Version classiqueVersion mobile

Eyrans en Blayais

 | 
Alain Contis
, 
Francine Montangon
, 
Muriel Dagens

Deuxième partie. Eyrans : évolution démographique et sociale d'une commune du Blayais viticole de 1828 à 1990

Chapitre 3. Permanences et mutations dans le domaine agricole

Texte intégral

I - L'ÉVOLUTION DE DEUX MODES D'OCCUPATION DES SOLS DEPUIS 1828 : LES TERRES LABOURABLES ET LES PRAIRIES NATURELLES

1La commune d'Eyrans est une commune profondément marquée par l'agriculture et ce depuis plus de deux cents ans. Les terres mises en culture couvrent 406 ha en 1828 selon le premier cadastre et 363 ha en 1989 selon le recensement agricole. Au demeurant, la surface agricole utilisée a fait preuve, au cours des xixe et xxe siècles, d'une remarquable permanence puisqu'elle a toujours été proche des 400 ha. Et malgré le renouveau économique — apporté en Blayais par la construction de la centrale EDF — qui a profité à Eyrans et entraîné des transformations dans le paysage communal (renouveau commercial, et augmentation des superficies bâties), l'agriculture domine encore la vie économique de la commune.

  • 1 JOUANNET, (F.). Statistiques du département de la Gironde, Tome 2, 1ère partie, 1939, p. 19.

2Si nous comparons les deux cartes de la répartition de l'occupation du sol sur le territoire communal établies pour 1828 et 1990 à partir des cadastres (cf. cartes annexes), nous constatons que le paysage agraire a peu évolué en deux siècles ; il a conservé aujourd'hui à peu près la même configuration qu'en 1828. La polyculture était alors dominante : la vigne, les prés et les terres labourables étaient les principales composantes ; les landes et les friches étaient peu étendues et les surfaces réservées aux bois quasi inexistantes. La répartition des principales cultures suit les terroirs : la vigne qui est la culture dominante, au point de parler de monoculture dans certains secteurs, se localise sur le plateau, en zone haute ; les prairies se situent dans la zone marécageuse du nord-est, dans le secteur des "Prises" ; et les terres labourables enfin s'étendent essentiellement à la limite des deux terroirs mentionnés précédemment, mais aussi dans la zone des bas-fonds s'intercalant avec les herbages et sur le plateau s'insérant parfois entre les parcelles de vigne. En 1839 Jouannet témoignait de cette polyculture traditionnelle : "Le territoire d'Eyrans produit du blé, du seigle, du maïs, de l'avoine, de l'orge, des légumes ; il renferme d'assez bonnes prairies"1. Ce système polycultural consistait à assurer l'autosubsistance des agriculteurs ; la vigne était sans aucun doute la culture de rapport : elle assurait par la commercialisation de ses vins, l'essentiel des revenus.

ÉVOLUTION DES PRINCIPAUX MODES D'OCCUPATION DU SOL

ÉVOLUTION DES PRINCIPAUX MODES D'OCCUPATION DU SOL

F. Montangon. Sources : cadastre 1828, 1914 et 1936 ; recensements agricoles 1955, 1970, 1979 et 1989

A - l'apogée récente des terres labourables2

1 - L'évolution des terres labourables depuis le xixe siècle : importance récente de cette mise en valeur

3Les terres labourables n'ont jamais occupé une place importante sur le territoire communal si ce n'est au début du xixe siècle et à la fin du xxe siècle. En 1828, elles occupent 32,7 % de la surface agricole utilisée, soit 132 ha, mais ne s'étendent que sur moins de 20 % pendant la quasi-totalité du xixe siècle et la première partie du xxe siècle. En 1914, ce mode d'occupation du sol ne couvre plus que 36 ha de l'ager.

4Cependant, le déclin des terres labourables est marquée par de brefs épisodes de croissance comme pendant la période de l'Entre-deux-guerres où l'on recouvre un pourcentage non négligeable, à savoir 26,5 % de la surface agricole utilisée en 1936 (104 ha). Ces surfaces cultivées ont dans l'ensemble régressé au détriment de la vigne et des herbages. Mais il faut attendre la fin du xxe siècle, dès 1979, pour voir les terres labourables occuper une large part (28 % de la S.A.U. en 1979 et en 1989 avec 40 %), au détriment de la vigne qui décline après des périodes de crises au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

2) Dominance de la céréaliculture

5Les céréales étaient les plantes les plus cultivées au début du xxe siècle car elles étaient destinées à l'alimentation humaine et animale.

a) Le déclin de la culture du blé

6La culture la plus importante était celle du blé ou du froment (y compris l'épeautre plus rustique), principale culture alimentaire. Cette plante occupait 11 ha en 1892 mais d'autres cultures alimentaires prévalaient comme la pomme de terre (avec 21 ha) ou les haricots (40 ha). En revanche, au cours du xxe siècle, si les superficies emblavées déclinent, elles demeurent supérieures à celles des tubercules et des légumes : en 1922, elle couvrent 6 ha contre 2 ha de pommes de terre et 0,60 ha de haricots, et font preuve d'une remarquable continuité jusqu'en 1955 si l'on excepte la période de l'Entre-deux-guerres, pendant laquelle la culture du blé est à son apogée (soit 30 ha emblavés en 1936). Mais après 1955 la culture du blé a disparu. D'ailleurs les rendements à l'hectare étaient relativement faibles, autour de 12 quintaux de grains. De nos jours, la présence de vestiges de vieux moulins à vent et à eau — établis sur la Moulinade — ayant appartenu à des meuniers, marque le paysage communal et atteste l'ancienne économie à base céréalière. Les champs de blé ou de froment se localisaient dans la zone des basses terres, au pied du plateau, proches des moulins ; on trouvait aussi des semis de céréales entre les rangées de ceps de vigne en joualles.

b) L'essor de la maïsiculture

7D'autres cultures céréalières sont présentes sur le territoire communal, comme celles de l'avoine et du maïs destinées à la consommation animale. Nous ne manquerons pas d'être étonnés cependant de l'absence du seigle sur la commune ; cette plante qui se cultivait sur des terrains médiocres, était pourtant très répandue sur les autres communes du Blayais.

8Si l'avoine n'a jamais occupé une grande place à Eyrans, le maïs a, au contraire, connu un essor récent et permet, aujourd'hui, aux terres labourables d'occuper la plus large part de l'ager. Pendant longtemps l'avoine n'a occupé que 3 à 5 ha, voire moins d'un ha au début du xxe siècle. Mais cette plante qui servait à nourrir chevaux et volailles a disparu aujourd'hui ; et cela depuis 1955 corrélativement avec la disparition des équidés. Le destin du maïs aurait été similaire à celui de l'avoine si l'on n'avait pas eu un remarquable accroissement du nombre des volailles dès 1955 ; l'effectif est passé de 1 462 à 23 225 volailles (en 1979). Les superficies en maïs occupaient moins d'un ha durant la moitié du xxe siècle mais elles se sont multipliées par 7,5 entre 1970 et 1979 pour couvrir 68 ha en 1979 ! La maïsiculture s'est avérée être la culture la plus adaptée aux bas-fonds humides et drainés de la zone marécageuse du fait de l'exigence en eau de la plante ; les champs plantés en maïs se rencontrent donc dans les marais. En 1988 ce type de culture accuse cependant un certain déclin puisque la superficie en maïs ne couvre plus que 58 ha (soit 10 ha de moins qu'en 1979) : ce brusque déclin correspond ici à une surprenante chute du nombre de volailles passé à 263 en 1988 — il n'est pas rare aujourd'hui de rencontrer des bâtiments, destinés à l'élevage de volailles, à l'abandon.

3) Les autres composantes des terres labourables

a) La permanence des plantes fourragères destinées au bétail

9La commune possède sur son territoire de vastes espaces de prairies artificielle qui s'étendent dans le secteur des Prises, marécageux et herbager. Les terres labourables étaient livrées, outre aux céréales, à des cultures fourragères et cela durant deux siècles. Elles comprenaient, au début du xxe siècle, une dizaine d'hectares de luzerne (4 à 5 ha), de sainfoin (2 à 4 ha) et de trèfle (1 à 2 ha). A la fin du siècle, les fourrages en culture principale ont progressé et il y en avait 42 ha en 1970. Cependant, en 1988, nous n'avons plus que 18 ha de fourrages et nous retrouvons à peu près la proportion du début du siècle, La permanence de ces plantes fourragères révèle ici l'importance de l'élevage dans l'économie communale ; le déclin de ce dernier en 1988 explique celui des fourrages. Les rendements élevés à l'hectare de ce type de culture permettaient d'alimenter de nombreux bestiaux : ils étaient en moyenne de 30 quintaux par hectare pour la luzerne, 35 quintaux par hectare pour le sainfoin et de 30 quintaux pour le trèfle.

b) Le déclin progressif des plantes sarclées

10Si la pomme de terre a eu une place importante dans l'agriculture à la fin du xixe siècle où elle occupait une vingtaine d'hectares en 1892 et était à la base de l'alimentation humaine au détriment du blé, elle n'est plus aujourd'hui considérée comme la culture de subsistance. Pendant la première moitié du xxe siècle, cette culture s'étendait sur 4 ou 6 ha ; en 1955, on avait 8 ha plantés, mais depuis 1970 la pomme de terre n'a plus qu'un rôle de complément alimentaire et n'est cultivée que dans les jardins potagers — on avait en 1970 selon le recensement agricole 1 ha de pommes de terre réparti sur 24 exploitations.

