Version classiqueVersion mobile

Eyrans en Blayais

 | 
Alain Contis
, 
Francine Montangon
, 
Muriel Dagens

Troisième partie. Sociabilité et pouvoir municipal à Eyrans commune viticole du Blayais

IV - Le pouvoir municipal

Texte intégral

A - les associations et le pouvoir municipal

1Dans l'ensemble, les relations existant entre les associations et la municipalité sont bonnes. Il est vrai que, sur les quinze conseillers élus en 1989, huit sont responsables d'associations.

2Ce phénomène de cumul des fonctions n'est pas récent et il s'explique en grande partie par la faible taille de la commune. Les personnes qui sont prêtes à s'investir dans la vie communale sont, comme le regrette le premier adjoint, peu nombreuses :

"Ce sont toujours les mêmes qui s'en occupent... des gens vraiment actifs, il n'y en a pas beaucoup, peut-être dix ou douze personnes dans la commune alors, on les retrouve partout" (Premier adjoint, viticulteur exploitant une vingtaine d'ha, 60 ans).

3Les subventions que la municipalité accorde aux associations varient en fonction de l'importance et de l'utilité de ces associations. Mais les critères d'"importance" et d"'utilité" sont subjectifs aussi les conseillers municipaux ont-ils décidé, lors du dernier vote, d'allouer le même montant à chaque association afin d'éviter tout mécontentement :

"La société des fêtes, le foot et la société de chasse, on leur a mis 3 000 francs à chacun... comme ça, terminé, tout le monde pareil". (Deuxième adjoint, viticulteur/agent EDF, 45 ans).

4Cette décision ne concernait toutefois que les trois principales associations de la commune : celles qui disposaient déjà d'une certaine visibilité et d'une bonne assise dans la vie locale. Les adhérents de l'Amicale de l'École d'Eyrans font remarquer, de leur côté, que leur association, qui œuvre pourtant pour le bien des enfants du village, n'a obtenu qu'une maigre subvention (200 francs) :

"Nous, on a eu les miettes... ce qu'ils donnent aux œuvres... On se débrouille tous seuls". (La présidente, conseillère municipale, 32 ans).

5Toutes les associations ne sont pas dans une aussi grande dépendance financière à l'égard de la municipalité. Certaines ont une autonomie de ressources qui leur confère une position favorable face au pouvoir municipal. Le président de la société de chasse souligne par exemple que la part qui lui est versée par la municipalité est minime par rapport à la principale source de revenus du syndicat de chasse (la vente de cartes d'adhérents). Selon lui, le montant de cette subvention doit être mis en rapport avec ce que perçoit la municipalité grâce à la vente des permis de chasse :

"Chaque fois que la mairie vend un permis de chasse, elle touche un pourcentage, alors en fait, c'est cet argent qu'elle nous redonne... c'est une sorte de reversion".

6Notons que le soutien de la municipalité à la vie associative ne passe pas uniquement par les subventions annuelles. La mairie met des locaux à la disposition des associations, fait des dons (la gerbe annuelle des anciens combattants), organise des vins d'honneur ou le feu d'artifice lors de la fête locale.

7Les associations et la municipalité sont amenées à se concerter. Ainsi, lorsque le club de football a voulu réaménager le terrain de sport, ce sont ses responsables qui ont suggéré le schéma d'aménagement à la mairie. La concertation n'empêche pas des accrochages ponctuels. Certaines personnes âgées trouvent par exemple abusives les dépenses relatives à l'éclairage du terrain de sport. Au travers de ces critiques on voit se profiler une véritable coupure entre les générations, coupure qui se retrouve au sein même du conseil municipal. En fait ce sont deux conceptions de la gestion municipale qui s'affrontent ici l'une, traditionnelle, qui dénonce tout risque d'endettement communal :

"Ceux qui ont débuté dans le conseil municipal avec moi, on voit pas les choses pareil... Avec moi c'était des méthodes plus anciennes. (Les autres) c'est des nouveaux modes de vie qu'ils veulent... Maintenant, on veut toujours plus, plus..." (Ancien conseiller municipal, petit viticulteur, 82 ans).

