Version classiqueVersion mobile

Saint-Émilion, terroir viticole et espace de vie sociale

 | 
Jacqueline Candau
, 
Philippe Roudié
, 
Corinne Ruffe

Troisième partie. Évolution et Pluralité des Modes de Socialibilité à Saint-Emilion (1920-1986)

1950- 1970. Le flottement

Texte intégral

1Ces deux décennies, nous allons le voir, sont caractérisées par un flottement au niveau des identités villageoises et par des identités collectives instables et relativement peu mises en représention. Le processus de laïcisation préalablement identifié a été accentué par la guerre de 39-45 qui constitue une rupture sur ce point. Mais la forte personnalité de l’abbé Bergey ralentit cette dynamique, et ce n’est qu’à sa mort que le visage de la sociabilité des villageois se métamorphose.

2Considérons dans un premier temps la laïcisation de la sociabilité à travers 2 sociétés : l’Etoile saint-émilionnaise et l’Harmonie Sainte-Cécile.

3L’Etoile retrouve une activité très intense après la guerre ; les gymnastes au retour de leur expérience militaire viennent y chercher l’amitié et la camaraderie vécues avant leur départ de soldat. La société repart sur des bases très fortes, et emporte son plus grand succès au concours en 1950 :

"Alors, ça a continué, ça a continué bien. On a atteint l’apogée juste avant que l’abbé Bergey ne meure. A Angoulême on avait gagné une coupe du concours en 50, on était premier du classement à Angoulême. Ça a été le plus beau concours qu’on a fait à Angoulême", nous dit A.E. (67 ans).

4Mais tout a radicalement changé pour cette association directement gérée par le curé de la paroisse à l’arrivée de l’abbé Diet, successeur de l’abbé Bergey. Il semblerait qu’il y ait eu mésentente entre les jeunes et ce nouveau prêtre. L'opposition paraît s’être inscrite sur le plan religieux et le plan politique. Ecoutons encore A.E. :

"l’abbé Diet a trop, c’est une des causes, mais enfin y’en a d’autres, a trop vu l’Etoile sous le point de vue catholique (...) il voulait la laisser sur une ligne très catholique, la remettre du moins, parce qu’elle n’était pas très catholique. Par exemple l’abbé Bergey n’a jamais obligé quelqu’un à aller à la messe".

5Les sportifs ne concevaient plus une tutelle trop confessionnelle, bien qu’elle puisse être paroissiale. Et sur le plan politique, A.E. nous confie :

"Et puis il (l’abbé Diet) avait ses préférences, il avait été élevé exactement comme le gars qui est marxiste et puis qu’on a élevé dans le marxisme et, et qui ne voit que ça, et qui se figure que le monde a commencé en 1917. Bon ben pour lui, il prenait le catholicisme dans ce même sens. Alors il est bien évident qu’il y a eu un clivage. Et nous, on avait été élevés autrement. Tout l’état major de l’Etoile a été élevé autrement".

6Le nouvel abbé a reçu une étiquette marxiste. Alors, après l’abbé Bergey, l’opposition est inévitable. La femme de 70 ans que nous avons rencontrée, ouvrière agricole très démunie au niveau matériel et ne sachant ni lire ni écrire, a porté un regard très différent sur cet abbé :

"il venait souvent chez moi, on lui donnait des légumes. Mais il n’était pas aimé de tous, il disait trop la réalité. Alors que celui-ci (le successeur de l’abbé Diet), il est plus du côté des riches".

7Ceci a fait que l’Etoile a disparu en 1955 pour la section gymnastique et vers 1960 pour la section batterie-fanfare. Il faut quand même mentionner des causes secondaires expliquant ce déclin : -il n’y a pas eu de recrutement sur une génération : en 1955, la majorité des adhérents avaient une trentaine d’années, rares étaient ceux de 20 ans.

"La relève n’a pas été assurée au niveau des cadres, il aurait fallu une demi douzaine de garçons au retour du service militaire prêts à prendre notre place", nous dit A.E.

8Mais de cette génération (1935-1945) on ne trouve que peu de dirigeants d’association au niveau communal.

9-la gymnastique est un sport qui suscitait moins d’engouement.

"C’est ingrat comme sport nous conte J.H., il y avait 2 à 3 entraînements par semaine, et il fallait beaucoup travailler avant de pouvoir présenter un mouvement. C’est plus une discipline qu’un sport si vous voulez. Et à partir de 1950, je crois que c’est un peu passé de mode. Les jeunes se tournaient plus vers le football".

