Version classiqueVersion mobile

Eyrans en Blayais

 | 
Alain Contis
, 
Francine Montangon
, 
Muriel Dagens

Première partie. Eyrans et ses environs au xviiie siècle

II - Les activités agricoles

Texte intégral

  • 29 Ibid., C 1425.

1Les paroisses rurales du Blayais ne se consacrent pas toutes à une monoculture de la vigne, en particulier dans la partie septentrionale de cette région. Le subdélégué, Yves David, établit à ce sujet une distinction entre sa subdélégation du Vitrezais et celle administrée par son collègue de Blaye : "D'ailleurs, le Blayais et le Médoc qui sont des pays de vignoble tirent beaucoup des seigles du Vitrezay dans le temps des vendanges"29. Ainsi, selon ce témoignage, le Blayais serait délimité en deux zones sur le plan agricole. Les laboureurs de la partie septentrionale, donc du Vitrezais, se consacreraient avant tout à la production de céréales tandis que les paysans des environs de Blaye s'orienteraient plutôt vers la viticulture.

  • 30 Ibid., C 1316, lettre du 24 décembre 1760.

2Nous disposons aussi d'un mémoire réalisé la même année, en décembre, par le subdélégué de Blaye, M. Gontault. Mais ce dernier cherche surtout à préciser la proportion des terroirs consacrés à la vigne, se bornant à mentionner les autres masses culturales, terres labourables, prairies, bois et taillis, sans dresser un tableau précis de la répartition des sols30. Ce texte révèle pourtant la part relativement modeste occupée par la vigne dans la majeure partie des villages du Blayais, à l'exception de quelques localités dont Eyrans.

A - le souci des grains

1) La prépondérance du seigle et du maïs

  • 31 Ibid., C 1425, 15 juin 1760.
  • 32 BRUNET, (R.). Les campagnes toulousaines. Toulouse : 1965. p. 132.
  • 33 A.D. Gironde, C 1425.

3Après avoir fait sa tournée habituelle dans onze paroisses du Vitrezais dont il fournit la liste, le subdélégué David adresse à l'Intendance de Guyenne, une prévision des récoltes en juin 1760. Il souligne l'importance de la céréaliculture, précisant à propos des vins : "Cette denrée ne fait un objet considérable dans cette subdélégation, n'y ayant pas une grosse quantité de vignes. Les vins qu'elles produisent étant très petits se consomment dans l'endroit"31. Il précise également dans son rapport, la place occupée par les diverses céréales. Ici, le blé est loin d'être "roi" comme dans la région toulousaine32, puisque les laboureurs développent la culture du froment dans seulement deux paroisses du Vitrezais : d'abord, sur les "terres fortes" de la localité d'Anglade, ensuite dans les marais de cette paroisse ainsi que dans ceux de Braud. Ils connaissent alors le risque de voir leurs terres inondées, catastrophe qui se produit durant l'hiver 176033. M. David signale toutefois, dans un autre tableau relatif à la perte des récoltes de l'année 1771, que deux autres villages du Blayais consacrent une bonne partie de leurs terres à cette céréale : Saint-Palais, chef-lieu de sa subdélégation, et Marcillac où "la majeure partie du fonds est en doussaint ; il s'y recueille quelques froments qui ont assez bien réussi la présente année".

  • 34 Ibid., 6 L30.
  • 35 Ibid., Etude Roux, 16 mars 1781.

4Il nous est plus difficile de connaître le rôle du froment dans les productions céréalières de la subdélégation de Blaye. M. Gontault se contente de mentionner, en 1760, que Générac a peu de terres à froment sans évoquer le cas des autre paroisses. Nous avons cependant trouvé un document de la période révolutionnaire relatif à la commune d'Eyrans mais cet "Etat des grains détenus par les chefs de famille", en date du 30 mai 179334, ne nous permet pas de déterminer si les "cartières" de froment indiquées, proviennent de la récolte antérieure ou d'achats effectués sur les marchés environnants. Cependant, quelques actes notariés confirment sa culture effective. Marguerite Chaumet, femme d'un marchand du Pontet, Pierre Desjean, possède la moitié d'un "bourdieu" à Saint-Seurin de Cursac, dont une partie est ensemencée en froment35. De même, Pierre Rivière, journalier d'Eyrans, offre dans la composition de la dot de sa fille Marguerite, six mesures de grains froment dont deux mesures livrables à la "mestive" prochaine, c'est-à-dire après la moisson. Malgré tout, comme en Vitrezais, le froment n'occupe qu'une faible partie des surfaces consacrées aux céréales.

