Version classiqueVersion mobile

Eyrans en Blayais

 | 
Alain Contis
, 
Francine Montangon
, 
Muriel Dagens

Deuxième partie. Eyrans : évolution démographique et sociale d'une commune du Blayais viticole de 1828 à 1990

Chapitre 2. L'évolution démographique et socio professionnelle de la population de 1821 a 1990

Texte intégral

I - L'ÉVOLUTION DE LA POPULATION EYRANNAISE DE 1821 À NOS JOURS

A - une évolution démographique complexe malgré une apparente stabilité des effectifs depuis pres de deux cents ans

1Le destin de la commune ne serait pas différent de celui des autres communes rurales françaises qui se dépeuplent, si cette dernière ne connaissait pas un renouveau démographique à la fin du xxe siècle.

2En effet, un examen de la courbe évolutive de la population nous apprend que malgré une apparente stabilité statistique depuis près de deux cents ans, Eyrans a vu sa population décliner dès le milieu du xxe siècle, et ce jusqu'en 1975, pour enregistrer alors une importante augmentation de ces effectifs, due au renouveau économique apporté par la construction de la centrale électronucléaire de Braud-et-St-Louis. Les données statistiques révèlent que la population s'est accrue de 14 % en deux siècles, passant de 508 habitants en 1821 à 596 habitants en 1990 et de 30 % en 15 ans (de 1975 à 1990) passant par 415 habitants en 1975, minimum démographique en deux siècles d'évolution.

3Cependant, la stabilité de cette population durant la quasi-totalité du xixe siècle et une partie du xxe siècle ne manquera pas de nous surprendre ; elle n'est en fait qu'apparente et l'évolution démographique est d'autant plus complexe qu'elle se caractérise par une succession d'épisodes démographiques différents. La courbe évolutive de la population par son tracé en dents de scie nous permet de constater l'irrégularité de l'évolution et d'individualiser des phases dans cette évolution — ces dernières se traduisent soit par des chutes sensibles des effectifs comme celle de 1881 à 1896 ou encore celle de 1954 à 1975, ou soit par des accroissements de la population comme ceux de 1866 à 1881 ou de 1975 à 1990. Ces fluctuations sont liées à divers phénomènes d'ordre régional parfois comme des crises agricoles et des exodes ruraux, ou d'ordre national comme les guerres contemporaines responsables des déclins de population.

4Sur la période étudiée ici, c'est-à-dire de 1821 à 1990, nous distinguerons deux grandes phases :

  • De 1820 à 1886, soit sur plus d'un demi-siècle, la population ne s'accroît guère, si ce n'est aux cours des dernières décennies du siècle de 1870 à 1890. Nous pouvons parler ici de période de stagnation dans la mesure où les effectifs recensés de 1871 à 1881 sont comparables ; on recense 614 habitants en 1831 et 618 en 1881.
  • La deuxième phase s'étend de la fin du xixe siècle à la fin du xxe siècle, soit de 1886 à 1990. Cette période est ponctuée de chutes sensibles des effectifs, voire de minima démographiques, qui sont liées en partie aux guerres contemporaines et aux crises du monde agricole (plus particulièrement dans la viticulture). La population recouvre cependant en 1990 à peu près son volume antérieur aux conflits et aux crises (autour de 600 habitants) à la suite d'un renouveau démographique.

1) De 1821 à 1881 : une phase de continuité statistique troublée par deux épisodes de déclin

5Si l'on se réfère à la courbe évolutive de la population, on constate qu'elle n'évolue guère de 1821 à 1881. Elle ferait en fait preuve d'un certain dynamisme dans la mesure où les deux "accidents" responsables des déclins enregistrés de 1831 à 1841 et de 1851 à 1866 n'affectent que partiellement l'évolution démographique. En effet, même si l'on assiste à une chute de 68 % pour les naissances (on enregistre 150 naissances pendant la période intercensitaire 1821-1831 et 48 de 1881 à 1886) et de 47 % pour les décès (115 décès sont répertoriés de 1821 à 1831 et 61 de 1881 à 1886), nous ne pouvons pas parler ici de dépeuplement. L'équilibre démographique est maintenu par des apports migratoires que l'on peut quantifier à partir des soldes migratoires positifs ; soit 71 personnes de 1821 à 1831, 12 personnes de 1861 à 1866 et 38 de 1866 à 1872. La prospérité économique du Second Empire, les innovations dans le domaine agricole et l'apparition du chemin de fer dès les années 1880 (en 1882 dans le Blayais) ne sont pas étrangères à ce dynamisme démographique et sont responsables des accroissements de la population (modérés néanmoins) au cours des dernières décennies.