11La betterave fourragère et le topinambour destinés à l'alimentation animale, voire humaine font leur apparition de 1940 à 1970, en période de guerre et de pénurie. Mais ils restent modestement exploités puisqu'ils n'ont jamais occupé plus de 4 ha durant ces trente années (betterave fourragère, 2 à 4 ha ; topinambour, 1 ha). D'autres plantes sarclées connaissent la même évolution comme le chou fourrager qui n'a jamais couvert plus de 2 ha. Aujourd'hui ces cultures de qualité médiocre ont disparu.

c) Une gamme de ressources agricoles enrichie par la culture légumière

12La culture légumière s'est maintenue durant les xixe et xxe siècles ; elles est restée la culture traditionnelle à la base des compléments alimentaires. Il était courant de voir des légumes plantés dans les vignes en joualles. Relativement peu étendus, les légumes variés sont de deux types : secs de plein champ et frais de plein champ.

  • Les légumes secs sont ici les haricots, les fèves et les petits pois. La culture du haricot était importante à la fin du xixe siècle — elle occupait 40 ha en 1892 — mais elle a connu un fort déclin au début du xxe siècle et couvre moins d'un hectare jusqu'en 1940, un peu plus de 3 hectares après 1941. Actuellement, le haricot est associé à d'autres légumes. Les superficies occupées par les fèves n'ont jamais excédé 3 ha ; cette culture a disparu à Eyrans au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. On en trouve parfois une rangée insérée parmi les autres légumes secs de plein champ.
  • Les légumes frais de plein champ sont l'asperge, les fraises et les poireaux principalement. Selon les recensements agricoles du début du xxe siècle, l'asperge est un légume traditionnellement cultivé sur le territoire communal : chaque agriculteur en produit une petite quantité vendue sur les marchés. En fait, les terres à Eyrans sont propices au développement de la culture de l'asperge (bonne fertilité des sol) — les rendements sont élevés (déjà 16 quintaux à l'hectare en 1929). Cette culture a occupé 2,5 ha en 1929 et n'a cessé d'accroître ses superficies jusqu'en 1936 pour occuper 15 ha. Si en 1970 elle ne couvre plus que 5 ha (problème d'écoulement des stocks lors d'une nouvelle réglementation des ventes), on note aujourd'hui de nouveaux essais vers la culture de l'asperge et cela est encouragé par le Contrat de pays et l'intervention de l'Opération Groupée d'Aménagement Foncier (O.G.A.F.)

13Les cultures de la fraise et du poireau utilisent de faibles espaces ; autour de 0,3 ha pour la fraise et de 0,1 ha pour le poireau en 1970 (en l'absence de renseignements plus récents).

14La culture légumière comprend donc une panoplie de légumes variés : ils sont destinés le plus souvent à la consommation familiale ; seule la culture de l'asperge fait l'objet d'une commercialisation, elle alimente les marchés locaux.

15La culture légumière n'occupe pas une grande surface ; mais de façon originale, au lieu de se localiser autour des hameaux, elle se concentre dans le secteur des sables noirs — excellents terroirs pour la culture de légumes situés entre le plateau et la rivière de la Moulinade — en un vaste jardin potager communal où chaque exploitant possède son jardin.

B - permanence des prairies naturelles sur le territoire communal et importance de l'élevage dans l'économie

1) L'évolution des prairies naturelles : une occupation du sol traditionnelle

16Les prairies naturelles ont toujours occupé une grande place dans l'économie communale. Elles sont à la base de l'alimentation du bétail. Ce phénomène est dû à l'existence d'un espace marécageux sur la commune, au lieu-dit "les Prises". Cet espace insalubre et humide, fut très tôt le monde des herbages : il servait jadis de pâtures aux bestiaux et roseaux et joncs étaient utilisés pour la litière des animaux. Partiellement transformé en marais desséchés au xviie siècle, par Claude de St Simon, ce milieu, drainé et morcelé par des canaux, est resté encore aujourd'hui très herbager. La permanence de ces surfaces en herbe est à mettre en relation avec celle d'un cheptel toujours important. Cette occupation du sol a parfois régressé devant les surfaces de labours.

17Au cours du xixe siècle, les prairies naturelles n'occupaient que 17 % de la S.A.U. Selon le cadastre de 1828, elles s'étendaient sur 66 ha et leur superficie est la même en 1874. Mais au début du xxe siècle un net accroissement des herbages est notable (corrélativement recul des terres labourables) : occupant 26 % de la S.A.U. en 1936, soit 102 ha les surfaces en herbe s'étendent alors sur 33 % en 1979 et couvrent 123 ha. Cependant l'extension récente des terres labourables (40 % de la S.A.U. en 1988) est à l'origine du recul des prés qui ne s'étendent plus que sur 92 ha en 1989 (autour de 25 %).

18L'évolution de ce mode d'occupation du sol doit être ici mis en rapport avec celle du cheptel.

2) L'élevage, activité traditionnelle, joue un rôle important dans l'économie communale

a) Le dynamisme de l'élevage bovin

19L'élevage bovin était une activité majeure à la fin du xixe siècle et au début du xxe, car il permettait d'assurer aux exploitants des revenus à cours terme (vente de bestiaux pour la boucherie et vente des produits laitiers) mais il était aussi utile à l'agriculture puisqu'il fournissait de la fumure animale pour enrichir les cultures et des bœufs de travail pour labourer la terre en l'absence de tracteurs. Citons un exemple évocateur : le recensement agricole de 1922 nous apprend, dans sa partie réservée aux animaux de ferme et leurs produits, qu'un bœuf produit la plus grande quantité moyenne annuelle de fumier - soit 100 quintaux métriques par an — suivi par la vache — 80 quintaux métriques par an. Le fumier animal a longtemps été le principal engrais naturel avant l'apparition des engrais chimiques. Le meilleur amendement pour fertiliser le sol, utilisé après la fumure, était le phosphate : en 1892, on employait 200 quintaux métriques de super phosphate.

20Cet élevage bovin a fait preuve de dynamisme au cours du xxe siècle (accroissement simultané des surfaces en herbe). En effet, alors que l'on ne dénombrait qu'une trentaine de têtes sur la commune à la fin du xixe siècle (absence de données pour le reste du xixe siècle), une sensible ascension de l'effectif bovin caractérise le début du xxe siècle et une augmentation spectaculaire à la fin du xxe. Jusqu'en 1955, le nombre de bovins s'élève à une soixantaine de têtes, mais il est multiplié par 2,5 entre 1955 et 1979 amenant l'effectif à 151 têtes en 1979. En revanche, après 1979, l'élevage bovin décline puisqu'il ne reste plus que 68 têtes en 1988, qui se répartissent dans 4 exploitations contre 19 en 1979.

ÉVOLUTION DU CHEPTEL EYRANAIS DE 1872 A 1990

ÉVOLUTION DU CHEPTEL EYRANAIS DE 1872 A 1990

F. Montangon. Sources : Enquêtes agricoles et R.G.A.1970, 1979 et 1988

21L'évolution d'ensemble de l'effectif bovin correspond à celle divergente des deux catégories de bovins, à savoir les bœufs et les vaches laitières.

