Version classiqueVersion mobile

Eyrans en Blayais

 | 
Alain Contis
, 
Francine Montangon
, 
Muriel Dagens

Première partie. Eyrans et ses environs au xviiie siècle

I - L'évolution de la population d'Eyrans au xviiie siècle

Texte intégral

A - les dénombrements

1) Au XVIIIe siècle

  • 3 ROUDIÉ, (Ph.). "La commune d'Eyrans aux xixe et xxe siècles", Cahiers du Vitrezais, no 59, 1987, p. (...)
  • 4 BOUCHARD, (G.). Le village immobile. Sennely en Sologne au xviiie siècle. Paris : 1972.
  • 5 POUSSOU, (J.-P.). Bordeaux et le Sud-Ouest au xviiie siècle. Paris : 1972.

1Dans un article des Cahiers du Vitrezais, Philippe Roudié souligne une particularité de la commune d'Eyrans durant la période contemporaine : "Pendant la quasi-totalité du XIXe siècle, la population n'évolue guère"3. Eyrans présente-t-elle les caractéristiques du "village immobile" de Sologne, Sennely4, ou connaît-elle le net gain de population qui caractérise le quart sud-ouest de la France5 dans la seconde moitié du xviiie siècle ?

  • 6 HUETZ DE LEMPS, (Chr.). "Le Bazadais en 1715", Cahiers du Bazadais, no 16. 1969, p. 15-22.

2Nous disposons de quelques chiffres fournis par des dénombrements et des enquêtes mais la comparaison n'est pas aisée car certaines données sont exprimées en "feux" donc en foyers, tandis que d'autres nous fournissent le nombre d'individus. Le tableau réalisé au début du siècle, sur les instructions de l'intendant Lamoignon de Courson, constitue notre point de départ (cf. tableau 1). Christian Huetz de Lemps a montré l'intérêt de ce tableau de la généralité de Bordeaux, dressé vraisemblablement à la fin du règne de Louis XIV6. La paroisse d'Eyrans compte alors 126 feux et paraît beaucoup plus peuplée que les paroisses limitrophes méridionales, Fours, Saint-Seurin de Cursac et Mazion avec respectivement 74, 76 et 93 feux. Elle domine aussi les 92 feux d'Etauliers. Pourtant, Eyrans n'est pas le village le plus peuplé de cette zone du Blayais. Il regroupe beaucoup moins d'habitants que les communautés environnantes d'Anglade, Cartelègue, Reignac ou Saint-Androny. Faute de renseignements complémentaires sur la composition des foyers, nous avons choisi pour hypothèse haute un coefficient multiplicateur moyen de 4,5 par feu, ce qui donnerait 567 individus ; en prenant pour hypothèse basse un coefficient de 4 personnes par foyer, Eyrans dépasserait à peine le demi-millier d'habitants vers 1715.

Tableau 1 - Dénombrement des paroisses rurales du Blayais

Paroisses

Feux
Dénombrement pour la taille vers 1715

Feux
Rôles de capitation vers 1730

ANGLADE

391

BERSON

312

CAMPUGNAN

118

CARS

232

CARTELEGUE

189

ETAULIERS

92

EYRANS

126

FOURS

74

GENERAC

121

MAZION

93

86

PLASSAC

163

REIGNAC

260

256

SAINT-ANDRONY

280

SAINT-GENES de BLAYE

216

SAINT-MARTIN Lacaussade

176

SAINT-PAUL de BLAYE

176

SAINT-SEURIN de Cursac

76

SAINT-VIVIEN

130

SAINT-CHRISTOLY

289

SAUGON

40

Source A.D.G. C4101

3Il est malheureusement difficile de savoir si ce village connaît ensuite un accroissement important, phénomène de récupération démographique après les crises qui ont marqué la fin du règne de Louis XIV et en particulier le "Grand Hiver de 1709" ou bien si comme pour d'autres paroisses rurales du Sud-Ouest, il se caractérise par une stagnation. Nous ne disposons pas de renseignements démographiques avant 1760 et 1770, année durant laquelle furent lancées des enquêtes par le contrôleur général des finances, l'abbé Terray.

4Cependant, des indications fragmentaires sont fournies par un échange de correspondance entre l'intendant de Guyenne, Esmangart, et ses subdélégués en 1775. Dans ce tableau relatif à la capitation de certaines paroisses du Vitrezais, figure le chiffre global des "cotes ou feux en général" de Reignac, vers 1728, soit 256 feux. Le subdélégué indique une distinction entre les feux allumants ou foyers d'habitants, au nombre de 264, et les cotes de capitation qui s'élèvent à 299. Ainsi en comparant les chiffres du début du siècle, 260 feux, et ceux de 1728, Reignac aurait connu un certain immobilisme démographique.

  • 7 A.D. Gironde, C 2680, lettre du 15 avril 1765.

