Version classiqueVersion mobile

Saint-Émilion, terroir viticole et espace de vie sociale

 | 
Jacqueline Candau
, 
Philippe Roudié
, 
Corinne Ruffe

Troisième partie. Évolution et Pluralité des Modes de Socialibilité à Saint-Emilion (1920-1986)

De 1970 a nos jours

La salle "chez nous" est baptisée "salle des dominicains"

Texte intégral

1A partir de 1970, les tendances des années 60 s’affirment.

2Tout d’abord, on ne peut que remarquer le déclin des société locales. En effet, Saint-Emilion Olympic joue ses matchs de foot devant des tribunes vides : il n’a plus de public. Pourtant scs adhérents sont nombreux, puisque de nouvelles sections se sont ouvertes (minimes, poussins,...). Ils viennent y chercher avant tout un loisir :

"Ils font ça pour se distraire, mais sans aucun esprit de clocher, aucun esprit de compétition, ils font ça parce qu’ils retrouvent les copains, pour s’amuser. Mais s’ils s’amusent à côté, si un jour y’a la chasse et ils aiment bien la chasse, ils vont pas du tout... Ils ont tellement de possibilités que maintenant...", nous expose M.N.

3Par contre, pour les parents des plus jeunes (6-12 ans), le club joue le rôle de garderie puisque les entraînements ont lieu le mercredi après-midi.

4Pour l’Harmonie Sainte-Cécile, le profil est le même : ses musiciens (moyenne d’âge : 30 ans),

"sont contents de jouer ensemble. Il y a répétition tous les samedis soirs. Ça se passe dans un esprit amateur, familial. Pour eux ce n’est pas important de jouer en public”, dit D.N.

5Le club de tennis quant à lui, organise toujours des concours, mais qui restent locaux, sans public également. Ses joueurs s’investissent pour pratiquer ce sport et "vivre des moments sympas" (grillades après les matchs de tournois par exemple), mais la majorité d’entre eux n’y reste pas longtemps.

6Il semblerait que ces identités collectives soient moins structurées qu’avant 1950 ; de toute façon elles n’ont pas le désir de se mettre en représentation pour être reconnues ; ces sociétés n’organisent plus aucune animation, si ce n’est les lotos qui leur procurent un petit soutien financier. Mais les participants se font rares, ce sont toujours les mêmes qui viennent, et toutes les associations en proposent un : la concurrence est sévère ! Le S.E.O. a tenté il y a trois ans de mettre en place une soirée dansante qui a connu un bon succès. Mais l’année suivante, la même initiative n’a pas eu d’écho.

7Ce déclin des sociétés locales se pose en terme de rapport à la localité : le nombre d’adhérents, après une chute entre 1950 et 1970, se stabilise voire augmente, et de nombreuses associations culturelles et de loisir voient le jour entre 1980 et 1986 (cf. annexe IV) ; mais elles n’occupent plus une place prépondérante sur la scène communale, place qui dans le passé, (l’Etoile de 1930à 1950, le football entre 1950 et 1960) pouvait octroyer une identité au village lorsqu’elle transparaissait à l’extérieur. Il n’y a plus "d’esprit de clocher", mais la recherche d’un loisir de façon peut-être plus individuelle.

8La Société d’Histoire et d’Archéologie suit pour sa part une dynamique tout à fait différente : elle reste énormément stable de 1920 à 1986. Cela se comprend si l’on considère que son rôle principal est d’établir une distinction sociale entre ses adhérents et les autres villageois. Elle vit en cercle plutôt fermé, ne se préoccupe pas vraiment de recruter de nouveaux membres. Comme nous l’avons mentionné précédemment, ses dirigeants, depuis le début sont les notables de la commune. Durant l’hiver, des conférences mensuelles sont proposées à tout public intéressé :

"Elles sont publiques et gratuites et tous les gens peuvent y venir. Le public ? Et bien tous les membres de la société, et y’a des personnes du troisième âge, des choses comme ça. En général, disons qu’il y a une cinquantaine de personnes", nous raconte M.C. (65 ans)

9Pour un village comme Saint-Emilion, l’auditoire paraît relativement important. Et-ce par goût, par stratégie ? Le rôle de distinction sociale rempli par la société est très clairement perçu par les habitants :

"Moi, je me serais intéressée à l’archéologie, mais comme on m’a répondu assez sèchement n’est-ce pas, alors là, j’ai laissé ça de côté et puis ça a été terminé.... c’est tout", nous confie X.Y. (61 ans), fille de très petits propriétaires et artisans.