  • De la fin du xixe siècle à la première moitié du xxe siècle, le nombre de bœufs n'a jamais été très élevé, voire nul de 1932 à 1941. On dénombrait au cours de cette période 3 bœufs sur la commune. Cette espèce de bovin était destiné aux travaux de labours, mais on préférait néanmoins employer des chevaux. Depuis les années 1940, les bœufs de travail ont complètement disparu à Eyrans Si ces bestiaux n'était pas appréciés pour leur viande il n'en est pas de même pour les veaux de boucherie qui donnent lieu à un commerce — il y avait 46 veaux pour la boucherie, en 1922. Ce commerce est plus important à la fin du siècle puisque 66 bestiaux (veaux et jeunes vaches) en 1979 étaient vendus en boucherie et seulement 23 bestiaux en 1989. Mais races à viande et races laitières coexistent sur le même territoire.
  • L'élevage des vaches laitières est un élevage traditionnel et cette activité a joué un rôle important dans l'économie communale. En effet, lait et produits laitiers étaient destinés au xixe siècle et au début du xxe siècle à l'autoconsommation ; en revanche lait collecté et produits laitiers étaient commercialisés à la fin du xxe siècle, assurant des revenus complémentaires aux agriculteurs.

22Les vaches laitières, toujours supérieures en effectif aux bœufs, étaient au nombre d'une vingtaine en 1872 contre 2 bœufs. Mais on dénombre 60 têtes en 1936. Si l'on enregistre une brusque chute de cet effectif pendant la Seconde Guerre mondiale, l'après-guerre est marquée par une surprenante augmentation du cheptel. L'apogée du nombre de vaches laitières se situe dans la décennie 1970 avec 68 têtes en 1970 et 85 en 1979. Mais le tassement des surfaces en herbe dès 1988 est accompagné par le déclin de l'élevage des vaches laitières — on ne dénombre plus que 45 animaux sur la commune en 1988. Cet élevage est alors le fait de 3 exploitants contre 16 en 1970. La fixation des quotas laitiers, établis par la communauté Economique Européenne, peut expliquer ce phénomène dont l'ampleur est nationale.

23La production de lait était à la fin du xixe siècle de 16 500 litres environ par an. Mais avec l'augmentation du cheptel, cette production est passée à 96 000 litres en 1922. Si le lait était destiné à l'auto-consommation, il était aussi utilisé pour la fabrication de beurre ; notons qu'en 1941. 15 000 litres de lait étaient consommés et 17 200 litres transformés en beurre. En revanche, une faible part de la production de lait était réservée à l'élevage de veaux. Les principales industries de produits agricoles étaient essentiellement des laiteries.

24Aujourd'hui, la production moyenne annuelle de lait par vache s'est améliorée et corrélativement la production totale de lait — on ne connaît pas la production réelle actuelle en raison de l'absence de données chiffrées. Nous savons cependant qu'une vache produit entre 3 500 et 4 000 litres de lait grâce à l'amélioration de la nourriture (on incorpore dans les aliments des protéines sous forme de céréales écrasées) et à la sélection des races. Mais les quotas laitiers limitent la quantité de lait commercialisé et les agriculteurs réduisent leurs troupeaux. Ces derniers, sont en effet composés de vaches laitières grandes productrices de lait, à savoir la Française Frisonne Pie Noire (F.F.P.N.) et la race Normande (race mixte qui fournit lait et viande). La F.F.P.N. est la race dominante : en 1970, il y a 56 F.F.P.N. contre 12 Normandes.

25Nous constatons que l'élevage bovin a toujours eu une grande importance dans l'économie communale ; il affirme la vocation herbagère de la commune. Cette activité a très tôt trouvé sa place dans cette commune viticole.

b) La disparition des équidés et des caprins

26Les chevaux étaient nombreux au cours du xixe siècle et au début du xxe. Ils jouaient un grand rôle dans la vie des ruraux car ils étaient utilisés comme chevaux de trait (il y avait 150 charrettes à Eyrans en 1892). On dénombrait à la fin du xixe siècle 52 chevaux et le début du xxe siècle marque l'apogée des équidés, avec 82 têtes en 1908. Si le nombre de chevaux est stable jusqu'en 1940 (toujours plus d'une soixante) il décline pendant la Seconde Guerre mondiale, ainsi que les autres animaux de ferme, pour disparaître totalement dans les années 1950. Cette disparition a deux origines : l'utilisation courante des voitures (fin des attelages) et la motorisation de l'agriculture.

27Le destin des espèces usines est le même que celui des équidés. Si à la fin du xixe siècle et au début du xxe plus d'une vingtaine de mulets et d'ânes étaient dénombrés, il n'en restait qu'une dizaine dans les années trente. Ces espèces ont complètement disparu après la Seconde Guerre mondiale.

28L'élevage caprin n'a jamais été important à Eyrans. Il est apparu au xxe siècle dans la décennie 1920, avec 18 chèvres en 1924, mais a chuté par la suite pour disparaître durant la Deuxième Guerre. Un sursaut caractérise la période 1945-1955 car on a 445 chèvres en 1955 (apogée de l'élevage). Après 1945, l'élevage caprin disparaît brutalement. Il était utilisé jadis à des fins commerciales : les chevreaux étaient vendus en boucherie et le lait de chèvre était destiné à la fabrication de fromages.

c) Le déclin des élevages porcin et ovin

29L'élevage porcin était un élément essentiel de l'économie communale. C'était un élevage familial qui offrait certains avantages dont celui d'être peu onéreux (déchets ménagers comme nourriture). L'effectif porcin est resté longtemps supérieur aux effectifs bovin et équidé car la viande de porc était la plus prisée en raison de son moindre coût. L'élevage porcin fournissait viande et graisse aux particuliers mais alimentait aussi les commerces, la vente de jeunes porcs étant d'usage courant. Il y avait en 1872 près d'une centaine de porcs à Eyrans ; au début du xxe siècle on en dénombrait seulement une soixantaine. Pendant la Seconde Guerre mondiale le nombre de porcs augmente de nouveau car les viandes font défaut en période de guerre (74 porcs en 1941). Au lendemain du conflit, l'élevage porcin n'est plus aussi important puisqu'il ne reste que 42 porcs en 1955 et uniquement 3 porcs à la fin du siècle. En 1988 cet élevage est le fait de 3 exploitations (élevage familial traditionnel d'un porc).

30L'évolution de l'élevage ovin est différente : à la fin du xixe siècle on dénombrait 135 moutons, mais une surprenante chute de l'effectif marque le début du xxe siècle et on note seulement la présence de 10 moutons dès les années 1930 (il s'élève à 25 têtes en 1936) et s'accroît jusqu'en 1955 pour atteindre plus d'une trentaine de têtes. A la fin du siècle l'espèce ovine est toujours représentée à Eyrans mais son importance est moindre (moins de 20 moutons en 1988). Les ovins étaient appréciés pour leur laine (en 1929, un mouton produisait 7 kilogrammes de laine en suint par an) et leur viande. De plus, le mouton avait l'avantage d'être un animal peu exigeant dans le choix de ses pâtures : les landes et les espaces laissés en jachère étaient son domaine de prédilection.

d) L'aviculture : une activité traditionnel en diminution

31L'élevage de volailles a toujours été une activité familiale. Le nombre de ces volailles est resté élevé jusqu'au début des années 1980.

32On dénombrait au cours de la première moitié du xxe siècle un effectif proche des 2 000 poulets ; en 1979 ce dernier s'élevait à 23 225 têtes et nous devons attribuer cette remarquable ascension à un élevage intensif des poulets (essor de la maïsiculture en même temps). Mais peu rentable, en raison d'une réglementation stricte qui impose des conditions d'hygiène (on exige des produits conformes aux normes de qualité ; contrôle vétérinaires obligatoires dans des abattoirs), cet élevage à grande échelle a aujourd'hui disparu du territoire communal, comme il a disparu de certaines communes voisines. Les 263 poulets présents à Eyrans sont élevés par des particuliers, ici par 18 exploitants en 1988 contre 29 une dizaine d'années plus tôt.

II - LES ÉLÉMENTS PRINCIPAUX DES STRUCTURES AGRAIRES

A - la structure meme des exploitations

1) La morphologie agraire : un dessin parcellaire irrégulier

33Sur le territoire communal, on ne trouve aucune ligne directrice dans la mosaïque parcellaire. On constate au contraire que les parcelles sont d'étendues variables et ont des formes irrégulières. Cette irrégularité, fort ancienne, est liée à une topographie contrastée et, par extension, à la diversité des milieux naturels.

34Dans la zone marécageuse, la trame parcellaire est plus régulière que celle du plateau. Etant donné l'étendue uniformément plane de cette zone, les parcelles sont parallèles les unes aux autres et ont l'aspect d'étroites lanières — certaines font moins de 6 mètres de large sur 180 mètres de longueur. Elles sont disposées perpendiculairement aux chemins vicinaux. On peut rencontrer néanmoins des parcelles plus vastes à la périphérie nord de la commune — ce sont souvent des grands prés limités par des canaux.