5Nous n'avons rien pu trouver, hélas, pour les paroisses rurales du Blayais. Le notaire Ollié en donne l'explication dans sa lettre adressée au subdélégué de Blaye, Gontault : "J'ai parcouru plusieurs paroisses pour avoir des rôles de capitation approchant de l'année 1728. Il est impossible d'en trouver de ce temps là. Les habitants des campagnes ne sont point dans l'usage de les réserver un aussi grand laps de temps ; après quelques années de leur recepte finie, ils ne se font point de scrupule de les déchirer quand ils ont besoin de papier. Celui de Mazion que j'ai rencontré est de 1730"7. Le rôle de capitation de cette dernière localité comprend 86 cotes en 1730 contre 93 vers 1715. Ainsi, tant pour Mazion que pour Reignac, le nombre de foyers fiscaux aurait connu une légère diminution entre le début du siècle et 1730, signe tangible d'une crise démographique à la fin du règne du Roi Soleil.

6Les dernières années du règne de Louis XV nous offrent, en revanche, des données plus nombreuses sinon plus précises. Nous avons découvert un registre de capitation des paroisses de l'élection de Bordeaux, établi pour l'année 1760. Ce document contient, outre les cotes de capitation, le nombre de foyers que recèle chaque paroisse. Le tableau des localités de la juridiction de Blaye (cf. tableau 2) révèle des évolutions contradictoires. Si la majeure partie des villages connaît un réel accroissement dans la première moitié du siècle, huit paroisses paraissent néanmoins avoir perdu une partie de leurs habitants. La baisse de population s'avère spectaculaire dans la zone du petit marais de Blaye, à Saint-Androny et Anglade, avec une chute respective de 30 et 20 %. Le recul est beaucoup plus modeste à Etauliers où il ne représente que 6 % de l'effectif. La baisse démographique de ces villages peut s'expliquer par l'ampleur de la crise qui a ravagé la Guyenne au milieu du siècle, avec une disette particulièrement grave en 1748. Mais les autres localités blayaises ont connu les mêmes désastres climatiques et ont bénéficié à ce titre de réductions d'impôts : c'est le cas d'Eyrans qui obtient un allègement de 155 livres en 1748. La situation ne s'améliore guère en 1750, car une très forte gelée printanière compromet la récolte viticole, principal objet de ressource de cette région. Des conditions naturelles défavorables, relatives à la pauvreté du sol, permettraient peut-être de mieux comprendre les pertes démographiques qui affectent Anglade et Saint-Androny car, rappelons-le, la plupart des paroisses ont connu une croissance entre le début du siècle et 1760. Le développement est surtout spectaculaire à Berson et Cars qui progressent de 18 et 27 % durant cette période. Remarquons aussi l'évolution de Mazion qui, après un déclin entre 1715 et 1730, aurait connu ensuite une période de récupération démographique. L'extension des vignes, que dénonçait l'intendant Tourny en 1745 et 1753, est-il un facteur d'explication ? Cars est, en effet, une riche bourgade viticole mais Saint-Martin-la-Caussade qui connaît la même prospérité économique perd une petite partie de ses habitants durant ce même demi-siècle. Ainsi, ni les calamités climatiques, ni l'extension du vignoble ne permettent d'expliquer l'évolution contradictoire des villages du Blayais. Quant à Eyrans, la bourgade doit se contenter d'une progression modérée de dix nouveaux foyers entre 1700 et 1760. L'accroissement, sans doute plus fort dans la première moitié du siècle, y a été vraisemblablement freiné par les crises de subsistance des années 1750.

Tableau 2 - Dénombrement des paroisses rurales du Blayais

Paroisses

Nombre de feux 1760

Nombre de Feux 1770

ANGLADE

310

320

BERSON

370

379

CAMPUGNAN

160

101

CARS

295

243

CARTELEGUE

195

174

ETAULIERS

80

80

EYRANS

136

105

FOURS

85

62

GENERAC

138

*

MAZION

96

*

PLASSAC

214

212

STANDRONY

195

210

ST CHRISTOLY

260

350

ST GENES

148

190

ST GIRONS

180

230

ST MARTIN

168

211

ST PAUL

182

170

ST SEURIN

86

*

ST VIVIEN

110

130

SAUGON

44

*

Source : A.D.G. - C1274. *GENERAC et SAUGON : 249 feux ; MAZION et ST SEURIN : 175 feux.

  • 8 Cf. FRECHE, (G.). Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières (vers 1670-1789). Pari (...)

