Version classiqueVersion mobile

Eyrans en Blayais

 | 
Alain Contis
, 
Francine Montangon
, 
Muriel Dagens

Première partie. Eyrans et ses environs au xviiie siècle

III - L'essor de la vigne

Texte intégral

  • 56 Ibid., C 1324.

1Le Blayais est une région de polyculture, comme nous l'avons déjà souligné. Pourtant, l'adjoint de Tourny en Vitrezais le qualifie, en 1760, de "pays de vignoble" au même titre que le Médoc. Quinze ans plus tard, l'intendant de Guyenne, faisant le point sur les récoltes, écrit : "Le succès inespéré de la récolte de froment console le peuple mais dans cette province les vignes sont l'objet capital,.."56 Qu'en est-il du poids réel du vignoble ?

A - la lutte contre l'extension

2Devant "la fureur de planter" qui se manifeste en Bordelais dans la première moitié du xviiie siècle, les intendants passent à l'offensive. Le Blayais n'échappe ni aux contrôles ni à la répression.

1) La volonté administrative de réprimer

  • 57 Ibid., C 1337.

3L'intendant de Bordeaux, Claude Boucher, est le premier à chercher à prendre des mesures concrètes pour faire face au développement des vignes. Dans un mémoire adressé au contrôleur général des Finances Dodun, en juin 1724, il insiste sur la cherté des grains accentuée par les accidents climatiques qui ont frappé le Périgord en 1722 et l'Agenais en 1723. A partir de ce constat, il dénonce une situation chronique, l'insuffisance de la production céréalière due, selon lui, à l'abandon de nombreuses terres autrefois propices à la culture des grains et prend l'exemple du Bergeracois. Il préconise une solution radicale, l'arrachage des vignes plantées depuis l'hiver 1709 dans de nombreuses régions de la généralité de Bordeaux, y compris "toutes les vignes du Blayais... parce que les vins qui s'y recueillent sont de très mauvaise qualité"57.

4Claude Boucher n'obtient que partiellement satisfaction par l'arrêt du Conseil d'Etat du 27 février 1725. Cet arrêt condamnait toute nouvelle plantation de vigne dans la généralité sans permission royale et frappait les contrevenants d'une amende de 3 000 livres. Il en profite pour prendre des ordonnances à ce sujet, en avril 1725 et juin 1727, mais se heurte à la résistance de grands propriétaires dont celle de Montesquieu, président au parlement de Bordeaux. L'intervention de ce dernier auprès du nouveau contrôleur général, Le Pelletier des Forts, se retourna pourtant contre lui. Le Conseil du Roi prend un nouvel arrêt le 5 juin 1731 qui étend l'interdiction de nouvelle plantation à l'ensemble du royaume. Il admet, cependant, quelques dérogations, accordées par l'intendant, pour des terres qui ne sont pas propres à d'autres cultures.

  • 58 Ibid., C 1340, 1 juillet 1745.
  • 59 Ibid., C 1340, 4 avril 1744.

5Louis-Urbain Aubert, marquis de Tourny, après avoir fait ses preuves comme intendant du Limousin de 1730 à 1743, est nommé en 1743 à la tête de la généralité de Bordeaux. Le premier juillet 1745, il dresse un bilan négatif de l'action de son prédécesseur : "Informé que contre les ordonnances de M. Boucher, des 12 décembre 1732 et 20 juin 1733 qui ordonnent la publication et l'exécution desdits arrêts, il continue de se faire dans notre généralité beaucoup de nouvelles plantations de vignes au grand préjudice du bien public"58. Tourny expose alors son programme. Il veut s'appuyer sur le fonctionnement des impositions, en particulier sur le rétablissement de l'impôt du Dixième. Lorsque tout contrôleur de cet impôt se transportera dans les paroisses de son arrondissement afin de vérifier le bien-fondé des déclarations faites par les contribuables, il devra parallèlement dresser des mémoires "aussi justes et certains qu'il lui sera possible sur les nouvelles plantations de vignes faites depuis vingt ans dans ces paroisses". Devront également être mentionnés le nom des lieux où se situent les terrains en contravention, la superficie des plantations, les noms des propriétaires et éventuellement ceux des fermiers ou métayers coupables d'infractions. Injonction est faite aux syndics et collecteurs en charge de lui fournir tous les renseignements nécessaires et en particulier d'indiquer si les nouvelles plantations ont bénéficié d'autorisations officielles. L'initiative de Tourny trouve son origine dans l'admonestation que lui adresse l'intendant des finances, d'Ormesson, en avril 1744. Ayant reçu une plainte sur l'extension des vignes dans la généralité de Bordeaux, ce dernier ordonne à son intendant de Guyenne l'application des mesures prévues par l'arrêt du 5 juin 173159.

2) La vérification dans le Blayais : la tournée du sieur Duval

  • 60 Ibid., C 1340, 14 juillet 1748.

6Nous n'avons trouvé aucun élément concernant l'application immédiate de ces mesures dans le Blayais. En revanche, les attestations des syndics de la Teste et de Gujan, en pays de Buch, datées de juillet 1745, révèlent que huit à dix journaux soit environ trois hectares de vignes ont été plantés récemment. L'année suivante, les habitants de ces paroisses, visiblement inquiets, adressent une supplique à l'intendant pour souligner le rôle de la vigne, ressource complémentaire indispensable pour la subsistance des familles et principale source d'emploi féminin, notamment pour les veuves de marins disparus. Le ton de cette supplique laisse supposer que la répression a déjà frappé certains contrevenants dans le Bordelais. En tout cas, Tourny ne se tient pas pour satisfait et délivre en juillet 1748, une commission au sieur Duval, pour la vérification des atteintes aux arrêts du Conseil de 1725 et de 1721, dans les paroisses du Médoc60.