5Le seigle fournit en revanche la majeure partie des récoltes du Vitrezais et du Blayais. Il constitue la base de l'alimentation des laboureurs. Lorsque le procureur de la juridiction de Saint-Androny et d'Anglade, Joseph Gornet vend une terre d'un hectare et demi dans la localité de Cartelègue, il prend la précaution de se réserver la récolte pendante de seigle. Cette céréale est rarement associée au froment. Le subdélégué du Vitrezais précise qu'on sème fort peu de "mesture de froment et de seigle" puisque c'est un objet "qui n'influe en rien dans les récoltes du pays". Cette culture n'est cependant pas ignorée puisqu'un laboureur de Campugnan en promet à sa fille une "cartière" après la récolte. Mais l"'état des grains des chefs de famille" d'Eyrans de 1793, laisse supposer que les paysans préfèrent mélanger les grains pour la farine plutôt que pour la semence.

  • 36 Ibid., C 1441.
  • 37 Ibid., C 1441.

6Dans la seconde moitié du dix-huitième siècle, le maïs ou "bled d'Espagne" prend, comme dans beaucoup d'autres zones de la Guyenne, une place de premier plan. Le succès rencontré par cette plante auprès des laboureurs du Vitrezais fait qu'elle assure désormais au moins le tiers de la récolte des grains dans cette subdélégation. Son essor s'explique sans doute par sa forte productivité, qui contraste avec la faiblesse des rendements de seigle. Les paysans ne se contentent pas d'utiliser le maïs pour engraisser les cochons : "il est d'un grand secours pour le peuple qui le mesle avec le seigle et en font des mestures pour leur nourriture"36. On comprend, dans ces conditions, l'intérêt porté par les autorités à cette plante. Le subdélégué David se loue ainsi des pluies de la première dizaine d'août 1760 qui vont permettre à la récolte des "bleds d'Espagne" de compenser en partie le déficit de la récolte de seigle. Pourtant, certains grands propriétaires manifestent leur aversion à l'égard de cette céréale et n'hésitent pas à imposer des mesures restrictives. Quand Gabriel de Lamothe passe en 1762 un bail à mi-fruits avec André Robert, laboureur de Saint-Androny, pour la métairie des Martines, qui s'étend sur les paroisses de Campugnan et de Cartelègue, il précise ses volontés : "les preneurs ne pourront ensemencer en bled d'Espagne que deux journaux"37.

  • 38 Ibid., Le commandant possède notamment une métairie à Générac, deux à Saint-Paul et une à Campugnan

7Le subdélégué du Vitrezais ne donne aucun renseignement sur les autres productions céréalières. Il est vrai que, selon les remarques de l'intendant Tourny, à propos de la récolte de 1750, "l'avoine et l'orge sont des grains qui ne forment pas un objet de quelque importance dans la généralité de Bordeaux". Les paysans connaissent pourtant l'orge, surtout l'orge de printemps appelée "baillard" ou baillarge, puisqu'elle figure dans la liste des grains détenus par les foyers eyranais. M. David fait également allusion à l'avoine, tout en soulignant la faible part qui lui est accordée par les agriculteurs. Comme les paroisses qui disposent d'un nombre important de chevaux sont celles qui possèdent de grandes étendues d'herbages et de prairies, les paysans ne cherchent guère à développer cette culture. Pourtant, lorsque surgissent des accidents climatiques, certains sont malgré tout tentés d'y recourir. Ainsi, après les pluies continuelles de l'hiver 1760, les laboureurs de Braud, désireux de compenser la perte du froment qui a été ennoyé dans le marais, sèment de l'avoine et la récolte s'avère satisfaisante. Nous ne disposons que de peu d'indices pour le Blayais. Toutefois, une demande du commandant de Blaye, relative à l'achat de 100 cartières d'avoine dans la généralité de la Rochelle, confirme la réalité de cette culture. M. de Lamothe envoie cette demande non seulement pour nourrir ses chevaux mais également pour ensemencer des terres de ses cinq métairies38.

  • 39 Ibid., 6 L 31.