10Alors des gens ne recherchent-ils pas une certaine promotion sociale en allant assister aux conférences d’archéologie ? La question restera ouverte.

11A propos de festivités, la première des choses à remarquer est qu’aucune d’entre elles n’est organisée par les associations locales (nous l’avons vu, elles proposent essentiellement des lotos). Les fêtes annuelles durant ces 17 dernières années sont au nombre de trois (on ne va pas parler des fêtes nationales qui sont presque entièrement désertées sauf peut-être le bal du 14 juillet) : la fête de la Madeleine réalisée par le comité des fêtes (mi-juillet), la fête du vin nouveau (printemps) et le ban des vendanges (septembre) conçues par le syndicat viticole et la Jurade. La fête locale de la mi-juillet attire très peu de villageois, seuls les parents de jeunes enfants "vont y faire un tour" ; le comité des fêtes quant à lui a du mal à regrouper assez de membres, et il est boudé par la jeunesse. De toute façon, les 18-25 ans paraissent vivre ailleurs :

"Moi je trouve que Saint-Emilion c’est un peu renfermé, Libourne aussi. Moi de toute façon j’ai tous mes amis qui sont sur Bordeaux. Mais Saint-Emilion, Libourne, c’est un peu renfermé.... Je ne sais pas ce que font les autres jeunes de Saint-Emilion. Moi je sors pas ici. Quelquefois, mais très rarement", nous dit une jeune fille de 20 ans.

12Contrairement à la fête de la Madeleine, les fêtes de la Jurade, surtout celle de septembre, rassemblent beaucoup plus les saint-émilionnais. Nous avons dit précédemment que l’identité viticole qu’elles mettaient en représentation, rassemblait plusieurs professions : les ouvriers (identité vigneronne), les commerciaux (identité vinicole), les propriétaires (identité vineuse). Toutefois, il semblerait qu’actuellement ce soit l’identité vineuse qui soit principalement symbolisée au cours de ces festivités ; la fête du syndicat avec sa course cycliste, ses jeux et stands de 1930-1940 n’existe plus, le point fort étant la mise en scène des jurats lorsqu’ils proclament le ban des vendanges, bénissent la nouvelle récolte et procèdent aux intronisations. Tout l’honneur est attribué à ce vin d’appellation renommée.

13Ces journées rassemblent quand même toujours les différentes professions. A.E., ouvrier viticole de 57 ans n’y participe plus lorsqu’il est tout seul, mais... :

"Et si, on invite des amis pour les Jurades. On a des amis, et on les invite à ce moment-là pour leur faire voir la Jurade. Et comme y’en a deux par an, on essaye d’intercaler entre les copains... Mais sinon, quand je suis tout seul, j’y vais pas. J’ai tellement vu ça depuis... Vous savez, à force", nous explique A.E.

14Dans ce discours, on se rend très nettement compte que A.E. perçoit et vit ces fêtes comme une mise en représentation du caractère viticole, et c’est dans ce sens où il n’est pas important qu’il y assiste lui, mais qu’il y amène des proches pour leur faire partager ou leur faire connaître ce qui lui lient à cœur, ce dont il est fier. Par cette démarche, A.E. veut se faire reconnaître en tant que partie intégrante de la sphère vineuse saint-émilionnaise.

15Par contre, aux dires de J.H., (propriété d’un cru classé) certains exploitants soudent ces journées :

"Non ça la Jurade (l’association) n’a pas le soutien de la masse comme elle devrait l’avoir parce que... Qu’ils le veuillent ou non, y’en a certains disons là aussi, les viticulteurs de base y voient malheureusement, alors que l’idée de base était bonne là aussi, la promotion de certains crus au détriment de la masse. C’est ce qui a été ressenti par les viticulteurs de base, ça c’est sûr, et qui l’est toujours. D’où la désaffection de l’ensemble des viticulteurs pour les manifestations de la Jurade ; à part ceux qui sont concernés, ceux qui sont jurats, les autres croyez-moi, y’en a pas beaucoup".