8l'autre, plus moderniste, qui plaide pour l'essor des infrastructures :

"Il y a un refus de voir le changement, les choses telles qu'elles sont... Le maire éprouve des difficultés à voir que les besoins de la commune ne sont plus les mêmes qu'autrefois". (Technicien EDF, 35 ans, conseiller municipal).

9Malgré ces différends, les relations entre les associations et la municipalité sont jugées satisfaisantes. La participation au conseil municipal a souvent permis aux membres des associations de percevoir les problèmes financiers de la municipalité, tout en ayant l'occasion de mieux faire connaître leurs besoins.

10D'une façon générale, les gens de la commune sont toujours prêts à collaborer avec la municipalité : des artisans travaillent gratuitement à la réfection des locaux communaux (pose d'une vitre, peinture du sol de la salle des fêtes), la mairie se contentant de payer l'achat du matériel utilisé.

B - la composition du conseil municipal

11Les propriétaires de vignobles ont-ils massivement investi le pouvoir municipal ? On serait tenté de répondre par l'affirmative si l'on prenait comme critère le nombre de conseillers possédant une vigne dans la commune. Aux élections d'octobre 1947, le pourcentage de ces conseillers atteignait 90 % du total des élus. Cette représentation du monde viticole baissait par la suite, passant de 84 % en mars 1959 à 82 % en mars 1977, et à 73,3 % en mars 1983.

12En réalité, si l'on se réfère aux professions publiquement déclarées sur les listes électorales ou les registres de la mairie, il semble que l'emprise du monde viticole sur le conseil municipal soit beaucoup plus faible. Suivant ce second critère, on ne compterait en 1977 guère plus d'un tiers des conseillers travaillant dans le secteur primaire.

13A quoi peut-on imputer un tel écart ? A Eyrans, comme nous l'avons déjà souligné, il existe une proportion non négligeable de viticulteurs qui sont en réalité des "doubles actifs". Un tel phénomène se réfracte inévitablement au sein des équipes municipales. Ces conseillers "double-actif" ont en effet tendance à se définir publiquement par leur activité "principale" et non par leur activité "secondaire" (la viticulture). C'est le cas par exemple d'un de nos interlocuteurs qui se recommande de son emploi à Blaye, alors qu'il exploite dans le même temps avec son père des vignes à Eyrans.

14Le prisme des déclarations officielles donne l'impression qu'il existe un certain équilibre entre les différentes catégories socio-professionnelles au sein du conseil municipal.

15En fait le poids de la viticulture est bien réel. Tout comme est réel le fort sentiment d'appartenance au monde viticole chez nombre de "doubles actifs", ainsi que l'avoue un conseiller municipal :

"Au niveau de la commune, je me sentirais plus viticulteur qu'agent EDF". (Exploitation familiale de 13 ha).

16Au-delà de l'origine socio-professionnelle, que peut-on dire du taux de renouvellement des conseils municipaux ? A l'évidence c'est ici la stabilité qui domine, puisqu'il n'est pas rare de trouver des élus ayant assuré quatre mandats successifs. Le maire actuel est élu municipal depuis 25 ans ; quant à son prédécesseur, il était resté en poste pendant 45 ans.

17Entre 1953 et 1983, la moyenne des conseillers pouvant se recommander d'au moins deux mandats consécutifs était de 60 % (l'élection de 1983 fait apparaître un taux de stabilité de 67 % par rapport à l'élection de 1977 — et même de 80 % si l'on tient compte des "successions" familiales au poste d'élus et si l'on ajoute ceux qui avaient déjà été élus conseillers lors d'un scrutin antérieur à 1977). Par contre, le taux de stabilité entre l'élection de 1983 et celle de 1989 n'est plus que de 40 %. A quoi est due une telle variation ?

18Lors de la campagne électorale de 1989, l'équipe municipale sortante a connu une crise interne consécutive à des rivalités de personnes. Dénonçant la gestion à leur goût "trop personnelle” du maire en place, certains des membres de la liste ont décidé de ne pas renouveler leur mandat, obligeant du même coup la tête de liste sortante à composer une nouvelle équipe. Contraint de trouver très rapidement de nouveaux membres, le candidat sortant a fait appel à des personnes plus jeunes et n'ayant jusque-là pas encore occupé de responsabilités municipales.

