Version classiqueVersion mobile

Eyrans en Blayais

 | 
Alain Contis
, 
Francine Montangon
, 
Muriel Dagens

Troisième partie. Sociabilité et pouvoir municipal à Eyrans commune viticole du Blayais

I - Présentation générale de la commune

Texte intégral

A - situation géographique

1Petite commune de 428 hectares située au nord de Blaye, Eyrans se distingue peu de ses voisines. Traversée par la route nationale reliant Saintes à Bordeaux, c'est un important carrefour qui dessert six communes limitrophes : Saint-Androny à l'ouest, Fours, Mazion et Campugnan au sud, Etauliers au nord et Anglade au nord-ouest.

2Composée de petits hameaux, séparés principalement par des vignobles (exception faite de la partie plus marécageuse au nord-est du village qui est recouverte par des prairies et des bois), la commune comprend deux parties : le "bourg" d'Eyrans — où se trouvent l'église et la mairie — et le lieu-dit "Le Pontet" situé sur l'axe routier — où sont concentrés les commerces. Trait sans doute le plus significatif d'Eyrans, cette scission communale en deux villages aux fonctions bien distinctes exerce une influence non négligeable sur la vie locale.

3D'une façon générale, on peut dire que la physionomie d'Eyrans a peu évolué au cours de la seconde moitié du siècle. Trop éloignée de la ville (Eyrans est à 50 kilomètres de Bordeaux) pour être transformée en "cité dortoir", la commune n'a pas davantage eu à souffrir de l'exode rural : le fléchissement démographique observé entre 1945 et 1976 s'est en effet inversé à la suite de l'implantation de la centrale EDF de Braud.

4Ce nouvel apport de population a été à l'origine de la construction d'une petite cité d'une vingtaine de logements et de quelques autres maisons neuves dispersées dans la commune, symboles de la pénétration du monde moderne dans cette terre de tradition.

B - la population

5En 1982, Eyrans comptait 558 habitants (chiffre que devrait confirmer le recensement de 1989). Depuis 1976, la population communale s'est quelque peu rajeunie : fait non négligeable pour une commune dont la proportion de personnes âgées est assez importante (les plus de 60 ans représentaient 27,4 % de la population en 1982), la construction de la centrale nucléaire du Blayais a favorisé l'arrivée de jeunes couples avec leurs enfants à Eyrans.

Évolution de la population

Population

1962

1968

1975

1982

totale

493

451

415

558

étrangère

3 %

0,9 %

2,7 %

2,9 %

6L'étroitesse des perspectives d'emplois offertes dans la région explique sans doute la faible proportion d'étrangers résidant dans la commune (16 personnes en 1982).

7En ce qui concerne les catégories socio-professionnelles, on note une baisse du nombre de commerçants actifs. Ceux qui ont atteint l'âge de la retraite abandonnent leur activité, sans toujours parvenir à vendre leur fonds de commerce, le contexte actuel n'étant guère favorable à ce type de transaction. On observe une baisse identique dans le domaine agricole, baisse due à la fois à la mécanisation et à la concentration des exploitations : entre 1975 et 1982, le pourcentage d'actifs ayant un emploi lié à l'agriculturé est ainsi passé de 32,6 % à 22,6 %.

Répartition des actifs selon le secteur d'activité

Professions

1975

1982

à caractère agricole (dont salariés)

total 68 pers.
12 pers.

44 pers.
9 pers.

à caractère non agricole

102 pers.

150 pers.

C - la viticulture dans l'économie locale

8Eyrans est une commune essentiellement viticole : ses meilleures terres sont réservées au vignoble, les terres basses étant utilisées pour la culture des céréales ou pour l'élevage de vaches laitières.

9Les quotas laitiers et des contraintes liées à l'élevage, tendent à rendre ce dernier secteur de moins en moins attractif. Il en va de même pour la culture de l'asperge. Alors qu'Eyrans possède des terrains particulièrement propices à ce type de production (le Blayais est en effet renommé pour ce produit), la culture de l'asperge reste une culture d'appoint. La production locale n'a pas su s'adapter à une nouvelle réglementation des ventes, et les petits producteurs ne sont pas parvenus à se regrouper pour faire face à la concurrence.

10D'une façon générale, les agriculteurs s'orientent aujourd'hui vers la monoculture et, sur ce plan, la rentabilité de la viticulture paraît largement démontrée.

11Certes, le vignoble d'Eyrans n'a pas la réputation de certains terroirs du Bordelais. Le vin n'en demeure pas moins la principale source de revenus des agriculteurs de la commune avec une production moyenne de 600 hectolitres : les 2/3 de la production sont des vins rouges d'appellation Premières côtes de Blaye et Bordeaux, le reste est constitué de vin blanc de table. Dans leur grande majorité, les viticulteurs cèdent leur production à la coopérative locale.

12Comme dans d'autres régions, on observe ici une tendance à la concentration des exploitations (on est passé de 122 exploitations en 1955 à 48 en 1980 et 26 en 1990). Outre le fait que les fils d'agriculteurs hésitent de plus en plus à reprendre l'exploitation familiale, les impératifs de qualité et d'investissements rendent nombre de petites et moyennes propriétés vulnérables à la compétition économique. Néanmoins, on constate une extension du vignoble dans la commune, ainsi que dans tout le département, en raison d'une forte demande de vin rouge d'appellation qui incite les viticulteurs à augmenter les surfaces cultivées.

13Sur les 17 exploitations qui comptaient plus de 4 ha, 12 étaient strictement spécialisées dans la viticulture (sources : déclaration de récolte de 1989). Il importe cependant de nuancer la portée de tels chiffres, car à Eyrans (comme sans doute dans les communes avoisinantes) il existe un fort pourcentage de "doubles actifs" parmi les déclarants viticoles. C'est ainsi que, sur les 12 déclarants de récolte mentionnés plus haut, seulement 7 tirent l'intégralité de leurs ressources de la vente du vin (les 5 autres appartiennent au monde de l'artisanat, du commerce ou à celui des salariés). Il s'agit, dans ce dernier cas, d'une solution de compromis, certes coûteuse en travail et en temps, mais qui permet de vivre décemment tout en conservant intacts le patrimoine et les traditions familiales. Nous aurons plus loin l'occasion de revenir sur les conséquences que cette "double-activité" (peut-être plus répandue qu'on ne le pense généralement dans la région) peut avoir sur la définition des identités locales.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search