Version classiqueVersion mobile

Eyrans en Blayais

 | 
Alain Contis
, 
Francine Montangon
, 
Muriel Dagens

Deuxième partie. Eyrans : évolution démographique et sociale d'une commune du Blayais viticole de 1828 à 1990

Chapitre 1. Les données du milieu physique

Texte intégral

I - L'INFLUENCE DU CLIMAT TEMPÉRÉ OCÉANIQUE

1La commune d'Eyrans est sous l'influence d'un climat tempéré océanique humide et doux. La proximité de la mer et l'absence d'obstacles naturels aux vents dominants d'ouest et de nord-ouest qui amènent l'air maritime, expliquent l'abondance des précipitations et la clémence des températures renforcée par la proximité de l'Estuaire. On dénombre 150 à 160 jours de pluie par an, un total de précipitations supérieur à 800 mm, et une température annuelle comprise entre 12°C et 13°C ; les températures mensuelles sont contractées, par exemple les minima se rencontrent en janvier avec 4°C de moyenne et les maxima en juillet avec 35 à 38°C de moyenne et il y a plus de quarantes jours de gelées par an.

2Le climat océanique est un climat capricieux ; à la faveur de données statistiques fournies par la météorologie nationale, concernant des stations voisines d'Eyrans, on soulignera les particularités d'un tel climat :

Températures : station d'Etauliers valeurs moyennes sur 7 années (1983-1990) Précipitations : station de Donnezac valeurs moyennes sur 26 années (1964-1990)
F. Montangon
Source : Météorologie Nationale

3Les hivers sont généralement pluvieux et doux avec des vents souvent de secteur nord-ouest. Mais il peut aussi y avoir des périodes froides avec des gelées et beaucoup plus de soleil que d'habitude quand les vents sont de direction nord-est et apportent de l'air continental froid et sec. Janvier enregistre la température moyenne mensuelle la plus basse de l'année avec 4,5°C de moyenne. Cependant, on relève parfois des températures inférieures à - 10°C et un nombre important de jours avec 0°C — ici 12 jours durant le mois de janvier. L'hiver est aussi la saison la plus humide : alors que la moyenne annuelle est de 848 mm, il tombe 327 mm de pluie durant l'hiver (soit 38,5 % des précipitations) ; janvier est en moyenne le mois le plus arrosé avec 92,9 mm de pluie et 12 jours avec 10 mm de hauteur de précipitations sur 27 jours.

4Au printemps le temps peut être variable avec des périodes fraîches provoquant des averses de pluie et parfois de neige, et des périodes de temps ensoleillé et déjà chaud qui tirent la végétation de son sommeil. Si le mois de mai est encore bien arrosé (76,5 mm de précipitations) c'est aussi le mois des gelées tardives néfastes à la végétation bourgeonnante : la vigne est sensible à ces gelées et les récoltes peuvent être compromises.

5La sécheresse relative est caractéristique de l'été, ce qui est une nuance méridionale. Les températures maximales peuvent atteindre 35° à 38°C et la moyenne mensuelle la plus élevée est celle de juillet (20,2°C). Les périodes chaudes avec beau temps peuvent durer plusieurs semaines. Mais la chaleur provoque des perturbations orageuses qui représentent une bonne part des précipitations de l'été ; on note en juin 2,2 jours d'orages et 2,4 en juillet. Les précipitations sont cependant faibles durant l'été avec 41,8 jours sans pluie dont 11,6 jours en juillet ; il ne tombe que 218 mm de pluie pendant cette saison.

6L'automne est une saison de forte pluviométrie (avec 312,4 mm) ; les mois d'octobre et de novembre sont les mois les plus arrosés de la saison avec respectivement 75,3 mm et 87,7 mm. Mais c'est encore une saison de sécheresse possible qui prolonge l'été : souvent le temps est beau et ensoleillé avec des températures maximales de plus de 25°C en septembre, ce qui est favorable à la qualité des vendanges. En automne, les matins sont brumeux : on relève 7,4 jours de brouillard pendant la saison ; mais les premiers jours de gel apparaissent souvent courant novembre, voire dès les vendanges, et annoncent les prémices de l'hiver.

  • 1 Archives Départementales de la Gironde, 6 M 1338. Etat des renseignements du 25 juin 1827.