8Les renseignements découverts dans les archives de l'Intendance concernent essentiellement le Vitrezais. Toutefois, un tableau établi sous la Révolution française, durant l'automne 1793, à la demande des autorités du district de Bourg, nous indique l'état du recensement des grains dans les diverses communes du Blayais (cf. tableau 6). Si l'on accorde quelque crédit à ces chiffres, plus de la moitié des réserves des habitants d'Eyrans serait constituée par des grains ou de la farine de froment. Voilà qui va à l'encontre des indications du subdélégué ! Un détail de ce document nous a paru intéressant. L'administration du district mentionne à propos des communes de Reignac et de Saint-Androny que les chiffres transmis par ces deux municipalités concernent le total de la récolte de 1793. Il convient dans ces conditions, de s'attarder sur les indications livrées par les autorités de Saint-Androny qui est une commune limitrophe de celle d'Eyrans. Or, la quantité de farines ou de grains de froment représente ici le quadruple des "cartières" de seigle. Si l'on excepte l'absence totale d'avoine dans cette commune, céréale qui figure seulement dans les greniers de Reignac et d'Eyrans, les renseignements transmis par les officiers municipaux de Saint-Androny nous incitent à accréditer les chiffres du recensement des grains d'Eyrans. Ces deux localités voisines se caractérisent par une nette prépondérance du froment, seigle et maïs occupant une place restreinte. Pour en avoir confirmation, nous avons étendu nos investigations aux autres localités du canton d'Etauliers. Dans les villages de Cartelègue et de Reignac, c'est au contraire la prépondérance du seigle. Les autorités locales nous en fournissent les raisons en soulignant la pauvreté de leurs sols. Le maire de Cartelègue insiste sur l'aridité des terres de son village "soit en partie par la pierre et le restant sablonneux" ; son collègue de Reignac décrit lui-aussi à la fin de l'année 1790, la triste situation de sa commune : "Le sol de la commune de Reignac ne consiste qu'en sables arides et dans les landes très mauvaises ; la sécheresse la plus modérée lui est très préjudiciable et met les récoltes ou les fruits de la terre sans presque moissonner"39. Les déclarations de grains adressées par le maire d'Etauliers en 1793 semblent confirmer ces remarques puisque dans cette localité les "cartières" de seigle représentent le double de celles de froment. Déjà, en 1760, le subdélégué de Blaye, M. Gontault insistait sur la médiocrité des sols comme pour les localités de Générac, de Campugnan et Saugon.

Tableau 6 - Etat des déclarations de grains dans les communes du district de Bourg

Tableau 6 - Etat des déclarations de grains dans les communes du district de Bourg

N.B. L'ensemble des valeurs concernant les productions agricoles sont données en quartières.
Pour les municipalités marquées d'une croix (
) c'est le total de la récolte 1793. Pour celles qui ne sont pas marquées c'est leur déclaration des grains existant, lors de la visite.

9Ainsi, contrairement à ce que laisserait supposer une lecture rapide de la correspondance des subdélégués, le Blayais ne se caractériserait pas par une prépondérance uniforme du seigle ; certains villages, dont Eyrans, bénéficiant de sols plus favorables, ont pu développer la culture du froment. D'autre part, malgré les remarques faites par les autorités administratives à propos d'une forte extension des terroirs consacrés à la vigne, sous le règne de Louis XV, il ne semble pas que la viticulture ait provoqué une importante régression de la culture des "bleds".

2) Jardins et "chènevières"

10Désireux de disposer de ressources suffisantes, les laboureurs ne se limitent pas à la céréaliculture. Ils mettent en valeur des jardins et se livrent à la culture de divers légumes, essentiellement des fèves, gesses et haricots ou mongettes. L'état des grains des foyers d'Eyrans fait apparaître à côté des "cartières" de froment ou de seigle, des réserves en fèves et haricots. La gesse, sorte de grosse lentille, semble connaître une forte régression. En revanche, les actes notariés mettent en évidence l'essor des haricots dans l'alimentation. Le procès-verbal relatif à la grêle qui a ravagé la paroisse d'Anglade le 1er juillet 1756, nous apprend que les paysans cultivent, à côté des diverses céréales, des mongettes. Nous avons également découvert une mention "d'ail", à propos d'une vente de jardin à Saint-Androny. Cette plante connaissait aussi un certain succès dans des communes charentaises.

  • 40 Ibid., Etude Roux, 13 janvier 1788.
  • 41 Ibid., C 1327, 23 juillet 1779.