10Malgré cela, l’Etoile saint-émilionnaise a disparu, surtout victime d’un encadrement catholique trop marqué. Les choses ont été bien différentes pour l’Harmonie Sainte-Cécile qui avait déjà amorcé un mouvement de laïcisation. Il a été accentué dans les années 50 par deux événements marquants survenus pour faire face à des problèmes de recrutement. Tout d’abord en 1952, sur la demande des dirigeants, une école de musique va être créée par la mairie. Son professeur rémunéré par la commune, sera en même temps directeur de l’Harmonie ; et son activité permettra dès lors d'initier correctement des enfants à la musique et ensuite, s'ils le désirent (très souvent c'est leur vœu très cher), de faire partie de l'Harmonie. En même temps, deuxième changement fondamental, c'est que Saint-Emilion s’est associée avec l’Harmonie de Coutras et celle de Libourne. En s’ouvrant directement sur l’extérieur, la tutelle paroissiale a encore été affaiblie ; c’est le conseil d’administration qui dès lors gérait entièrement l’association. Le prêtre est invité à son assemblée générale, et la fête de la Sainte-Cécile comprend une messe dans son programme : ce sont là les seules relations qui sont entretenues avec l’église.

11Cette très large laïcisation engendre quelques tensions au niveau communal. Lorsque le président J. Capdemourlin démissionne en 1965, suite à des heurts professionnels et un échec aux élections municipales, profond est l’émoi. La place ne sera occupée qu’une année plus tard par un nouvel arrivant sur la commune. M.D. (73 ans) va nous le présenter :

"C’est un monsieur N. qui est président, un homme très pratiquant, la droite aussi, enfin la droite.. religieux etc..."

12(remarque : à Saint-Emilion, les gens croyants sont naturellement perçus comme ayant une sensibilité politique de droite ; par contre les habitants trouvent étrange qu’une personne s’affichant socialiste aille à la messe. Est-ce la mémoire d’avant 14-18 ?). Maintenant, donnons la parole à Monsieur N. pour qu’il nous relate cette prise de responsabilité :

"J’en suis le président parce qu’on me l’a demandé. Je n’ai jamais voulu savoir ce qui s’est passé avec l’ancien président. On m’a sollicité parce que j'étais neutre, je venais juste d’arriver à Saint-Emilion. (...) On m’a dit : il faudrait que tu prennes la présidence et que tu y restes parce qu’il y en a d’autres qui veulent cette place. Si je suis là, c’est pour que l’association reste dans une certaine lignée".

13Nous n’avons pas pu savoir si "cette lignée" relevait du domaine politique ou du domaine religieux. Peut-être des deux ?

14En tout état de cause, sur le plan interne de l’association, ces changements ont fait qu’entre 1950 et 1970, les adhérents ont pratiquement tous été renouvelés ; ce sont des jeunes en majorité de l’extérieur de la commune qui ont pris la place des musiciens âgés (50 - 60 ans) saint-émilionnais.

15Une nouvelle génération semble émerger à Saint-Emilion : les élections municipales de 1965 ouvrent la mairie à 8 jeunes (35 à 40 ans) sur 21 conseillers. Deux ans plus tard, l’un d’eux est élu maire en remplacement de Monsieur Janaillac décédé. Cette équipe est toujours en place en 1986 (comme précédemment, ce sont à majorité des viticulteurs propriétaires). Ce changement de dirigeants s’opérera aussi au sein du syndicat viticole, mais un peu plus tard, au début des années 70.

16Le processus de laïcisation précédemment décrit, touche également la sociabilité féminine. Le patronage des Bérets Blancs disparaît très vite après 1950, faute de participantes surtout :

"moi j’ai arrêté le patronage à 18 ans, quand les bals se sont ouverts". X.Y. (61 ans).

17L’abbé Bergey en 1946, note déjà une désaffectation et déplore que l’éducation des jeunes gens et des jeunes filles évolue ainsi.

18Les Bérets Blancs ne semblent pas avoir eu de suite laïque, sous forme de scoutisme par exemple. Il est d’ailleurs tout à fait surprenant que sur cette commune religieuse il n’y ait pas eu l’émergence de groupements de ce type.

19Par contre, en ce qui concerne les loisirs masculins, les sportifs se sont retrouvés au sein de 2 associations : le Saint-Emilion Olympic (créé en 1946) pour pratiquer le foot, et les Raquettes saint-émilionnaises (créées en 1948) pour exercer le tennis. Et ces deux sports de compétition vont continuer à mettre la jeunesse communale en représentation, tout comme l’Etoile le faisait, surtout pour le football puisqu’entre 1950 et 1960 cette équipe va remporter quelques succès au niveau régional. Elle atteindra son apogée dans les années 58-59 en montant en promotion d’honneur. Tout comme l’Etoile également, ces deux clubs vont proposer de nombreuses animations aux villageois : bals, tournois, fêtes, soirées. Ceci jusqu’en 1960.