16Pour les petits propriétaires, il semblerait que la Jurade ne soit pas le porte-parole de leur identité. En fait, il est vraisemblable que ce ne soit le cas que sur un plan interne, c’est-à-dire sur l’espace cantonal voire régional, mais qu’elle soit reconnue légitime sur l’espace national et international. Autrement dit, ces "viticulteurs de base" jugent qu’à l’étranger, la Jurade fait du bon travail ; mais localement, il existe des clivages importants dans la profession qui expliquent cette reconnaissance partielle de représentativité vis à vis des jurats par les propriétaires. Plus tard, nous serons amenés à aborder plus précisément ces conflits.

17Pour clore cet exposé sur les festivités, il nous faut ajouter qu’à partir de 1970, la majorité du public est constituée par des étrangers : ce sont les touristes qui vitalisent ces fêtes par leur présence, et par là même reconnaissent une identité viticole à Saint-Emilion. C’est également le fort afflux de visiteurs qui révèle, qui fixe à Saint-Emilion son identité de cité médiévale.

18L’explosion du tourisme a eu lieu il y a 10 ans d’après M.K., président du syndicat d’initiative, et amène actuellement 200 à 250 000 personnes par an. Les structures d’accueil ont suivi le mouvement puisqu’en 1967 il n’y avait que 4 restaurants, alors qu’ils étaient déjà 10 en 1977, pour être 24 aujourd’hui. Les hôtels n’ont pas connu le même développement (il n’y a que 100 chambres actuellement), car Saint-Emilion est un lieu de passage, mais rares sont les gens qui prolongent leur séjour au-delà d’une journée. Il y a toutefois un camping municipal qui fonctionne très bien.

19Parallèlement à ces infrastructures, le syndicat d’initiative responsable des visites des monuments a pris une grande ampleur : il emploie de nos jours 3 personnes permanents ont de nombreuses hôtesses durant les 3 mois d’été ; il est à l’origine des dispositifs d’éclairage pour les bâtiments ; quant à l’entretien proprement dit, c’est la mairie qui s’en occupe.

20Par contre, en ce qui concerne l’animation dite culturelle, il semble y avoir un malaise. En effet, les structures vont se succéder :

  • le festival de la musique de 1967 à 1974 géré principalement par un musicien des environs. Durant une semaine d’été, il mettait sur pied des représentations théâtrales, des concerts... en faisant venir des artistes de l’extérieur. Mais financièrement, cette initiative a capoté malgré des subventions municipales, privées (Dassault) et nationales (Ministère de la Culture).

  • la commission d’animation culturelle de 1974 à 1982, émanation du syndicat d’initiative ; toutes les associations en font partie, ainsi que la mairie.

"Toutes les associations participaient : y’avait une grande réunion tous les ans, où le bureau et le conseil d’administration présentaient un programme conçu pendant l’hiver : on organisait, on prenait des contacts etc... et on faisait des expositions, des illuminations de Saint-Emilion. Et puis alors on présentait tout cela et ces sociétés nous subventionnaient, nous donnaient l’argent nécessaire. On avait très peu d’argent. (...) Et pendant 10 ans, tous les ans pendant la saison touristique, c’est-à-dire du mois de juin à octobre aux vendanges, on faisait des manifestations, on faisait de la musique classique, on faisait de la musique de variété mais de grande qualité. (...) Ça se passait dans les églises, dans le cloître, dans... dans les douves pour animer les monuments classés", nous explique M.C.

21Ce projet disparut en 1982 suite à l’évanouissement de la commission (bureau et conseil d’administration) : en effet, ses membres ont abandonné, fatigués de la forte contribution bénévole que cela leur demandait.

22"Les grandes heures de Saint-Emilion", association créée en 1980, se donne comme but de "faire valoir la complémentarité des arts : vins, œuvres artisanales et musique" (cf. ses statuts). A ce titre, elle organise des concerts dans les châteaux ; pour ce faire, contrairement aux structures précédentes qui étaient liées à la mairie et au syndicat d’initiative, elle se fait verser des fonds par les propriétaires, fonds auxquels vient s’ajouter une subvention des affaires culturelles. Mais ceci ne semble pas suffisant puisqu’elle a du mal à clôturer son budget annuel.

23En marge de ceci, d’autres manifestations se déroulent sur la commune : elles sont organisées par des organismes départementaux ou régionaux qui élisent Saint-Emilion comme lieu d’exécution. C’est le cas notamment de la semaine artisanale qui a lieu tous les ans depuis 1981 environ au mois de septembre, et qui est conçue par l’association pour la promotion des activités artisanales dans le développement touristique de l’Aquitaine (siège social : Bordeaux, président : Chaban-Delmas). C’est le cas également des finales de tournois tel celui de tir à l’arc en août 1987, et la fête du cheval en mai 1987.