11La culture des plantes textiles, lin et chanvre, fournit habituellement, dans l'économie rurale d'Ancien Régime, un revenu d'appoint. Or, dans le Vitrezais, le chanvre n'occupe qu'une place très modeste, selon le subdélégué. Les archives notariales nous livrent cependant les noms de quelques tisserands, tels Jean Léger à Eyrans ou Jean Renon à Anglade. En fait, beaucoup de paysans du Blayais ont près de leur domicile un petit terrain appelé "chenevier". Ces chènevières n'occupent pas de grandes surfaces. Ainsi, Marie Dain, une veuve d'Eyrans, vend une petite chènevière située à Cartelègue, d'une superficie de huit carreaux soit environ quatre ares40. Cette production vise donc, surtout, à assurer les besoins familiaux en linge ordinaire. Le subdélégué David justifie la faiblesse de cette culture en soulignant l'aridité du sol dans la majeure partie de son département. Pourtant, le chanvre pousse de préférence sur des terrains humides et le Vitrezais comprend de grandes étendues de marais. L'autre argument avancé semble davantage fondé : "chaque particulier s'en procure avec son argent en Saintonge où le chanvre réussit très bien et qui est la ressource du pays"41. Les paysans du Blayais ne cherchent nullement à développer la culture d'une plante qui subirait la concurrence de la province voisine.

12Il conviendrait d'achever cette étude de la polyculture en examinant l'étendue et l'importance du vignoble. Cependant la prépondérance de la vigne dans plusieurs paroisses du Blayais mérite que l'on y accorde une place particulière.

3) Le niveau des récoltes

  • 42 Ibid., C 3102, 28 août 1771.

13L'analyse des productions révèle la part majeure accordée aux grains dans l'économie rurale du XVIIIe siècle et par là même le principal handicap auquel doivent faire face les paysans : les grandes fluctuations du niveau des récoltes. Les déséquilibres climatiques, fortes gelées, pluviosité prolongée, longue sécheresse, peuvent facilement entraîner la perte du tiers ou de la moitié d'une récolte ordinaire dite "année commune". Faute de délibérations consulaires, la correspondance des subdélégués et des intendants nous fournit à ce sujet quelques renseignements. Les documents dont nous disposons insistent peu sur les années favorables. En 1775, par exemple, le subdélégué de Blaye se contente de mentionner que la récolte de seigle et de froment correspond à celle d'une année commune. En revanche, les qualificatifs ne manquent pas pour souligner l'ampleur des accidents climatiques. Il s'agit alors, non seulement d'émouvoir le pouvoir royal par l'intermédiaire de ses intendants ou du contrôleur général, mais surtout d'obtenir une forte remise des impositions pour l'année en cours ou du moins pour la suivante. La supplique adressée par Pierre Richou, syndic de la paroisse de Mazion, au nom de ses habitants, à l'intendant de Guyenne, M. Esmangart, en constitue un très bon exemple (Annexe 3). Les paysans du Blayais sont parfois prompts à l'exagération. Ainsi les habitants de Donnezac qui se lamentent à la fin du mois d'août 1771. La récolte de seigle aurait, selon eux, à peine donné les semences. Les inondations de l'hiver ont fait pourrir la majeure partie des grains semés puis les gelées du mois d'avril ont fait périr les épis qui étaient sortis. En outre, l'été chaud et sec les prive de la perspective de disposer d'une bonne récolte de maïs. Cette paroisse ne possédant guère de vignes, ils se considèrent comme dénués de toute ressource et réclament en conséquence un allégement fiscal. Le subdélégué tempère cependant ce tableau dramatique. 11 reconnaît certes, l'ampleur des pertes de céréales, l'estimant aux deux tiers d'une année commune mais précise dans sa lettre, jointe à la supplique des gens de Donnezac, que l'exposé de leur requête n'est pas totalement sincère42. En outre, un tableau des pertes de récoltes céréalières dans la subdélégation du Vitrezais, pour cette année 1771, souligne la disparité des paroisses. La localité d'Etauliers, voisine rappelons-le de celle d'Eyrans, a si peu souffert que M. David ne juge pas nécessaire de lui accorder la moindre réduction d'imposition (cf. tableau 7).

  • 43 Ibid., C 1425, 29 juillet 1760.
  • 44 Ibid., C 1425, 10 mai 1789.