20Mais outre leur caractère laïc, elles présentent une différence capitale avec l’ancienne société de gymnastique : l’avènement de ces deux nouveaux sports établit une ségrégation dans la jeunesse, par deux pratiques sportives distinctes selon les catégories sociales. Sur le stade se retrouvent les fils d’ouvriers agricoles, d’artisans, alors que sur les courts s’exercent les fils de propriétaires. On retrouve cela dans les pratiques de sociabilité individuelles et dans le discours des dirigeants :

"les fils de propriétaires, c’est ponctuel ça. C’est pas la couche que l’on touche le plus facilement, enfin, je parle d’une certaine case de propriétaires. C’est la couche plutôt des ouvriers agricoles qui sont plus axés plutôt vers ce sport, et ce genre de spectacle, et leurs enfants continuent comme ça. C’est la partie, c’est les plus laborieux... qui sont intéressés. Mais ça n’intéresse qu’une frange de la population", nous explique le président du S.E.O.

21Par contre, en ce qui concerne le tennis, l’un des créateurs de l’association (55 ans) nous dit ceci :

"Au départ du club, il y avait pas mal de propriétaires. Oui, oui, là effectivement. Mais maintenant, non, y’a des jeunes maintenant, y’a des jeunes qui viennent de partout. C'est beaucoup plus, comment dirai-je, ça c’est démocratisé davantage (...) Maintenant, non, je reconnais que ça c’est bien élargi à la base, depuis 1960-1965 peut-être, ça c’est élargi".

22Jusqu’en 1960, le sport est le foyer de mise en représentation d’une identité sportive relativement forte. Mais cette identité n’est pas globalisante comme l’était la gymnastique dans la première moitié du siècle. Puisqu’ici au contraire, le domaine sportif permet l’expression d’une distinction sociale.

23C’est également à partir de cette date que nous avons recueilli dans les discours, le témoignage de clivages vécus. Ces clivages ne sont pas politiques, la commune est calme sur ce plan-là, mais ils sont plutôt de l’ordre du prestige : ils font référence à des antagonismes professionnels sur une base matérielle. Ainsi, A.T. (ouvrier agricole, 57 ans) nous relate sa démission du comité des fêtes en ces termes :

"Ah, on est partis environ 12 ou 13 ensemble. Tous. Quand les gens ont vu que je m’en allais... et puis, ils n’étaient pas réglementaires non plus. Parce que quand y’avait un repas avec la vedette ou avec des personnalités, bon c’était toujours les mêmes, et ceux qui travaillaient, ben nous, on avait droit à rien. Alors un beau jour, on leur a dit :'Ecoutez, vous vous débrouillez, on s'en va’(...). Dans les autres places pardi, ceux qui tenaient les caisses, ceux qui tenaient ci, ceux qui tenaient là, ben eux, c’étaient... des grosses sardines, ils avaient des galons, nous on en avait pas. Bon c’est eux qui allaient manger avec les vedettes".

24Cette opposition, verbalisée par les personnes intéressées en clivage pauvre/riche, n'est pas placée sur un plan politique ; c’est pour cela que nous avons parlé plus haut de prestige.

25Parcourons la presse de l’époque (1951, 1955 et 1960) pour nous rendre compte des identités collectives les plus actives. En 1951, le sport a une place tout à fait privilégiée puisque sur 49 encarts répertoriés, 14 ont trait au football, au tennis ou à la gymnastique ; la musique, par l’Harmonie Sainte-Cécile apparaît 5 fois, ce qui restera stable pour les 3 années de référence. La profession viticole inspire les plumes, 15 articles lui sont consacrées (Crédit agricole, caisses d’assurance mutuelles, et surtout le syndicat viticole avec sa Jurade qui à eux seuls font l’objet de 8 encarts).

26Il est intéressant de remarquer qu’en 1960, le visage que la presse donne de Saint-Emilion est sensiblement différent de celui de 1951 : sur les 46 parutions recensées, la Jurade en monopolise 17, et le sport uniquement 4. On observe donc un renversement par rapport à 1951 : l’identité collective la plus mise en représentation ne semble pas être le sport, mais la vigne. La musique, quant à elle, reste stable. Il est une autre nouveauté à noter : le premier compte rendu d’activités du syndicat d’initiative apparaît en 1960.

  • 1 Elles regroupent : fêtes des écoles privée et laïque, fête du football, fêtes de l’Etoile, fêtes d (...)