35En opposition à cela, la mosaïque agraire est irrégulière sur le plateau et ses bordures. Le plateau est morcelé en de nombreuses parcelles aux formes diverses et anarchiquement disposées. De longues parcelles étroites coexistent avec des parcelles plus étendues ou trapues, à la morphologie contrastée — nous pouvons avoir des champs carrés, d'autres rectangulaires ou sans formes régulières. On constate cependant l'existence de parcelles de très grande taille, de plus de 20 000 mètres carrés parfois, localisées à la périphérie sud-ouest du plateau, dans la vaste propriété du château La Mothe.

36Au cours du xixe et xxe siècles le dessin parcellaire a peu évolué. Il y avait 3 862 parcelles en 1828 et encore 3 243 parcelles en 1990 (selon les cadastres). Eyrans n'a pas été touché par le mouvement de remembrement qui a affecté d'autres communes. L'échange de parcelles a suscité la désapprobation des propriétaires (les querelles étaient fréquentes). Sans doute, la trop grande différence entre les fertilités naturelles des divers sols s'est avérée être un obstacle. En fait, la disparition de certaines parcelles est le résultat de ventes entre propriétaires et, dans une faible mesure de donations ou d'échanges. On remarque à Eyrans une tendance ancienne à la concentration des exploitations dont le nombre a sensiblement diminué aujourd'hui (citons un exemple : on dénombrait à Eyrans 122 exploitations en 1955 et seulement 26 en 1988). On peut avancer deux raisons : l'absence de relève dans les exploitions — la plupart des fils ne succèdent pas aux parents — et le départ de certains agriculteurs à la suite des crises dans le monde agricole (abandon des petites propriétés le plus souvent).

2) Evolution de la taille des exploitations

37La taille des exploitations a varié au cours des deux siècles : la micro-exploitation (exploitation inférieure à 3 ha) dominait à la fin du xixe siècle et pendant la première moitié du xxe. On relevait, en 1892, 429 exploitations de moins de 1 ha et 25 de 1 à 3 ha ; elles représentaient 92,2 % des exploitations dans leur ensemble ! On trouvait peu de grandes exploitations : il y avait seulement 6 exploitations de 5 à 10 ha et 2 de 10 à 20 ha. Au début du xxe siècle, la taille moyenne des exploitations avait peu évolué (autour de 3 ha) et les micro-exploitations constituaient encore l'essentiel des exploitations : on en dénombrait 352 de moins de 1 ha et 100 de 1 à 5 ha en 1930 et les grandes exploitations supérieures à 5 ha étaient rares — on en mentionnait 2.

38Mais à la fin du xxe siècle la taille des exploitations s'est accrue ; elle se situe autour de 5 ha. La structure de la propriété est moins homogène. Les petites exploitations ont régressé mais restent cependant encore aujourd'hui les plus nombreuses : il y avait, en 1970, 27 exploitations de moins de 5 ha (elles représentaient 50 % des exploitations dans leur ensemble) et plus que 9 en 1988 (soit 34,6 % des exploitations). La diminution progressive des petites exploitations s'accompagne de l'accroissement de la taille de l'exploitation conformément aux nécessités de rentabilité induites par la mécanisation. Cette augmentation des surfaces cultivables permet l'emploi généralisé de la machine agricole et une meilleure organisation du travail. Ainsi, en 1970 on dénombrait 15 exploitations de 5 à moins de 10 ha, 10 de 10 à moins de 20 ha et 4 de grande taille (de 20 à moins de 35 ha). Aujourd'hui, on dénombre 5 grandes exploitations contre 9 de moins de 5 ha.

39L'étude de la taille des exploitations souligne, outre l'accroissement de la taille de l'exploitation et l'apparition récente des plus grandes, le déclin progressif du nombre des exploitations en général (il ne reste plus que 26 exploitations de nos jours alors qu'il y en avait le double vingt ans auparavant). Cette redistribution est à mettre en relation avec la nécessité d'augmenter les productions et la rentabilité mais elle est aussi le résultat d'une acquisition massive, par les agriculteurs restés à Eyrans, des terres abandonnées par l'exode rural. L'absence de succession des chefs d'exploitation âgés est de plus un problème majeur.

VARIATION DE LA TAILLE DES EXPLOITATIONS AGRICOLES EYRANAISES DE 1892 à 1988

VARIATION DE LA TAILLE DES EXPLOITATIONS AGRICOLES EYRANAISES DE 1892 à 1988

F. Montangon. Sources : Enquêtes agricoles et R.G.A. pour 1970,1979 et 1988

B - exploitants et modes d'exploitation a eyrans

1) Importance du faire-valoir-direct (F.V.D.)

40Le faire-valoir-direct est resté le mode majeur de mise en valeur des terres agricoles. Au cours du xixe siècle et dans la première moitié du xxe siècle, il est lié à l'importance de la petite exploitation familiale : la plupart des propriétaires mettent en valeur eux-mêmes leurs terres, aidés des membres de leurs familles (parfois l'aide extérieure est apportée par des journaliers ou des colons). En revanche, dans la deuxième moitié du xxe siècle, si le F.V.D. est toujours le mode d'exploitation le plus répandu sur la commune, c'est en raison de la chute du nombre des salariés agricoles et du maintien de la mise en valeur de l'exploitation par le propriétaire lui-même, malgré l'accroissement de la taille des exploitations (importance de la motorisation de l'agriculture et appel à la main-d'œuvre saisonnière). On peut mettre en avant l'attachement traditionnel des propriétaires pour leurs terres.

41Au milieu du xixe siècle, en 1856, 94 % des exploitations étaient en F.V.D. En 1930, ce pourcentage était encore égal à 98 %. Au dernier recensement, malgré une chute sensible de la part du F.V.D. (car diminution des exploitations), ce mode domine toujours puisqu'il y a 76,9 % des exploitations en F.V.D. en 1988.

42A côté du F.V.D., il convient d'évoquer la faiblesse du métayage qui était un mode d'exploitation peu répandu sur la commune alors que le fermage, préféré, est un mode de plus en plus associé au F.V.D.

43Le métayage était après le F.V.D. le mode d'exploitation le plus prisé par les agriculteurs-viticulteurs. Il permettait aux propriétaires de partager les produits de l'exploitation avec les métayers, après accord. Le métayer, qui cultivait la terre d'autrui moyennant une part fixe dans les produits, remettait la moitié de la récolte au propriétaire, mais après 1946 cette part se montait au tiers. Cependant, ce mode d'exploitation a disparu aujourd'hui car il engendrait la misère. Le métayage concernait 7 % des exploitations en 1856 — soit 9 métairies contre 124 propriétés en F.V.D. ; mais vers 1930 il ne concernait plus que 1 %.

2) Des exploitants de plus en plus âgés

44Le vieillissement des chefs d'exploitation caractérise surtout la fin du xxe siècle. La répartition aux derniers recensements est la suivante :

Chefs d'exploitation selon l'âge (R.G.A. 1970,1979 et 1988)

Chefs d'exploitation selon l'âge (R.G.A. 1970,1979 et 1988)

* Inconnu en raison du secret statistique

45Il n'y a pas, à Eyrans, de chefs d'exploitations de moins de 35 ans. Les jeunes restent rarement sur l'exploitation car aujourd'hui, l'attachement traditionnel à la terre n'est plus aussi fort. La classe des 35 à 60 ans représente l'effectif le plus important au cours des trois recensements : elle constitue toujours près de 50 % du nombre total des exploitants. En revanche, la part des 60 à 64 ans et des 65 ans et plus a progressé d'un recensement à l'autre : on avait 41 % des chefs d'exploitation de plus de 60 ans en 1970, dont 23 % âgés de plus de 65 ans, et 46 % en 1988.

46Le vieillissement des chefs d'exploitation est aujourd'hui incontestable ; leur nombre a sensiblement diminué en vingt ans (on dénombrait 56 chefs en 1970 et seulement 26 en 1988). Il faut ajouter que parmi ces chefs un fort pourcentage de personnes vivent de professions à caractère non-agricole : ce sont des chefs double-actifs qui déclarent une profession principale ou secondaire non-agricole. Ils se chiffraient à 14 en 1970, à 20 en 1979 (autour de 40 % des chefs d'exploitation) et seulement à 7 en 1988 en raison de la diminution de nombre total des chefs d'exploitation.

47Cette étude met donc en valeur le désintérêt actuel de la population jeune pour la terre. Mais cette situation est généralisée au canton : selon le recensement agricole de 1988, on relève une part importante de chefs d'exploitation âgés de 60 ans et plus, soit 28 %, mais une faible part de jeunes exploitants de moins de 35 ans, soit 9 % du total.