7Après avoir effectué sa tournée dans le Médoc, le sieur Duval arrive dans le Blayais en septembre 1748. Il adresse le 25 de ce mois, une lettre à l'intendant, en provenance de Fours et lui signale que ses déplacements sont perturbés par la pluie qui n'a pas cessé de s'abattre depuis quatre ou cinq jours dans cette zone. Il poursuit néanmoins sa tâche et se rend le 28 à Eyrans. Il parcourt les vignes de cette paroisse en compagnie du syndic Pontaillier et du collecteur Eymas mais ne découvre aucune infraction comme le prouve l'attestation de ses interlocuteurs. Duval visite d'autres localités, notamment Générac et Mazion, mais se heurte souvent à de nombreuses difficultés (cf. tableau 11).

Tableau 11 - Plantations de vignes dans le Blayais sans permission

Paroisses

Date

Nbre de Contrevenants

Journaux en infraction

ANGLADE

27/09/1748

5

9

CAMPUGNAN

29/09/1748

1

2

CARTELEGUE

28/09/1748

8

35

GENERAC

30/09/1748

2

11

MAZION

06/10/1748

2

6

ST-ANDRONY

26/09/1748

2

14

ST-GENES

24/09/1748

4

9.5

ST-SEURIN

07/10/1748

3

4.5

SAUGON

01/10/1748

3

3

Source A.D.G. C 1340

3) Les résistances

  • 61 Ibid., C 1340, 7 juillet 1748.

8Les autorités locales et certains propriétaires font preuve d'une mauvaise volonté évidente à l'occasion des déplacements du contrôleur. Duval signale à l'intendant Tourny qu'un marchand de Blaye, le sieur Dufresne, avait pu lui cacher momentanément une partie des plantations de vigne en infraction dans la paroisse de Saint-Genès de Blaye, grâce à la complicité des autorités. Il avait pu découvrir la machination et modifier son rapport initial, ajoutant trois journaux aux deux et demi déjà mentionnés. Il est confronté, de la même façon, à la mauvaise foi des jurats de Blaye qui protègent leur syndic, Maurin. Celui-ci a planté beaucoup de vignes à Blaye mais les jurats affirment que cette extension a été faite depuis six ans : il échappe donc aux poursuites. Le sieur Duval est également réduit à transiger à propos de la métairie que possède ce même syndic à Saint-Androny. Il ne dresse procès-verbal que pour 12 des 16 journaux de vignes, les autres échappent à la contravention car "plantés depuis huit à neuf ans"61.

  • 62 Ibid., C 1340, 24 septembre 1748.

9Les jurats de Blaye vont plus loin encore, en adressant une lettre, au ton parfois désobligeant, à l'intendant Tourny, au sujet de cette tournée dans la subdélégation. Ils prennent, avec beaucoup d'habileté, la défense des propriétaires et vignerons des campagnes environnantes : "Les paroisses qui composent cette juridiction ne produisent en général que du vin pour principal revenu. Aussi, il n'est pas possible que le nombre de nouveaux complants soit considérable, parce que les fonds étant originairement des vignes, la quantité ne peut être beaucoup augmentée et, si quelques modiques parcelles ont été nouvellement complantées, on ne peut en attribuer le retardement qu'au peu de faculté des propriétaires qui ne leur ont pas permis de le faire plus tôt"62. Après avoir souligné la prétendue modeste superficie des terrains en infraction, ils attirent l'attention du marquis sur les difficiles conditions de vie des gens du Blayais : "le pays est extrêmement peuplé eu égard à son étendue et la plupart des habitants sont gens de journée". Seul, le travail de la vigne offre quelque possibilité d'emploi car il nécessite beaucoup de main-d'œuvre saisonnière ; de plus, la mauvaise qualité des terres ne permet d'obtenir qu'un très faible rendement céréalier, situation aggravée d'ailleurs par les conditions climatiques et notamment, la sécheresse. Les jurats en profitent, enfin, pour se livrer à une discrète critique du pouvoir royal : "habitants de ce lieu, chargés d'impôts, de corvées, de gens de guerre". La France est, en effet, engagée dans la guerre de Succession d'Autriche et les contrôleurs généraux des Finances, Orry et Machault d'Arnouville, ont du accentuer la pression fiscale. Le premier a, de plus, instauré la corvée royale en 1738, pour faciliter la construction des grandes routes ; l'entretien de la garnison de la citadelle de Blaye entraîne également un certain nombre de charrois et de réquisitions pour les gens des campagnes alentours.

10Outre la défense collective, certains propriétaires adoptent une autre tactique. Ils utilisent les exceptions prévues par l'arrêt du Conseil de 1731 en envoyant à l'intendance de Guyenne des demandes de dérogation.

4) Les dérogations

  • 63 Ibid., C 1341.

11Quelques lettres nous révèlent la démarche suivie. Les propriétaires adressent d'abord leur demande à l'intendance et insistent sur le bien-fondé du souhait de dérogation. Le capitaine d'infanterie Bellot indique que sa terre, d'une superficie de trois journaux soit 1,10 hectare est "fort peu propre à être semée y ayant beaucoup de pierres et de roché !"63. Pour sa part, un aubergiste de Blaye qui a acheté depuis plusieurs années une exploitation ou bourdieu dans la paroisse de Cars, signale qu'il voudrait complanter une pièce de terre de 7 journaux, donc de deux hectares et demi, le sol y étant pierreux et aride. L'aubergiste précise habilement qu'une partie de ce terrain a été autrefois planté en vigne et indique que dans le cas d'une réponse négative, il laisserait cette pièce en friche, "en chaume". Il termine sa lettre en faisant valoir l'attestation délivrée par le curé et le syndic de Cars.

