaires à la réalisation de projets municipaux.

15Par rapport à ces trois grandes tendances, Eyrans semble devoir se situer dans l"'entre-deux". En effet, l) d"un côté, le monde viticole continue d'être majoritairement représenté au sein du conseil municipal et les normes traditionnelles conservent leur caractère opératoire ; mais, d'un autre côté, les femmes ont commencé de faire leur entrée dans l'équipe municipale et nombre de responsables d'association ont été intégrés au pouvoir local. 2) De la même façon, on note que le pouvoir communal d'Eyrans transcende les clivages politiques nationaux, mais en même temps les signes d'une intégration du champ politique local dans le champ politique national sont de plus en plus perceptibles. 3) Enfin, au travers des prises de position des élus et des administrés à l'égard des projets de développement locaux, on voit s'esquisser les contours de deux modèles de gestion municipale.

16Certains ont pu penser que la décentralisation, en augmentant le pouvoir d'intervention des maires, aurait tendance a fragiliser le notabilisme municipal des maires agriculteurs au bénéfice du pouvoir d'expertise des classes moyennes. Le cas d'Eyrans vient contredire ce scénario, même s'il est indéniable que les signes d'une déstructuration du système ancien annoncent la restructuration d'un nouveau système. Une chose en tout cas est sûre : c'est le poids de viticulture qui permet, ici, de maintenir le lien d'identification de la collectivité l'égard de son maire. La faiblesse relative des contacts organisés à l'extérieur, l'existence de réseaux localisés ont, sur ce plan, largement contribué à renforcer l'autonomie du système notabilaire, en consolidant la filière du pouvoir politique et en préservant au maire son rôle de médiateur obligé lors de toute transaction socio-politique avec la société englobante.

Notes

1 Cf. KAYSER, (B.). La renaissance rurale. Paris : A. Colin, 1990. Pour une présentation de la diversité rurale cf. JOLLIVET (M.), MENDRAS (H.). Les collectivités rurales françaises. Paris : A. Colin, 1971.

2 L'espace communal demeure une unité socio-politique fortement valorisée par la majorité des Français. Cf. les enquêtes de l'Observatoire interrégional du Politique. Pour un examen de quelques unes de ces dimensions, cf. JOLLIVET (M.) et PERCHERON (A.), "Anciennes et nouvelles références territoriales" dans COULOMB (P.) et al., Les agriculteurs et la politique. Paris : PFNSP, 1990.

3 Cf. MENDRAS, (H.). La Seconde Révolution française. Paris : Gallimard, 1988.

4 Cf. GIRARD, (A.). Le choix du conjoint. Paris : INED-PUF, 1981 (3ème ed.) ; Bozon (M.), Héran (F.), "L'aire de recrutement du conjoint". Données sociales 1987, INSEE ; BOZON (M.). "Le choix du conjoint” dans De Singly (F.), dir., La famille, l'état des savoirs, Paris : La Découverte, 1991.

5 Cf. VALADE, (B.). "La société française entre mœurs et modes de vie". Universalia, 1992.

6 La logique de l'action collective. Paris : P.U.F., 1978. Pour une analyse critique cf. MANN (P.). L'action collective. Organisation et mobilisation des minorités actives. Paris : A. Colin, 1991.

7 Cf. ALMOND, (G.) ; Verba, (S.). The Civic Culture. Boston : Little Brown & C°, 1965.

8 Cf. MABILEAU, (A.). Le système local en France. Paris : Montchrestien, 1991, Clefs Politiques.

9 Sur la distinction entre "logique d'accomplissement" et "logique d'affiliation" cf. CHAZEL (F.), Introduction, Pratiques culturelles et politiques de la culture. Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1987.

10 Cf. BAGES (R.) et NEVERS (J.-Y.), "Les agriculteurs et le pouvoir local". Les Cahiers français, no spécial, Le Monde paysan, 187, 1978. Cf. également NEVERS (J.-Y.). "Montée et déclin du pouvoir paysan dans les communes rurales" dans P. COULOMB et al. Les agriculteurs et la politique, op. cit.

Auteur

Maître de Conférences de Sociologie. Université de Bordeaux II

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search