Version classiqueVersion mobile

Eyrans en Blayais

 | 
Alain Contis
, 
Francine Montangon
, 
Muriel Dagens

Première partie. Eyrans et ses environs au xviiie siècle

Eyrans et ses environs au xviiie siècle

Alain Contis

Texte intégral

1Eyrans est sous l'Ancien Régime une petite paroisse du Blayais sans grande originalité. Comme dans de nombreuses localités, la vigne y constitue une activité très importante au point qu'un accident météorologique majeur, telle la grêle de 1788 qui a provoqué une chute de la récolte, engendre la misère chez la plupart des travailleurs de la terre. Toutefois, entreprendre une étude minutieuse de la paroisse d'Eyrans durant les règnes de Louis XV et de Louis XVI, représente un pari assez téméraire en raison de la médiocrité des sources.

  • 1 A.D. Gironde, C 1305 no 102. L'incendie de la maison presbytérale eut lieu en janvier 1738.

2En premier lieu, cette localité ne peut servir de référence pour la démographie des paroisses rurales du Blayais durant la première moitié du xviiie siècle. Le prieur et curé d'Eyrans, Jean Bonnet de Pouzols, en donne la raison à propos de l'enquête sur les baptêmes et sépultures lancée par l'intendant de Guyenne, Boutin, et encouragée par l'archevêque de Bordeaux, d'Audibert de Lussan, afin de faciliter la rédaction du Dictionnaire des Gaules et de la France par l'abbé Expilly. Cet ecclésiastique indique qu'il ne peut fournir un état des naissances et des décès d'Eyrans avant l'année 1739 "attendu que les registres furent brûlés en 1738 comme il couste par le procès-verbal qui en fut fait par le jurai de Blaye"1.

  • 2 Nous prenons comme référence le tableau du canton d'Etauliers en 1793. Les limites de ce canton ont (...)

3D'autre part, Eyrans n'a point de notaire, comme le précise un mémoire de son curé à l'occasion d'une visite archiépiscopale en 1753. Nous ne disposons pas non plus des archives notariales de l'étude d'Etauliers et nous avons dû nous contenter de sondages dans les registres notariaux de Cartelègue afin d'obtenir des renseignements économiques et sociaux. Il était plus raisonnable dans ces conditions, pour étudier l'agriculture et notamment la viticulture, d'élargir géographiquement les bases de notre étude en utilisant les données relatives aux paroisses qui, devenues communes en 1790, forment le canton d'Etauliers en 17922. Sur les six localités considérées, trois appartenaient à la subdélégation du Vitrezais créée en 1758 : Anglade, Etauliers et Reignac. En revanche, Cartelègue, Eyrans et Saint-Androny restaient rattachés à la subdélégation de Blaye, à la fin de l'Ancien Régime. En outre, pour faciliter cette étude, nous avons utilisé les données concernant d'autres localités du Blayais, tout en privilégiant les communes limitrophes d'Eyrans, au sud : Fours, Mazion et Campugnan.

Notes

1 A.D. Gironde, C 1305 no 102. L'incendie de la maison presbytérale eut lieu en janvier 1738.

2 Nous prenons comme référence le tableau du canton d'Etauliers en 1793. Les limites de ce canton ont connu des modifications sous la Révolution française.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search