  • 64 Ibid., C 1341, 18 février 1751.

12Une fois en possession de ces lettres, le bureau de l'intendance s'adresse au subdélégué de l'arrondissement concerné et lui demande de désigner des experts. Le subdélégué Dudezert s'exécute ainsi en janvier 1751 et nomme le notaire Tuffreau ainsi qu'un habitant de Saint-Genès pour vérifier la demande du capitaine Bellot. Les experts font leur rapport le 1er février et attestent que le sol est de terre glaise et contient en plusieurs endroits beaucoup de pierres "par là le bled ne pouvant y produire"64. L'arpenteur de la paroisse de Cars a délivré un "satisfecit" identique à l'aubergiste de Blaye en février 1749. L'intendance se doit donc d'accorder la dérogation aux plaignants. Le capitaine Bellot obtient ainsi son autorisation le 6 avril 1751. Soulignons le rôle très important joué par les notaires du Blayais dans ces rapports d'expertise. Les tabellions tendent à devenir, dans ce problème, des médiateurs incontournables entre l'administration provinciale et les sujets du roi, soucieux de bénéficier d'une exemption des arrêts de 1725 et 1731.

  • 65 Ibid., C 1340.

13Les diverses demandes de dérogation émanent surtout de notables, bourgeois de Blaye et notaires ruraux comme Joseph Méran, propriétaire d'une charge à Cartelègue, mais aussi de plusieurs marchands. Peu de paysans s'adressent individuellement à l'intendance pour obtenir la précieuse autorisation. Il en résulte des tensions sociales qui se traduisent par l'envoi de dénonciations anonymes dans les bureaux du marquis de Tourny. Un notaire blayais, procureur du roi dans cette petite cité, évoque ce procédé tout en le condamnant, puisqu'il s'en considère l'innocente victime, dans une supplique transmise à l'intendant. Il s'agit de Joseph Maurin qui a vu sa métairie de Saint-Androny contrôlée par le commissaire Duval, en septembre 1748 : "Par l'avis que le suppliant reçut du commissaire au moment de son arrivée à Blaye, il comprit que les personnes attentives à donner des mémoires anonymes n'avaient pas fait façon d'avancer que le suppliant avait depuis peu complanté une métairie dans la paroisse de Saint-Androny"65. Le procureur de Blaye nous laisse deviner dans cette même missive les raisons de l'hostilité manifestée à son encontre. Il possède un fief dans cette paroisse et a voulu acquérir la métairie afin de disposer de bâtiments pour y recevoir les droits seigneuriaux sous forme d'agrière. Les paysans de Cars n'hésitent pas à se regrouper de la même façon pour adresser à l'intendant une lettre de protestation visant un notable blayais qui vient de faire complanter plusieurs journaux de vigne dans une métairie qu'ils jugent surtout apte à la culture des céréales. Ainsi, la tournée du contrôleur Duval et les demandes de dérogation ont exacerbé certaines rivalités entre grands et petits propriétaires.

5) Le bilan de la lutte contre l'extension du vignoble

14Nous avons signalé précédemment que la visite du commissaire n'avait donné lieu à aucun procès-verbal dans la paroisse d'Eyrans. M. Duval a eu cependant l'occasion de relever diverses infractions dans les localités environnantes (cf. tableau 11). Les plantations récentes ne couvrent dans la plupart des cas qu'une faible superficie, surtout à Campugnan et Saugon, avec un hectare seulement. Les propriétaires des villages situés au sud d'Eyrans, Saint-Genès, Saint-Seurin de Cursac et Mazion, ont complanté moins de trois hectares en toute illégalité, tout comme ceux d'Anglade. La localité de Saint-Androny devrait figurer dans cette catégorie si l'on écartait la fraude commise par le procureur syndic de Blaye dans sa métairie (12 journaux sur les 14 constatés). En revanche, les infractions sont nettement plus importantes dans la paroisse de Cartelègue puisque 35 journaux de vigne, soit environ 13 hectares, y ont été plantés depuis moins de cinq ans. Les villages de Cars et de Saint-Paul se trouvent également dans ce cas.

15Une lecture minutieuse des procès-verbaux permet cependant de comprendre les raisons des propriétaires. Le commissaire signale que la plupart des terrains en infraction ont des sols médiocres, sablonneux et arides ou pierreux, même si certains étaient autrefois consacrés à la culture des céréales. Son rapport met surtout en cause les deux propriétaires fautifs de Saint-Androny et plus particulièrement le notaire Baudet, dont les deux journaux de vigne plantés depuis deux ans l'ont été sur une terre "grasse et excellente pour le blé". Pour sa part, le procureur syndic de Blaye, conscient de sa culpabilité, veut éviter une lourde sanction et souligne les améliorations apportées dans cette métairie : "Voilà, Monseigneur, la conséquence de l'entreprise du suppliant qui, loin d'avoir diminué la quantité de bled dans cette paroisse, l'a au contraire augmenté en faisant défricher à gros frais un terrain de six journeaux qui n'en avait jamais produit".

16Examinons de plus près la condition sociale des propriétaires en infraction. Le contrôleur a sanctionné peu de paysans : il dénonce deux laboureurs, l'un de Saugon et l'autre de Reignac qui a planté un journal de vigne dans la paroisse de Cartelègue. Il met surtout en cause plusieurs nobles, quelques bourgeois blayais qui ont investi dans les villages environnants mais aussi certains notables ruraux, tels les sieurs Baril et Ransac à Anglade. Nous pouvons rattacher à ce groupe, les titulaires de charges du monde judiciaire, huissiers et notaires. En revanche, les artisans semblent peu concernés par cette fureur de planter, à l'exception d'un tonnelier de Saint-Martin Lacaussade. Etienne Benoist, comme la veuve du boucher d'Etauliers, n'a complanté, en contravention des règlements, qu'un seul journal de vigne, soit cinq fois moins que le sieur Gadeau, écuyer de la paroisse de Générac. Pourtant, l'étendue des vignes en infraction ne peut être mise systématiquement en concordance avec le statut social des propriétaires : le garde-chasse d'Anglade a planté trois journaux depuis près de trois ans, sur un sol très fertile, tandis qu'un avocat bordelais est poursuivi après avoir fait planter une superficie deux fois moindre.