C - vers une motorisation de l'agriculture

48L'apparition du tracteur a marqué le début de la motorisation de l'agriculture. L'amélioration de l'outillage agricole est, en fait, propre à toutes les communes rurales françaises.

49Les principaux instruments agricoles servant à labourer la terre étaient tirés par des attelages animaux ; ici plus par des chevaux de trait que par des bœufs de travail. On dénombrait 94 charrues à Eyrans en 1892. Ces instruments furent vers la décennie 1930, tirés par des tracteurs. Ces derniers firent une timide apparition : il y avait seulement un tracteur en 1930, et toujours un seul en 1941 — la Seconde Guerre mondiale ayant freiné la progression de leur nombre. Mais il connurent après ce conflit, une remarquable ascension jusqu'à la fin du xxe siècle. Il existe 39 tracteurs en 1988 qui se répartissent sur 22 exploitations. Aujourd'hui 84,6 % des exploitations agricoles possèdent un tracteur ou plus ; le nombre moyen de tracteurs par exploitation est de 1,7. Le tracteur est donc devenu un élément essentiel dans la vie d'une exploitation car il contribue à sa rentabilité. Mais, cette motorisation a induit la disparition du bétail de labours et de trait dès 1950 (l'espèce des équidés a brutalement disparu du territoire communal après 1955).

50D'autres instruments agricoles traditionnels spécialisés (à savoir des semoirs, des pulvérisateurs, des faucheuses etc...) tirés en 1882 par des attelages, le furent par des tracteurs dans la deuxième moitié du xxe siècle. Pour utiliser chacune de ces machines un exploitant peut aujourd'hui posséder plusieurs tracteurs.

51Une amélioration de l'outillage viticole est sensible. Cependant certaines machines traditionnelles n'ont pas disparu (par exemple : les mêmes méthodes de pulvérisation se sont maintenues pour traiter la vigne). Mais si les vignes étaient totalement vendangées à la main au xixe siècle (main-d'œuvre saisonnière) et encore au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, aujourd'hui 42 % des superficies viticoles sont vendangées à la machine : 6 propriétaires possèdent des machines à vendanger, soit 23 % des exploitants en 1988. Il convient de souligner que seuls les très grands propriétaires ont choisi ce mode de récolte, du fait d'une plus grande rentabilité. En effet, l'emploi de telles machines n'est pas rentable pour une propriété de petite taille (coût élevé de la location).

52Les capacités de stockage de vin sur l'exploitation ne sont plus les mêmes. Malgré l'utilisation traditionnelle des tonneaux, on voit émerger des moyens de stockage plus modernes : les cuves en ciment, assez nombreuses à Eyrans (9 exploitations stockent 7 443 hectolitres dans des cuves en ciment), coexistent avec des cuves en inox.

53Ajoutons que dans le domaine de l'élevage de vaches laitières, une plus grande rentabilité de l'exploitation est liée à l'apparition des traites mécaniques, qui épargnent à l'agriculteur une tâche fastidieuse, et des refroidisseurs de lait (possibilité de stockage).

III - L'HISTOIRE MOUVEMENTÉE DU VIGNOBLE EYRANAIS

54Le vignoble Eyranais connaît une histoire plus mouvementée que celles des terres labourables et des prairies naturelles : épisodes de prospérité et de crise se succèdent d'un siècle à l'autre. L'insuffisance des données et la rareté des sources de renseignements au cours du xixe siècle n'ont pas permis une étude exhaustive car aucune donnée ne nous renseigne sur les principales crises du vignoble.

1) De 1828 à 1880 : l'ascension des surfaces plantées en vigne

  • 3 FÉRET. Statistique de la Gironde. T. II. 1874.
  • 4 JOUANNET, (F.). Statistiques du département de la Gironde. T. I, 1837.

55Au début du xixe siècle, en 1828, la vigne couvrait 178 ha et occupait 44 % de la S.A.U. En un demi-siècle, les superficies plantées en vigne vont s'accroître pour couvrir 275 ha en 18743. Le caractère monocultural de la vigne s'est accentué durant cette période car la culture de la vigne (culture de rapport) émerge du système polycultural traditionnel, fondé sur l'autosubsistance. La vigne, qui évite les basses terres humides, va s'installer sur le plateau calcaire, son secteur de prédilection. Elle est utilisée en association avec des espaces de labours, et on parle alors de vignes en joualles. Jouannet, en 1837, décrit ainsi ce mode de culture : "Le grand espace que ce mode de culture laisse entre des rangs permet à l'air de circuler plus librement ; les pieds profitant des travaux et des fumiers donnés aux grains et aux fourrages cultivés entre les rangs, et si les produits n'ont pas acquis par cela une perfection que le sol leur accorde rarement, du moins leur abandon est devenu tel, qu'un hectare en joualle rend aujourd'hui beaucoup plus qu'il ne rendait quand il était en plein (infériorité des produits, leur vil prix, les difficultés de communications)4 ".

56En 1874, les vignes en joualles sont quasiment exclusives ; des rangées de ceps sont arrachées pour associer la culture de rapport (produits de la vigne commercialisés) et les cultures dont les produits sont destinés à la consommation familiale (céréales, pommes de terre, etc).

57Cependant, l'ascension des surfaces plantées en vigne n'a débuté qu'à partir de la moitié du xixe siècle, après un difficile départ consécutif à la crise brutale de l'oïdium, ce champignon parasite de la vigne (crise de courte durée : 1853-1857). 11 s'avérera délicat de juger ici de l'ampleur des dégâts en l'absence de renseignements. Ce mal, s'attaquant plus aux fruits qu'aux ceps, aurait dévasté surtout la vigne rouge, dont la récolte fut compromise. Le soufrage fut un succès pour contrecarrer ce fléau. Néanmoins, il n'y a pas eu de conséquences sociales car aucun exode rural n'a été signalé.

  • 5 ROUDIÉ, (Ph.). La vie économique en Blayais, aux xixe et xxe siècles. Cahiers du Vitrezais.

58Dés 1855, une ère de prospérité s'annonce avec l'essor économique du Second Empire. Des innovations dans le domaine viticole contribuent à l'accroissement du vignoble remis de la crise de l'oïdium. Ces innovations sont diverses : la voie ferrée apparaît dans le Blayais vers 1871-18735 ; les techniques s'améliorent (amélioration des fumures, perfectionnement des labours, des techniques de vinification, simplification de l'encépagement...). Le vignoble produit alors du vin de meilleur qualité.

2) De 1880 à 1910 : trois décennies de crise

a) L'épisode phylloxérique

59Durant les années 1880, le phylloxéra, nouveau fléau, ravage la quasi-totalité du vignoble, et les surfaces occupées par la vigne régressent, victimes de ce puceron qui s'attaque aux racines de la plante et entraîne la mort du cep. En l'absence de données on ne connaît pas l'étendue du vignoble après le désastre. Mais ce fléau fut d'autant plus ressenti à Eyrans que l'essentiel de la population vivait de la viticulture. Nous l'avons vu, consécutivement à cette crise un important exode rural a eu lieu (départ de 52 viticulteurs).

60Le phylloxéra proliféra surtout sur les terroirs calcaires, en raison de la facilité d'accès aux racines des vignes à partir des fissures du sol. Tous les cépages furent touchés et l'arrachage des ceps morts fut la solution première. Les moyens utilisés pour combattre ce mal étaient empiriques. Le premier moyen fut le traitement de la vigne au sulfure de carbone (traitement onéreux et difficulté de manipulation). Si les ravages furent stoppés, l'insecte n'était toujours pas mort et réapparut rapidement. La deuxième méthode employée eut plus de succès ; elle consista à submerger les pieds de vigne durant une partie de l'hiver pour asphyxier les œufs de l'insecte, et empêcher en cela sa reproduction. On planta sans doute dans la zone marécageuse humide pour se protéger de l'insecte. Le vignoble couvrait alors 345 ha en 1892 (145 ha furent nouvellement plantés), mais la qualité du vin était médiocre et les coulures fréquentes.

61Sur le plateau, l'arrachage et la reconstitution du vignoble par des cépages américains, très prisés pour leur résistance au mal (leurs racines étant immunisées contre le phylloxéra), s'avérèrent les meilleurs solutions. On reconstitua 80 ha de vigne en cépages américains greffés producteurs directs.

62La principale répercussion de cette crise sur le monde viticole fut le recul de la culture intercalaire en raison des traitements nécessaires au vignoble et du développement généralisé du fil de fer et du labour.