7Le temps sous climat océanique est capricieux et aléatoire ; il est contraignant pour l'agriculture et plus encore pour la monoculture de la vigne, particulièrement sensible aux froids vifs de l'hiver, aux gelées et aux grêles de fin de printemps. Le printemps est d'ailleurs la saison la plus appréhendée par les viticulteurs — on peut évoquer un orage de grêle survenu en juin 1827 qui a emporté les deux tiers de la récolte viticole1.

II - DESCRIPTION TOPOGRAPHIQUE ET APERÇU GÉOUOGIQUE DE LA COMMUNE

A - un relief peu élevé mais contrasté

1) Topographie d'ensemble

8Eyrans est une commune au relief peu élevé — le maximum altitudinal n'excède pas 30 mètres — mais c'est un relief contrasté.

9En fait, comme le montre une coupe topographique, l'altitude s'abaisse de 27 mètres (point culminant du plateau) à 3 mètres du sud-ouest vers le nord-est. Si le contraste entre le marais et le plateau est saisissant, nous ne pouvons cependant pas parler de contact brutal entre les deux éléments topographiques car l'altitude s'abaisse vers le nord-est en une longue pente douce mais sensible ; nous avons une dénivellation de 24 mètres sur 2 kilomètres — soit 1 mètre sur 85 mètres environ.

10Une étude de la physionomie de la commune nous permettra une description plus fine des éléments de cette topographie contrastée qui lui confère sa forme particulière. En effet, Eyrans a une forme de carré imparfait dont les limites seraient grossièrement celles du plateau, si elle ne possédait, rattachée dans le coin nord-est, un appendice ou prolongement à l'aspect de "botte" comme la caractérisent les Eyranais. Orientée vers le nord, cette dernière s'insère dans les communes voisines, à savoir celle d'Etauliers et d'Anglade ; mais cette originalité géographique permet de rattacher au territoire communal un espace marécageux — partie intégrante d'un ensemble plus vaste le marais de la Vergne.

2) Les éléments du relief

11Le plateau est la plus vaste unité du territoire, il couvre une superficie de 300 ha mais il est aussi le plus haut élément de la topographie communale. Dominant la zone marécageuse qu'il surplombe, il n'offre cependant pas l'aspect d'un plateau massif : si on excepte sa forme bombée sommitale, qui résulte d'une étroite ligne de hauteurs de 26 à 27 mètres, le plateau est mollement ondulé et faiblement élevé à sa périphérie où il s'abaisse vers les basses terres de l'est et du nord. Ce plateau, essentiellement viticole, est un plateau sec, dénué de réseau hydrographique ; seules sont notables au bas du versant sud-ouest les traces de ruisseaux anastomosés et intermittents.

12C'est sur le coteau des hauteurs que nous trouvons "le Bourg" avec son église ; mais malgré une série de hameaux éparpillés — reliés entre eux par un réseau assez dense de chemins vicinaux — le plateau est faiblement peuplé car intégralement utilisé à des fins agricoles.

13Le marais s'étire du sud au nord dans la partie est du territoire. Il s'étend sur une superficie de 125 ha en une étendue uniformément plane ; l'altitude y est faible — soit 2 à 3 mètres. Verdoyant, ce paysage marécageux contraste avec le plateau sec et viticole. Il est arrosé par la Moulinade, petite rivière sur laquelle s'élèvent deux moulins, et est sillonné par de nombreux canaux morcelant l'espace en de longs rectangles réguliers. Ces canaux attestent d'ailleurs l'intérêt ancien de l'homme pour les basses terres humides ; jadis roseaux et joncs servaient de litière aux animaux, et les herbages de pâture aux bestiaux. Rappelons que ces terres gorgées d'eau furent en partie transformées en marais désséchés sur l'ordre de Claude de Saint-Simon, gouverneur de Blaye, vers 1650. Le terme de "prises" en témoigne aujourd'hui.

CROQUIS MORPHOLOGIQUE D'EYRANS

CROQUIS MORPHOLOGIQUE D'EYRANS

Source : carte I.G.N. au 1:25 000e ; no 1534 Ouest. F. Montangon

3) Le réseau hydrographique

14Le réseau hydrographique est peu développé sur le territoire communal. Il est traversé par l'unique ruisseau de la Moulinade qui s'écoule vers la zone des marais. Ce ruisseau est peu profond (son altitude est la même que celle de la topographie environnante) et son lit étroit (1 à 2 mètres de large). Son tracé relativement rectiligne est à l'origine de la frontière naturelle de l'ouest des marais. Les frontières communales septentrionales et méridionales sont elles aussi tributaires de ruisseaux qui sont : au nord le ruisseau de la Courant, au sud le ruisseau des Egoutailles dans lequel se jette le ruisseau de la Fiscada prenant sa source au pied du versant sud-ouest du plateau. Mais, contrairement à la Moulinade, ces ruisseaux sont intermittents.