24Mais la population villageoise participe très peu à ces manifestations, au grand désespoir des organisateurs, responsables du syndicat d’initiative principalement :

"Mais c’est vrai que la population saint-émilionnaise, population viticole comprise, on a du mal à les sensibiliser aux différentes formes de manifestations que l’on a pu faire. Ca dépend, ça dépend des fois, ça dépend desquels", nous dit M.K.

25Cette association prend à cœur la question de l’animation culturelle sur la commune. Mais elle est confrontée à deux problèmes quant au choix de ses projets : arriver à regrouper toute la population villageoise d’une part, et parvenir d’autre part à l’intéresser aux mêmes spectacles que ceux proposés aux touristes. C’est pourquoi, parler d’animation à Saint-Emilion consiste donc à exposer les clivages sociaux intra-villageois, et le malaise actuel provenant de la sensation de dépossession des habitants vis à vis de leur commune. Ce dernier point pose le problème du décalage qui peut exister entre une identité villageoise nourrie par l’extérieur, et les identités collectives des habitants. De là peuvent naître des tensions avec la population autochtone. Pour illustrer ces propos, écoutons M.T., fonctionnaire retraitée de 73 ans, très attachée à Saint-Emilion, issue, comme elle le dit, d’une vieille famille saint-émilionnaise :

  • 14 Pâtisserie, spécialité de Saint-Emilion : petits biscuits secs faits à base d’amandes.

"mais il est certain que le tourisme de plein été est quand même très, très envahissant. Très. — silence court — Mais enfin personnellement, je suis ravie quand je vois que Saint-Emilion, comment dirai-je, arrive à son apogée et que l’on parle de Saint-Emilion, on connaît Saint-Emilion dans une grande partie du monde et que en tant que très vielle saint-émilionnaise, j’en suis très fière et très heureuse. Mais je vous dis y’a des choses quand même qui deviennent un peu trop mercantiles quoi maintenant, personnellement qui me choquent un petit peu. Quand je vois les macarons14... (...) Je ne voudrais pas que Saint-Emilion devienne le Mont Saint-Michel, ce serait dommage (rires)..."

J.C. (66 ans) quant à lui tient un discours moins conciliant :

"Maintenant, on est accaparé. Saint-Emilion est devenue une ville touristique de plus en plus recherchée, y’a énormément de visiteurs, les chiffres s’accroissent de dizaine de milliers tous les ans, même plus. Et ce qui fait qu’on est véritablement noyés dans cette sur-population".

26La verbalisation de cette concurrence villageois/touristes se focalise sur le problème du commerce, et engendre toute une polémique sur les macarons qui sont vendus partout (épiceries...) et sont de mauvaise fabrication ; les gens se plaignent de ne plus pouvoir faire leurs courses sur le village (trop de circulation et il n’y a plus que des boutiques alimentaires), et du mauvais accueil des commerçants.

27Ces derniers quant à eux, sont furieux de voir des concurrents venir ouvrir une échoppe pour les trois mois d’été. Il ont tenté de créer une association, mais elle est pratiquement morte-née, pour des conflits de personnes disent les intéressés, mais en fait victime de l’absence d’une vision commune concernant le commerce : certains voulaient discipliner les pratiques (spécialisation de chacun) et faire un effort en vue d’une activité plus soutenue en morte saison et attirer une clientèle locale, alors que d’autres se tournaient presque exclusivement vers le tourisme.

28Pour revenir à la question de l’animation, autochtones et visiteurs pourraient se retrouver par l’intermédiaire du folklore. Cette option est prise par certaines communes ; ce serait le souhait de M.C., : elle voudrait que soit mis en place un spectacle folklorisant, comme à Bazas ou à Castillon. Par contre N.K. ne partage pas ce souci "de communion", laissons le parler :

"donc oui, je disais, il faut faire des manifestations qui sont à l’image du vin, de la ville et à la mesure de sa renommée. Bon hein. Donc ma foi, si la population se sent exclue, je le regrette, c’est tout ce que je peux dire. Mais on n’a pas à faire venir n’importe quel chanteur de variété à la noix... sous prétexte de faire du populaire ; le populaire ça peut être de qualité aussi. (...) Peut-être. Mais ça, c’est leur problème”.

29Quelle option sera prise ? L’avenir le dira.