7Les enquêtes imposées par l'abbé Terray nous livrent, outre le relevé des naissances, mariages et décès, le nombre de feux pour les paroisses des subdélégations du Vitrezais et du Blayais. Il ne s'agit point de feux fiscaux mais désormais de "feux allumants", donc de véritables foyers d'habitation. Le dénombrement établi en 1770 ou 1771, selon les communautés, montre encore une évolution contrastée dans cette région. Par rapport au tableau de Lamoignon de Courson, Eyrans aurait connu un indéniable recul démographique, perdant un cinquième de ses foyers, 17,5 %. La baisse serait nettement plus importante si l'on se réfère au registre de capitation de 1760 puisqu'elle atteindrait 22 % en une dizaine d'années ! D'autres localités connaitraient la même évolution : Etauliers, Cartelègue et Fours. En revanche, les deux paroisses qui selon le registre de 1760 s'étaient dépeuplées, Anglade et Saint-Androny, enregistreraient une légère amélioration. Cette décennie est, pourtant, beaucoup moins affectée que la précédente par les aléas climatiques. Le subdélégué du Vitrezais attire certes l'attention de l'intendant sur la mauvaise récolte de 1760, mais le Blayais n'est pas frappé par une grande disette, comme en 1748. La comparaison entre les chiffres de 1760 et ceux de 1770 est, sans aucun doute, très aléatoire puisqu'elle utilise des "feux" fiscaux dans le premier cas et des "feux allumants" dans le second8.

2) L'époque révolutionnaire

  • 9 A.D. Gironde G 560, Tome IV.

8Nous disposons également de chiffres pour la période révolutionnaire (cf. tableau 3) mais il est difficile de les mettre en relation avec ceux du règne de Louis XIV car les administrateurs municipaux n'indiquent pas le nombre de foyers mais précisent le nombre d'habitants. Un autre document, l'enquête épiscopale de 1772, ordonnée par l'archevêque de Bordeaux, Mériadec de Rohan, montre son intérêt : il s'agit d'un formulaire de dix-huit questions adressées aux curés dont l'une concerne le chiffre des paroissiens et des communiants. Le curé d'Eyrans, Pouzols, indique que sa paroisse comprend 300 communiants et à peu près autant d'enfants, donc près de 600 individus. Pierre Pelletan, curé d'Etauliers depuis moins de deux ans, mentionne pour sa localité 265 communiants et 175 enfants soit 440 personnes9.

  • 10 Ibid. 6L 31.
  • 11 Ibid. 6 L 31.

9Les chiffres donnés par les maires à l'automne 1790, semblent révéler une légère croissance démographique : Eyrans franchit désormais la barre des 600 habitants et Etauliers, devenu chef-lieu de canton, en compte alors 47010. Pourtant au début de la Convention, les autorités transmettent des chiffres qui soulignent un recul indéniable de plusieurs communes du canton d'Etauliers réorganisé sur le plan administratif. Anglade aurait perdu un quart de ses habitants et le village d'Eyrans, 13 %11 En fait, les chiffres de l'époque révolutionnaire sont souvent sujets à caution.

10Au début de la Révolution, dans le cadre de la réforme administrative, chaque localité a tendance à gonfler ses effectifs ; Reignac et Etauliers ont même pu devenir chefs-lieux de canton. En revanche, 1793 marque le début des levées massives d'hommes pour les armées révolutionnaires ; les municipalités prennent alors les devants pour protéger leurs jeunes gens et font apparaître un recul de population pour réduire le poids de la levée en masse. Quoiqu'il en soit, ce recul de la population peut être réel en raison des épidémies qui, survenant après la crise de 1788-1789, ont frappé cette région en 1790 et 1791. Si l'on prend l'exemple d'Eyrans, les mauvaises récoltes consécutives à la grêle qui ravage les vignes en 1788 et au grand hiver de 1789, relayées par des épidémies de mauvaise fièvre, frappent douloureusement une population composée en majorité de journaliers accablés par la cherté du pain. Un recul de la population qui frapperait diverses localités du Blayais pendant cette décennie révolutionnaire n'est donc pas une hypothèse à rejeter.

Tableau 3 - Dénombrement des communes du Blayais

Communes

1790

1792

An XIV

ANGLADE

1 397

1 044

1 063

CARS

1 497

1 303

CARTELEGUE

1 050

942

990

ETAULIERS

470

434

337

EYRANS

602

522

517

FOURS

264

273

MAZION

428

460

PLASSAC

1 072

1 199

REIGNAC

1 590

1 400

1 493

ST-ANDRONY

525

539

ST-GENES

535

507

ST MARTIN

955

744

ST-PAUL

990

ST-SEURIN

324

Source A.D.C. 6 L 31

  • 12 POUSSOU, (J. P.). op. cit., p. 201.