17Achevons cette analyse des procès-verbaux en remarquant la forte proportion, un peu plus de 50 %, des propriétaires forains sanctionnés. Le contrôleur signale, dans la paroisse d'Anglade, l'infraction aux ordonnances commise par un président du parlement de Bordeaux, M. Cazeaux. Les Blayais ont acheté de nombreux biens à Cartelègue, Saint-Genès et Saint-Seurin. La mainmise des propriétaires citadins, souvent dénoncée dans les correspondances des municipalités rurales au début de la Révolution, semble être une réalité dès le milieu du xviiie siècle. Ce document met surtout en évidence l'emprise de la bourgeoisie blayaise ; la présence de notables bordelais est ici plus discrète que dans le Médoc ou la région des Graves.

  • 66 Ibid., C 1340.
  • 67 PIJASSOU, (R.). Un grand vignoble de qualité : Le Médoc. Thèse d'Etat, Université de Bordeaux III.
  • 68 A.D. Gironde, Etude Roux, 16 janvier 1769.

18Le relevé du commissaire Duval ne mentionne pas les amendes éventuellement infligées aux contrevenants. Les sanctions n'ont toutefois pas entamé l'ardeur des propriétaires qui poursuivent cette politique d'extension du vignoble comme en témoigne la nouvelle commission délivrée par l'intendant Tourny au sieur Duval en novembre 1753. Le marquis reconnaît qu'il continue de se faire dans le Blayais de nouvelles plantations "au grand préjudice du bien public"66. Le commissaire est chargé d'obtenir le concours des syndics et collecteurs de paroisse, afin de lui servir d'indicateurs. L'intendant menace d'infliger une amende de 200 livres à tout collecteur qui refuserait de montrer au sieur Duval les plantations faites depuis moins de six ans. Pour leur part les propriétaires bénéficiaires de dérogations sont tenus de présenter les autorisations délivrées par les bureaux de l'intendance. Le contrôleur devra néanmoins vérifier sur le terrain le bien-fondé des rapports d'expertise qui ont permis l'attribution de ces dérogations. Nous ne connaissons pas les résultats de cette nouvelle tournée. Il est vraisemblable qu'ils révèlent, comme dans d'autres zones du Bordelais, un échec de la politique répressive. Le marquis de Tourny reconnaît d'ailleurs son échec en 1756, lorsqu'il avoue qu'à cette date, il y a plus de vignes qu'en 1 73 167. Plusieurs exemples concrets peuvent en témoigner. Ainsi, celui d'Antoine Bineau, bourgeois de Blaye, qui, en mars 1757, charge deux vignerons de Cartelègue de lui "complanter en vigne" deux pièces qui couvrent une superficie de plus de cinq journaux soit près de deux hectares, moyennant 60 livres par journal ainsi que la piquette nécessaire à leur ouvrage pendant les trois ans du bail. Il récidive douze ans plus tard en faisant planter un hectare supplémentaire, toujours dans la paroisse de Cartelègue68.

B - les vignobles du Blayais

1) La géographie de ce vignoble

  • 69 Ibid., C 1425.
  • 70 Ibid., C 3102.

19Les rapports adressés à l'intendance par le subdélégué du Vitrezais et son collègue de Blaye nous permettent d'esquisser cette géographie, à la fin du règne de Louis XV. Durant l'été 1760, M. David, tout en signalant la mauvaise récolte céréalière, insiste sur la place réduite accordée à la vigne dans sa circonscription. "Ce pays ici n'est point un pays de vigne. Ce sont d'ailleurs de très petits vins qui n'influent pas beaucoup sur les bonnes ou mauvaises récoltes et on se passe assez bien plutôt de vin que de pain"69. Il nous apporte quelques renseignements complémentaires dans son Etat des paroisses du Vitrezais en 1771. La viticulture n'y joue pas un grand rôle dans l'économie rurale. Le vin comme le froment sont de "minces objets" dans la localité de Donnezac et dans celle de Marcillac. Seule, une paroisse se singularise, celle de Saint-Palais : "il y a plus de vignes dans cette paroisse qu'en aucune autre de la subdélégation"70. Les agriculteurs du Vitrezais orientent incontestablement tous leurs efforts vers la production céréalière, gardant seulement quelques vignes pour une production de vin familiale.

  • 71 Ibid., Etude Roux, 12 avril 1778.
  • 72 Ibid., Etude Roux, 15 mai 1760.