19C'est donc par le truchement d'une crise interne que le changement s'est produit au sein de l'équipe municipale, et non pas à la suite d'un lent processus.

20Après les élections de mars 1989, on ne dénombre plus que 53 % de viticulteurs au sein de l'équipe municipale (en comptant bien sûr les "doubles actifs"). Autre changement significatif : les postes d'élus municipaux réservés jusque-là aux hommes se sont progressivement ouverts aux femmes. C'est en 1971, qu'une commerçante est sollicitée pour devenir conseillère municipale ; en 1983 les femmes représentent 20 % de l'effectif des élus municipaux.

21Afin de mieux comprendre ces changements, peut-être convient-il maintenant d'éclairer les critères qui président à la sélection locale des conseillers municipaux.

C - qui devient conseiller municipal ?

22Sur la base des entretiens réalisés, tant auprès des conseillers municipaux que des responsables associatifs, il ressort qu'à Eyrans, les élus municipaux sont choisis en fonction : de leur ancrage dans la commune, de leurs compétences et de leur capacité à y représenter les différentes composantes communales. Examinons ces trois variables et voyons quel en est le poids respectif.

1) L'ancrage communal

23On a d'autant plus de chances de devenir conseiller municipal que l'on appartient à une famille bien implantée dans la commune. Ceux qui appartiennent à une vieille famille locale sont sûrs d'être connus de l'ensemble des électeurs. Lorsque ce lien familial manque quelque peu de visibilité, il est toujours possible de se recommander d'une lignée (être le fils de X, le gendre de Y...), les électeurs étant tentés de voir dans cet "héritage" la transmission de qualités familiales qui ont déjà fait "leurs preuves".

"C'est des familles qui sont toujours restées sur la commune... Je vois rien d'illogique là dedans..." (Conseiller municipal viticulteur "double-actif", 45 ans).
"C'est un peu une tradition dans la commune, on prend des gens qu'on connaît". (Adjoint au maire, viticulteur, 60 ans)

24Même si certains habitants d'Eyrans rejettent parfois l'idée d'une transmission quasi héréditaire des postes d'élus municipaux, il est facile de voir que, sur les registres, les mêmes noms reviennent souvent d'une élection à l'autre. Comme en témoignent les propos de l'adjoint au maire, c'est surtout l'appartenance à une famille "du cru" qui détermine le choix.

"Chez Y... on a demandé quelqu'un de la famille... C'est la fille qui est venue... le fils n'a pas voulu".

25Le maire reconnaît à son tour que les critères familiaux pèsent implicitement dans le choix de ses conseillers municipaux :

"C'est pas toujours évident... parfois, y'en a d'autres qui ont remplacé les parents, c'est bien... c'est difficile à expliquer parce que moi, ici, je connais bien, c'est des camarades... Alors quand un camarade dit : "je m'en vais", moi, je dis : "eh bien, je prends ton fils", parce que j'estime qu'il a les mêmes compétences que son père... C'est un peu une affaire de famille”.

26Il s'agit là d'une habitude ancienne, qui était également pratiquée par le précédent maire.

27Sans compter qu'en choisissant un candidat appartenant à l'une des vieilles familles du village, les électeurs ont l'assurance de voter pour une personne qui sera sensible aux problèmes de la viticulture. Cette transmission familiale des postes de conseiller explique donc la forte proportion de viticulteurs au sein de l'équipe municipale.

28Quoi qu'il en soit, ce sont ceux qui sont restés au village et qui ont repris la propriété familiale, qui ont alors toutes les chances de succéder à leurs pères aux postes d'élus municipaux.

"C'est parce que j'étais le fils du maire de Braud qu'on m'a demandé de devenir conseiller". (Adjoint au maire, viticulteur, 20 ha, 60 ans).

29L'importance du patrimoine familial contribue à accroître la visibilité du candidat :

"Pour être conseiller municipal, il fallait avoir pignon sur rue". (Viticulteur, 20 ha, ex-conseiller municipal, 65 ans).

2) Les responsabilités au sein des associations conduisent-elles au pouvoir municipal ?

