Version classiqueVersion mobile

Eyrans en Blayais

 | 
Alain Contis
, 
Francine Montangon
, 
Muriel Dagens

Deuxième partie. Eyrans : évolution démographique et sociale d'une commune du Blayais viticole de 1828 à 1990

Introduction

Texte intégral

1Située dans la partie la plus méridionale du canton de Saint-Ciers-sur-Gironde, à 10 kilomètres au nord-est de Blaye et à 50 kilomètres au nord de Bordeaux, la commune d'Eyrans est une petite commune rurale qui s'étend sur une superficie de 428 hectares.

2Traversée et desservie par la route nationale n° 137 qui favorise son désenclavement, elle est un lieu de passage sur l'axe routier reliant la métropole de l'Aquitaine à Saintes. Cette caractérisque la différencie de ses six communes voisines qui sont celles d'Etauliers au nord et d'Anglade au nord-ouest, appartenant au canton de Saint-Ciers-sur-Gironde, et celles de Cartelègue à l'est, de Saint-Androny à l'ouest, de Fours et de Mazion au sud, appartenant au canton limitrophe de Blaye.

  • 1 HIGOUNET, (Ch.). Histoire de Bordeaux, Tome 2, p. 102.

3Mais, outre cette situation favorable par rapport à une voie de communication majeure, Eyrans doit aussi son originalité à la diversité de son paysage. En effet, la commune associe sur son territoire deux éléments topographiques contrastés et distincts : un plateau et un marais qui rappellent que l'on est ici aux frontières du pays bordelais et de la Saintonge ; le nom d'Eyrans viendrait d'ailleurs d'un terme celtique : "Icoroanda"1. Plateau et marais sont inégalement mis en valeur mais demeurent intégralement utilisés car bois et landes sont peu étendus : le plateau est entièrement viticole alors que le marais est le domaine des herbages et de la céréaliculture.

4Traditionnelle, cette mise en valeur du sol, basée sur une polyculture d'autosubsistance, s'est maintenue pendant deux siècles ; mais malgré une alternance d'épisodes de prospérité et de crise, la culture de la vigne est restée la culture dominante ; elle a assuré et assure encore aujourd'hui, l'essentiel des revenus des propriétaires exploitants. La vocation de la commune d'Eyrans est donc une vocation viticole ; celle-ci s'est affirmée après le décret du 11 septembre 1936 qui confère aux vins du pays l'appellation d'origine contrôlée "Premières Côtes de Blaye".

5Corrélativement, l'évolution de la population est marquée par un faible accroissement, voire une relative stabilité des effectifs au cours de ces deux siècles malgré des tendances démographiques variées. Mais cette population est surtout originale par sa répartition sur le territoire communal car c'est une population éparse, répartie dans quelques hameaux principaux dont plus particulièrement le hameau du Pontet, véritable village et centre vital de la commune qui, placé sur la route nationale concentre les commerces.

EYRANS : UNE COMMUNE DESSERVIE PAR UNE VOIE DE COMMUNICATION MAJEURE

EYRANS : UNE COMMUNE DESSERVIE PAR UNE VOIE DE COMMUNICATION MAJEURE

Notes

1 HIGOUNET, (Ch.). Histoire de Bordeaux, Tome 2, p. 102.

Table des illustrations

Titre EYRANS : UNE COMMUNE DESSERVIE PAR UNE VOIE DE COMMUNICATION MAJEURE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17534/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search