14Les subdélégués, soumis à l'autorité de l'intendant, savent malgré tout défendre les intérêts de leurs administrés. En juillet 1760, celui du Vitrezais tempère l'optimisme excessif dont il avait fait preuve dans sa description d'apparence des récoltes du 15 juin, écrivant que les grains de seigle se trouvaient bons et "grenés" et que la récolte serait au moins assez bonne de même que celle de froment qui promettait abondance. Il justifie ce décalage un mois et demi plus tard : certes, les mauvaises herbes n'ont pu croître au milieu des épis mais la sécheresse continuelle du printemps explique le peu de grains contenu dans les épis43. Le subdélégué de Blaye indique en septembre 1780 que, depuis l'envoi du tableau des apparences de récolte, trois paroisses de son secteur ont subi des dégâts considérables, provoqués par la grêle. La situation la plus noire est bien sûr celle de 1789. Outre les remarques faites par plusieurs curés du Blayais, dont celui d'Eyrans, que nous avons eu l'occasion d'évoquer dans l'étude consacrée à l'évolution démographique, la lettre du subdélégué David en constitue un complément très explicite : "...les besoins de grains et de pains sont instants. Tout ce pays ici en est démuni. Il ne paraît point de grains dans les marchés ; on n'en trouve même point à Blaye qui est la ressource ordinaire de ce pays"44. La situation ne cesse de s'aggraver pendant la période révolutionnaire, surtout sous la Convention. Le maire d'Eyrans se montre très pessimiste, au cours de l'été 1794 : en raison de la modicité des récoltes et de la quantité nécessaire pour l'ensemencement des terres, ses administrés sont pratiquement démunis "n'ayant au plus que pour vingt jours de subsistance". Cette situation catastrophique nous permet de comprendre le fort recul démographique qui affecte plusieurs villages du Blayais durant la décennie 1789-1799.

Tableau 7 - Etat des paroisses de la subdélégation du Vitrezais qui ont souffert en 1771

NOM DES PAROISSES

DIMINUTION DES RÉCOLTES EN 1771

BRAUD : a souffert plus qu'aucune autre de la subdélégation

Deux tiers de perte des récoltes ordinaires

DONNEZAC : pays de landes, en assez mauvais fonds

Deux tiers de perte des récoltes ordinaires

ETAULIERS : paroisse fort petite

Très peu de diminution des récoltes

MARCILLAC : majeure partie du fonds en doussaint, froments assez bien réussi ; 1/3 de moins de seigle et bled d'Espagne

Un quart de perte des récoltes ordinaires

REIGNAC/seigle et bled d'Espagne sont les principaux objets des récoltes

Moitié de perte des récoltes ordinaires

SAINT-AUBIN : a souffert comme celle de Marcillac, à peu près de même nature de fonds

Un tiers de perte des récoltes ordinaires

SAINT-PALLAIS : majeure partie en terres doussaints et partie sable

Moitié de perte des récoltes ordinaires

B - l'élevage

1) La comteau ou "vacains du communal de blaye"

  • 45 Ibid., Etude Roux, 26 novembre 1775.

15Si les paysans du Blayais consacrent l'essentiel de leurs efforts à la culture des gains et à la viticulture, ils ne se désintéressent pas de l'élevage qui leur procure des ressources complémentaires. Les actes notariés révèlent la présence de prés et de prairies naturelles mais les mutations foncières de ce type sont rares et ne concernent que de faibles superficies. Même l'un des plus grands propriétaires fonciers d'Eyrans, Arnaud Gornet, se contente d'acheter, au milieu du xviiie siècle de simples lopins, l'un de seize ares et l'autre de cinq ares et demi seulement. D'autres recherchent les fonds humides parfois plantés de saules ou "aubarèdes", comme ce marchand d'Eyrans, René Marchand, acquéreur d'une parcelle à Anglade, en 177545. Les paysans peuvent également conduire les bêtes sur les landes et sols incultes ainsi que sur les terres en jachère.

  • 46 Ibid., C 954, 7 septembre 1763.
  • 47 Ibid., C 3674.