20Il n'en est pas du tout de même dans la subdélégation de Blaye. Rappelons la remarque des jurats à propos de la primauté de la vigne dans leur région en 1748. Ces élus avaient tout intérêt à mettre en évidence cette suprématie pour s'opposer aux tentatives de répression organisées par l'administration provinciale. Le rapport transmis par le subdélégué Gontault nuance cette analyse : "Plus de la moitié des paroisses consacrent une part minoritaire de leur terroir à la vigne". La viticulture occupe une place secondaire dans la partie orientale de cette subdélégation, formant un triangle délimité par les villages de Cartelègue, Saugon et Saint-Vivien-de-Blaye. Si la vigne a pu conquérir un quart du territoire à Cartelègue, grâce à une politique récente de plantations en complète violation des ordonnances promulguées par les intendants Boucher et Tourny, elle paraît marginalisée à Générac et surtout à Saugon où elle occupe moins d'un dixième du terroir. Les laboureurs ont assuré ici le triomphe des cultures céréalières et notamment du seigle. La carte de Belleyme, établie dans le dernier tiers du xviiie siècle, confirme le rapport du subdélégué et met en évidence la part importante des landes à côté des terres labourables. Pourtant la vigne n'est pas absente des activités agricoles dans ces paroisses comme le révèlent de nombreux actes notariés. En avril 1778, une veuve d'Eyrans vend à un vigneron de Générac ses biens dans cette localité, dont deux vignes contenant respectivement dix et trois carreaux71. Certains vignerons disposent d'une production relativement importante, tel Jean Roquillas de Générac. Il fournit à diverses reprises des quantités importantes de vin à un cabaretier de Cartelègue au point que ce dernier reconnaît lui devoir en 1760, 120 livres à rembourser dans un délai de quatre ans72. Ainsi, même dans cette zone peu favorable, le développement de la vigne a permis la spécialisation de quelques paysans alors que la culture céréalière semble dominer dans la majeure partie du terroir.

  • 73 Ibid., 6 L 31, 28 novembre 1790.

21En revanche, la viticulture occupe une place prépondérante dans la zone occidentale du Blayais. Elle s'étend de Plassac, au sud, jusqu'au village d'Eyrans, au nord. Ce succès de la vigne est lié, ici, au relief et à la qualité des sols. Elle s'est implantée sur les escarpements calcaires le long de l'estuaire, par exemple à Fours. Elle craint, bien sûr, les fonds humides. Elle ne représente de fait qu'une part réduite du terroir à Anglade et Saint-Androny, avec respectivement un quart et un cinquième des sols. Pourtant, ici aussi, il existe une certaine forme de spécialisation puisque divers paysans en font leur profession, tels Antoine Gombeau, de Saint-Androny, ou Simon Hostain, vigneron d'Anglade qui cède à un marchand d'Eyrans, trois vignes d'une superficie totale de 12 ares. La volonté de l'homme n'y peut rien. C'est l'aptitude des sols à la vigne qui constitue le facteur essentiel de son essor, entraînant des situations opposées. Alors que les élus de Reignac se lamentent en 1790 et mettent en cause la nature de leur terroir qui ne consiste, selon eux, qu'en "sables arides et landes très mauvaises", leurs collègues de Saint-Martin-Lacaussade insistent, au contraire, sur la prospérité de leur village : "tout le territoire est en vigne et le journal s'y vend communément de 1 500 à 2 000 livres"73.

2) Le vignoble Eyranais

22Ce village se rattache au groupe des communautés qui consacrent la majorité de leurs efforts à la viticulture. Selon le subdélégué Gontault, les vignes représentent ici la moitié du terroir, le reste se trouvant partagé entre terres labourables consacrées aux céréales, d'une part, et aux pacages ou prairies, d'autre part. Contrairement à Etauliers, qui dispose d'une vaste forêt de 1 200 journaux dont le tiers est en chênes et en pins plantés peu avant la Révolution française, les bois, sous forme de taillis, ne représentent ici qu'une faible étendue.

23En l'absence d'autres précisions, il convient d'utiliser des sources complémentaires, pour mieux connaître la répartition des vignes dans la paroisse. Nous nous sommes appuyés sur la carte de Belleyme et les actes notariés de l'étude de Cartelègue. D'après les indications du géographe du xviiie siècle, la tendance viticole est surtout marquée dans la partie méridionale de cette localité, dans le prolongement des vignobles de Fours et de Mazion. Le sol calcaire de ce plateau s'avère, malgré la présence de nombreux cailloux, favorable à cette activité. En transcrivant les multiples mutations foncières, les notaires Meran et Roux complètent les mentions de vignobles figurant sur la carte. Ils révèlent ainsi la prédominance de la vigne à Fouillac et surtout dans les lieux appelés "La Prune" et "Le Grand et Le Petit terrier de Barbeau". Ils signalent aussi des parcelles proches du bourg, de la maison noble des Cadets, aux lieux dits "La Perotte, le Feignard, la Martine" qui conservent encore aujourd'hui ces appellations. La vigne est encore présente dans la partie médiane de la paroisse qui sépare la zone des vignobles méridionaux de celle des prairies située au nord. Cette bande de terres s'étend du Pontet jusqu'au nord du moulin à vent de Pontaillier. Le marchand Arnaud Gornet y acquiert en 1770, une jeune vigne de 18 carreaux au lieu dit "Au place". Le meunier, François Pontaillier, en détient également plusieurs pièces près de son moulin à vent. Elles sont partagées en 1761, après son décès, entre ses enfants. Les notaires ne nous ont pas fourni, hélas, de précisions suffisantes pour situer les parcelles d'autres lieux-dits tels "Le Mayne de baigne grolle" ou "Laguillon".

figure 4 : PLACE DE LA VIGNE DANS LES SURFACES AGRICOLES

figure 4 : PLACE DE LA VIGNE DANS LES SURFACES AGRICOLES

24Ce vignoble, concentré surtout au sud de la paroisse, est très morcelé. Les propriétaires détiennent beaucoup de parcelles minuscules, s'étendant sur quelques ares. Marguerite Bienvenu, femme d'un vigneron de Berson, cède une vigne de 15 carreaux au tailleur Arnaud Eymas. Pierre Pontaillier abandonne au marchand, René Marchant, plusieurs biens-fonds de sa part d'héritage dont une vigne de trois ares, sise "Au Moulin à vent".