6Analysons maintenant le comportement de la population au cours des deux périodes de déclin :

  • Le premier "accident" apparaît de 1831 à 1841, où la population passe de 614 à 576 habitants : on enregistre une diminution des effectifs de près de 6 % en dix ans, soit un taux de variation annuel de - 0,6 %. Le bilan naturel est positif (138 naissances pour 118 décès) ; en revanche le bilan migratoire négatif permet d'expliquer ce phénomène : 58 personnes ont quitté la commune au cours de cette période. Nous ne pouvons pas avancer ici l'hypothèse d'une épidémie, comme la fièvre typhoïde ou le choléra fréquents au xixe siècle, car les naissances excèdent les décès, mais l'exode massif de population est responsable de la chute des effectifs.
  • Les causes de la deuxième période de chute de population sont différentes. De 1856 à 1866, la commune perd 7 % de ses effectifs et passe de 602 à 559 habitants. Cette diminution est liée à un excédent des décès puisque l'on recense 200 décès pour 169 naissances. Durant cette même décennie, le bilan migratoire est faiblement positif de 1861 à 1866 (11 personnes s'installent dans la commune), voire nul de 1856 à 1861 (une seule personne part). On aurait pu rendre l'oïdium, ce champignon parasite de la vigne responsable de ce déclin car il est apparu dans les années 1850, mais l'absence d'exode rural et l'excédent des décès nous pousse à chercher ailleurs la cause du phénomène. Peut-être le simple vieillissement de la population ?

ÉVOLUTION DE LA POPULATION D'EYRANS DE 1821 A 1990

ÉVOLUTION DE LA POPULATION D'EYRANS DE 1821 A 1990

F. Montangon
Sources : Dénombrements et recensements de la population

ÉVOLUTION DU BILAN MIGRATOIRE DE 1821 A 1990

ÉVOLUTION DU BILAN MIGRATOIRE DE 1821 A 1990

F. Montangon
Sources : Tables décennales d'Etat civil et recensements

EVOLUTION DE L'ACCROISSEMENT NATUREL DE LA POPULATION D'EYRANS DE 1821 A 1990

EVOLUTION DE L'ACCROISSEMENT NATUREL DE LA POPULATION D'EYRANS DE 1821 A 1990

F. Montangon
Source : Tables décennales d'Etat civil

ÉVOLUTION DU NOMBRE DES MARIAGES DE 1828 A 1990

ÉVOLUTION DU NOMBRE DES MARIAGES DE 1828 A 1990

F. Montangon
Source : Tables décennales d'Etat civil

2) de 1881 à nos jours

- Les périodes de crises et de conflits

7Le phylloxéra, qui détruisit le vignoble et priva les Eyranais de leurs ressources en vin, n'est sans doute pas étranger aux départs de 52 personnes. Cette crise fut durement ressentie, d'autant plus que la commune perdit en 5 ans près de 11 % de ses effectifs : on ne dénombre plus que 550 habitants dés 1886. De plus les décès excèdent les naissances, et cela depuis 1876 ; l'exode rural, qui concerne la population jeune (25 - 40 ans) contribue au vieillissement de la population. Cette situation persistera jusqu'en 1901 où de nouveau la population dépasse la barre des 600 habitants ; à nouveau les naissances excèdent les décès.

8Cette crise du monde viticole fait entrevoir la grande dépendance de la commune vis-à-vis de la culture de la vigne.

  • 1 D'après les Archives Départementales de la Gironde 2R43, alors qu'il n'y a que neuf noms sur le mo (...)

9En revanche, les déclins de population enregistrés de 1914 à 1918 et de 1939 à 1945 sont liés à des phénomènes qui dépassent le cadre communal. Les deux grandes guerres sont en partie responsables du dépeuplement de la commune : à la fin des conflits le nombre d'habitants s'élève seulement à 459 âmes. De 1911 à 1921, il y eut 120 décès (dont 15 tués à la guerre1.) Et entre 1936 et 1946, 108 décès encore. Même d'une guerre à l'autre, les décès l'emportent à nouveau sur les naissances.

10Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, les tendances s'inversent : on relève une sensible augmentation de la population qui passe de 459 à 511 habitants. Cela s'explique par des maxima pour les naissances et mariages, respectivement de 78 et 52 en 8 ans.

11Mais, à cette période de dynamisme démographique succède une période de dépeuplement. Les grandes gelées de 1956 sont dures pour la commune qui, consécutivement, connaît un exode rural à long terme. L'évolution négative du bilan migratoire de 1954 à 1975 nous le confirme : la commune perd 41 personnes de 1954 à 1962, 15 de 1962 à 1968 et 7 de 1968 à 1975. La population tombe à 415 habitants en 1975, année de minimum démographique. Le mouvement naturel déficitaire (127 naissances pour 160 décès) accentue la dépopulation de la commune.

12Cette chute brutale des effectifs est caractéristique d'une petite commune viticole comme Eyrans où l'absence de diversification des activités se fait ressentir.