16Pourtant vingt-cinq paroisses du Blayais tiennent à défendre un privilège très appréciable. Elles jouissent, en effet, d'une vaste étendue de landes couvrant à l'origine sept mille journaux soit environ 2 562 hectares, en vertu d'un contrat consenti en 1647 par les commissaires du roi à Pierre Lansquois, prête-nom du duc de Saint-Simon. A ce titre, les habitants de ces paroisses bénéficient du droit de faire pâturer leurs bestiaux mais aussi de ramasser du bois mort pour leur chauffage. Cependant, la question du partage de cette "Comteau" se pose sous le règne de Louis XV. Consulté, le subdélégué de Blaye envoie plusieurs rapports. Il dresse d'abord une liste des paroisses, indiquant que six d'entre elles seulement tirent un grand profit de ce communal. Il s'agit de Campugnan, Cartelègue, Etauliers, Générac, Saugon et Saint-Christoly, "étant les plus à portée de faire pâturer leurs bestiaux dans la'Comteau'". Il distingue ensuite cinq autres paroisses : Saint-Girons, Saint-Vivien, Saint-Paul, Berson et Eyrans, "qui vont y prendre quelquefois des bruyères pour servir de litières à leurs bestiaux"46. Les autres sont, d'après le subdélégué, trop éloignées pour y mener et y garder leur troupeaux. Mais, il connaît bien ses administrés. Devant la perspective de vives protestations et résistances, il suggère au pouvoir royal de faire prendre un arrêt par le Conseil du Roi, pour en imposer le partage (cf. tableau 8). Fort de cet arrêt du 3 mars 1764, l'intendant de Bordeaux, Boutin, envoie une ordonnance au subdélégué Gontault afin d'obtenir une convocation des diverses communautés. Dans ces conditions, le syndic d'Eyrans, le meunier Pierre Pontailler, réunit le 8 septembre 1765, à l'issue des vêpres, devant la porte de l'église, une assemblée des chefs de famille du village. Mais ses compatriotes, après avoir mûrement réfléchi, refusent net tout partage des "communs de Blaye", préférant conserver le pacage en commun comme auparavant47. Cette attitude est également celle des habitants d'Anglade, Etauliers, Saugon, Saint-Androny, et Saint-Genès. Les Plassacais, pour leur part, n'ont même pas voulu délibérer. Ainsi, le projet du subdélégué qui voulait attribuer soixante carreaux à chaque chef de famille et garder seulement une modeste superficie en commun, avait totalement échoué. Certes, en raison des usurpations, il ne restait plus que 5 000 journaux environ, mais les paysans avaient obligé les autorités administratives à laisser le dossier en l'état.

Tableau 8 - Projet de partage du communal du Comté de Blaye (sur 25 paroisses à proportion de la quantité de ses habitants)

PAROISSES

Nb de taillables

Nb de privilégiés

Nb de carreaux par paroisse

Nb de journaux et de carreaux par paroisses

BLAYE

720

24

44 640

620

ANGLADE

408

2

24 600

341.48

BERSON

487

3

29 400

408.24

CAMPUGNAN

244

2

14 760

205

CARS

327

1

19 680

273.24

CARTELEGUE

264

1

15 900

220.60

ETAULIERS

131

2

7 980

1 10.60

EYRANS

151

1

9 120

126.48

FOURS

115

1

6 960

96.48

GENERAL

193

2

1 1 700

162.38

MAZION

165

2

10 020

139.12

PLASSAC

213

4

13 020

180.60

STANDRONY

296

1

17 820

247.36

ST CHRISTOLY

383

3

23 160

321.48

ST GENES

231

3

14 040

195

ST GIRON

234

2

14 160

196.48

ST MARTIN

273

2

16 500

229.12

ST PAUL

265

2

16 020

222.36

ST SEURIN

105

1

6 360

88.24

ST VIVIEN

154

3

9 420

130.60

SAUGON

85

1

5 160

71.48

STE LUCE

157

1

9 480

131.48

ST LOUIS

57

1

3 480

48.24

ST SIMON

39

I

2 400

33.24

Source A.D.G. C 954

  • 48 Ibid., 1591 D 1, 12 pluviose an 13.
  • 49 Ibid., 6 L 30.

17Néanmoins, les mentalités vont peu à peu évoluer. Certes, sous l'Empire, le conseil municipal d'Etauliers reste fidèle à sa position : "Le conseil persiste, comme il l'a de tous les temps fait, que dans l'intérêt général les choses doivent rester dans l'état actuel"48. Il justifie cette attitude conservatrice en estimant que, si la lande était désormais mise en culture, les dessèchements nécessaires provoqueraient alors, par la baisse des eaux, l'isolement des marais voisins. La municipalité d'Eyrans, loin de suivre ce raisonnement, avait au contraire changé d'avis dès le début de la Révolution. C'est ce qui ressort de l'une de ses délibérations de 1790 : "Il y a un terrain considérable situé dans le Blayais, appelé la Comteau, qui est inutile et commun à toutes les paroisses du pays blayais si on le mettait en culture, il produirait beaucoup de grains et serait d'une grande ressource pour tout le pays"49. Cette prise de position s'explique par la conjoncture économique, alors très défavorable ; de plus, cette localité ne manque pas de terrains disponibles pour les bestiaux. Selon le cadastre de 1828, 133 hectares sont en terres labourables, 180 sont voués à la vigne et les propriétaires possèdent 66 hectares en prairies, ce qui représente environ un sixième du terroir.

18Ainsi, les paysans et propriétaires du Blayais ont des conditions favorables pour disposer d'un cheptel important sur le plan numérique.

