Version classiqueVersion mobile

Saint-Émilion, terroir viticole et espace de vie sociale

 | 
Jacqueline Candau
, 
Philippe Roudié
, 
Corinne Ruffe

Troisième partie. Évolution et Pluralité des Modes de Socialibilité à Saint-Emilion (1920-1986)

Conclusion

Texte intégral

1Entre 1920 et 1986, Saint-Emilion voit la vie sociale autonome de ses habitants se métamorphoser très nettement : elle s’affranchit de la tutelle ecclésiastique, se décentre du village, et donne l’impression, à l’extérieur, d’avoir changé de domaine d’expression en passant du sport à l’activité viticole.

2Des identités collectives émergent sur de nouvelles bases. Prises en charge par un groupement ou une association, certaines de ces identités sont mises en représentation par le biais de fêtes, soirées ou autres festivités. L’espace se trouve donc investi et animé.

3En effet, si l’on dresse un rapide tableau de la vie communale en 1920, on voit les saint-émilionnais vivant exclusivement sur le village ; ils y font leurs courses, participent aux foires et assistent aux différents spectacles conçus par les membres des diverses sociétés locales dont la plus active s’occupe de sport, et est gérée par une personne très respectée : le prêtre. Alors qu’en 1986, les villageois passent une grande partie de leur temps non professionnel en dehors de leur commune : ils vont faire leurs achats à Libourne ou Bordeaux, profitent des loisirs proposés sur ces mêmes agglomérations, et bien sûr regardent la télévision. Pourtant, il y a encore de nombreuses associations, et plusieurs se sont même créées ces dernières années (1980-1986) ; mais la forme de participation de leurs adhérents n’a plus grand chose à voir avec celle du début du siècle : maintenant, les membres viennent chercher un loisir en s’inscrivant dans un groupement ; s’ils trouvent celui qui leur convient à Saint-Emilion, tant mieux, sinon ils vont le chercher plus loin

  • 1 Cf. l’annexe VI qui expose le lien fragile entre les identités collectives vécues par la populatio (...)

4Puisque les pratiques de sociabilité autonomes ne sont plus empreintes d’un esprit de clocher, peut-on dire pour autant que les gens se désengagent vis à vis de leur localité ? Ceci n’est pas du tout évident, car ils semblent rester vigilants quant aux identités nouvelles qui pourraient apparaître sur le village, notamment avec l’actuel développement touristique.1 Peut-être serait-il alors plus adéquat de parler d’un engagement passif et non d’un désengagement, en opposition à l’engagement actif des villageois au début du siècle.

5Le processus de laïcisation et de délocalisation repéré entre 1920 et 1986 ne s’inscrit pas exclusivement à Saint-Emilion, mais obéit à l’évolution globale de la société nationale. Cette évolution transforme les modes de vie, ce qui affecte les pratiques de sociabilité spontanées des individus. Les associations et les groupements, quant à eux, sont touchés avec un certain retard dû à l’inertie de leurs structures, et au temps nécessaire pour que les nouvelles pratiques exercent sur eux une pression suffisante. Toutefois, nous avons remarqué que cette pression pouvait ou non avoir lieu selon le type de groupement. Si l’identité collective d’une association prise en charge est directement liée à la pratique qu’elle propose (exemple : identité collective sportive du S.E.O. qui offre la possibilité de jouer au football), l’impact des nouvelles formes de sociabilité diffuse sera immédiat. Par contre, si l’identité collective du groupement ne présente qu’un lien indirect avec son domaine d’exploration (exemple : identité collective des notables et recherches archéologiques), l’impact des nouvelles formes de sociabilité diffuse sera très faible.

  • 2 Dans Archives de l’O.C.S.Vol.3-CNRS-Mars 1980-article de R. BAGES, C. BENAYOUN et J. Y. NEVERS "Di (...)

6Il est toutefois frappant de remarquer que depuis 1920, Saint-Emilion ne connaît pas de conflit important ; et nous avons vu que certains clivages (ouvriers/propriétaires par exemple entre 1930 et 1940) ont été pris en charge et estompés par la mise en place d’une structure formelle. Il semble donc exister un certain consensus entre les différentes associations communales. On est alors tenté d’emprunter l’expression de Bages, Benayoun et Nevers2 et parler de système associatif fortement intégré à Saint-Emilion. Le terme de système évoque l’idée que les associations forment un ensemble relativement clos sur lui-même, ayant une cohésion interne, cohésion d’autant plus importante que le système est qualifié d’intégré. Elle proviendrait d’une gestion unifiée des différents groupements due au consensus rassemblant le petit groupe des dirigeants. Selon cette logique, on peut comprendre le fondement du clivage communal le plus fort, celui qui divise les propriétaires en deux clans : "les viticulteurs de base" et "les propriétaires de prestige". Cette opposition nous l’avons vu, ne suit pas un différend politique du type gauche/droite, mais un différend en terme de gestion communale. L’on sait par ailleurs que "les viticulteurs de prestige" s’investissent peu dans les diverses associations, et que certains d’entre eux sont entrés au conseil municipal en 1938. Ce clivage n’est-il pas le témoin d’une concurrence pour la gestion du système associatif, ou du moins le témoin d’une lutte pour le maintien de la cohésion de ce système ?

7Néanmoins, il convient de ne pas trop favoriser une telle vision hégémonique de la gestion de la sociabilité, ceci pour deux raisons principales. D’une part, l’absence de conflit à Saint-Emilion peut s’expliquer par l’existence d’un éthos catholique profond partagé par toute la population ; éthos qui intrinsèquement dénonce toute opposition en terme de déviance. D’autre part, nous avons vu avec l’exemple de la Jurade, qu’une identité collective, pour qu’elle s’approprie un large espace public sur la commune, doit recevoir le laissez-passer de la population.

8Il semble donc qu’aujourd’hui Saint-Emilion soit plus investie par ses visiteurs que par ses résidents, ce qui lui confère prioritairement une identité villageoise liée à sa production de vin noble et à son architecture.

9Pour autant, une observation plus approfondie dévoile un contrôle diffus et partiel de cette identité villageoise par les pratiques de sociabilité des saint-émilionnais. Ainsi, quand bien même ces derniers ne recherchent plus à mettre en représentation des identités collectives locales fortes sur l’espace communal, comme c’était le cas jusqu’en 1950, on ne doit pas en conclure que la structuration de cet espace leur soit étrangère et du seul ressort d’une minorité agissante.

Notes

1 Cf. l’annexe VI qui expose le lien fragile entre les identités collectives vécues par la population et les identités villageoises promues par les groupements vitalisés par l’extérieur (syndicat d’initiative et Jurade).

2 Dans Archives de l’O.C.S.Vol.3-CNRS-Mars 1980-article de R. BAGES, C. BENAYOUN et J. Y. NEVERS "Dispositifs associatifs et hégémonie locale : le cas de trois communes rurales du Sud-Ouest", p. 72-95.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search