63Mais, en 1892, d'autres maladies cryptogamiques firent leur apparition.

b) L'apparition du mildiou à la fin du siècle

64Le mildiou, qui apparaît à la fin du xixe siècle, ravage à son tour le vignoble à peine remis du phylloxéra. Les superficies viticoles plantées dans la zone des terres humides sont les plus touchées. L'excès d'humidité (accentué par l'abondance des précipitations) facilite le développement de ce champignon parasite qui couvre les feuilles de vigne de tâches jaunes puis brunes. Si en 1905 les surfaces occupées par la vigne s'étendent encore sur 356 ha, elles s'écroulent brutalement en 1913 et ne couvrent plus que 250 ha. A cette date, la reconstitution du vignoble est encore difficile. Le mal sera vaincu grâce à l'utilisation de la "bouillie bordelaise", liquide contenant du sulfate de cuivre, excellent pour combattre les maladies des végétaux. Le mildiou ne disparaîtra totalement qu'après la Première Guerre mondiale.

ÉVOLUTION DES SUPERFICIES PLANTÉES EN VIGNE DE 1827 A 1990

ÉVOLUTION DES SUPERFICIES PLANTÉES EN VIGNE DE 1827 A 1990

F. Montangon. Sources : Enquêtes agricoles et Déclarations de récoltes

3) Le recul du vignoble à la fin du xxe siècle

65L'évolution du vignoble est très mouvementée jusqu'à la fin du xxe siècle. Nombreuses et diverses sont les causes qui concourent à une évolution en dents de scie.

66Au lendemain des périodes de crise, le vignoble est enfin reconstitué. En 1922 les superficies plantées couvrent 365 ha dont 355 ha sont plantés en vigne rouge de plus de 3 ans. Ce sont des vignes de côtes américaines greffées. La qualité médiocre des vins obtenus à partir des plants producteurs directs explique le succès des porte-greffes, qui donnent des vins de meilleur qualité.

67Les vignes en joualles disparaîtront totalement après 1924 ; on avait encore avant cette date 180 ha de vigne en joualles et 188 ha en vigne pleine mais la crise viticole dans les années 1930-1936 (problème de mévente des vins rouges Bordeaux) a suscité, avant les dernières années qui précèdent la Seconde Guerre mondiale, une nouvelle chute des superficies viticoles. Ces dernières ne s'étendent plus que sur 220 ha en 1936 ; la viticulture a reflué, se réfugiant sur les meilleurs terroirs du plateau.

68Les vins rouges de Bordeaux, affectés par cette crise, souffrent de mévente et les viticulteurs sont contraints d'arracher les vignes plantées en cépages rouges devenues improductives. La proximité et l'attraction du vignoble de Cognac en pleine expansion contribue à la reconstitution du vignoble eyranais en cépages blancs divers. Le cépage Ugni blanc appelé le Saint Emilion des Charentes domine : il est réputé pour donner de l'excellent cognac ou de l'eau-de-vie très estimée, dite de "Bons Bois", après distillation. Eyrans prend alors un visage charentais.

69La superficie du vignoble a peu évolué en 1955. La vigne occupait 221 ha en 1941 et encore 234 ha en 1955 — soit 46 % de la S.A.U. Mais les terribles gelées de l'hiver de 1956 vont détruire de nombreux hectares de vigne. Les ceps morts sont arrachés et le vignoble ne couvre plus que 183 ha en 1957, voire 167 ha en 1960 car la vigne n'est toujours pas replantée. Cette crise dans le monde viticole est à l'origine d'un important exode rural. Le nombre des exploitations viticoles a sensiblement décliné corrélativement. Des 162 exploitations en 1930, il n'en restait plus que 121 en 1964. Ce mouvement s'accompagne de l'accroissement de la taille des exploitations. Les petites exploitations inférieures à 1 ha étaient les plus nombreuses en 1930 et elles occupaient 100 ha sur 220 de superficies viticoles. Mais en revanche les grandes exploitations viticoles, minoritaires en 1930 (une exploitation de 5 à 6 ha) ont vu leur nombre s'accroître en 1964.

70En 1964, les superficies plantées en vigne le sont encore en cépages blancs. On a privilégié les cépages qui permettent une production de vin d'Appellation d'Origine Contrôlée, plutôt que de consommation courante, depuis le décret de 1936 donnant droit aux appellations contrôlées "Blayais" et "Bordeaux". La commune possède alors sur son territoire, en 1964, 86 ha de vigne A.O.C. et 53 ha de consommation courante. Les principaux cépages sont : en blanc le Monbadon (52 ha), l'Ugni blanc appelé ici Blanc Blayais (37 ha), le Colombard (19 ha) et en rouge essentiellement le Merlot (22 ha) et le Malbec — les autres cépages sont nombreux mais en faible proportion.

71Mais le recul du vignoble caractérise la fin du xxe siècle : il est associé à des problèmes économiques et sociaux propres aux communes rurales. Durant la décennie 1970-80 la population eyranaise décroît et le nombre des exploitations agricoles simultanément (plus que 26 exploitations en 1988). Les derniers recensements témoignent du recul de la vigne qui ne couvre plus que 126 ha en 1988 sur une surface agricole de 366 ha. Ce mode de culture occupe alors 35 % de la S.A.U. (minimum historique) contre 40 % pour les terres labourables qui ont recouvré leur part du début du xixe siècle. Cependant, aujourd'hui, le vignoble eyranais connaît un nouveau dynamisme. De ce fait, Eyrans est encore une commune à vocation viticole, même si la culture de la vigne n'est pas aussi exclusive que dans d'autres communes de la région bordelaise.

72Le choix des cépages s'est modifié de façon concomitante. Après 1975, on ne cultive plus que des cépages nobles pour obtenir des productions de vins de qualité. Les superficies A.O.C. couvrent 120 ha en 1990 alors que les superficies viticoles de consommation courante n'excédent pas 30 ha. Une surproduction de vins blancs de qualité médiocre, ici surtout le "Blanc Blayais" touché par la mévente, est à l'origine d'un nouvel encépagement. Les superficies en cépages blancs arrachées (vague d'arrachage à caractère régional : on offrait aux viticulteurs des primes à l'arrachage) sont remplacées par des cépages nobles rouges. L'encépagement est donc plus classique actuellement puisque l'on a en rouge les cépages Merlots noirs, Cabernet et Malbec, et en blanc les cépages Sauvignon, Sémillon : l'Ugni blanc est peu représenté et le Monbadon a totalement disparu.

73Les vignes récemment plantées offrent un aspect nouveau : plus hautes et plus larges, elles sont adaptées à l'emploi des machines à vendanger. Cette modification est le fait des grandes exploitations. Depuis 1970, les exploitations de grande taille se sont accrues puisque l'on dénombre en 1988 5 exploitations de 20 à 35 ha. Les viticulteurs les plus importants vinifient eux-mêmes leurs vins qui sont stockés sur l'exploitation. Citons un exemple : en 1988, d'après le recensement agricole, 11 exploitations ont une capacité de stockage de 10 821 hectolitres. Les investissements dans le domaine de la vinification sont considérables ; bâtiments nouveaux, équipements et utilisation de techniques modernes sont onéreux mais amortis par la vente des vins. Si deux "Châteaux" assurent une vente directe de leurs produits — commercialisation de leurs vins en métropole ou à l'étranger (Belgique notamment) par leur propre entreprise (camions familiaux) — sept autres sont en liaison avec des négociants bordelais pour l'exportation de leurs vins, tout en assurant une vente directe sur l'exploitation. Les autres petits viticulteurs vendent leurs récoltes à des coopératives situées dans les communes voisines. Pour les Eyranais la cave vinicole d'Anglade est la plus proche pour la vente des raisins rouges ; celle de Marcillac, dans les Hauts de Gironde, pour la vente des raisins blancs — destinés à être distillés en alcool le plus souvent car se maintiennent les vieilles affinités avec le vignoble de Cognac (la "Fine de Bordeaux" est produite à Marcillac).