30Après avoir parlé jusqu’à présent de la concurrence touristes/autochtones, abordons maintenant le clivage culturel à l’intérieur de la commune. Des groupes sociaux, inscrits sur un espace géographique précis sont identifiés de façon très nette par les saint-émilionnais (réponse à la question no 2-7 cf. annexe VII). Très spontanément, les personnes disent : il y a la ville et la campagne. Et certains d’ajouter : et les ouvriers.

31La ville, c’est en fait le bourg délimité par les douves, aujourd’hui habité par les commerçants, les salariés non agricoles, et beaucoup de retraités. Il ne regroupe qu’à peine le tiers de la population communale. Par campagne, il est sous-entendu l’ensemble des professionnels viticoles, dominé par les propriétaires. Ils résident au delà des douves. Et très souvent, un troisième groupe à part, non identifié en terme de clivage comme les deux premiers, est présenté : il est formé par les ouvriers agricoles. Reprenons certains discours livrés lors de l’enquête :

"y’a la ville principalement puis y’a tous les alentours. (...) Y’a deux mentalités de toute façon : y’a le riche et celui qui est aisé — court silence — puis le pauvre. Y’en a trois disons, ceux qui travaillent les vignes c’est, c’est pas brillant..." X.Y. (61 ans).

"Saint-Emilion est très structurée au point de vue social et culturel, il y a la ville d’un côté et la campagne, c’est la grande société viticole qui domine et dirige. La ville, c’est la petite société formée de retraités et de petits commerçants. Et il n’y a aucun mélange. (...) Ah ! Et puis, il y a le monde des employés du vignoble". M.C. (65 ans).

32La différenciation se fait selon la zone d’habitation bien sûre, mais aussi selon la richesse pour X.Y., et selon les affinités culturelles pour M.C. Le problème qui se pose donc pour définir un programme d’animation, c’est de déterminer le public que l’on veut toucher. Parce qu’aux dires de M.C. et M.K., les habitants de la ville affectionnent les fêtes foraines, les lotos, les chanteurs de variété (le "populaire" dit M.K.), alors que la campagne recherche les concerts de musique classique et les représentations théâtrales.

33Il nous faut ajouter que cette identification différentielle s’établit également selon un clivage politique ; la campagne vote à droite, alors que la ville a tendance à être plus à gauche. M.C. qualifie le premier groupe de conservateur, catholique et très religieux, alors que le second évolue avec le temps au cours des générations successives. Pour elle, "89 n’est pas passé à Saint-Emilion" ; les ouvriers agricoles sont complètement assujettis au propriétaire et ne peuvent pas par conséquent avoir d’opinion de gauche. Elle nous a indiqué que ces derniers orientaient le choix de l’école pour les enfants de leurs employés :

"il faut que ta fille aille à l’école libre. Si tu ne peux pas payer, je m’en chargerai".

34Saint-Emilion paraît donc présenter deux groupes sociaux très distincts, sur des bases culturelles et politiques. C’est ainsi que dans le discours de trois de nos informateurs, nous avons relevé le terme de caste lorsque ce sujet était abordé :

"et là, y’a une différence de caste, c’est autre chose, c’est pas pareil.", dit S.C. (50 ans)

35Auparavant, nous avons déjà évoqué l’existence d’un clivage fort au sein du groupe des propriétaires. Donc, la campagne elle-même (hormis les ouvriers), n’est pas homogène. Ecoutons J.H. (57 ans, propriétaire moyen) :

"y’a des clans à Saint-Emilion, il faut le dire malheureusement, que ça fasse plaisir ou pas, y’a, si on peut dire, les propriétaires de ce que l’on appelle ici les châteaux et les viticulteurs de base quoi. Et ça se ressent très bien. Et auxquels si vous voulez, dans bien des cas les travailleurs agricoles salariés qui sont sédentaires, parce qu’il y en a beaucoup qui naviguent, sont assez proches, à mon avis, au point de vue pensée. (...) Disons, il faut le dire, certains se prennent pour des aristocrates quoi là ; y’a quand même certains propriétaires qui ont un peu de sang bleu, (rires) Enfin, ça se sent ça".