11Nous avons achevé cette enquête relative aux dénombrements en utilisant celui de 1806 (cf. tableau 4), Jean-Pierre Poussou ayant montré qu'il s'agissait du seul dénombrement apparemment fiable12. Le chiffre de 538 habitants pour Eyrans montre une légère progression démographique, loin de compenser les pertes de la décennie précédente. En revanche, la récupération démographique à peine amorcée, s'accentue pendant le premier tiers du dix-neuvième siècle. Cette localité dépasse de nouveau la barre des six cents habitants pour atteindre un total de 614 individus au recensement de 1831. Le dénombrement de 1806 révèle que le recul de la période révolutionnaire a frappé les villages environnants. La population d'Anglade est tombée de 1 397 à 1 014 habitants tandis que celle d'Etauliers a connu un déclin plus réduit, 430 habitants en 1806.

Tableau 4 - Communes du Blayais : recensement de la population au 1er janvier 1806

Tableau 4 - Communes du Blayais : recensement de la population au 1er janvier 1806

Source 6 M 1

12Ainsi, les rares dénombrements dont nous disposons permettent d'établir que les localités rurales du Blayais, Eyrans en tête, loin de ressembler au "village immobile" de Sologne, ont connu des mouvements démographiques apparemment contrastés. Après une stagnation durant la première moitié du xviiie siècle, si l'on prend les exemples de Reignac et de Mazion, ces paroisses ont vu leur population croître sensiblement après 1750 avant de connaître un recul sensible sous la Première République.

B - le mouvement long

1) eyrans

  • 13 A.D. Gironde C 1305 : le relevé des sépultures et naissances par le curé Bonnet de Pouzols montre u (...)

13Afin de mieux comprendre l'évolution démographique de ce village du Blayais, nous avons utilisé les registres paroissiaux pour construire, à partir des comptages mensuels des actes de baptêmes, mariages et sépultures, la courbe du mouvement naturel. Celle-ci traduit, en apparence, un accroissement constant dans la seconde moitié du siècle, interrompu brutalement au début de la Révolution. L'excédent naturel, déjà manifeste de 1740 à 1760, ne cesse de s'amplifier dans le quart de siècle suivant13. Il faut noter le maintien de la natalité à un niveau élevé, malgré un fléchissement indiscutable dans la décennie 1760-1770. Les naissances continuent à progresser ensuite jusqu'à la veille de la période révolutionnaire. Le nombre des mariages a tendance à croître de 1750 à 1770. Cette tendance indique sans doute l'installation de classes d'âge nombreuses, nées avant 1740, qui caractérisent la période de récupération démographique après les années noires de la fin du règne de Louis XIV. En revanche, la mortalité, malgré quelques poussées liées vraisemblablement à des phénomènes épidémiques, connaît une chute marquée à partir de 1755, avant d'amorcer une remontée dans la décennie pré-révolutionnaire (cf. figure 1). Ainsi, le fort accroissement naturel de la population d'Eyrans serait dû à un maintien de la natalité à un niveau élevé tandis que les sépultures amorceraient parallèlement une baisse sensible jusqu'à la veille de la Révolution. Le solde démographique de 512 individus, entre 1740 et 1792 semble très élevé par rapport à ce que nous avons pu constater en étudiant les dénombrements. Dans ces conditions, la population d'Eyrans aurait du doubler et approcher du millier d'habitants !

2) Etude comparative

  • 14 GRANGE, (C.). Quelques aspects de la vie rurale dans le Cubzadais : une paroisse viticole Saint-Ger (...)

14Pour résoudre cette contradiction, nous avons voulu établir une comparaison avec d'autres villages du Blayais, en se fondant sur des études analogues. Cette zone n'a malheureusement pas suscité beaucoup de travaux universitaires sur le plan démographique, relatifs à l'époque moderne. Nous disposons seulement de deux mémoires de maîtrise concernant des paroisses rurales : celui d'Yves Prévost, sur la localité de Saint-Ciers-la-Lande, dans le Vitrezais, devenue Saint-Ciers-sur-Gironde, et le T.E.R de Catherine Grange, consacré à une paroisse viticole du Cubzadais, Saint-Gervais14. Cette dernière localité présente une évolution démographique très différente de celle d'Eyrans, si l'on confronte les courbes du mouvement naturel. Comparons les naissances et les conceptions. Si les deux villages connaissent une progression parallèle de 1750 à 1759, le phénomène se prolonge en Cubzadais jusqu'en 1768 avant de connaître un renversement de tendance marqué par une chute des conceptions jusqu'en 1778 ; Eyrans, au contraire, se distingue par une légère baisse des naissances de 1760 à 1769, avant de voir s'amorcer une progression constante des conceptions jusqu'à la veille de la Révolution. A Saint-Gervais, le mouvement ascendant reprend seulement dans la décennie pré-révolutionnaire. Les courbe des décès montrent des divergences encore plus grandes. Elles connaissent certes une évolution parallèle durant les deux premières décennies, avec des poussées de mortalité en 1739-1740, 1747-1749 et 1753 mais tout change par la suite pendant près d'un quart de siècle. L'évolution du mouvement naturel d'Eyrans reste résolument excédentaire alors que celle de Saint-Gervais se caractérise par des périodes de déficit démographique qui soulignent une conjoncture défavorable : dans cette paroisse, le haut niveau des sépultures et la régression des conceptions expliquent un déficit naturel important, notamment de 1762 à 1775, suivi d'une nouvelle poussée de mortalité de 1779 à 1782 (cf. figure 2).