25Il convient de souligner, ici, le rôle des partages après succession. Lorsqu'un propriétaire meurt "ab intestat", donc sans avoir laissé de testament, il en résulte un émiettement de l'exploitation et en particulier des vignes, chaque héritier revendiquant l'obtention d'une parcelle, parfois même la moitié d'un lopin. Pour éviter ces partages qui enlèvent beaucoup de valeur aux terrains, les enfants du disparu s'en remettent au système de la "licitation" ; le dernier enchérisseur garde la propriété des biens-fonds et se charge de dédommager pécuniairement ses frères et sœurs. Pierre Pontaillier, meunier de Reignac, après le décès de ses grands-parents, obtient par surenchère deux vignes à Eyrans, l'une près du moulin à vent, l'autre à Damet ainsi qu'un lopin de terre, pour 57 livres tournois. Il verse donc respectivement 19 livres à son oncle, meunier à Cartelègue et à son oncle par alliance, tisserand.

26Le morcellement du vignoble favorise la politique d'acquisition foncière entreprise par certains propriétaires plus fortunés. Les notables ruraux saisissent la moindre opportunité en se portant acquéreurs de parcelles contiguës à leurs pièces de vignes. Mais rares sont ceux qui parviennent à racheter des blocs compacts, comme le marchand Arnaud Gornet qui, après avoir acheté un journal, en 1742, près du bourg d'Eyrans, parvient quelques années plus tard, à réaliser l'acquisition de sept journaux, soit environ deux hectares et demi, dans la paroisse voisine de Fours.

3) La vigne : objet de soins et d'inquiétudes

27L'extension des vignes au xviiie siècle et la place accordée à la viticulture dans les terroirs du Blayais permettent de comprendre l'attention minutieuse dont font preuve les propriétaires aisés, à propos des façons culturales.

28Cet intérêt se manifeste dès la plantation. Le bail à complant passé en 1769 par un bourgeois de Blaye avec deux journaliers de Générac et de Saugon en constitue une bonne illustration. Ces derniers sont incités à donner sept "façons de marre" dès la première année, de mars à octobre. Ils devront renouveler ce travail à bras, tout en se contentant de six façons, l'année suivante et de cinq façons, l'année d'après. Ils sont chargés parallèlement d'une surveillance étroite de ces plantations, car, pendant les trois ans, ils devront "complanter les plants qui manqueront". Ce bail représente une dépense conséquente dans la mesure où le propriétaire s'engage à verser à ces deux travailleurs saisonniers, 60 livres par journal, au total 170 pour la superficie à complanter dans la paroisse de Cartelègue. Beaucoup de propriétaires, au lieu de procéder à un arrachage total des vignes ruinées et à leur remplacement, se contentent d'inciter leurs métayers à recourir à la technique du provignage. Le vigneron enfouit un cep et le recouvre : les sarments qui s'enracinent vont donner alors des souches nouvelles.

29Les vignerons doivent, en outre, effectuer diverses tâches tout au long de l'année. Les propriétaires de métairie donnent l'ordre de donner aux vignes "toutes les façons ordinaires" c'est-à-dire "les tailler, garnir, labourer et biner, le tout en bon temps et en bonne saison". Le premier travail qui incombe au métayer au sortir de l'hiver est de procéder à la taille des vignes et au charroi des sarments dont le propriétaire réclame le partage. Jean Grellier, qui a pris "à mi-fruits" la métairie dite "de Papineaux", dans la paroisse de Saint-Paul, est également chargé de garnir d'œuvres les vignes, de vérifier ainsi la qualité des échalas qui servent de tuteurs ; il peut se contenter de réappointer et d'enfoncer dans le sol ceux qui ont en partie souffert, mais il est obligé de remplacer les échalas cassés ou pourris. Il doit également effectuer le pliage. L'opération consiste à attacher les astes aux échalas en utilisant des brins d'osier que l'on connaît dans cette zone sous le nom de "visme". Le travail de la vigne implique, enfin, plusieurs labours. Les Rivière, qui résident dans la métairie de la demoiselle Belly, au village de Mornon, dans la paroisse d'Eyrans, commencent par déchausser, au mois de mars, les ceps, pour aérer ainsi les souches, avant de biner, c'est-à-dire de sarcler le sol pour enlever les mauvaises herbes, deux mois plus tard. Quelques propriétaires imposent même une troisième façon, le "rebinage" pour désherber à nouveau le sol.

  • 74 Ibid., Etude Roux, 21 avril 1780.
  • 75 Ibid., Etude Roux, 31 août 1789.

30Ces travaux sont exécutés selon un calendrier bien établi. Lorsque se produit un certain retard, les propriétaires manifestent leur impatience. Ainsi Jean Mornon, vigneron d'Eyrans, adresse un acte de sommation à sa belle-sœur, Marguerite Bertrand. Celle-ci a obtenu par testament la jouissance des biens de son feu mari, au vif mécontentement de son beau-frère, nommé "héritier universel". Ce dernier lui reproche, dans ces conditions, de ne pas s'occuper des terres "en bonne ménagère". Fin avril, les vignes restent encore à plier et sont dépourvues en grande partie d'échalas. Plus grave encore, à ses yeux, la veuve n'a même pas pris la peine de les faire labourer. Son beau-frère lui accorde une semaine de délai pour faire effectuer les travaux incriminés, faute de quoi il s'engage à la poursuivre en justice74. Pour sa part, l'ancien procureur de la juridiction de Saint-Androny s'en prend à son locataire, Jean Horeau. Ce vigneron, également sacristain d'Eyrans, avait promis "à prix fait" de cultiver trois pièces de vigne dans cette paroisse, en leur donnant les trois façons habituelles de labeur "c'est-à-dire, labourer, biner et rebiner pendant trois ans"75. Il a reçu, pour prix de son travail, 84 livres-tournois et quatre barriques de "piquette". Tout s'est déroulé normalement pendant les deux premières années. Mais, le 31 août 1789, le vigneron n'a pas encore rebiné. Furieux, Joseph Gornet, lui ordonne d'effectuer cette tâche dans la semaine en cours, au lieu-dit "La Roque" et lui impose parallèlement de quitter la maison "nette de tout bouder et immondices", pour n'avoir pas payé la dernière année de loyer.