B - une géologie simple

1) Une structure relativement sage

15Les terrains qui couvrent le territoire communal appartiennent à une série sédimentaire tertiaire et plus particulièrement à l'étage Eocène. Ces dépôts sont à dominance marine : ils sont contemporains de l'invasion marine de la région de Blaye, pendant laquelle se déposa le calcaire de Blaye. Mais cette série sédimentaire se caractérise surtout par l'alternance de calcaires plus ou moins résistants et de roches tendres argilo-marneuses ou sablonneuses. Nous avons par dépôts successifs :

  • les terrains les plus anciens qui sont des terrains à faciès sableux et argileux (E 5b2) épais de 10 mètres et relativement tendres ;
  • reposant sur ces sables, le calcaire grossier de Blaye (calcaire du Lutétien E 5b3), lithologiquement résistant, épais de 10 mètres et faiblement en pente vers le sud-ouest ;
  • puis sur une faible épaisseur, (5 mètres environ), l'argile à Ostrea Cucullaris de l'Eocène Supérieur (E 6a) de couleur brune. Son origine marine est incontestable ;
  • la série est surmontée par le calcaire lacustre de Plassac (calcaire du Lédien E 6b) ; véritable entablement résistant à petite échelle, ce dernier, épais d'une dizaine de mètres, est grossièrement parallèle au toit de la formation de Blaye. Il se caractérise par sa couleur beige, voire blanche ;
  • enfin présence d'alluvions subactuelles modernes qui reposent sur les sables et les argiles les plus anciennes. Ces alluvions peu étendues sont superficielles : elles se localisent essentiellement le long de la Moulinade. Elles sont les témoins de l'époque glaciaire du Quaternaire.

2) Une morphologie élémentaire

16La structure simple du relief de la commune d'Eyrans est influencée par la disposition des roches et de leur nature : nous avons ici une alternance de couches lithologiquement différentes parallèles les unes aux autres. La carte géologique et la coupe montrent que la base argilo-sableuse, surmontée d'alluvions, correspond à la partie marécageuse sans relief — les éléments argileux jouant le rôle d'un niveau imperméable. Lithologiquement plus résistants, les calcaires commandent le relief : ils correspondent au plateau ; le calcaire lacustre de Plassac en forme le toit et lui confère cet aspect bombé et le calcaire de Blaye en définit le pendage (vers le sud-ouest).

17La morphologie est élémentaire dans la mesure où aucune phase tectonique, accompagnée de plissements et de fractures, n'a interféré avec la mise en place des couches sédimentaires. L'absence de lacunes et de discordances atteste du calme de l'histoire géologique ; le réseau hydrographique ne présente d'ailleurs pas d'encaissements notables et ne suit pas de directions privilégiées si ce n'est celle de la plus grande pente.

3) Une gamme de sols variés2

  • 2 Renseignements obtenus auprès de J. WILBERT de l'I.N.R.A.
  • 3 FERET. Ed. Statistiques Départementales de la Gironde, II, 1874, p. 155.

18Féret définit, en 1874, le sol de la commune d'Eyrans en ces termes : "le sol de la commune est accidenté et très varié ; vers l'ouest les terres sont fortes, sablo-argileuses et vers l'est et le nord ce sont des terres sablonneuses. Le sous-sol est généralement argileux ; pierreux à l'ouest et vers le Bourg"3. En effet, on note une gamme de sols variés, de nature et d'aspects différents.

19La répartition des divers sols se calque sur celle des couches géologiques. De fait trois variétés de sols dominent : les sols calcaires, les sols argileux et les sols sablonneux.

