Version classiqueVersion mobile

Eyrans en Blayais

 | 
Alain Contis
, 
Francine Montangon
, 
Muriel Dagens

Première partie. Eyrans et ses environs au xviiie siècle

Annexes

Texte intégral

Annexe 1 : Lettre du curé de Saint-Genès de Blaye

1Saint-Genès de Segonzac, 28 may 1789

2Monsieur,

3Je suis sensible à l'honneur de votre lettre du 14 may que je n'ay reçu le 23 et qui m'ouvre un secours que votre souscription offre pour tous les pauvres, même pour ceux de ma paroisse, qui sont sans nombre. Je vous en remercie pour eux qui ne peuvent en profiter vu que notre communauté est sans force, sans crédit et sans volonté de s'engager, se remettant sur l'étendue de ma charité qui n'est pas aussi pleine que je le désirerais mais vous avez la connaissance de ce qu'est le rustique et surtout celui qui approche du marais et la fabrique n'a pas un sol de fixe. Elle ne subsiste que par le plat de la quête qui ne suffit pas même pour le luminaire de l'église et vous autres ni moi n'en devons pas être surpris vu la circonstance du temps et la cherté du pain.

4Je ferai de mon mieux, je m'exécuterai et laisserai exécuter par les autorités pour pouvoir soulager la classe la plus indigente, laissant le reste aux soins de la providence.

5Je suis, Messieurs, tout édifié de votre souscription, de laquelle ma paroisse ni aucune de la campagne ne pourra profiter et très sensible à vos offres dont je vous remercie.

Annexe 2 : Lettre du curé d'Eyrans

6Eyrans, 18 mai 1789

7Messieurs,

8J'ay communiqué à la communauté assemblée de la paroisse d'Ayrans, la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'adresser, pour lui offrir de vôtre part, les secours de la caisse patriotique que vous avez formé. Quelque grande que soit la misère dans ma paroisse, d'autant que l'année dernière la récolte du vin souffrit beaucoup d'une grêle que nous avons essuyé, la majeure de la paroisse étant possédée par des propriétaires qui résident à Bordeaux ou à Blaye, ceux qui sont fixés sur les lieux craignant de ne pas être exacts aux engagements qu'ils auraient contractés avec vous, n'ont pas jugé à propos d'accepter de vos offres généreuses.

9Tous mes paroissiens. Messieurs, n'en sont pas moins sensibles à vos bontés ; ils m'ont chargé de vous manifester toute l'étendue de leur plus juste gratitude et pour Monsieur le comte de Fumel et pour vous Messieurs, dont les noms doivent être à jamais infiniment chers à leur cœur, et pour toutes les personnes honnettes et véritablement amies de l'humanité qui ont ménagé aux campagnes, une ressource aussi précieuse qu'inespérée. Je laisse, Messieurs, à la sensibilité de vos âmes compatissantes d'interpréter l'attendrissement d'une foule de malheureux qui jusqu'à présent avaient pensé peut-être, qu'elle n'était pour les riches qu'un objet de mépris.

10Permettez, Messieurs, que j'ajoute au tribut de la reconnaissance de mes paroissiens, celui de la mienne et que je vous témoigne en mon particulier, combien je suis touché de cette générosité de vôtre part, que nous ne devons qu'aux vertus qui vous caractérisent ; si les voues les plus étendus des paroissiens et du pasteur pouvaient vous intéresser, j'ose vous assurer que vous ne seauriez en recevoir de plus sincères et de plus vrais.

11J'ay l'honneur d'être avec un profond respect

12Messieurs
Vôtre très humble et très
et très obéissant serviteur
FAURE, curé d'Ayrans
Ayrans, 18 may 1789

Annexe 3 : Lettre de Pierre Richou, syndic de la paroisse de Mazion, à Mgr Esmangart, intendant.

13A Monseigneur Esmangart, intendant,

14Supplient humblement, Pierre Richou, syndic de la paroisse de Mazion en Blayais et autres habitants de la paroisse, disant que les pluies ont été si continuelles dès les vendanges de l'année dernière 1770, qu'on n'a pu semer dans ladite paroisse la moitié des grains ordinaires et que partie de ce qu'on a pu semer est pery par l'inondation, que les bleds d'Espagne qui auraient été un objet de ressource et qui ont été ensemencé en bon temps, sont pour plus des deux tiers morts, dépéris sur pied sans pouvoir panouiller par les grandes sécheresses continuelles qui règnent depuis trois mois, que d'ailleurs les gelées de l'hiver dernier ont tellement endommagé les vignes qu'on n'a pu ramasser le quart des grains d'une année ordinaire et qu'il en sera de même des menus grains, bled d'Espagne, gesse, millet et mongette et qu'on n'aura que très peu de récolte en vins qui est notre principale ressource en sorte que l'année se présente la plus rude que les suppliants aient jamais essuyé et leur fait entrevoir qu'ils se trouveront hors d'état de payer au roi les fortes et exorbitantes impositions que cette paroisse est chargée.

15Ce qui oblige les suppliants de vous adresser leur présente requête, de diminuer et modérer l'imposition assise sur la dite paroisse au moins d'une pleine moitié et si vous fesiez quelque difficulté de l'accorder, sans avoir fait faire visite de ladite paroisse, au dit cas nommer incessamment tel commissaire qu'il vous plaira pour y faire la vérification de l'avance ci dessus et être sur son verbal statué ce qu'il appartiendra et les suppliants ne cesseront de faire des vœux au ciel pour la santé et prospérité de Votre Grandeur.

Annexe 4 : Déclaration du syndic d'Eyrans

16Eyrans, le 28 septembre 1748

17Nous, soussignés syndic et collecteurs de la paroisse d'Eyrans, attestons et certifions nous être transportés avec le sieur Duval, commissaire, à l'occasion des nouvelles plantations de vigne dans tous les cantons de la dite paroisse où pouvaient être les dites plantations depuis cinq années, et n'y avoir point trouvé aucune pièce de la valeur et contenance de soixante pas en quare, en foy de quoy avons signé le présent certificat dans la dite paroisse.

18Pointaillié, syndic.
Eymas, collecteur.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search