Et ce clivage paraît être plus fort que le clivage politique :

"sur le plan politique, bien qu’au plan politique ce soient des gens qui en définitive votent pareil, mais qui n’ont pas du tout la même vision des choses quoi hein. (...) Je vous dirai que moi personnellement (J.H. est conseiller municipal), on a cohabité avec des gens qui alors politiquement étaient nos adversaires, on se sentait plus à l’aise. On avait des idées politiques divergentes, mais dans le fond, au niveau gestion, au niveau idées, on n’était pas tellement séparés quoi. On est plus séparés avec ces gens là, bien que politiquement on vote pour le même, mais quand on se trouve sur le plan municipal, on est, on est divisés. Voilà, il faut le reconnaître", ajoute M.C.

36Nous voyons donc que des clivages relativement forts traversent la population saint-émilionnaise. Mais il ne nous a pas semblé qu’ils soient source de conflits graves, hormis au niveau professionnel, comme nous l’avons vu précédemment.

37Maintenant, avant de donner un exposé synthétique de la sociabilité pour période 1970-1986, présentons les quelques éléments que nous avons de l’identité vigneronne.

38Les ouvriers viticoles n’apparaissent pas sur la scène communale, hormis en tant qu’adhérents au Saint-Emilion Olympic. Ce groupe professionnel présente une mobilité géographique très importante, ce qui limite bien sûr, son possible investissement sur la localité. Nos deux informateurs ouvriers agricoles se considèrent appartenir à un ensemble bien défini et quelque peu cloisonné par rapport à la population villageoise globale : il y a eux et nous. Ecoutons les discours :

"on ne peut pas se mêler avec les gens de Saint-Emilion ", nous dit cette retraitée de 70 ans.

"Oui, ça c’est normal, si mon patron habite là, il ne vas pas se mélanger avec,... Ben oui, ça sûrement... Autrement, entre ouvriers... (sous-entendu : il n’y a aucun problème)", pense A.T. (ouvrier, 57 ans).

39Les relations privilégiées sont celles établies avec les collègues de travail (anciens ou actuels) et les voisins, "on a un ennui, bon on saute chez le voisin,... Moi, ici on m’appelle papa T.", nous confie A.T. Le week-end, il va assister à des concours de pétanque à Libourne ou dans les villages des alentours, et y retrouve "des copains qui sont en retraite". Le temps libre pour lui se partage entre son foyer où il a un petit potager, et les copains. La camaraderie est fortement valorisée ; c’est d’ailleurs pour cette raison qu’il préférait jouer au football dans l’équipe de "la corporation" (constituée uniquement d’ouvriers agricoles, et rencontrant lors des matchs des équipes corporatives : cheminots...) qu’au sein du S.E.O. :

"j’ai joué au football en 48, et en 58, je jouais au corpo. J’étais trop âgé pour jouer à Saint-Emilion, et alors je jouais dans les corporations de la maison là (en relation avec son employeur). Et je trouvais que c’était plus agréable de jouer avec la corpo de Libourne qu’avec la société de Saint-Emilion : c’était plus amical, on était entre copains...", nous confie A.T.

40A.T. nous présente l’ensemble des ouvriers comme un groupe homogène, sans clivage et chaleureux ; il emploie ces termes :

"Je vous dis, on est tous des copains, sauf les jeunes qui viennent d’arriver".

41Contrairement à une sociabilité masculine assez intense, nous avons eu l’impression que la sociabilité des femmes était beaucoup plus réduite, et se trouvait centrée essentiellement sur la famille (les enfants et le voisinage).

42Nos deux informateurs adhèrent fortement à l’identité vigneronne, ressentent une certaine fierté vis à vis de leur travail, "bien qu’à la terre, on ne fait pas fortune", nous dit cette femme de 70 ans. La relation employé/employeur nous a semblé être une relation de tutelle : le logement est généralement fourni par le propriétaire, et l’ouvrier retire une intense satisfaction lorsqu’il suscite une reconnaissance positive de la part de son patron. Nos deux informateurs vivent leur contrat professionnel non pas comme un lien contractuel et formel, mais comme un lien affectif et même filial. A.T. emploie le terme "de maison” pour parler de son lieu de travail. Voici quelques phrases des discours collectés en guise d’illustration :

"mes patrons sont très gentils. Vous savez, quand mon mari est mort, moi j’étais déjà à la retraite. Deux ans après, je suis allée voir mes patrons et je leur ai dit comme ça :’bon je sais que je vous gêne parce que je suis dans une maison que vous avez besoin pour les autres ouvriers, alors je vais chercher un loyer en ville’. C’est vrai, je devais plus rester là quoi, il faut être honnête. Et bien il m’a dit :’Henriette, c’est pas que je veux vous chasser, mais d’accord je vais vous aider à trouver quelque chose’. Ici, où je suis maintenant, c’est mon patron qui l’a trouvé. Il m’a fait mettre le téléphone. C’est lui qui a payé. Alors vous voyez, on est pas partis fâchés", nous raconte cette femme de 70 ans.

