Version classiqueVersion mobile

Eyrans en Blayais

 | 
Alain Contis
, 
Francine Montangon
, 
Muriel Dagens

Troisième partie. Sociabilité et pouvoir municipal à Eyrans commune viticole du Blayais

III - La sociabilité diffuse

Texte intégral

1Avec la sociabilité diffuse, nous allons maintenant examiner la trame des relations interpersonnelles, interactions et communications, qui se nouent en dehors du cadre formel de la vie associative. Il s'agit donc de jeter un regard sur la vie sociale d'une commune telle qu'elle se déploie en dehors de toute structure institutionnelle.

A - la fin d'un age d'or "communautaire" ?

2Les relations villageoises tendraient-elles à disparaître sous les coups de boutoir du changement social ? Les remarques les plus désabusées émanent surtout des personnes âgées qui vivent dans le souvenir d'une époque où les loisirs étaient centrés sur le village ou le canton. On retrouve également cette référence constante à un âge d'or de la vie locale, chez ceux qui, comme les viticulteurs, les artisans et les commerçants, montrent un fort attachement affectif à la commune. On parle alors du "bon vieux temps", des vendanges familiales, de la fête locale, du temps où l'on "tuait le cochon", et d'autres événements encore grâce auxquels la cohésion des habitants pouvait s'exprimer.

3Le problème n'est pas ici de savoir si ce passé évoqué correspond vraiment à une réalité (il ne faut pas oublier que ces loisirs étaient à l'époque autant subis que choisis), mais de remarquer que les gens du village se réfèrent constamment à ce passé pour évaluer le présent, comme si le changement était un facteur de déstabilisation responsable aujourd'hui de la précarité de la situation des viticulteurs, artisans et commerçants dans la région. C'est notamment ce que traduisent ces propos concernant le temps consacré au travail et à la vie du village autrefois :

"Maintenant, on est axé sur le travail, la conjoncture ne permet pas que l'on vive en fraternité comme autrefois". (Eleveur exploitant, 63 ans).
"J'ai connu le Pontet avec 17 commerces... on est plus que 4 aujourd'hui". (Commerçante, 35 ans).

4Au-delà de ces souvenirs pleins de nostalgie, la réalité s'avère toute autre.

B - l'importance de l'interconnaissance

5Le degré d'interconnaissance des habitants Eyrans est élevé : la quasi-totalité (80 %) des personnes interrogées affirment en effet connaître presque tous les résidents de la commune ; l'îlot social le moins connu — sans doute parce que la mobilité résidentielle y est importante — concerne les familles qui vivent dans la cité EDF.

6Le fait qu'un certain nombre de familles soient installées à Eyrans ou dans les villages voisins depuis très longtemps explique cette interconnaissance. Il s'agit de familles étendues, solidement implantées et bien intégrées, dont tout le monde dans le village connaît les alliances matrimoniales, les opinions politiques et divers détails touchant à la vie privée.

7Ces familles, qui sont viscéralement attachées au village, déclarent ne pas vouloir vivre ailleurs qu'à Eyrans. Ceux de leurs membres qui ont dû quitter le pays — le plus souvent pour des raisons professionnelles — reviennent en vacances à Eyrans dès qu'ils le peuvent et se réinstallent dans la commune lorsque l'occasion s'en présente :

"Dès qu'on a pu revenir ici, on l'a fait : financièrement, c'est moins facile, mais on est beaucoup plus près des gens... c'est plus sympa". (Commerçante. 40 ans revenue au Pontet depuis six ans).

8Ces retours au "pays", qui concernent des jeunes couples et des retraités, sont faciles à réaliser lorsque les liens avec les gens du village n'ont pas été rompus, lorsque les intéressés ont une demeure familiale dans la commune ou encore lorsqu'ils possèdent des terres sur lesquelles ils pourront "faire bâtir".