30La compétence dont certains responsables associatifs font preuve dans leur domaine favorise-t-elle éventuellement un accès au pouvoir municipal ? On peut légitimement se poser la question lorsque l'on sait que 53 % des actuels conseillers municipaux sont également responsables d'associations.

31En fait, si l'on en croit les intéressés, à Eyrans les associations ne sont pas utilisées comme "tremplin" vers la mairie. Pour la plupart des responsables associatifs, ce poste ne leur a été nécessaire ni pour se faire connaître ni pour prouver leur compétences :

"Vous savez, ici, ou vous êtes connus ou pas... C'est pas le fait de faire partie d'une association qui va changer quelque chose... sauf pour les nouveaux, peut-être". (Viticulteur, 12 ha, 45 ans, responsable associatif).
"Moi, tout le monde me connaît, c'est pas parce que je fais partie du foot que je vais être plus connu... On le sait que je rends service quand je peux". (Viticulteur ; 20 ha, conseiller municipal, 60 ans).

32Mais en réalité les associations peuvent aussi constitue R bel et bien un "vivier" de personnes compétentes qui, à ce titre, sont susceptibles d'être sollicitées pour participer un jour ou l'autre à la gestion municipale. C'est d'ailleurs par le biais des associations que, de nombreux jeunes ont pu être recrutés sur la liste du maire sortant en 1989.

3) Pouvoir municipal et représentativité des composantes communales

33Les administrés attendent généralement du conseil municipal qu'il soit le reflet des différentes composantes locales. Or on a vu que certaines couches sociales n'étaient pas ou peu représentées au sein du conseil municipal : en dehors des viticulteurs et des artisans, qui fournissent la majorité des membres du conseil municipal, le reste des élus se recrute parmi les classes moyennes.

34En fait, les exigences de représentativité concernent moins les composantes socio-professionnelles que les composantes mêmes de l'espace communal :

"Dans la liste qu'on vient de faire, on a essayé d'avoir une personne de chaque village..." Il faut qu'il y ait des gens de partout... Il faut prendre aussi des gens de toutes les catégories, des agriculteurs, des artisans... (Adjoint au maire).
"On a choisi des gens de différents hameaux, comme ça, si quelque chose ne va pas dans leur coin, ils peuvent le dire... Sinon nous, on ne le saurait pas". (Conseiller municipal, viticulteur).

35Eyrans et Le Pontet étant en rivalité depuis longtemps, un subtil dosage dans la constitution des listes de candidats permet de gagner un maximum de voix réparties sur l'ensemble du territoire communal. Chaque hameau correspondant souvent à un groupe familial, il suffit de la présence d'un des membres du hameau sur la liste pour que la famille entière vote pour ladite liste.

36Cette stratégie électorale a permis à la liste du maire d'être réélue, en dépit du fait qu'individuellement certains des membres de la liste aient fait l'objet de critiques.

37Finalement, parmi ces trois critères (famille, poids associatif et représentativité locale), l'ancrage familial paraît jouer un rôle décisif, même si l'on note que ces trois critères ont tendance à se superposer : un habitant d'Eyrans aura en effet d'autant plus de chances de devenir conseiller, municipal qu'il sera issu d'une vieille famille du village, qu'il sera responsable associatif et qu'il appartiendra à la classe des gros viticulteurs locaux.

38La réalité est cependant plus complexe qu'il n'y paraît. Des viticulteurs (30 et 40 ans) qui possèdent les exploitations les plus importantes de la commune ont en effet souvent refusé de participer à la gestion municipale.

39Seule une crise ayant provoqué la démission d'une certaine classe d'âge a pu conduire à une répartition plus équitable des postes d'élus municipaux. Ce rajeunissement de l'équipe, conjugué au fait que les nouveaux conseillers appartenaient souvent à deux mondes (aux classes moyennes par leur statuts, et à la paysannerie de par leur culture familiale), laisse présager une nouvelle gestion de la vie locale.

40Continuité et changement se mêlent donc à Eyrans. Comme le remarquait l'un des nouveaux habitants d'Eyrans, membre de la liste élue en 1989 :

"Tout le monde parle de changement à cause des nouveaux élus... ils sont plus jeunes, il y a moins de viticulteurs, mais enfin, ils font pour la plupart partie des vieilles familles du village".

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search