  • 76 Ibid., 23 octobre 1765.

31Les baux de métairie livrent très peu de renseignements sur les vendanges mais insistent sur le partage de la récolte. Marguerite Belly précise à son futur métayer, Pierre Rivière, que le partage sera fait dans son propre cuvier. De même Gabriel de La Mothe fait transporter la vendange des métairies de Papineau et des Martines dans son château de Cazeaux, sur la paroisse Saint-Paul, les métayers ayant à fournir la moitié des barriques. Les propriétaires doivent veiller à la bonne étanchéité des barriques comme en témoigne la mésaventure survenue au curé de Cartelègue. Ce dernier a acheté pour sa vendange, six douzaines de barriques à un marchand de Fours, au prix de 30 écus soit 180 livres la douzaine. Le prêtre n'a connu aucune difficulté avec la douzaine de barriques remplies de vin blanc. En revanche, malgré l'aide d'un charpentier, il n'a pu résoudre le problème de la défectuosité des cinq autres, "qui ne cessent de couler de toutes parts... ce qui porte un tort très préjudiciable à l'exposant qui ne pourra se défaire de son vin par la mauvaise qualité des barriques"76. Le curé somme alors Guillaume Arnaud de se rendre dans son chai pour examiner l'objet du litige et "lui payer au cours le montant du vin logé dans les cinq douzaines de barriques".

  • 77 Ibid., C 2632, 4 avril 1750.
  • 78 Ibid., Etude Ollié, 11 juillet 1756.

32Grands propriétaires et vignerons redoutent les accidents climatiques, gelées et grêle surtout, qui peuvent anéantir la récolte. En 1771, les habitants de Mazion insistent sur la rigueur des gelées hivernales même si nous n'avons pas trouvé d'autre mention de ces hivers très rudes qui frappent les souches. Le subdélégué de Blaye, dans son mémoire de 1760, souligne essentiellement la fréquence des gelées de printemps qui ruinent souvent les bourgeons. L'intendant Tourny en avait décrit, une dizaine d'années auparavant, les ravages funestes : "la récolte des vins vient de recevoir un grand échec par les gelées qu'il y a eu les nuits des derniers jours de mars et qui ont été suivies le matin d'un soleil ardent ; l'on assure détruits par l'un ou par l'autre, plus des trois-quarts des bourgeons que le temps doux qu'il a fait pendant tout l'hiver avait excessivement avancés"77. Ces gelées printanières détruisent les espoirs de récolte mais ne mettent pas en danger les ceps. Autre fléau dévastateur, la grêle, qui inflige ses ravages, notamment pendant l'été. Le procès-verbal sollicité par les paroissiens d'Anglade le 1er juillet 1756 montre l'ampleur de tels dégâts : "... Les vignes sont très endommagées y ayant partie des verjus coupés et renversés par terre et ceux qui sont pendants aux branches sont très meurtris, de même que les bois des vignes aussi très endommagés et brisés en divers endroits, ce qui fait que les vignes ne peuvent rapporter de revenus pendant au moins trois ans...”78. Le subdélégué signale les dommages occasionnés par la violence de la grêle dans trois paroisses du Blayais, en 1781. Il faut enfin se remémorer la lettre adressée par le curé eyranais, M. Faure, en mai 1789 : le prieur rappelle les conséquences catastrophiques de la grêle de 1788 qui a pratiquement anéanti la récolte de vin dans sa localité (cf. annexe 2).

4) La vigne : objet de convoitise ?

33L'examen de 225 transactions foncières relevées dans l'étude de Cartelègue, entre 1740 et 1789, pose quelques problèmes méthodologiques. Les ventes concernent assez fréquemment, sans les distinguer, plusieurs types de biens-fonds : terres et vignes, ou bien bâtiments avec chambre, "appan" (appentis) ainsi que chai, sans oublier le lopin de jardin avec telle ou telle pièce de terre labourable en sus d'une parcelle de vigne ou de pré. Ces actes permettent néanmoins un certain nombre d'analyses dont celle du mouvement mensuel des mutations foncières (cf. figure 5). Ce mouvement est étroitement lié au calendrier des travaux agricoles. Le marché des biens-fonds commence à s'animer au mois de novembre c'est-à-dire après la période des vendanges et la récolte du maïs. Les ventes s'accélèrent pendant l'hiver pour culminer au mois de février. Cela correspond au mouvement saisonnier des contrats de mariage. Paysans et propriétaires profitent de la morte saison agricole pour régler leurs affaires devant le notaire. Les transactions se poursuivent pendant le printemps jusqu'à la fin mai, malgré les travaux de la vigne. En revanche, elles s'effondrent à partir du mois de juin et la dépression s'accentue pendant l'été : le mois d'août représente à peine plus d'un pour cent des ventes. Ce phénomène se prolonge jusqu'à la fin octobre. Cette décrue des achats et des ventes correspond bien à la grande période des travaux agricoles depuis la fenaison de juin jusqu'aux vendanges de septembre-octobre. Absorbés par l'importance de la moisson et des vendanges, petits et grands propriétaires attendent la fin de l'automne pour envisager un achat ou se résigner à la cession d'une terre ou d'une vigne. Notons les faibles répercussions des disettes sur le cycle des ventes. Nous avons certes quelques exemples de cessions liés à des problèmes de subsistance mais les vendeurs sont obligés de s'y résoudre dès l'hiver. Lorsqu'il faut accepter de vendre un bien avant la récolte, le propriétaire tente de sauver au moins la moitié des fruits. Ainsi Jean Cazaufrand, scieur de long eyranais, vend mais "à réméré", donc à faculté de rachat, un pré situé à la Moulinade, en juin 1767 tout en se réservant "la récolte pendante de foin".