2) Le cheptel

19Les rapports des subdélégués et des autorités locales ne nous ont laissé que peu d'indications sur la composition du cheptel, si l'on excepte l'état des bestiaux de six paroisses transmis par M. Gontault. Cependant, le village d'Eyrans ne figure pas dans cette liste.

  • 50 Ibid., Etude Roux, 17 février 1762.
  • 51 Ibid., C 505.
  • 52 Ibid., Etude Roux, 24 mars 1778.

20Les bovins constituent un élément indispensable de l'exploitation du "bourdieu". Chaque métairie dispose au moins d'une paire de boeufs utilisée pour les labours mais aussi pour les charrois. Le commandant de Blaye, M. de Lamothe, mentionne, dans sa missive adressée à l'intendant, que ses cinq métairies ont chacune deux paires de boeufs, ce qui est assurément le symbole d'une grande aisance. Des catégories plus modestes de la société paysanne peuvent avoir aussi leur propre vache. Prenons le cas de ce journalier d'Eyrans, Jean Michaud : veuf, sur le point de se remarier, il fait l'inventaire de ses biens meubles et indique qu'il a une vache âgée de huit ans, évaluée 36 livres50. Selon le subdélégué du Vitrezais, "il n'y a point de lait ni de beurres parce qu'il n'ya que très peu de vache à lait"51. Le tableau relatif aux six paroisses du Blayais, dont Etauliers, permet de nuancer ce jugement (cf. tableau 9). Certes, les vaches de labour y figurent au nombre de 228, soit plus que le total des boeufs, mais il faut noter la présence de 338 "vaches de croist" destinées à la production de lait et de jeunes veaux. Les paysans d'Eyrans élèvent aussi quelques vaches laitières comme en témoigne le contrat de mariage de Jean Mornon, vigneron de ce village, en 1778. Son oncle lui constitue trois terres et vignes mais également divers meubles et deux "vaches laitières auvergnates"52.

Tableau 9 - Etat des bestiaux des paroisses qui sont à portée de faire pâturer dans les Landes de la Comteau de Blaye

Tableau 9 - Etat des bestiaux des paroisses qui sont à portée de faire pâturer dans les Landes de la Comteau de Blaye

Source A.D.G. C 954

21Contrairement au cheptel bovin, nous avons la chance de pouvoir utiliser les chiffres d'un "Dénombrement de toutes les espèces de chevaux" établi par le subdélégué de Blaye en 1754. Ce tableau révèle que les chevaux sont en petit nombre à Eyrans, seulement six hongres et sept juments, ce qui contraste avec les villages voisins. L'élevage équin est en effet beaucoup plus développé dans les localités d'Anglade, de Saint-Androny mais aussi de Campugnan et de Cartelègue (cf. tableau 10). L'abondance des bas-fonds humides peut expliquer l'importance de cet élevage à Anglade tandis que les laboureurs de Campugnan et de Cartelègue comme ceux de Générac ou d'Etauliers bénéficient de la proximité de la Comteau. Soulignons le cas de la paroisse d'Etauliers qui, bien que très petite, renferme néanmoins un grand nombre de mules et quatre fois plus de juments que sa voisine Eyrans. Ici, l'intensité des échanges avec la Saintonge, province limitrophe, permet sans doute aux voituriers de se procurer à bon compte les animaux indispensables au charroi ; le "grand chemin" passe, en effet, au milieu de son bourg.

  • 53 Ibid., C 1360, 21 septembre 1782.

22L'élevage ovin conserve au XVIIIe siècle une grande importance, tout au moins dans la partie septentrionale du Blayais. Une lettre du subdélégué du Vitrezais l'atteste : "...Au sujet des bestes à laine qu'on élève dans l'étendue de mon département, il y en a un grand nombre et il y a peu de particuliers qui n'en aient un troupeau grand ou petit, qu'on fait à deux fins principales, l'une pour faire des engrais dont les terres arides ont un grand besoin pour en tirer quelque production et la seconde, pour se vêtir de serge qu'ils font faire de la laine"53. M. David donne peu de précisions sur la qualité de ces troupeaux, soulignant cependant la très nette prédominance des brebis et la médiocre qualité, " l'espèce en est petite ". Ses efforts personnels ainsi que ceux de grands propriétaires pour introduire d'autres races, ont abouti à un échec. En outre, la production d'agneaux n'est pas tournée vers l'exportation dans d'autres provinces puisque "les moutons qui naissent se consomment dans le pays". L'état des bestiaux des six paroisses de la Comteau, en septembre 1763, confirme le grand nombre des ovins en Blayais, en particulier à Saint-Christoly (cf. tableau 9).