figure 1 : Évolution des mouvements naturels de la population d'Eyrans pendant l'Ancien Régime

figure 1 : Évolution des mouvements naturels de la population d'Eyrans pendant l'Ancien Régime

figure 2 : Évolution des mouvements naturels de la population de Saint-Gervais pendant l'Ancien Régime

figure 2 : Évolution des mouvements naturels de la population de Saint-Gervais pendant l'Ancien Régime

15La distorsion sensible des deux courbes de décès nous a incité à vérifier la qualité de l'enregistrement des sépultures d'Eyrans dans cette seconde moitié du siècle. Il semble fort que le curé d'Eyrans, Bonnet de Pouzol, ait fait preuve de légèreté dans la tenue des registres de catholicité. Il procède certes à peu d'inversions chronologiques mais il omet d'inscrire, dans un cinquième des actes de sépultures, l'âge des personnes décédées. Erreur plus grave encore, il ne prend pas la peine de procéder régulièrement à l'enregistrement des décès d'enfants en bas âge. Ce sous-enregistrement est moins important pour la décennie 1750-1759 car le prêtre vient juste de s'installer dans la paroisse. Mais il fait preuve de beaucoup plus de désinvolture dans les années soixante. En effet, de 1760 à 1769, seuls trois décès d'enfants de moins d'un an sont mentionnés. Comme les démographes considèrent que la mortalité infantile représentait environ un quart des naissances, nous sommes loin du compte ! Le registre paroissial d'Eyrans semble bien confirmer la mauvaise réputation du Sud-Ouest de la France, en matière de tenues des registres. Dans ces conditions, nous ne pouvons accorder qu'un crédit limité à la courbe du mouvement annuel des sépultures qui a été dressée.

  • 15 PREVOST, (Y.). Saint-Ciers-la Lande 1681-1792. Essai d'histoire démographique. TER, Université de B (...)

16Pour avoir, cependant, une meilleure approche de l'évolution démographique de ce village, nous avons utilisé les travaux d'Yves Prévost relatifs à la paroisse de Saint-Ciers-la-Lande15. Cette localité du Vitrezais présente une évolution divergente du mouvement annuel des naissances, puisqu'ici la natalité baisse après 1750, en dépit d'une légère amélioration entre 1770 et 1780. Peut-on expliquer ce recul uniquement par une conjoncture économique défavorable ou faut-il déceler les prémisses d'une politique de restriction des naissances ? Yves Prévost ne semble guère privilégier cette seconde hypothèse. La mortalité, très importante à Saint-Ciers pendant la dernière décennie du xviie siècle, recule avant de chuter durant la première partie du règne de Louis XV. En revanche, à partir de 1740 se produit une rupture complète : les années noires du milieu du siècle entraînent une multiplication des décès. La paroisse du Vitrezais connaît alors un déficit naturel important pendant une vingtaine d'années, notamment entre 1747 et 1750 et 1752-1754. Après 1764, le nombre de sépultures baisse même si les pointes de mortalité de 1764, 1768 et 1772 maintiennent la courbe des décès à un niveau élevé. Un recul sensible se produit ensuite dans la dernière décennie jusqu'à la veille de la Révolution (cf. figure 3).

17La courbe des sépultures d'Eyrans ne présente donc pas une évolution parallèle. Rappelons qu'ici, en dépit de quelques années noires, les décennies 1740-1749 et 1750-1759 se caractérisent par un solde naturel positif. D'autre part, la situation se dégrade pendant les années qui précèdent la Révolution. Comment expliquer ces différences ? L'examen de l'activité économique nous livrera peut-être quelques éléments de réponse.

  • 16 A.D. Gironde 11 L 152, Lettre du 9 vendémiaire an V.

18Malgré un sous-enregistrement des décès, l'utilisation des registres paroissiaux d'Eyrans nous conduit à accréditer l'idée d'un accroissement démographique de cette localité dans la seconde moitié du xviiie siècle. Cet essor semble se poursuivre pendant la Révolution, même s'il est difficile d'étudier la démographie de cette partie du Blayais durant cette période. En effet, une lettre du commissaire de l'administration municipale du canton d'Etauliers, en l'an V, signale que plusieurs citoyens négligent de faire la déclaration des nouveaux-nés ainsi que des décès qui se produisent dans leurs familles16.

figure 3 : Evolution des mouvements naturels de la population de Saint-Ciers-sur-Gironde pendant l'Ancien Régime

C - Les crises démographiques

1) Les crises du milieu du siècle

  • 17 POUSSOU, (J.-P.). "Les crises démographiques en milieu urbain, l'exemple de Bordeaux (fin xviie - f (...)