9A l'origine de cet attachement au "terroir" il y a certes les racines familiales, mais il y a également le sentiment de trouver à Eyrans une qualité de vie que l'on ne trouve pas ou difficilement ailleurs :

"C'est une vie saine, plus détendue... on montre qu'on se connaît : un petit coup de klaxon, un signe de la main". (Artisan, 45 ans).

10Seuls les nouveaux venus, ceux que les habitants du cru nomment parfois "les étrangers", insistent sur la difficulté qu'il y a à se faire accepter dans une commune où "tout le monde connaît tout le monde". Le sentiment d'exclusion est ainsi fortement ressenti par nombre de familles résidant dans la cité EDF.

11Il faut dire que, de leur côté, les gens d'Eyrans, attendent souvent de ces nouveaux arrivants qu'ils fassent la preuve de leur désir d'intégration en faisant construire dans la commune où en participant à la vie locale. Les préjugés des uns à l'égard des autres restent de ce fait extrêmement vivaces :

"Les gens sont très sympas si on les connaît... Il faut les connaître... on dirait qu'ils ont le sentiment d'être considérés comme des arriérés". (Une habitante dont le mari est employé à la centrale de Braud).
"Les gens de l'extérieur ont tendance à nous reprocher de les laisser pour compte, mais les "nouveaux", c'est à eux de taire voir qu'ils veulent s'intégrer". (Viticulteur, 20 ha, 60 ans).

12A Eyrans, comme dans bien des communes rurales, les "natifs" savent se montrer chaleureux envers ceux qui font l'effort de s'intégrer à la vie locale. Un tel effort suppose en fait une véritable socialisation, puisqu'il faut rapidement se mettre au courant de l'histoire de la commune, se repérer dans les alliances familiales, dans le nom des lieux-dits, bref, il faut avoir accès à la mémoire collective.

13L'intégration, dans ce cas, ne passe pas uniquement par la participation à la vie associative ; encore faut-il "se montrer", "circuler, comme disent les gens d'ici.

14Si investir l'espace est un moyen d'accéder à la reconnaissance de soi, quels sont les lieux qui servent de support à cette sociabilité diffuse ?

C - les lieux de rencontres

15La mairie, l'école et les commerces sont des lieux d'échanges et de rencontres. On comprend le regret qu'expriment les habitant de voir disparaître peu à peu les commerces locaux : c'est en effet souvent chez les commerçants que l'on se tient informé de l'"actualité" villageoise.

16Le bureau de tabac est particulièrement fréquenté ainsi que le bar du Pontet. L'Hôtel des Voyageurs est également un lieu de rencontres : la section de football y ayant son siège, les clients sont nombreux à se retrouver à la fin de chaque match le dimanche ; c'est aussi l'endroit choisi par certaines associations pour organiser leurs lotos et leurs réunions. Malgré la construction récente d'une salle communale, le café reste le lieu privilégié de rencontre des villageois.

17La sortie de la messe est aussi l'occasion de se parler, mais ces occasions se raréfient : il n'y a plus qu'un office religieux tous les deux mois à Eyrans, le prêtre ayant dû répartir ses services entre plusieurs paroisses. Restent les mariages et les funérailles. Etre présent à un enterrement est un devoir, une obligation : celui qui ne peut être présent doit s'assurer que la famille sera représentée par au moins un de ses membres.

18Aux manifestations festivales locales (lotos, fête foraine) ou sportives (matchs de foot) qui constituent également des lieux privilégiés de rencontres, il convient d'ajouter les déplacements dans la commune, occasions eux aussi d'échanges multiples. Ceux qui travaillent sur place, les viticulteurs et les artisans, sont les plus concernés :

"On se rencontre sur les routes, quand on va travailler, on se salue...” (Salarié agricole, 35 ans).
"Quand on circule, on voit des gens... on discute, pas longtemps, mais enfin...". (Viticulteur, 12 ha, 32 ans).