- Le renouveau démographique de la fin du xxe siècle

13Le seuil des 415 habitants atteint en 1975 aurait pu faire présager un dépérissement irréversible de la commune, comme le connaissent les autres communes rurales françaises, mais la très nette augmentation des effectifs à la fin du xxe siècle laisse plutôt entrevoir un renouveau démographique pour Eyrans. En effet, la population s'accroît de 30 % en 15 ans passant de 415 à 596 habitants et atteint de nouveau le niveau antérieur aux crises. Ce regain démographique n'est pas dû en fait à l'accroissement naturel (32 naissances pour 35 décès), mais plutôt à un très fort apport migratoire qui marque un retour à une structure d'âge équilibrée : on note l'arrivée de 185 personnes de 1975 à 1990 et plus particulièrement d'une population jeune (30-40 ans).

14La commune d'Eyrans se comporte alors comme une commune attractive et il faut attribuer ce phénomène à la construction de la centrale nucléaire EDF de Braud-et-St-Louis dans les années 1980. Le renouveau économique du Blayais a profité à Eyrans, ainsi qu'à d'autres communes voisines dans lesquelles l'Etat fit construire des cités pour accueillir ouvriers et ingénieurs, accompagnés de leur famille. La proximité d'une voie de communication importante comme la RN no 137 contribua à choisir Eyrans comme commune d'accueil : sur le territoire communal une cité EDF de 30 logements fut édifiée, proche du bourg le plus peuplé et le mieux situé vis à vis de la route, à savoir celui du Pontet qui, véritable centre d'activité et de commerce, bénéficia davantage de ce renouveau.

B - des structures démograpiques diverses de 1827 à 1982

15L'étude des pyramides des âges à différentes époques nous renseigne sur les structures de la population au cours de son évolution et met en évidence la diversité des situations démographiques. Nous ne retiendrons ici que les deux situations les plus représentatives : le cas où la population est jeune et celui où la population vieillit ou est en voie de vieillissement.

  • 2 JOUANNET, (F.). Statistiques du Département de la Gironde. Tome 2 - 1ère partie - (1839).

16Un état des renseignements par commune, établi en 1827, sera un complément à la série des pyramides2 :

Structure démographique de la population en 1827.
On dénombre 613 âmes se répartissant ainsi :

Classe d'âges

nombre d'individus

moins de 10 ans

160

de 10 à 20 ans

110

de 20 à 30 ans

108

de 30 à 40 ans

100

de 40 à 50 ans

60

de 50 à 60 ans

40

de 60 à 70 ans

30

de 70 à 80 ans

3

plus de 80 ans

2

1) Les années 1827, 1856 et 1872

17La population Eyranaise est pendant les années 1827, 1856 et 1872 une population jeune et dynamique. Les pyramides des âges de 1856 et 1872, par leur base élargie, et l'état des renseignements de 1827, indiquent la jeunesse de la population. Depuis 1827, la population semble faire preuve d'une remarquable fécondité : en 1827 les classes d'âge des moins de 10 ans et de 10 à 20 ans sont bien représentées puisqu'elles constituent 44 % de la population, et même si en 1856 et 1872 cette proportion décline, elle est toujours importante (35 % en 1856 et 27 % en 1872). Parallèlement les personnes âgées enregistrent une diminution sensible de leurs effectifs, qui se traduit par un rétrécissement des pyramides par les sommets : la proportion des plus de 65 ans n'est de 6 % en 1827, et de 9 % en 1856 et 1872. Si l'on étudie le sexe ratio au cours de ce demi-siècle, on constate un équilibre en faveur des hommes. En 1856, on comptabilise 285 femmes contre 301 hommes et en 1872 282 femmes contre 313 hommes, mais si le nombre des hommes est supérieur à celui des femmes dès la naissances, il est déficitaire pour la classe des 70 ans à plus de 85 ans — cela tient à la plus grande espérance de vie féminine : nous avons 34 veuves de plus de 45 ans contre 14 veufs en 1856 et 29 veuves contre 18 veufs en 1872.

18Cependant les structures démographiques concernent aussi des individus considérés en ménages et familles. L'analyse de la taille et de la composition des ménages en 1856 montre la prédominance des ménages de plusieurs personnes, soit des familles où cohabitent parents et enfants : sur 160 ménages, on a seulement 40 ménages d'une et deux personnes ; les ménages de 4 personnes sont les plus représentés (38 ménages) mais on peut noter aussi l'existence de familles nombreuses puisque l'on a 13 ménages de 6 personnes et 6 ménages de 7 personnes et plus. Les structures familiales soulignent ici le dynamisme démographique de la commune.

19Il faut néanmoins nuancer ce dynamisme au milieu du xixe siècle. La chute du nombre des mariages (nous avons en 1856 151 garçons et 1 14 filles célibataires — soit 50 % des hommes et 40 % des femmes) et la diminution du nombre des naissances, attestent d'un certain essouflement démographique. La commune doit, en fait, son dynamisme — notamment en 1872 — à l'immigration d'une population jeune.