20Les sols calcaires sont les plus étendus ; ils se localisent sur le plateau. Ces sols portent le nom de "sols bruns calcaires". Ils résultent de l'affleurement d'un substratum calcaire à la faveur de labours intensifs sur près de 40 cm de profondeur. De couleur brun foncé, car bien drainés, ces sols très argileux au sommet du plateau (sols sur calcaire de Plassac) et argilo-limono-sableux à la base (sols sur calcaire de Blaye) sont des sols calcaires évolués proches de rendzines brunes — riches en carbonate et en matière organique. Des témoins du substratum calcaire sont visibles au sommet du plateau : de nombreux cailloux blancs parsèment les sols du fait d'une décomposition imparfaite. Bien aérés et bien égouttés, ils constituent des niveaux perméables ; l'eau s'infiltre rapidement mais peut être retenue partiellement par des éléments argileux présents dans le calcaire (cas du calcaire de Blaye). Ce sont alors d'excellents terroirs pour la vigne.

CROQUIS GÉOLOGIQUE DE LA COMMUNE

CROQUIS GÉOLOGIQUE DE LA COMMUNE

COUPE GEOLOGIQUE

COUPE GEOLOGIQUE

Sources : carte topographique I.G.N. au 1/25 000e et carte géologique. F. Montangon

21Les sols argileux sont peu étendus sur le territoire communal. Ils sont de deux types ici : au sommet du plateau les sols sur marnes à Ostrea Cucullaris (de l'Eocène Supérieur) sont des rendzines grises et dans la zone marécageuse, localisées le long de la Moulinade, des argiles lourdes de couleur grise (alluvions subactuelles du Quaternaire).

22Les sols sur Ostrea Cucullaris ont une texture argilo-marneuse, plus ou moins sableuse — donc imperméable. Leur couleur est brun grisâtre, localement bariolé de jaune terne. Selon le profil de ces sols un premier horizon humifère à structure grumeleuse (renfermant de nombreux cailloux calcaréo-marneux) repose, dès 40 cm de profondeur, sur un horizon marneux intact, enrichi de nombreuses coquilles d'Ostrea fossile.

23Les sols argileux de la zone marécageuse sont formés d'argiles lourdes très perméables. De couleur grise en surface, ces sols sont striés de veines rouilles plus en profondeur, au niveau du battement de la nappe d'eau (oxydation par l'oxygène de l'air). Ils reposent sur des argiles grises ferrugineuses inondées en permanence ; le fer y est solubilisé, à l'état réduit constamment.

24Les sols sablonneux constituent l'essentiel des sols des basses terres qui s'étendent au pied du plateau. Ces sols (de l'Eocène Supérieur) sont des sols bruns hydromorphes. Deux horizons les composent : un premier horizon est formé par des sables gris foncé en surface — ils sont bien égouttés en raison de leur grande perméabilité — et des sables de couleur jaunâtre, appauvris en matière humique, à 30 cm de profondeur. Cet horizon repose sur un deuxième horizon argileux formé d'argiles bariolées de couleur bleu et jaune enrichies en humus. C'est un horizon argileux à pseudogly car, imperméable et temporairement inondé par les eaux de pluie s'infiltrant dans l'horizon sableux, il a subi une hydromorphie de profondeur.

25On peut trouver, localement répartis sur le territoire communal, des sables de couleur noire plus riches en matières organiques et en carbonates qui sont d'excellents terroirs pour la culture potagère. Ces sables noirs diffèrent des terres sablonneuses pauvres en humus car ils se sont enrichis de la matière humique et des carbonates issus du plateau qui ont migré vers les basses terres grâce aux agents atmosphériques (les précipitations principalement).

Notes

1 Archives Départementales de la Gironde, 6 M 1338. Etat des renseignements du 25 juin 1827.

2 Renseignements obtenus auprès de J. WILBERT de l'I.N.R.A.

3 FERET. Ed. Statistiques Départementales de la Gironde, II, 1874, p. 155.

Table des illustrations

Légende Températures : station d'Etauliers valeurs moyennes sur 7 années (1983-1990) Précipitations : station de Donnezac valeurs moyennes sur 26 années (1964-1990)F. MontangonSource : Météorologie Nationale
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17537/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre CROQUIS MORPHOLOGIQUE D'EYRANS
Légende Source : carte I.G.N. au 1:25 000e ; no 1534 Ouest. F. Montangon
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17537/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre CROQUIS GÉOLOGIQUE DE LA COMMUNE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17537/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre COUPE GEOLOGIQUE
Légende Sources : carte topographique I.G.N. au 1/25 000e et carte géologique. F. Montangon
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17537/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search