Version classiqueVersion mobile

Eyrans en Blayais

 | 
Alain Contis
, 
Francine Montangon
, 
Muriel Dagens

Deuxième partie. Eyrans : évolution démographique et sociale d'une commune du Blayais viticole de 1828 à 1990

Chapitre 4. Le cadre de vie : les équipements et les logements

Texte intégral

I - LES ÉQUIPEMENTS DE LA COMMUNE AUJOURD'HUI

1Le "Pontet" revêt une grande importance aux yeux des Eyranais. Ce village a toujours été le centre vital de la commune. L'activité générale d'Eyrans s'est trouvée déplacée au Pontet. Cette situation, étrange au demeurant, s'explique par la proximité d'une voie de communication majeure, la route nationale no 137 : Le Pontet est placé sur un axe routier très fréquenté, qui dessert la région blayaise. Les commerces et les services se sont très tôt fixés le long de cette route et se sont maintenus grâce à une population toujours suffisante, comme nous l'avons étudié dans le deuxième chapitre. Aujourd'hui ces commerces toujours présents semblent avoir traversé le temps et coexistent avec d'autres formes commerciales et des services divers. Mais des relations avec les autres communes ne sont pas exclues car certains commerces et services sont absents du territoire ; les Eyranais doivent se déplacer pour des services plus spécifiques.

A - les commerces et les services sur le territoire communal

2Malgré le caractère agricole de la commune, le secteur commercial est bien représenté à Eyrans et lui confère sa vitalité. Les commerces, très dynamiques se concentrent dans le village du Pontet.

1) Un secteur commercial bien représenté

3Les commerces et les services alimentaires sont les plus nombreux. Ils constituent, le plus souvent, des sources d'approvisionnement banal dans une commune rurale :

4Les principaux commerces alimentaires sont ici une alimentation générale, une boulangerie, une boucherie, une charcuterie et une poissonnerie. Les autres commerces sont d'importance secondaire mais représentatifs de la vocation agricole de la commune. Cette vocation trouve son expression dans la relative importance de certains commerces agro-alimentaires, à savoir par exemple une vente de vins de production, une vente d'œufs de production et enfin une vente de produits laitiers. Un marché anime la commune une fois par an l'été et permet aux agriculteurs de vendre leurs produits. Ce marché est traditionnel. Mais si les Eyranais s'approvisionnent quotidiennement au Pontet, ils se rendent néanmoins dans des grandes surfaces pour les plus gros achats. La commune la plus fréquentée est celle de Blaye ; son hypermarché est rapidement accessible par la départementale no 937 à une distance de 9 kilomètres. Un café restaurant complète la panoplie des services alimentaires : très fréquenté par les voyageurs (car situé à l'intersection de la RN no 137 et de la route reliant Blaye) il est un des commerces les plus dynamiques de la commune.

5Les autres commerces et services non-alimentaires sont tout aussi essentiels pour maintenir la population rurale à Eyrans. Il s'agit d'un bureau de tabac, d'un point de vente quotidiens (librairie-papeterie), d'une mercerie, d'un salon de coiffure, d'une station service, de deux pépiniéristes et enfin d'un magasin d'approvisionnement agricole. Tous ces commerces font aussi preuve de dynamisme car ils sont très fréquentés par les habitants mais aussi par les voyageurs.

2) L'importance de l'artisanat

6Les métiers de l'artisanat sont nombreux à Eyrans ; ce sont pour la plupart des petites entreprises traditionnelles. On notera toutefois la prédominance des métiers du bâtiment et de la mécanique.

7- Parmi les métiers du bâtiment, la maçonnerie est la plus représentée puisqu'il y a deux entreprises de maçonnerie à Eyrans ; un plâtrier et une entreprise de peinture sont complémentaires. En revanche, plus actuelles sont les entreprises de tuyauterie et d'appareils de chauffage car, en 1979, d'après un inventaire communal de l'I.N.S.E.E., on ne dénombrait à Eyrans que des entreprises de maçonnerie et un plâtrier. Certaines de ces entreprises sont dispersées sur le territoire communal : on note une entreprise de maçonnerie localisée à Barbaud, les entreprises de peinture et d'appareils de chauffage à Maurines et l'entreprise de tuyauterie à l'Hôpital. Ce sont d'ailleurs les seules entreprises que nous trouvons éparpillées sur la commune si l'on excepte la concentration des autres au Pontet.