2) Les années 1896, 1962, 1975 et 1982

20Les pyramides des âges des années 1896, 1962, 1975 et 1982, par leur base rétrécie et leur sommet étoffé, traduisent le vieillissement de la population. Cette situation démographique s'amorce en 1962, et surtout en 1975, pour s'atténuer en 1982.

21La structure démographique en 1896 est spécifique d'une population vieillissante : peu d'enfants et beaucoup de retraités. En effet, la proportion des 0-19 ans n'est que de 24 % alors que celle des plus de 65 ans est de 15 %. Mais si la proportion des adultes reste encore importante, soit 70 % de la population, nous ne manquerons pas d'être étonné par l'infécondité de ce groupe. Cette infécondité peut être comprise à la lumière des structures familiales : on constate en 1896 un accroissement du nombre des ménages à I et 2 personnes, voire à 3 personnes, et parallèlement un déclin des familles nombreuses — les ménages de 1 à 3 personnes représentent 60 % des ménages ; les familles nombreuses 7 %. Il faut ici évoquer cependant l'épisode de 1886 responsable d'un exode rural sans précédent pour comprendre le déclin de la population dans son ensemble.

22Le sexe ratio nous renseigne aussi sur l'état de la population : la dissymétrie de la pyramide est en faveur des hommes (276 femmes contre 285 hommes) et il naît d'ailleurs plus d'hommes que de femmes car on a 7 tilles de moins de 5 ans contre 18 garçons. En revanche la proportion des femmes est forte surtout chez les femmes âgées dont la longévité est supérieure à celle des hommes.

23En 1962 et 1975, les structures démographiques sont nettement plus âgées : les personnes âgées sont nombreuses, au détriment des jeunes et à un degré moindre des adultes. En 1962, la proportion des retraités est de 15 % et de 25 % en 1975, soit autant que la population jeune de 0 à 19 ans ! En 1975, le phénomène du vieillissement est accentué : la commune enregistre en 13 ans une augmentation de 10 % des plus de 65 ans ! Cette forte proportion des personnes âgées est en fait celles des femmes âgées. Le déséquilibre hommes et femmes n'est plus le même au lendemain des deux guerres mondiales : les femmes et surtout les femmes âgées sont plus nombreuses que les hommes car la population masculine accuse un déclin relatif aux pertes occasionnées pendant les conflits. De plus nous n'avons pas un rajeunissement de la population par la base des pyramides. L'année 1975 est marquée par une infécondité flagrante qu'il faut attribuer au départ de la population jeune féconde (en 1975 la part des 20-65 ans est de 51 %, minimum historique) consécutivement à la crise agricole de 1956 (important exode rural). A titre d'exemple, nous avons seulement 41 femmes fécondes de 20 à 39 ans contre 71 femmes de plus de 60 ans, dont 24 et 75 ans et plus.

24La commune dépérit et on peut mesurer l'ampleur du phénomène à partir de l'évolution de la population scolaire : le nombre des enfants scolarisés a sensiblement diminué jusqu'en 1973, et on passe de 44 à 18 élèves de 1966 à 1974 ; cette insuffisance des effectifs conduisit à la création d'une classe unique au lieu de deux, et cela dès 1969, tous les cours, de la maternelle aux cours moyens, étaient donnés dans une classe unique. Cependant, la situation semble s'améliorer après 1975 puisque le nombre des élèves augmente de nouveau (44 élèves en 1979) et on revient au système des deux classes.

25Les structures familiales ont évolué en même temps : le nombre des ménages de 1 et 2 personnes a augmenté et représente près de 50 % des ménages dans leur ensemble, alors que l'on assiste à la disparition des familles nombreuses — il ne reste que 12 ménages de plus de 6 personnes dont 4 seulement ont plus de 4 enfants, contre 108 ménages sans enfants sur 151 en 1975.

26En 1982, le vieillissement de la population s'atténue mais persiste encore car la commune compte toujours parmi ses effectifs une forte proportion de personnes âgées (18 %). Mais la pyramide des âges en 1982 a une allure différente de celle de 1975 car la population adulte s'est accrue de 5 %. Cela s'explique par l'apport migratoire d'une population adulte accompagnée des familles. Si la population était nettement féminine, la fixation d'une population masculine entraîne un rééquilibre entre les sexes — la dissymétrie entre hommes et femmes s'amenuise (278 hommes et 280 femmes). Un rajeunissement de la population s'amorce donc par la base mais l'augmentation des naissances n'est pas spectaculaire (la proportion des 0-19 ans n'est que de 26 % soit 1 % de plus qu'en 1975). C'est pourquoi on qualifiera encore la population eyranaise de vieillissante en 1982. Il faudra se référer à la situation démographique de 1990 pour discerner plus distinctement les signes d'un rajeunissement de la population. La population scolaire nous renseigne : après 1982, le nombre d'élèves n'a cessé de s'accroître jusqu'en 1990 et on recense en 1989 54 enfants scolarisés. De plus, dès 1985 la situation de la population scolaire est originale puisque seuls les cours préparatoires et moyens sont représentés sur le territoire communal (2 classes rassemblent 30 élèves en 1990) ; les enfants de la maternelle sont rattachés à ceux de la commune de Mazion, commune voisine, qui se dépeuplant, envisageait la fermeture de son école. Le regain de la commune d'Eyrans est donc profitable à la commune de Mazion.