19Si les lieux de rassemblement communaux se raréfient, il semble toutefois que la trame de la vie sociale s'élargisse à la commune de Blaye qui reste un pôle commercial attractif, compte tenu de la variété de ses commerces, de son centre commercial et du marché qui se tient chaque samedi matin. Le marché apparaît encore comme un lieu de rencontre et d'échange :

"Le samedi matin, on va à Blaye au marché pour se tenir au courant des prix du vin, et au Leclerc". (Viticulteur, 20 ha, 60 ans).

20Le déplacement à Blaye, le samedi matin, est une tradition. C'est le jour des formalités administratives, on prend le temps de discuter. On sait qu'on va rencontrer les amis des communes voisines, la parentèle, d'autres viticulteurs, les "anciens". Pour les viticulteurs les plus âgés, c'est la "grande sortie hebdomadaire". Finalement, le marché de Blaye est un lieu d'ouverture sur deux mondes : le monde rural et le monde urbain, le monde de la production agricole et celui de la commercialisation du vin.

21Quant aux personnes qui ont le plus de contacts avec la population, ce sont, bien entendu, le maire, la secrétaire de mairie (elle est au courant des affaires du village, tant publiques que privées), les commerçants, le garde-champêtre et tous ceux qui se déplacent fréquemment dans la commune, du fait de leur profession (le facteur, par exemple) ou de leur investissement dans la vie publique.

D - L'entraide et les menus services

22Les gens d'Eyrans se connaissant bien, ils n'hésitent pas à se rendre des services. En règle générale, ceux qui sont dans le besoin font prioritairement appel aux ressources familiales. Si la famille est le plus souvent sollicitée, c'est bien sûr parce qu'elle constitue un système d'échanges matériels et affectifs qui fonctionne en permanence, mais aussi parce que la proximité géographique des parents (les hameaux sont constitués autour d'une ou plusieurs grandes familles) facilite la "prestation" de services.

23Les services les plus courants concernent la garde des enfants. Mais on aide également les voisins, surtout lorsqu'il s'agit de personnes âgées. Enfin, comme partout à la campagne, les habitants s'échangent les produits du jardin : fruits, légumes ou fleurs...

24Lorsque les habitants d'Eyrans parlent de "leurs voisins", ils ne font pas simplement référence à une proximité spatiale, ils désignent avant tout un lien "affectif". Quand on rend service on sait à qui on rend service, et, en retour, on sait que l'on peut compter sur ses voisins en cas de besoin.

25Le fait que "tout le monde sait ce que fait tout le monde" oblige chaque habitant du village à respecter les règles de la solidarité. Mais l'entraide ne doit pas uniquement être conçue comme le produit d'un fort degré d'interconnaissance, c'est aussi le produit d'une tradition villageoise. Grâce à elle, le mode de vie rural se perpétue, l'accent est mis sur la solidarité et la force des liens entre les personnes. On ne s'étonnera donc pas que les habitants d'Eyrans fassent souvent référence au mode de vie citadin pour dénoncer l'indifférence, la solitude et l'absence de sociabilité.

26Pourtant l'entraide dans le travail s'est considérablement réduite au cours des ans. Les anciens rappellent qu'autrefois on se rassemblait pour faire les vendanges ou pour "tuer le cochon". Aujourd'hui la mécanisation et la spécialisation des tâches agricoles ont porté un coup à cette sociabilité. Chacun tend à avoir son propre matériel ; et les plus gros viticulteurs se dotent de machines à vendanger :

"Les gens sont de plus en plus outillés... Le matériel, on en a tous besoin en même temps... Le prêt, c'est pas comme ça qu'il faut travailler !" (Viticulteur, 12 ha, 45 ans).

27Nombreux sont ceux qui ne prêtent que du matériel "secondaire", une remorque ou une charrue :

"Le matériel, c'est trop cher... ça ne se prête pas". (Salarié agricole).