19La courbe annuelle des décès d'Eyrans met en évidence quelques "clochers" qui témoignent de brutales flambées de mortalité. Pourtant, cette paroisse semble avoir échappé à celle qui frappe Blaye en 1742-1743. En revanche, elle est affectée par la crise de 1747-1749 qui ravage la majeure partie des bourgs de Guyenne, comme l'indique Jean-Pierre Poussou17. La poussée de mortalité se produit à Eyrans surtout aux mois de septembre et octobre 1747. C'est pourtant le moment où les paysans du Blayais peuvent bénéficier de la nouvelle récolte. Nous pouvons donc songer plus à une poussée épidémique qu'à des difficultés de subsistance. Jean-Pierre Poussou signale que dans d'autres localités, à Uzeste et dans le canton de Lussac notamment, une épidémie frappe les jeunes enfants : il s'agirait de la "picote" c'est-à-dire de la variole. Cependant, à Saint-Ciers-la-Lande, l'explosion des décès en septembre 1747 concerne surtout les adultes.

  • 18 A.D. Gironde C 1379, Lettres du 3-12 et 12-121747.

20Notons par ailleurs que la conjoncture économique reste défavorable en Guyenne et que les prix du blé continuent à grimper à Bordeaux. L'intendant de la Rochelle, M. de Pleurre, se plaint auprès de Tourny. En effet, les marchands bordelais, pour contourner l'interdiction de sortie des grains de la généralité de la Rochelle par mer, envoient d'autres marchands en Saintonge pour y acheter les céréales disponibles et les faire transporter par charrette ou même à charge de cheval jusqu'à Blaye. Pour arrêter ce trafic, M. de Pleurre envoie à Bordeaux le subdélégué de Saintes, M. Compagnon. Le marquis de Tourny ne s'émeut guère, comme le montre sa réponse du 12 décembre 174718. L'acquisition et le transport de grains en provenance de Mirambeau ou de Montendre jusqu'à Blaye ne portent que sur de petites quantités destinées seulement à approvisionner cette ville et ses environs. Les habitants du Blayais devaient donc en bénéficier. La mortalité régresse à Eyrans en 1748, malgré une petite alerte en octobre. Il en va tout autrement à Saint-Ciers où la courbe des décès connaît une très forte progression pour culminer en septembre-octobre.

21Eyrans est affectée par cette crise l'année suivante, avec une recrudescence des décès à partir de septembre 1749 jusqu'en juin 1750, mais la disette n'influe guère sur les naissances. On peut cependant parler d'une mortalité de crise pour caractériser cette période car, après une brève accalmie de deux ans, les décès progressent à la fin de l'année 1752 et pendant l'hiver 1753. La crise s'estompe après un dernier sursaut en octobre 1753. Ce village du Blayais connaît ensuite quelques petites alertes durant les étés 1758 et 1759, mais les naissances se maintiennent à leur niveau habituel. Le sous-enregistrement des décès ne nous permet pas de vérifier si cette localité subit une surmortalité du type de celle qui touche Saint-Ciers en 1772 et 1773.

  • 19 Ibid. C 1430.

22La crise de 1778 n'apparaît pas non plus sur les courbes des baptêmes et des décès malgré un léger recul des conceptions. Pourtant, la correspondance échangée au mois de mai entre le subdélégué de Blaye et l'intendant nous confirme son ampleur. M. Gontault dresse un tableau de la répartition du riz (cf. tableau 5), envoyé par l'Intendance, dans quelques paroisses de l'intérieur de sa subdélégation au prorata du nombre de pauvres. Faute de quantité suffisante, il a dû se fier aux réclamations des curés qui donnaient "des témoignages les plus authentiques de l'extrême nécessité où leurs paroisses étaient réduites"19. Eyrans figure dans cette liste, pour avoir partagé une barrique de riz avec Cartelègue, car ces deux localités comptent beaucoup de "miséreux". De même, le village de Saint-Androny, dont la population s'élevait à 210 feux en 1770, reçoit une quantité équivalente car il abrite plus de cinquante familles nécessiteuses. La disette touche tout le Blayais puisque sur les sept barriques de riz reçues, le subdélégué en a fait seulement distribuer quatre et a envoyé les trois autres à M. David, son collègue du Vitrezais.