PYRAMIDES DES AGES DE LA COMMUNE D'EYRANS

PYRAMIDES DES AGES DE LA COMMUNE D'EYRANS

ÉVOLUTION DE LA POPULATION SCOLAIRE DE 1966 A 1990

ÉVOLUTION DE LA POPULATION SCOLAIRE DE 1966 A 1990

F. Montangon. Sources : Archives de l'école
a : Cours de la maternelle aux cours

II - L'EVOLUTION DE LA RÉPARTITION DE LA POPULATION SUR LE TERRITOIRE COMMUNAL EYRANAIS DE 1821 À AUJOURD'HUI

A - l'évolution de la répartition : le déclin du chef-lieu

27La population d'Eyrans n'est pas une population agglomérée au chef-lieu, mais une population éparse. La densité reste cependant élevée soit, en 1990, 139 habitants au km2. Cette population se répartit dans des hameaux dont les principaux sont Le Pontet, Mornon, Le Bourg et l'Hôpital. Ils sont constitués de quelques maisons, comme à Damet ou la Roque, ou sont de véritables villages comme au Pontet. La répartition de la population sur le territoire communal ne manque cependant pas de nous surprendre car étrangement le bourg d'Eyrans n'est pas le bourg le plus peuplé et le plus attractif de la commune. En fait l'activité générale s'est déplacée au village du Pontet, centre commercial, depuis le tracé de la voie Bordeaux-Saintes sur laquelle il se situe. Un chevelu plus dense et ramifié de chemins vicinaux a fixé la population en une série de hameaux secondaires, disséminés un peu partout sur la commune, mais essentiellement sur le plateau. La zone maréageuse qui s'étire vers le nord est depuis longtemps un milieu insalubre et répulsif pour l'homme : elle est restée le domaine des herbages.

28Cette répartition est ancienne car en 1839 Jouanet écrivait sur Eyrans : "Eyrans, petit bourg en plaine, à 1 1 450 mètres au sud du bourg de St-Ciers : la commune comprend en outre le village du Pontet plus considérable que le bourg, le hameau du Perrit, traversé, comme Le Pontet, par la route de Nantes, un autre village et onze petits hameaux... La population est de 538 habitants 1.

29"L'évolution des écarts mérite attention : le nombre des hameaux a peu évolué pendant le xixe siècle et la quasi-totalité du xxe siècle ; on relevait, en 1821, 17 hameaux et, en 1975, 18 ; mais les années 1980 sont caractérisées par une vague de construction autour du village du Pontet et dans une moindre mesure sur le plateau. En 1982, on relève 27 hameaux. Les constructions composées parfois de quelques maisons, ne permettent pas d'accroître la population agglomérée au chef-lieu en réunissant au bourg les hameaux les plus proches, mais permettent au contraire d'accroître celle du Pontet, centre dynamique, et donc d'accentuer le déclin relatif du chef-lieu.

  • En 1821, les hameaux les plus peuplés étaient ceux du Pontet avec 1 13 habitants (soit 22 % de la population totale), de Mornon avec 87 habitants, le Bourg avec 60 habitants et l'Hôpital avec 36 habitants. Ces quatre villages rassemblaient 60 % de la population ; les 40 % restants se répartissaient dans les 13 petits hameaux disséminés.
  • Jusqu'en 1975, la répartition de la population est la même, mais si l'attraction du Pontet se renforce, les autres hameaux voient leur population décroître : le Bourg, Mornon et Fouillac se dépeuplent (50 habitants au Bourg en 1926 ; 62 habitants à Mornon) et les autres hameaux, situés sur les marges de la commune, ne connaissent pas d'évolution. L'apparition du chemin de fer en 1882 ne suscita pas de créations nouvelles.
  • En 1975, la dépopulation de la commune frappe tous les petits hameaux ; la vie semble avoir disparu sur le plateau : on n'a plus que vingt habitants au Bourg, 40 à Mornon... Le village du Pontet avec 168 habitants est alors le centre vital d'Eyrans et la population s'y concentre.
  • L'accroissement et la nouvelle distribution de la population en 1982 laissent alors présager un renouveau pour la commune. Le nombre d'écarts a augmenté : les nouvelles constructions se multiplient autour du Pontet et sur le plateau, fixées par une armature renforcée de routes et de chemins vicinaux. La construction la plus spectaculaire est celle de la "Clairière", cité EDF, qui abrite en 1982, 92 personnes ; d'autres hameaux sont constitués par des maisons neuves à l'architec-ture moderne, comme ceux de "Pieds Secs" ou "Sur le Four". Les écarts (Mornon, le Bourg et l'Hôpital) voient leur population augmenter régulièrement dans le même temps : le Bourg s'est accru de 17 personnes depuis 1975, Mornon de 11 personnes.