28Les plus outillés sont ceux qui prêtent le plus ; encore faut pouvoir compenser le don par un contre-don afin de maintenir un échange équilibré :

"J'emprunte à mon patron, pour travailler mon jardin... moi, je peux pas lui prêter, il a plus que moi... mais je lui rends service quand je peux... faut que ça se compense, sinon, ça va pas." (Salarié agricole, 35 ans)

29Lorsqu'il est difficile d'équilibrer l'échange, la règle veut que ce soit le donneur qui se propose de prêter ou de rendre service à celui qui est dans le besoin. Ce dernier a alors moins de mal à se "mettre en dette" et à préserver une part de sa fierté (les ouvriers agricoles, en raison de la relation de travail qui les lie à leur patron, sont particulièrement soucieux de préserver cette part d'"autonomie").

30Le travail collectif est une pratique exceptionnelle, mais il peut se justifier en cas de "coup dur", de retard dans le calendrier agricole ou à l'occasion de gros travaux.

"on a échangé une journée de labourage avec X... une fois chez lui, une fois chez nous... on est allé aider Y à planter de la vigne... ce n'est pas courant, une ou deux fois dans l'année, mais ça existe... (Viticulteur "double-actif", 8 ha, 35 ans)

31L'entraide et l'emprunt de matériel font partie de la tradition paysanne. Ils renvoient à un passé où les conditions et les techniques de travail rendaient indispensable la coopération entre individus. Si ces échanges revêtent aujourd'hui un caractère plus symbolique, ils n'en continuent pas moins d'entretenir le sentiment d'appartenance des habitants à la communauté villageoise.

E - les réseaux de sociabilité

32Les réseaux de sociabilité, se constituent à partir d'un certain nombre d'éléments : l'appartenance à une famille, à une même classe d'âge, le fait d'avoir des activités communes...

1) La famille

33L'importance accordée à la famille se retrouve à Eyrans comme ailleurs. C'est avec ses enfants, ses parents et grands-parents que l'on choisit de passer une grande partie de son temps libre :

"le week-end, on essaie de rester avec les enfants parce qu'on ne les voit pas beaucoup pendant la semaine". (Viticulteur ; 20 ha, 32 ans).
"Je rends visite à mes filles qui n'habitent pas ici, j'emmène mes petits-enfants au cinéma... (Viticulteur ; 20 ha, 62 ans).

34Le dimanche est le moment où les membres de la famille se retrouvent autour de la même table. A défaut, les parents vont rejoindre leurs enfants qui résident à l'extérieur d'Eyrans. La durée et la fréquence de ces visites varient en fonction de l'éloignement géographique des enfants. Mais, d'une façon générale, ces visites sont de courte durée et peu fréquentes.

35Il arrive que les amis de longue date fassent partie de "la famille”. C'est avec eux que l'on partage des loisirs, surtout quand les enfants vivent loin :

"le dimanche, on se retrouve avec X et le beau-père... On fait une petite belote..." (Viticulteur. ; 12 ha, 32 ans).

2) Les amis

36La mobilité résidentielle provoque un éparpillement et une extension géographique des réseaux d'amis. Le réseau de ceux qui ont toujours vécu à Eyrans se limite généralement au triangle Bordeaux-Libourne-Mirambeau. Les liens d'amitié sont alors réactivés par de fréquentes visites :

"J'ai des amis du côté de Libourne, alors le week-end, on va les voir... on sort..." (Salarié agricole, ancien cuisinier, 35 ans).

37La classe d'âge a également une influence sur le type de sociabilité et le lieu où elle se pratique.

38On a déjà eu l'occasion de dire que, dès qu'ils possèdent un moyen de locomotion, les jeunes s'évadent de la commune.

"Je vais voir mes copains à Blaye... On sort en boîte en Charentes, on suit les bals" (Un jeune serveur du Pontet, 22 ans). "Je joue dans un orchestre... On fait des tournées... la fête d'Eyrans, c'est celle où on s'amuse le moins. (Jeune commercial de 25 ans).