Tableau 5 - Secours en riz - Subdélégation de Blaye

Paroisses

Quantité de riz acheté

Observations

SAINT-CHRISTOLY

1 barrique

Cette paroisse est la plus étendue et contient environ 2 000 communiants

SAINT-ANDRONY

1 barrique

Cette paroisse a plus de 50 familles misérables

EYRANS ET CARTELÈGUE

1 barrique

Ces deux paroisses ont aussi beaucoup de pauvres

SAINT-GIRONS, SAINT-PAUL BERSON, CAMPUGNAN

1 barrique

Ces quatre paroisses dont deux sont petites ont partagé en proportion du nombre de leurs pauvres

2) La crise de 1789

23Après quelques années de répit, le Blayais va connaître une épreuve encore plus dure pendant les premières années de la Révolution. La courbe des décès d'Eyrans s'envole pour culminer en 1791. La surmortalité se manifeste d'abord à l'automne 1789, puis s'estompe. Les catégories les plus fragiles ont été les plus touchées : sur les 22 décès, les deux-tiers concernent les enfants de moins de 14 ans et les personnes âgées (soixante ans et plus). La crise connaît une nouvelle vigueur pendant l'été 1790 puis l'hiver 1791. La mortalité atteint son intensité maximale durant le dernier quart de cette année-là. La courbe des décès reste à un niveau élevé malgré une légère régression en 1792, avec une dernière alerte pendant l'été. La multiplication des mariages en 1792, notamment en janvier et novembre, souligne une volonté de récupération rapide (cf. figure 1).

24Ainsi, à la différence de 1747-1753, nous pouvons parler vraiment d'une crise démographique car la hausse brutale du nombre des décès s'est accompagnée d'une baisse des naissances, tout au moins en 1789 et 1792.

  • 20 Ibid. C 4437 no 64, 18 mai 1789.
  • 21 Ibid. C 4437 no 4, 17 mai 1789.
  • 22 POUSSOU, (J.-P). Op. cit., p. 247.

25Quelles sont les raisons de cette crise ? Le curé d'Eyrans, dans sa réponse aux autorités de la Chambre de Commerce de Bordeaux, en mai 1789, ne met en valeur que certains aspects. Il insiste sur les dégâts occasionnés par la grêle en 1788 et la perte de la majeure partie de la récolte de vin espérée. Le projet de souscription de bienfaisance en faveur des communautés nous indique d'autre part que la dernière récolte de grains a été mauvaise et que l'hiver de 1789 fut particulièrement rigoureux. Devant la gravité de la situation, les négociants bordelais acceptent cette souscription : prêt de six mois, sans intérêt, en faveur des communautés de la généralité. Las, la pauvreté qui caractérise la plupart des localités du Blayais, les conduit à renoncer à cette offre. Selon le curé de Générac, ses paroissiens "espèrent triompher de la calamité momentanée que la cherté des grains cause, en doublant leurs travaux"20. Celui de Saint-Androny justifie ce rejet par la condition sociale de ses ouailles : "ce sont quasi tous des journaliers hors d'état de rendre jamais ce qu'on leur avance ; ils ont besoin qu'on leur donne le pain en aumône et non pas en prêt"21. La lettre du prêtre de Saint-Genès de Segonzac reprend les mêmes arguments (Annexe 1). Le prieur d'Anglade accepte certes un crédit de 300 livres mais en sachant qu'il devra presque seul en assurer le remboursement. Pour sa part, le curé d'Eyrans souligne le fait que la majeure partie des terres appartiennent à des propriétaires résidant à Blaye ou à Bordeaux et que les micro-propriétaires locaux craignent de ne pouvoir rembourser (Annexe 2). Pourtant le rythme estival ou automnal des poussées de mortalité dans cette paroisse, entre 1789 et 1792, montre que cette crise démographique n'est pas directement influencée par le problème des subsistances. Ces remarques confirment le réflexion de Jean-Pierre Poussou : "C'était l'épidémie ou la fièvre qui tuait, et non pas la cherté"22.

3) Les épidémies

  • 23 A.D. Gironde C 374, pièce 71, lettre du 24 octobre 1758.
  • 24 Ibid., pièce 72, lettre du 5 novembre 1758.
  • 25 Ibid., pièce 77, lettre du 5 décembre 1758.

26Nombreux sont les documents montrant le rôle joué par les épidémies dans cette région. Le subdélégué de Blaye, dans un échange épistolaire avec l'Intendance, nous décrit les symptômes provoqués par l'épidémie de 1758 : "Les accès de fièvre sont étonnants par leur durée et par leur violence et tous se font connaître par des vomissements. Ce fleuve est répandu en ville et en campagne, point de maison où il n'y ait plusieurs febriciants. Vous jugerez, Monsieur, de ce tableau, quel doit être le sort du pauvre et du paysan peu fortuné, dénué de secours, dans l'impuissance d'avoir les remèdes et la nourriture nécessaires ; ces misérables languissent d'autant plus que leur seul médecin est la nature, le travail cesse, la misère augmente, la cherté du grain la rend plus sure"23. M. Dudezert est d'autant plus inquiet que la fièvre se maintient alors que le mois d'octobre touche à sa fin. Il se veut pourtant plus rassurant, en remerciant l'intendant pour l'envoi de remèdes : "Si malheureusement ces fièvres étaient mortelles, ce pays serait désert ; on en quitte pour souffrir et languir longtemps"24. Pourtant, de toutes les paroisses bénéficiaires de cet envoi, le curé de Donnezac, M. Cellard, est le seul à adresser ses remerciements : "Je puis vous assurer qu'avec ces remèdes, je n'ai tué personne, au contraire, j'ai soulagé et guéri beaucoup de monde"25.