8On constate, relatifs aux métiers de la mécanique, l'existence de deux garages ; l'un est situé au Bourg, l'autre au Pontet.

9Ce rapide exposé montre une surprenante concentration des métiers de l'artisanat dans une commune aussi peu étendue. Il faut attribuer ce phénomène à l'accroissement récent de la population ; corrélativement les équipements se sont développés.

3) La permanence des services publics

10Les services publics ont peu évolué depuis deux siècles. La commune possède toujours une salle des Fêtes, un bureau des postes et une école. Nous l'avons vu, la fonction intellectuelle est propre au Bourg alors que la fonction administrative est celle du Pontet.

RÉPARTITION DES SERVICES ET DES COMMERCES EN 1990

RÉPARTITION DES SERVICES ET DES COMMERCES EN 1990

Sources : Annuaire des Postes et enquête personnelle

11A côté des services publics, les services privés (inexistants une décennie auparavant) sont aujourd'hui présents à Eyrans : la commune s'est dotée d'une société d'assurances (localisée à l'Hôpital), et d'une Société d'Aménagement Urbain Rural (la S.A.U.R.) ; cette société implantée dans tout le Blayais règle les problèmes d'aménagement en milieu rural.

B - les autres éléments de l'équipement

1) Le secteur médical

12Comparé à d'autres commune rurales de la région Blayaise, le secteur médical est bien développé à Eyrans puisque nous dénombrons deux médecins et un dentiste. Les médecins se sont installés dans la gare désaffectée du Pontet, transformée aujourd'hui en cabinet médical. Néanmoins, une pharmacie fait défaut dans la commune puisque les Eyranais se rendent régulièrement à la pharmacie de Saint-Seurin de Cursac, commune située à deux kilomètres. Les soins plus spécialisés sont concentrés à Blaye (centre hospitalier, spécialistes...).

13Le secteur médical est donc intégré à la vie communale ; seul le secteur para-médical est sous-représenté (absence d'infirmières par exemple).

2) Enseignement, équipements socio-culturels, sportifs et de loisirs : des éléments indispensables pour la vitalité des campagnes

14Eyrans a conservé, contrairement à de nombreuses communes rurales, l'élément essentiel de la structure sociale en milieu rural : son école. Son maintien indique le dynamisme de la population. L'enseignement est sur la commune un enseignement du premier degré. On note l'existence d'une école primaire avec plusieurs classes, sans classe enfantine (école maternelle située à Mazion). Cette école anime le Bourg.

15Un ramassage scolaire permet aux enfants de la commune de se rendre dans des établissements du Second degré premier cycle (collège de Blaye ou collège de Saint-Ciers) et deuxième cycle (lycée de Blaye). Un enseignement agricole est ouvert à tous les jeunes en relation avec le collège agricole public de Pugnac.

16La faiblesse des équipements socio-culturels, sportifs et de loisirs est caractéristique des communes rurales. L'unique source culturelle est une petite bibliothèque adjacente à la mairie.

17Les activités sportives animent suffisamment la commune qui est équipée d'un terrain de grands jeux et d'un club sportif — association sportive (football, volley, ski...).

3) La capacité d'accueil de la commune

18Selon l'inventaire communal de 1988, la commune d'Eyrans peut accueillir environ quatre-vingt personnes, soit 0,14 fois la population municipale. Les formes d'hébergement sont diverses :

  • un hôtel rattaché tourisme, "l'Hôtel des voyageurs", situé au Pontet ; cet hôtel possède dix chambres (capacité d'accueil ancienne) ;
  • un gîte rural ou communal qui offre deux chambres ;
  • des résidences secondaires (onze résidences en 1988).

19La capacité d'accueil de la commune est donc élevée : elle répond à une certaine demande de la part des nombreux voyageurs de passage.