Tableau 10 - Dénombrement de toutes les espèces de chevaux dans le département de Blaye

Tableau 10 - Dénombrement de toutes les espèces de chevaux dans le département de Blaye

Source A.D.G. C 1269

  • 54 Ibid., 6 L 34.

23Le nombre des porcs semble en revanche beaucoup plus modeste, si l'on se réfère au recensement dressé par les autorités locales d'Eyrans, en l'an II54. Le chiffre de 23 cochons paraît très faible d'autant qu'à l'exception d'un propriétaire qui déclare détenir deux bêtes, tous les autres n'ont apparemment qu'un seul animal. Ces indications sont très suspectes. N'oublions pas que ce recensement est établi pendant la Terreur, au moment où l'on multiplie les réquisitions ! Les cultivateurs d'Eyrans ont, sans doute, voulu prendre quelque précaution afin d'échapper à toute confiscation. Ce tableau prouve néanmoins que le porc tient sa place dans la consommation familiale. La forte production de maïs dans le Vitrezais laisserait supposer une importance plus grande de cet élevage mais l'hypothèse est provisoirement impossible à vérifier, faute de données chiffrées.

  • 55 Ibid., Etude Ollié, 1 avril 1756.

24Enfin, l'aviculture représente un revenu intéressant à moindre frais. Chaque bail à mi-fruits stipule la livraison par le métayer, au profit du propriétaire, de plusieurs paires de poulets à la Saint-Jean-Baptiste, de chapons à Noël, de poules ou gélines au moment de Carnaval, sans oublier des douzaines d'œufs. Jacques Reynard, bourgeois d'Anglade, impose à son métayer de lui "fournir une cinquantaine d'œufs à Pâques ainsi que quatre paires de poulets à la Saint-Jean Baptiste et deux chapons à Noël et à lui céder la moitié de tous les canards que le preneur fera venir"55. Faute de tableaux chiffrés, les diverses mentions relevées dans les archives notariales attestent que la plupart des paysans possèdent une basse-cour dont les produits servent à la consommation familiale, au même titre que l'élevage du cochon.

25L'élevage connaît cependant de grandes fluctuations liées aux aléas climatiques et aux multiples épizooties qui frappent la Guyenne au xviiie siècle.

Notes

29 Ibid., C 1425.

30 Ibid., C 1316, lettre du 24 décembre 1760.

31 Ibid., C 1425, 15 juin 1760.

32 BRUNET, (R.). Les campagnes toulousaines. Toulouse : 1965. p. 132.

33 A.D. Gironde, C 1425.

34 Ibid., 6 L30.

35 Ibid., Etude Roux, 16 mars 1781.

36 Ibid., C 1441.

37 Ibid., C 1441.

38 Ibid., Le commandant possède notamment une métairie à Générac, deux à Saint-Paul et une à Campugnan.

39 Ibid., 6 L 31.

40 Ibid., Etude Roux, 13 janvier 1788.

41 Ibid., C 1327, 23 juillet 1779.

42 Ibid., C 3102, 28 août 1771.

43 Ibid., C 1425, 29 juillet 1760.

44 Ibid., C 1425, 10 mai 1789.

45 Ibid., Etude Roux, 26 novembre 1775.

46 Ibid., C 954, 7 septembre 1763.

47 Ibid., C 3674.

48 Ibid., 1591 D 1, 12 pluviose an 13.

49 Ibid., 6 L 30.

50 Ibid., Etude Roux, 17 février 1762.

51 Ibid., C 505.

52 Ibid., Etude Roux, 24 mars 1778.

53 Ibid., C 1360, 21 septembre 1782.

54 Ibid., 6 L 34.

55 Ibid., Etude Ollié, 1 avril 1756.

Table des illustrations

Titre Tableau 6 - Etat des déclarations de grains dans les communes du district de Bourg
Légende N.B. L'ensemble des valeurs concernant les productions agricoles sont données en quartières.Pour les municipalités marquées d'une croix () c'est le total de la récolte 1793. Pour celles qui ne sont pas marquées c'est leur déclaration des grains existant, lors de la visite.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17519/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 9 - Etat des bestiaux des paroisses qui sont à portée de faire pâturer dans les Landes de la Comteau de Blaye
Légende Source A.D.G. C 954
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17519/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 10 - Dénombrement de toutes les espèces de chevaux dans le département de Blaye
Légende Source A.D.G. C 1269
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17519/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 202k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search