"C’est pas d’hier que je suis dans la maison hein (son lieu de travail). Croyez-moi que vous pouvez parler de moi dans la maison, et on vous dira pas... (...) J’ai été médaillé trois fois par le mérite agricole. Vous voyez le cadre là (cadre au mur). Et ben voilà. Et c’est la maison qui l’a demandé pour moi. Alors...", nous dit A.T.

43Est-ce cette forte tutelle (rappelons-nous en plus les propos de M.C. concernant la pression politique exercée par les employeurs) qui fait fuir les ouvriers de la scène communale, par besoin de liberté dans la mesure où elle est majoritairement contrôlée par les propriétaires ? Et peut-on entrevoir également ceci comme la cause de l’importante mobilité géographique de cette profession ? Rappelons toutefois que nos deux informateurs, fiers de leur identité vigneronne, participent à la fête de la Jurade avec entrain, et par là même adhèrent à l’identité viticole plus globale étendue sur l’espace villageois.

44A partir de 1970, nous rencontrons donc Saint-Emilion fortement caractérisée par une identité villageoise structurée autour de la pierre et du vin. Cette identité est intensément vitalisée par un aflux touristique conséquent. Ceci alimente une sensation de dépossession ressentie par les habitants dans la mesure où les visiteurs s’approprient quelque peu (simplement du fait de leur présence) l’espace communal, ce qui entraîne l’émergence de certaines initiatives (programme d’animation culturelle par exemple) et de certaines structures (commerces estivaux, restaurants) extérieures aux villageois. Ceci n’entraîne pas pour autant l’éclosion de conflits, la cohabitation semblant bien s’établir.

45Parallèlement à cela, la sociabilité a continué à perdre son caractère local : les gens participent de plus en plus à des festivités extérieures, les jeunes désertent carrément le village, et les animations proposées sur la commune sont effectuées par des groupes extérieurs (hormis les fêtes de la Jurade et la fête locale) voire même, sont conçues par des organismes extra-communaux (semaine artisanale, mai du cheval...).

46Le fait significatif de ce phénomène de délocalisation est la transformation de la salle paroissiale. Elle a été achetée par le syndicat viticole en 1980, et entièrement restaurée, dans le but d’y effectuer des réunions et des intronisations. Ce bâtiment, lieu de vie intense des années 30 à 50, se trouve investi à partir de 1980 par l’activité vineuse. Symbole de cette mutation, son nom change : ce n’est plus la « salle Chez Nous » qui se trouve en haut de la rue principale, mais la "salle des Dominicains", nouvelle appellation faisant référence à l’histoire médiévale. Cette décision a suscité de violentes réactions de la part des "anciens" vis à vis de "ces plaisantins qui ont cru intelligent de débaptiser ce bâtiment". (J.C., 66 ans).

47La double délocalisation de la sociabilité n’entame pourtant pas la fierté que les gens éprouvent à habiter Saint-Emilion ; en effet, ce n’est pas parce qu’ils vont faire leurs courses et se divertir ailleurs qu’ils ne valorisent pas leur village. L’identité d’appartenance géographique présente cette particularité : elle regroupe de nombreux référents parfois très différents et n’ayant pas obligatoirement la sociabilité (locale ou pas) pour base ; certaines personnes sont attachées à Saint-Emilion parce qu’elle abrite la maison familiale ; pour d’autres, Saint-Emilion est un lieu de vie (et alors espace de sociabilité privilégié), le plus agréable qui soit ; d’autres encore aiment leur commune à cause de son architecture, ou de sa vigne, ou de son vin d’appellation noble. Ceci amène une autre réflexion à notre esprit : tous les résidents que nous avons rencontrés se réclament saint-émilionnais ; mais il est tout à fait flagrant que l’identité Saint-Emilion n’est pas monosémique puisqu’elle regroupe plusieurs Nous. Peut-on alors parler d’identité collective dans ce cas, vu que le référent de base n’est pas le même pour tous ?

Notes

14 Pâtisserie, spécialité de Saint-Emilion : petits biscuits secs faits à base d’amandes.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search