30Excepté le village du Pontet, les autres hameaux ont connu une évolution similaire au cours des xixe et xxe siècles ; la partie marécageuse est toujours restée le secteur vide de la commune.

B - l'originalité des principaux hameaux

31Les principaux hameaux de la commune d'Eyrans ont leur fonction propre :

  • Si administrativement le Bourg est le chef-lieu de la commune, il demeure pourtant le moins peuplé. Il ne conserve que ses fonctions administratives et intellectuelles avec la mairie, l'église et l'école. Mais il est néanmoins très fréquenté : la mairie est un lieu de rencontre surtout lors des élections ou pendant la période des déclarations des récoltes vinicoles ; l'église rassemble la population certains dimanche lors des messes et l'école anime le Bourg pendant les classes. Cependant le Bourg est aussi un lieu pittoresque car, situé sur un coteau, il est enrichi d'une église du xixe siècle dominée par un clocher en forme de panthéon.
  • Le Pontet, le village le plus dynamique, concentre les commerces. Un hôtel et les boutiques de nombreux commerçants s'étirent tout au long de la RN no 137. C'est le centre vital de la commune ; la poste et la salle municipale y sont installées. Pour le voyageur, c'est un joli village doté d'un des plus élégants châteaux de la contrée (Perrier)3.

CHÂTEAU PERRIER (1994)

CHÂTEAU PERRIER (1994)

LE PONTET-EYRANS (Gironde) — Route Nationale 137 - Bordeaux-St-Malo 450 km

LE PONTET-EYRANS (Gironde) — Route Nationale 137 - Bordeaux-St-Malo 450 km

RÉPARTITION DE LA POPULATION SUR LA COMMUNE D'EYRANS

RÉPARTITION DE LA POPULATION SUR LA COMMUNE D'EYRANS
  • La fonction médicale était celle de l'Hôpital, où existait line maison hospitalière, ancienne maladrerie, tenue par des religieuses qui accueillaient, nourrissaient et soignaient les pèlerins qui se rendaient à St-Jacques-de-Compostelle.
  • D'autres lieux témoins d'un passé riche peuvent être mentionnés ici.
    • Le château de la Mothe, situé près des limites des cantons de St-Ciers et de Blaye, était un petit château-fort entouré d'eau. Château seigneurial, il a appartenu au xviiie siècle à une famille noble de Pons en Saintonge, les Isles de Beauchaine ; aujourd'hui rénové, il est habité.
    • Une autre curiosité de la commune est donnée par les Moulins : deux à eau et deux à vent. Ces moulins, qui ne fonctionnent plus, datent du xviie siècle ; ils appartenaient à des meuniers. Les moulins à eau étaient situés sur la rivière de la Moulinade4

III - L'ÉVOLUTION DES CATÉGORIES SOCIO-PROFESSIONNELLES

32Depuis le xixe siècle, l'essentiel de la population est employé dans l'agriculture et plus particulièrement dans la viticulture, à laquelle s'associe un monde d'artisans dominé par la tonnellerie. Mais si le secteur primaire est dominant durant la totalité du xixe siècle et la moité du xxe siècle, il faut attendre la fin du xxe siècle pour enregistrer des mutations dans les catégories socio-professionnelles : les secteurs secondaires et tertiaires deviennent des employeurs importants depuis la construction de la centrale nucléaire. Les effectifs dans ces secteurs se font sentir dans la commune d'autant plus que la population agricole a décliné jusqu'en 1980, du fait du développement du machinisme agricole, de la diminution du salariat agricole et même des propriétaires exploitants. Cependant nous devons nuancer le déclin du secteur agricole car, malgré une chute de ses effectifs, ce dernier conserve un poids important dans la commune.

33Au total les principales activités représentées à Eyrans emploient 40 % de la population en 1982, dont 26,8 % dans le secteur primaire (soit 52 personnes) ; mais on note une sur-représentation des inactifs, surtout des retraités, contrairement aux étudiants et aux personnes à la recherche d'un emploi (peu nombreux : 27 chômeurs sur 577 habitants).

A - la permanence du secteur agricole

1) L'évolution de la population agricole

34L'agriculture est une branche d'activité traditionnelle qui a toujours eu une importance capitale dans la commune. Elle employait déjà 64 % de la population en 1956, dont les propriétaires, la main-d'œuvre agricole (ici les journaliers et les colons) et les membres de leurs familles vivant et travaillant avec eux. A la fin du xixe siècle, une grande part de la population active était encore dans l'agriculture : en 1872 l'agriculture employait 63,5 % de la population et était quasiment une mono-activité en 1881, — année de maximum démographique et période de prospérité économique favorable au secteur agricole — puisqu'elle faisait vivre 86 % de la population : soit 31 1 propriétaires, exploitant eux-mêmes leurs terres, et leurs familles ; 145 petits propriétaires, travaillant comme fermiers, et les membres de leur famille dépendant d'eux, 13 métayers et enfin 70 journaliers. De 1856 à 1881, il semblerait que le nombre de propriétaires exploitants ait augmenté (124 propriétaires en 1856 et 215 en 1881, membres de la famille exclus) alors que le nombre de journaliers a chuté (243 journaliers en 1856 contre 70 en 1881).