27Selon la même dynamique, les animations proposées sur la commune (celles notées sur la presse locale) évoluent également. En 1951, on trouve la trace de 15 bals et 12 journées de fêtes ou kermesses1, organisés par les sociétés villageoises, (nous n’avons pas pris en compte les tournois sportifs). Cette année-là les saint-émilionnais pouvaient participer 2 ou 3 fois par mois à une festivité. Alors qu’en 1960, il n’y avait que 7 bals et 14 journées de fêtes proposés, et événement entièrement nouveau, un concert est organisé. L’animation se modifie, car en plus, la grande majorité des fêtes et kermesses ne sont plus composées par des pièces de théâtre ou ballets effectués par les gens de la commune, mais il est fait appel à des groupes extérieurs. On assiste alors à un phénomène de délocalisation de la sociabilité, sensible à partir de 1960 sur Saint-Emilion. Parallèlement à celà, il convient de noter que les fêtes organisées par la Jurade (deux en 1960) ne s’adressent pas exclusivement à la population communale mais en priorité à un public extérieur. On se rend donc compte que le village commence à s’ouvrir en ce qui concerne les festivités. Rappelons que c'est cette année-là que le syndicat d’initiative publie le premier compte rendu de son assemblée générale.

28L’identité de Saint-Emilion, ville médiévale et ville de vin de prestige commence à s’affirmer, à devenir de plus en plus transparente à l’extérieur.

29Ceci résulte notamment, comme nous l’avons vu précédemment de la politique de propagande vin/pierre menée par la Jurade et suivie d’un peu plus loin par le syndicat d’initiative. La municipalité quant à elle, va œuvrer de façon très active à la rénovation des bâtiments à partir de 1966, sous le mandat du maire Meyrat. Comme la fin des années 40 début 50 a vu fleurir les terrains de sport (tennis et stade), les années 60 voient la rénovation de Saint-Emilion. A partir de 1966, un large programme de promotion touristique est voté par le conseil municipal ; il comporte un budget de rénovation (câbles enterrés, ravalements de façades..) et un budget de propagande menée avec le syndicat d’initiative et la Jurade (panneaux publicitaires signalant le site médiéval). C’est cette année que le SIVOM est constitué, dans le souci d’obtenir des autres communes de juridiction un soutien pour cet effort entrepris.

30L’identité viticole est de plus en plus mise en représentation. Mais où en est la viticulture ? Nous avons vu que le début des années 50 clôture une décennie de reconstruction en matière de législation et de structures professionnelles. Mais ceci ne s’est pas fait sans heurt (surtout le classement de 1954 et 1958) puisqu’un groupe de propriétaires en est arrivé à constituer une association en 1955 "Groupement de défense des intérêts viticoles de l’appellation Saint-Emilion" afin de contrer l’influence du syndicat viticole et revoir le classement de 1954. L’ambiance est toutefois optimiste, les cours se portant bien ; on prévoit de s’affranchir du négoce en mettant la vendange en bouteille au château. Mais durant l'hiver 1956 sévit un gel très rude qui détruisit 30 à 40 % des vignes. Ce coup du sort fut mis à profit : les changements prévus dans l’encépagement, l’espacement des rangs sont accélérés. Beaucoup de regroupements s’effectuent. Le crédit se généralise. La motorisation est désormais possible. Toute l’organisation de l’exploitation est modifiée : plus d’animaux, plus de fumier, emploi d’un ouvrier spécialisé, mise en pratique de nouvelles techniques. En 1960 - 1965 la motoculture est installée, les prés ont disparu, et le tracteur vigneron est adopté. En 1964 la récolte est abondante, pratiquement doublée par rapport à la précédente, et les cours sont élevés. A la fin des années 60, sans transition, les viticulteurs prévoient de passer à une nouvelle modernisation : celle des chais.

31Les tensions au niveau des propriétaires ont connu un nouveau regain à partir de 1965 ; une opposition s’est établie entre "les viticulteurs de base" (petits propriétaires) et les dirigeants du syndicat viticole identifiés propriétaires de grands Crus classés (premiers grands crus et grands crus classés). Elle a vu le jour lors de la constitution de la Maison du Vin par le syndicat. Ecoutons J.H. (57 ans).

  • 2 Bar-Hôtel restaurant acheté à cette époque par le syndicat viticole pour en faire un établissement (...)