34L'analyse globale de la valeur des mutations foncières révèle une certaine aisance, tout au moins apparente, des acquéreurs. Le montant des 225 transactions dont nous connaissons la valeur s'élève à 39 862 livres-tournois (cf. figure 6). La moyenne obtenue en faisant le rapport du produit des ventes par leur nombre est de 179 livres ce qui correspond à une année de salaire de journalier, dans la seconde moitié du xviiie siècle. Ce chiffre masque pourtant de grandes disparités. Rien de comparable entre l'acquisition de six ares d'une terre en chaume dans la paroisse d'Anglade pour un montant de 6 livres et l'achat d'une portion de métairie à Saint-Androny pour 2 600 livres, si ce n'est l'identité de leur acquéreur, le marchand d'Eyrans, René Marchant. Les ventes correspondant à une valeur égale ou supérieure à 500 livres ne représentent que 7 % du volume des actes. Elles constituent pourtant 50 % de la valeur globale des mutations. Peu de propriétaires disposent de suffisamment d'argent pour acheter des biens de grande valeur. La mobilité des métairies est ainsi très faible. En revanche, l'émiettement des biens-fonds par successions et partages, évoqué plus haut, facilite les transactions puisque les sommes engagées ne représentent souvent que quelques journées voire quelques semaines de travail. Les achats d'un montant inférieur à 100 livres correspondent à 61 % des actes. La micro-propriété est un placement d'un coût limité puisque le montant de ces 138 ventes s'élève à 6 373 livres soit à peine le septième de la valeur globale des 225 biens-fonds.

35Si l'on examine plus précisément la place de la vigne, il est évident que les propriétaires d'Eyrans et des villages limitrophes accordent une réelle importance à ce type de transactions. Les terrains viticoles représentent ici près de 40 % du marché foncier, dans la seconde moitié du xviiie siècle. Cependant, les 65 actes notariés relatifs aux ventes de parcelles de vigne portent sur une somme de 7 012 livres soit à peine 17 % de la valeur globale de l'ensemble des transactions étudiées (cf. figure 7). Il est vrai que ces 65 transactions concernent une superficie totale de 1 081 ares, soit environ dix hectares. Le rapport des surfaces concernées et du volume des mutations donne une superficie moyenne de 17 ares. C'est dire l'importance de la micro-propriété ! Les possédants eyranais achètent surtout des petites parcelles, souvent inférieures à 10 ares, en assurant un paiement comptant (cf. figure 8). Seuls deux d'entre eux parviennent à acquérir des pièces dépassant le demi-hectare, mais dans les paroisses voisines d'Anglade et de Lours.

36Pourtant le prix de la vigne ne cesse de progresser dans la seconde moitié du xviiie siècle. Prenons les exemples de Pierre Cazaufrand et des frères Mornon : le premier achète en 1745, 8 carreaux de vigne dans le village de Fouillac pour 24 livres donc 3 livres le carreau ; les deux frères Mornon deviennent propriétaires d'un jeune plantier de 22 carreaux, à Eyrans, pour un montant de 66 livres, donc encore 3 livres le carreau, en 1746.Un quart de siècle plus tard, le prix moyen n'a guère varié. Arnaud Gornet dépense 60 livres en 1770 pour une jeune vigne de 18 carreaux près du moulin de Pontaillier. En revanche, la veuve de François Lorteau achète en avril 1789, 20 carreaux de vigne à Eyrans pour 160 livres. Un journalier eyranais doit, pour devenir propriétaire de deux vignes à Cartelègue, les négocier à 11 livres le carreau à la même époque. Cette flambée des prix se retrouve dans les transactions relatives aux terres labourables. Après un demi-siècle de stabilité du prix du carreau, la crise économique qui secoue la région à la veille de la Révolution entraîne une brusque flambée.

Notes

56 Ibid., C 1324.

57 Ibid., C 1337.

58 Ibid., C 1340, 1 juillet 1745.

59 Ibid., C 1340, 4 avril 1744.

60 Ibid., C 1340, 14 juillet 1748.

61 Ibid., C 1340, 7 juillet 1748.

62 Ibid., C 1340, 24 septembre 1748.

63 Ibid., C 1341.

64 Ibid., C 1341, 18 février 1751.

65 Ibid., C 1340.

66 Ibid., C 1340.

67 PIJASSOU, (R.). Un grand vignoble de qualité : Le Médoc. Thèse d'Etat, Université de Bordeaux III.

68 A.D. Gironde, Etude Roux, 16 janvier 1769.

69 Ibid., C 1425.

70 Ibid., C 3102.

71 Ibid., Etude Roux, 12 avril 1778.

72 Ibid., Etude Roux, 15 mai 1760.

73 Ibid., 6 L 31, 28 novembre 1790.

74 Ibid., Etude Roux, 21 avril 1780.

75 Ibid., Etude Roux, 31 août 1789.

76 Ibid., 23 octobre 1765.

77 Ibid., C 2632, 4 avril 1750.

78 Ibid., Etude Ollié, 11 juillet 1756.

Table des illustrations

Titre figure 4 : PLACE DE LA VIGNE DANS LES SURFACES AGRICOLES
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17522/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search