II - LES LOGEMENTS

20Si la population eyranaise a fait preuve au cours des siècles d'une relative stabilité, l'évolution du nombre des logements est différente. En effet, la commune est aujourd'hui 1,4 fois plus bâtie qu'au début du xixe siècle. Si le nombre des logements s'est progressivement accru jusqu'en 1975, il a connu une surprenante ascension avec l'apparition de la centrale nucléaire après 1982.

A - une évolution normale du nombre des logements depuis le début du xixe siecle jusqu'en 1975

21En 1856, les 586 habitants se répartissaient dans 161 maisons (17 sont inhabitées) ; toutes sont construites en tuiles et possèdent un rez-de-chaussée. A la fin du xixe siècle, le nombre des logements a peu évolué : on relève, en 1881, 171 logements dont 12 vacants ; une quinzaine d'années plus tard, en 1896, une maison nouvelle est dénombrée. Ces logements étaient occupés à 90 % par les propriétaires en 1872 ; par extension les locataires étaient peu nombreux (seulement 4 locataires) et le nombre de logements vacants trop important alors que la population approchait les 600 habitants.

22Ces logements se concentraient dans des hameaux éparpillés sur le territoire communal mais étaient proportionnellement plus nombreux dans le village du Pontet, déjà au début du xixe siècle.

23Au cours du xxe siècle, jusqu'en 1975, seules 14 maisons ont été construites puisqu'en 1975 on relève 188 maisons ; consécutivement aux départs de nombreuses personnes, le nombre de logements vacants s'accroît durant cette période (18 en 1975). La commune est donc encore en 1975 une commune faiblement bâtie. Les hameaux conservent leur aspect ancien.

B - l'essor récent des surfaces baties

24Une vague de constructions caractérise la fin du xxe siècle. Les surfaces couvrent près de 24 ha en 1990, selon le cadastre révisé pour 1990, contre 15 ha au début du siècle (données cadastrales de 1936). Ce phénomène s'explique par le renouveau économique relatif à la construction de la centrale E.D.F. La centrale nucléaire de Braud apporte des modifications importantes au niveau de l'habitat : 48 nouvelles constructions sont érigées sur la commune. La plus importante des constructions est celle de la cité E.D.F. Aujourd'hui la demande locative est assez forte sur la commune (logements libres) ; elle est de 100 par an. Ces logements sont très recherchés car Eyrans est située à proximité de voies d'accès importantes et les demandeurs de location sont des personnes travaillant dans l'agglomération Bordelaise. Les Hautes de Gironde sont de plus en plus proches de Bordeaux. Le nombre de logements vacants s'est stabilisé dans la mesure où certains agents E.D.F. ont accédé à la propriété.

25Un instantané sur l'habitat des Hauts de Gironde en 1989 nous renseigne sur le statut d'occupation du parc ancien et son équipement :

26Le nombre de logements est élevé à Eyrans puisqu'il y a 168 logements anciens ; 75,5 % d'entre eux sont occupés par les propriétaires, 17 % par des locataires et 6,5 % sont des logements vacants. Les logements neufs représentent 20 % du parc actuel. Si on excepte la cité, nous trouvons d'autres constructions nouvelles : ce sont des maisons aux architectures modernes qui contrastent avec celle des logements anciens. Elles se localisent autour du village Le Pontet.

27L'analyse de l'équipement du parc ancien montre un faible pourcentage de logements sans confort, soit 25 %, et un fort pourcentage de logements tout confort, autour de 40 % — les logements au confort approximatif représentent 35 % du parc ancien. On dénombre néanmoins peu de demandes de réhabilitation.

28Cette étude succincte du cadre de vie nous permet de mettre en exergue l'importance jouée par la route nationale, épine dorsale de la commune, le long de laquelle s'étirent commerces et services divers. En fait, les équipements et les logements sont biens représentés dans cette commune rurale à vocation viticole et ils contribuent à son animation.

Table des illustrations

Titre RÉPARTITION DES SERVICES ET DES COMMERCES EN 1990
Légende Sources : Annuaire des Postes et enquête personnelle
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17546/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17546/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 211k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search