Version classiqueVersion mobile

Saint-Émilion, terroir viticole et espace de vie sociale

 | 
Jacqueline Candau
, 
Philippe Roudié
, 
Corinne Ruffe

Troisième partie. Évolution et Pluralité des Modes de Socialibilité à Saint-Emilion (1920-1986)

Annexe VI

Texte intégral

GROUPEMENTS VITALISES PAR L’EXTERIEUR

1Le cas le plus typique est celui du syndicat d’initiative - Office de tourisme. Toute l’activité de cette association s’adresse à un public non résident sur la commune : dépliants, guides, bureau d’accueil, organisation de visites guidées des monuments, animations culturelles. On peut donc supposer sur le plan de la sociabilité communale, qu’il sera tout à fait imperméable à l’évolution des pratiques de loisir des villageois.

2En effet, le syndicat d’initiative puise la légitimité de son existence dans l’affluence touristique (on n’abordera pas la nécessaire reconnaissance qu’il doit recevoir de la part des autres institutions communales de pouvoir, et principalement la mairie). Son succès réside donc dans la nature des services qu’il propose ; il convient en effet qu’ils coïncident avec les attentes des visiteurs. Premièrement, cet organisme n’aurait pu connaître l’ampleur qu’il a acquise s’il n’y avait pas eu un phénomène général de délocalisation de la sociabilité. Deuxièmement, il fallait que l’architecture et les sites médiévaux soient l’objet d’un certain intérêt pour que le public se déplace à Saint-Emilion. C’est dire combien l’office de tourisme doit s’adapter aux pratiques de sociabilité contemporaines pour continuer à exister. Mais la grande particularité réside dans le fait suivant : son écoute se dirige vers une population nationale, voire internationale et non pas locale.

3La réalité n’est toutefois pas aussi simple, parce qu’on se rend compte qu’une partie du public des animations proposées provient de la commune. En contrepartie, certains dirigeants (pas tous !) sont soucieux, dans la définition de leur programmé culturel, de répondre le plus possible aux attentes de ce public-là. Alors qu’à priori, ils pourraient y rester indifférents.

4Ce point semble représenter un problème très épineux auquel est confrontée l’équipe du bureau du syndicat d’initiative. Il se présente de la façon suivante : doit-on proposer des spectacles "à la mesure de la renommée de Saint-Emilion", au risque de n’attirer qu’une très faible minorité de villageois, et les visiteurs ? ou peut-on mettre en place des animations moins élitistes pour satisfaire la majorité des villageois, mais alors se détacher de l’image prestigieuse que l’on veut donner de Saint-Emilion ? ou existe-t-il une alternative originale entre ces deux pistes ?

5L’écueil rencontré paraît se situer au niveau des identités collectives mises en scène par les différents programmes entrevus. Laquelle promouvoir ? Est-il possible de retenir la première alternative, au risque que les villageois ressentent leur espace communal comme envahi par une identité culturelle dans laquelle ils ne se reconnaissent pas ?

6Nous nous rendons bien compte dès lors qu’une association comme le syndicat d’initiative, dont les activités s’adressent à un public extérieur, ne peut pas s’affranchir totalement des pratiques de sociabilité des villageois. Il semble important que l’identité villageoise promue par cet organisme ne détonne pas trop par rapport aux identité collectives locales.

7La position de la Jurade avoisine celle de l’office de tourisme dans la mesure où ses réalisations sont destinées à une population extra-communale. Mais un point essentiel, riche d’enseignement, les différencie : l’identité villageoise mise en scène (oh combien !) par cette institution était au départ une identité collective. Il s’agit bien sûr de l’identité viticole. Nous avons vu qu’elle était globalisante, et que sa représentation (la fête du syndicat) attirait de nombreux participants. Cette identité étant intensément vécue, il fallait donc que sa nouvelle théâtralisation proposée par les jurats soit acceptée par les adeptes. C’était la condition du succès de cette initiative. Ses promoteurs en avaient conscience. Rapportons, pour exposer cela, le récit de la première fête de la Jurade, donc de sa première sortie (lors de la fête du syndicat en septembre 48), récit tenu par M.D. (73 ans).

"Certains (propriétaires de l’appellation) qui ont eu après des titres dans la jurade n’ont pas voulu participer à cette Jurade (la première fête) parce qu’ils ont eu peur d’avoir des tomates sur la figure, parce qu’on s’était dit, "on est déguisé" (allusion à l’habit de jurat : grande toge rouge, étole blanche et coiffure rouge)"

8Il faut rappeler que la Jurade a été la seconde confrérie reconstituée en France (juste après celle de Bourgogne) ; c’était donc très nouveau même sur le plan national. Ceci est relevé par notre informatrice :

"Maintenant, c’est classique y’en a des dizaines et des dizaines en France des confréries, de tout : anisette, fromage, tout, tout. Enfin, mais à l’époque c’était très nouveau et ça va avoir 40 ans l’année prochaine".

Elle poursuit et relate la première sortie :

"la première Jurade où l’on est sorti, ça devait-être au mois de septembre, à la fête du syndicat je pense, je l’affirme pas ; la première sortie on a été à la mairie, ça a été la seule fois où on y a été, pour être reçus par le maire. Et quand ils sont sortis de l’Hôtel de Ville, j’étais là bien sûr sur la place, quand la première personne qui était au départ a descendu les escaliers de l’Hôtel de Ville, je vous assure que personne avait envie de rire, parce qu’il était fort distingué c’était Monsieur V., pas très grand, mais très distingué et l’air euh très, plutôt un peu sévère, et je vous promets que rien que de le regarder... L’abbé Bergey a dit du reste : "Ça, V. il a donné le ton". C’est vrai, il a donné le ton. Ça a été un succès depuis le départ, aucun ricanement des gens, aucun... Absolument pas".

9Le groupe de jurats est ensuite allé à la messe, accueilli sur le parvis de l’église par l’abbé... a suivi un banquet auquel assistaient de nombreuses personnalités invitées... et la journée de fête c’est déroulée dans une ambiance de succès alimentée par cette nouvelle théâtralisation, mais aussi par la présence massive des visiteurs.

10Ainsi petit à petit, à compter de 1948, la renommée de cette fête va s’accroître et un public de plus en plus nombreux va affluer. Si l’on considère que la Jurade a été reconstituée dans le but commercial de mener une propagande du vin d’appellation, on se rend compte que le point fort de cette initiative conçue par une minorité de gens (propriétaires), a été de prendre en charge et de mettre en représentation, avec beaucoup de moyens, une identité collective forte (ce qui était le premier atout du succès) et par là même, au fil du temps, de la transformer en identité villageoise. Mais cette entreprise stratégique n’aurait pu réussir si la population saint-émilionnaise ne lui avait pas réservé un accueil chaleureux. C’était la seconde condition de son succès.

11Ensuite bien sûr, tout comme le syndicat d’initiative, il fallait qu’elle plaise à des gens extérieurs à la commune, qu’elle attire un public.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search