"Et alors là, ça a couvé au niveau professionnel pendant tout un temps et puis alors surtout ce qui a vivement déstabilisé à ce moment-là le syndicat, c’est justement, ça doit être en 1965, ils ont monté une Maison du Vin à l’intérieur de l’Hôtellerie de Plaisance2. (...) Mais alors là, pour y adhérer il fallait y apporter des fonds. Et alors c’est là où il (le syndicat viticole) s’est attiré la foudre des viticulteurs, surtout les viticulteurs de base quoi, les petits viticulteurs. On excluait la mise de fonds des petits. Alors là déjà, ça... ça vraiment... c’est là où vraiment on voyait qu’on voulait réserver à un certain clan, faut le dire. Parce qu’au début, la mise, je vous parle de 65, c’était 5 000 francs. A cette époque, c'était important. Alors beaucoup bien sûr n’ont pas voulu mettre ça dans cette affaire. Après donc ça a été descendu à 2 500 francs".

32Ces rivalités aiguisées sont-elles le résultat du succès de la promotion vinicole ? Nous verrons qu’elles perdureront au-delà de 1970.

331950 - 1970 est donc une période charnière pour la sociabilité à Saint-Emilion. On la voit s’affranchir peu à peu de l’église (mais pas totalement) en refusant une tutelle confessionnelle étroite, contrairement à l’Entre-deux-Guerres. Ce phénomène de laïcisation semble être concomitant de la baisse de la pratique religieuse.

34Le domaine d’expression privilégié de la sociabilité change également : du sport il passe à la vigne. Durant les années 50, l’identité sportive (sport de compétition) est très prégnante, bien qu’elle ne rassemble pas toute la jeunesse comme précédemment, mais établit une distinction sociale en son sein (football et tennis). A partir de 1960, ces identités collectives sportives et l’identité collective musicale sont de moins en moins mises en représentation lors de fêtes ou bals. La scène communale commence à être occupée par les nombreuses festivités de la Jurade (deux sont importantes : la fête du vin nouveau et le ban des vendanges, mais il y a aussi diverses intronisations). L’identité viticole semble être toujours globalisante, mais à la différence de l’identité sportive des années 30-40, elle est beaucoup moins "active", en ce sens qu’elle demande une participation beaucoup moins intense à ses adeptes.

351950- 1970 est également une époque de transition dans la mesure où un processus très net de délocalisation peut être identifié. On remarque une certaine désaffection vis à vis des société locales (l’Harmonie Sainte-Cécile a des problèmes de recrutement, la Schola se met sommeil, les matchs de football voient leur public diminuer à partir de 1960), et toute manifestation festive proposée sur la commune est animée par des groupes extérieurs (surtout à compter de 1960).

36Les habitants saint-émilionnais parlent de ces décennies en ces termes :

"pour Saint-Emilion, l’abbé Bergey était un homme immortel. On ne comptait que sur lui. Pour tout Saint-Emilion. Et le jour où on a appris sa mort tout est tombé avec lui — silence — Du jour où il est mort, c’est marrant, Saint-Emilion s’est émoussée. Et puis elle a retrouvé plus tard sa vitalité avec le tourisme, avec le vin et les monuments". X.Y., (61 ans).

37Mais beaucoup plus nombreux sont ceux qui pensent que le déclin de l’activité communale revient à l’abbé Diet :

"l’abbé Diet a démoli ce que son prédécesseur avait fait". J.H. (57 ans).

"Nous avons eu l’abbé Diet qui était un brave homme si vous voulez, mais il a tout démoli à Saint-Emilion. C’est-à-dire, il a voulu prendre la direction de tout et il n’y connaissait rien, et il a fait tomber un chœur de chant que mon fils avait monté, qui marchait à merveille. Il a voulu prendre la direction, ça a été fini ; il a voulu prendre la direction de la société de gymnastique, ça s’est... Alors tout s’est écroulé à Saint-Emilion". M.O. (96 ans).

38Il est tout à fait significatif que la population locale relie la rupture des pratiques de sociabilité à l’église, et plus directement au changement de prêtre. Or le phénomène ne s’explique pas par des personnalités ecclésiatiques différentes, mais bien plus par un comportement autre des habitants vis à vis de l’église. Il est toutefois très net que tous situent une mutation profonde de leur temps libre et de leurs rapports à la commune dans cette période, sans pouvoir la préciser. Il paraissent avoir plus de facilités pour exposer leurs pratiques de sociabilité après 1970.

Notes

1 Elles regroupent : fêtes des écoles privée et laïque, fête du football, fêtes de l’Etoile, fêtes de la Jurade, fête locale de la Madeleine, fêtes nationales... Il n’y a plus de foire.

2 Bar-Hôtel restaurant acheté à cette époque par le syndicat viticole pour en faire un établissement de promotion du vin. C’est une société anonyme.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search