APERÇU DE LA RÉPARTITION DES EXPLOITATIONS VITICOLES deux exemples : 1930 et 1964

APERÇU DE LA RÉPARTITION DES EXPLOITATIONS VITICOLES deux exemples : 1930 et 1964

F. Montangon. Sources : Recensement pour l'Agriculture (1930) et Statistiques viticoles (1964)

ÉVOLUTION DES SUPERFICIES VITICOLES CLASSÉES EN APPELLATION CONTRÔLÉE ET DE CONSOMMATION COURANTE DE 1955 A 1990

ÉVOLUTION DES SUPERFICIES VITICOLES CLASSÉES EN APPELLATION CONTRÔLÉE ET DE CONSOMMATION COURANTE DE 1955 A 1990

F. Montangon. Sources : Déclarations de récoltes

VARIATION DE LA PRODUCTION VITICOLE DE 1827 A 1990

VARIATION DE LA PRODUCTION VITICOLE DE 1827 A 1990

F. Montangon. Sources : Enquêtes agricoles et Déclaration de récoltes

B - l'évolution des productions au cours du xixe et xxe siecles

1) Les variations de la production totale de vin

74Les crises qui affectent le monde viticole, les fluctuations des superficies plantées en vigne et les compositions diverses du vignoble (encépagements différents depuis le début du xixe siècle) influent sur l'évolution des productions de vins. Les causes accidentelles d'ordre climatique comme les grêles ou les gelées qui nuisent au vignoble, sont d'autres facteurs concourant à l'irrégularité des productions au cours des deux cents ans (courbe évolution à l'allure caractéristique en "dents de scie").

75On distinguera quatre périodes essentielles :

76- De 1828 à 1929 :

77Malgré les rares renseignements concernant les productions viticoles durant le xixe siècle, on s'efforcera toutefois de retracer sommairement l'évolution de ces dernières. Notre démonstration s'appuiera sur quelques témoignages et des statistiques viticoles.

  • 6 Etat des renseignements. 1827. Arch. Dép. 6M 1338.

78Selon un état des renseignement sur la commune en 18276, la production de vin rouge s'élevait à 12 000.hectolitres au début du siècle ; la production de vin blanc n'est pas mentionnée car la vigne blanche était peu étendue, et le vignoble constitué essentiellement par des vignes rouges. Mais cette production décline sensiblement au milieu du siècle, passant à 4 860 hectolitres en 1849. La prospérité économique du Second Empire et les améliorations dans le domaine viticole contribuent à accroître les productions. Si on ne possède pas de données exactes, on peut faire référence à deux sources de renseignements :

  • 7 GUILLON. Les châteaux historiques et viticoles de la Gironde, op. cit.

79En 1868, Guillon a décrit la commune d'Eyrans, "la nature de ses vins" et a aussi désigné "les principaux crus"7. Selon lui "Eyrans est une des meilleurs communes viticoles du canton de St-Ciers". Les principaux crus étaient le fait de cinq grands propriétaires qui produisaient entre 60 et 70 tonneaux de bons vins — le premier grand cru était celui du comte d'Isle au château La Motte —, et entre 25 à 30 tonneaux ; "les autres crus étant moins importants".

  • 8 FERET, (E.). Statistique Générale du dép. de la Gironde. T. II, 1874, p. 155 et 156.

80Mais, les renseignements apportés par Féret, en 1874, sont plus évocateurs de la prospérité de la viticulture à cette époque. Le sol communal produisait toujours des vins rouges, typiques des vignobles de côtes ; "ils proviennent de 3/4 de Malbec, 1/4 de Merlot, de Cabernet et de Boutignon, etc..." Ils sont de bonne réputation, "se recommandant généralement par une belle couleur, de la maturité, beaucoup de vivacité et de netteté". Le prix de primeurs pour les crus bourgeois était de 180 à 400 francs le tonneau de 900 litres. Féret distinguera les premiers crus bourgeois (30 à 45 tonneaux par propriétaire), les deuxièmes crus bourgeois et premiers artisans (9 à 35 tonneaux de vin) et les crus artisans et paysans (8 à 20 tonneaux de vin) ; "une quarantaine de petits propriétaires font de 1 à 10 tonneaux de vin"8.

81Les récessions de la fin du xixe siècle sont le fait des épisodes de crise (épisodes du phylloxéra et du mildiou). Néanmoins, en 1892, la production n'est pas négligeable puisqu'elle est égale à 7 722 hectolitres de vin. Ce phénomène trouve son explication dans l'utilisation de nouveaux cépages américains producteurs directs. Ils permettent d'obtenir du vin en grande quantité.

82Durant la première décennie du xxe siècle, la production viticole ne s'accroît guère — en 1908, la production de vin rouge est de 5 647 hectolitres ; celle de vins blancs de 652 hectolitres. De plus, la Première Guerre mondiale est un frein à l'évolution des productions. Par contre, durant la décennie 1920, on enregistre des volumes de production plus élevés, au moment où le vignoble est reconstitué (fin de l'épisode mildiou et renouveau économique de l'après-guerre), la production est de 12 100 hectolitres en 1924.

83- De 1930 à 1956 :

84La crise économique de 1930 à 1936 touche la production de vin rouge dont les prix s'effondrent. Cette production de vin rouge n'excède pas 2 170 hectolitres en 1932, alors que la production de blanc s'accroît (on a planté de nombreux hectares de vigne blanche enfin de parer à la crise) et s'élève à 4 900 hectolitres pour la même année ; elle atteint 7 000 hectolitres en 1936. De mauvaises conditions météorologiques accentuèrent le marasme de l'époque puisqu'en 1933 une grêle emporta la moitié de la récolte et plus tard une gelée, en 1938 causa de nombreuses pertes. Au lendemain de cette période noire, la production était exclusivement de vin blanc ; elle traduisait un tournant dans le monde de la viticulture.

ÉVOLUTION DES PRODUCTIONS DE VINS D'APPELLATION D'ORIGINE CONTRÔLÉE ET DE CONSOMMATION COURANTE DE 1946 A 1990

ÉVOLUTION DES PRODUCTIONS DE VINS D'APPELLATION D'ORIGINE CONTRÔLÉE ET DE CONSOMMATION COURANTE DE 1946 A 1990

F. Montangon. Source : Déclarations de récoltes

EVOLUTION DE LA PRODUCTION DE VIN DE CONSOMMATION COURANTE DE 1955 A 1990

EVOLUTION DE LA PRODUCTION DE VIN DE CONSOMMATION COURANTE DE 1955 A 1990

F. Montangon. Source : Déclarations de récoltes

ÉVOLUTION DE LA PRODUCTION DE VIN BLANC AOC DE 1955 A 1990

ÉVOLUTION DE LA PRODUCTION DE VIN BLANC AOC DE 1955 A 1990

F. Montangon. Source : Déclarations de récoltes

ÉVOLUTION DE LA PRODUCTION DE VINS D'APPELLATION
“Bordeaux”
“Bordeaux supérieur”
“Bordeaux Rosé”

ÉVOLUTION DE LA PRODUCTION DE VINS D'APPELLATION“Bordeaux”“Bordeaux supérieur”“Bordeaux Rosé”

F. Montangon. Source : Déclaration de récoltes

85Lors du conflit de 1939-1945, la production connaît une nouvelle crise. Les volumes enregistrés sont faibles : selon les déclarations des récoltes, la vigne a produit seulement 5 664 hectolitres de vin en 1945 (la moitié des pertes sont imputables à une gelée printanière cette année-là).

86En 1956, des facteurs météorologiques défavorables sont responsables du déclin sans précédent de la production. De grandes gelées hivernales, restées dans les mémoires de tous les viticulteurs, ont détruit la plupart des ceps, et peu de raisins furent récoltés lors des vendanges. La production connut son minimum historique avec 1 310 hectolitres de vin dont 1 000 hectolitres de blanc et 310 de rouge.

87Il faudra attendre 1970 pour recouvrer une production comparable à 1955 — en 1970, on a obtenu 9 960 hectolitre de vin contre 10 322 hectolitres en 1955.

88- De 1957 à nos jours :

89Les dernières décennies sont marquées par un net redressement des productions : le volume de la production, en 1990, atteint 11 400 hectolitres. Ce phénomène est le résultat conjugué d'une nouvelle orientation dans le choix des cépages et d'une extension des surfaces viticoles : on incite les viticulteurs à accroître leurs surfaces plantées en cépages nobles. Les vins rouges aux Appellations Contrôlées seront privilégiés, mais corrélativement les vins de table régresseront (en 1990, on relève 9 615 hectolitres de vin A.O.C. et seulement 603 hectolitres de vin de consommation courante).

90L'évolution récente des productions et le triomphe des vins rouges sont à mettre en relation avec l'ascension des vins ayant droit aux Appellations Contrôlées.

2) Evolution des productions de vin rouge et de vin blanc au cours de la seconde moitié du xxe siècle : l'ascension des vins aux Appellations Contrôlées

a) Le marasme des vins blancs

91Les viticulteurs eyranais se sont orientés vers une production exclusive de vin blanc, au lendemain de la crise de 1930-1936. Cette dernière était essentiellement constituée par des vins blancs de table. Mais le droit à l'appellation "Blanc Blayais" explique la montée spectaculaire des vins blancs dans les années 1960 (la production des vins "Blanc Blayais" est de 4 291 hectolitres en 1962, sur une production totale de vin blanc de 7 500 hectolitres). Leur production ne cessera de s'accroître jusqu'en 1975, mais de mauvaise qualité et en surproduction ces vins blancs ne conservent plus leur monopole dès 1977 (exemple : en 1979, seuls 52 hectolitres de vin "Blanc Blayais" sont produits sur la commune). Les vins de table accusent un sensible déclin corrélativement (plus que 703 hectolitres en 1990 contre 8 970 hectolitres en 1975).