POPULATION ET ACTIVITE : évolution récente

POPULATION ET ACTIVITE : évolution récente

F. Montangon. Sources : R.G.P. 1962, 1968, 1975 et 1982.I.N.S.E.E.

35En revanche, le xxe siècle est marqué par un déclin relatif des emplois agricoles ; si vers 1930 il y a encore 277 propriétaires exploitants aidés de leur famille, ils ne sont plus que 56 (et 14 salariés) en 1975 ; d'après le recensement de population, l'effectif familial vivant et travaillant dans les exploitations agricoles est de 194 personnes avec seulement 44 actifs ayant un emploi à caractère agricole contre 150 à caractère non agricole en 1982. Cette évolution confirme le vieillissement de la population eyranaise : un grand nombre d'agriculteurs n'est plus d'âge actif. La diminution des effectifs agricoles peut s'expliquer par le développement du machinisme agricole, par la diminution des propriétaires exploitants mais peut-être aussi par la double activité des chefs d'exploitation. En effet la plupart des exploitants pour subsister, ont aujourd'hui deux emplois, le principal étant lié à l'agriculture et le second assurant un revenu d'appoint, est souvent un travail à l'extérieur.

2) La disparition des petits métiers associés à l'agriculture

36Au xixe siècle et au début du xxe alors que toute la vie tournait autour de l'agriculture et surtout autour de la viticulture, il y avait à côté des agriculteurs tout un monde d'artisans dominé par les boisseliers et les tonneliers qui employaient 78 artisans, soit 40 % de la population non agricole. La tonnellerie était l'activité la plus répandue à cette période en raison de l'importance de la viticulture dans la commune. Mais d'autres petits métiers étaient associés aux métiers de l'agriculture comme la forge : le forgeron fournissait les outils nécessaires à l'agriculture - en 1856 on notait l'existence de trois forges sur la commune.

37Cependant les métiers associés à l'agriculture vont décliner dès la fin du xixe siècle : on ne relève plus en 1872, que 21 tonneliers et 2 forgerons, et après la crise phylloxérique seulement trois tonneliers (selon l'enquête agricole de 1930) et encore trois forgerons. Aujourd'hui, la tonnellerie et la forge n'existent plus sur la commune.

B - les mutations socio-professionnelles de la fin du xxe siecle

1) L'ascension des emplois tertiaires

38Les petits métiers liés aux activités commerciales étaient déjà nombreux au début du xixe siècle, révélant le dynamisme ancien du village "Le Pontet". Demeurant au cours des deux siècles la partie la plus représentative du secteur tertiaire, le commerce a toujours concerné un grand nombre de personnes. Les petites entreprises familiales dominaient et étaient variées : en 1856, il y avait dans le domaine de l'alimentation une boulangerie, deux auberges, deux meuniers, une marchande d'aliments frais et dans le domaine de l'habillement, sept tailleurs et trois cordonniers ; il existait aussi un marchand de jouets et un chiffonnier. En 1872, d'autres commerces sont apparus ; la commune d'Eyrans s'est dotée d'une boucherie, d'une chapellerie et d'un café. Au milieu du xxe siècle on comptait de nombreuses petites entreprises sur le territoire et le secteur commercial est resté le deuxième employeur sur la commune encore aujourd'hui puisque l'on a, surtout depuis le renouveau commercial apporté par la proximité de la centrale nucléaire, une part importante d'actifs ayant un emploi dans le commerce — soit 20 % des actifs en 1988.

39Le secteur tertiaire a, incontestablement, enregistré en deux siècles la plus belle progression des effectifs. Mais si au xixe siècle et au cours du xxe siècle, le commerce est le plus représentatif de ce secteur, il est concurrencé aujourd'hui par les branches des employés de service et de bureaux ; ces emplois sous-représentés à Eyrans sont situés à l'extérieur, surtout à Blaye et à Bordeaux. Les migrations alternantes des personnes actives soulignent l'importance des emplois extérieurs : 51 personnes résidant à Eyrans vont travailler à l'extérieur et plus particulièrement vers deux pôles d'attraction ; Bordeaux, aux nombreux emplois tertiaires, accueille 14 Eyranais, alors que 12 vont à Blaye. En 1982, la distribution des emplois est différente puisqu'un nouveau pôle d'attraction est né ; il s'agit de Braud-et-St-Louis générateur, d'emplois industriels. Mais si l'attraction de Blaye et de Bordeaux est moins forte, elle n'en demeure pas moins toujours réelle, car 21 personnes actives travaillent à Blaye et 7 personnes à Bordeaux (chute sensible des migrations vers Bordeaux cependant). De plus, si l'on excepte le flux d'actifs en direction de Braud-et-St-Louis, on constate que la part des actifs travaillant à l'extérieur s'est accrue : il s'agit d'employés du secteur tertiaire et dont les lieux de travail se sont diversifiés — certains actifs ont leur lieu de travail dans les régions voisines (les Charentes).