27Ces divers témoignages révèlent que l'épidémie, tout en faisant des ravages, n'est pas forcément mortelle. Néanmoins, quand elle se prolonge dans le temps, elle aboutit à la désorganisation de l'activité économique.

  • 26 Ibid., 6 L 31.
  • 27 Ibid., C 1271.
  • 28 Ibid., C 1140, lettre du 27 juin 1785.

28Les paroisses en bordure du marais connaissent régulièrement un taux de mortalité élevé. C'est ce que signale notamment le maire d'Anglade, en décembre 1790. En année commune, pour la décennie 1780-1789, les décès l'emportent même légèrement sur les naissances : 55 contre 50. Selon lui, cette paroisse située au couchant, sur les bords du marais de Blaye, "est dans un mauvais air"26. Il ne fait donc que confirmer la remarque faite en 1772 par le curé : "l'air y est malsain et occasionne beaucoup de maladies"27. Le paludisme devait sans doute sévir dans cette région, comme l'indique le subdélégué du Vitrezais en 1785 : "Les maladies ordinaires du pays sont des lièvres quotidiennes, tierce, double tierce et quartes et quelquefois putrides occasionnées par l'intempérie de l'air surtout dans les paroisses limitrophes au Marais"28. Il mentionne, en outre, cette année-là, l'assaut de la variole qui fait des ravages non seulement chez les enfants mais aussi les jeunes adultes.

29En dépit de mauvaises récoltes et des attaques répétées des épidémies, la population du Blayais n'en connaît pas moins une augmentation réelle dans la seconde moitié du siècle.

Notes

3 ROUDIÉ, (Ph.). "La commune d'Eyrans aux xixe et xxe siècles", Cahiers du Vitrezais, no 59, 1987, p. 1-9.

4 BOUCHARD, (G.). Le village immobile. Sennely en Sologne au xviiie siècle. Paris : 1972.

5 POUSSOU, (J.-P.). Bordeaux et le Sud-Ouest au xviiie siècle. Paris : 1972.

6 HUETZ DE LEMPS, (Chr.). "Le Bazadais en 1715", Cahiers du Bazadais, no 16. 1969, p. 15-22.

7 A.D. Gironde, C 2680, lettre du 15 avril 1765.

8 Cf. FRECHE, (G.). Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières (vers 1670-1789). Paris : 1974.

9 A.D. Gironde G 560, Tome IV.

10 Ibid. 6L 31.

11 Ibid. 6 L 31.

12 POUSSOU, (J. P.). op. cit., p. 201.

13 A.D. Gironde C 1305 : le relevé des sépultures et naissances par le curé Bonnet de Pouzols montre un excédent naturel de 144 personnes entre 1739 et 1761.

14 GRANGE, (C.). Quelques aspects de la vie rurale dans le Cubzadais : une paroisse viticole Saint-Gervais. TER, Université Bordeaux III, 1974.

15 PREVOST, (Y.). Saint-Ciers-la Lande 1681-1792. Essai d'histoire démographique. TER, Université de Bordeaux III, 1970.

16 A.D. Gironde 11 L 152, Lettre du 9 vendémiaire an V.

17 POUSSOU, (J.-P.). "Les crises démographiques en milieu urbain, l'exemple de Bordeaux (fin xviie - fin xviiie siècle)", A.E.S.C., mars-avril 1980, p. 235-252.

18 A.D. Gironde C 1379, Lettres du 3-12 et 12-121747.

19 Ibid. C 1430.

20 Ibid. C 4437 no 64, 18 mai 1789.

21 Ibid. C 4437 no 4, 17 mai 1789.

22 POUSSOU, (J.-P). Op. cit., p. 247.

23 A.D. Gironde C 374, pièce 71, lettre du 24 octobre 1758.

24 Ibid., pièce 72, lettre du 5 novembre 1758.

25 Ibid., pièce 77, lettre du 5 décembre 1758.

26 Ibid., 6 L 31.

27 Ibid., C 1271.

28 Ibid., C 1140, lettre du 27 juin 1785.

Table des illustrations

Titre Tableau 4 - Communes du Blayais : recensement de la population au 1er janvier 1806
Légende Source 6 M 1
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17516/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre figure 1 : Évolution des mouvements naturels de la population d'Eyrans pendant l'Ancien Régime
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17516/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre figure 2 : Évolution des mouvements naturels de la population de Saint-Gervais pendant l'Ancien Régime
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17516/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17516/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search