39La sociabilité des adultes (ceux qui ont entre 30 et 60 ans) se déploie dans des espaces moins éclatés. Le fait que leur sociabilité soit beaucoup mieux ancrée localement est la conséquence d'un investissement plus marqué dans la vie communale : on note en effet que, pour cette tranche d'âge, l'adhésion et la participation à une association favorisent la naissance de nombreux réseaux à l'extérieur même de la structure associative. A partir de petits noyaux d'amis viennent se greffer d'autres personnes, des membres issus de la même famille ou des amis "du coin".

40C'est ainsi, par exemple, que deux grands réseaux ont pu se constituer à partir du club de football :

  • Le premier regroupe des viticulteurs (exploitations moyennes), des techniciens EDF et autres membres des classes moyennes. Ces personnes ont entre 30 et 45 ans et se réunissent régulièrement chez les uns ou chez les autres. Leurs enfants entretiennent également des liens d'amitiés, ainsi que leurs épouses, membres fondateurs de l'association "Les Amis de l'École d'Eyrans".
  • Le second réseau regroupe des commerçants et des artisans du village, qui ont aussi entre 30 et 50 ans et qui se réunissent de temps en temps pour passer "un bon moment" :

"Nous, la quarantaine, on est suffisamment de copains pour s'organiser... le feu de la Saint-Jean, on l'a fait chez moi (l'année précédente, ces personnes avaient essayé de faire un feu de Saint-Jean pour tout le village, mais cela avait été un échec)... On était environ 35 jeunes du coin... juste les copains... le boucher prend sur son sommeil... Nous, on a pas besoin de club, on s'organise". (Artisan, 40-45 ans).

41Ces réseaux ont un point commun : ils sont constitués de personnes qui se connaissent depuis longtemps, qui ont approximativement le même âge, et qui travaillent dans la commune ou qui y sont souvent présentes (artisans, femmes au foyer, viticulteurs).

42Quant à la sociabilité des personnes âgées, elle revêt elle aussi des formes spécifiques : "A mon âge, on ne va plus aux bals", dit en riant un viticulteur retraité.

43Il n'y a pas de club du troisième âge à Eyrans. Cela n'empêche nullement certains retraités de participer aux sorties proposées par les clubs existant dans les communes voisines :

"Quand, il y a un voyage, on y va, c'est l'occasion de se retrouver tous ensemble... On se connaît parce que ma mère était de Cartelègue". (Viticulteur retraité, 78 ans)

44Si, dans l'ensemble, les personnes du "troisième âge" participent peu aux activités proposées par les associations d'Eyrans, c'est qu'elles perçoivent la vie associative locale comme étant réservée aux "jeunes". Les retraités préfèrent donc se retrouver entre eux pour jouer aux cartes ou pour prendre un café entre amis. Contrairement à la sociabilité des adultes actifs, la sociabilité des personnes âgées semble avoir un caractère plus "contingent", les contacts sont moins suivis et ils ont tendance à se déployer dans un espace social plus restreint. A défaut de se rencontrer au gré des promenades, on se rend des petites visites d'amitié, on discute sur le pas de la porte avec ses voisins ou avec les passants.

45Il reste à savoir si les différences de pratiques observées entre adultes et personnes du "troisième âge" sont liées à la variable âge ou si elles résultent d'un changement plus profond dans le mode de vie des habitants d'Eyrans.

46Une chose est sûre : ce sont les adultes actifs qui s'investissent le plus dans la vie locale. Les jeunes constituent en effet une population très mobile, peu ancrée dans la commune (leur scolarité se déroule souvent hors de la commune, et après le service militaire, certains doivent aller chercher un travail à l'extérieur), l'autre extrémité, la sociabilité des personnes âgées — pourtant plus ancrée localement — se limite à la classe d'âge, à l'espace familial et au voisinage immédiat.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search