2) L'essor récent des emplois industriels

40Le secteur secondaire a toujours été un secteur sous-représenté sur le territoire communal et plus largement dans la région blayaise. Il n'a jamais concerné un grand nombre de personnes, si ce n'est quelques entreprises familiales au cours du xixe siècle jusqu'à l'apparition de la centrale nucléaire dans la région. On relevait d'ailleurs l'existence d'entreprises étrangères au monde viticole au début du xxe siècle comme des fabriques d'eau gazeuse ou de marbre, localisées au Pontet ou d'autres entreprises associées à l'agriculture, comme une fabrique d'engrais chimiques.

41En revanche, l'industrie du bâtiment est traditionnelle et a toujours employé de nombreuses personnes. En 1856, il y avait déjà six établissements relatifs aux métiers du bâtiment, dont des entreprises de maçonnerie, de charpenterie et des plâtreries qui faisaient vivre 31 personnes. L'industrie du bâtiment a persisté jusqu'à aujourd'hui ; c'est après l'agriculture, le commerce et les services, une activité qui emploie une grande partie des actifs ouvriers.

42Les emplois proprement industriels connaîtront un essor remarquable avec la construction de la centrale nucléaire de Braud-et-St-Louis. Quotidiennement 28 personnes vont travailler à la centrale ; ce sont dans la plupart des cas des personnes chargées de l'entretien.

43Quant à l'activité tertiaire elle est propre aux Eyranaises : de nombreuses femmes d'agriculteurs sont employées de bureau ou autre, et de nombreux chefs d'exploitations ont une activité secondaire étrangère à la viticulture.

LES MIGRATIONS ALTERNANTES DES PERSONNES ACTIVES ENTRE LEUR LIEU DE RÉSIDENCE ET LEUR LIEU DE TRAVAIL POUR L'ANNEE

LES MIGRATIONS ALTERNANTES DES PERSONNES ACTIVES ENTRE LEUR LIEU DE RÉSIDENCE ET LEUR LIEU DE TRAVAIL POUR L'ANNEE

Notes

1 D'après les Archives Départementales de la Gironde 2R43, alors qu'il n'y a que neuf noms sur le monument aux morts de la commune.

2 JOUANNET, (F.). Statistiques du Département de la Gironde. Tome 2 - 1ère partie - (1839).

3 GUILLON. Les châteaux historiques et viticoles de la Gironde. Tome 3, 1868, p. 379.

4 COUTURA, J. Eyrans. Cahiers du Vitrezais, no 59, février 1987 p. 11-12 et p. 26-27.

Table des illustrations

Titre ÉVOLUTION DE LA POPULATION D'EYRANS DE 1821 A 1990
Légende F. MontangonSources : Dénombrements et recensements de la population
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17540/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre ÉVOLUTION DU BILAN MIGRATOIRE DE 1821 A 1990
Légende F. MontangonSources : Tables décennales d'Etat civil et recensements
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17540/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre EVOLUTION DE L'ACCROISSEMENT NATUREL DE LA POPULATION D'EYRANS DE 1821 A 1990
Légende F. MontangonSource : Tables décennales d'Etat civil
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17540/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre ÉVOLUTION DU NOMBRE DES MARIAGES DE 1828 A 1990
Légende F. MontangonSource : Tables décennales d'Etat civil
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17540/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre PYRAMIDES DES AGES DE LA COMMUNE D'EYRANS
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17540/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre ÉVOLUTION DE LA POPULATION SCOLAIRE DE 1966 A 1990
Légende F. Montangon. Sources : Archives de l'écolea : Cours de la maternelle aux cours
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17540/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17540/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17540/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17540/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17540/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17540/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre CHÂTEAU PERRIER (1994)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17540/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre LE PONTET-EYRANS (Gironde) — Route Nationale 137 - Bordeaux-St-Malo 450 km
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17540/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre RÉPARTITION DE LA POPULATION SUR LA COMMUNE D'EYRANS
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17540/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre POPULATION ET ACTIVITE : évolution récente
Légende F. Montangon. Sources : R.G.P. 1962, 1968, 1975 et 1982.I.N.S.E.E.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17540/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre LES MIGRATIONS ALTERNANTES DES PERSONNES ACTIVES ENTRE LEUR LIEU DE RÉSIDENCE ET LEUR LIEU DE TRAVAIL POUR L'ANNEE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17540/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 242k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search