ÉVOLUTION DE LA PRODUCTION DE VIN ROUGE D'APPELLATION
“Premières Côtes de Blaye”
“Blayais Rouge”

ÉVOLUTION DE LA PRODUCTION DE VIN ROUGE D'APPELLATION“Premières Côtes de Blaye”“Blayais Rouge”

F. Montangon. Source : Déclaration de récoltes

92Toutefois, en 1990, les vins "Blanc Blayais" connaissent un essor nouveau puisque leur volume atteint 963 hectolitres. L'apparition des vins mousseux semble justifier ce regain : 904 hectolitres de vin blanc sont transformés en mousseux.

93Si on excepte les vins "Blanc Blayais" on trouve à Eyrans un autre vin blanc à l'Appellation Contrôlée ; il s'agit du vin blanc à l'Appellation "Bordeaux Blanc". Ce vin, faiblement produit jusqu'à aujourd'hui, reste néanmoins peu prisé par les viticulteurs (son volume est inférieur à 400 hectolitres en 1990).

b) Le triomphe des vins rouges A.O.C.

94Les productions de vin rouge n'ont pas fait l'objet d'une exclusivité de la part des viticulteurs après la crise de 1930-1936. Mais la surproduction des vins blancs de qualité médiocre et l'insuffisance des vins rouges à la fin de la décennie 1970, concourent à l'essor des vins rouges A.O.C. Le marché international et la facilité d'écoulement de la production de rouge (exportations) sont responsables de cette nouvelle orientation.

95Avant le monopole des vins rouges A.O.C., la production de rouge était une production de vin de Consommation Courante toujours déclinante : il y avait 1 506 hectolitres de vin rouge de table en 1955, 607 hectolitres en 1970 et seulement 168 hectolitres en 1980 (aujourd'hui plus que 100 hectolitres car suprématie des vins A.O.C.). Cette production était basée, mais dans une moindre mesure, sur une production de vin rouge A.O.C. ; Eyrans possédait déjà, avant le déclin des vins blancs, divers vins rouges aux Appellations Contrôlées. Ces principales appellations étaient les appellations "Rouge Blayais", "Rouge Bordeaux", "Bordeaux Rosé", Bordeaux Supérieur" et "Premières Côtes de Blaye". Mais seuls les vins aux Appellations "Premières Côtes de Blaye" et "Rouge Bordeaux" ont vu leur importance s'accroître depuis une dizaine d'années. Les productions actuelles des rouges A.O.C. sont élevées : le sol eyranais produit 6 170 hectolitres de vin rouge "Premières Côtes de Blaye" et 2 423 hectolitres de vin "Rouge Bordeaux".

96Mentionnons que la production du vin à l'Appellation "Rouge Blayais" a connu son apogée en 1965 avec 2 017 hectolitres ; celle du vin à l'Appellation "Bordeaux Supérieur" en 1978 avec 608 hectolitres.

97La commercialisation des vins assure l'essentiel des revenus des viticulteurs. Les vins aux Appellations sont à l'origine de revenus encore plus élevés car, de meilleure qualité que les vins de table, ils sont les plus côtés aujourd'hui. A Eyrans les trois quarts des vins sont des vins de rouges A.O.C., le huitième est en vin blanc A.O.C., et le reste en vin de table (le vin blanc dominant).

  • 9 Revue Tourisme et Soleil. GIRONDE III. Agence de Documentation et Editions Touristiques (A.D.E.T.)

98"Les vins rouges eyranais sont corsés, d'un délicieux bouquet comme tous les Bordeaux, et les blancs secs ou fruités qui, distillés, donnent une excellente eau-de-vie, la 'Fine Bordeaux'" selon une revue touristique9. Mais le vignoble eyranais n'a pas la réputation d'autres vignobles bordelais plus prestigieux.

CONCLUSION

99En deux siècles d'évolution, la commune d'Eyrans a conservé son système traditionnel polycultural, mais sa vocation est toujours viticole. Son principales ressources sont la culture de la vigne principalement, l'élevage et les primeurs.

100Toutefois, le monde agricole a connu de profondes mutations induites par la motorisation et la mécanisation (diminution du nombre des chefs d'exploitations, accroissement de la taille des exploitations, etc.). Et malgré une perte de vitesse, le secteur agricole est demeuré aujourd'hui un des secteurs les plus dynamiques de l'économie (concurrence du secteur commercial néanmoins).

Notes

1 JOUANNET, (F.). Statistiques du département de la Gironde, Tome 2, 1ère partie, 1939, p. 19.

2 Absence de renseignements détaillés pour le xixe siècle. Recensement de l'agriculture de 1892 à 1941. Archives Départementales 6M 1430 à 6M 1458.

3 FÉRET. Statistique de la Gironde. T. II. 1874.

4 JOUANNET, (F.). Statistiques du département de la Gironde. T. I, 1837.

5 ROUDIÉ, (Ph.). La vie économique en Blayais, aux xixe et xxe siècles. Cahiers du Vitrezais.

6 Etat des renseignements. 1827. Arch. Dép. 6M 1338.

7 GUILLON. Les châteaux historiques et viticoles de la Gironde, op. cit.

8 FERET, (E.). Statistique Générale du dép. de la Gironde. T. II, 1874, p. 155 et 156.

9 Revue Tourisme et Soleil. GIRONDE III. Agence de Documentation et Editions Touristiques (A.D.E.T.).

Table des illustrations

Titre ÉVOLUTION DES PRINCIPAUX MODES D'OCCUPATION DU SOL
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17543/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre ÉVOLUTION DU CHEPTEL EYRANAIS DE 1872 A 1990
Légende F. Montangon. Sources : Enquêtes agricoles et R.G.A.1970, 1979 et 1988
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17543/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre VARIATION DE LA TAILLE DES EXPLOITATIONS AGRICOLES EYRANAISES DE 1892 à 1988
Légende F. Montangon. Sources : Enquêtes agricoles et R.G.A. pour 1970,1979 et 1988
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17543/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Chefs d'exploitation selon l'âge (R.G.A. 1970,1979 et 1988)
Légende * Inconnu en raison du secret statistique
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17543/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre ÉVOLUTION DES SUPERFICIES PLANTÉES EN VIGNE DE 1827 A 1990
Légende F. Montangon. Sources : Enquêtes agricoles et Déclarations de récoltes
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17543/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre APERÇU DE LA RÉPARTITION DES EXPLOITATIONS VITICOLES deux exemples : 1930 et 1964
Légende F. Montangon. Sources : Recensement pour l'Agriculture (1930) et Statistiques viticoles (1964)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17543/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre ÉVOLUTION DES SUPERFICIES VITICOLES CLASSÉES EN APPELLATION CONTRÔLÉE ET DE CONSOMMATION COURANTE DE 1955 A 1990
Légende F. Montangon. Sources : Déclarations de récoltes
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17543/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre VARIATION DE LA PRODUCTION VITICOLE DE 1827 A 1990
Légende F. Montangon. Sources : Enquêtes agricoles et Déclaration de récoltes
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17543/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17543/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre ÉVOLUTION DES PRODUCTIONS DE VINS D'APPELLATION D'ORIGINE CONTRÔLÉE ET DE CONSOMMATION COURANTE DE 1946 A 1990
Légende F. Montangon. Source : Déclarations de récoltes
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17543/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre EVOLUTION DE LA PRODUCTION DE VIN DE CONSOMMATION COURANTE DE 1955 A 1990
Légende F. Montangon. Source : Déclarations de récoltes
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17543/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre ÉVOLUTION DE LA PRODUCTION DE VIN BLANC AOC DE 1955 A 1990
Légende F. Montangon. Source : Déclarations de récoltes
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17543/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre ÉVOLUTION DE LA PRODUCTION DE VINS D'APPELLATION“Bordeaux”“Bordeaux supérieur”“Bordeaux Rosé”
Légende F. Montangon. Source : Déclaration de récoltes
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17543/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre ÉVOLUTION DE LA PRODUCTION DE VIN ROUGE D'APPELLATION“Premières Côtes de Blaye”“Blayais Rouge”
Légende F. Montangon. Source : Déclaration de récoltes
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17543/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search